Navigation – Plan du site
Notes et documents

Occupation de la fin du Bronze moyen à Furdenheim (Bas-Rhin)

Matthieu Michler
p. 353-370

Résumés

Une opération de diagnostic archéologique préventif au 10 rue des Tonneliers à Furdenheim (Bas-Rhin) a permis de découvrir une occupation de la fin du Bronze moyen (Bronze C2 de la chronologie allemande). Le mobilier céramique provenant de quatre structures permet de documenter cette phase chronologique en Alsace. Une fosse a livré, outre de la céramique commune, une tasse et quatre gobelets décorés d’incisions. Le profil plutôt arrondi et les décors incisés sont caractéristiques des productions régionales.

Haut de page

Texte intégral

1Bien qu’il n’ait livré qu’un nombre limité de faits archéologiques, le site de Furdenheim 10 rue des Tonneliers, découvert lors d’un diagnostic de petite surface, complète la typochronologie céramique régionale pour l’âge du Bronze moyen. Ce diagnostic n’ayant pas été suivi d’une fouille, nous avons choisi de publier les données obtenues afin de diffuser ces nouvelles informations à la communauté scientifique. Peu d’articles récents ont été consacrés à cette période en Alsace, même si en 2014 le colloque de Strasbourg est venu en partie combler cette lacune (VÉBER et alii, 2017). L’opération de diagnostic archéologique, motivée par un projet d’immeuble, s’est déroulée en 2010 (MICHLER, 2010). Elle a été pratiquée sur une surface de 1713 m2, par tranchées ouvertes en quinconce sur 9,2 % de l’emprise (fig. 1). Les cinq structures attribuables à la période du Bronze moyen sont localisées dans différents sondages (fig. 1). Notons une certaine concentration des structures excavées dans la partie sud de la zone, alors que le silo 1 paraît plus isolé. Aucune trace de trou de poteau correspondant à un bâtiment n’a été repérée. Il reste difficile de raisonner sur l’organisation spatiale du site au regard de la petitesse du secteur sondé. Cette question restera certainement en suspens dans l’attente de nouveaux projets d’aménagement aux abords.

Fig. 1. Situation géographique du gisement de Furdenheim, 10 rue des Tonneliers (en haut) et carte des sites alsaciens, allemands et suisses mentionnés dans le texte (en bas). (Réalisation Matthieu Michler, Laurie Tremblay Cormier et Yohann Thomas ; Relief : Srtm Data, Cours d’eau : Natural Earth Data).

2Furdenheim est situé à 16 km à l’ouest de Strasbourg, dans le massif du Kochersberg correspondant principalement à des terrains agricoles lœssiques. Le terrain diagnostiqué est localisé dans la partie est du village, dans une rue adjacente à la route nationale. Sa surface plane a une altitude moyenne de 188,84 m NGF (fig. 2).

Fig. 2. Plan de l’opération de diagnostic (plan et levé topographique : J.-L. Wuttmann, P. Girard, Inrap).

3La commune connaît une occupation dense au haut Moyen Âge (habitat et probable nécropole mérovingienne, FLOTTÉ, FUCHS, 2000) alors que les données sont plus rares pour les périodes plus anciennes. Deux opérations de sondages récentes (SCHNEIKERT, 2008 ; JODRY, 2009) ont permis la mise au jour de cabanes semi-excavées néolithiques, mais aussi de fosses et de structures de type « fente » (à profil en Y). Des structures de l’âge du Bronze et de l’âge du Fer (sans plus de précision), de type fosse, silo, cabane semi-excavée, ont également été reconnues sur le tracé du gazoduc proche. Récemment, une fouille effectuée par le PAIR (Pôle d’archéologie interdépartemental rhénan) au lieu-dit Gruen au nord de Furdenheim a livré dix structures rattachables à un habitat et une structure funéraire, principalement de l’âge du Bronze final (PIERREVELCIN, 2015).

1. Présentation des structures

4Les cinq structures identifiées (tableau, fig. 3 en haut) sont creusées dans le substrat lœssique jaune apparaissant entre 1 et 1,20 m de profondeur sous le niveau du sol actuel. Il s’agit de deux silos de plan circulaire à fond plutôt concave dissymétrique, ST 1 et 4, et de trois fosses, ST 2, 3 et 5.

Fig. 3. Tableau des caractéristiques morphologiques et métriques des structures. En bas, photographies de terrain. 1. Vue de la structure 2 en cours de décapage ; 2. vue rapprochée de la structure 2 ; 3. vue zénithale du vase-silo. (© Matthieu Michler).

5Pour les silos, notons l’homogénéité du comblement constitué d’une couche limono-argileuse homogène et de cuvettes d’effondrement sur les côtés (fig. 4). Les goulots ne sont plus visibles et l’ancrage dans le lœss est léger (0,66 m conservés pour le silo 1). Le silo 4 est plus profond que le silo 1, mais la présence d’un remblai récent important a limité l’observation à 1 m de profondeur. Un mince filet de limon beige correspond à la paroi nord du silo, dont la partie supérieure a été érodée anciennement.

Fig. 4. Relevés en coupes et photographies des structures 1, 4, 2, 5 (clichés et dessins © Matthieu Michler).

6Ce type de structure n’est pour le moment pas très connu à l’âge du Bronze moyen en Alsace. Citons tout de même le silo 523 du site de Meistratzheim Station d’épuration intercommunale (MURER, 2010, p. 81, fig. 30) qui présente un profil cylindrique daté de la fin du Bronze moyen. Sur le site de Meistratzheim Foegel par exemple (VÉBER, 2008), fouille d’une emprise de 1,2 ha, les fosses-silos sont au nombre de quatre seulement. Elles n’ont pas de profil particulier, mais affectent des formes connues durant toute la Protohistoire (tronconique ou en bouteille par exemple).

7La fosse 2 a été fouillée entièrement (fig. 4). Circulaire, elle présente des dimensions et un comblement supérieur proches de ceux de la fosse 3, distante de 16 m, non testée, mais de plan ovalaire.
La paroi nord-ouest de la fosse 2 est évasée, alors qu’au nord-est le profil est plutôt ovoïde (fig. 4). Le diamètre de 1,50 m et le profil de la fosse sont comparables à ceux d’autres fosses du même horizon chronologique, comme la fosse 1 de Sainte-Croix-en-Plaine, lotissement Les Bosquets (BOLLY, 2013) ou la fosse 200 d’Obernai Schulbach-Nouvel Hôpital, légèrement plus grande (FERRIER, CROUTSCH, 2013) (fig. 5, nos 2 et 3). Le comblement est tripartite. Le fond plat est recouvert d’une couche charbonneuse (US 6) assez pauvre en mobilier céramique, correspondant à un rejet, car les parois et le fond de la structure ne montrent pas d’indices de rubéfaction (terre rougie, compacité plus importante). De plus, la faible taille des charbons ne plaide pas en faveur d’un foyer in situ. Ce niveau est surmonté d’un lit de rares fragments de torchis brûlé et de céramiques fines (US 5). Un gobelet et une tasse entière (2.007 et 2.008) étaient disposés à l’envers dans la partie nord-est (fig. 5, n° 4). Au-dessus, une dernière couche limono-argileuse gris-beige (US 4) contenait également de la céramique plus fragmentée et de facture plus grossière, ce qui privilégie l’hypothèse d’un rejet domestique. De ce niveau proviennent également un fragment de peson et un outil en bois de cerf (fig. 13, n° 1). Le creusement de cette fosse a pu être motivé par l’extraction de lœss, et son comblement a été relativement rapide vu l’homogénéité du mobilier découvert.

