Navigation – Plan du site
Articles

L’habitat et les sépultures du Néolithique ancien rubané d’Entzheim « Les Terres de la Chapelle » (Bas-Rhin)

Philippe Lefranc, Fanny Chenal, Anthony Denaire, Émilie Guthmann et Nathalie Schneider-Schwien

Résumés

La fouille conduite par l’Inrap entre 2008 et 2009 sur la commune d’Entzheim a permis d’étudier un vaste habitat rubané occupé de l’étape ancienne à la fin de l’étape récente. Sur les cinq hectares probablement couverts par le village du Néolithique ancien, seuls trois ont été décapés. Les résultats obtenus sur les secteurs les plus densément occupés viennent très utilement compléter les données acquises il y a plus d’une décennie sur l’habitat de Bischoffsheim. Les vingt-trois maisons identifiées à Entzheim relèvent des trois types définis par P.-J.-R. Modderman. L’analyse architecturale, d’un apport limité, permet néanmoins de confirmer certaines observations, comme la tendance, déjà décrite, à l’accroissement régulier de la largeur des bâtiments au cours du temps. La relative abondance du matériel céramique issu des fosses latérales nous a permis, par le biais d’une nouvelle analyse factorielle des correspondances, de proposer une attribution stylistique précise pour la majorité des édifices. Nous avons pu appliquer à Entzheim le modèle d’organisation spatiale récemment défini à Bischoffsheim ; les résultats obtenus renforcent l’hypothèse d’une implantation des maisons à l’intérieur d’un système orthonormé (quadrillage de l’espace). À l’heure où l’ancien modèle du « Hofplatz » essuie de vives critiques, notamment après la publication du « modèle d’implantation en rangées » d’O. Rück, nous nous sommes particulièrement attachés à inscrire notre modèle (qui retient le même principe d’un cycle construction/abandon que le « Hofplatz » et qui insiste sur l’importance fondamentale de la chronologie) dans un historique des recherches détaillé.
Ce site rubané se distingue par le nombre élevé des inhumations en habitat. Quinze d’entre elles, pour la plupart attribuées à l’étape récente évoluée du Rubané, ont été mises au jour. L’augmentation du corpus des tombes en habitat, qui a bénéficié des découvertes réalisées aux « Terres de la Chapelle » et sur le site voisin d’Entzheim-Geispolsheim, a autorisé une nouvelle approche de ce type de structure. Les résultats obtenus mettent en évidence un recrutement basé sur une sélection préférentielle d’individus jeunes (à l’exception des moins de 1 an), qui offre une image contrastant fortement avec la courbe obtenue sur la grande nécropole de Vendenheim.
L’abondant mobilier recueilli n’offre guère de caractères originaux. Les conclusions de l’étude exhaustive de la faune méritent d’être soulignées, en particulier la mise en évidence d’une étape de découpe des carcasses de bœufs qui se déroulerait dans des aires de débitage spécialisées au sein des villages, ou d’un abattage et d’une découpe des carcasses intervenant hors des habitats.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Cette contribution a bénéficié de l’accueil d’un des auteurs au sein de l’UMR 7044 : deux mois ont (...)

1Le village néolithique ancien rubané d’Entzheim « Les Terres de la Chapelle » a été découvert en 2006 et fouillé par tranches successives entre 2008 et 2009 par une équipe de l’Inrap (LEFRANC, CHENAL, 2008 ; LEFRANC et alii, 2012)1.

Fig. 1. Localisation du site d’Entzheim « les Terres de la Chapelle » dans le cadre du sud de la plaine du Rhin supérieur (DAO A. Denaire).

2Le site est localisé à une dizaine de kilomètres au sud-ouest de Strasbourg (fig. 1), sur une terrasse haute du Rhin – dite de Lingolsheim – à l’abri des crues du fleuve et à proximité immédiate d’un important cours d’eau, la Bruche. Cette unité géomorphologique, recouverte de lœss et surplombant de quelques mètres la vallée du Rhin, est délimitée au nord par la vallée de la Bruche, au sud par la vallée de l’Ehn et à l’ouest par le horst du Glockelsberg. Au début de l’Holocène, la Bruche, qui s’écoule aujourd’hui au nord de la terrasse, a creusé dans les lœss une entaille formant une diffluence dont le bras a pu être observé immédiatement au sud du site des « Terres de la Chapelle » (SCHNEIDER-SCHWIEN, 2012) (fig. 2). D’orientation générale ouest-est, cet axe confluait avec l’Ill, au sud de Lingolsheim, à quelques kilomètres à l’est.

Fig. 2. Le site dans son contexte géologique (DAO P. Lefranc, Inrap).

3La présence de ce bras sud de la rivière, colmaté avant la période romaine, explique la localisation de la majorité des sites néolithiques sur la lisière sud de la terrasse (fig. 2). La densité d’occupation y est telle, lors du Néolithique ancien, que les sites des « Terres de la Chapelle », d’Entzheim « Cora » (LASSERRE, CROUTSCH, 1995) et d’Entzheim-Geispolsheim « In der Klamm » (CROUTSCH et alii, 2007 ; LEPROVOST, 2013), tous fondés à l’étape ancienne, ne sont espacés que de 300 m (LEFRANC et alii, 2012), écartement se situant très en deçà de la distance moyenne intersites généralement observée dans les secteurs de fort peuplement rubané (LEFRANC, 2007a), et qui répond à la définition d’un territoire d’exploitation intensive d’environ un kilomètre de rayon centré sur les villages. Enfin, vers l’est, au niveau de la confluence de ce bras avec l’Ill, se rencontrent les habitats et les ensembles funéraires anciennement fouillés de Lingolsheim « Sablière Lienhardt » (FORRER, 1926) et « Sablière Zimmer et Schott » (HEINTZ, 1957). La forte densité observée au sud de la terrasse contraste avec la rareté des sites rubanés recensés sur sa lisière nord : seul le site de Holtzheim « Sablière Lienhardt » (FORRER, 1926), non précisément daté, témoignent d’une occupation rubanée du secteur. Tous les sites mentionnés appartiennent à la catégorie des « sites de rebords » (JEUNESSE, 1980 ; LEFRANC, 2007a), implantations dont le territoire utile se partage entre deux niches écologiques distinctes : les lœss du placage et les alluvions fluviatiles de la Bruche ou de l’Ill.

4Aux « Terres de la Chapelle », les prescriptions de fouilles privilégiant une approche circonscrite aux zones de plus grande densité de vestiges, n’ont permis qu’une exploration partielle d’un site dont l’extension maximale couvre au moins 5 ha. Le secteur du « Lotissement », localisé à l’ouest de l’ensemble (fig. 3), a fait l’objet de deux décapages couvrant respectivement 2500 m² et 1200 m², où ont pu être observés les vestiges de quatre maisons rubanées. Le secteur oriental (secteur de la « Zone d’Activités »), décapé sur une surface de 3 ha, a livré quelque 930 structures archéologiques – dont trente-deux inhumations - relevant, à de très rares exceptions près, du Néolithique. Les découvertes les plus marquantes sont celles d’une enceinte cérémonielle (LEFRANC, 2011 ; LEFRANC, JEUNESSE, 2012), de petits ensembles funéraires de la seconde moitié du Néolithique moyen (DENAIRE, LEFRANC, 2014) et d’un habitat du Néolithique récent (LEFRANC et alii, 2012). La majorité des structures observées relèvent du Néolithique ancien rubané (de l’étape ancienne à la seconde partie de l’étape récente) et se répartissent entre les vestiges d’une vingtaine de maisons, malheureusement assez mal conservées, des puits à eau et une quinzaine d’inhumations.

Fig. 3. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », plan général (DAO P. Girard et P. Lefranc, Inrap).

5La limite occidentale du village a probablement été atteinte au niveau du secteur du « Lotissement », et sa limite orientale semble coïncider avec la limite d’emprise du projet. L’extension du site vers le nord et vers le sud n’est pas connue. D’après les données du diagnostic (SCHNEIKERT, 2007), la vaste zone non explorée comprise entre les secteurs ouverts est occupée au Rubané, probablement de manière un peu moins dense que les zones prescrites à la fouille.

2. Les maisons

  • 2 Cet aménagement de la typologie de Modderman a été apporté par le groupe de travail œuvrant à l’axe (...)

6Nous nous référons, pour décrire et classer les bâtiments rubanés, au système proposé en 1970 par P.J.-R. Modderman pour les maisons du Limbourg hollandais (MODDERMAN, 1970), système basé sur une partition entre trois grands types architecturaux, parfaitement adapté au corpus bas-alsacien : le type 1 correspond aux longues maisons tripartites (Grossbau) constituées d’un espace nord-ouest ou « partie arrière », d’un espace central et d’un espace sud-est ou « partie avant » ; le type 2 rassemble les maisons bipartites dépourvues d’espace sud-est (Bau), et le type 3, les maisons monopartites réduites au seul espace central (Kleinbau). Modderman distingue le sous-type « a », bâtiments entièrement entourés d’une tranchée de fondation qui restent à ce jour inconnus en Alsace, et le sous-type « b » qui désigne les maisons dont seul le chevet est entouré par une telle tranchée. L’unique aménagement apporté à cette typologie est l’introduction d’un sous-type « c » désignant les maisons dépourvues de tranchées de fondation2.

2.1. L’architecture

7Il faut convenir que les résultats livrés par l’étude architecturale sont assez décevants : l’importante érosion qui a affecté l’ensemble du site et son corolaire, l’aspect lacunaire des plans, limitent fortement les possibilités d’analyses typologiques. Les plans de bâtiments suffisamment conservés pour que l’on puisse ne serait-ce qu’estimer leur longueur totale, sont au nombre de six seulement, soit moins d’un tiers du corpus. La disposition des tierces conservées, comparée à ce que nous connaissons de l’architecture rubanée sur d’autres sites régionaux mieux préservés, en premier lieu l’habitat de Bischoffsheim « AFUA du stade » (LEFRANC, 2007b, 2015), nous a cependant permis d’identifier à Entzheim les trois types de maison définis par Modderman (1970).

8Nous proposons de reconnaître au moins neuf maisons tripartites (type 1 : M5, 6, 8, 10, 12, 15, 17, 19 et 22) (fig. 3), dont deux de type 1b (M6 et 19), seize en y ajoutant les maisons dont les plans sont trop partiels pour exclure une attribution au groupe des bâtiments bipartites (M1, 9, 13, 16, 18, 20 et 21). Bien entendu, parmi ces dernières, certaines relèvent certainement de la catégorie des maisons de type 2 qui, autrement, n’est représentée que par un bâtiment, la maison 7. Le village d’Entzheim ne compterait qu’une seule maison monopartite (M3), deux si on considère le plan de la maison 4 comme incomplet.

9En fonction des attributions retenues pour les maisons aux plans les moins bien conservés, la part des maisons de type 1 varie de 47,5 % à 85 %, celle des maisons de type 2 entre 5 % et 47,5 % et celle des maisons de type 3 entre 5 et 10 %.

10L’estimation haute des maisons de type 2 est sans doute trop élevée au regard de ce que l’on connaît ailleurs en Basse-Alsace, notamment sur le site de Bischoffsheim où ce type apparaît à hauteur de 21 %. En revanche, le taux des bâtiments monopartites est conforme au corpus régional et peut être comparé aux 9 % obtenus à Bischoffsheim.

2.1.1. Maisons de type 1

11La plupart des plans sont trop partiels pour autoriser une analyse architecturale poussée, aussi ne nous arrêterons-nous que sur les quelques bâtiments offrant des plans reconstituables.

Fig. 4. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », plans des maisons 6, 10 et 22 (DAO P. Girard et P. Lefranc, Inrap).

  • 3 Les datations reposent sur le mobilier céramique piégé dans les fosses latérales et, pour certaines (...)

12Les données sur l’architecture du Rubané ancien3 sont extrêmement ténues à Entzheim ; seule la maison 22 (fig. 4, C), un bâtiment observé sur une longueur de 17,50 m, pourrait être pourvue d’un dispositif en « Y », dispositif dont il faut rappeler la présence systématique sur les treize bâtiments Rubané ancien de l’habitat de Bischoffsheim (LEFRANC et alii, 2004). La partie conservée de la maison se compose des vestiges de sept tierces dessinant une partie avant rassemblant trois tierces rapprochées, et un espace central offrant une configuration particulière : la tierce présentant un poteau nord décalé vers l’est (st. 47-49) qui, complétée par la tierce 50-52, pourrait être assimilée à un dispositif en « Y » renforcé, configuration que nous avons observée à l’identique sur les maisons 4 et 32 de Bischoffsheim (LEFRANC et alii, en cours). Dans cette hypothèse, la tierce la plus occidentale de la maison 22 pourrait correspondre à la tierce orientale du couloir. Au-delà, le bâtiment, comme toutes les autres structures archéologiques du secteur, a été gommé par l’érosion.

13La maison 6 offre le plan presque complet d’un bâtiment tripartite de type 1b (fig. 4, A), daté de l’étape moyenne. Les trois tierces orientales constituent la partie avant, dispositif « léger » également attesté sur une maison Rubané moyen de Bischoffsheim (M36), long de 5 m et, comme en témoignent les poteaux dédoublés, peut-être pourvue d’une plate-forme. La partie centrale, longue d’une dizaine de mètres, est composée du couloir et de deux travées de modules différents (4,5 et 6 m), séparées par une tierce dont le poteau nord-est nettement décalé vers l’est. Ce dispositif est finalement assez proche de celui observé sur la maison 22, mais la longueur de la travée interdit d’y voir un dispositif en Y renforcé.

14La subdivision en trois travées (dont le couloir) est plutôt caractéristique de l’étape récente dans notre région d’étude, les maisons du Rubané moyen semblant privilégier les espaces centraux formés de quatre travées (M3 et 36 de Bischoffsheim), caractère également répandu dans toutes les provinces du Rubané du Nord-Ouest lors de l’étape moyenne et au début de l’étape récente (LEFRANC et alii, en cours). Les espaces centraux composés de trois travées, plus rares, existent cependant dès l’étape moyenne comme l’atteste la maison 33 de Bischoffsheim.

15L’espace occidental doit être analysé en deux temps. Le fossé de fondation, qui s’interrompt au niveau du couloir, est constitué par une tranchée continue d’une vingtaine de centimètres de profondeur délimitant un module nord-ouest long de 6,6 m. À l’arrière de l’édifice, et dans le prolongement de l’espace nord-ouest, a été accolée une petite cellule de même largeur que le pignon arrière (soit 6,2 m) et longue de 3 m : sa construction intervient dans un second temps comme l’indique l’absence de continuité entre les deux dispositifs. On notera que les trous de poteau observés au sein de cette excroissance (st. 502, 503 et 507) sont de plus faible module que ceux du couloir par exemple, mais qu’ils s’alignent parfaitement dans l’axe des pannes du bâtiment. Il faut insister sur le fait qu’il ne s’agit pas d’une partie arrière compartimentée en deux espaces par une tranchée transversale, comme c’est par exemple le cas sur la maison 2 de Kolbsheim (DENAIRE, 2013), la maison 89 d’Elsloo (MODDERMAN, 1970), la maison 41 de Bylany (PAVLÚ, ZAPOTOCKA, 1983), la maison 2 de Hienheim (MODDERMAN, 1977), la maison 12 de Remerschen (HAUZER, 2006) ou encore la maison 149 de Sittard (MODDERMAN, 1970), mais bien de deux éléments distincts accolés. Dans les exemples cités, on observe des palissades internes sur sablières ménageant toujours un passage axial ou latéral. La maison 6 d’Entzheim évoque davantage les maisons 5 d’Ulm-Eggingen (KIND, 1989), 50 de Langweiler 8 (BRANDT, 1988) et 8 de Hienheim (MODDERMAN, 1977), qui portent les stigmates d’épisodes de reprises architecturales, qu’il s’agisse de l’extension de la partie arrière ou du simple ajout d’une cellule indépendante pourvue de son propre accès. C’est particulièrement clair dans le cas de la maison 50 de Langweiler 8 où la cellule accolée est légèrement plus étroite que le pignon arrière du bâtiment.

Fig. 5. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », plan de la maison 15 (DAO P. Girard et P. Lefranc, Inrap).

16De la maison 15 (fig. 5), datée de la fin de l’étape récente, on retiendra notamment le long espace nord-ouest qui se développe sur 16,50 m,et qui se compose de six tierces distribuées selon un rythme régulier définissant cinq travées de longueurs équivalentes (environ 3 m). Le couloir de séparation est absent, caractère rarement observé en Basse-Alsace. La partie centrale, longue d’environ 10 m, ne présente qu’une travée, mais il est probable qu’une tierce intermédiaire, aujourd’hui disparue, ait été implantée à mi-distance, divisant l’espace en deux travées de 5 m. C’est du moins ce que suggère l’analyse de la maison 31 de Bischoffsheim (Lefranc et alii, 2004) qui présente des caractères architecturaux relativement proches, dont une longue partie arrière (14 m) et une partie centrale comptant un couloir (2,5 m) et deux travées de 5 m.

17Le caractère le plus remarquable de la maison 15 réside dans la largeur des tierces qui atteignent près de 4,5 m, et dans sa largeur totale, estimée à 8 m. Il s’agit de la maison la plus large du corpus régional qui ne comptait jusqu’ici aucun bâtiment outrepassant 7,2 m de largeur. Ces ordres de grandeur caractérisent, partout en Basse-Alsace, les maisons tripartites de la seconde partie de l’étape récente. Comme l’illustrent les diagrammes de distribution (fig. 6), ils sont en effet étrangers aux maisons de l’étape ancienne ou moyenne qui n’outrepassent que très rarement 30 m de longueur (la moitié ne dépasse pas 25 m) pour des largeurs comprises entre 5 et 6 m.

Fig. 6. Diagrammes de distribution des maisons du Rubané de Basse-Alsace (DAO P. Lefranc, Inrap).

18Cette tendance régionale à l’accroissement de la largeur des bâtiments (LEFRANC, 2015 ; LEFRANC, MICHLER, 2015), décelable dans les mesures des tierces, est confirmée par les maisons 5, 15 et 19 d’Entzheim, toutes trois attribuées à la fin de l’étape récente et qui montrent des écarts entre les poteaux latéraux des tierces compris entre 4 et 4,5 m. La maison 6 d’Entzheim, datée de l’étape moyenne, s’inscrit quant à elle très logiquement dans la lignée des bâtiments des étapes ancienne et moyenne étudiés à Bischoffsheim.
Ce modèle évolutif transcrit une réelle tendance à l’échelle de la région et peut être utilisé comme un critère complémentaire de datation.

  • 4 Ce groupe supra-régional, défini par ses rites funéraire, ses traditions architecturales et céramiq (...)

19Le survol du corpus des provinces du Rubané du Sud-Ouest4 (JEUNESSE, 1995a et b), régions pour lesquelles nous connaissons surtout des bâtiments datés des étapes récentes et finale, permet de constater, là aussi, la même évolution. À Sierentz, les maisons complètes, de plan trapézoïdal, offrent des longueurs comprises entre 25 et 33,5 m pour des largeurs de plus de 7 m au niveau du pignon oriental (5,5 m pour la partie arrière) (WOLF, VIROULET, 1992). Le bâtiment le plus imposant est également le plus tardif : la maison 6, datée du stade récent B, mesure plus de 33 m de longueur pour une largeur comprise entre 6 m à l’ouest et 8,5 m au niveau du pignon oriental. À Cuiry-lès-Chaudardes, les maisons tripartites sont encore plus massives avec des ordres de grandeur avoisinant parfois près de 40 m pour des largeurs allant de 7,25 à 8,5 m (Maison 225 ; SOUDSKY et alii, 1982). Il semble que cette tendance touche également les provinces du Rubané du Nord-Ouest : à Elsloo et à Sittard, sites du Limbourg offrant l’avantage d’avoir livré des maisons bien datées et bien publiées (MODDERMAN, 1959, 1970), les bâtiments récents sont presque systématiquement un peu plus larges que les bâtiments anciens (6,5 à 7 m contre 5 à 6 m environ).

2.1.2. Maisons de type 2

20Hormis la maison 7, il est difficile, compte tenu des lacunes de la plupart des plans, d’attribuer de manière certaine d’autres édifices à cette catégorie (fig. 3). Tous sont incomplets et ni leurs longueurs ni leurs largeurs ne sont connues. La maison 7 conserve un couloir de séparation et trois tierces équidistantes, caractéristiques que l’on retrouve sur les autres bâtiments bipartites d’Alsace. La présence de fossés de fondation est probable comme le laissent imaginer les maisons 13 et 18, potentiellement de type 2. Leurs parties arrières mesurent donc entre 4 et 5,8 m.

21Ces quelques observations permettent de resituer un plan type pour ces maisons bipartites – partie arrière peu développée, la présence d’un couloir et d’une partie centrale divisée en trois travées – très proche de celui des maisons bipartites de Bischoffsheim (LEFRANC et alii, 2004), de Remerschen au Luxembourg (HAUZEUR, 2006), d’Elsloo (MODDERMAN, 1970), de Langweiler 8 (BRANDT, 1988) ou de Cuiry-lès-Chaudardes (SOUDSKY et alii, 1982).

2.1.3. Maisons de type 3

22Seule la maison 3 appartient de manière certaine à ce type. Elle mesure 8,5 m de longueur et comprend cinq tierces équidistantes et très rapprochées. La maison 4, voisine de la précédente, s’en rapproche par ses dimensions ; pour y reconnaître une maison de type 3, il faudrait cependant considérer que l’érosion a fait disparaître deux tierces. En l’état, le changement de rythme qui marque l’implantation des tierces nous oblige à identifier un bâtiment bipartite d’après les critères de la typologie de Modermann. Il faut cependant souligner que la faible distance entre les trois tierces arrières est atypique pour un bâtiment de type 2 alsacien, tout comme ses dimensions très réduites, qui en feraient le plus petit bâtiment de type 2 de la région.

23En Basse-Alsace, seul le site de Bischoffsheim a livré quelques exemples de maisons de type 3 : il s’agit des bâtiments 5, 6, 22 et 39 dont les longueurs se répartissent dans un intervalle de 5 à 9 m (LEFRANC et alii, 2004). À Elsloo et à Stein, les Kleinbauten représentent près du quart des bâtiments rubanés datés de l’étape récente (MODDERMAN, 1970). En Alsace, moins de 7 % des maisons rubanées sont de type 3. Nous ignorons comment expliquer une telle différence. Sommes-nous en face de choix architecturaux différents entre ces deux régions ou leur rareté tient-elle simplement à leur éventuel regroupement dans des secteurs non étudiés des habitats ? L’habitat de Geleen-Janskamperveld par exemple, montre une telle concentration de Kleinbauten au nord du site (une dizaine de bâtiments) (LOUWE KOOIJMANS et alii, 2003).

