Navigation – Plan du site
Notes et documents

Objets particuliers sur andouillers de cerf provenant d’habitats néolithiques lacustres suisses

Denis Ramseyer et Toomaï Boucherat
p. 337-344

Résumés

Des objets très particuliers aménagés sur andouillers de cervidés (moins d’une dizaine de pièces connues), pourtant mentionnés dès le XIXe siècle, n’avaient jusqu’à présent jamais été publiés de manière détaillée. Nous proposons dans cet article quelques hypothèses d’utilisation de ces artefacts, utilisés aux IVe et IIIe millénaires en contexte d’habitat, dans une zone géographique bien définie : la région des Trois Lacs en Suisse occidentale. Des parallèles avec un instrument en os provenant de la fouille de Paris-Bercy et avec une série de poignées de portage inuit, utilisées jusqu’au milieu du XXe siècle, complétées par une première approche tracéologique, donnent des pistes de recherches pour définir la fonction de ce type d’objets à l’époque néolithique.

Haut de page

Texte intégral

Les exemplaires du Néolithique lacustre suisse

1Nous avons été intrigués, il y a plusieurs années déjà, par une série d’objets énigmatiques et rares (moins d’une dizaine de pièces a été à ce jour recensée), dont l’illustration avait été publiée à plusieurs reprises depuis le XIXe siècle, mais toujours accompagnée de commentaires vagues et laconiques. Il s’agit d’un objet façonné sur andouiller de cerf, de forme allongée et arquée, munie d’une bélière latérale perforée placée à égale distance de la partie proximale et de la partie distale, et dont la face concave est entaillée de profondes rainures. Du point de vue typologique, ces objets appartiennent à la catégorie des instruments sur andouiller, dont font partie les aiguilles courbes et les aiguilles à bélières dites aussi « aiguilles à filocher » (CAMPS et alii, 1990). Les pièces étudiées ici sont toutefois plus trapues et plus robustes que les aiguilles traditionnelles, et n’ont pas les extrémités apointées. Elles ont de plus la particularité d’être symétriques, la bélière étant disposée au centre de l’instrument, et leur surface a été laissée à l’état brut ; l’objet n’a pas été aminci et poli comme on le constate pour les aiguilles courbes.

2La plus ancienne mention d’un objet néolithique de ce type est le dessin d’un andouiller décoré de multiples entailles régulières, que l’auteur interprète comme « aiguille à cheveux » (KELLER, 1866, p. 265 ; fig. 1, n° 1). L’objet est entier, mesure 18,5 cm et provient du site néolithique de Greng, sur la rive sud du lac de Morat (canton de Fribourg). On distingue sur l’andouiller quatorze entailles parallèles, espacées de manière régulière. Comme la perlure naturelle du bois de cerf a été laissée à l’état brut sur les parties non aménagées de l’andouiller, l’effet obtenu est du plus bel effet. N’ayant pas retrouvé cette pièce, nous ne pouvons pas nous prononcer sur les traces de poli ou d’usure.

Fig. 1. Trois exemplaires provenant de Greng, rive sud du lac de Morat. 1. Ferdinand Keller, première mention publiée en 1866, p. 265 ; 2. Carl Müller, deuxième mention publiée en 1913, p. 1 ; 3. Denis Ramseyer, troisième mention publiée en 1990, p. 321. Dessin M. Humbert et photo F. Roulet, Service archéologique de l’État de Fribourg. Fouilles anciennes attribuées au Néolithique final.

3Un autre dessin, publié un demi-siècle plus tard, accompagné d’une description sommaire, est attribué à un objet découvert sur le même site de Greng (Grenginsel ; fig. 1, n° 2) ; il est décrit comme « bois de cerf pourvu de huit entailles circulaires qui, selon M. Bonstetten, servait de poignée d’arc ou de guide-flèche » (MÜLLER, 1913, p. 4).

  • 1 Il s’agit bien de trois objets distincts provenant du même site. La pièce publiée en 1913, non retr (...)