Fig. 5. 1. Vase-silo de Meistratzheim Station d’épuration Intercommunale ST 394 (GOEPFERT, 2014) ; 2. fosse 200 d’Obernai Schulbach-Nouvel Hôpital (FERRIER, CROUTSCH, 2013) ; 3. fosse 1 de Sainte-Croix-en-Plaine, lotissement Les Bosquets (BOLLY, 2013) ; 4. vue rapprochée du vase retourné dans la fosse 2 de Furdenheim (Matthieu Michler).

8La disposition des vases 2.007 et 2.008 mérite que l’on s’y intéresse plus précisément. Ces vases font partie de l’US 5 et ont été déposés sur le niveau charbonneux. Accompagnés de restes de torchis brûlé, ils ne montrent pas de traces de passage au feu. Ce lot a fait l’objet, nous semble-t-il, d’un dépôt délibéré que la couche 4 est venue sceller. Les motivations précises de la disposition particulière des vases restent inconnues, ainsi que le laps de temps durant lequel la fosse est restée ouverte avant le comblement par la couche 4. Aucune trace d’un dispositif de type plancher n’a été détectée. Notons que la fosse 2 a dû connaître une érosion importante, comme le silo 1 par exemple. Nous ne serions donc en présence que de la partie inférieure de cette structure. D’après M. David-Elbiali, le terme de dépôt de céramique pour l’âge du Bronze « est généralement réservé à des ensembles comprenant plusieurs récipients entiers ou en grande partie reconstituables et le plus souvent non brûlés » (DAVID-ELBIALI et alii, 2014, p. 234). C’est le cas pour les vases provenant de l’US 5 dont la disposition diffère de celle d’autres dépôts céramiques régionaux, comme celui d’Ittenheim par exemple – où un vase retourné de grande taille recouvre deux récipients plus petits (LOGEL, BRIDE, 2014) – ou l’exemple plus récent d’Entzheim, constitué de deux urnes déposées à l’envers, accompagnant une jarre piriforme contenant deux urnes et cinq écuelles (LANDOLT, VAN ES, 2009).
Dans notre cas, la réflexion est limitée au vu de l’exploration partielle du site lors du diagnostic. Notons la présence très réduite d’éléments fauniques et le dépôt de quatre récipients à boire qui a été « scellé » par un rejet final. Dans ce lot, aucune céramique n’a été brûlée, mis à part un tesson.

9Dans l’état actuel de la documentation et dans l’attente de découvertes similaires dans le cadre de fouilles, l’hypothèse la plus plausible serait de considérer la fosse 2 comme une fosse domestique dont la couche supérieure s’apparente à du rejet, sans écarter le fait que la présence et la disposition particulière d’un petit service en céramique fine attestent une pratique potentiellement « non profane », comme le suggère A. Stapel pour certaines fosses d’Europe centrale et d’Allemagne du Sud (STAPEL, 1999, p. 262-264). Pour ce chercheur, ce serait l’absence de grands récipients, plutôt réservés à la sphère économique, et un rebouchage rapide pour empêcher une réutilisation des objets, qui privilégient cette hypothèse. L’US 4 correspondrait à cette dernière phase. De même, dans son ouvrage consacré aux fosses datées du Bz D1 à Onnens/Corcelles-près-Concise – Les Côtes (Canton de Vaud, Suisse), M. David-Elbiali consacre un chapitre aux comparaisons entre fosses et dépôts de l’âge du Bronze en Europe centrale (DAVID-ELBIALI et alii, 2014, p. 231-241). D’après sa classification, la fosse 2 de Furdenheim pourrait s’apparenter aux dépôts de céramique en fosse. À Furdenheim, les motivations précises de ce dépôt nous échappent encore.

10Enfin, la fosse 5, localisée à huit mètres au nord-ouest de la fosse 2, est située à l’interface entre le lehm et le lœss et présente la particularité de contenir un grand vase de stockage dont la partie supérieure a disparu sous l’effet de l’érosion ou de labours anciens (fig. 4). Ce récipient s’étant affaissé, ses parois fragmentées épousaient les parois de la fosse, légèrement plus large (fig. 3, n° 3). À l’intérieur du vase se trouvaient deux tessons appartenant à un récipient probablement de type cruche (fig. 12, n° 2). Il n’est pas possible de savoir précisément si ces fragments se trouvaient à l’origine dans le vase ou s’ils proviennent d’un comblement ultérieur ; en effet aucune véritable différence n’a été détectée entre le sédiment présent dans le vase et le sédiment encaissant. En contexte d’habitat, un exemple assez proche, avec un vase conservé dans sa totalité, est connu sur le site de Meistratzheim Station d’épuration intercommunale ST 394 (GOEPFERT, 2014, p. 51, et fig. 5, n° 1 du présent article).

2. Le mobilier archéologique

2.1. La céramique

11L’ensemble du mobilier céramique représente 467 tessons (9947 g) pour un nombre minimum de vingt-deux vases (fig. 6). Ce corpus est relativement bien conservé et peu fragmenté (indice de fragmentation de 20 g). Bien que limité, ce lot a un intérêt pour cette période de la fin du Bronze moyen. Notons tout de même que seuls les ensembles des fosses 2 et 5 sont complets, ces dernières ayant été fouillées dans leur intégralité.

Fig. 6. Décompte du corpus céramique, répartition par type de pâte et caractéristiques morphométriques.

12La céramique est bien cuite, les pâtes utilisées révèlent un dégraissant constitué de matériaux d’origine siliceuse (des cristaux millimétriques de quartz sont parfois visibles) et de coquilles broyées. Nous reviendrons sur les traitements de surface ci-dessous. Pour le moment, aucune étude pétrographique poussée n’a été effectuée sur l’ensemble.
L’assemblage céramique se répartit de façon irrégulière au sein de quatre structures (ST 1, 2, 4, 5), les structures 2 et 5 comportant l’essentiel du mobilier (fig. 6). Une répartition semblable est également constatée en ce qui concerne les individus céramiques. Les céramiques fines proviennent quasi exclusivement de la fosse 2.

2.1.1. L’assemblage typologique

13Actuellement, une matrice typologique commune entre les chercheurs reste à mettre en œuvre pour l’Alsace. Ainsi, les noms des formes retenues pourraient se recouper avec d’autres termes selon les auteurs.
Dans notre cas, les dimensions ne sont mesurables que sur cinq vases complets ou quasi complets (2.007, 2.008, 2.009, 2.010, 2.011, fig. 6 en bas). La présentation sera donc assez simple, avec tout d’abord les formes basses, puis les formes hautes.

14Le diagramme de répartition des récipients en fonction de leur diamètre maximum et de leur hauteur (fig. 6 en bas à gauche) permet de visualiser le volume des vases. L’indice d’ouverture des récipients (fig. 6, tableau en bas à droite), correspond au rapport, diamètre minimal à l’étranglement (plus fiable que le seul diamètre à l’ouverture, plus variable) sur la hauteur du corps. Le seul indice supérieur à 1,5 correspond à la jatte de forme ouverte 2.011 (fig. 9, n° 1), le gobelet 2.007 et le petit pot 2.009 formant un groupe homogène.

2.1.2. Formes basses

2.1.2.1. Tasse et gobelets ansés

15Une tasse et quatre gobelets (dont deux sont incomplets) proviennent de la structure 2. Ils sont tous en céramique fine.
Dans notre cas, les tasses correspondent à des formes ouvertes, à corps non segmenté, pourvues d’une anse. Les gobelets quant à eux présentent également une anse, mais sont plutôt de forme fermée. Les indices d’ouverture des récipients concernés oscillant entre 1 et 1,4, il est parfois malaisé de choisir entre l’une ou l’autre catégorie.