2.2. Les orientations

24Comme il est de règle en Basse-Alsace, tous les bâtiments sont orientés sur un axe ouest-nord-ouest/est-sud-est. La question des orientations est particulièrement intéressante à Entzheim puisque nous disposons, avec ce nouveau site, d’un ensemble relativement étoffé pouvant être confronté à celui de Bischoffsheim, habitat sur lequel nous avions noté une très forte corrélation entre les groupes d’orientations et les stades stylistiques représentés (LEFRANC et alii, 2004 ; 2015). Sur ce site, les maisons attribuées au Rubané ancien se placent toutes dans un intervalle de 283° à 335°, avec un maximum entre 300° et 320°. Les bâtiments attribués à l’étape moyenne et au début de l’étape récente (IVa1) prennent place dans une fourchette plus restreinte comprise entre 290° et 305°. Au Rubané récent évolué, les orientations sont marquées par un basculement vers l’axe ouest-est et passent en dessous de 290°.

25Le schéma chronologique entrevu ici ne peut être vérifié sur l’ensemble des sites bas-alsaciens, par manque de datations précises essentiellement. Cependant, une série d’observations réalisées sur des habitats récemment fouillés (LEFRANC et alii, 2010 ; PERRIN, 2013 ; DENAIRE, 2013) milite nettement en faveur d’un phénomène de portée régionale, et les maisons du site d’Entzheim « Les Terres de la Chapelle », deuxième habitat bas-alsacien fouillé sur une vaste superficie, montrent indéniablement une variabilité qui semble obéir à la même logique chronologique que celle qui régit les orientations des bâtiments de Bischoffsheim.

Fig. 7. Orientations des maisons d’Entzheim « Les Terres de la Chapelle » et de Bischoffsheim « AFUA du stade ». Seules trois maisons de l’étape ancienne du site d’Enztheim sont ici figurées sur les quatre mentionnées dans le texte. En effet, l’attribution de la 21 à cette étape est hypothétique et repose sur son orientation (DAO P. Lefranc, Inrap).

26À Entzheim, les maisons s’orientent au sein d’un éventail allant de 282° à 316° (fig. 7). Les rares maisons datées du Rubané ancien (M1, M22) s’inscrivent autour de 305°. Certes, nous ne disposons que de peu de bâtiments sûrement datés de cette étape à Entzheim ; il n’empêche que l’analogie avec Bischoffsheim est frappante. Nous pensons pouvoir attribuer au moins une maison supplémentaire à l’étape ancienne en nous appuyant sur des critères architecturaux : il s’agit de la maison 12, très lacunaire puisque réduite aux quelques trous de poteau dédoublés de la partie avant, mais caractérisée par une relative étroitesse des tierces (3,20 m de centre à centre) qui n’est plus observée sur les maisons plus tardives. Son orientation à 305° coïncide également avec les orientations de l’étape ancienne. La maison 21 enfin, réduite à quelques vestiges pourrait, sur la foi de sa seule orientation (312°) être elle aussi attribuée à l’étape ancienne.

27Les bâtiments que nous proposons de dater du Rubané moyen et du stade IVa1 (M3, 6, 7, 10, 16 et 18) se distribuent dans un intervalle de 288° à 304°. Il est là aussi frappant de constater la parfaite adéquation avec les orientations contemporaines de Bischoffsheim. À partir du stade IVa2 (M9), on note une tendance des bâtiments à se rapprocher de l’axe est-ouest. C’est particulièrement net au stade IVb avec trois maisons sur quatre orientées entre 282° et 292°. La tendance n’est cependant pas générale puisque la maison 19, datée du même stade IVb, conserve une orientation « archaïque » à 306°. On doit donc noter qu’à l’échelle de la Basse-Alsace, deux groupes d’orientations semblent se distinguer lors du Rubané récent évolué, dont le plus étoffé rassemble une dizaine de maisons orientées entre 282° et 296° ; le second, qui intéresse des bâtiments orientés entre 306° et 309°, ne regroupe aujourd’hui que la maison 1 de Rosheim « Sainte-Odile » et la maison 19 d’Entzheim.

28Les résultats obtenus à Entzheim et à Bischoffsheim, sites distants d’une douzaine de kilomètres, tendent à démontrer que les variations d’orientation observées ne procèdent pas d’un épiphénomène local, mais d’un mouvement plus profond, culturellement signifiant, affectant une large communauté.

3. Les puits

29Trois puits de type Kastenbrunnen (WEINER, 1998b), attribués au Néolithique ancien, ont été mis au jour à l’est du grand décapage (st. 478, 556 et 1182), regroupés dans un même secteur. Il est plus que probable que ces puits matérialisent trois phases de reconstructions successives d’un même dispositif. Leur proximité plaide en effet en faveur de leur diachronie et nous savons, grâce aux datations dendrochronologiques réalisées sur les caissons du puits d’Erkelenz, que la durée de vie de ce type de structure a pu être relativement courte (SCHMIDT et alii, 1998).

  • 5 Les prélèvements systématiquement réalisés en vue d’analyses carpologiques se sont malheureusement (...)

30La découverte d’Entzheim vient très utilement compléter les données recueillies à Ittenheim « Complexe sportif » (LEFRANC et alii, 2010), seul autre habitat rubané régional ayant livré des structures de ce type, puisqu’à la lumière de ces deux exemples nous pouvons aujourd’hui proposer de restituer, sur les habitats de Basse-Alsace, une aire réservée, en périphérie du village, à l’aménagement d’un puits commun régulièrement reconstruit. En l’absence de bois conservés, nous ne sommes malheureusement pas en mesure d’établir la durée d’utilisation de chacun de ces trois puits, ni même leur ordre de succession de façon réellement satisfaisant ; les rares éléments de datation recueillis dans les remplissages sont en effet très peu abondants et renvoient tous à l’étape récente du Rubané5. Le recoupement entre le puits 1182 et la maison 17 n’apporte aucun élément, cette dernière n’étant pas précisément datée. Si la situation est plus favorable avec le puits 556 recoupé par la maison 15, la datation de cette dernière ne nous avance guère. En effet, ses fosses ont livré du mobilier de la dernière étape d’occupation du village rubané.

31Le puits 478 (fig. 8) est localisé à une dizaine de mètres au nord-nord-est du puits 556. En surface, il se présente sous la forme d’une tache subcirculaire d’environ 4,50 m de diamètre. Sa profondeur conservée est de 5,10 m sous le niveau du décapage. En coupe, la fosse d’installation affecte une forme cylindrique sur les deux tiers de sa hauteur, puis se rétrécit régulièrement pour ne plus atteindre qu’un diamètre de 1,20 m au niveau du fond. Le caisson installé au centre de cette fosse n’a laissé que peu de traces. En plan tout d’abord, on observe, entre 1,75 m et 3 m sous le niveau de décapage, les traces d’un cuvelage quadrangulaire d’environ 1,50 m de côté. Quelques traces fugaces de bois conservés laissent à penser qu’il s’agit d’un caisson constitué de planches assemblées à mi-bois. Sur tous les puits rubanés recensés où les aménagements internes sont préservés ou simplement évoqués sous forme de traces, on observe en effet des caissons quadrangulaires d’environ 1 m de côté, édifiés à l’aide de poutres de chêne croisées, encochées et assemblées à mi-bois ; c’est par exemple le cas à Eythra (WINDL, 1998), Rehmsdorf (EINICKE,1998) et Erkelenz (WEINER, 1992).

Fig. 8. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », plan et profil du puits 478 (DAO P. Girard et P. Lefranc, Inrap).

32On soulignera que les angles du caisson du puits 478 sont orientés sur les points cardinaux, ce qui est également le cas du caisson du puits 556 et des caissons des deux puits d’Ittenheim. En stratigraphie, l’aménagement interne ne subsiste plus qu’à travers son comblement de limon gris présentant des parois régulières et verticales (couches 4 et 7) qui tranchent avec le sédiment utilisé pour combler la fosse d’installation. Il est donc légitime de restituer un caisson de 1,50 m de côté sur toute la hauteur de la structure. Le fond du puits consiste en un simple creusement en cuvette (couche 9). On observe exactement les mêmes aménagements à Ittenheim ainsi que sur le puits 556 d’Entzheim. La partie supérieure du remplissage du caisson présente un profil s’élargissant vers l’ouverture (couches 1, 2 et 3), que l’on doit imputer à des phénomènes d’effondrements des parois. Il s’agit là d’une configuration très caractéristique qui se rencontre sur la plupart des ouvrages bien documentés, par exemple à Eythra (STAÜBLE, CAMPEN, 1998) ou Erkelenz-Kückhoven (WEINER, 1998a). Le comblement de l’espace compris entre le caisson et les parois de la fosse d’installation est constitué par un limon marron mêlé de graviers (couche 6). La plus grande partie de la structure est aménagée dans les sables et les graviers de la Bruche, sédiment extrêmement instable. C’est sans doute la nature de l’encaissant qui explique la taille importante des fosses d’installation des trois puits d’Entzheim ; à Ittenheim, ces fosses aménagées dans les lœss sont à peine plus larges que le caisson central.

33La datation de la phase d’abandon du puits 478 au début de l’étape récente (stade IVa1) repose sur la céramique décorée recueillie dans le comblement du caisson, au niveau de la couche 4. Nous pouvons donc retenir pour cet ouvrage l’hypothèse d’une construction dans le courant de l’étape moyenne et une utilisation jusqu’au début de l’étape récente. Le puits est donc potentiellement contemporain des maisons 3, 6, 10, 18 (Rubané moyen) et des maisons 7 et 16 (IVa1).

Fig. 9. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », profil du puits 556 (DAO P. Girard et P. Lefranc, Inrap).

34Le puits 556 (fig. 9), localisé à une dizaine de mètres au sud-sud-ouest du précédent, est recoupé par le pignon oriental de la maison 15 (stade IVb). Il offre les mêmes caractères morphologiques que le puits 478. En surface, il se présente comme une forme subcirculaire de 5,70 m de diamètre. Sa profondeur conservée est de 5,40 m sous le niveau de décapage. La fosse d’installation affecte un profil en entonnoir qui ne doit rien à l’érosion, ses parois étant tapissées par une couche de lœss rapportés venant s’appuyer sur le caisson central. Sur les deux tiers inférieurs de sa hauteur, la fosse était comblée par un sédiment sablo-graveleux identique au sédiment encaissant. Le caisson, comblé par un limon gris, apparaît, là aussi, au centre du creusement sous la forme d’une cheminée aux parois parfaitement verticales. Au fond, on observe le même creusement concave que sur le puits 478. Les dimensions observées permettent de restituer un caisson de 1 à 1,10 m de côté. Le plan quadrangulaire de cet aménagement a pu être observé à 1,50 m sous le niveau du décapage. Ses dimensions sont moins importantes que celles des caissons des puits 478 (1,50 m) et 1182 (1,70 m), mais sont de l’ordre de celles observées à Ittenheim (0,80 m et 1,20 m). Enfin, la couche de limon noir qui scelle le creusement correspond probablement à un épisode de destruction. La structure est difficile à dater : l’unique tesson décoré, issu de la couche de limon noir qui marque l’abandon du puits, peut être attribué au début du Rubané récent, sans plus de précision, mais cela ne nous renseigne que peu sur la date d’utilisation compte tenu des phénomènes de soutirage dans ce type de structure. La seule borne chronologique que l’on puisse placer est que la maison 15, attribuée l’étape IVb, est construite alors que ce puits est comblé.

Fig. 10. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », plan et profil du puits 1182 (DAO P. Girard et P. Lefranc, Inrap).

35Le dernier puits de la série, la structure 1182 (fig. 10), est localisé à une dizaine de mètres au sud-est du puits 556. Il se présente sous la forme d’une large tache subcirculaire d’environ 7,20 m de diamètre et sa profondeur conservée est de 5,20 m sous le niveau de décapage. La fosse d’installation affecte une forme cylindrique allant en se rétrécissant vers le fond. Elle est comblée par un mélange de sables et de graviers de nature identique à celle du sédiment encaissant. Le caisson central, observé à 2,20 m sous le niveau de décapage, offre un plan quadrangulaire de 1,70 m de côté, mais ici, les angles ne s’alignent pas sur les points cardinaux. Son remplissage est constitué par un sédiment limoneux à argileux, stérile sur la majeure partie de sa hauteur. La phase d’abandon est marquée par l’effondrement de la cheminée centrale, matérialisé par l’évasement observé dans son tiers supérieur.

  • 6 Sans l’apport de la dendrochronologie, la datation des puits est toujours hasardeuse. Il est en eff (...)

36La datation de ce puits pose également problème dans la mesure où le seul mobilier datant recueilli est un tesson Grossgartach. Il provient du tiers supérieur du comblement du caisson (à 1,60 m de profondeur) et indique que la dépression du puits, partiellement comblée, était encore bien visible au début du Néolithique moyen6. Ce simple constat amène à exclure une datation de la structure aux étapes ancienne ou moyenne ; on pencherait plutôt en faveur d’une attribution à la dernière phase d’occupation du site, c'est-à-dire au stade IVb.

4. Le fossé

37Un fossé subrectiligne et orienté NO-SE a été observé sur une distance d’environ 70 m, au nord-est du grand décapage (fig. 3, supra). Il s’interrompt au sud-est, à hauteur des pignons orientaux des maisons 5 et 6 ; d’après les données recueillies lors du diagnostic, son tracé se poursuit en direction du nord-ouest. La structure, reconnue sur une centaine de mètres, présente, dans les secteurs où elle est le mieux conservée, une largeur oscillant entre 1,10 m et 1,30 m pour une profondeur comprise entre 0,20 m et 0,35 m. Son tracé s’infléchit très légèrement vers le nord avant de reprendre une direction sud-est et de s’interrompre brusquement. Sa disparition correspond probablement ici à une ouverture ; il n’est pas exclu que le tracé reprenne plus à l’est, hors de l’emprise des travaux.

38L’attribution au Néolithique ancien de ce fossé intégralement fouillé, plus précisément au stade IVa1 du Rubané, s’appuie il est vrai sur un assemblage mobilier des plus modestes. Cependant, en l’absence d’éléments plus tardifs, et sur la base d’un remplissage lehmique sombre tout à fait comparable à ceux qui caractérisent les structures du Néolithique ancien, cette hypothèse chronologique apparaît comme la plus probable.

  • 7 Un quatrième fossé, à Rosheim « Sainte-Odile », est à l’origine de la définition des enceintes à ps (...)

39Nous connaissons aujourd’hui trois fossés ceignant des habitats en Alsace7, dont deux datés de l’étape ancienne et un de l’étape récente. Les deux premiers, mis au jour dans la région de Colmar, offrent des caractères morphologiques très proches de ceux relevés sur le fossé d’Entzheim, notamment un tracé régulier, une faible profondeur et un profil constant en cuvette (JEUNESSE, 1993a et b ; JEUNESSE, 1996a). Ces attributs les apparentent également à plusieurs fossés d’outre-Rhin datés des étapes ancienne et moyenne (KRAUSE, 1998 ; SCHMIDGEN-HAGER, 1992 ; Höhn, 1985), ainsi qu’au fossé mis au jour à Ittenheim « Complexe sportif » (LEFRANC et alii, 2010), un peu plus large que celui d’Entzheim (entre 1,80 m et 2,50 m), mais de profondeur équivalente (0,35 m) et marqué par le même profil concave ; sa datation, qui ne repose que sur une petite poignée de tessons, s’oriente, comme à Entzheim, vers le début du Rubané récent.

5. L’organisation spatiale : vers un nouveau modèle d’implantation

40L’habitat des « Terres de la Chapelle », en grande partie arasé et partiellement fouillé, n’est sans doute pas le site idéal pour appréhender la question de l’organisation spatiale des habitats rubanés et nous éluderions rapidement la question s’il ne présentait quelques caractères très significatifs méritant d’être commentés : en dépit du mauvais état de conservation du site, se dessine en effet assez nettement une organisation des maisons « en rangées », type d’implantation relativement fréquent qui a récemment inspiré un modèle d’organisation des habitats (le Zeilensiedlungsmodell) prétendant se substituer au modèle jugé obsolète du Hofplatz. Nous rappellerons rapidement en quoi consistent ces deux approches et ce qui les oppose, avant de présenter sans trop le développer – la monographie étant en cours de rédaction – le modèle alternatif que l’étude du site de Bischoffsheim nous a permis de construire et qui peut, mieux que ses prédécesseurs nous semble-t-il, rendre compte des configurations observées en Alsace.

41Le modèle du Hofplatz, élaboré sur les habitats du plateau d’Aldenhoven, en Rhénanie, est sans conteste celui qui a marqué de la façon la plus durable l’histoire de la recherche, en Allemagne tout d’abord (BOELICKE, 1988 ; NETH, 1999 ; HERREN, 2003, 2005 ; CLASSEN, 2005), mais également dans les régions limitrophes où l’application du modèle du Hofplatz accompagne toute tentative d’analyse spatiale (HAUZEUR, 2006 ; LEFRANC et alii, 2004). À la base de cette modélisation se trouve la notion fondamentale de Hof (BOELICKE et alii, 1988 ; BOELICKE, 1988) : ce terme, que l’on traduit par « ferme », comprend le bâtiment lui-même et une série de fosses associées. Parmi ces structures figurent les fosses de construction, ce qui va presque de soi, mais également des fosses « libres » occupant théoriquement des espaces définis en périphérie du bâtiment. En étudiant la répartition des fosses « libres » associées à la maison, l’équipe de chercheurs du plateau d’Aldenhoven a défini une aire d’environ 25 m de radiant autour de la maison, correspondant à l’aire d’activité de la ferme. Selon ce schéma, deux maisons distantes de moins de 50 m ne peuvent donc être considérées comme contemporaines. Un peu plus tard, J. Lüning (LÜNING, 1998) a légèrement nuancé le propos en précisant que le Hof pouvait atteindre une extension comprise entre 50 et 70 m autour de la maison et que sa taille était susceptible de varier en fonction des types de maisons définis par P.J.-R. Modderman. Autre règle, le Hofplatz ne peut accueillir qu’une maison à la fois. Il se déplace au sein d’un Wohnplatz, espace réservé à un même groupe et où les maisons sont régulièrement reconstruites. Le Wohnplatz correspond donc au terrain sur lequel se succèdent plusieurs fermes occupées par plusieurs générations d’un même groupe social.

42Le modèle, longtemps incontournable et régulièrement réaffirmé (LÜNING, 2005, 2012 ; CLASSEN, 2005), a essuyé quelques vives critiques méthodologiques visant notamment la légitimité de l’utilisation des mobiliers issus de fosses « libres » pour l’établissement de la chronologie (BIRKENHAGER, 2003, p. 50), critiques qu’il est difficile d’ignorer. La définition même du Hof comme un bâtiment entouré d’une aire d’activités de 25 m de radiant, qui repose sur la répartition de ces mêmes fosses « libres », ne peut plus être acceptée sans discussion.

43Cette remise en cause du modèle a été initiée par B. Birkenhager, puis relayée par O. Rück qui a récemment proposé un modèle d’organisation « en rangées » des maisons rubanées (Zeilensiedlungsmodell) qui rompt de manière spectaculaire avec l’hypothèse fondamentale d’un cycle régulier d’abandon/reconstruction des maisons (RÜCK, 2007, 2011, 2013). L’existence de bâtiments disposés côte à côte et formant des rangées plus ou moins régulières est signalée depuis longtemps déjà (VAN BERG, CAUWE, 1996 ; WOLF, 1997 ; COUDART, 1998 ; LÜNING, 1998), mais jusqu’ici cette configuration était interprétée comme résultant d’un échelonnement des bâtiments dans le temps. O. Rück pose pour sa part le principe d’une durée de vie des maisons rubanées bien supérieure à 25 ans, jusqu’à 100 ans, éventuellement davantage, et propose de restituer des rangées de maisons contemporaines. Pour construire son modèle, il lui faut s’affranchir de toute contrainte chronologique, ce qui l’amène naturellement à contester la valeur « diagnostique » des assemblages mobiliers contenus dans les fosses latérales (RÜCK, 2013, p. 210). S’il est légitime de s’interroger sur le rythme de dépôt de ces assemblages – peut-être très rapide au demeurant (ALLARD et alii, 2013) – qui livrent des indications chronologiques potentiellement tronquées (l’arasement des structures nous prive en effet systématiquement de l’enregistrement des dernières années d’occupation des bâtiments), il n’est guère raisonnable de les ignorer ; or, c’est bien ce que l’on nous propose avec ce modèle où l’existence même de rangées de maisons suffit à démontrer leur contemporanéité. En laissant de côté toute considération chronologique, O. Rück construit un modèle non réfutable qui a tout d’un sophisme. Nous ne remettons nullement en question l’existence des rangées de maisons, signalées de longue date, ni même, sur le fond, le principe selon lequel de telles rangées de maisons contemporaines ont pu exister, mais nous soulignons l’extrême fragilité d’un modèle construit sur des bases méthodologiques très discutables, au moins aussi discutables que celles qui fondent le Hofplatz et que O. Rück a pourtant très justement critiquées.

44Le modèle que l’analyse du site de Bischoffsheim nous a imposé se fonde sur une approche chronologique, ce qui le rapproche du modèle du Hofplatz. À Bischoffsheim comme à Entzheim, les fosses latérales ont été carroyées, méthode classique permettant de situer chaque objet et qui, couplée à l’analyse stratigraphique, permet, dans des contextes complexes caractérisés par de nombreux recoupements, de proposer une datation relative pour la plus grande partie des bâtiments ; bien entendu, mais encore faut-il le préciser, seul le mobilier issu des fosses latérales flanquant les bâtiments a été pris en compte. En dépit de ces précautions, il est possible, les mélanges étant fréquents, que certains bâtiments aient été mal datés ; nous pensons avoir réduit ce risque au minimum, mais il serait imprudent de l’ignorer. Le mobilier céramique décoré a ensuite été intégré à une nouvelle analyse factorielle de correspondances du Rubané de Basse-Alsace.

45Nous avons relevé que les bâtiments rapprochés par l’analyse des correspondances étaient le plus souvent beaucoup trop proches les uns des autres pour se conformer au modèle du Hofplatz. Nous nous trouvions donc devant deux alternatives : soit nous appliquions strictement le modèle et créions des phases de constructions que l’analyse de la céramique seule ne permettait pas d’individualiser, soit nous considérions ces maisons comme potentiellement contemporaines et tentions de redéfinir le modèle de la « ferme rubanée ».

46À Bischoffsheim, notre approche chronologique nous a confortés dans l’idée que les maisons tripartites pouvaient être très rapprochées, mais seulement par leurs petits côtés : il n’est en effet pas rare d’observer la proximité d’une façade et d’un chevet, mais dans ce cas, soulignons-le, les bâtiments ne sont jamais construits sur le même axe, mais toujours légèrement décalés. Nous avons déduit de cette configuration particulière que l’aire de la ferme ne s’étendait pas tout autour de la maison (comme le postule le modèle du Hofplatz), mais de part et d’autre des longs côtés : deux maisons contemporaines et de même type peuvent donc être immédiatement voisines, une façade pouvant être localisée à proximité immédiate d’un pignon arrière. On note également, et ceci est valable pour tous les stades stylistiques représentés à Bischoffsheim, que les maisons contemporaines de type 1 respectent entre elles une distance d’au moins 25 m entre leurs longs côtés.