4Enfin, un troisième exemplaire1 provenant une fois encore de la pointe de la presqu’île de Greng, portant le numéro d’inventaire 1131, a été exposé au Musée d’Histoire de Morat de 1977 à 2002. Il était interprété par Hanni Schwab, ancienne archéologue cantonale de Fribourg, comme « bouton de vêtement ». Le même objet a été publié plus tard sous l’appellation d’« andouiller décoré, muni d’une bélière » (RAMSEYER, 1992, p. 320-321). La pièce est entière, parfaitement conservée, aménagée sur andouiller et présente une courbure naturelle régulière munie sur la partie médiane d’une bélière conférant à l’instrument une symétrie parfaite (fig. 1, n° 3). Cet objet, d’une longueur de 11,4 cm, est muni de neuf entailles sur la face concave. Des traces d’usure et de lustré sont particulièrement bien marquées sur la courbure convexe de l’andouiller, de part et d’autre de la bélière. De plus, on distingue un tassement et une usure à l’intérieur de l’anneau, dans le prolongement des branches latérales adjacentes qui sont elles aussi usées. On distingue également un poli d’usage sur la partie concave de l’objet, au niveau des trois premières entailles.

5Deux fragments d’objets comparables, en bois de cerf, ont été découverts lors des fouilles préventives de 1971 et 1976 sur le site de Portalban (fig. 2, nos 1 et 2), sur la rive sud du lac de Neuchâtel (RAMSEYER, 1987). Ils appartiennent à un niveau de la civilisation d’Auvernier cordé (Néolithique final). Le premier fragment (Inv. 600, PA 71, S 28, FS I) porte des traces de lustré sur les bords de la gorge, près de l’extrémité de l’instrument. La partie médiane de la gorge, où se situe la spongiosa, plus fragile, a été partiellement érodée en surface.

Fig. 2. Delley/Portalban II, rive sud du lac de Neuchâtel. Néolithique final, vers 2630 av. J.-C. 1. Fouille 1971 : Inv. 600 ; 2. Fouille 1976 : Inv. 757. Inédit. Dessin M. Humbert et photo F. Roulet, Service archéologique de l’État de Fribourg.

6Bien qu’il n’appartienne pas à la même pièce, le deuxième exemplaire (Inv. 757, PA 76, sect. XXII, b 32, FS 1 UK) ressemble fortement au premier décrit. On observe une usure sur la zone spongieuse de la face convexe de l’andouiller. Les bords de l’extrémité de l’objet ont été soigneusement aménagés et forment un biseau. Dans les deux cas, la face concave présente les mêmes entailles et le même profil ; les exemplaires décrits ont la même dimension et la même facture que l’exemplaire de Greng que nous avons pu étudier. La zone la plus fragile se situe logiquement au niveau de la bélière, qui supporte la plus grande partie de la charge. Brisées en cours d’utilisation, suite à une forte tension selon notre hypothèse, seules les parties latérales des exemplaires de Portalban ont été trouvées en fouille.

7Pour le canton de Neuchâtel, une pièce entière en bois de cerf, de 9,5 cm de longueur, déposée au Musée du Laténium et provenant d’Auvernier (fig. 3, n° 1, gisement non précisé) a été inventoriée comme aiguille à bélière, dite aussi « aiguille à filocher » (Inv. Auv.40682). Toutefois, la symétrie de l’objet (bélière parfaitement centrée, pointes latérales de même longueur), et l’aspect plutôt trapu de l’instrument font penser à un instrument de même type, même s’il ne dispose pas d’entailles sur sa face concave.

Fig. 3. Région des Trois-Lacs. 1. Auvernier (gisement non précisé). Inv. Auv.40682. Rive nord du lac de Neuchâtel. Dessin J. Mayca ; 2 et 3. Sutz V, rive sud du lac de Bienne. Inv. 8768 et 8767. Source : NIELSEN, 1989, Taf. 58. Fouilles anciennes attribuées au Néolithique final.