16La tasse 2.008 (fig. 7, n° 2 et fig. 13, n° 1) de petite dimension (5,9 cm de hauteur) présente un profil cylindrique, un léger rebord et une lèvre amincie. De couleur beige, sans décor, sa face externe est lissée et porte une anse en X. Le profil rectiligne et la petite taille de ce récipient le rapprochent de la dénomination contemporaine de tasse.

Fig. 7. Formes basses provenant de la structure 2. (cercle noir, céramique fine ; cercle noir et blanc, céramique mi-fine) Échelle 1/3 (dessins Jean-Luc Issele, Matthieu Michler).

17Ce type précis, à fond plat, le plus souvent non décoré et d’une hauteur ne dépassant pas les dix centimètres, reste encore rare en Alsace. Mis à part les quelques exemples haguenoviens comme le micro-vase de même couleur et avec lissage de la sépulture 2 du tumulus 3 de Fischereck (fig. 8, n° 5 ; SCHAEFFER, 1926, p. 29, fig. 13, a), deux tasses non décorées ont également été découvertes dans la nécropole de Kirchlach (fig. 8, n° 6 ; ibid., 1926, p. 111, fig. 49, a, tum. 67 et p. 117, fig. 5, k, tum. 104). En Allemagne (au nord du Rhin supérieur), une tasse plus élancée provient d’un tertre de Darmstadt-Wixhausen, au sud de Francfort-sur-le-Main (fig. 8, n° 7 ; PINSKER, 1993, pl. 137, n° 7). Une tasse très proche, mais plus massive, provient de la fosse 13371 du site de Bernolsheim-Mommenheim Plateforme départementale d’activité de la région de Brumath (Bas-Rhin ; fig. 8, n° 2 d’après FLEISCHER et alii, 2014, fig. 3, n° 2-1). Les auteurs attribuent cette fosse à la transition Bronze moyen/final. D’autres tasses à fond plat du même horizon chronologique présentent un profil plus conique avec un flanc droit, comme dans la fosse B de Brumath Résidence Balzac (fig. 8, n° 4 ; LASSERRE, 1998, pl. 2) ou dans la fosse 15 de Sermersheim Grubeck (fig. 8, n° 3 ; ibid., pl. 4 en bas).

18Les deux gobelets ansés 2.007 (fig. 7, n° 3) et 2.010 (n° 4) présentent une hauteur proche, mais le diamètre maximal du premier se situe au milieu du vase, alors que pour le second, il se place à l’ouverture (fig. 13, n° 1). Ils portent chacun une anse en X, décorée pour 2.007 de quatre incisions épousant ses bords. Les parois du vase 2.007 sont quasi verticales, avec un fond en calotte ombiliqué et un très léger rebord. La face externe grise lissée est pourvue de deux registres de quatre lignes incisées horizontales, partant de l’anse et se développant sur tout le vase. Ce même décor, disposé différemment, est reproduit sur le vase 2.010 avec un seul registre partant du haut de l’anse et un deuxième (à trois incisions) soulignant la partie basse. Le fond est quant à lui décoré d’un motif rayonnant composé de quatre bandes incisées (de trois à quatre incisons) partant d’un motif circulaire central. Le profil de 2.010 est plus sinueux que celui de 2.007, qui est caréné dans sa partie basse, et sa couleur est brun-orangé.

Fig. 8. Planche comparative pour la tasse (en haut) et les gobelets ansés (en bas) de Furdenheim (pour les références bibliographiques, voir le texte). Échelle 1/3.

19Le récipient 2.006 (fig. 7, n° 5), de couleur orangée également, est seulement représenté par un fragment d’anse en X décoré d’incisions linéaires identiques à 2.007, auxquelles s’ajoutent de petites incisions soulignant la bordure de l’anse (guillochis).
Enfin un petit fragment de bord à décor de deux lignes incisées visibles en partie haute (2.005, fig. 7, n° 6) est assez difficilement orientable mais présente plutôt un profil ouvert identique au gobelet 2.007. Ces quatre gobelets montrent une grande homogénéité de par leur façonnage et leur lissage.
C’est encore une fois en Alsace, et tout particulièrement à Haguenau que l’on rencontre ce type en grande quantité (SCHAEFFER 1926, p. 35, fig. 17, S ; p. 49, fig. 22, N ; p. 55, fig. 24, S ; p. 61, fig. 27, G-H-I ; p. 79, fig. 36, V).

20Une carte de répartition établie pour le colloque CTHS de 1988 illustre bien ce propos (carte 22, des tasses et gobelets à filets horizontaux ; Collectif, 1989, p. 578). La figure 8, en bas, réunit quelques exemples régionaux de ces gobelets. La récente fouille d’Obernai Schulbach-Nouvel Hôpital (FERRIER, CROUTSCH, 2013, fig. 174, n° 1) a livré dans la fosse 200 un gobelet légèrement plus caréné en partie basse (fig. 8, n° 9) que notre exemplaire, mais à la décoration similaire composée de séries d’incisions sur la panse et le contour de l’anse. Ce type de gobelet ansé à fond plutôt en calotte, comme 2.010, est bien connu dans la forêt de Haguenau (fig. 8, nos 10 à 14), dans le Haut-Rhin sur le site du Hohlandsbourg à Wintzenheim (fig. 8, n° 15 ; BONNET, 1973, p. 462). Un autre exemplaire provient de la fosse 46 du site de Bernolsheim-Mommenheim, avec un fond ombiliqué également (FLEISCHER et alii, 2014, fig. 10, n° 1). Plus largement, ils sont présents dans le sud-ouest de l’Allemagne (site de Riegel, Kr. Emmendingen, fosse 1 ; GRIMMER-DEHN, 1989, fig. 1), mais également en Suisse occidentale (site de Payerne par exemple, catégorie des bols et tasses ; CASTELLA et alii, 2012, fig. 178). Notons qu’au début du Bronze D, les décors d’incisons seront remplacés par des cannelures légères sur des récipients quasi similaires (UNZ, 1973 ; ROSCIO, 2011). Quant au décor rayonnant visible sous le gobelet 2.010, il est connu de façon assez sporadique dans le Grand Est de la France (huit occurrences recensées par M. Roscio pour le Bronze D ; ROSCIO, 2011, p. 49) avec quelques exemples à Haguenau à nouveau (fig. 8, n° 13) et plus récemment à Meistratzheim Station d’épuration Intercommunale (GOEPFERT, 2014, fig. 5, n° 10). Ce décor particulier connaît une certaine pérennité, puisqu’on le retrouve jusqu’au Bronze final IIa à Ensisheim Reguisheimerfeld (dépôt de crémation n° 455) sous la forme de cannelures en faisceaux sous une coupe segmentée (PROUIN, 2007, vol. 2, p. 275 et pl. 162, n° 455-03).

2.1.2.2. Jatte

21À pâte mi-fine, la jatte 2.011 (fig. 9, n° 1), à lèvre aplatie et élément de préhension, présente un lissage interne et un aspect légèrement brossé à l’extérieur. Son profil est comparable à la grande coupe à pied de la nécropole de Haguenau (lieu-dit Kirchlach à Schirrhein ; THÉVENIN et alii, 1979, p. 23, fig. 12) ou Blodelsheim (VÉBER, JODRY, 2014, fig. 5, 1 et 2) en céramique fine. Son aspect plus fruste la rattache plutôt à la vaisselle domestique grossière, comme celle de Payerne par exemple (CASTELLA et alii, 2012, fig. 221, p. 480).