47De ce schéma, qui se reproduit lors des stades ancien B, ancien C, moyen, récent IVa1 et IVb, nous avons déduit l’existence d’une structuration des habitats rubanés non pas sous la forme irrégulière de l’école allemande (STEHLI, 1994, fig. 1), et encore moins sous la forme des rangées de maisons contemporaines d’O. Rück, mais sous une forme géométrique, un quadrillage de l’espace qui correspond davantage à « l’esprit » du Rubané (Van BERG, CAUWE, 1996). Nous proposons donc de restituer une organisation selon un quadrillage dessinant, à Bischoffsheim, des parcelles d’environ 50 m de profondeur et sur lesquelles se succèdent des bâtiments diachrones (fig. 11). Notre modèle est donc, sur son principe, fondamentalement proche du modèle du Hofplatz, mais redéfinit entièrement ses caractères. L’organisation des maisons en rangées qui a inspiré O. Rück serait simplement déterminée par l’orthogonalité des parcelles, par une contrainte spatiale imposée. De façon plus anecdotique, notre modèle accepte, à l’image de l’école hollandaise (Van de VELDE, 1990, 2007 ; LOUWE KOOIJMANS et alii, 2003) la contemporanéité de plusieurs maisons de types différents sur une même parcelle.

Fig. 11. Organisation spatiale des maisons du site de Bischoffsheim « AFUA du stade » entre l’étape moyenne et le début de l’étape récente évoluée (DAO P. Lefranc, Inrap).

48À Bischoffsheim, en croisant les données, il est possible de démontrer que la durée de vie d’un bâtiment n’outrepasse pas un quart de siècle, soit la durée théorique d’une génération, estimation identique à celle proposée par les chercheurs du plateau d’Aldenhoven : les stades ancien C et IVa1 par exemple, qui ne durent que le temps d’une génération, ne sont représentés que par une unique phase de construction, alors que le stade ancien B, qui se déroule sur un peu moins d’un siècle, n’en compte pas moins de trois. Cet intervalle de temps relativement bref montre que la durée de vie des maisons n’est pas déterminée par des facteurs matériels, comme la résistance au pourrissement des poteaux en chêne par exemple (RÜCK, 2013, p. 213), mais bien par des règles sociales : on pense bien sûr à la coutume de l’abandon du bâtiment après la mort du maître de la maisonnée, pratique très répandue à travers le monde et que l’on peut, à titre d’exemple, illustrer par un passage de Philippe Descola à propos des Achuar : « La fonction rectrice du chef de maisonnée apparaît tout particulièrement, et par défaut, lorsque celui-ci meurt et que le tissu social et physique de la configuration dont il était le centre se dissout brusquement et à jamais. Après qu’on l’ait enterré au milieu de sa maison, celle-ci est abandonnée » (DESCOLA, 1986, p. 157). C’est la crainte de voir l’esprit du mort venir hanter les lieux qui, d’après les auteurs, justifie cet abandon qui n’est effectif qu’à la mort du maître ; les autres membres de la maisonnée sont simplement enterrés sous leurs couches sans que cela implique d’interdits particuliers (ibid., note 5).

49Le plan du village d’Entzheim, représentatif de l’état de conservation souvent médiocre de la majorité des habitats rubanés régionaux, est trop lacunaire pour nous autoriser une approche aussi poussée qu’à Bischoffsheim, mais il n’est pas impossible de tenter d’y appliquer notre grille de lecture.

50Le trait le plus saillant du plan d’Entzheim est, nous l’avons déjà mentionné, l’organisation en rangée des maisons 5 à 9 et 14 dont les pignons avants s’alignent. Immédiatement au nord de cet ensemble, on observe deux petites maisons (maisons 3 et 4) disposées côte à côte sur un axe identique. Nous proposons donc de placer entre ces deux alignements, un peu en retrait des pignons arrière des maisons 5 à 9, une première limite de parcelle appartenant au réseau structurant l’espace villageois (axe 1 ; fig. 14). C’est l’existence de cette limite, probablement matérialisée d’une façon ou d’une autre (voie de passage ?), qui explique la configuration particulière en rangée d’une partie des bâtiments. Cette première limite étant identifiée, nous proposons d’appliquer le même système qu’à Bischoffsheim en restituant des parcelles quadrangulaires. Cette première étape permet de tracer les axes nord-sud, équidistants d’environ 50 m, mais n’autorise pas la localisation des limites de parcelles sur les axes est-ouest. Pour saisir ces limites, nous devons nous référer à la chronologie et rassembler au sein de mêmes ensembles les maisons voisines appartenant à des stades stylistiques différents, même si l’état partiel du plan, par ses très probables lacunes, fragilise la démonstration.

51Les maisons attribuables à l’étape ancienne sont trop mal conservées dans ce secteur pour que l’on puisse les prendre en considération. Leur présence dans ce secteur du site ne fait cependant aucun doute, comme en témoignent les creusements ayant livré des assemblages céramiques attribuables à cette étape, mais les rares bâtiments que nous lui attribuons (M12, peut-être maison 21) ne sont pas datés par le mobilier.

Fig. 12. Distribution des assemblages céramiques d’Entzheim d’après l’analyse factorielle de correspondances du matériel du Rubané de Basse-Alsace (DAO P. Lefranc, Inrap).

52L’analyse factorielle de correspondances (fig. 12) permet de proposer une attribution stylistique pour douze des dix-sept maisons localisées sur le grand décapage (fig. 13).

Fig. 13. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », plan phasé (DAO P. Girard et P. Lefranc, Inrap).

53En suivant ce classement chronologique et une simple règle de proximité, trois groupes de maisons diachrones se détachent : un groupe A composé par les maisons 6 et 14 (étape III), 7 (stade IVa1), 5 (stade IVb), quatre maisons alignées auxquelles il faut très probablement adjoindre la maison 15 (stade IVb), et un groupe B rassemblant les maisons 10 (étape III), 16 (stade IVa1), 9 (IVa2) et 8 (étape IVb) ; dans l’emprise de cet ensemble figurent en outre un bâtiment non daté (M13), ainsi que les vestiges très arasés de maisons potentiellement attribuables, par leur orientation, à l’étape ancienne (M11, M12) et qui pourraient porter à sept le nombre des phases de construction au sein de ce groupe B. Le groupe C, enfin, rassemble les petites maisons 3 et 4, attribuées au Rubané moyen (M3) et, si l’on se fonde sur un maigre assemblage issu de la fosse latérale nord, au stade IVa1 (M4 ; fig. 14).
Une limite parcellaire est-ouest (axe 2) passe très probablement à l’intersection de ces trois ensembles.

Fig. 14. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », proposition de restitution d’un système parcellaire orthonormé (DAO P. Girard et P. Lefranc, Inrap).

54À Bischoffsheim, l’étape moyenne compte vraisemblablement deux phases de construction distinctes. C’est probablement le cas pour le groupe A d’Entzheim où la maison 14, qui n’est plus matérialisée que par un reliquat de fosses de construction, pourrait, avec un matériel s’approchant du style IVa1, immédiatement succéder à la maison 6. La lacune observée dans le groupe B, où seule la maison 10 est datée de cette étape, ne tient sans doute qu’à l’état partiel de notre documentation ; la maison 13, non précisément datée, peut en effet, d’après son orientation, immédiatement précéder ou suivre la maison 10.

55Les deux maisons attribuées au stade IVa1 (M7 et 16) sont très proches ; une dizaine de mètres seulement les séparent, mais il s’agit de la proximité d’une façade et d’un pignon arrière, configuration particulière qui rappelle la disposition des maisons de l’étape moyenne à Bischoffsheim et que l’on retrouve peut-être ici lors du stade IVb avec les maisons 8 et 15.

56Le stade IVb compte deux maisons dans le groupe A (M5 et 15) et une seule dans le groupe B (M8). Il est très probable que la maison 9, dont la construction intervient lors du stade IVa2, stade très court (autour d’une décennie seulement d’après la modélisation bayésienne), ait encore été occupée lors du stade IVb. Comme pour l’étape moyenne, nous estimons que les maisons attribuées au même stade stylistique et localisées sur une même parcelle sont très probablement diachrones : le léger décalage chronologique enregistré entre les maisons 8 et 9 et, surtout, la longue durée du stade IVb (près de trois générations), sont compatibles avec cette hypothèse. Ici encore, on note que les maisons potentiellement contemporaines localisées sur une même rangée sont distantes de plus de 30 m.

57La localisation de la maison 15 (groupe A, stade IVb), dont la partie avant empiète très franchement sur la limite théorique sud de la parcelle, appelle un commentaire particulier. La même configuration ayant été notée à Bischoffsheim, deux caractères peuvent être soulignés : premièrement, dans les deux cas, les bâtiments ont mordu sur des parcelles non occupées par une autre maisonnée, ce qui limite fortement les contraintes, et deuxièmement, il s’agit des constructions les plus tardives, peut-être confrontées à l’état chaotique d’un terrain occupé par des fosses latérales en partie comblées et, éventuellement, partiellement saturé par les ruines d’anciens bâtiments.

58Il n’y a malheureusement que peu à dire des autres parcelles définies par notre système, si ce n’est que ces dernières semblent assez bien enfermer les bâtiments sans les recouper ; on remarquera que la maison 21, que son orientation nous pousse à attribuer à l’étape ancienne, sort un peu du « cadre ». Nous ne développerons pas ce point en détail, mais nous soulignons qu’à Bischoffsheim, le basculement des orientations vers l’axe est-ouest qui intervient entre les étapes ancienne et moyenne, s’accompagne d’un basculement équivalent du parcellaire, celui-ci s’harmonisant avec les axes des bâtiments. Il est plus que probable que le même phénomène ait affecté l’habitat d’Entzheim.

59La parcelle accueillant les maisons 3 et 4 n’est malheureusement fouillée que sur une faible surface ; il aurait été intéressant de pouvoir établir si d’autres maisons de type 3 (ou de très petites maisons de type 2) y ont été construites au fil du temps, et par là de valider notre modèle. Il existe en effet sur le site de Bischoffsheim, une unique parcelle exclusivement occupée par des maisons de type 2 pendant toute l’étape ancienne (parcelle 5, fig. 11), soit sur quatre générations, phénomène permettant d’évoquer une certaine permanence dans la composition des maisonnées. À Entzheim, le doute qui peut subsister sur l’attribution de nombreuses maisons à un type architectural rend l’approche plus hasardeuse.

60Enfin, selon ce schéma d’organisation, la localisation des trois puits, regroupés dans un même secteur, n’a rien d’aléatoire : ils occupent une parcelle que l’on pourrait assimiler à une « place commune » – se prolongeant peut-être sur la parcelle contiguë au sud, dépourvue de vestiges rubanés – située en périphérie des habitations, du moins lors du creusement des puits, selon une configuration déjà relevée sur le site d’Ittenheim (LEFRANC et alii, 2010).

6. Les inhumations

61Quinze inhumations, majoritairement distribuées dans une large moitié sud du décapage (douze individus), ont été attribuées au Néolithique ancien (fig. 15 et 16), essentiellement sur la foi de datations radiométriques, de la présence de mobilier, plus rarement de la stratigraphie.

Fig. 15. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », répartition des inhumations rubanées (DAO P. Girard et P. Lefranc, Inrap).

Fig. 16. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », principaux caractères des inhumations rubanées (DAO P. Girard et P. Lefranc, Inrap).

6.1. Les creusements

62La majorité des inhumations, aménagées au sein de la couche de lehm, ne montrent aucun creusement visible ; seules quelques fosses font exception qui offrent des plans ovales ou subrectangulaires pouvant être assimilés à des fosses sépulcrales ; deux d’entre elles (st. 617 et 2005) sont surdimensionnées et accueillent des corps non centrés, décalés vers les parois, visages tournés vers le centre de la fosse (fig. 17, A, B).

Fig. 17. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », relevé et mobilier des inhumations 617, 962 et 2005 (DAO et dessins C. Leyenberger, P. Lefranc, Inrap).

63Les quelques autres creusements observés ne répondent pas à la définition de fosses sépulcrales aménagées à l’occasion de funérailles, mais relèvent de la catégorie des structures détournées de leur fonction primaire : il s’agit d’un creusement très étroit de plan oblong qui renvoie assez clairement aux structures de types « fentes » (fig. 18) et de fosses de plan circulaire peu profondes de type Kesselgrube, littéralement, des fosses à profil « en chaudron ». En Alsace, le dépôt de corps dans des structures d’habitat en cours de comblement, pratique encore très peu documentée, n’est clairement attestée qu’à cinq autres reprises : quatre fois à Entzheim « In der Klamm » (LEPROVOST, 2013 ; CROUTSCH et alii, 2007), au moins deux fois à Kolbsheim « Vogeseblick » (DENAIRE, 2013) et deux fois à Schwindratzheim (DENAIRE et alii, 2014).

Fig. 18. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », relevé de l’inhumation 963 (DAO C. Leyenberger, Inrap).

6.2. Les positions et les orientations

64Les positions sont renseignées à quatorze reprises. Les individus inhumés avec les membres inférieurs légèrement fléchis à hyperfléchis forment plus de la moitié du corpus. Ils se répartissent entre sujets déposés sur le côté gauche (trois individus), sur le côté droit (deux individus), et sur le dos (deux individus). On peut y ajouter les deux individus inhumés avec les membres inférieurs repliés sur la partie supérieure du corps, bien que cette position soit, dans le cas de l’inhumation en fente tout au moins (fig. 18), dictée par la morphologie particulière du creusement.

65Les sujets inhumés sur le dos, membres inférieurs en extension, sont minoritaires, avec deux occurrences seulement, faible représentation pouvant surprendre au sein d’un ensemble que nous attribuons en grande partie, nous le verrons, à l’étape récente. Pour nuancer ce constat, précisons que parmi les individus bien datés de l’étape récente, deux sont en position fléchie, un en position très légèrement fléchie, deux sur le dos, membres inférieurs en extension, et un sur le ventre, membres inférieurs également en extension. Les corps en position fortement fléchie ne sont malheureusement pas précisément datés.

66L’individu enterré sur le ventre rejoint un corpus rassemblant une vingtaine d’individus répartis entre la Bavière, l’Allemagne centrale et la Basse-Alsace. L’étude des cas alsaciens (sept corps sur le ventre mis au jour à Vendenheim : JEUNESSE et alii, 2002 ; un corps à Ingenheim : LEFRANC et alii, 2014) a montré que ces inhumations livrent non seulement les mêmes catégories de mobilier que les autres tombes, mais qu’elles peuvent en outre appartenir au petit groupe des tombes bien dotées ; il ne s’agit donc nullement d’une pratique discriminatoire.

67Enfin, nous reviendrons plus loin sur trois individus mis au jour dans le comblement de fosses d’habitat, dans des positions pouvant être qualifiées de non conventionnelles.

68Les individus sont majoritairement orientés tête à l’est ou au sud-est (86 % du corpus), les orientations antipodiques tête au sud-ouest ne concernant qu’un seul individu (sép. 887). Un seul sujet, en position non conventionnelle, est orienté tête au sud (sép. 2029). Le rapport entre orientations à l’est (16 % du corpus orienté au sud-est et à l’est) et au sud-est (84 %) reflète assez bien ce que l’on observe dans la nécropole de Vendenheim, où le groupe d’orientations à l’est est nettement minoritaire (10 % des orientations). L’orientation antipodique reste exceptionnelle ici avec un seul individu (6 % du corpus). À Vendenheim, nécropole ayant livré le taux d’antipodiques le plus faible de la région, le taux se porte à 17 % et il n’est pas rare qu’il avoisine ou dépasse, dans d’autres nécropoles de la tradition II, les 40 % (44 % à Ingenheim, 38 % à Elsloo, 43 % à Niedermerz ; JEUNESSE, 1996b).

6.3. Mobilier et datations

6.3.1. Le dépôt funéraire de la sépulture 2005

69Seule la sépulture 2005 a livré un véritable dépôt de mobilier funéraire (fig. 17, A) : un petit vase décoré portant une rangée d’impressions sous le bord et des segments verticaux, également composés d’une seule rangée d’impressions, créant un décor en « T ». Par son décor, ce vase peut être daté des stades IVa2 ou IVb. L’individu bénéficiant de ce dépôt portait un collier composé de onze coquilles de Zebrina detrita, petits gastéropodes continentaux d’origine locale et inféodés aux terrains lœssiques n’ayant que très récemment disparus de la région. La sépulture 2005 d’Entzheim est la quatrième sépulture alsacienne à avoir livré ce type d’objet également recensé : à Souffelweyersheim (tombe 39) où un individu adulte était paré d’un collier et d’un bracelet comptant respectivement cinquante-deux et dix-sept coquilles ; à Quatzenheim (JEUNESSE, 1996b), où neuf coquilles figurent dans une tombe d’adulte (tombe 5) contenant par ailleurs une lame d’herminette, une armature de faucille et une pierre ferrugineuse (JEUNESSE, 2005) ; à Vendenheim (tombe 94), où les coquilles de Zebrina detrita figurent dans une tombe qui appartient au petit groupe des sept sépultures « élitaires » que l’évaluation de la richesse permet d’isoler (JEUNESSE et alii, 2002). L’utilisation très limitée d’un matériau pourtant aisément disponible traduit très certainement sa forte valeur sociale : réservé à certains, il joue probablement en Basse-Alsace le rôle de substitut aux parures sur coquillages marins d’origine atlantique ou méditerranéenne d’acquisition plus difficile (JEUNESSE, 1996b ; 2005). Sa présence dans une sépulture aménagée dans l’emprise d’un habitat doit donc être soulignée.

70Sur l’ensemble du corpus alsacien, il s’agit de la deuxième tombe en habitat ayant livré un dépôt funéraire. Jusqu’ici nous ne connaissions que la tombe 4000 de Bischoffsheim « AFUA du stade » (LEFRANC et alii, 2004) qui contenait un riche mobilier (trois vases, une herminette, un broyon, une meule, trois armatures de flèche).

6.3.2. Le mobilier en position secondaire

71Les tessons en position secondaire dans les remplissages d’une demi-douzaine de creusements renvoient tous au Rubané récent et plus précisément aux stades IVa2 et IVb. Nous ne sommes pas en mesure de dater aussi finement l’autre moitié du corpus et nous continuerons donc à ignorer s’il existe à Entzheim des sépultures en habitat relevant des étapes ancienne ou moyenne du Rubané. On ne peut cependant exclure l’hypothèse (validée par les datations radiométriques, voir plus loin) selon laquelle l’occupation funéraire du site n’intervient que tardivement, lors de la dernière phase d’occupation (stade IVb).

6.4. Des sépultures « conventionnelles » et « non conventionnelles »

72La plupart des inhumations rubanées mises au jour à Entzheim peuvent être qualifiées de sépultures « régulières » ne différant en rien des sépultures organisées en nécropoles, qu’il s’agisse de la morphologie des fosses sépulcrales, des positions des individus comme de leur orientation. D’autres en revanche montrent des caractères particuliers nous amenant à les qualifier d’« atypiques » ou de « non conventionnelles ». C’est le cas, déjà évoqué, de la sépulture 963, aménagée dans ce que l’on doit identifier à une structure de type « fente », et de deux autres individus respectivement mis au jour dans la fosse d’habitat 2029 et dans une structure de type non déterminé (fig. 19).

Fig. 19. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », relevé de l’inhumation 727 (DAO C. Leyenberger, Inrap).

73Le cas de l’individu inhumé dans la fosse 2029, seul sujet orienté tête au sud, est symptomatique : il s’agit d’un immature déposé dans une fosse en partie comblée, et dont la position non organisée évoque plus sûrement les corps en position aléatoire mis au jour dans les fosses de plan circulaire du Néolithique récent (LEFRANC et alii, 2010) que les inhumations du Néolithique ancien. L’existence de corps inhumés en position « non conventionnelle » à Entzheim et à Vaihingen, dans la vallée du Neckar (KRAUSE, 1997, fig. 9), et très probablement aussi à Schwindratzheim (DENAIRE et alii, 2014) et à Ittenheim (LEFRANC, Boës, 2009), nous oblige à nous interroger, comme nous l’avons fait à propos des dépôts du Néolithique récent (LEFRANC et alii, 2018), sur l’existence d’une catégorie de dépôts traduisant une réalité autre que funéraire.

74La même question se pose pour la sépulture 727 (fig. 19), un enfant de 11 à 12 ans gisant sur le dos, membres inférieurs hyperfléchis ramenés sur la poitrine et accompagné par une encornure de bovidé. En l’absence de creusement visible, nous ignorons s’il s’agit d’un corps déposé dans une fosse sépulcrale ou dans une fosse d’habitat, mais nous soulignons que le caractère très singulier du dépôt rend la première proposition peu probable. Les deux chevilles osseuses, dissociées, sont au contact direct de l’enfant : l’une repose sur son crâne et ses épaules, l’autre sur son avant-bras droit et sous ses membres inférieurs repliés, ce qui suffit à attester la simultanéité des dépôts. L’association inédite d’une encornure de bovidé et d’un corps en position non conventionnelle amène à douter du caractère funéraire de ce dépôt. C’est un lieu commun que d’écrire que les chevilles osseuses de bovidés sont, dans certains contextes, investies d’une signification symbolique ; la thèse du culte du taureau inspirée des découvertes de çatal Höyük (MELLAART 1967 ; CAUVIN, 1997) a vécu, mais nous suivrons très volontiers A. Testart (TESTART, 2010) dans sa tentative d’assimiler encornures et bucranes à des « trophées sacrificiels » (LEFRANC, 2011, p. 92-94). Cette grille de lecture pourrait, dans le contexte régional du Néolithique ancien, s’appliquer au dépôt Rubané ancien de trois encornures complètes sur le fond de la fosse 2 de Dachstein « Am Geist » (SCHNEIDER, 1980) ou de la structure 689 de Kolbsheim (DENAIRE, 2013). L’association humain/bovidé n’est pas sans rappeler les dépôts mis au jour dans l’enceinte à fossé interrompu de Menneville « Derrière le Village », où alternent corps d’enfants en position non conventionnelle et restes de faune parmi lesquels figurent nombre de bucrânes (FARRUGIA et alii, 1996 ; THÉVENET, 2012). Pour notre part, et en cohérence avec ce que nous avons proposé pour une des catégories de dépôt de restes humains du Néolithique récent, nous n’écarterons pas l’hypothèse des « déchets de rituel », dépôts réalisés dans un cadre cérémoniel s’inscrivant hors de la sphère funéraire (LEFRANC et alii, 2018).

6.5. Manipulations perimortem ?

75Un corps, déposé sur le ventre dans la fosse 471 partiellement comblée (fig. 20, A), a fait l’objet d’une manipulation perimortem suivie par le prélèvement du bassin et des membres inférieurs. Une fibula, un métatarse et un coxal appartenant probablement à ce même individu ont été redéposés dans la même fosse, à une dizaine de centimètres au-dessus du niveau du dépôt primaire.

