Navigation – Plan du site
Notes et documents

Deux squelettes de chiens de la fin du IIIème millénaire avant J.-C. sous abri sous roche à Christnach-« Immendelt » (Grand-Duché de Luxembourg)

Magali Fabre, François Valotteau et Laurent Brou
p. 345-353

Résumés

La relation particulière entre l’homme et le chien a donné lieu à de nombreux travaux et publications. Les premiers témoins de cette relation apparaissent à la fin du Paléolithique supérieur avec la sépulture de Bonn-Oberkassell (Allemagne) où un chien a été enterré avec un homme et une femme. L’abri sous roche d’Immendelt (G.-D. de Luxembourg) a livré les restes de deux chiens adultes. La datation radiocarbone de l’un des individus a permis de situer ce dépôt entre la fin du Néolithique final et le début de l’âge du Bronze. Les squelettes, l’un entier et l’autre représenté seulement par quelques éléments, furent découverts ensemble. Les traces de découpes observées attestent un traitement particulier de ces chiens et permettent de s’interroger sur le statut de ce dépôt.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1La relation entre l’homme et le chien revêt un caractère particulier. Le rôle et la place du chien dans les sociétés peuvent être multiples et variables au cours de la vie de l’animal (HARCOURT, 1974 ; MILLIET, 1995 ; ARBOGAST et alii, 2005). Il peut être une source de matière première (viande, moelle, fourrure, pendeloque sur canine ou métapode), une aide (chasse, pêche, protection du campement, transport par traction/portage, élimination des déchets) ou encore un animal de compagnie (ARBOGAST et alii, 2005 ; GIFFROY, 2007).

2Le chien est considéré comme le premier animal domestique et a le loup pour ancêtre (BENECKE, 1987 ; VILÀ et alii, 1997 ; SAVOLAINEN et alii, 2002). Contrairement à l’hypothèse de Savolainen et alii (2002), l’Asie ne constitue pas le seul foyer de la domestication du chien. Cette dernière se serait déroulée dans plusieurs zones géographiques (VIGNE, GUILAINE, 2004 ; VIGNE, 2005). Si les données de l’horloge moléculaire sur l’estimation de l’âge de la domestication sont extrêmement variables (VILÀ et alii, 1997 ; SAVOLAINEN et alii, 2002), les premiers chiens fossiles attestés apparaissent dès la fin du Paléolithique supérieur (aux environs de 14.000 BP) (CROCKFORD, 2000). À Bonn-Oberkassel, Allemagne, l’inhumation double (un homme de 50 ans et une femme de 20-25 ans) avec présence d’un chien est datée autour de 12.000 BP (BAALES, STREET, 1998 ; Street, 2002). Il s’agit de la première évidence de l’enterrement volontaire d’un chien (BENECKE, 1987 ; MOREY, 2006). Le chien est également présent dans les sites de Pont d’Ambon en France (CÉLÉRIER, DELPECH, 1978) et d’Hauterives-Champréveyres en Suisse (MOREL, MÜLLER, 1997). Récemment M. Germonpré et ses collaborateurs ont mis en évidence la présence de trois crânes de chiens dans un site de République tchèque daté du Gravettien (GERMONPRÉ et alii, 2012). L’étude des squelettes du site belge de Goyet suggérerait même sa présence dès l’Aurignacien (GERMONPRÉ et alii, 2009). Néanmoins l’attribution de ces restes à un chien est aujourd’hui encore débattue (CROCKFORD, KUZMIN, 2012).

II. Présentation du site

3L’abri d’Immendelt est localisé dans la vallée encaissée de l’Ernz noire qui traverse les formations du grès de Luxembourg. Ce vaste abri se situe dans la falaise en rive gauche de la rivière sur la commune de Christnach (fig. 1).

Fig. 1. Christnach-« Immendelt », situation de l’abri sous roche (d’après Administration du Cadastre et de la Topographie du Luxembourg) et photographie (J. Biver).

4Il a été fouillé et vidé entièrement à la fin des années 1930 par le fouilleur luxembourgeois Nicolas Thill. Le mobilier recueilli au cours de ces travaux, assez modeste sur le plan quantitatif, comporte des restes fauniques (bison ou aurochs) datés de la fin du Weichsélien moyen, un tesson du Rössen final (Bischheim), un grand vase de l’âge du Fer et les deux squelettes de chien. À notre connaissance il n’existe aucun document sur ces fouilles. D’après M. Heuertz (1969) qui était conservateur au Musée d’Histoire naturelle de Luxembourg, le vase a été mis au jour à 60 cm de profondeur et les deux chiens 30 cm au-dessous de ce vase. A priori ces squelettes ont été découverts au même endroit, cependant aucune information n’existe sur la position spatiale des individus, leur relation et sur la présence d’éventuelles connexions anatomiques. Aucune sépulture humaine ou quelconque dépôt de mobilier n’ont été signalés en association avec ces deux chiens.