8Pour les autres cantons suisses, on trouve quelques illustrations d’objets similaires dont l’appellation et la fonction n’ont pas été clairement définies par leurs inventeurs. On mentionnera deux pièces provenant de Sutz sur la rive sud du lac de Bienne (Sutz V, canton de Berne), désignées comme « outils sur baguette en bois de cerf » (NIELSEN, 1989, pl. 58, 1-2), déposées au Musée national à Zurich et attribuées au Néolithique final. La première (Inv. 8768), entière et bien conservée (fig. 3, n° 2), de 8,7 cm de longueur, est munie d’une bélière parfaitement centrée dans la partie médiane. La gorge a été aménagée sur la partie concave, dans la spongiosa. Les extrémités de l’instrument ont été régularisées avec soin et sont lustrées ; elles portent des traces évidentes d’usure, comme les exemplaires de Greng et de Portalban. La seconde (Inv. 8767) est un fragment portant, sur la face concave, quatre encoches similaires aux exemplaires décrits plus haut (fig. 3, n° 3).

  • 2 Un objet ressemblant à ceux décrits ci-dessus, mais plus court, plus trapu, lui aussi parfaitement (...)

9Notre inventaire n’est certainement pas exhaustif. Ce type d’objets reste cependant rare2.

Point de comparaison : l’objet énigmatique de Paris/Bercy

  • 3 Yves Lanchon m’avait présenté l’ensemble du mobilier de la fouille de Bercy et m’avait autorisé en (...)

10En passant en revue l’ensemble du mobilier archéologique de Bercy, en vue de sélectionner un certain nombre de pièces pour l’exposition « Aux origines de Paris » qui s’est tenue au Laténium, Parc et musée d’archéologie de Neuchâtel en 20033, notre attention s’est portée sur un objet en os particulier, dont l’appellation et la fonction n’avaient pas été définies (fig. 4).

Fig. 4. Paris/Bercy, Néolithique moyen, vers 3700 av. J.-C. Fouille Yves Lanchon 1992-1993. Inédit. Dessin V. Loeliger.

  • 4 Probablement radius de moyen ou grand ruminant, mais un doute subsiste car l’objet a subi une trans (...)

11La pièce, allongée et entièrement polie, « sculptée en rondes-bosses », façonnée sur un radius de ruminant4, est brisée aux deux extrémités. On observe sur sa face supérieure six encoches parallèles soigneusement polies, mettant ainsi en relief cinq renflements disposés en ligne. Le fut, rectiligne, a été scié longitudinalement. Sur la face inférieure, l’objet présente une gorge longitudinale étroite et régulière correspondant au canal médullaire, entièrement lustrée. La longueur totale conservée est de 11,4 cm, la largeur maximale de 1,5 cm. L’objet est attribué à un niveau chasséen (Néolithique moyen, vers 3.700 av. J.-C. ; LANCHON, 2003).

Les collections inuit

12Pour comprendre la fonction de cet objet particulier, nous nous sommes tournés vers des collections archéologiques et ethnographiques de populations de l’Arctique (COLLINS, 1937 ; LESKOV, MÜLLER-BECK, 1993). Des pièces apparentées, en ivoire et en bois de renne, sont utilisées dans ces régions nordiques comme poignées de récipients ou poignées de portage. Elles sont rectilignes ou arquées, prises sur os ou sur bois de caribou, présentent presque toujours une surface lisse entièrement polie, caractérisées par une succession d’encoches ou entailles régulières, de la dimension des doigts, destinées à faciliter la prise en main. Dans le cas des Inuits, l’attache est fixée à chaque extrémité de la poignée qui est parfois perforée (fig. 5).

Fig. 5. 1-3. Ekven, Sibérie. Fin du 1er millénaire av. J.-C.-début du IIe millénaire ap. J.-C. ; 4. Île Saint-Laurent, Alaska. Période du Vieux Béring (Ier millénaire ap. J.-C.). Sources : 1-3 : LESKOV, MÜLLER-BECK, 1993, p. 157-158. 4 : BRUNNER, 2003, cat. Nr. inv. 57.