Fig. 20. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », vues des inhumations 471 (A) et 2029 (B) (clichés P. Lefranc, Inrap).

76Les processus ayant abouti à cette distribution verticale des restes osseux sont difficiles à expliquer. Il faut sans doute imaginer que la couche de sédiment recouvrant le corps était peu importante ; un creusement secondaire (invisible en stratigraphie) a probablement amputé le corps de sa partie inférieure et certains des éléments anatomiques extraits ont simplement été abandonnés dans la fosse, sur le sommet du comblement, soit 10 cm plus haut que le niveau de dépôt du corps. La relative dispersion des restes en position secondaire (fibula, métatarse et coxal) sur une surface plane ne s’oppose pas à ce scénario. Il est difficile d’établir s’il s’agit réellement d’une réintervention volontaire ciblée sur les membres inférieurs de l’individu, mais le fait que tous les épisodes se déroulent à l’intérieur d’une fosse en cours de comblement irait plutôt dans le sens d’un geste planifié, et ce en dépit de l’extrême rareté des interventions sur cadavres attestées au Rubané : à Ittenheim, en contexte d’habitat, un crâne isolé en connexion avec les premières vertèbres témoigne de manipulation de cadavre (LEFRANC et alii, 2010), à l’instar du corps mutilé mis au jour sur le même site (LEFRANC, BOËS, 2009) et d’un corps entièrement bouleversé fouillé à Entzheim « In der Klamm » (st. 1587, CROUTSCH et alii, 2007). Il faut également évoquer la fosse 72 du site de Schwindratzheim « Les Terrasses de la Zorn » où les restes bouleversés et partiels de plusieurs individus ont été retrouvés à côté de squelettes en connexion (DENAIRE et alii, 2014). Dans les deux derniers cas, la manipulation des restes s’accompagne, comme aux « Terres de la Chapelle », du prélèvement de divers segments anatomiques.

6.6. Datations absolues

77La présence sur le site d’Entzheim de périodes, comme le Néolithique récent, pendant lesquelles la manipulation des corps humains est fréquente, nous a incité à faire dater la plupart des sépultures d’Entzheim par la technique du radiocarbone afin d’éviter toute méprise. Les résultats obtenus donnent pour la plupart une fourchette récente au sein de la séquence locale du Rubané (fig. 21). Afin d’affiner ces résultats, nous avons introduit ces dates dans un modèle bayésien en considérant que ces tombes appartiennent toutes à une même phase comme tend à le montrer le mobilier céramique trouvé dans une majorité de ces sépultures. Le modèle confirme notre première impression, à savoir que ces sépultures ont bien été aménagées lors de la dernière étape d’occupation du village (fig. 22, A) entre 5081-5009 et 5013-4929 av. J.-C. (à 1 σ ; entre 5183-4994 et 5034-4853 à 2 σ).

Fig. 21. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », listes des datations C14 réalisées sur les inhumations rubanées (DAO A. Denaire).

78Devant la portée de ce résultat, il nous a semblé pertinent de réaliser le même travail avec l’ensemble des mesures radiocarbone réalisées pour les inhumations en habitat du Néolithique ancien d’Alsace. Cette fois, les inhumations en habitat ne semblent pas préférentiellement aménagées à la fin du Rubané, mais s’égrainent sur l’ensemble de la durée du Rubané (fig. 22, B) entre 5308-5223 et 4951-4867 av. J.-C. (à 1σ ; entre 5375-5221 et 4980-4806 av. J.-C. à 2 σ). En outre, aucune étape ne semble davantage concernée que les autres par le phénomène des inhumations en habitat.

Fig. 22. Résultats de la calibration bayésienne des dates C14 des sépultures d’Entzheim (A) et de tous les sites rubanés d’Alsace (B ; Entzheim-Geispolsheim, d’après CROUTSCH et alii, 2007 ; Kolbsheim, d’après DENAIRE, 2013 ; Schwindratzheim, d’après DENAIRE et alii, 2014). Le modèle testé postule que, dans chacun des cas, ces sépultures correspondent à une seule phase. Calibration réalisée avec le logiciel Oxcal et la courbe IntCal 2013 (REIMER et alii, 2013).

6.7. La question des inhumations en habitat : étude paléodémographique

  • 8 Ce chiffre élevé amène à se poser la question de l’appartenance de ces vestiges à un vaste ensemble (...)

79Avec quinze individus, le corpus des inhumations en habitat mises au jour à Entzheim est l’un des plus importants de la région8. De tels effectifs restent relativement rares mais sont cependant attestés : l’habitat de Nieder-Mörlen (NEHLICH et alii, 2009) a livré dix-sept individus malheureusement publiés succinctement, répartis entre les maisons. Cette même répartition des tombes sur l’ensemble de l’habitat a été observée sur le site d’Otzing « Gartenacker », en Bavière (SCHMOTZ, WEBER, 2007), qui a livré quarante-cinq tombes rubanées, malheureusement non précisément datées. Il faut également mentionner l’habitat de Vaihingen, en grande partie inédit, et qui a livré de très nombreuses tombes (au moins 90 ; KRAUSE, 1997) réparties entre le comblement d’un fossé d’enceinte, des fosses latérales et des sépultures individuelles.

80On comptait jusqu’aux années 2000, en Basse-Alsace, vingt-sept inhumations en habitat rassemblant dix-huit immatures et neuf adultes (soit 67 % d’individus immatures). Plus récemment, la fouille de l’habitat rubané d’Entzheim-Geispolsheim « In der Klamm », site voisin des « Terres de la Chapelle », a permis la mise au jour de vingt-trois sépultures se concentrant dans deux secteurs distincts distants d’une centaine de mètres, parmi lesquelles dix sépultures d’individus immatures pour treize sépultures d’adultes ont été recensées (soit 43 % d’individus immatures ; CROUTSCH et alii, 2007 ; LEPROVOST, 2013). Ces petits ensembles inédits comptent trois dépôts en fosses d’habitat ainsi que des sépultures individuelles.

81Tous les auteurs l’ont noté, au sein des sépultures en habitat, les rapports de proportions sont favorables aux individus immatures. Les quinze inhumations d’Entzheim « Terres de la Chapelle », avec 53 % d’individus immatures, n’échappent pas à la règle. On note en outre qu’avec un taux de 55 %, la proportion des tombes d’immatures en Basse-Alsace est très proche de celles qui caractérisent les sites d’habitat du Bade-Wurtemberg (ORSCHIEDT, 1997, 61 %) ou du site d’Otzing (55 %). Elle est également très au-delà de celles enregistrées dans les nécropoles régionales où cette catégorie, parfois très faiblement représentée (9,5 % à Souffelweyersheim ; ULRICH, 1953), ne forme jamais, nous l’avons partout vérifié, plus de 23 % des effectifs (JEUNESSE et alii, 2002 ; LAMBACH, 1993 ; LEFRANC et alii, 2014). Les études insistent également sur la rareté des dépôts de mobilier (entre 25 et 30 % des tombes ; ORSCHIEDT, 1997 ; SCHMOTZ, WEBER, 2007), ce dont témoigne aussi le corpus alsacien avec moins de 5 % de tombes pourvues de mobilier funéraire.

82En première analyse, les inhumations en habitat semblent dessiner un ensemble cohérent où les règles de recrutement contrastent fortement avec celles qui caractérisent les nécropoles. Il nous a paru intéressant – le corpus renouvelé l’autorisant – d’aller au-delà de ce constat et de tenter de mieux définir ces règles en réalisant une étude paléodémographique.

6.7.1. Les données prises en compte et l’établissement de la courbe de mortalité

83Cette étude concerne les quinze individus inhumés sur le site d’Entzheim « Terres de la Chapelle ». Parmi eux ont été recensés six individus adultes, un individu probablement adulte (âgé de plus de dix-huit ans) et huit individus immatures. Le nombre d’individus considérés étant relativement faible, il a été choisi de procéder à l’analyse en prenant en compte les intervalles de confiance à 95 % pour estimer la représentativité du quotient de mortalité en fonction de l’effectif présent dans chaque classe d’âge.

84En ce qui concerne l’estimation de l’âge au décès à partir du squelette, si celle des individus immatures est fiable et relativement précise, il n’en est pas de même pour les adultes. Pour l’établissement des tables de mortalité, nous avons donc choisi de nous focaliser sur les individus de moins de 20 ans et de les répartir, en fonction de l’âge estimé, au sein de cinq classes d’âge quinquennales :
- [0] pour les individus de moins d’un an ;
- [1-4[ pour les individus de 1 à 4 ans révolus ;
- [5-9[ pour les individus de 5 à 9 ans révolus ;
- [10-14[ pour les individus de 10 à 14 ans révolus ;
- [15-19[ pour les individus de 15 à 19 ans révolus ;
Tous les adultes, enfin, seront répartis au sein de la large classe [> 20[.

85Le tableau figure 23 présente les effectifs considérés pour l’établissement de la courbe de mortalité, après attribution aux classes d’âge suivant le principe de minimalisation des anomalies (SELLIER, 1996).

Fig. 23. Inhumations en habitat d’Entzheim « Terres de la Chapelle » : effectifs après réattribution.

86La courbe réalisée à partir des quotients de mortalité calculés (fig. 24), permet de se rendre compte que plusieurs anomalies démographiques persistent à l’issue de la procédure de mise en conformité maximale.

Fig. 24. Distribution des quotients de mortalité des individus immatures d'Entzheim « Terres de la Chapelle » comparée aux tables-types de Lederman e° = 20 ans (valeurs maxi.) et e° = 40 ans (valeurs mini.) (LEDERMANN, 1969).

6.7.2. Discussion

87La proportion d’adultes et d’immatures de ce petit ensemble de sépultures est reflétée par les quotients 15q0 (= 0,467) et 20q0 (= 0,533), représentant respectivement la proportion d’individus de moins de 15 ans et de moins de 20 ans par rapport au reste de la population, par rapport aux adultes et par le rapport P (= 0,462), qui correspond au rapport des décès entre 5 et 19 ans par rapport au nombre de survivants à 5 ans.

88Les valeurs des quotients 15q0 et 20q0 rentrent au sein des limites théoriques (LEDERMANN, 1969). La proportion entre individus adultes et individus immatures est donc compatible avec une mortalité archaïque. En revanche, l’indice IJ et le rapport P sont bien au-delà de la limite supérieure des extrêmes théoriques, ce qui permet une double conclusion : la proportion d’individus âgés de 5 à 15 ans est bien trop importante par rapport à la proportion d’adultes et les individus âgés de 5 à 19 ans sont bien trop nombreux par rapport aux survivants à 5 ans.

89En outre, le rapport entre les individus âgés de 5 à 9 ans et ceux âgés de 10 à 14 ans (IMI = indice de mortalité infantile = 0,667) est totalement inversé, ce qui ne va pas à l’encontre de ce qui a été précédemment observé.

90Ce profil de mortalité présente deux anomalies majeures par rapport au modèle théorique. Compte tenu du nombre d’adultes, cet ensemble présente beaucoup trop d’individus âgés de plus de 5 ans (et particulièrement d’individus âgés de 10 à 14 ans) et pas assez d’individus de moins d’un an, il est vrai plus difficiles à détecter en fouille. Toutefois, ces deux anomalies se compensent de sorte que la proportion d’individus immatures par rapport aux adultes (15q0 et 20q0) est normale.
Ce petit ensemble de sépultures, que l’on peut considérer comme chronologiquement cohérent, ne peut donc pas refléter une mortalité naturelle.

6.7.3. Interprétations

91Une proportion trop importante d’individus âgés de 5 à 19 ans observée au sein d’un ensemble funéraire permet classiquement d’envisager deux explications principales : une crise de mortalité ou une sélection sur des critères culturels.

92L’augmentation de décès chez les individus les plus jeunes pourrait être le résultat d’une crise de mortalité, laquelle peut classiquement être expliquée par une famine, une épidémie ou encore un massacre. Ces trois phénomènes entraînent en effet les mêmes types d’anomalies démographiques. En effet, ces dernières sont le reflet d’une mort soudaine, qui toucherait indifféremment les individus, indépendamment de leur âge, entraînant nécessairement une surmortalité d’individus immatures. Ces constatations sont valables à condition qu’il soit possible de démontrer que les décès ont eu lieu dans un laps de temps relativement court, ce qui est généralement mis en évidence par le dépôt simultané des individus, dans un contexte de fosses communes par exemple (DUDAY, 2007).

93La proportion trop importante d’individus immatures par rapport aux adultes pourrait s’expliquer par une sélection des inhumés en fonctions de critères culturels, parmi lesquels l’âge pourrait entrer en compte. Pour étayer cette seconde hypothèse, il a semblé pertinent de réaliser la courbe de mortalité pour les vingt-trois inhumations du site voisin et contemporain d’Entzheim-Geispolsheim selon la même méthodologie (fig. 25). Les constats sont les mêmes : l’allure de la courbe de mortalité est identique à celle d’Entzheim « Terres de la Chapelle ». Compte tenu du nombre d’adultes, l’ensemble d’Entzheim-Geispolsheim présente beaucoup trop d’individus âgés de plus de 5 ans (et particulièrement d’individus âgés de 10 à 14 ans) et aucun individu de moins d’un an.

Fig. 25. Distribution des quotients de mortalité des individus immatures d'Entzheim-Geispolsheim (CROUTSCH et alii, 2007) comparée aux tables-types de Lederman e° = 20 ans (valeurs maxi.) et e° = 40 ans (valeurs mini.) (LEDERMANN, 1969).

  • 9 La courbe rassemble vingt-sept individus issus de sept sites d’habitat : Colmar « Route de Rouffach (...)

94La courbe de mortalité de la population rubanée basse-alsacienne inhumée au sein des habitats9, en excluant les sites d’Entzheim « Terres de la Chapelle » et d’Entzheim Geispolsheim, offre une image identique (fig. 26) : les individus immatures âgés de plus de 5 ans sont trop nombreux par rapport aux adultes alors que les individus de moins d’un an sont quasiment absents.

Fig. 26. Distribution des quotients de mortalité des individus immatures des inhumations en habitat sur les sites de Basse- Alsace – à l’exception d’Entzheim « Terres de la Chapelle » et Entzheim-Geispolsheim – comparée aux tables-types de Lederman e° = 20 ans (valeurs maxi.) et e° = 40 ans (valeurs mini.) (LEDERMANN, 1969).

95Quelle que soit la partie du corpus analysée, les résultats s’affichent en fort contraste avec les courbes de mortalité réalisées pour les nécropoles, quant à elles parfaitement compatibles avec une mortalité naturelle, point particulièrement bien illustré par la courbe de mortalité que nous avons réalisée à partir des 98 individus inhumés à Vendenheim (fig. 27).

Fig. 27. Distribution des quotients de mortalité des individus immatures de la nécropole rubanée de Vendenheim (BOËS et alii, 2005) comparée aux tables-types de Lederman e° = 20 ans (valeurs maxi.) et e° = 40 ans (valeurs mini.) (LEDERMANN, 1969).

96La récurrence du même schéma de recrutement sur tous les sites étudiés et l’inscription dans la longue durée du phénomène des tombes en habitat, bien mis en exergue par la modélisation bayésienne, orientent davantage l’interprétation vers une sélection sur la base de facteurs culturels plutôt que vers l’hypothèse d’une crise de mortalité. Il reste néanmoins troublant de constater qu’à Entzheim au moins, la chronologie des dépôts, compatible avec l’hypothèse d’un épisode unique, n’interdit pas de corréler la courbe de mortalité et la très forte régression démographique que connaît la Basse-Alsace à la fin de l’étape récente, régression illustrée par la disparition de tous les habitats du Kochersberg et de la terrasse de Lingolsheim (LEFRANC, 2007a). La découverte de nouvelles sépultures en habitat et, surtout, leur datation systématique, permettront peut-être de vérifier si nos résultats reflètent une pratique culturelle immuable pendant toute la durée du Rubané ou s’ils recouvrent plusieurs réalités. La question reste ouverte.

7. Les mobiliers

7.1. La céramique

7.1.1. La céramique non décorée

97La céramique grossière et semi-fine non décorée constitue la part la plus importante du corpus. Comme il est fréquent sur les sites d’habitat du Rubané, le matériel est extrêmement fragmenté et très peu d’individus ont pu être reconstitués. Les formes rencontrées, qui se répartissent entre trois grandes catégories – les formes ouvertes de type « jattes », les formes fermées en « trois-quarts de sphère » et les « bouteilles » –, n’offrent que très peu de variantes, uniquement perceptibles au niveau des dimensions des récipients. Les formes recensées trouvent toutes leurs équivalents dans les séries publiées les plus complètes de Basse-Alsace (GIES, THÉVENIN, 1971 ; THÉVENIN et alii, 1976 ; 1977/78 ; HEINTZ, 1973 ; THÉVENIN, SAINTY, 1980).

7.1.2. La céramique décorée

98La céramique décorée d’Entzheim relève presque en totalité du style régional de Basse-Alsace. Les importations en provenance d’autres régions stylistiques du Rubané se limitent à un fragment de vase très probablement produit en Haute-Alsace, reconnaissable par son décor de bord portant deux rangées d’impressions réalisées à l’aide d’un peigne à deux dents soulignées par une incision horizontale (fig. 39, n° 3). Ce type de décor de bord (LEFRANC, 2007a) figure parmi les décors les plus fréquents du Rubané récent haut-alsacien et se rencontre surtout dans les ensembles du stade Récent B de Haute-Alsace. À Entzheim, il apparaît sans surprise dans un contexte IVb.

99L’extrême rareté de la céramique exogène au sein d’un corpus pourtant bien étoffé doit être soulignée : les grands habitats de Bischoffsheim (LEFRANC et alii, 2004) ou d’Ittenheim (LEFRANC et alii, 2010) par exemple, se distinguent eux aussi par le caractère presque exclusivement régional de la production céramique ; la quasi-absence de vases importées sur la majorité des sites bas-alsaciens fait ressortir le caractère particulier du site de Rosheim « Sainte-Odile », capitale microrégionale où ont été reconnues des productions en provenance de la Haute-Alsace, du Neckar, du Palatinat (ou des imitations des productions du Palatinat) et de la Hesse (style de Leihgestern). Le second élément original noté à Entzheim, un fragment de vase caractéristique du « style de Rosheim » (JEUNESSE, LEFRANC, 1999), témoigne d’échanges avec la capitale microrégionale (fig. 38, n° 20).
Pour le reste, le corpus illustre parfaitement l’évolution du style bas-alsacien tel qu’il a déjà été longuement décrit (LEFRANC, 2007a).

100L’étape ancienne, assez mal représentée sur le site, a néanmoins livré quelques beaux assemblages dont celui de la fosse latérale sud de la maison 1 (fig. 28). Le Rubané ancien de Basse-Alsace est subdivisé en deux stades : le stade ancien IIB et le stade ancien IIC. Le stade A, qui correspond à la transition entre les stades I (älteste LBK) et II (Flomborn) n’est pas présent en Alsace.

Fig. 28. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu de la fosse latérale de la maison 1 (dessins P. Lefranc, Inrap).

101Les modestes ensembles d’Entzheim relèvent en majorité du stade ancien B. Les bords ne sont jamais décorés, les décors principaux sont réalisés à l’aide de rubans ou de bandes doubles interrompues par des impressions circulaires ou en fuseau, ou remplies de petites impressions non organisées. Les motifs secondaires sont variés : ils consistent notamment en segments horizontaux incisés, groupés par deux ou trois et présentant souvent des extrémités marquées par de grosses impressions (fig. 28, n° 5). On note également : des angles et des ondes renversés de différents types dont une onde aux extrémités rectilignes, refendue par une incision ; des spirales, figures pouvant présenter de quatre à cinq côtés et aux extrémités pointées ou élargies par des ponctuations (fig. 28, n° 6). Ce motif peut être soudé à la figure principale, l’un de ses côtés se confondant avec le contour de cette dernière (fig. 28, n° 7).

Fig. 29. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu des fosses latérales de la maison 3 (dessins P. Lefranc, Inrap).

Fig. 30. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu des fosses latérales de la maison 6 (dessins P. Lefranc, Inrap).

Fig. 31. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu des fosses latérales de la maison 14 (dessins P. Lefranc, Inrap).

102L’étape moyenne est illustrée par les assemblages issus des fosses latérales des maisons 3 ; fig. 29), 6 (fig. 30), 10, 14 (fig. 31) et 18 (fig. 32), ainsi que par les assemblages des quelques fosses « libres » (fig. 33).

103Les bords sont fréquemment laissés sans décor ou ornés d’une incision surmontée ou flanquée de rangées d’impressions continues ou interrompues (fig. 29, nos 3 et 10 ; fig. 30, n° 13 ; fig. 31, n° 9).

Fig. 32. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu des fosses latérales de la maison 18 (dessins P. Lefranc, Inrap).

Fig. 33. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu des fosses 466, 689 et 873 (dessins P. Lefranc, Inrap).

104Les bandes les plus caractéristiques sont des rubans interrompus par deux ou par trois impressions perpendiculaires ou parallèles à l’axe de la bande (fig. 32, n° 3 ; fig. 33, n° 17). Mentionnons aussi les rubans remplis de fines hachures rapprochées, très fréquents en Basse-Alsace, en « échelle » ou obliques (fig. 29, nos 9 et 13 ; fig. 31, nos 1 et 7 ; fig. 32, n° 16) et les rubans remplis d’une rangée de grosses impressions (fig. 30, n° 11). Les motifs secondaires consistent essentiellement en courts segments simples ou doubles, mais l’on note également des segments incisés et flanqués d’impressions (fig. 33, n° 20), des triangles remplis de semis de points (fig. 29, n° 9) et des angles debout (fig. 32, n° 12).

Fig. 34. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu des fosses latérales de la maison 7 (dessins P. Lefranc, Inrap).

Fig. 35. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu des fosses latérales de la maison 16 (nos 1 à 19, st. 689 ; nos 20 à 30, st. 686) (dessins P. Lefranc, Inrap).

105Le stade stylistique suivant, le stade IVa1, se rencontre notamment dans les fosses latérales des maisons 7 (fig. 34) et 16 (fig. 35). Il marque l’entrée dans l’étape récente du Rubané. Il se définit par l’apparition de traits typiquement récents, comme l’impression « en virgule » (par exemple fig. 34, nos 9, 10), les rubans étroits réduits à une seule incision (fig. 35, nos 9, 11 et 15), dans un contexte encore largement ancré dans le style moyen comme en témoignent le maintien des décors principaux de spirales (fig. 34, n° 20 ; fig. 35, nos 19 et 30), les bords non décorés et les bords ornés d’impressions associées à une incision. Les rubans remplis de hachures obliques rapprochées sont encore bien représentés, mais cèdent le pas aux rubans remplis de hachures espacées (fig. 34, nos 16 et 17). Le répertoire des motifs secondaires s’appauvrit considérablement par rapport à celui de l’étape moyenne : les segments – surtout des segments simples, plus rarement des segments doubles – constituent la plus grande partie du corpus ; apparaissent ça et là quelques angles renversés ou debout, thème hérité de l’étape moyenne. Les élargissements des décors principaux sont assez fréquents : il ne s’agit cependant plus des paires d’impressions de l’étape précédente, mais de segments plus étirés (fig. 34, n° 21 ; fig. 35, nos 14 et 15). Deux types de décors principaux ont été observés : les décors curvilinéaires, relativement rares, et le décor d’angle qui orne plus de 85 % des vases du corpus IVa1 de Basse-Alsace.