Fig. 9. Formes hautes (mis à part la jatte n° 1) de la structure 2. (cercle noir = céramique fine ; cercle noir et blanc = céramique mi-fine ; cercle blanc = céramique grossière). Échelle ¼ (dessins Jean-Luc Issele, Matthieu Michler).

22Un exemplaire assez proche de la jatte de Furdenheim provient du Hohlansbourg à Wintzenheim (fig. 10, n° 2 ; BONNET, 1973, p. 461). Notons que des éléments de préhension en languette du même type sont connus pour la période en Alsace, sur des récipients de forme haute en céramique grossière (Saint-Croix-en-Plaine ; BOLLY, 2013, vase 1 de la structure 1 et Obernai, FERRIER, CROUTSCH, 2013, vase 1, structure 200) et sur des bords de céramiques grossières comme sur l’habitat d’Ensisheim A35 (MATHIEU, MATHIEU, 1983, fig. 8). De même facture, le vase 2.029 (fig. 7, n° 9) est de taille plus réduite.

Fig. 10. Planche comparative pour les jattes et les pots. Échelle 1/5 (pour les références bibliographiques, cf. le texte).

2.1.2.3. Autres

23Les deux tessons de bord 2.017 et 2.026 (fig. 7, nos 7 et 8), bien que de taille modeste, peuvent être classés parmi les récipients de forme basse. Le premier affecte un profil rentrant et pourrait potentiellement provenir d’un gobelet. Le second en céramique mi-fine présente une lèvre débordante et une orientation plutôt rentrante.
Enfin, la petitesse du bord légèrement divergeant en céramique fine noire, accompagnant une céramique grossière dans la structure 1 (bord 1.001, fig. 11), ne permet pas de le rattacher à une forme précise.

Fig. 11. Mobilier de la structure 1 (échelle 1/3).

2.1.3. Formes hautes

2.1.3.1. Cruches

24Des éléments pouvant appartenir à deux cruches en céramique fine lissée de couleur grise proviennent des structures 2 et 5 (2.015 et 5.002, fig. 7, n° 10 et fig. 12, n° 2). Dans les deux cas, le vase est fragmenté, mais les parties supérieures s’apparentent potentiellement à des cols à lèvre arrondie. Seul un tesson de panse globulaire est de même facture à chaque fois (décor incisé en triangles imbriqués dans le style des « dents de loup » pour 2.015 et incisions verticales et horizontales pour 5.002). Ce type de cruche, comme les gobelets ansés présentés précédemment, est un type haguenovien incontournable (SCHAEFFER, 1926). La fragmentation importante des deux vases de Furdenheim ne permet pas d’aller très loin dans l’interprétation. Le profil des panses semble plutôt globulaire.

Fig. 12. Vases de la structure 5 (échelle 1/4) (dessins Jean-Luc Issele, Matthieu Michler).

2.1.3.2. Pots et jarre

25Le petit pot 2.009 (fig. 7, n° 1) en céramique mi-fine et de couleur orangée est pourvu de deux anses non décorées. C’est le plus haut des petits vases en céramique fine ou mi-fine. Son corps est ovoïde et son rebord n’est que légèrement différencié, tandis que sa lèvre est arrondie. Des récipients de ce type sont encore peu connus en Alsace à la fin du Bronze moyen et au début du Bronze final. De la fosse 13371 de Bernolsheim-Mommenheim provient un exemplaire à bord plus rentrant (fig. 10, n° 7 ; FLEISCHER et alii, 2014, fig. 3, nos 2-7). Des modèles plus élancés sont connus à Meistratzheim Lotissement Foegel dans la « riche » fosse 265 (VÉBER, 2008, vase 265-23) ou encore à Duttlenheim-Duppigheim (LEFRANC, 2007, fig. 6) où un exemplaire présente des cannelures verticales et obliques.

26Le pot en céramique grossière (2.027, fig. 9, n° 4) plus élancé, mais dont la partie basse manque, n’est pourvu que d’une anse tandis que son bord éversé a une lèvre aplatie. Sa face externe présente un aspect crépi contrairement à sa face interne lissée. Une cruche proche à anse légèrement plus basse provient d’une fosse de Zimmersheim Schoeflberg (fig. 10, n° 4 ; THÉVENIN, 1972) datée du Bronze D. Un exemplaire plus grand est connu dans la fosse 2 de Riegel en Allemagne (fig. 10, n° 5 ; GRIMMER-DEHN, 1989, fig. 6) pour le même horizon chronologique.

27Fragmenté à son diamètre maximal, le vase 5.001 (fig. 12, n° 1) correspond probablement à un récipient de stockage de forme fermée (potentiellement segmenté). Sa panse porte des traces nettes de modelage et un aspect brut non lissé. Des traces de digitation sont présentes sur la face externe du fond d’une quinzaine de centimètres de diamètre, valeur proche de deux autres récipients : l’un assez étroit (2.014, fig. 9, n° 9) et incomplet, l’autre plus large et de profil probablement ovoïde (2.013, fig. 9, n° 8). Les deux présentent un aspect crépi sur la panse et pour 2.013, une zone lissée sous le bord. On retrouve les digitations sur le pourtour du fond.

28Le profil très fermé du vase 2.013 limite le diamètre d’ouverture à seulement 11 cm environ, ce qui suggère plutôt un contenant à liquide de type amphore.
Les deux récipients 2.024 et 2.025 (fig. 9, nos 2 et 3), respectivement en céramique fine et grossière, présentent un profil similaire, le second étant nettement plus large que le premier (diamètre à l’ouverture potentiellement proche de 60 cm). Les informations nous manquent pour le bas du récipient, mais la partie haute est clairement rentrante et dans le prolongement du corps. La morphologie aplatie et légèrement débordante de la lèvre est identique sur les deux exemplaires. Cette dernière caractéristique se rencontre sur d’autres sites alsaciens du tout début du Bronze final, comme à Meyenheim-Ensisheim dans le Haut-Rhin (MATHIEU, MATHIEU, 1983, fig. 6 et 9), par exemple.

29Les vases 2.023, 2.021, 2.019 (fig. 9, nos 5 à 7), mal conservés et en céramique grossière, pourraient rentrer dans la catégorie des pots (profil fermé), mais la prudence est de rigueur. Le premier à bord légèrement oblique est brossé sur la face externe et le troisième, illustré par une panse globulaire, porte un cordon digité.

2.1.4. Décors

30Le décor incisé est représenté principalement par des incisions larges. Le décor en creux s’illustre par des digitations sous le bord, sur la face externe de la base et des lignes digitées sur panse. Le décor plastique est constitué d’un cordon digité. Enfin, un aspect crépi, une partie basse laissée brute, un aspect brossé ou lissé forment les traitements de surface.

2.2. Autres artefacts non céramiques

31Provenant essentiellement de la fosse 2, le mobilier non céramique est représenté par un fragment de peson érodé (2.022, non dessiné) soulignant une activité de tissage à proximité. La quantité de torchis brûlé représente 200 g et les rares éléments de faune, 47 g.

Fig. 13. Sélection de photographies réalisées par François Schneikert. 1. Les petits récipients et l’outil en os ; 2. vue de la surface du vase de stockage 2.013 ; 3. détail du décor incisé sur le fond du vase 2.010.