Analyses tracéologiques

13Dans le cadre d’un mémoire de Master 2 défendu à l’Université de Provence, Justine Mayca a étudié une série d’aiguilles courbes en bois de cerf déposées au Musée du Laténium, à Neuchâtel. L’examen tracéologique a révélé que ces objets ont subi des frottements plus ou moins prolongés selon une orientation longitudinale et ont probablement été en contact avec du cuir. Leur fonction reste toutefois difficile à préciser. Les traces d’usure pourraient correspondre à des lanières de cuir entourant l’andouiller et passant à travers la bélière, ou à un frottement contre une peau sèche. L’hypothèse retenue par l’auteure est celle d’une utilisation comme épingle vestimentaire (MAYCA, 2012). Les neuf artefacts faisant l’objet de notre article n’ont toutefois pas encore été analysés par des tracéologues. Des attaches faites de lanières en cuir ou en fibres végétales restent pour l’instant une possibilité.

Interprétations

  • 5 Nous estimons à environ 50 000 le nombre d’objets travaillés en matière dure d’origine animale répe (...)

14Malgré l’abondance et la variété des vestiges en os et en bois de cervidés des habitats littoraux suisses5, habituellement bien conservés en milieu humide, aucun chercheur n’a jusqu’à ce jour étudié de manière approfondie ce type d’objets. Nous allons tenter, dans les lignes qui suivent, de lancer quelques pistes de réflexions sur la fonction et l’utilisation de ces andouillers aménagés de manière bien particulière.

15Les neuf objets des lacs suisses aménagés sur andouiller de cerf présentés dans cet article, tous néolithiques, forment semble-t-il une famille suffisamment homogène pour être regroupés dans une même catégorie. Jusqu’à présent, ils étaient considérés tantôt comme épingle à cheveux (1866), tantôt comme élément d’arc ou guide-flèche (1913) ou comme bouton (1980), mais le plus souvent comme « objets sur andouiller à fonction indéterminée » (NIELSEN, 1989 ; RAMSEYER, 1992).

16Pour l’exemplaire de Bercy, nous ne connaissons pas le détail du système d’attache, car les extrémités ne sont pas conservées, mais il est probable qu’un lien passait à l’intérieur de la gorge naturelle de l’os. La tension devait être portée sur les extrémités, c’est-à-dire les zones les plus fragiles, ce qui expliquerait qu’elles aient été brisées.

17Des poignées en ivoire de morse, en os de baleine ou en bois de caribou pour récipients cylindriques sont connues dans différentes cultures paléoesquimaux de Sibérie et d’Alaska (FITZHUGH, CROWELL, 1988, p. 168-169, Nr. 212 et 244). Ces récipients étaient utilisés lors de cérémonies liées à la chasse à la baleine et servaient à porter de l’eau et de la nourriture aux chasseurs. Des objets similaires, également en ivoire, en os ou en bois de cervidés, provenant de sépultures attribuées aux cultures du Vieux Béring, provenant de l’île Saint-Laurent en Alaska (COLLINS, 1937, pl. 19/1 ; DUMOND, 1998, pl. V/d ; BRUNNER, 2003, N° inv. 56 et 57) et interprétées comme « poignées », font penser à des poignées de portage (fig. 5). Leur forme présente quelques ressemblances avec les exemplaires néolithiques décrits ci-dessus.

Hypothèses d’utilisation des instruments néolithiques des lacs suisses

18L’hypothèse émise par Justine Mayca de considérer les aiguilles courbes à bélières comme « épingles à vêtement » est intéressante pour le type appelé « aiguilles à filocher ». Dans le cas qui nous occupe, bien que les objets y soient apparentés du point de vue typo-morphologique, leur robustesse et les rainures profondes aménagées sur une face ne plaident pas en faveur de système de fermeture de vêtement. Quelles sont les autres interprétations possibles ?

Fig. 6. Archéologie expérimentale. Tractage d’une lourde charge à l’aide d’une poignée crantée en bois de cerf. Parc du Laténium, T. Boucherat et P.-Y. Muriset. Photo D. Ramseyer.

19Sur la base d’objets apparentés connus dans les régions de l’Arctique (BANDI, 1964, p. 140 ; LESKOV, MÜLLER-BECK, 1993, Nr. 278-283, p. 157-160 ; WARDWELL, 1986, Nr. 47 et 123), l’interprétation de poignées de portage est plausible. Mais étant donné les nombreux cas de fractures au niveau de la bélière, pour les exemplaires du Néolithique suisse, on peut se demander si ces instruments ne seraient pas plutôt des poignées de tractage qui étaient soumises à des charges plus importantes. Dans le contexte des habitats lacustres préhistoriques, l’aide à la traction avec une corde pour tirer une luge, un gibier ou un bois de construction de grande dimension par exemple est une hypothèse qui peut être retenue (fig. 6 à 8).