5Une datation AMS réalisée en 2008 sur une canine provenant de l’unique crâne a donné une date comprise entre 2450 et 2140 avant J.-C. (Beta-241352 3820 ± 40 BP) qui placerait ce dépôt dans le Néolithique final ou au début du Bronze ancien.

III. Anatomie des chiens d’Immendelt

6Au total, 103 restes de chiens se rapportant à au moins deux individus ont été identifiés dans la collection conservée dans les dépôts du Centre national de Recherche archéologique (CNRA) du Grand-Duché de Luxembourg. L’un des deux individus est représenté par un squelette assez complet (chien A) tandis que l’autre (chien B) ne l’est que par quelques restes (fig. 2 et 3).

Fig. 2. Représentation squelettique des chiens d’Immendelt (NMI = Nombre Minimum d’Individu).

Fig. 3. Représentation squelettique.

7Pour le chien A, l’épiphysation complète de tous les os longs indique un individu adulte. Le degré d’usure de la surface occlusale des dents permet d’estimer un âge de 6 ou 7 ans d’après les critères établis par Piérard (1967) ; cependant il serait légèrement plus jeune, environ 5 ans, selon la classification proposée par Horard-Herbin (2000). Aucune vertèbre caudale n’est présente au sein de l’assemblage. L’ancienneté de la fouille et donc probablement l’absence de tamisage pourraient expliquer leur absence ainsi que celle de certains carpiens, tarsiens et phalanges. Le sexe des individus n’a pu être déterminé précisément, néanmoins l’absence de baculum suggère qu’au moins l’individu le plus complet pourrait être une femelle.

8Les mesures linéaires prises avec un pied à coulisse électronique sur le crâne, les os longs et les dents sont rapportées dans les tableaux 1, 2 et 3 de la figure 4. La hauteur au garrot du chien A a été estimée selon les formules de Harcourt (1974) à partir de la longueur (GL) des os longs :
- Humérus : (3,43 x GL) – 26,54
- Radius : (3,18 x GL) + 19,51
- Ulna : (2,78 x GL) + 6,21
- Fémur : (3,14 x GL) – 12,96
- Tibia : (2,92 x GL) + 9,41.

Fig. 4. Données biométriques. Tabl. 1 : Biométrie du crâne ; Tabl. 2 : Biométrie dentaire ; Tabl. 3. Biométrie des os longs (DT : Diamètre Transversal ; DAP : Diamètre Antéro-Postérieur ; p : proximal ; d : distal ; DMD : Diamètre Mésio-Distal ; DVL : Diamètre Vestibulo-Lingual).

9Concernant le chien le plus complet, sa hauteur au garrot est estimée à 56 ± 1 cm (fig. 5). Cette valeur correspond à un chien actuel de taille moyenne de type labrador ou boxer.

Fig. 5. Estimation de la hauteur au garrot en fonction des différents os longs (M. Fabre).

10D’après les dimensions comparables des scapulas, les deux individus seraient de stature identique et appartiendraient à la catégorie des chiens de moyennes à grandes tailles selon la classification établie par Hasebe (1952). Une augmentation de la taille des chiens entre le Néolithique et l’âge du Bronze (et surtout l’âge du Fer) est mise en évidence par différents auteurs (HARCOURT, 1974 ; De GROSSI MAZZORIN, TAGLIACOZZO, 2000). La hauteur au garrot du chien A d’Immendelt est en adéquation avec celles observées en Italie (ibid., 2000) et en Angleterre (HARCOURT, 1974 ; CLARK, 2000) à l’âge du Bronze, bien que se situant dans la partie haute de l’intervalle de variation. En France, dans les Alpes et le Jura, au Bronze final, les chiens mesurent environ 60 cm de hauteur au garrot (ARBOGAST et alii, 2005). Deux indices permettent d’apprécier la proportion entre le museau et le crâne (Snout Index : SI) et la largeur de celui-ci par rapport à son allongement (Snout Width Index : SWI ; HARCOURT, 1974). Dans le cas d’Immendelt, le SI est de 45,4 et le SWI de 44,6. Lorsque les données biométriques crâniennes étaient disponibles dans la littérature, ces deux indices ont été calculés afin de les comparer avec celles du chien A découvert au Luxembourg. Ces données demeurent rares et concernent uniquement des chiens anglais datés de l’âge du Bronze. Le SI du chien A indique un museau relativement court. Il se situe à la limite inférieure de l’intervalle de variation des chiens anglais, qui est compris entre 46 et 53 (HARCOURT, 1974).