32Une pioche en bois de cerf, fragmentée et cassée en son centre, illustre l’outillage lors d’activités quotidiennes (fig. 13, 2.003). Il s’agit, d’après la typologie établie par L. Guichard (GUICHARD, 2000, p. 92-93), d’un objet perforé dont la partie active distale est tranchante et la partie active proximale diffuse. Des exemplaires sont connus pour la transition Bronze moyen / Bronze final à Casinalbo en Italie (ibid., pl. 108, n° 7). Localement, on trouve ce type d’outil à la même période à Sainte-Croix-en-Plaine, lotissement « Les Bosquets » (BOLLY, 2013, p. 40, fig. 31 ; BOLLY, 2014) et au Bronze final à Westhouse Altmatt (HAMM et alii, 1992).

3. Questions de chronologie et contexte culturel

33Au regard des données disponibles, force est de constater que jusqu’à récemment, les sites funéraires de la fin du Bronze moyen ou du début du Bronze final (sépultures sous tertre regroupées en nécropole et dépôts de crémation) constituaient la base de réflexion principale des chercheurs (KOENIG et alii, 1989 ; ROSCIO, 2011). La bonne conservation des lots céramiques dans ces contextes permet en effet des comparaisons fiables. En parallèle, les sites d’habitat contemporains ont été pour la plupart reconnus et évalués en partie lors de diagnostics archéologiques et il est souvent complexe d’identifier des limites à l’emprise d’un site. L’observation principale est la faible densité et quantité de structures, en comparaison avec les périodes postérieures, et l’abondance de mobilier céramique (VÉBER et alii, 2017). Sur le site de Meistratzheim Foegel (VÉBER, 2008 et 2010), décapé sur 1,2 ha, seule une vingtaine de structures sont datées de la fin du Bronze moyen et du début du Bronze final.

34Les ensembles régionaux rattachables au Bronze C2 proviennent de quelques diagnostics anciens publiés ou non (exemple de Blodelsheim publié récemment, VÉBER, JODRY, 2014) et de fouilles dont le rapport est en cours de rédaction (cas du site de Bernolsheim-Mommenheim Plateforme départementale d’activité de la région de Brumath, fouille PAIR). Pour la phase de transition entre le Bronze moyen et le Bronze final, les chercheurs font encore référence à l’article de M. Lasserre (LASSERRE, 1998) consacré à la céramique des sites du Bruch de l’Andlau (petit ensemble de terres basses et humides, entre Strasbourg et Obernai) et de Brumath Résidence Balzac. Cet article exposait plusieurs critères typochronologiques (décors, formes). Signalons également un travail de thèse en cours par M. Billot-Bride centré sur l’âge du Bronze moyen dans la vallée du Rhin supérieur qui proposera certainement une nouvelle sériation pour la céramique. N’oublions pas la thèse soutenue en 2011 par M. Roscio consacrée au début du Bronze final (Bronze D-Ha A1) et le mobilier issu de nécropoles du Bassin parisien au Jura souabe (ROSCIO, 2011).

35Dans un rayon d’une vingtaine de kilomètres autour de Furdenheim (fig. 1), mentionnons les sites contemporains d’Innenheim, Duttlenheim-Duppigheim dans la vallée de la Bruche (LEFRANC, 2007) et d’Obernai Schulbach-Nouvel Hôpital (FERRIER, CROUTSCH, 2013), près de l’Ehn. Plus au nord, le site de Bernolsheim-Mommenheim, et à cinq kilomètres de Furdenheim, celui de Wiwersheim ZA du Kochersberg, plutôt du Bronze D1 (ROHMER, 2005 ; VÉBER, 2014). Pour les sites dont le diagnostic a été suivi d’une fouille, les caractéristiques évoquées plus haut sont confirmées. Dans le cas de la fouille de Bernolsheim-Mommenheim, au vu de la surface décapée, le nombre de fosses de la fin du Bronze moyen/début Bronze final reste très faible, et le nombre de récipients par structure est élevé (exemple de la fosse 13371 avec 95 vases ; FLEISCHER et alii, 2014). Soulignons que sur ce site coexistent des traces d’habitats contemporains de sépultures sous tumulus, fait rarement observé en Alsace. Enfin, notons qu’à trois kilomètres du site de Furdenheim, T. Logel a découvert à Ittenheim, lors d’un diagnostic, un dépôt céramique constitué de trois vases datés des alentours du XVe siècle avant J.-C., soit du Bz C1 au début du Bz C2 (LOGEL, BRIDE, 2014). Ces trouvailles suggèrent – dans l’attente de nouveaux sites – une occupation a priori continue sur au moins deux siècles dans ce secteur et fait écho à d’autres zones bien explorées dans les environs d’Obernai par exemple (FERRIER, LOGEL, 2017).

36Concernant la typochronologie céramique, la synthèse commune présentée par les chercheurs alsaciens au colloque de Strasbourg en 2014 (VÉBER et alii, 2017) a permis de revalider certaines hypothèses pour la fin du Bronze C, comme la présence de plus en plus prononcée de l’anse en X sur des gobelets, des incisions de triangles hachurés ou de chevrons emboîtés, des languettes sur les rebords par exemple. Le travail récent de M. Roscio (ROSCIO, 2011) a renouvelé celui de C. Unz (UNZ, 1973) en corrélant le mobilier métallique et céramique de manière statistique pour le Bronze D. Pour la céramique, M. Roscio met en évidence vingt et un critères (forme et/ou décor ; ROSCIO, 2011, p. 264-265) dits anciens, relatifs à sa zone-test 3, soit le nord de la haute vallée du Rhin pour le Bronze D1. Dans l’ensemble de Furdenheim, on ne trouve que cinq de ces critères, dont des formes proches des gobelets arrondis, les anses en X, les gobelets à carène basse, le décor en dents de loup et les lignes horizontales profondément incisées. Aucun des critères dits « récents » (du Bronze D2) n’est connu à Furdenheim. Ce simple constat permet de placer de manière assez fiable l’ensemble de Furdenheim à une phase précédente, soit à la fin du Bronze C2, tout en gardant à l’esprit que le mobilier utilisé pour la sériation provient de sépultures. Soulignons que les découvertes récentes, au vu de la qualité d’exécution de la céramique d’habitat, sont de plus en plus comparables à celles issues de contextes funéraires ; ce qui laisse supposer avec prudence que les vases utilisés dans la vie quotidienne et ceux déposés avec le ou les défunts sont issus des mêmes ateliers. De plus, comme nous l’avons vu, l’ensemble de Furdenheim est assez conforme aux productions haguenoviennes de l’horizon Bronze C. L’un des critères importants soulignant le passage au Bronze final reste le décor cannelé, d’abord léger puis plus marqué. Il reprendra en partie l’emplacement des incisions profondes du Bronze C pour se développer par la suite en motif plus couvrant. À Furdenheim, la cannelure est inexistante, tout comme l’excision qui est encore connue au Bronze D1. Ces caractéristiques se retrouvent dans le mobilier du site d’Obernai Schulbach-Nouvel Hôpital évoqué plus haut, d’où provient un gobelet ansé très proche de l’exemplaire 2.007.