Fig. 7. Pièce expérimentale réalisée par Toomaï Boucherat. Photo Q. Bacchus.

20L’instrument de Greng par exemple, le mieux conservé (fig. 1, n° 3), convient à l’usage d’une poignée, la corde passant à travers l’anneau central dont l’orifice est particulièrement grand. Les traces d’usures et de polis sont particulièrement bien marquées sur la courbure convexe de l’andouiller, de part et d’autre de la bélière. De plus, on distingue un tassement et une usure à l’intérieur de l’anneau, dans le prolongement des branches latérales adjacentes qui sont elles aussi usées. Ce constat va dans le sens d’une corde ayant frotté sur toute la longueur de la courbure de l’instrument, sur la partie spongieuse, l’anneau servant dans ce cas, selon notre hypothèse, à empêcher que la corde ne glisse sur les côtés de la gorge. La face convexe de l’exemplaire de Portalban (fig. 2, n° 1) présente une gorge suffisamment marquée pour empêcher la cordelette de glisser sur le côté. S’il s’agit d’une poignée à anneau central, la zone la plus fragile se situe au niveau de la bélière, qui supporte la plus grande partie de la charge.

Fig. 8. Pièce expérimentale. Détail du système de fixation. Photo Q. Bacchus.

21Pour l’époque actuelle, on observera que les canoës sont aujourd’hui souvent munis de poignées en matière plastique fixées sur les côtés de l’embarcation et qui permettent à deux personnes de saisir le canoë pour le soulever et le déplacer. Comme pour les exemplaires ethnographiques et archéologiques, ces poignées présentent des encoches régulières de la forme des doigts, facilitant ainsi la prise en main.

22Toomaï Boucherat propose une autre interprétation : celle de poignées destinées à retirer la peau des grands ruminants lors du travail préparatoire de boucherie. On passe un lien dans un trou percé sur le bord de la peau, puis on fixe l’extrémité de ce lien à la poignée (fig. 9) ; il s’agit dans ce cas d’une pièce crantée servant d’outil de traction pour l’arrachage des peaux, la carcasse de l’animal étant suspendue. Des tests expérimentaux montrent qu’il s’agit d’une interprétation tout à fait crédible.

Fig. 9. Archéologie expérimentale. Arrachage d’une peau de ruminant à l’aide d’une poignée en bois de cerf. Photo Toomaï Boucherat.

23Une autre hypothèse a été avancée par T. Boucherat : celle d’un élément destiné à peser une marchandise. Une corde enfilée dans l’anneau central sert à la suspente ; un autre lien placé dans la gorge et retombant au-dessous de l’andouiller servait à maintenir de chaque côté un objet. Nous pensons dans ce cas à un dispositif pouvant faire office de balance.

24L’idée d’une poignée reliée à un lien en tendon ou en fibre végétal pour scier un bois de cerf par exemple n’a pas été retenue, car la technique du sciage, attestée au IVe millénaire, n’est plus pratiquée au IIIe millénaire dans la région concernée.

25Un réexamen attentif de l’ensemble des collections d’industries osseuses déposées dans les réserves des différentes institutions suisses permettrait certainement de mettre la main sur d’autres exemplaires et d’élargir ainsi l’échantillonnage de ces objets dont la fonction est encore mal définie. On pense plus particulièrement aux nombreux fragments qui ont été classés parmi les « divers » ou « indéterminés » lors des inventaires, ou encore dans les nombreuses caisses de « chutes de débitage » de bois de cerf stockées dans les réserves des services d’archéologie. Un réexamen plus large des collections à l’échelle du continent européen mériterait d’être entrepris.

Haut de page

Bibliographie

BANDI H.-G., 1964, Eskimo Prehistory, Anchorage, Department of Anthropology and Geography of the Univ. of Alaska, 226 p. (Studies of Northern Peoples, 2).