106Le stade IVa2, de courte durée et difficile à saisir dans les assemblages, se caractérise principalement par le développement des décors de bord et des segments constitués de deux rangées d’impressions et par la disparition des traits archaïques du stade stylistique précédent. Les bords non décorés ont presque totalement disparu au profit des bords ornés d’une ou de deux rangées d’impressions ; le ruban vide devient le type de bande le plus fréquent, suivi par la bande composée de trois incisions et le ruban rempli de fines hachures obliques espacées. Outre les segments, simples ou le plus souvent doubles, on note des motifs secondaires de triangles suspendus et remplis de hachures. Le décor d’angle domine largement le corpus alors que la spirale anguleuse disparaît et qu’apparaissent très discrètement les décors orthogonaux.

Fig. 36. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu des fosses latérales de la maison 9 (dessins P. Lefranc, Inrap).

107Les ensembles IVa2 d’Entzheim ne sont pas très étoffés. Le petit ensemble de la fosse 520 (maison 9, fig. 36) peut lui être attribué : on note en effet des bords et des segments ornés de deux rangées d’impressions en virgule ainsi que quelques éléments « archaïques » évoquant davantage le stade IVa1 (absence de décor de bord, bande remplie d’impressions). À noter dans cet ensemble un décor orthogonal en « T » composé d’une incision verticale flanquée de rangées d’impressions. Ce même motif apparaît associé à la maison 20 (fig. 37), ensemble attribuable au stade IVa2 ou IVb, où les décors orthogonaux sont particulièrement bien représentés.

Fig. 37. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu des fosses latérales des maisons 19 (nos 1-4) et 20 (nos 5-19) (dessins P. Lefranc, Inrap).

108Leur relative fréquence devrait nous inciter à dater cet ensemble du stade IVb, stade où ces décors se multiplient, mais nous ne disposons d’aucun autre élément pour appuyer cette datation. Il est tout à fait possible que ces décors se développent déjà en contexte IVa2 (ils existent d’ailleurs dès l’étape moyenne), leur adoption relevant d’un choix s’effectuant à l’échelle de la maisonnée. Cet ensemble pourrait illustrer la naissance de ce style orthogonal particulier, en rupture avec la norme, et appelé à se généraliser lors du stade IVb (JEUNESSE, 2008 ; LEFRANC, 2013). C’est au sein de cette mouvance stylistique qu’apparaîtront en Basse-Alsace, au cours du stade IVb, les décors orthogonaux réalisés selon la technique du peigne pivotant et que nous proposons d’assimiler aux plus anciennes manifestations d’un style qui s’exportera rapidement pour participer à la formation du style Rubané récent du Bassin parisien (ibid.). Le site d’Entzheim a d’ailleurs livré, comme la plupart des habitats du Rubané récent de Basse-Alsace, un de ces vases à décor en « T », réalisé à l’aide d’un peigne à deux dents utilisé selon la technique pivotante (fig. 40, n° 21).

Fig. 38. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu des fosses latérales de la maison 15 (dessins P. Lefranc, Inrap).

Fig. 39. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu des fosses latérales de la maison 15 (dessins P. Lefranc, Inrap).

109Le stade IVb, ou Rubané récent évolué, assez bien représenté à Entzheim, est illustré par le matériel issu des fosses latérales de la maison 15 (fig. 38 et 39). Cette relative abondance tient peut-être à la longue durée de cette étape qui s’étend sur trois générations, sans que l’on puisse réellement distinguer d’évolution typologique, si ce n’est dans quelques ensembles, l’apparition de rares décors appelés à se développer au Rubané final. Par rapport au stade stylistique précédent, on note surtout le développement des décors en « T », en « échelle horizontale » ou « en grille » – mais ce processus ne touche pas toutes les maisonnées, une partie d’entre elles restant fidèles au décor d’angles – ainsi que l’apparition de décors de bords et de segments composés de trois rangées d’impressions en virgule. Les angles sont composés de rubans ou de bandes fines formées de trois incisions ; les rubans remplis de deux ou trois rangées d’impressions en virgule sont également typiques.

110Il est intéressant d’observer que les décors orthogonaux et les décors « traditionnels » d’angles ne se répartissent pas de façon aléatoire au sein de nos ensembles IVb. À des ensembles où la composante orthogonale domine, à l’exemple de la fosse 919 (fig. 40), s’opposent des ensembles pourtant bien étoffés d’où cette composante est quasiment absente, par exemple dans la fosse 2024 (fig. 41) où seul le décor d’angle a droit de cité. D’autres ensembles – comprendre ici, d’autres maisonnées – qualifiés de « mixtes » (JEUNESSE, 2008) ne privilégient aucun des deux styles.

Fig. 40. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu des fosses 471, 652, 733, 919 et 1018 (dessins P. Lefranc, Inrap).

111Cette partition stylistique en deux sous-groupes du Rubané de Basse-Alsace, traduit sans nul doute une partition idéologique qui, nous l’avons rapidement évoqué, aboutira à une scission de la communauté rubanée. Ces tensions peuvent s’exprimer sur certains décors qui tentent la synthèse des deux styles en superposant le thème traditionnel de l’angle et le décor orthogonal (voir le décor étonnant du vase de la fosse 652, fig. 40, n° 19).

Fig. 41. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu de la fosse 2024 (dessins P. Lefranc, Inrap).

112Parmi les quelques aspects originaux du corpus IVb nous soulignerons : les petits motifs secondaires en « métopes » (fig. 40, n° 8) et les larges bandes imprimées (fig. 17, B) qui annoncent l’étape finale ; le vase déjà mentionné réalisé dans le « style de Rosheim » (JEUNESSE, LEFRANC, 1999 ; LEFRANC, 2007a), qui porte également un motif secondaire complexe dont nous ne connaissons qu’une seule autre occurrence, à Bischoffsheim (fosse 1021, inédit), en contexte IVb ; et enfin, un bord orné de cinq incisons horizontales parallèles (fig. 40, n° 17), qui évoque plusieurs individus de Rosheim « Sainte-Odile » et qui pourrait bien être, à l’instar de ces derniers, une imitation des productions du Palatinat voisin (JEUNESSE, LEFRANC 1999 ; JEUNESSE et alii, 2009).

7.2. L’industrie lithique

113L’outillage lithique rubané recueilli à Entzheim est peu abondant. Avec une quinzaine d’outils en silex et une demi-douzaine d’objets polis seulement, le site se classe loin derrière les ensembles de Bischoffsheim ou de Rosheim « Sainte-Odile ».

7.2.1. Roches siliceuses

114Nous avons recensé quarante-six objets en roches siliceuses. À l’exception des objets issus de la fosse latérale de la maison 1, attribuables au Rubané ancien, le corpus relève en majorité de l’étape récente du Rubané. Les matériaux utilisés sont relativement diversifiés, mais, en l’absence d’étude pétrographique, nous ne pouvons que postuler sur leurs origines géographiques. Les variétés opaques, de teintes claires allant du gris au beige/orangé proviennent selon toute probabilité des contreforts septentrionaux du Jura qui recèlent, dans les couches du Malm et du Kimméridgien, d’importants gisements de silex d’apparence très variable. Le silex crétacé originaire du Bassin parisien, aisément identifiable, ne semble qu’assez peu représenté à Entzheim, avec cinq objets seulement, reconnaissables à leur patine bleutée. Les silex locaux (en majorité des silex Muschelkalk gris clair à noir, zonés ou mouchetés de blanc) ont été utilisés en forte proportion. Un assemblage aussi pauvre que celui-ci se prête difficilement à une approche statistique ; nous nous contenterons de souligner que l’éventail des matériaux que nous identifions est conforme à ce que l’on observe généralement sur les sites de Basse-Alsace, caractérisés par l’exploitation accrue des ressources locales et l’importation limitée de silex jurassien et champenois.

115À Entzheim, on retrouve, comme sur l’ensemble des sites régionaux (MAUVILLY, 1997, 2000 ; LEFRANC et alii, 2004), la position dominante des éclats (dix-sept occurrences) et des lames retouchées ou brutes (treize occurrences), ainsi que toutes les catégories constituant l’outillage principal : les armatures de faucille sont les plus nombreuses avec dix exemplaires, suivies par les armatures de flèche et les perçoirs (deux occurrences) et enfin, par les pièces esquillées et les grattoirs (une occurrence).

Fig. 42. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », outils en roches siliceuse (n° 1-14) et en roches tenaces (nos 15-19) (dessins P. Lefranc, Inrap).

116Parmi les armatures de faucille, on relève deux objets aménagés sur des éclats laminaires corticaux (fig. 42, nos 8, 11) et huit armatures sur supports laminaires à deux ou trois pans présentant parfois quelques résidus de colle végétale (fig. 42, n° 9). Les deux armatures de flèche (fig. 42, nos 1, 2) – toutes deux découvertes dans des ensembles attribués au stade IVb – sont de petit format, symétriques et de morphologie trapue, caractères fréquents dans les ensembles de Basse-Alsace. Enfin, on mentionnera les deux perçoirs (fig. 42, nos 4, 5), l’unique grattoir (fig. 42, n° 3) et la pièce esquillée mis au jour dans la même fosse datée de l’étape ancienne.

7.2.2. Roches tenaces

117À une exception particulière près – à Rosheim « Sainte-Odile » c’est une constante des habitats rubanés régionaux de ne livrer que de rares objets polis. Le site d’Entzheim ne déroge pas à la règle avec moins d’une dizaine d’objets. Outre quelques petits fragments d’objets, on recense cinq outils répartis dans quatre fosses seulement : trois herminettes plates et une micro-herminette haute (fig. 42, n° 17). La plupart sont fragmentaires ou abimées et constituent l’ensemble du corpus des objets polis « traditionnels » façonnés sur diabase ou roches cristallines. On notera la forme trapézoïdale des herminettes de la fosse 905 (fig. 42, nos 18, 19), cette dernière étant datée du stade IVb. Deux objets issus de la fosse 919 – également attribuée au stade IVb – méritent une attention particulière dans la mesure où il s’agit d’outils façonnés sur galets (fig. 42, nos 15, 16) : seul le tranchant a fait l’objet d’un aménagement particulier et, dans un cas, de manière relativement sommaire (fig. 42, n° 16). À notre connaissance, ces exemples restent rares dans le Rubané régional (une occurence à Bischoffsheim) et probablement ne faut-il y voir qu’un épiphénomène.

7.3. L’industrie osseuse

118Trente-trois objets, souvent fragmentaires, façonnés sur os ou bois de cerf ont été attribués au Rubané. La plupart d’entre eux ont été mis au jour dans des ensembles datés de l’étape récente (stades IVa et IVb). Il s’agit d’un assemblage très modeste, sans commune mesure avec les riches séries de Bischoffsheim ou de Rosheim « Sainte-Odile », mais qui comporte néanmoins plusieurs pièces intéressantes.

119Avec dix occurrences, les poinçons constituent la catégorie la mieux représentée : il s’agit en règle générale d’outils plus ou moins effilés (par exemple fig. 43, nos 4, 5), plus rarement trapus (n° 10), obtenus sur os longs fendus, généralement sur métapodes épiphysés ou non de petit ruminant ou, plus rarement, de cervidé, à l’image du grand poinçon de la fosse 919 (fig. 43, n° 4). Les types représentés trouvent tous d’excellents parallèles à Bischoffsheim, Ittenheim « Complexe sportif » (LEFRANC et alii, 2010) ou à Rosheim « Sainte-Odile » (HAACK, 2002).

Fig. 43. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », choix d’objets en matière dure animale (dessins P. Lefranc, Inrap).

120Deux objets entiers ainsi que quatre fragments peuvent être identifiés à des pointes plates sur côtes (fig. 43, nos 7, 9 et 12), type d’objets perforants de faible épaisseur, souvent caractérisés par un intense lustré d’usage au niveau des parties distales et mésiales et parfois assimilés à des sérançoirs (peigne à carder). Les exemplaires d’Entzheim évoquent de très près les objets complets mis au jour à Bischoffsheim (HAACK, 2002, pl. 28, 5) et à Rosheim (JEUNESSE, 1992, p. 58) et qui présentent une extrémité pointue et une extrémité arrondie.

121Une très belle spatule munie d’un « manche » bien dégagé a été mise au jour en contexte IVb, dans la fosse 2000 (fig. 43, n° 6). On peut la rapprocher des spatules de forme triangulaire mises au jour à Bischoffsheim (LEFRANC et alii, 2004, pl. 28, 4) ou à Rosheim « Renecka » (LEFRANC, 2001, fig. 20, 2 et 3), et, surtout, d’un exemplaire de Rosheim « Sainte-Odile », lui aussi caractérisé par le dégagement d’un petit manche (JEUNESSE, 1992, pl. 58, n° 4).

122Les ciseaux sont représentés par trois exemplaires dont le plus massif a été obtenu sur un métatarse de boviné (fig. 43, n° 3).

123Enfin, nous proposons d’identifier à des pendentifs en bois de cerf les deux ébauches d’objets sur andouiller. Si le façonnage peu avancé du premier (fig. 43, n° 2) permet de douter de cette attribution, la forme caractéristique du second et la présence d’une petite perforation n’autorisent aucune hésitation (fig. 43, n° 1) Ces objets – les Gewandtknebel ou Geweihknebel de la littérature de langue allemande – sont connus en plus d’une trentaine d’exemplaires en contexte funéraire, du Rhin à la Moravie et pour toutes les étapes du Rubané (JEUNESSE, 1997). Ils sont systématiquement associés à des individus de sexe masculin. Les nécropoles bavaroises d’Aiterhofen et de Sengkofen notamment ont livré de nombreux objets de ce type, invariablement disposés au niveau du bassin des défunts (NIESZERY, 1995). En Alsace, nous avons recensé deux exemplaires en contexte d’habitat, à Bischoffsheim (LEFRANC et alii, 2004, pl. 28, 1) et Schwindratzheim (DENAIRE et alii, 2014), deux exemplaires dans la nécropole d’Ensisheim « Les octrois » (JEUNESSE, 1997) et enfin un dernier exemplaire, dans la tombe 11 de Stützheim (STIEBER, 1952, fig. 2, 25).

8. La faune

124Les structures d’habitat attribuées au Rubané ont livré au total 2732 restes de faune, pour un poids d’environ 84 kg. Il faut de suite noter que les effectifs varient très fortement d’une structure à l’autre : certaines peuvent contenir jusqu’à 260 restes, alors que d’autres n’en ont livré qu’un ou deux. 1632 restes ont pu faire l’objet d’une détermination, soit au rang de l’espèce soit par catégories plus larges (classe, famille, sous-famille), ce qui représente 93 % du poids total des restes

125La proportion d’os brûlés (noirs, gris-bleu) ou incinérés, relativement faible, ne concerne que 4 % des restes (NR = 120). Seuls 3 % des restes comportent des traces de morsures animales (NR = 91), ce qui laisse supposer qu’une partie d’entre eux n’a pas été enfouie directement, mais laissée à l’air libre ou mise à la disposition des chiens. Le nombre de restes de faune est relativement important et l’état de conservation des ossements est plutôt bon. La proportion de restes indéterminés est faible – au moins du point de vue de leur poids. Le corpus étudié peut donc être considéré comme statistiquement significatif.

8.1. L’exploitation de la faune

126D’une manière générale la faune domestique domine avec près de 70 % du nombre de restes déterminés et 55 % du poids des restes déterminés (fig. 44 et 45).

Fig. 44. Décomptes généraux des ensembles de faune en nombre de restes (NR). Pour les pourcentages : Espèces domestiques : % NR domestique ; Total domestiques, Total sauvages et Taxons sauvages : % NR déterminés ; Taxons généraux, total déterminés et indéterminés : % du nombre de restes total.

Fig. 45. Décomptes généraux des ensembles de faune en poids des restes (PR en grammes). Pour les pourcentages: Espèces domestiques : % PR domestique ; Total domestiques, Total sauvages et Taxons sauvages : % PR déterminés ; Taxons généraux, total déterminés et indéterminés : % du poids total des restes.

127Un peu plus de 9 % des restes déterminés proviennent d’animaux sauvages. Le reste correspond à des ossements qui ne sont pas déterminés au rang de l’espèce. Les mêmes proportions sont observées pour les trois grandes étapes chronologiques définies (Rubané ancien, moyen et récent) (fig. 46, A) avec néanmoins quelques petites variations : au Rubané ancien la chasse est mieux représentée que pour les autres étapes avec, pour corollaire, une moindre représentation des animaux domestiques.

Fig. 46. A : Importance relative de la chasse et de l’élevage, en pourcentage du nombre de restes déterminés. B : Proportions relatives des restes des principaux animaux domestiques par étape chronologique, en pourcentage du nombre de restes. C : Proportions relatives des restes des principaux animaux sauvages par étape chronologique, en pourcentage du nombre de restes. D : Proportions relatives des restes des principaux animaux sauvages par étape chronologique, en pourcentage du poids des restes. : Répartition des âges dentaires des bœufs. F : Répartition des âges des bœufs en fonction de l’état d’épiphysation des os longs. : Répartition des âges dentaires des caprinés.

128La composition de ces troupeaux renvoie pour une grande part au bœuf. Suivent les porcs puis les caprinés. Les mêmes proportions se retrouvent tout au long du Rubané pour ce site (fig. 46, B).

  • 10 On mentionnera enfin trois molaires inférieures d’équidés issues d’une fosse du Rubané moyen (struc (...)

129En ce qui concerne la chasse, ce sont l’aurochs et le cerf qui dominent ; viennent ensuite le sanglier puis le chevreuil. Mais la place des deux premières espèces varie en fonction du type de décompte : en nombre de restes, les proportions sont équivalentes (sur l’ensemble de la période), alors qu’en poids des restes l’aurochs est largement prépondérant. De plus on observe une évolution des proportions de ces deux espèces – au sein des animaux sauvages – au cours de la période envisagée (fig. 46, C et D) : le nombre et le poids des restes de cerf diminuent parallèlement à l’augmentation des proportions d’aurochs. Il s’agit là d’une tendance déjà observée sur d’autres sites rubanés du nord-est de la France (ARBOGAST, 1994). On peut également noter une proportion relativement importante du nombre de restes de chevreuil au Rubané moyen. Le petit gibier est ponctuellement présent avec, pour l’ensemble de la période, trois restes de castor et un reste de martre ou de fouine, plus probablement chassés pour leur fourrure que pour leur viande. Comme pour la plupart des sites de la même période, la chasse aux oiseaux est mal représentée mais néanmoins attestée10.

130Le spectre de la faune de ce site correspond donc à ce qui est considéré comme la norme pour le Rubané (ARBOGAST, 1994). En effet, on peut citer ici la prépondérance du bœuf, un taux de chasse qui ne dépasse pas les 10 % (hormis au Rubané ancien) - ce qui semble être la règle pour l’Alsace (ARBOGAST, 2001) – ainsi que l’importance de la chasse à l’aurochs et au cerf. L’inversion des proportions d’aurochs et de cerf au cours du temps est également attestée par ailleurs et la présence de petits animaux à fourrure est un fait établi sur un grand nombre de sites rubanés.

8.2. La gestion des cheptels

131L’étude de la gestion des cheptels se base sur l’analyse de la répartition de l’âge des individus et de leur sexe. Malheureusement ce dernier est trop rarement identifiable pour que les résultats obtenus soient réellement significatifs. Les observations relatives à l’âge des animaux sont assez peu nombreuses, aussi bien en ce qui concerne les âges dentaires que les stades d’épiphysation des os longs. Elles suffisent néanmoins à établir une courbe de mortalité pour les bœufs et les caprinés à partir des restes dentaires. En revanche, il faut préciser que ces courbes englobent la totalité de la séquence rubanée et que le nombre minimum d’individu (par individualisation, POPLIN, 1976) n’est que de treize pour les bœufs et de onze pour les caprinés. Les résultats sont interprétés d’après la typologie des exploitations d’É. Blaise (2009), mais il faut noter que cette typologie s’appuie sur des considérations contemporaines de rentabilité qui n’affectaient probablement pas l’économie rubanée.

132On dénombre neuf porcs qui ont, dans leur grande majorité, été abattus entre un et deux ans (cinq individus pour vingt et un restes dentaires). Trois individus (neuf restes dentaires) ont été abattus entre 6 et 12 mois, et un seul individu (représenté par trois restes dentaires) avait plus de 2 ans au moment de sa mort (âges estimés d’après HORARD-HERBIN, 1997 et BLAISE, 2009).

133Les âges obtenus à partir de l’état d’épiphysation (estimés à partir des données de BARONE, 1999) des os confirment l’abattage des jeunes porcs avant deux ans en ce qui concerne 36 % des observations (NO = 23), contre 14 % pour lesquels on obtient un âge supérieur à deux ans (NO = 9). De plus, aucun des os dont les épiphyses se soudent après 2,5 ans n’est soudé hormis un proximum de tibia et un proximum d’ulna qui indiquent un âge supérieur à 3,5 ans, ainsi que deux vertèbres cervicales dont les épiphyses proximales du corps vertébral sont en cours de soudure, ce qui indique un âge compris entre 4 et 7 ans.

134L’objectif de leur élevage serait donc la production de viande. En effet, l’âge optimal d’abattage des porcs, c’est-à-dire le moment où ils atteignent leur rendement maximal en viande, se situe entre un et deux ans. Ceux abattus avant un an peuvent correspondre à la recherche de viande plus tendre et les porcs plus âgés pourraient avoir contribué à maintenir la pérennité du troupeau par la reproduction. Il est également à noter que dans ces profils se retrouvent peut-être quelques sangliers qui n’ont pas pu être différenciés des porcs domestiques : la croissance des bêtes n’étant pas toujours terminée il est souvent difficile de faire la différence entre les formes sauvage et domestique. Certains ossements de sanglier ont tout de même pu être individualisés et seront analysés plus loin.

135La courbe d’abattage du bœuf semble plus originale que celle des suinés. En effet, la majorité des individus ont été abattus entre 4 et 9 ans, essentiellement entre 4 et 6,5 ans (fig. 46, E). Aucun individu n’avait moins de 6 mois au moment de sa mort mais quelques restes indiquent des individus abattus après 9 ans (âges estimés d’après DUCOS, 1968, revu par BLAISE, 2009).

136L’état d’épiphysation des os longs (étudié à partir des données de BARONE, 1999 et la méthode de CHAPLIN, 1971) renvoie également à ce type de schéma (fig. 46, F), avec une majorité de bêtes abattues entre 3 et 5 ans. Il reste cependant difficile de comparer les graphiques dans la mesure où les classes d’âges utilisées ne se superposent pas exactement.