37Deux publications (issues de travaux de thèse) relatives à la céramique d’habitat de l’âge du Bronze entre Rhin et Bohème (KRUMLAND, 1998) et plus particulièrement du Bronze moyen du nord du Rhin supérieur (PINSKER, 1993), corroborent en partie notre datation pour l’ensemble de Furdenheim. Le travail de J. Krumland s’attache aux rares découvertes d’habitat dans le Wurtemberg, en comparant la céramique avec celle des tombes ; la même démarche est faite par B. Pinsker. Pour J. Krumland, il n’est pas encore possible d’identifier clairement une phase C1 ou C2 à la fin du Bronze moyen, alors que la phase Bronze D avec le renouvellement décoratif, l’apparition des bords obliques et des formes biconiques est bien reconnue (KRUMLAND, 1998, fig. 10). De même, des formes perdurent du Bronze A2/B au Bronze C (plusieurs types de jattes, tasses, cruches et pots, ibid., fig. 9). Pour le Bronze C, seuls les triangles inversés hachurés et l’excision sont présents ; l’anse en X apparaît quant à elle au Bronze C et perdure au Bronze D (ibid., fig. 8 et 11). Par contre, les formes de type gobelet ansé, tout comme le décor particulier de groupes de lignes incisées présents à Furdenheim, sont absents dans les habitats de ce secteur. Ce décor linéaire incisé est en revanche mieux connu dans les environs de Francfort-sur-le-Main (PINSKER, 1993, p. 65) sur des sites comme Partenheim au Bronze C2 ou Wiesbaden-Erbenheim, occupé du Bronze C au Bronze D. Sur ces sites, l’évolution des motifs est lente et graduelle sans véritable rupture, illustrant le mittelrheinische Gruppe qui utilise une syntaxe décorative très proche de celle du groupe de Haguenau (ibid., p. 69). En définitive, Pinsker date les formes en céramique fine incisée de cette zone, proches de celles de Furdenheim, du Bronze C2 (phase Bessunger Wald ; ibid., Langen, Kreis Offenbach, pl. 119, B 1-5), parfois avec une perduration au début du Bronze D (phase Wölfersheim ; ibid., 1993, Frankfurt/M-Heddernheim, pl. 89 c).

  • 1 Merci à Marie-Pierre Koenig pour ces informations précises.

38Plus au sud et du côté suisse, citons la publication plus récente du site de Payerne « En Planeise » (canton de Vaud), site d’habitat centré sur la fin du Bronze moyen (CASTELLA et alii, 2012). Des comparaisons ont déjà été présentées pour la catégorie des gobelets ansés (ou bol et tasse à corps caréné, ibid., fig. 164 et 178). Pour la céramique, le décor incisé est majoritaire avec 402 occurrences d’incisions horizontales répétées (ibid., p. 175 et 177), la cannelure par contre est encore très discrète. Ces motifs composés de groupes d’incisions restent donc un critère d’ancienneté fort, comparativement au début du Bronze final. Ici aussi l’évolution lente des décors et la continuité entre Bronze C et Bronze D sont évoquées. Les auteurs soulignent la difficulté d’établir pour le secteur des statistiques comparatives des décors reconnus vu le faible nombre d’ensembles publiés et leur répartition géographique inégale. La distinction des critères chronologiques pertinents et des particularités régionales ou culturelles reste très aléatoire et le même constat peut être fait pour les formes (ibid., p. 188-189). Cette situation trouve un net écho en Alsace pour le Bronze B et le début du Bronze C. Au-delà de particularismes locaux identifiés ponctuellement, la mise en commun de données chiffrées et de critères spécifiques permettra à l’avenir de proposer de nouvelles pistes pour un phasage plus clair. Un travail d’une telle ampleur a été réalisé en Lorraine et publié récemment (KLAG et alii, 2013) pour l’âge du Bronze final en proposant une classification ascendante hiérarchique de la céramique ordonnée par formes (neuf au total). Ainsi, de nouveaux ensembles montrent qu’une, voire plusieurs phases s’intercalent entre la fin du Bronze moyen et la phase 1 de la sériation du Bronze final, ce que laissait déjà supposer le fort taux de cannelures et de vases globuleux observé dès la phase 11 (VÉBER et alii, 2017 ; KLAG et alii, 2017).

  • 2 Financement SRA Alsace que nous remercions ici.

39Enfin, il convient de faire un point sur la question des datations absolues, un échantillon de charbon de bois ayant été prélevé dans le fond de la fosse 2 (US 6, fig. 4) d’où proviennent la tasse et les gobelets incisés. La datation a été réalisée au laboratoire de Lyon (Lyon-10086, GrA2) et l’âge 14C BP obtenu est de 2965 ± 35 BP (fig. 14). Après calibration avec la courbe IntCal 13, on obtient un âge calibré de 1280 à 1053 av. J.-C. La fourchette obtenue est très vaste, débutant aux alentours de la fin du Bronze final I (Bz D) et se terminant au Bronze final IIb (Ha A2). Soulignons que le passage du Bronze moyen vers le Bz D et la fin du Bz D1 ne sont pas encore très bien établis. Au vu du développement typo-chronologique ci-dessus, cette fourchette semble bien trop récente, les critères morphologiques du lot céramique orientant la datation vers la fin du Bronze C (milieu du XIVe siècle av. J.-C.). Ce phénomène de « rajeunissement » a également été observé pour un autre lot alsacien provenant de Blodelsheim (VÉBER, JODRY, 2014 ; Ly-16309 : 3040 ± 30 BP et Ly-16310 : 3005 ± 30 BP). Dans l’intervalle 1400-1325 av. J.-C., la courbe de calibration 14C montre une anomalie ou effet de ciseau, ce qui pourrait expliquer en partie ces datations plus récentes.

Fig. 14. Courbe de calibration de la datation radiocarbone de l’échantillon provenant de la fosse 2.

40Dans le cadre de la synthèse régionale consacrée au Bronze moyen lors du dernier colloque de Strasbourg, E. Rault (archéologue au PAIR) a réalisé un séquençage (Sequence and Boundaries method) avec les dates actuellement disponibles (VÉBER et alii, 2017) sur le logiciel Oxcal et la courbe IntCal 13. Nous nous focaliserons ici essentiellement sur la phase du Bronze C2. Sur la figure obtenue, c’est la plage la plus ancienne des dates de Furdenheim et Blodelsheim qui a été retenue puisque le mobilier est sensiblement similaire à celui des fosses d’Obernai Schulbach-Nouvel Hôpital (fig. 15).

Fig. 15. Extrait du séquençage d’après les dates absolues obtenues pour le Bronze moyen d’Alsace. En vert, intervalle retenu après le séquençage ; en gris, étendue de la date calibrée (© Estelle Rault).

41Nous avons de notre côté effectué un travail semblable avec le logiciel français Chronomodel (http://www.chronomodel.fr) destiné à créer une modélisation chronologique, basée sur l’approche statistique bayésienne. Après l’enregistrement des dates pour le Bronze moyen, correspondant dans notre cas à des « Évents », nous avons intégré les bornes chronologiques les plus adéquates au mobilier découvert dans les faits. L’enchaînement des phases dans le modèle se fait du Bronze ancien au début du Bronze final. La mise en commun de toutes ces données permet au logiciel de proposer des dates de début et de fin pour chaque phase. Ainsi, pour le Bronze C2, l’intervalle débute vers 1466 av. J.-C pour se terminer vers 1329, avec deux pics situés entre [-1465, -1377] BC et [-1397, -1329] BC (fig. 16). Les résultats obtenus sous Oxcal sont relativement similaires avec une étendue de 1440 à 1340 et des pics identiques correspondant aux deux lots de dates d’Obernai et de Furdenheim/ Blodelsheim. Notons que cette situation n’est que le reflet des données disponibles pour le moment et qu’elle peut changer en fonction des découvertes futures.

Fig. 16. Phase du Bronze C2 d’après le modèle établi sous le logiciel Chronomodel 1.3.4 (réalisation Matthieu Michler).

Conclusion

42Le matériel de Furdenheim 10 rue des Tonneliers est caractéristique de l’étape finale du Bronze moyen (Bz C2), période attestée régionalement de manière ponctuelle pour les sites d’habitat. La majorité des sites contemporains proches ont été découverts lors de diagnostics archéologiques non suivis de fouilles, avec un nombre de faits limités, caractéristique récurrente pour cette période en Alsace.