11Les indices de gracilité (diamètre minimum de la diaphyse par rapport à la longueur totale des os longs) indiquent que l’individu était gracile (fig. 4), les membres antérieurs étant plus robustes que ceux postérieurs. Les données issues de la littérature permettant des comparaisons sont relativement rares et ne concernent que des individus provenant de sites néolithiques : Boury-en-Vexin pour le nord de la France (MÉNIEL, 1987) ; Easton Down, Windmill Hill, Maiden Castle I et II pour la Grande-Bretagne (HARCOURT, 1974). Cette distinction entre le membre antérieur et postérieur est observée dans tous les sites mais de manière moins marquée que pour le chien A d’Immendelt (fig. 6). Ce dernier est plus gracile que les chiens néolithiques d’Angleterre et s’apparente en cela au chien du nord de la France. Le caractère gracile du chien A d’Immendelt est accru par sa stature élevée.

Fig. 6. Comparaison des indices de gracilité en France (MÉNIEL, 1987) et Grande-Bretagne (HARCOURT, 1974).

IV. Pathologies

12Les paléopathologies sont des indices importants, permettant d’aborder la fonction de l’animal de son vivant (WARREN, 2000). Plusieurs types de pathologies ont été observés sur différentes parties du squelette telles que le crâne, les côtes ou encore les vertèbres.

IV.1. Le crâne

13Deux pathologies principales affectent le crâne. La première concerne la présence de deux P1 supérieures droites (fig. 5). Cette dent surnuméraire peut résulter soit d’une anomalie génétique, soit de perturbations au cours du développement dentaire (BONNIN, 2009). En outre, elle peut engendrer des problèmes d’occlusion ou des maladies parodontales (ibid.). Il est intéressant de noter que les chiens néolithiques des États-Unis présentent le cas inverse, à savoir l’absence de la P1 (JANETSKI et alii, 1992 ; YOHE, PAVESIC, 2000 ; BARTELLE et alii, 2010).

14Six prémolaires sont absentes et leurs alvéoles refermées (fig. 7). La présence de fragments de racines de la P2 émergeant du maxillaire laisse envisager qu’il ne s’agit pas d’une agénésie dentaire de type hypodontie mais plutôt d’une perte accidentelle des dents au cours de la vie de l’animal. La fermeture des alvéoles indique que l’animal a survécu à ce traumatisme.

Fig. 7. Pathologies observées au niveau du crâne (photographie T. Lucas, Musée national d’Histoire et d’Art du Luxembourg).

IV.2. Les côtes

15Un des fragments de côtes présente également une pathologie : il s’agit d’une sur-ossification à son extrémité pouvant être liée à une fracture.

IV.3. Les vertèbres

16L’un des deux individus présente des vertèbres lombaires dont le processus épineux est fortement dévié vers la gauche (vertèbres dites « en bec de perroquet »). Ce phénomène affecte les quatre dernières vertèbres lombaires. Le processus épineux du sacrum indique une déformation similaire ; cependant la déviation est moins accentuée et son orientation vers la droite suggère que cette pathologie pouvait affecter les deux individus. Ce type de fracture-re-soudure est largement décrit dans la littérature (WARREN, 2000 ; BOGUSZEWSKI et alii, 2006 ; LOSEY et alii, 2011) et peut résulter de différentes causes comme une compétition interspécifique (par exemple un accident lors de la chasse ou une attaque par un autre prédateur) ou un mauvais traitement par les hommes (i.e. WOBESER in WARREN, 2000 ; MOREY, 2010). Cette pathologie peut également résulter d’une activité de transport ou d’une traction de type travois (WARREN, 2000 ; MOREY, AARIS-SORENSEN, 2002 ; MOREY, 2010).

V. Traces de découpe 

17La plupart des éléments osseux sont marqués de traces de racines qui ne gênent toutefois pas la lisibilité des surfaces corticales. Des traces de découpe sont visibles sur seize restes. La figure 8 illustre les éléments portant des stries ainsi que leur localisation.

Fig. 8. Localisation des stries de découpe sur les éléments anatomiques (M. Fabre).

18La quasi-totalité des stries sont rectilignes, fines et appuyées, indiquant qu’elles ont été réalisées avec un outil coupant en roche de type silex (fig. 9A). Seule l’une d’entre elles, localisée près de la surface articulaire d’une tête de côte, semble provenir d’une percussion lancée directe à l’aide d’un outil de type hache polie (fig. 9B).

Fig. 9. Traces anthropiques. A : Stries de découpe localisées sur l’atlas (cliché T. Lucas) ; B : coup tranchant observé sur l’une des côtes (cliché M. Fabre).