BRUNNER M., 2003, La collection Hans-Georg Bandi : matériel esquimau de l’Île Saint-Laurent (Alaska), Mémoire de licence de l’Institut de Préhistoire, Université de Neuchâtel (dactyl.).

CAMPS-FABRER H., RAMSEYER D., STORDEUR D., 1990, Poinçons, pointes, poignards, aiguilles, Aix-en-Provence, Publ. de l’Univ. de Provence, 19 fiches (Fiches typologiques de l’industrie osseuse préhistorique, cahier III).

COLLINS H.B., 1937, Archaeology of St. Lawrence Island, Alaska, Washington DC, Smithsonian Inst., 431 p. (Smithsonian Miscellanous Collections, 96, Nr. 1).

DUMOND E. Don, 1998, The Hillside site, St. Lawrence Island, Alaska : an examination of collections from the 1930s, Eugene, 199 p. (Univ. of Oregon anthropological Paper, 55).

EGLOFF M., RAMSEYER D. dir., 2003, Aux origines de Paris, Catalogue d’exposition, Hauterive, éd. du Laténium, 99 p.

FITZHUGH W., CROWELL A., 1988, Crossroads of continents : cultures of Siberia and Alaska, Washington DC, Smithsonian Inst., 360 p.

KELLER F., 1866, Pfahlbauten : Sechster Bericht, Zurich, vii-120 p. (p. 246-320, 17 pl.).

LANCHON Y., 2003, « Le site néolithique de Bercy », in : EGLOFF M., RAMSEYER D. dir., Aux origines de Paris, Catalogue d’exposition, Hauterive, éd. du Laténium, p. 28-37.

LESKOV A.M., MÜLLER-BECK H. Hrsg., 1993, Arktische Waljäger vor 3000 Jahren : unbekannte sibirische Kunst, Mainz-München, Hase & Koehler Verl., 208 p.

MAYCA J., 2012, Choix techniques et évolution d’une production : étude techno-fonctionnelle d’aiguilles à bélière en bois cerf et de pointes plates sur côte du Néolithique lacustre du canton de Neuchâtel (NE), Suisse, Mémoire de Master 2, Univ. de Provence, LAMPEA (UMR 7269), 2 vol. dactyl.

MÜLLER C., 1913, « Les stations lacustres du lac de Morat », Revue fribourgeoise d’histoire, d’art et d’archéologie (Annales fribourgeoises), n° 4, Fribourg, éd. Fragnière, p. 1-16.

NIELSEN E., 1989, Sutz-Rütte : Katalog der Alt- und Lesefunde der Station Sutz V, Bern, Haupt Verl., 41-85 p. (Ufersiedlungen am Bielersee, 2).

RAMSEYER D., 1987, Delley/Portalban II : contribution au Néolithique de la Suisse occidentale, Fribourg, éd. Universitaires, 2 vol. ((Archéologie fribourgeoise, 3).

RAMSEYER D., 1992, « Le lac de Morat et la rive sud du lac de Neuchâtel à l’époque néolithique », in : Die ersten Bauern, vol. 2, Zurich, Landesmuseum, p. 313-323.

WARDWELL A., 1986, Ancient eskimo ivories of the Bering Strait, New-York, Hudson Hills Press, 132 p.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit bien de trois objets distincts provenant du même site. La pièce publiée en 1913, non retrouvée, ressemble à celle publiée en 1992, mais n’est pas la même.

2 Un objet ressemblant à ceux décrits ci-dessus, mais plus court, plus trapu, lui aussi parfaitement symétrique, a été trouvé à Spreitenbach-Moosweg, dans le canton d’Argovie. L’objet est entier, entièrement poli, bien conservé. Il ne provient pas d’un habitat en milieu humide, mais d’une sépulture double datée de l’extrême fin du Néolithique ou du Campaniforme (vers 2.400 av. J.-C.). Présentation de Thomas Doppler à la réunion annuelle du Groupe de Travail pour les Recherches préhistoriques en Suisse à Berne, en mars 2012.