137Le rendement maximal en viande étant atteint entre 2 et 4 ans pour les bœufs, il semble évident que l’exploitation n’est pas orientée vers la production de viande. De même que pour les suinés et pour les mêmes raisons, il est possible que certains restes d’aurochs n’aient pu être individualisés, mais cette incertitude au niveau de la détermination augmenterait plutôt la proportion des animaux jeunes et ne semble donc jouer aucun rôle dans les résultats obtenus. Plusieurs hypothèses peuvent être proposées, la première étant celle de la production laitière. Dans ce cas, on devrait observer deux pics d’abattages, le premier entre six mois et deux ans et le second après quatre ans. On note bien la présence d’animaux jeunes, de moins de deux ans et demi, mais on ne peut pas parler ici de pic d’abattage. Cette faible représentation pourrait relever de phénomènes taphonomiques, mais, comme nous l’avons déjà souligné, l’état général des ossements est plutôt bon. La seconde hypothèse est celle de l’utilisation des bœufs pour leur force de travail : pour des travaux de portage ou de traction. Aucun élément pathologique n’a été détecté sur les ossements en dehors d’une malformation sur un sacrum, mais l’hypothèse ne peut être exclue.

138À l’inverse des bovins et à l’instar des porcs, les caprinés sont abattus jeunes, voire très jeunes : la majorité d’entre eux ne dépasse en effet pas un an et un très grand nombre a entre six mois et un an (fig. 46, G). On peut néanmoins noter la présence d’un NMI d’au moins un pour chaque classe d’âge au-delà de deux ans, avec une fréquence de restes relativement importante pour les 2-4 ans et les 6-10 ans (âges estimés d’après PAYNE, 1973 et DUCOS, 1968 revus et combinés par VIGNE, HELMER, 2007).

139L’état d’épiphysation des ossements ne corrobore pas tout à fait les données obtenues à partir des âges dentaires : seules deux observations indiquent la présence d’individu(s) ayant de manière certaine moins d’un an au moment de leur mort, contre neuf observations pour des individus ayant plus de trois ans. Étant très peu nombreuses (NO = 37), ces données ne peuvent être exploitées de manière statistique.
D’après les âges dentaires, l’élevage des caprinés semble donc orienté vers la production de viande tendre.

140Les données obtenues pour les animaux sauvages sont encore moins nombreuses que pour les espèces domestiques. Neuf observations proviennent des quelques restes de sangliers disponibles. Certains ossements présentent des épiphyses non soudées à la diaphyse, mais le nombre d’observations est trop faible pour pouvoir formuler une conclusion argumentée, hormis le fait que les prélèvements touchent aussi bien des individus âgés de plus de deux ans que des individus plus jeunes (BARONE, 1999). Les quelques restes dentaires de cerf reflètent aussi bien des bêtes âgées de un an et demi à deux ans que des vieux individus de 12 à 14 ans (RIGLET, 1977). Tous les os sont soudés hormis une vertèbre lombaire dont les épiphyses sont en cours de soudure, mais le nombre des observations est assez faible (NO = 28). Le chevreuil ne bénéficie quant à lui que de neuf observations concernant l’épiphysation des os, aucun reste dentaire ne lui est attribué. On peut simplement remarquer la présence de quelques jeunes de moins de 15 mois (NO = 3) (TOMÉ, VIGNE, 2003). Un nombre équivalent de restes indique également l’abattage d’individus plus âgés. Pour l’aurochs enfin, un reste dentaire (une troisième molaire inférieure) permet d’attribuer entre 6,5 et 9 ans à l’individu (DUCOS, 1968). Les ossements postcrâniens sont pour leur grande majorité soudés et les trois restes qui permettent d’approcher un âge plus précis appartiennent à des individus âgés entre 2 et 4 ans. Mais, encore une fois, il est difficile d’attribuer les restes de jeunes bovins à la forme sauvage ou domestique, ce qui pourrait expliquer l’absence de jeunes dans le cas présent. Dans tous les cas, le faible nombre d’observations et leur imprécision ne permet pas d’aborder une interprétation approfondie de l’activité cynégétique sur le site. On pourra néanmoins remarquer que la chasse ne concerne pas que des animaux adultes, des individus jeunes étant également impliqués.

8.3. De l’abattage de l’animal à la consommation de la viande

141Ce sont les restes de bovins qui fournissent les données les plus nombreuses et qui permettent le mieux de tenter de reconstituer aussi bien les actes de boucherie que son organisation, la consommation de la viande et le rejet des déchets. Mais quelques éléments peuvent également être tirés des restes de porcs et de caprinés. Le fait que les ossements soient fragmentés et qu’ils comportent des traces de découpe montre clairement que la viande de ces animaux a été consommée, ce qui implique une activité de boucherie dont on peut tenter de restituer la chaîne opératoire.

  • 11 Différence des poids relatifs = (fréquence pondérale - fréquence attendue) / fréquence attendue (OU (...)

142L’étude de la distribution anatomique des restes osseux vise à jauger la représentation des différentes parties du squelette des espèces présentes, dans le but d’observer d’éventuelles sélections ou absences de sélections. Les poids des différentes parties du squelette de bœuf, de porc et de caprinés ont donc été comparés aux poids de squelettes de référence, selon la méthode de la différence des poids relatifs11. Seuls les restes des trois principaux animaux domestiques sont présents en nombre suffisants pour se prêter à une analyse de ce type.

143À l’exception des sésamoïdes, tous les ossements du squelette de bœufs sont représentés sur le site. Dans les fosses latérales les os des ceintures, des membres et les têtes sont présents dans des proportions à peu près conformes à ce qu’on attendrait pour un squelette de référence. En revanche, les rachis sont largement sous-représentés et les autopodes (carpes, tarses, métapodes et phalanges) sont en très net sureffectif (fig. 47). Dans le détail sont donc essentiellement présents les os des membres – à l’exception des fémurs – ainsi que les mandibules. Les vertèbres, les côtes, les crânes et les phalanges sont sous-représentés.

Fig. 47. Distribution anatomique comparée des restes de bœuf et représentation schématique de leur distribution anatomique dans les fosses latérales (dessins M. Coutureau, Inrap, ArcheoZOO.org ; DAO É. Guthmann).

144La sous-représentation de certaines entités anatomiques – notamment les os du rachis et le crâne – pourrait être à l’origine d’un problème récurrent en archéozoologie qui est celui de la détermination au rang de l’espèce. Il a donc semblé nécessaire ici de vérifier si les lacunes observées ne relevaient pas de ce biais. Si on ajoute les restes de vertèbres et de côtes attribués aux bovinés, les vertèbres sont alors très légèrement sur-représentées mais les côtes sont toujours en très net déficit. Il en va de même si on inclut également les vertèbres et côtes attribués aux grands ruminants. Dans tous les cas, il semble méthodologiquement douteux de ne prendre en compte que les vertèbres et les côtes pour lesquelles la détermination est difficile. En fonction de la fragmentation, tous les autres restes du squelette peuvent se retrouver dans les catégories « bovinés » ou « grands ruminants ». Il semble donc judicieux d’observer ce qu’il se passe si on intègre toutes les données concernant ces deux catégories aux données relatives au bœuf. Si on ajoute les poids des restes de bovinés, l’image renvoyée est la même qu’avec les restes de bœufs seuls (rachis, crâne et phalanges en déficit). Lorsqu’on intègre encore les restes de grands ruminants, à nouveau les vertèbres sont très légèrement sur-représentées. Pour le reste, la distribution anatomique reste peu ou prou la même.

145On peut également soulever un éventuel problème taphonomique, relatif à la moindre conservation des entités fragiles comme les crânes, les côtes ou les vertèbres. Mais l’objection peut être rapidement balayée par l’observation des restes en question, effectivement présents (et bien conservés) dans les fosses latérales d’Entzheim.
Les données anatomiques concernant les bovins domestiques peuvent donc être considérées comme représentatives. Sont essentiellement représentés les restes des membres ainsi que les mandibules.

146Des observations similaires peuvent être faites à partir des restes de porc et de caprinés. À l’exception des os du carpe et des sésamoïdes, tous les os du squelette de porc sont présents sur le site. Dans les fosses latérales, les os des ceintures sont très nettement sur-représentés ; les membres et les têtes renvoient l’image de ce qu’on pourrait attendre pour un squelette de référence et les rachis et les autopodes sont en très net sous-effectif (fig. 48). Dans le détail, les mandibules sont très bien représentées mais les crânes sont en sous-effectifs, ainsi que les vertèbres et les côtes.

Fig. 48. Distribution anatomique comparée des restes de porc et représentation schématique de leur distribution anatomique dans les fosses latérales (dessins M. Coutureau, Inrap, ArcheoZOO.org ; DAO É. Guthmann).

147Les restes attribués spécifiquement aux moutons et aux chèvres sont trop peu nombreux pour être étudiés séparément. Leurs poids sont inclus dans les décomptes des restes attribués à la sous-famille des caprinés. À nouveau la grande majorité des os du squelette sont présents sur le site. Les lacunes sont néanmoins plus importantes que pour les bovins et les porcs : sont totalement absents les patella, les os du carpe et du tarse, les sésamoïdes ainsi que les métatarses. Dans les fosses latérales, ce sont essentiellement les os des membres qui sont représentés (fig. 49), les os du membre antérieur étant très nettement en sur-effectif, ainsi que les mandibules. Les phalanges sont totalement absentes.

Figure 49. Distribution anatomique comparée des restes de caprinés et représentation schématique de leur distribution anatomique dans les fosses latérales (dessins M. Coutureau, Inrap, ArcheoZOO.org ; DAO É. Guthmann).

148Reste, de la même manière que pour le bœuf, à vérifier que les lacunes observées ne sont pas dues à la difficulté de la détermination au rang de l’espèce. L’ajout des restes attribués à la catégorie des « moyens modules » aux restes de porc ne change rien à l’image renvoyée par les restes clairement attribués à cette espèce. Il en va de même en ce qui concerne les caprinés, que l’on intègre uniquement les petits ruminants ou les restes de petits ruminants et ceux attribués aux « moyens modules », qu’on ne prenne en compte que les restes relatifs au rachis ou la totalité des restes, l’image de la distribution anatomique demeure la même. Seul léger bémol, les membres postérieurs sont légèrement mieux représentés que lorsqu’on prend uniquement en compte les restes clairement attribués aux caprinés.

149Comme pour les bovins, l’éventuel problème de conservation différentielle des ossements peut être écarté et les données anatomiques concernant les porcs et les caprinés peuvent être considérées comme représentatives. Ce sont donc essentiellement les membres et les mandibules qui sont représentés pour ces trois espèces, les crânes, les éléments du rachis et les phalanges étant nettement déficitaires. Les bas de patte postérieures sont d’ailleurs totalement absents de l’assemblage, tout comme les phalanges de caprinés.

150Ces résultats nous donnent déjà quelques indices concernant la découpe des carcasses et la gestion des déchets. Les rejets liés à la première découpe et les parties les plus encombrantes des carcasses sont nettement sous-représentés et sont donc probablement évacués dans un premier temps – à l’exception d’une partie au moins des crânes. L’image observée reflète plutôt la découpe de détail. Il faut donc supposer que, dans un premier temps, les extrémités sont séparées des membres et restent dans la peau. Puis les membres sont séparés du squelette axial et les mandibules du crâne. Ceci pose la question de l’existence d’une aire spécialisée où se déroule la première étape de la découpe des carcasses. Vu la faible représentation des vertèbres et des côtes dans les structures étudiées, la viande serait prélevée dès cette première étape (c’est-à-dire ce qu’on appellerait aujourd’hui pour le bœuf le filet, le faux-filet, le collier, la bavette, les entrecôtes, la viande des plats de côte, etc…). Tous ces éléments seraient emportés avec les membres et les mandibules à proximité des habitations pour la suite des opérations. Les restes osseux encombrants qui sont générés lors de cette première étape seraient abandonnés sur cette aire de débitage (fig. 50). La question qui se pose naturellement est celle de l’identification et de la localisation de ces éventuelles aires spécialisées.

Fig. 50. Schéma de découpe du bœuf de la carcasse aux quartiers de viande (DAO É. Guthmann).

151On note que pour le bœuf, le contenu de certaines fosses « libres », non strictement associées à une maison, montre un excédent de restes crâniens et de phalanges et des lacunes pour une partie des restes des membres, mais on ne trouve aucune trace des restes de rachis, en sous-effectifs dans les fosses latérales. Il est ici possible d’isoler certaines de ces fosses dont le poids des restes de bœufs est suffisamment important (structures 403, 873 et 919). Dans les deux premières, les vertèbres et les phalanges sont surreprésentées, mais les côtes sont toujours soit absentes soit en net sous-effectif. De plus, en dépit d’un poids des restes relativement important, le nombre de restes demeure très faible (respectivement dix-neuf et vingt-deux restes). La structure 919 est donc la seule fosse « libre » qui puisse un tant soit peu nous renseigner sur le contenu des fosses isolées (NR = 44). Or, une fois encore, le rachis et les phalanges sont en sous-effectif. Concernant le porc, seuls les restes de crânes en excédent pourraient venir compléter les lacunes observées dans les fosses latérales. Pour le reste du squelette, l’image de la distribution anatomique est à peu de choses près la même : les mandibules, les os des ceintures et les membres antérieurs sont en très net excédent, alors que le rachis et les phalanges sont sous-représentés. Les os des carpes et des tarses sont totalement absents de ces structures. Enfin pour les caprinés, seuls dix-sept restes proviennent des fosses « libres », ce qui est loin d’être suffisant pour une quelconque analyse statistique.

152On peut donc observer, sans pouvoir les expliquer, quelques légères différences entre les assemblages des fosses latérales et des fosses « libres », mais rien qui permette d’identifier dans les secondes, les traces d’une première découpe des carcasses sur le site.

8.4. Les traces de découpe

153Les traces de découpe les plus nombreuses et les plus explicites ont été observées sur les restes de bœufs. Les mandibules sont tranchées à l’endroit où elles s’articulent avec le crâne et le membre postérieur est détaché du squelette axial au niveau du col de l’os coxal (fig. 51, A). En ce qui concerne le membre antérieur, le geste est plus difficile à restituer dans la mesure où il n’existe pas de liaison osseuse entre la scapula et le rachis. L’enlèvement du membre se fait donc probablement en passant entre les deux, sans laisser de traces sur les os. On peut ajouter à cela que le crâne a vraisemblablement été détaché du squelette axial au niveau des premières vertèbres cervicales.

154Les côtes et les vertèbres, en sous-effectif dans les assemblages, sont tout de même représentées : les côtes sont tranchées près de l’articulation qu’elles forment avec les vertèbres thoraciques ce qui indique qu’elles sont séparées du rachis. Le fait qu’elles soient tranchées à d’autres niveaux indique que les trains de côte ont probablement été divisés en plusieurs quartiers. En ce qui concerne les vertèbres, bien que cela ne soit pas flagrant ici, elles ont probablement également été séparées en tronçons, dans la mesure où beaucoup ne sont pas complètes (il manque la partie ventrale ou dorsale). Ce qui est clair en revanche c’est qu’aucune vertèbre n’est fendue. Le rachis n’a donc pas été fendu en deux comme cela peut être le cas pour des périodes plus récentes.
À ce stade, on trouve : le crâne séparé de la mandibule, des tronçons de côtes et peut-être des tronçons de vertèbres, et les quatre membres.

Fig. 51. La découpe du bœuf. A : incisions et entailles. B : ossements tranchés, enfoncements, points d’impact (dessins M. Coutureau, Inrap, ArcheoZOO.org ; DAO É. Guthmann).

155Suit la découpe des membres : l’épaule est détachée du reste du membre antérieur en tranchant le col de la scapula et les cuisses en tranchant l’os coxal au niveau de l’acetabulum ou de la tête du fémur. Pour le reste des opérations, l’observation des incisions et entailles (fig. 51, B), notamment celles qui se situent au niveau des articulations, est déterminante. Ces traces se concentrent au niveau des articulations les plus coriaces : entre l’humérus et le radius pour le membre antérieur et entre le tibia et le métatarse pour le membre postérieur. Il est probable qu’elles soient dues à une volonté de dégager l’articulation des chairs qui l’entourent afin d’accéder à l’os et de le fracturer plus facilement. En ce qui concerne le membre postérieur il n’y a pas d’indices aussi clairs, mais la forte concentration d’incisions et d’entailles soulignée précédemment fait penser au même type de découpe.

156On peut ainsi reconstituer le schéma de la découpe du bœuf, de la carcasse aux quartiers de viande (fig. 50). Ces derniers proviennent principalement des membres, mais aussi du squelette axial, soit sous forme de morceaux de viande désossée, soit sous forme de quartiers. Les mêmes types de traces se retrouvent aux mêmes endroits pour les porcs et les caprinés, mais en nombre nettement moindre. Il semble donc légitime de reconstituer un même schéma de découpe pour les trois principaux animaux domestiques, avec une première étape se déroulant en dehors de l’emprise connue du site, voire en dehors de ce dernier.

Conclusion

157On l’aura souvent noté au cours de cette présentation, par de nombreux aspects, le site des « Terres de la Chapelle » renvoie à l’habitat de Bischoffsheim « AFUA du Stade » ; ce sont les caractères récurrents les plus saillants observés sur ces deux grands gisements qui nous autorisent aujourd’hui à proposer un nouveau modèle d’organisation spatiale des habitats rubanés : le « modèle orthogonal » d’implantation. Ce modèle, qui conteste une partie des règles d’implantation du Hofplatz de l’école allemande, reste néanmoins très proche de ce dernier, notamment par l’importance accordée à la chronologie et par la reconnaissance d’un cycle d’abandon/reconstruction ; en cela, il s’oppose fondamentalement au modèle d’implantation en rangées d’O. Rück. Le modèle « orthogonal », à l’inverse du précédent, ne prétend pas rendre compte de la configuration de tous les habitats rubanés et peut être réfuté. L’application de notre grille de lecture aux sites fouillés sur de grandes surfaces et ayant bénéficié d’une étude chronologique détaillée permettra peut-être de vérifier si les indices relevés en Alsace traduisent l’existence d’un système commun à l’ensemble du Rubané, ou s’il s’agit d’un phénomène de portée plus régionale. Nous espérons, quoi qu’il en soit, que le modèle en construction amènera de nouveaux débats sur un thème loin d’être épuisé.

158Les données recueillies à Entzheim sur l’architecture ou la composition des différentes catégories de mobilier, sont en accord avec les résultats aujourd’hui acquis par la recherche régionale. On soulignera, pour l’architecture, la présence des trois types de maison définis par Modderman, l’évolution des orientations au cours du temps et la tendance à l’élargissement des édifices dans la seconde partie de l’étape récente. Le spectre du mobilier, enfin, répond à ce que l’on peut attendre sur un site d’habitat sans statut particulier et caractérisé par l’utilisation de céramiques de production locale et la rareté des artefacts lithiques.

159Les quinze tombes mises au jour à Entzheim, essentiellement datées de la seconde partie de l’étape récente, relèvent de deux catégories : les inhumations conventionnelles et non-conventionnelles. Ces dernières, qui rassemblent les dépôts d’individus a priori réalisés hors de tout cadre funéraire, sont régulièrement signalées sur les habitats régionaux les plus récemment fouillés. La reconnaissance de ce type de dépôt, qui interroge sur le statut des individus inhumés et l’éventuelle existence de gestes ritualisés autres que funéraires, est un acquis très récent de la recherche régionale qui devrait attirer l’attention des spécialistes.

160L’accroissement conséquent du corpus des tombes en habitat nous a permis d’aborder cette question par le biais de méthodes statistiques. Les différentes courbes de mortalité réalisées, qui ne reflètent pas une mortalité naturelle, montrent également sans équivoque que les règles de recrutement ne sont pas celles des nécropoles. La surreprésentation de toutes les classes d’immatures – à l’exception des moins de un an – pourrait transcrire un épisode de surmortalité. Cependant, la répétition du même schéma sur tous les sites et l’inscription du phénomène sur toute la durée du Rubané, telle que l’illustre le traitement des données radiométriques, nous incitent à reconnaître un principe de sélection en fonction de critères culturels.

161L’étude de la faune apporte, en plus des résultats attendus qui font la caractéristique du système d’élevage rubané (triade bœuf, porc, caprinés, faible apport de la chasse à l’exception du Rubané ancien), des résultats originaux parmi lesquels on retiendra surtout, pour ses implications en terme d’analyse spatiale ou éventuellement, de pratiques culturelles, l’extrême rareté des indices relatifs à la première étape de découpe des animaux, notamment des bovidés.

Haut de page

Bibliographie

ALLARD P., HAMON C., BONNARDIN S., CAYOL N., CHARTIER M., COUDART A., DUBOULOZ G., GOMART L., HACHEM L., ILETT M., MEUNIER K., MONCHABLON C., THEVENET C., 2013, « Linear Pottery domestic space : taphonomy, distribution of finds and economy in the Aisne valley settlements », in : HAMON C., ALLARD P., ILETT M. ed., The domestic spaces in LBK settlements, Rahden/Westf. Verl. M. Leidorf, p. 9-28 (Internationale Archäologie, 17).

ARBOGAST R.-M., 1994, Premiers élevages néolithiques du Nord-Est de la France, Liège, Univ. de Liège, 165 p. (ERAUL, 67).

ARBOGAST R.-M., 2001, « Variabilité de la représentation des animaux sauvages et statut de la chasse sur les sites du Rubané du Nord de la France », in : ARBOGAST R.-M., JEUNESSE Ch., SCHIBLER J. dir., Rôle et statut de la chasse dans le Néolithique ancien danubien (5500-4900 av. J.-C.), Actes des premières rencontres danubiennes, Strasbourg, 20-21 nov. 1996, Rahden/Westf., Leidorf, p. 77-90 (Internationale Archäologie, 1).

BARONE R., 1999, Anatomie comparée des mammifères domestiques. T. 1. Ostéologie, Paris, Vigot, 4ème éd., 761 p.

BICKLE P., WHITTLE A., 2013, The first farmers of central Europe : diversity in LBK lifeways, Oxford, Oxbow Books, xxxii-528 p.

BIRKENHAGEN B., 2003, Studien zum Siedlungswesen der westlichen Linearbandkeramik, Bonn, R. Habelt, 309 p. (Saarbrücker Beiträge zur Altertumskunde, 75).

BLAISE É., 2009, Économie animale et gestion des troupeaux au Néolithique final en Provence : approche archéozoologique et contribution des analyses isotopiques de l’émail dentaire, Thèse de Préhistoire, Univ. d’Aix-Marseille 1, Aix-en-Provence, 3 vol.

BOELICKE U, 1988, « Die Gruben », in : BOELICKE U., Von BRANDT D., LÜNING J., STEHLI P., ZIMMERMANN A. dir., p. 300-394 (Rheinische Ausgrabungen, 28).

BOELICKE U., Von BRANDT D., LÜNING J., STEHLI P., ZIMMERMAN A., 1988, Der bandkeramische Siedlungsplatz Langweiler 8, Gemeinde Aldenhoven, Kreis Düren, Köln, Rheinlang Verl., 3 vol. (Rheinische Ausgrabungen, 28).