43Les marqueurs typologiques les plus évidents restent les décors incisés organisés en registres horizontaux ou rayonnants sur le fond, des anses en « X », des profils plutôt sinueux et non segmentés. En l’état actuel de la recherche, le mobilier céramique provenant de contextes domestiques ne présente pas de différences majeures avec celui découvert en contexte funéraire.

44Les quelques dates absolues obtenues sur des sites d’habitat similaires ne viennent pas pour le moment contredire la chronologie classique de cette phase, s’étendant du milieu du XVe au milieu du XIVe siècle avant J.-C. La mise en commun des données, corrélée à une approche quantifiée, permettrait d’observer la fréquence d’apparition de différents critères typologiques pertinents et d’affiner les datations du passage du Bronze moyen au Bronze final régional. Un des sites d’habitat illustrant cette phase est entre autres celui de Meistratzheim Foegel où apparaît le décor cannelé en registres. Le travail typochronologique a en partie déjà commencé dans le cadre de la synthèse alsacienne, lors du colloque consacré au Bronze moyen tenu à Strasbourg fin 2014.

Haut de page

Bibliographie

BOLLY A, 2013, Sainte-Croix-en-Plaine, Haut-Rhin, Lotissement ‘Les Bosquets’ - Rue de l’École / Rue de Woffenheim, Sélestat, PAIR, Rapport de diagnostic, 58 p., 34 fig.

BOLLY A., 2014, Sainte-Croix-en-Plaine, Haut-Rhin, Lotissement ‘Les Bosquets’ - Rue de l’Ecole / Rue de Woffenheim, in : VÉBER C. dir., p. 37-39.

BONNET C., 1973, « Une station d’altitude de l’époque des Champs d’Urnes au sommet du Hohlandsberg », Bull. de la Soc. préhistorique française, 70, p. 455-478.

CASTELLA D., BUARD J.-F., DAVID-ELBIALI M., JACQUAT C., NORTHOVER P.J., OLIVE C., 2012, L’habitat de l’âge du Bronze moyen de Payerne ‘En Planeise’ (canton de Vaud, Suisse), fouilles 1991-1994, Lausane, CAR, 299 p. (Cahiers d’Archéologie romande, 133).

Collectif, 1989, Dynamique du Bronze moyen en Europe occidentale, Actes du 113e congrès national des Sociétés savantes, Strasbourg, 1988, Paris, éd. du CTHS, 603 p.

DAVID-ELBIALI M., FALQUET C., NITU Cl., STUDER J., 2014, Fosses rituelles de l’âge du Bronze au pied du Jura : pratiques sacrificielles à Onnens/Corcelles-près-Concise-Les Côtes (canton de Vaud, Suisse) et contribution à la définition de la phase Bz D1 en Suisse Occidentale, Lausanne, CAR, 352 p., 41 pl., 242 ill. (Cahiers d'Archéologie romande, 147).

FERRIER A., CROUTSCH C., 2013, Obernai (67) : ‘Schulbach’, nouvel hôpital : indices d’occupations du Néolithique moyen et récent, de l’âge du Bronze moyen et de la fin du premier âge du Fer, Sélestat, PAIR, Rapport de fouille, 352 p.

FERRIER A., LOGEL T., 2017, « Ensembles céramiques et occupation du sol entre la fin du Bronze moyen et le début du Bronze final sur la commune d’Obernai (Bas-Rhin, Alsace) et sa région », in : LACHENAL Th. et alii dir., Le Bronze moyen et l’origine du Bronze final en Europe occidentale (XVIIe-XIIIe s. av. J.-C.), Actes du colloque international de l’APRAB, Strasbourg, 17-20 juin 2014, Strasbourg, p. 77-85 (Monographies d’Archéologie du Grand Est, 1).

FLEISCHER F., LEPROVOST C., LOGEL T., PASCUTTO E., PETER C., RAULT E., 2014, « ‘Bernolsheim et Mommenheim’ (Bas-Rhin), Plateforme départementale d’activité de la région de Brumath », in : VÉBER C. dir., p. 67-72.

FLOTTÉ P., FUCHS M., 2000, Le Bas-Rhin, Paris, Acad. des inscriptions et Belles Lettres, 735 p., ill. (Carte archéologique de la Gaule, 67).

GOEPFERT S., 2014, « Meistratzheim, Station d’épuration, Alsace (Bas-Rhin) », in : VÉBER C. dir., p. 49-52.

GRIMMER-DEHN B., 1989, « Neue Funde der mitteleren Bronzezeit (BZ C) im Breisgau », in : Dynamique du Bronze moyen en Europe occidentale, Actes du 113e congrès des Sociétés savantes, Strasbourg, 1988, Paris, éd. du CTHS, p. 103-116.

GUICHARD L., 2000, L’industrie osseuse du Chalcolithique récent et de l’âge du Bronze dans le domaine circum-alpin, Mémoire de Maîtrise sous la dir. de P. Brun, Univ. Paris I, 2 vol.

HAMM E., LASSERRE M., MOMBERT M., 1992, « Le site de Westhouse-Altmatt (Bas-Rhin) : l’occupation de l’âge du Bronze et les bois conservés d’un bassin du Bronze final », Cahiers alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, 35, p. 17-30.

JODRY F., 2009, Furdenheim, Lotissement Viridis, Rue des Tilleuls, Lieu-dit ‘Lange Straeng’ : une fosse de La Tène A-B, Rapport de diagnostic archéologique, Inrap Alsace, 17 p., 11 fig.

KLAG T., KOENIG M.-P., THIÉRIOT F., 2013, « Typo-chronologie de la céramique du Bronze final en Lorraine : premiers éléments de synthèse », in : LECLERCQ W., WARMENBOL E. ed., Échanges de bons procédés : la céramique du Bronze final dans le nord-ouest de l’Europe, Actes du colloque international organisé à l’Université libre de Bruxelles les 1er et 2 octobre 2010, Bruxelles, CReA-Patrimoine, p. 111-144 (Étude d’archéologie, 6).

KLAG T., KOENIG M.-P., RACHET V., THIÉRIOT F., 2017, « Le Bronze moyen et le début du Bronze final en Lorraine », in : LACHENAL Th. et alii dir., Le Bronze moyen et l’origine du Bronze final en Europe occidentale (XVIIe-XIIIe s. av. J.-C.), Actes du colloque international de l’APRAB, Strasbourg, 17-20 juin 2014, Strasbourg, p. 107-135 (Monographies d’Archéologie du Grand Est, 1).

KOENIG M.-P., LAMBERT G., PININGRE J.-F., PLOUIN S., 1989, « La civilisation des tumulus en Alsace et le groupe de Haguenau : aspects chronologiques et culturels », in : Dynamique du Bronze moyen en Europe occidentale, Actes du 113e congrès des Sociétés savantes, Strasbourg 1988, Paris, éd. du CTHS, p. 193-218.

KRUMLAND J., 1998, Die bronzezeitliche Siedlungskeramik zwischen Elsass und Böhmen : Studien zur Formenkunde und Rekonstruktion der Besiedlungsgeschichte von Nord- und Südwürttemberg, Rahden/Westf., Leidorf, 220 p. (Internationale Archäologie, 49).

LANDOLT M., VAN ES M., 2009, « Le dépôt céramique du début du Bronze final d’Entzheim ‘In der Klamm’ (Alsace, Bas-Rhin) », in : BONNARDIN S. dir. et coll., Du matériel au spirituel : réalités archéologiques et historiques des ‘dépôts’ de la Préhistoire à nos jours, Actes des XXIXèmes Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, 16-18 oct. 2008, Antibes, éd. APDCA, p. 215-222.