19La majorité des traces se rapportent à de la désarticulation. L’un des chiens a été décapité et les stries localisées sur des vertèbres lombaires indiquent que l’un ou l’autre des individus a été éviscéré. Trois éléments permettent d’envisager le retrait de la viande : deux scapulas et un fémur présentent des stries de décharnement. Néanmoins en ce qui concerne les scapulas, l’interprétation des stries est à nuancer puisque dans les deux cas il ne s’agit que d’une seule strie, localisée sur la face ventrale. Une extrémité distale d’ulna pourrait illustrer la récupération de la fourrure ; toutefois la localisation des stries pourrait les rattacher à d’autres actions telles que la désarticulation ou la récupération de la viande (NILSSEN, 2000).

VI. Traces de morsure 

20Seuls les deux os coxaux mis au jour portent des traces de dents au niveau de l’ilion. Ces traces se rapportent à des pits (enfoncement résultant de l’impact des dents sur l’os), des scores (stries liée au dérapage des dents sur la diaphyse) et des tooth notches (trace de croc qui a entraîné la cassure de l’os) selon la nomenclature de Binford (1981) (fig. 10).

Fig. 10. Traces laissées par les dents d’un carnivore (cliché T. Lucas et M. Fabre).

VII. Causes de la mort

21Il se pose ici la question de savoir si ces deux animaux ont eu une mort identique. S’agit-il d’une mort naturelle, accidentelle (accident de chasse, attaque par un autre prédateur…) ? Ou l’homme est-il à l’origine de ce décès ? Dans ce dernier cas, quelle en était la finalité : régulation, acquisition de nourriture, sacrifice ?

22Une mort naturelle est impossible à établir. Il en est de même pour l’accident. Les traces sur les os coxaux ne sont pas des éléments suffisants pour confirmer cette hypothèse.

23S’il s’agit d’une intervention humaine, l’hypothèse d’un acte de régulation pourrait être écartée car cette pratique concerne essentiellement des individus jeunes (ARBOGAST et alii, 2005) ; or les deux individus sont adultes et l’un d’eux est relativement âgé (6-8 ans). L’hypothèse d’un abattage pour récupérer la viande semble confortée par le nombre des stries de boucherie observées (seize sur une centaine d’ossements). Elle ne pourrait toutefois concerner qu’un seul individu. Le fait que l’un des individus ait été enterré entier, comme supposé, présage d’un statut particulier. Mais ce constat est également valable pour l’autre chien qui aurait subi un traitement de son cadavre. Une mise à mort par sacrifice peut être également envisagée, mais il s’agit là encore d’une hypothèse.

VIII. Discussion

24La découverte de chiens n’est pas rare (TCHERNOV, VALLA, 1997 ; GRÄSLUND, 2004 ; REINOLD, 2005). L’enfouissement délibéré du chien s’observe alors sous trois formes :
- 1. le plus souvent, l’animal est associé à une sépulture humaine (DAY, 1984 ; JANETSKI et alii, 1992 ; YOHE, PAVESIC, 2000 ; GRÄSLUND, 2004 ; DETRY, CARDOSO, 2010 ; LOSEY et alii, 2011) ;
- 2. le chien est associé à d’autres espèces animales dans une sépulture humaine ou à proximité (DAY, 1984 ; LOSEY et alii, 2011).
- 3. le chien est enterré seul (DAY, 1984 ; EZZO, STINER, 2000 ; REINOLD, 2005 ; BOGUSZEWSKI et alii, 2006 ; LEFRANC et alii, 2010). Les chiens d’Immendelt correspondent à ce dernier cas. Aucun vestige osseux, lithique ou céramique n’est associé directement aux deux squelettes, si l’on se fie aux écrits de M. Heuertz. Mais en l’absence de relevés de fouilles et de notes, il ne peut s’agir que d’un postulat. La présence de stries de découpes et l’enfouissement volontaire de ces chiens résultent d’un comportement singulier à l’égard de ces animaux domestiques. De plus, l’âge du chien A et ses nombreuses pathologies sous-entendent une attention particulière de l’homme envers ce chien. Sans une attention particulière, l’animal serait certainement mort bien avant.

25L’un des crânes d’Immendelt a été prélevé puisqu’un seul crâne est présent et que l’un des deux atlas porte des stries de découpe typiques de la séparation de la tête du reste du corps. Sur le crâne restant, les deux arcades zygomatiques sont cassées mais aucun élément ne permet de déterminer le caractère volontaire ou taphonomique de ce fait.

26Au Groenland, deux sites retiennent notre attention : Qeqertasussuk (3900-3100 BP) et Qajâ (3600-2700 BP) (MOREY, AARIS-SORENSEN, 2002), dans lesquels plusieurs restes osseux de chiens présentent des traces de découpe liées à de la désarticulation et au décharnement. L’un des individus provenant du site de Qajâ montre également des processus épineux courts et courbes comme les chiens d’Immendelt.