BONNET C., PLOUIN-MANTZER S., LAMBACH F., 1988, « Colmar, route de Rouffach : un site pré- et protohistorique d’importance. 1° partie le site néolithique rubané », R.A.E., t. 39, p. 167-229.

BRANDT D., 1988, « Häusser », in : BOELICKE U., Von BRANDT D., LÜNING J., STEHLI P., ZIMMERMANN A. dir., p. 36-289 (Rheinische Ausgrabungen, 28).

CAUVIN J., 1997, Naissance des divinités, naissance de l’agriculture : la révolution des symboles au Néolithique, Paris, CNRS éd., 310 p. (2ème éd. augm. et corrigée).

CHAPLIN R. E., 1971, The study of animal bones from archaeological sites, London/New York, Seminar Press, 170 p. (International series of monographs on science in archaeology).

CLASSEN E., 2005, « Siedlungsstrukturen der Bandkeramik im Rheinland », in : LÜNING J., FRIRDICH C., ZIMMERMANN A. dir., Die Bandkeramik im 21. Jahrhundert, Symposium in der Abtei Brauweiler bei Köln vom 16.9.–19.9.2002, Rahden/Westf., Leidorf, p. 113-124 (Internationale Archäologie, 7).

COUDART, 1998, Architecture et société néolithique : l’unité et la variance de la maison danubienne, Paris, éd. de la MSH, 227 p. (Documents d’Archéologie française, 67).

CROUTSCH C., LEPROVOST C., BOUQUIN D., ARBOGAST R.-M., PUTELAT O., ENGEL E., GERBASI F., 2007, Entzheim-Geispolsheim (Alsace, Bas-Rhin) Aéroparc (Lidl-CUS). Vol. 2 : Les occupations néolithiques, Rapport de fouille préventive, PAIR/SRA Alsace.

DENAIRE A., 2013, Kolbsheim ‘Vogeseblick’ : du village du Néolithique ancien à la position de la Bruche de 1914, Rapport d’archéologie préventive, Antéa-Archéologie, 3 vol.

DENAIRE A., LEFRANC P., 2014, « Les pratiques funéraires de la culture de Roessen et des groupes épiroesséniens dans le sud de la plaine du Rhin supérieur (4750-4000 av. J.-C.) », in : LEFRANC P., DENAIRE A., JEUNESSE C. dir., Données récentes sur les pratiques funéraires néolithiques de la Plaine du Rhin supérieur, Actes de la table ronde de Strasbourg, 1 juin 2011, Oxford, Archaeopress, p. 75-126 (BAR, Intern. series, 2633).

DENAIRE A., CHENAL F., JAMMET-REYNAL L., 2014, « Schwindratzheim ‘Les Terrasses de la Zorn’ (Bas-Rhin) : céramique de Limbourg, habitat rubané, sépultures et enceinte Bischheim », Internéo, 10, p. 5-13.

DESCOLA P., 1986, La nature domestique : symbolisme et praxis dans l’écologie des Achuar, Paris, éd. de la MSH, 450 p.

DUCOS P., 1968, L’origine des animaux domestiques en Palestine, Bordeaux, 191 p. (Mémoire de l’Institut de Préhistoire de l’Univ. de Bordeaux, 6).

DUDAY H., 2007, « Les preuves archéologiques d’une crise brutale de mortalité : simultanéité du dépôt de cadavres, simultanéité des décès ? », in : CASTEX D., BARRY St., Épidémies et crises de mortalité du passé, Actes des séminaires (année 2005) de la MSH d’Aquitaine, Bordeaux, p. 15-21.

EINICKE R., 1998, « Zwei Altfunde bandkeramischer Brunnen aus Mitteldeutschland », in : Brunnen der Jungsteinzeit, Internationales Symposium in Erkelenz, 27-29 Okt. 1997, Bonn, R. Habelt, p. 73-94 (Materialen zur Bodendenkmalpflege im Rheinland, 11).

FARRUGIA J.-P., GUICHARD Y., HACHEM, L., 1996, « Les ensembles funéraires rubanés de Menneville - Derrière le Village (Aisne) », in : DUHAMEL P. dir., La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ?, Actes du 18ème colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, 25-27 oct. 1991, Dijon, S.A.E., p. 119-174 (14ème suppl. à la R.A.E.).

FORRER, R., 1926, « Nouvelles découvertes et acquisitions du musée préhistorique et gallo-romain de Strasbourg », Anzeiger für Elsässische Altertumskunde, 4, Jahrgänge XII-XVII, 1922-1926, p. 1-34.

GIES C., THÉVENIN A., 1971, « Campagne de fouilles 1970 à Reichstett (Bas-Rhin) », Cahiers alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, 15, 1971, p. 5-22.

HAACK F., 2002, Die bandkeramishen Knochen- Geweih- und Zahnartefakte aus den Siedlungen Herxheim (Rheinland-Pfalz) und Rosheim (Alsace), Magisterarbeit, Karlsruhe, 2 vol.

HAUZEUR A., 2006, Le Rubané au Luxembourg : contribution à l’étude du Rubané du Nord-Ouest européen, Luxembourg, MNHA, 451 p., 214 pl. (Dossiers d’Archéologie du MNHA, X. - ERAUL, 114).

HEINTZ G., 1957, « Observations archéologiques faites dans la sablière Zimmer à Lingolsheim », Cahiers alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, 1, p. 7-15.

HEINTZ G., 1973, « Observations archéologiques à Dachstein, de 1957 à 1972 », Cahiers alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, 17, p. 21-36.

HERREN B., 2003, Die alt- und mittelneolithische Siedlung von Harting-Nord, Kr. Regensburg/Oberpfalz : Befunde und Keramik aus dem Übergangshorizont zwischen Linearbandkeramik und Südostbayerischem Mittelneolithikum (SOB), Bonn, R. Habelt, 259 p, 179 pl. (Archäologische Berichte, 17).

HERREN B., 2005, « Harting-Nord, Kr. Regensburg/Oberpfalz : keine Krise am Ende der Linearbandkeramik ! Kontinuität und Diskontinuität am Übergang von Alt- zu Mittelneolithikum », in : LÜNING J., FRIRDICH C., ZIMMERMANN A. dir., Die Bandkeramik im 21. Jahrhundert, Symposium in der Abtei Brauweiler bei Köln vom 16.9.-19.9.2002, Rahden/Westf., Leidorf, (Internationale Archäologie, 7).

HÖHN B., 1985, « Ausgrabungen in der bandkeramischen Siedlung bei Bietigheim-Bissingen, Kr. Ludwigsburg », Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, 1985, p. 41-45.

HORARD-HERBIN M.P., 1997, Le village celtique des Arènes à Levroux : l’élevage et les productions animales dans l’économie de la fin du second Âge du Fer, Levroux, 205 p. (12ème suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la FranceLevroux, 4).

JEUNESSE C., 1980, « Le peuplement rubané de la Basse-Alsace : aspects géographiques », in : Le Rubané d’Alsace et de Lorraine : état des recherches 1979, p. 85-101 (Ass. d’Études Pré- et Protohistoriques d’Alsace, fasc. n° 1).

JEUNESSE C., 1993a, Recherches sur le Néolithique danubien du sud de la Plaine du Rhin supérieur et du Nord de la Franche-Comté, Thèse de doctorat, USH de Strasbourg II, 2 vol.

JEUNESSE C., 1993b, « L’habitat rubané de Colmar ‘Route de Rouffach’ (Haut-Rhin) : fouilles 1985-1986 », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 9, p. 205-266.

JEUNESSE C., 1995a, « Contribution à l’étude de la variabilité régionale au sein du Rubané : l’exemple du sud de la Plaine du Rhin supérieur », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 11, p. 1-22.

JEUNESSE, C., 1995b, « Les groupes régionaux occidentaux du Rubané à travers les pratiques funéraires », Gallia Préhistoire, 37, p. 115-154.

JEUNESSE C., 1996a, « Les fossés d’enceinte de la culture à céramique linéaire en Alsace », in : DUHAMEL P. dir., La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ?, Actes du 18ème colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, 25-27 oct. 1991, Dijon, S.A.E., p. 257-269 (14ème suppl. à la R.A.E.).

JEUNESSE C., 1996b, « Variabilité des pratiques funéraires et différenciation sociale dans le Néolithique ancien danubien », Gallia Préhistoire, 38, p. 249-286.

JEUNESSE C., 1997, Pratiques funéraires au Néolithique ancien : sépultures et nécropoles danubiennes 5500-4900 av. J.-C., Paris, éd. Errance, 167 p.

JEUNESSE C., 2005, « Nouvelles données sur la nécropole du Néolithique ancien de Quatzenheim (Bas-Rhin) », Cahiers alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, 48, p. 5-30.

JEUNESSE C., 2008, « Variations stylistiques et formation des groupes régionaux dans le Rubané occidental : l’exemple des décors orthogonaux », in : FALKENSTEIN F., SCHADE-LINDIG S., ZEEB-LANZ A. éd., Kumpf, Kalotte, Pfeilschaftglätter : zwei Leben für die Archäologie, Gedenkschrift für Annemarie Häußer und Helmut Spatz, Rahden/Westf., Leidorf, p. 129-151 (Internationale Archäologie - Studia honoraria, 27).

JEUNESSE C., LEFRANC P., 1999, « Rosheim ‘Sainte-Odile’ (Bas-Rhin) : un habitat rubané avec fossé d’enceinte. Première partie : les structures et la céramique », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 15, p. 1-111.

JEUNESSE, C., SAINTY, J., 1991, « Bischoffsheim ‘Le village’ (Bas-Rhin) : un habitat rubané avec céramique de la Hoguette », Cahier de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 7, p. 15-58.

JEUNESSE C., ALIX G., ARBOGAST R.-M, BOËS É., LASSERRE M., LEFRANC P., MAUVILLY M., REBMANN T., SCHNEIKERT F., SIDÉRA I., 2002, Vendenheim ‘Le Haut du Coteau’ : une nécropole du Néolithique ancien, DFS, SRA d’Alsace, Inrap, Strasbourg, 3 vol.

JEUNESSE C., LEFRANC P., Van WILLIGEN S., 2009, « Die Pfälzische Bandkeramik : Definition und Periodisierung einer neuen Regionalgruppe der Linearbandkeramik », in : ZEEB-LANZ A. dir., Krisen – Kulturwandel – Kontinuitäten : zum Ende der Bandkeramik in Mitteleuropa, Beiträge der Internationalen Tagung in Herxheim bei Landau (Rheinland-Pfalz), 14.06.-17.06.2007, Rahden/Westf., Leidorf, p. 61-77 (Internationale Archäologie, 10).

KIND C.-J., 1989, Ulm-Eggingen : die Ausgrabungen 1982 bis 1985 in der bandkeramischen Siedlung und der mittelalterlichen Wüstung, Stuttgart, Theiss, 499 p., 122 p. de pl. (Forschungen und Berichte zur vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 34).

KRAUSE R., 1997, « Un village rubané avec fossé d’enceinte et nécropole près de Vaihingen/Enz, Kreis Ludwigsburg », in : JEUNESSE C. dir., Le Néolithique danubien et ses marges entre Rhin et Seine, Actes du 22ème colloque interrégional sur le Néolithique, Strasbourg, 27-29 oct. 1995, Strasbourg, APRAA, p. 45-56 (3ème suppl. aux Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace).

KRAUSE R., 1998, « Die bandkeramischen Siedlungsgrabungen bei Vaihingen an der Enz, Kreis Ludwigsburg (Baden-Württemberg) », Bericht der Römisch-Germanischen Komission, 79, p. 5-105.

LAMBACH F., 1993, « La nécropole rubanée d’Ensisheim ‘Les Octrois’ : description des tombes et anthropologie de terrain », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 9, p. 17-48.

LASSERRE M., CROUTSCH C., 1995, Entzeim, Cora, 1995, Rond-point CD 392/CD 400, DFS, SRA Alsace, 13 p. 28 fig.

LEDERMANN S., 1969, Nouvelles tables-types de mortalité, Institut national des Études monographiques, Travaux et documents, n° 53, 260 p.

LEFRANC P., 2001, Rosheim ‘Mittelfeld : ZA du Rosenmeer/Renecka, DFS de fouilles de sauvetage urgent, Strasbourg, SRA Alsace, Strasbourg, 65 p., 36 pl.

LEFRANC P., 2007a, La céramique du Rubané en Alsace : contribution à l’étude des groupes régionaux du Néolithique ancien dans la plaine du Rhin supérieur, Strasbourg, Univ. M. Bloch, 499 p. (Rhin Meuse Moselle, 2).

LEFRANC P., 2007b, « L’habitat rubané de Bischoffsheim (Bas-Rhin) : premiers résultats », in : LE BRUN-RICALENS F., VALOTTEAU F., HAUZER A. dir., Relations interrégionales au Néolithique entre Bassin parisien et bassin rhénan, Actes du 26ème colloque interrégional sur le Néolithique, Luxembourg, 8-9 nov. 2003, Metz/Saarbrücken/Luxembourg, p. 9-21 (Archaeologia Mosellana, 7).

LEFRANC P., 2011, « Deux enceintes de type ‘Rosheim’ de la seconde moitié du 5e millénaire à Entzheim ‘Les Terres de la Chapelle’ et Duntzenheim ‘Frauenabwand’ (Bas-Rhin) : premiers résultats », in : DENAIRE A., JEUNESSE C., LEFRANC P. dir., Nécropoles et enceintes danubiennes du 5e millénaire dans le nord-est de la France et le sud-ouest de l’Allemagne, Actes de la table ronde internationale de Strasbourg, 2 juin 2010, Strasbourg, Univ. M. Bloch, p. 85-102 (Rhin Meuse Moselle, 5).

LEFRANC P., 2013, « Les relations entre les groupes rubanés d’Alsace et du bassin de la Seine : l’apport des styles céramiques », Bull. de la Soc. préhistorique française, 110, n° 3, p. 495-512.

LEFRANC P., 2015, « Les villages du Néolithique ancien en Alsace : un état de la recherche », Archéopages, 40, avril 2015, p. 18-25.

LEFRANC P., BOËS É., 2009, « Les restes humains manipulés du site rubané d’Ittenheim ‘Complexe sportif’ (Bas-Rhin) », in : ZEEB-LANZ A. dir., Krisen – Kulturwandel – Kontinuitäten : zum Ende der Bandkeramik in Mitteleuropa, Beiträge der Internationalen Tagung in Herxheim bei Landau (Rheinland-Pfalz), 14.06.-17.06.2007, Rahden/Westf., Verl. M. Leidorf, p. 197-212 (Internationale Archäologie, 10).

LEFRANC P., CHENAL F., 2008, Entzheim Les Terres de la Chapelle 1, Bas-Rhin : habitat du Néolithique ancien rubané et du Néolithique récent, Michelsberg et Munzingen, inhumations du Néolithique moyen, D.F.S. de fouille préventive, SRA Alsace, Strasbourg, 162 p.

LEFRANC P., JEUNESSE C., 2012, « Zwei Erdwerke vom Typ Rosheim aus der zweiten Hälfte des 5. Jahrtausends v. Chr. in Entzheim ‘Les Terres de la Chapelle’ und Duntzenheim ‘Frauenabwand’ (Ober-Rhein) : erste Ergebnisse », in : GLASER R. dir., Mitteleuropa im 5. Jahrtausend vor Christus, Beiträge zur Internationale Konferenz, Münster, 6-8 Okt. 2010, p. 219-241 (Neolithikum und ältere Metallzeiten, 1).

LEFRANC P., MICHLER M., 2015, « Une nouvelle maison du Rubané récent sur le ‘site central’ de Rosheim ‘Rittergass’/ ‘Sainte-Odile’ (Bas-Rhin) », R.A.E., t. 64-2015, p. 27-48.

LEFRANC P., BAKAJ B., ROBERT F., ZEHNER M., 2004, Bischoffsheim AFUA du Stade’, DFS, Strasbourg, 2 vol.

LEFRANC P., DENAIRE A., BOËS É., 2010, « Le site Néolithique ancien et moyen d’Ittenheim (Bas-Rhin) », R.A.E., t. 59-2010, fasc. 1, p. 65-97.

LEFRANC P., ALIX G., CHENAL F., SCHNEIDER N., 2012, Entzheim, Bas-Rhin, In der Kappell Z.A. ‘Les Terres de la Chapelle 2’ : village rubané, enceinte et inhumations de la fin du Vème millénaire et habitat Michelsberg, DFS, Inrap Grand-Est sud, 3 vol.

LEFRANC P., ALIX G., LATRON F., 2014, « La nécropole Rubané récent d’Ingenheim ‘Bannenberg’ (Bas-Rhin) », in : LEFRANC P., DENAIRE A., JEUNESSE C. dir., Données récentes sur les pratiques funéraires néolithiques de la plaine du Rhin supérieur, Actes de la table ronde de Strasbourg, 1 juin 2011, Oxford, Archaeopress, p. 5-58 (BAR Intern. series, 2633).

LEFRANC P., DENAIRE A., JEUNESSE C., BOULESTIN B., 2018, « Dismembering bodies and atypical human deposits of the 4th millennium in the Upper-Rhine valley : sacrificial practices ? », in : BICKLE P., SIBBESSON E. dir., 'Neolithic Bodies', British Museum, London, 3 november, Oxford, Oxbow Books, p. 92-112 (Neolithic Studies Group Seminar Papers, 15).

LEPROVOST C., 2013, Entzheim-Geispolsheim, Bas-Rhin, lotissement d’activités du quadrant 4. Entzheim ‘in der Klamm’ et Geispolsheim ‘Schwobenfeld’ : des habitats et une nécropole néolithiques, des habitats protohistoriques, un habitat antique, un habitat et une aire funéraire mérovingiens, une position fortifiée allemande de la première guerre mondiale. Vol. 2 : Les découvertes néolithiques, Rapport de fouille préventive, février 2013, PAIR, SRA Alsace, 161 p.

LOUWE KOOIJMANS L.-P., VAN de VELDE P., KAMERMANS H., 2003, « The early Bandkeramik settlement of Geleen-Janskamperveld : its intrasite structure and dynamics », Internationale Archäologie, 20, p. 373-397.

LÜNING J., 1998, « L’organisation régionale des habitats rubanés : sites centraux et sites secondaires (groupements de sites) », in : CAUWE N., Van BERG P.-L. dir., Organisation néolithique de l’espace en Europe du Nord-Ouest, Actes du 23ème colloque interrégional sur le Néolithique, Bruxelles, 24-26 oct. 1997, Bruxelles, p. 163-185 (Anthropologie et Préhistoire, 109).

LÜNING J., 2005, « Bandkeramische Hofplätze und die absolute Chronologie der Bandkeramik », in : LÜNING J., FRIRDICH C., ZIMMERMANN A. dir., Die Bandkeramik im 21. Jahrhundert, Symposium in der Abtei Brauweiler bei Köln vom 16.9.-19.9.2002, Rahden/Westf., Leidorf, p. 49-74 (Internationale Archäologie, 7).

LÜNING J., 2012, « Bandkeramische Hofplätze und Erbregeln », in : KIENLIN T.L., ZIMMERMANN A. dir., Beyond Elites : alternatives to hierarchical systems in modelling social formations, Internat. conference at the Ruhr-Universität Bochum, Germany, Oct. 22-24, 2009, Bonn, R. Habelt, p. 197-201 (Universitätsforschungen zur Prähistorischen Archäologie, 215).

MAMIE A., MAUDUIT A., 2008, Didenheim, 2ème ZAC des Collines, Rapport de fouille préventive, SRA Alsace, Strasbourg, 2 vol., 486 et 270 p.

MASSET C., 1994, « La paléodémographie », Histoire et Mesure, IX 3-4, p. 381-394.

MAUVILLY M., 1997, « L’industrie lithique de la culture à céramique linéaire de Haute et Basse-Alsace : état des recherches et bilan provisoire », in : JEUNESSE C. dir., Le Néolithique danubien et ses marges entre Rhin et Seine, Actes du 22ème colloque interrégional sur le Néolithique, Strasbourg, 27-29 oct. 1995, p. 65-79 (3ème suppl. aux Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace).

MAUVILLY M., 2000, « Le mobilier lithique du site de Rosheim ‘Sainte-Odile’ (Bas-Rhin). Première partie : objets en roches siliceuses et apparentées », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 16, p. 67-81.

MELLAART J., 1967, Çatal Hüyük : a neolithic town in Anatolia, New-York, Thames & Hudson, 232 p.

MODDERMAN P.J.R., 1959, « Die bandkeramische Siedlung von Sittard », Palaeohistoria, VI-VII, 1958/1959, p. 33-120.

MODDERMAN P.J.R., 1970, Linearbandkeramik aus Elsloo und Stein, 218 p., 232 p. de pl. (Analacta Praehistorica Leidensia, 3).

MODDERMAN P.J.R., 1977, Die neolithische Besiedlung bei Hienheim, Ldkr. Kehlheim. I, Die Ausgrabungen am Weinberg : 1965 bis 1970, Kallmünz-Opf, 135 p., 88 p. de pl. (Materialhefte zur bayerischen Vorgeschichte, A. 33 - Analecta Praehistorica Leidensia, 10).

NEHLICH O., MONTGOMERY J., EVANS J., SCHADE-LINDIG S., PICHLER S.-L, RICHARDS M.-P., ALT K.-W., 2009, « Mobility or migration : a case study from the Neolithic settlement of Nieder-Mörlen (Hessen, Germany) », Journal of Arch. Science, 36, p. 1791-1799.

NETH A.,1999, Eine Siedlung der frühen Bandkeramik in Gerlingen, Kreis Ludwigsburg, Stuttgart, K. Theiss, 337 p., 105 pl. (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frügeschichte in Baden-Württemberg, 79).

ORSCHIEDT J., 1997, « Sépultures rubanées en habitat dans le Bade-Wurtemberg : études archéologiques et anthropologiques », in : JEUNESSE C. dir., Le Néolithique danubien et ses marges entre Rhin et Seine, Actes du 22ème colloque interrégional sur le Néolithique, Strasbourg, 27-29 oct. 1995, p. 57-63 (3ème suppl. aux Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace).

OUESLATI T., 2006, Approche archéozoologique des modes d’acquisition, de transformation et de consommation des ressources animales dans le contexte urbain gallo-romain de Lutèce (Paris, France), Oxford, Archaeopress, 416 p. (BAR Intern. Series, 1479).

PAVLÚ I., ZÁPOTOCKÁ M., 1983, Bylany : Výzkum 1953-1967. Bd. 1 : Katalog : secke A- dil 1, Praha, Archeologického ustavu CSAV, 293 p.

PERRIN B., 2013, Osthouse Kleinfeld (Bas-Rhin, Alsace), Rapport de fouilles préventives, SRA Alsace, Strasbourg, 194 p., 61 pl. et annexes.

POPLIN F., 1976, « Remarques théoriques et pratiques sur les unités utilisées dans les études d’ostéologie quantitatives, particulièrement en archéologie préhistorique », Section méthodologie (problèmes d’interprétation ethnographique des vestiges osseux) du IXe Congrès de l’U.I.S.P.P., Nice, p. 125-141.