3 Yves Lanchon m’avait présenté l’ensemble du mobilier de la fouille de Bercy et m’avait autorisé en 2003 à publier l’objet dont il est question ici et qui porte la référence Bercy, c.III, 31, C1, sect.III. Cet article, rédigé en 2003 mais jamais publié, a été revu et corrigé en 2015, suite aux journées expérimentales effectuées dans le parc du Laténium. Je remercie Philippe Velay, ancien conservateur en chef du Patrimoine de la ville de Paris et ancien chargé des collections archéologiques du Musée Carnavalet, avec qui nous avons réalisé au Laténium l’exposition « Aux origines de Paris » (EGLOFF, RAMSEYER, 2003).

4 Probablement radius de moyen ou grand ruminant, mais un doute subsiste car l’objet a subi une transformation importante. Détermination Louis Chaix, Museum d’histoire naturelle de Genève.

5 Nous estimons à environ 50 000 le nombre d’objets travaillés en matière dure d’origine animale répertoriés dans les collections des musées et services d’archéologie de Suisse.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Trois exemplaires provenant de Greng, rive sud du lac de Morat. 1. Ferdinand Keller, première mention publiée en 1866, p. 265 ; 2. Carl Müller, deuxième mention publiée en 1913, p. 1 ; 3. Denis Ramseyer, troisième mention publiée en 1990, p. 321. Dessin M. Humbert et photo F. Roulet, Service archéologique de l’État de Fribourg. Fouilles anciennes attribuées au Néolithique final.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9834/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 2. Delley/Portalban II, rive sud du lac de Neuchâtel. Néolithique final, vers 2630 av. J.-C. 1. Fouille 1971 : Inv. 600 ; 2. Fouille 1976 : Inv. 757. Inédit. Dessin M. Humbert et photo F. Roulet, Service archéologique de l’État de Fribourg.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9834/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 3. Région des Trois-Lacs. 1. Auvernier (gisement non précisé). Inv. Auv.40682. Rive nord du lac de Neuchâtel. Dessin J. Mayca ; 2 et 3. Sutz V, rive sud du lac de Bienne. Inv. 8768 et 8767. Source : NIELSEN, 1989, Taf. 58. Fouilles anciennes attribuées au Néolithique final.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9834/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 4. Paris/Bercy, Néolithique moyen, vers 3700 av. J.-C. Fouille Yves Lanchon 1992-1993. Inédit. Dessin V. Loeliger.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9834/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 5. 1-3. Ekven, Sibérie. Fin du 1er millénaire av. J.-C.-début du IIe millénaire ap. J.-C. ; 4. Île Saint-Laurent, Alaska. Période du Vieux Béring (Ier millénaire ap. J.-C.). Sources : 1-3 : LESKOV, MÜLLER-BECK, 1993, p. 157-158. 4 : BRUNNER, 2003, cat. Nr. inv. 57.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9834/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 6. Archéologie expérimentale. Tractage d’une lourde charge à l’aide d’une poignée crantée en bois de cerf. Parc du Laténium, T. Boucherat et P.-Y. Muriset. Photo D. Ramseyer.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9834/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 7. Pièce expérimentale réalisée par Toomaï Boucherat. Photo Q. Bacchus.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9834/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 8. Pièce expérimentale. Détail du système de fixation. Photo Q. Bacchus.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9834/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Fig. 9. Archéologie expérimentale. Arrachage d’une peau de ruminant à l’aide d’une poignée en bois de cerf. Photo Toomaï Boucherat.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9834/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 927k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Ramseyer et Toomaï Boucherat, « Objets particuliers sur andouillers de cerf provenant d’habitats néolithiques lacustres suisses », Revue archéologique de l’Est, tome 66 | 2017, 337-344.

Référence électronique

Denis Ramseyer et Toomaï Boucherat, « Objets particuliers sur andouillers de cerf provenant d’habitats néolithiques lacustres suisses », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 66 | 2017, mis en ligne le 11 octobre 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rae/9834

Haut de page

Auteurs

Denis Ramseyer

Institut d’archéologie, Université de Neuchâtel. denis.ramseyer@unine.ch

Articles du même auteur

Toomaï Boucherat

Archéologie expérimentale, LAMPEA, CNRS-UMR 7269, Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme. toomaidomi@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page