27Les cas d’enfouissement de chien en dehors de tout contexte sépulcral humain sont relativement peu fréquents. L’un des exemples les plus célèbres est certainement le site de l’âge du Fer d’Ashkelon (Israël) où plus de 1000 chiens ont été enterrés (EDREY, 2008). Il s’agit pour la plupart de chiots et les traces de découpes sont extrêmement rares.

28En Côte-d’Or, la fouille du fanum extra-muros de Vertault a révélé l’existence d’une importante nécropole d’animaux sacrifiés. Près de 200 chiens, quarante-deux chevaux, huit moutons et deux bœufs y ont été enfouis dans des fosses, selon un certain rituel. Ces animaux, tous des mâles, ont été inhumés en respectant des orientations spécifiques, tête à l’ouest pour les chiens (MÉNIEL, JOUIN, 2001). Dans la plaine d’Alsace, un chien enterré dans un silo daté du Néolithique récent est également décrit à Rosheim-« Leimen ». Ce dernier serait âgé mais ne présente aucune trace de découpe (LEFRANC et alii, 2010). Un puits daté du Néolithique moyen près d’Obernai recelait trois niveaux dont le second contenait les restes de deux chiens et le troisième ceux d’un chien associés à un jeune enfant (CROUTSCH et alii, 2014). D’autres dépôts de carcasses de chiens entiers sont connus au Néolithique récent dans le Bas-Rhin, comme à Rosheim-« Sablière Maetz » où deux individus sont concernés (THÉVENIN et alii, 1977) et à Holtzheim-« Altmatt » et « Abattoirs », où on observe deux individus supplémentaires (LEFRANC, 2001). Dans la fosse d’enceinte du site néolithique ancien de Herxheim (Allemagne), six squelettes complets de chien ont été découverts associés à d’autres espèces (ARBOGAST et alii, 2005). Des traces de brûlure et de découpe sont visibles. Le crâne a subi un traitement spécial puisqu’il semble avoir fait l’objet d’un prélèvement post mortem (ARBOGAST et alii, 2005).

Conclusion

29Les deux chiens découverts au Grand-Duché de Luxembourg, datés entre la fin du Néolithique et le début de l’âge du Bronze ancien, sont relativement grands et graciles, comme ceux déjà connus à partir de l’âge du Bronze, bien que quelques spécimens de taille comparable soient décrits au Néolithique notamment sur le site de Sierentz dans le Haut-Rhin (BOGUSZEWSKI et alii, 2006). Ces canidés ont fait l’objet d’un traitement particulier durant leur vie mais également après leur mort avec notamment le prélèvement post mortem du crâne de l’un d’eux, la désarticulation des carcasses et la découpe de la viande, avant leur mise en terre sous un abri sous roche. S’agit-il de l’enfouissement de « restes » d’animaux en fin de vie abattus et consommés ou de la sépulture de deux chiens au statut particulier ? Le traitement différentiel de ces deux individus soulève de nombreuses questions quant à leur rôle et leur place au sein des groupes humains.

30Remerciements
La présente étude a été financée par le Centre National de Recherche Archéologique du Grand-Duché de Luxembourg. Les résultats ont été présentés lors de l’exposition temporaire « Sous nos pieds - Unter unseren Füssen » au Musée National d’Histoire et d’Art (MNHA) de Luxembourg en 2011-2012 et dans le catalogue de l’exposition (FABRE, BROU, 2011). Les auteurs tiennent à remercier Sandrine Cabut (UMR 7269) pour avoir donné de son temps pour tenter de faire « parler les statistiques » bien que les échantillons soient insuffisants et Tom Lucas (photographe au MNHA) pour la réalisation des clichés qui illustrent cet article.

Haut de page

Bibliographie

ARBOGAST R.-M., DESCHLER-ERB S., MARTI-GRÄDEL E., PLÜSS P., HÜSTER-PLOGMANN H., SCHIBLER J., 2005, « Du loup au ‘chien des tourbières’ : les restes de canidés sur les sites lacustres entre Alpes et Jura », Revue de Paléobiologie, Genève, t. 10, p. 171-183.

ARBOGAST R.-M., JEUNESSE C., DENAIRE A., LEFRANC P., 2013, « Les dépôts d’animaux en fosse circulaire du Néolithique récent dans la Plaine du Rhin supérieur : les données des fouilles récentes », in : AUXIETTE G., MÉNIEL P. dir., Les dépôts d’ossements animaux en France, de la fouille à l’interprétation, Actes de la table ronde de Bibracte, 15-17 oct. 2012, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 191-200 (Archéologie des plantes et des animaux, 4).