REIMER P. J. et alii, 2013, « IntCal 13 and Marine13 Radiocarbon Age Calibration Curves 0-50,000 Years cal BP », Radiocarbon 55-4, 2013, p. 1869-1887.

RIGLET P.H., 1977, Contribution à l’étude de l’âge du cerf élaphe (Cervus elaphus L.), Doctorat vétérinaire, École nationale Vétérinaire d’Alfort, 75 p.

RÜCK O., 2007, Neue Aspekte und Modelle in der Siedlungsforschung zur Bandkeramik : die Siedlung Weisweiler 111 auf der Aldenhovener Platte, kr. Düren, Rahden Westf., Leidorf, 306 p. (Internationale Archäologie, 105).

RÜCK O., 2011, « Le village rubané : rangées de maisons et espaces vierges ouvrent de nouvelles perspectives sur le développement et l’organisation de l’habitat », in : HAUZEUR A., JADIN I., JUNGELS C. dir., 5000 ans av. J.-C. : la grande migration ? Le Néolithique ancien dans la collection Louis Éloy, Catalogue d’exposition, Bruxelles, p. 35-41.

RÜCK O., 2013, « From yard to house row : the Bandkeramik village – layouts in rows and feature-free areas provide a new view on settlement structure », in : HAMON C., ALLARD P., ILETT M. éd., The domestic spaces in LBK Settlements, Rahden/Westf., Leidorf, p. 201-230 (Internationale Archäologie, 2013).

SAINTY J., THÉVENIN A., THÉVENIN C., PININGRE J.-F., 1984, « Le site rubané récent de Rouffach ‘Gallbühl’ (Haut-Rhin) », R.A.E., t. 35, fasc. 1-2, p. 3-39.

SCHMIDGEN-HAGER E., 1992, « Das bandkeramische Erdwerk von Heilbronn-Neckargartach », Fundberichte aus Baden-Württemberg, 17-1, p. 173-291.

SCHMIDT B., HÖFS E., KHALESSI M., SCHEMAINDA P., 1998, « Dendrochronologische Befunde zur Datierung des Brunnens von Erkelenz-Kückhoven in das Jahr 5090 vor Christus », in : KOSCHIK H. ed., Brunnen der Jungsteinzeit, Internationales Symposium Erkelenz, 27-29 Okt. 1997, Köln, R. Habelt, p. 279-289 (Materialen zur Bodendenkmalpflege im Rheinland, 11).

SCHMIDT K., 2005, Les enceintes de la culture à céramique linéaire, Mémoire de Doctorat, Strasbourg II, Univ. Marc Bloch, 4 vol.

SCHMOTZ K., WEBER W, 2007, « Untersuchungen in der linienbandkeramischen Siedlung von Otzing, Lkr. Deggendorf », in : SCHMOTZ K. dir., Vorträge des 18. Niederbayerischen Archäologentages, Rahden/Westf., Leidorf, p. 15-37.

SCHNEIDER M.-L., 1980, « Découvertes néolithiques à Dachstein 1978-1979 », Cahiers alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, 23, p. 27-40.

SCHNEIDER-SCHWIEN N., 2012, « Le contexte géoarchéologique », in : LEFRANC P., ALIX G., CHENAL F., SCHNEIDER N., Entzheim, Bas-Rhin, In der Kappell Z.A. ‘Les Terres de la Chapelle 2’ : village rubané, enceinte et inhumations de la fin du Vème millénaire et habitat Michelsberg, DFS, Inrap Grand-Est sud, avril 2012, vol. 1, p. 28-36.

SCHNEIKERT F., 2007, Entzheim ‘Zone d’Activités’, Rapport de diagnostic, Inrap, SRA Alsace, Strasbourg, 60 p.

SELLIER P., 1996, « La mise en évidence d’anomalies démographiques et leur interprétation : population, recrutement et pratiques funéraires du tumulus de Courtesoult », in : PININGRE J.-F., Nécropoles et société au premier âge du Fer : le tumulus de Courtesoult (Haute-Saône), Paris, éd. de la MSH, p. 188-202 (Documents d’Archéologie française, 54).

SOUDSKY B., BAYLE D., BEECHING A., BICQUARD A., BOUREUX M., CLEUZIOU S., CONSTANTIN C., COUDART A., DEMOULE J.-P., FARRUGIA J.-P., ILETT M., 1982, « L’habitat néolithique et chalcolithique de Cuiry-lès-Chaudardes ‘Les Fontinettes, Les Gravelines’, 1972-1977 », in : Vallée de l’Aisne, cinq années de fouilles protohistoriques, p. 57-127 (Revue archéologique de Picardie, n° spécial, 1982).

STAÜBLE H., CAMPEN I., 1998, « 7000 Jahre Brunnenbau im Südraum von Leipzig », in : KOSCHIK H. ed., Brunnen der Jungsteinzeit, Internationales Symposium Erkelenz 27-29 Okt. 1997, Köln, R. Habelt, p. 51-72 (Materialen zur Bodendenkmalpflege im Rheinland, 11).

STEHLI P., 1994, « Chronologie der Bandkeramik im Merzbachthal », in : LUNING J., STEHLI P. éd., Die Bandkeramik im Merzbachtal auf der Aldenhovener Platte, Köln, Rheinland-Verl., p. 79-191 (Beiträge zur neolithischen Besiedlung der Aldenhovener Platte 5 - Rheinisch Ausgrabungen, 36).

STIEBER A., 1952, « Fouilles dans les stations néolithiques de Stützheim (Bas-Rhin) », Cahiers alsaciens d’Histoire et d’Archéologie, 132, p. 21-28, fig. 2, 25.

TESTART A., 2010, La Déesse et le grain : trois essais sur les religions néolithiques, Paris, éd. Errance, 165 p. (Coll. des Hespérides).

THÉVENET C., 2012, « The final Linearbandkeramik enclosure at Menneville (Aisne, France) : a complex ceremonial site », in : Salzmünde : Regel oder Ausnahme ? Internationale Tagung in Halle (Saale), 18-20 Okt. 2012, p. 31 et suiv.

THÉVENIN A., SAINTY J., 1980, « Nouveaux sites rubanés et données récentes sur la séquence chronologique Néolithique ancien/Néolithique moyen dans le Bas-Rhin », in : Le Rubané d’Alsace et de Lorraine : état des recherches 1979, Strasbourg, p. 22-79 (Fasc. n° 1 de l’Ass. d’Études pré- et protohistoriques d’Alsace).

THÉVENIN A., GIES C., SAINTY J., SCHNEIDER M.-L., 1976, « Campagne de fouilles 1973-1974 à Reichstett », Cahiers alsaciens d’Archéologie d’Art et d’Histoire, 19, p. 271-288.

THÉVENIN A., GIES C., SAINTY J., SCHNEIDER M.-L., JEUNESSE C., RAPP J., 1977, « Le site néolithique de Reichstett : fouilles 1976 », R.A.E., t. 28, fasc. 3-4, p. 175-228.

THOMAS Y., BALASESCU A., BRAGUIER S., DURAND F., ERTLEN D., Van ES M., GEBHARDT A., GOUDE G., JODRY F., LEFRANC P., MICHLER M., MINNI D., NOCUS N., RÉVEILLAS H., SCHNEIDER N., 2016, Gougenheim (67) ‘Gingsheimerfeld’/LGV EE- 9.2 : habitat et inhumations en fosses circulaires du Néolithique récent et occupations du Néolithique ancien au second âge du Fer, Rapport de fouille, Inrap Grand-Est Sud, 2 vol., 320 p. et 378 p.

TOMÉ C., VIGNE J.-D., 2003, « Roe deer (Capreolus capreolus) age at death estimates : new methods and modern reference data for tooth eruption and wear, and for epiphyseal fusion », Archaeofauna, 12, p. 157-173.

ULRICH H., 1953, « Le cimetière néolithique à céramique rubanée de Hoenheim-Souffelweyersheim », Cahiers alsaciens d’Histoire et d’Archéologie, 133, p. 21-36.

VAN BERG P.-L., CAUWE N., 1996, « Du Néolithique ancien au Néolithique récent en Europe occidentale : changement de géométrie », in : DUHAMEL P. dir., La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ?, Actes du 18ème colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, 25-27 oct. 1991, Dijon, S.A.E., p. 55-78 (14ème suppl. à la R.A.E.).

VAN de VELDE P., 1990, « Bandkeramik social inequality : a case study », Germania, 68 (1), p. 19-38.

VAN de VELDE P., 2007, « Excavations at Geleen-Janskamperveld 1990-1991 », Analecta Praehistorica Leidensia, 39, p. 223-244.

VIGNE J.-D., HELMER D., 2007, « Was milk a ‘secondary product’ in the Old World Neolithisation process ? Its role in the domestication of cattle, sheep and goats », Antropozoologica, 42 (2), p. 9-40.

WEIGT P., 1909, « Neolitische Gräberfunde bei Entzheim », Anzeiger für Elsässische Altertumskunde, 2, p. 5-7.

WEINER J., 1992, « Der früheste Nachweis der Blockbauweise : zum Stand der Ausgrabung des bandkeramischen Holzbrunnens », Arch. Rheinland, 1991, p. 30-33.

WEINER J., 1998a, « Drei Brunnenkästen, aber nur zwei Brunnen : eine neue Hypothese zur Baugeschichte des Brunnens von Erkelenz-Kückoven », in : KOSCHIK H. ed., Brunnen der Jungsteinzeit, Internationales Symposium Erkelenz, 27-29 Okt. 1997, Köln, R. Habelt, p. 95-112 (Materialen zur Bodendenkmalpflege im Rheinland, 11).

WEINER J., 1998b, « Neolithische Brunnen-Bemerkungen zur Terminologie : Typologie und Technologie mit einem Modell zur bandkeramischen Wasserversorgung », in : KOSCHIK H. ed., Brunnen der Jungsteinzeit, Internationales Symposium Erkelenz, 27-29 Okt. 1997, Köln, R. Habelt, p. 193-213 (Materialen zur Bodendenkmalpflege im Rheinland, 11).

WINDL H., 1998, « Der Brunnen der Linearbandkeramik von Schletz/Asparn a. d. Zaya, p. B. Mistelbach, im Nordosten Österreichs », in : KOSCHIK H. ed., Brunnen der Jungsteinzeit, Internationales Symposium Erkelenz, 27-29 Okt. 1997, Köln, R. Habelt, p. 85-94 (Materialen zur Bodendenkmalpflege im Rheinland, 11).

WOLF J.-J., 1997, « Sierentz (Haut-Rhin) : un habitat rubané de Haute-Alsace », in : JEUNESSE C. dir., Le Néolithique danubien et ses marges entre Rhin et Seine, Actes du 22ème colloque interrégional sur le Néolithique, Strasbourg, 27-29 oct. 1995, p. 407-410 (3ème suppl. aux Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace).

WOLF J.-J., VIROULET B., 1992, « Un village du Néolithique rubané récent à Sierentz (Haut-Rhin). I. Présentation générale et étude des structures », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 8, p. 43-95.

Haut de page

Notes

1 Cette contribution a bénéficié de l’accueil d’un des auteurs au sein de l’UMR 7044 : deux mois ont donc pu être consacrés à la préparation de la publication des sites d’habitat rubanés de Bischoffsheim « AFUA du Stade » et Entzheim « Les Terres de la Chapelle ».

2 Cet aménagement de la typologie de Modderman a été apporté par le groupe de travail œuvrant à l’axe 3 sur l’habitat rubané sous la direction d’A. Denaire et P. Lefranc de l’équipe de Préhistoire de l’UMR 7044 Archimède.

3 Les datations reposent sur le mobilier céramique piégé dans les fosses latérales et, pour certaines, sur la présence de caractéristiques architecturales particulières comme un dispositif en Y.

4 Ce groupe supra-régional, défini par ses rites funéraire, ses traditions architecturales et céramiques, englobe la région du Hegau, le Rubané de Haute-Alsace, de la Marne et de l’Aisne.

5 Les prélèvements systématiquement réalisés en vue d’analyses carpologiques se sont malheureusement avérés stériles.

6 Sans l’apport de la dendrochronologie, la datation des puits est toujours hasardeuse. Il est en effet fréquent que ces structures piègent des mobiliers plus anciens ou plus récents. À titre d’exemple, sur le site de Didenheim dans le Haut-Rhin, un des puits de La Tène finale daté par de la céramique et la dendrochronologie vers 125 av. J.-C., a livré, dans sa partie supérieure, du mobilier datant au plus tôt de la fin du IVe s. après J.-C. (MAMIE, MAUDUIT, 2008, p. 126).

7 Un quatrième fossé, à Rosheim « Sainte-Odile », est à l’origine de la définition des enceintes à pseudo-fossés, monuments cérémoniels constitués d’un agrégat de fosses diachrones, de profils et de profondeurs variables (JEUNESSE, 1996a ; JEUNESSE, LEFRANC, 1999 ; SCHMIDT, 2005), et dont le site des « Terres de la Chapelle » a par ailleurs, rappelons-le, livré un très bel exemple daté de la seconde moitié du Néolithique moyen (LEFRANC, JEUNESSE, 2012).

8 Ce chiffre élevé amène à se poser la question de l’appartenance de ces vestiges à un vaste ensemble funéraire en grande partie détruit, utilisé après l’abandon du village. Si la définition « sépultures en habitat » s’applique sans difficulté aux quelques inhumations installées dans des fosses domestiques détournées de leur fonction primaire, elle peut en effet être discutée pour les inhumations en fosses sépulcrales ou en contexte non défini, et dont la stricte contemporanéité avec l’habitat ne peut être établie. Il nous semble cependant que la distribution des inhumations sur la presque totalité du décapage, soit sur une surface cinq fois plus vaste que celle couverte par la nécropole de Vendenheim, rende assez peu vraisemblable l’hypothèse de l’existence d’une vaste nécropole en partie détruite. Nous conservons donc ici la notion de « sépultures en habitat » tout en soulignant leur nombre étonnamment élevé.

9 La courbe rassemble vingt-sept individus issus de sept sites d’habitat : Colmar « Route de Rouffach » (BONNET et alii, 1988 ; Bischoffsheim « Le village » (JEUNESSE, SAINTY, 1991) ; Bischoffsheim « Lotissement AFUA du stade » (LEFRANC et alii, 2004) ; Ittenheim « Complexe sportif », LEFRANC et alii, 2010) ; Rouffach « Gallbuehl » (SAINTY et alii, 1984) ; Gougenheim « Gingsheimerweg » (THOMAS et alii, 2016) et Schwindratzheim (DENAIRE et alii, 2014).

10 On mentionnera enfin trois molaires inférieures d’équidés issues d’une fosse du Rubané moyen (structure 686). Il s’agit probablement de restes intrusifs. En effet, ce sont les seuls restes d’équidés présents sur l’ensemble du site et leur patine particulière les distingue des autres restes.

11 Différence des poids relatifs = (fréquence pondérale - fréquence attendue) / fréquence attendue (OUESLATI, 2006).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du site d’Entzheim « les Terres de la Chapelle » dans le cadre du sud de la plaine du Rhin supérieur (DAO A. Denaire).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Fig. 2. Le site dans son contexte géologique (DAO P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 3. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », plan général (DAO P. Girard et P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 4. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », plans des maisons 6, 10 et 22 (DAO P. Girard et P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 5. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », plan de la maison 15 (DAO P. Girard et P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 6. Diagrammes de distribution des maisons du Rubané de Basse-Alsace (DAO P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 7. Orientations des maisons d’Entzheim « Les Terres de la Chapelle » et de Bischoffsheim « AFUA du stade ». Seules trois maisons de l’étape ancienne du site d’Enztheim sont ici figurées sur les quatre mentionnées dans le texte. En effet, l’attribution de la 21 à cette étape est hypothétique et repose sur son orientation (DAO P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 8. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », plan et profil du puits 478 (DAO P. Girard et P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 9. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », profil du puits 556 (DAO P. Girard et P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 10. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », plan et profil du puits 1182 (DAO P. Girard et P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 11. Organisation spatiale des maisons du site de Bischoffsheim « AFUA du stade » entre l’étape moyenne et le début de l’étape récente évoluée (DAO P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 12. Distribution des assemblages céramiques d’Entzheim d’après l’analyse factorielle de correspondances du matériel du Rubané de Basse-Alsace (DAO P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 13. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », plan phasé (DAO P. Girard et P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Fig. 14. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », proposition de restitution d’un système parcellaire orthonormé (DAO P. Girard et P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Fig. 15. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », répartition des inhumations rubanées (DAO P. Girard et P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 17. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », relevé et mobilier des inhumations 617, 962 et 2005 (DAO et dessins C. Leyenberger, P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 18. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », relevé de l’inhumation 963 (DAO C. Leyenberger, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 19. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », relevé de l’inhumation 727 (DAO C. Leyenberger, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 20. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », vues des inhumations 471 (A) et 2029 (B) (clichés P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 21. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », listes des datations C14 réalisées sur les inhumations rubanées (DAO A. Denaire).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 22. Résultats de la calibration bayésienne des dates C14 des sépultures d’Entzheim (A) et de tous les sites rubanés d’Alsace (B ; Entzheim-Geispolsheim, d’après CROUTSCH et alii, 2007 ; Kolbsheim, d’après DENAIRE, 2013 ; Schwindratzheim, d’après DENAIRE et alii, 2014). Le modèle testé postule que, dans chacun des cas, ces sépultures correspondent à une seule phase. Calibration réalisée avec le logiciel Oxcal et la courbe IntCal 2013 (REIMER et alii, 2013).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 23. Inhumations en habitat d’Entzheim « Terres de la Chapelle » : effectifs après réattribution.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 24. Distribution des quotients de mortalité des individus immatures d'Entzheim « Terres de la Chapelle » comparée aux tables-types de Lederman e° = 20 ans (valeurs maxi.) et e° = 40 ans (valeurs mini.) (LEDERMANN, 1969).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 25. Distribution des quotients de mortalité des individus immatures d'Entzheim-Geispolsheim (CROUTSCH et alii, 2007) comparée aux tables-types de Lederman e° = 20 ans (valeurs maxi.) et e° = 40 ans (valeurs mini.) (LEDERMANN, 1969).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 26. Distribution des quotients de mortalité des individus immatures des inhumations en habitat sur les sites de Basse- Alsace – à l’exception d’Entzheim « Terres de la Chapelle » et Entzheim-Geispolsheim – comparée aux tables-types de Lederman e° = 20 ans (valeurs maxi.) et e° = 40 ans (valeurs mini.) (LEDERMANN, 1969).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 27. Distribution des quotients de mortalité des individus immatures de la nécropole rubanée de Vendenheim (BOËS et alii, 2005) comparée aux tables-types de Lederman e° = 20 ans (valeurs maxi.) et e° = 40 ans (valeurs mini.) (LEDERMANN, 1969).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 28. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu de la fosse latérale de la maison 1 (dessins P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 29. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu des fosses latérales de la maison 3 (dessins P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 30. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu des fosses latérales de la maison 6 (dessins P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 31. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu des fosses latérales de la maison 14 (dessins P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 32. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu des fosses latérales de la maison 18 (dessins P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 33. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu des fosses 466, 689 et 873 (dessins P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 34. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu des fosses latérales de la maison 7 (dessins P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 35. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu des fosses latérales de la maison 16 (nos 1 à 19, st. 689 ; nos 20 à 30, st. 686) (dessins P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 36. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu des fosses latérales de la maison 9 (dessins P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 37. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu des fosses latérales des maisons 19 (nos 1-4) et 20 (nos 5-19) (dessins P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 38. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu des fosses latérales de la maison 15 (dessins P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 39. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu des fosses latérales de la maison 15 (dessins P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 40. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu des fosses 471, 652, 733, 919 et 1018 (dessins P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 41. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu de la fosse 2024 (dessins P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 42. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », outils en roches siliceuse (n° 1-14) et en roches tenaces (nos 15-19) (dessins P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 43. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », choix d’objets en matière dure animale (dessins P. Lefranc, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 44. Décomptes généraux des ensembles de faune en nombre de restes (NR). Pour les pourcentages : Espèces domestiques : % NR domestique ; Total domestiques, Total sauvages et Taxons sauvages : % NR déterminés ; Taxons généraux, total déterminés et indéterminés : % du nombre de restes total.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 46. A : Importance relative de la chasse et de l’élevage, en pourcentage du nombre de restes déterminés. B : Proportions relatives des restes des principaux animaux domestiques par étape chronologique, en pourcentage du nombre de restes. C : Proportions relatives des restes des principaux animaux sauvages par étape chronologique, en pourcentage du nombre de restes. D : Proportions relatives des restes des principaux animaux sauvages par étape chronologique, en pourcentage du poids des restes. : Répartition des âges dentaires des bœufs. F : Répartition des âges des bœufs en fonction de l’état d’épiphysation des os longs. : Répartition des âges dentaires des caprinés.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 47. Distribution anatomique comparée des restes de bœuf et représentation schématique de leur distribution anatomique dans les fosses latérales (dessins M. Coutureau, Inrap, ArcheoZOO.org ; DAO É. Guthmann).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 48. Distribution anatomique comparée des restes de porc et représentation schématique de leur distribution anatomique dans les fosses latérales (dessins M. Coutureau, Inrap, ArcheoZOO.org ; DAO É. Guthmann).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Figure 49. Distribution anatomique comparée des restes de caprinés et représentation schématique de leur distribution anatomique dans les fosses latérales (dessins M. Coutureau, Inrap, ArcheoZOO.org ; DAO É. Guthmann).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 50. Schéma de découpe du bœuf de la carcasse aux quartiers de viande (DAO É. Guthmann).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 51. La découpe du bœuf. A : incisions et entailles. B : ossements tranchés, enfoncements, points d’impact (dessins M. Coutureau, Inrap, ArcheoZOO.org ; DAO É. Guthmann).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9826/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Lefranc, Fanny Chenal, Anthony Denaire, Émilie Guthmann et Nathalie Schneider-Schwien, « L’habitat et les sépultures du Néolithique ancien rubané d’Entzheim « Les Terres de la Chapelle » (Bas-Rhin) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 66 | 2017, mis en ligne le 11 octobre 2018, consulté le 18 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rae/9826

Haut de page

Auteurs

Philippe Lefranc

Inrap / Umr 7044, Université de Strasbourg (philippe.lefranc@inrap.fr)

Articles du même auteur

Fanny Chenal

Inrap / Umr 7044, Université de Strasbourg (fanny.chenal@inrap.fr)

Articles du même auteur

Anthony Denaire

Maître de conférence, Université de Bourgogne (anthony.denaire@u-bourgogne.fr)

Articles du même auteur

Émilie Guthmann

Doctorante, Université de Strasbourg (emilie.guthmann@gmail.com)

Articles du même auteur

Nathalie Schneider-Schwien

Inrap, Umr 7356, Université de Strasbourg (nathalie.schneider-schwien@inrap.fr)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page