BAALES M., STREET M., 1998, « Late Palaeolithic Backed-Point assemblages in the northern Rhineland : current research and changing views », Notae Praehistoricae, t. 18, p. 77-92.

BARTELLE B. G., VELLANOWETH R. L., NETHERTON E. S., POISTER N. W., KENDIG W. E., AINIS A. F., GLENN R. J., MARTY J. V., THOMAS-BARNETT L., SCHWARTZ S. J., 2010, « Trauma and pathology of a buried dog from San Nicolas Island, California, U.S.A », Journal of Archaeological Science, t. 37, p. 2721-2734.

BENECKE N., 1987, « Studies on early dog remains from Northern Europe », Journal of Archaeological Science, t. 14, p. 31-49.

BINFORD L. R., 1981, Bones. Ancient men, modern myths, New York, Academic Press, 320 p.

BOGUSZEWSKI A., PERROUX J., ROUZO P., VALLET C., 2006, « L’énigmatique sépulture d’un chien de l’âge du fer », Archéologia, t. 432, Dijon, éd. Faton, p. 44-50.

BONNIN M., 2009, Utilisation de la radiovisiographie en dentisterie canine et féline, Toulouse, École nationale vétérinaire, 141 p.

CÉLÉRIER G., DELPECH F., 1978, « Un chien dans l’Azilien de ‘Pont d’Ambon’ (Dordogne) ? » Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 75, fasc. 7, p. 212-215.

CLARK K. M., 2000, « Dogged persistence : the phenomenon of canine skeletal uniformity in British prehistory », in : CROCKFORD S. ed., Dog through time : an archaeological perspective, Proceedings of the 1st ICAZ Symposium on the History of the Domestic Dog - Eighth Congress of the International Council for Archaeozoology (ICAZ98), August 23-29 1998, Oxford, Archaeopress, p. 163-169 (BAR, Intern. series, 2000).

CROCKFORD S. ed., 2000a, Dog through time : an archaeological perspective, Proceedings of the 1st ICAZ Symposium on the History of the Domestic Dog - Eighth Congress of the International Council for Archaeozoology (ICAZ98), August 23-29 1998, Oxford, Archaeopress, 343 p. (BAR, Intern. series, 2000).

CROCKFORD S. J., 2000b, « A commentary on dog evolution : regional variation, breed development and hybridization with wolves », in : CROCKFORD S. ed., p. 295-312 (BAR, Intern. series, 2000).

CROCKFORD S. J., KUZMIN Y., 2012, Comments on GERMONPRÉ et alii, Journal of Archaeological Science, 36, 2009 : « Fossil dogs and wolves from Palaeolithic sites in Belgium, the Ukraine and Russia : Osteometry, ancient DNA and stable isotopes », and GERMONPRÉ, LÁZKICKOVÁ-GALETOVÁ, SABLIN, Journal of Archaeological Science, 39, 2012 « Palaeolithic dog skulls at the Gravettian Predmostí site, the Czech Republic », Journal of Archaeological Science, t. 39, p. 2797-2801.

CROUTSCH Ch., DENAIRE A., FERRIER A., PÉLISSIER A., ROUSSELET O., ARBOGAST R.-M. 2014, « Obernai Schulbach/Nouvel Hôpital (Bas-Rhin, Alsace) : puits et structures domestiques du Néolithique moyen », Journée d’information du 22 nov. 2014, Paris, Internéo, n° 10, p. 29-41.

De GROSSI MAZZORIN J., TAGLIACOZZO A., 2000, « Morphological and osteological changes in the dog from the Neolithic to the Roman period in Italy », in : CROCKFORD S. ed., p. 141-161 (BAR, Intern. series, 2000).

EDREY M., 2008, « The dog burials at Achaemenid Ashkelon revisited », Tel-Aviv, t. 35, p. 267-282.

FABRE M., BROU L., 2011, « Une sépulture (?) de chiens découverte sous l’abri sous roche d’Immendelt », in : Sous nos pieds : archéologie au Luxembourg 1995-2010, Catalogue d’exposition, Luxembourg, Musée national d’Histoire et d’Art, p. 155-160.

GERMONPRÉ M., SABLIN M. V., STEVENS R. E., HEDGES R.E. M., HOFREITER M., STILLER M., DESPRÉS V. R., 2009, « Fossil dogs and wolves from Palaeolithic sites in Belgium, the Ukraine and Russia : osteometry, ancient DNA and stable isotopes », Journal of Archaeological Science, 36, p. 473-490.

GERMONPRÉ M., LÁZKICKOVÁ-GALETOVÁ M., SABLIN M. V., 2012, « Palaeolithic dog skulls at the Gravettian Predmostí site, the Czech Republic », Journal of Archaeological Science, 39, p. 184-202.

GIFFROY J.-M., 2007, « The dog : a wolf domesticated to communicate with the man », Bull. de l’Académie vétérinaire de France, t. 160, fasc. 5, p. 343-348.

GRÄSLUND A.-S., 2004, « Dogs in graves : a question of symbolism ? », in : FRIZELL B.S. ed., Man and animal in antiquity, Proceedings of the Conference at the Swedish Institute in Rome, Sept. 9-12, 2002 Rome, Swedish Inst., p. 167-176.

HARCOURT R. A., 1974, « The dog in Prehistoric and early historic Britain », Journal of Archaeological Science, 1, p. 151-175.

HASEBE K., 1952, « Dog skeletons », in : IINKAI B.H. dir., Board of the Protection of Cultural Properties, Yoshigo Kaizuka, p. 145-150.

HEUERTZ M., 1969, Documents préhistoriques du territoire luxembourgeois : le milieu naturel, l’homme et son œuvre, fasc. 1 Luxembourg, Musée d’Histoire naturelle, 295 p. (Publ. du Musée d’Histoire naturelle et de la Société des Naturalistes luxembourgeois).

HORARD-HERBIN M.-P., 2000, « Dog management and use in the Late Iron Age : the evidence from the Gallic site of Levroux (France) », in : CROCKFORD S. ed., p. 115-121 (BAR, Intern. series, 2000).

JANETSKI J. C., LUPO K. D., MCCULLOUGH J. M., NOVAK S. A., 1992, « The Mosida Site : a middle archaic burial from the Eastern Great Basin », Journal of California and Great Basin Anthropology, t. 14, fasc. 2, p. 180-200.

JOUIN M., MÉNIEL P., JOLY M., 2001, « Les dépôts d’animaux et le fanum gallo-romain de Vertault (Côte-d’Or) », R.A.E., t. 50-1999/2000, p. 119-216.

LEFRANC P., 2001, « L’habitat néolithique moyen et récent de Holtzheim ‘Altmatt’/Zone d’activités économiques-phase 3 (Bas-Rhin) (fouilles 2000 et 2001) », Cahiers de l’Association pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, p. 107-134.

LEFRANC P., DENAIRE A., CHENAL F., ARBOGAST R.-M., 2010, « Les inhumations et les dépôts d’animaux en fosses circulaires du Néolithique récent du sud de la plaine du Rhin supérieur », Gallia Préhistoire, t. 52, p. 61-116.

MANASERIAN N.H., ANTONIAN L., 2000, « Dogs of Armenia », in : CROCKFORD S. ed., p. 227-234 (BAR, Intern. series, 2000).

MÉNIEL P., 1987, « Le dépôt d’animaux du fossé chasséen de Boury-en-Vexin (Oise) » Revue archéologique de Picardie, t. 1-2, p. 3-26.

MILLIET J., 1995, « Manger du chien ? C’est bon pour les sauvages ! » L’Homme, t. 35, fasc. 136, p. 75-94.

MOREL Ph., MÜLLER W., 1997, Hauterive-Champréveyres, 11. Un campement magdalénien au bord du lac de Neuchâtel : étude archéozoologique (secteur 1), Neuchâtel, Musée cantonal d’archéologie, 149 p. (Archéologie neuchâteloise, 23).

MOREY D. F., 2006, « Burying key evidence : the social bond between dogs and people », Journal of Archaeological Science, 33, p. 158-175.

MOREY D. F., 2010, Dogs : domestication and the development of a social bond, Cambridge, Cambridge University Press, xxiv-356 p..

MOREY D.F., AARIS-SORENSEN K., 2002, « Paleoeskimo Dogs of the Eastern Arctic », Arctic, t. 55, fasc. 1, p. 44-56.

NILSSEN P. J., 2000, An actualistic butchery study in South Africa and its implications for reconstructing hominid strategies of carcass acquisition and butchery in the Upper Pleistocene and Plio-Pleistocene, Cape Town (South Africa), Univ. of Cape Town, Ph-D dissertation, 414 + 271 p.

PIÉRARD J., 1967, « Note d’anatomie appliquée : appréciation de l’âge du chien », La Revue vétérinaire canadienne, t. 8, p. 197-200.

SAVOLAINEN P., ZHANG Y.-P., LUNDEBERG J., LEITNER T., 2002, « Genetic evidence for an East Asian origin of domestic dogs », Science, t. 298, p. 1610-1613.

SHIGEHARA N., HONGO H., 2000, « Ancient remains of Jomon dogs from Neolithic sites in Japan », in : CROCKFORD S. ed., p. 61-70 (BAR, Intern. series, 2000).

STREET M., 2002, « Ein Wiedersehen mit dem Hund von Bonn-Oberkassel », Bonner zoologische Beiträge, t. 50, fasc. 3, p. 269-290.

TCHERNOV E., VALLA F. F., 1997, « Two new dogs, and other natufian dogs, from the Southern Levant », Journal of Archaeological Science, 24, p. 65-95.

THÉVENIN A., SAINTY J., POULAIN T., 1977, « Fosses et sépultures Michelsberg, sablière Maetz à Rosheim (Bas-Rhin) », Bull. de la Soc. préhistorique française, t. 74, fasc. 2, p. 608-621.

VIGNE J.-D., 2005, « L’humérus de chien magdalénien de Erralla (Gipuzkoa, Espagne) et la domestication tardiglaciaire du loup en Europe », MUNIBE (Antropologia-Arkeologia), t. 57, p. 279-287.

VIGNE J.-D., GUILAINE J., 2004, « Les premiers animaux de compagnie, 8500 ans avant notre ère ?… ou comment j’ai mangé mon chat, mon chien et mon renard », Anthropozoologica, t. 39, fasc. 1, p. 249-273.

VILÀ C., SAVOLAINEN P., MALDONADO J.E., AMORIM I.R., RICE J.E., HONEYCUTT R.L., CRANDALL K.A., LUNDEBERG J., WAYNE R.K., 1997, « Multiple and ancient origins of the domestic dog », Science, t. 279, p. 1687-1689.

WARREN D.B., 2000, « Paleopathology of Archaic Period dogs from the North American Southeast », in : CROCKFORD S. ed., p. 105-114 (BAR, Intern. series, 2000).

YOHE I.R., PAVESIC M.G., 2000, « Early Archaic domestic dogs from western Idaho, USA », in : CROCKFORD S. ed., p. 93-104 (BAR, Intern. series, 2000).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Christnach-« Immendelt », situation de l’abri sous roche (d’après Administration du Cadastre et de la Topographie du Luxembourg) et photographie (J. Biver).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9898/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 2. Représentation squelettique des chiens d’Immendelt (NMI = Nombre Minimum d’Individu).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9898/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 3. Représentation squelettique.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9898/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 4. Données biométriques. Tabl. 1 : Biométrie du crâne ; Tabl. 2 : Biométrie dentaire ; Tabl. 3. Biométrie des os longs (DT : Diamètre Transversal ; DAP : Diamètre Antéro-Postérieur ; p : proximal ; d : distal ; DMD : Diamètre Mésio-Distal ; DVL : Diamètre Vestibulo-Lingual).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9898/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 5. Estimation de la hauteur au garrot en fonction des différents os longs (M. Fabre).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9898/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 6. Comparaison des indices de gracilité en France (MÉNIEL, 1987) et Grande-Bretagne (HARCOURT, 1974).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9898/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 7. Pathologies observées au niveau du crâne (photographie T. Lucas, Musée national d’Histoire et d’Art du Luxembourg).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9898/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 8. Localisation des stries de découpe sur les éléments anatomiques (M. Fabre).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9898/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 9. Traces anthropiques. A : Stries de découpe localisées sur l’atlas (cliché T. Lucas) ; B : coup tranchant observé sur l’une des côtes (cliché M. Fabre).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9898/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 10. Traces laissées par les dents d’un carnivore (cliché T. Lucas et M. Fabre).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9898/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 597k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Magali Fabre, François Valotteau et Laurent Brou, « Deux squelettes de chiens de la fin du IIIème millénaire avant J.-C. sous abri sous roche à Christnach-« Immendelt » (Grand-Duché de Luxembourg) », Revue archéologique de l’Est, tome 66 | 2017, 345-353.

Référence électronique

Magali Fabre, François Valotteau et Laurent Brou, « Deux squelettes de chiens de la fin du IIIème millénaire avant J.-C. sous abri sous roche à Christnach-« Immendelt » (Grand-Duché de Luxembourg) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 66 | 2017, mis en ligne le 11 octobre 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rae/9898

Haut de page

Auteurs

Magali Fabre

UMR 7269 - Laboratoire d’Archéologie Méditerranéenne de Préhistoire Europe Afrique, MMSH, 5 rue du Château de l’Horloge, BP 647, 13094 Aix-en-Provence cedex 2, France.

François Valotteau

Centre National de Recherche archéologique, 241 rue de Luxembourg, L-8077 Bertrange, Grand-Duché de Luxembourg.

Laurent Brou

Centre National de Recherche archéologique, 241 rue de Luxembourg, L-8077 Bertrange, Grand-Duché de Luxembourg.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page