LASSERRE M., 1998, « Découvertes récentes de la période fin Bronze moyen/début Bronze final dans le département du Bas-Rhin », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 14, p. 135-146.

LEFRANC P., 2007, Innenheim, Duttlenheim, Duppigheim : raccordement de la Voie rapide du Piémont des Vosges (VRPV) à l'autoroute A352, Rapport de diagnostic, Dijon, Inrap GES, 42 p.

LOGEL T., BRIDE M., 2014, « Le dépôt de céramique du Bronze moyen d’Ittenheim (Bas-Rhin) », Bull. de l’Ass. pour la Promotion des Recherches sur l’Âge du Bronze, 12, p. 77-81.

MATHIEU G., MATHIEU M., 1983, « Nouvelles découvertes de l’Âge du Bronze dans le secteur de Meyenheim (Haut-Rhin) », R.A.E., t. 34, fasc. 1-2, p. 41-51.

MICHLER M., 2010, Furdenheim (67) : 10 rue des Tonneliers: une occupation de la fin de l’âge du Bronze moyen, Rapport de diagnostic, Dijon, Inrap GES, 34 p.

MURER A., 2010, Meistratzheim, Station d’épuration intercommunale, Alsace (Bas-Rhin), Rapport final d’opération, Antea, Habsheim, 2 vol., 227 et 385 p.

PIERREVELCIN G., 2015, Furdenheim (67) : ‘Gruen’, complexe judo-basket : des occupations du Bronze final et du Hallstatt C-D1, RFO de fouille archéologique, Sélestat, PAIR, 332 p., catalogue, 296 p. ill.

PINSKER B., 1993, Die Siedlungskeramik der mittleren Bronzezeit am nördlichen Oberrhein, Wiesbaden, Selbstverlag des Landesamtes für Denkmalpflege Hessen, 183 p., 145 pl.

PROUIN Y., 2007, La nécropole d’Ensisheim-Reguisheimerfeld (Haut-Rhin) : illustration des pratiques funéraires au Bronze final en Alsace, Thèse de Doctorat, Univ. de Bourgogne, 2 vol. : vol. 1, 334 p., 143 fig. ; vol. 2, 441 p.

REIMER, P. J. et alii, 2013, « IntCal13 and Marine13 Radiocarbon Age Calibration Curves 0-50,000 Years cal BP », Radiocarbon, 55(4).

ROHMER P., 2005, ZA du Kochersberg, Wiwersheim Bas-Rhin, Rapport de diagnostic, Dijon, Inrap GES.

ROSCIO M., 2011, Nouvelles approches des nécropoles de l’étape ancienne du Bronze final (Bz D-Ha A1) du Bassin parisien au Jura souabe, Thèse de doctorat d’archéologie, Univ. de Bourgogne, 3 vol. : I-437 p., II-570 p et pl., III-140 p.

SCHAEFFER F.-A., 1926, Les tertres funéraires préhistoriques dans la forêt de Haguenau. I. Les tumulus de l’Âge du Bronze, Haguenau, 278 p., 75 fig., 15 pl., 2 cartes.

SCHNEIKERT F., 2008, Gazoduc, Renforcement de l’alimentation en gaz naturel de la Région Ouest de Strasbourg – Liaison routière entre les communes de Ringeldorf et Altorf, RFO de diagnostic archéologique, Strasbourg, Inrap Grand-Est Sud, Vol. 1, texte, 148 p., 23 fig ; Vol. 2, catalogue, 118 p.

STAPEL A.,1999, Bronzezeitliche Deponierungen im Siedlungsbereich Altdorf-Römerfeld und Altheim, Landkreis Landshut, Münster, 540 p., 96 pl., 4 cartes (Tübinger Schriften zur Ur- und frühgeschichtlichen Archäologie, 3).

THÉVENIN A., 1972, « Informations archéologiques. Circonscription d’Alsace », Gallia Préhistoire, 15-2, p. 426, fig. 20.

THÉVENIN A., SAINTY J., PLOUIN S., BESNEHARD C., SCHNITZLER B., 1979, « Fouilles récentes en forêt de Haguenau, 1977-1978 : lieu-dit Kirchlach, communes de Haguenau et Schirrhein, Bas-Rhin », Études haguenoviennes, nelle série, 1979, p. 1-84.

UNZ C., 1973, « Die spätbronzezeitliche Keramik in Südwestdeutschland, in der Schweiz und in Ostfrankreich », Prähistorische Zeitschrift, 48, Heft 1, p. 1-124, 49 pl., 5 cartes.

VÉBER C., 2008, Meistratzheim, Lotissement Foegel, RFO de fouille archéologique, Strasbourg, Inrap GES, Vol. 1, texte, 105 p., 20 fig ; Vol. 2, catalogue, 296 p. ill.

VÉBER C., 2010, « Meistratzheim Foegel, habitat néolithique et protohistorique des bords de l’Ehn : principaux résultats de la fouille de 2007 », Annuaire de la Société d’histoire de Dambach-la-Ville, Barr, Obernai, p. 71-98.

VÉBER C. dir., 2014, L’âge du Bronze moyen et le début de l’âge du Bronze final en Alsace (1650-1200 av. notre ère) : l’apport des nouvelles découvertes, Livret de l’exposition tenue à Strasbourg, 2-26 juin 2014 MISHA, Strasbourg, 112 p.

VÉBER C., 2014, « Wiwersheim (Bas-Rhin), ZA du Kochersberg », in : VÉBER C. dir., p. 84-87.

VÉBER C., JODRY F., 2014, « Blodelsheim, Roggenhouserweg (Haut-Rhin) : un ensemble du Bronze moyen découvert au diagnostic », in : ALBERTI G., FÉLIU C., PIERREVELCIN P. ed., Transalpinare : mélanges offerts à Anne-Marie Adam, Bordeaux, Ausonius, p. 387-400 (Mémoires, 36).

VÉBER C., BILLOT-BRIDE M., FERRIER A., FLEISCHER F., GOEPFERT S., LASSERRE M., LOGEL T., MICHLER M., PASCUTTO E., PLOUIN S., RAULT E., 2017, « Le Bronze moyen et le début du Bronze final en Alsace : état des connaissances », in : LACHENAL T., MORDANT C., NICOLAS T., VÉBER C. dir., Le Bronze moyen et l’origine du Bronze final en Europe occidentale (XVIIe-XIIIe siècle av. J.-C.), Actes du colloque international de l’APRAB, Strasbourg, 17-20 juin 2014, Strasbourg, p. 25-50 (Mémoires d’Archéologie du Grand Est, 1).

Haut de page

Notes

1 Merci à Marie-Pierre Koenig pour ces informations précises.

2 Financement SRA Alsace que nous remercions ici.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Situation géographique du gisement de Furdenheim, 10 rue des Tonneliers (en haut) et carte des sites alsaciens, allemands et suisses mentionnés dans le texte (en bas). (Réalisation Matthieu Michler, Laurie Tremblay Cormier et Yohann Thomas ; Relief : Srtm Data, Cours d’eau : Natural Earth Data).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9981/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Légende Fig. 2. Plan de l’opération de diagnostic (plan et levé topographique : J.-L. Wuttmann, P. Girard, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9981/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Fig. 3. Tableau des caractéristiques morphologiques et métriques des structures. En bas, photographies de terrain. 1. Vue de la structure 2 en cours de décapage ; 2. vue rapprochée de la structure 2 ; 3. vue zénithale du vase-silo. (© Matthieu Michler).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9981/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 4. Relevés en coupes et photographies des structures 1, 4, 2, 5 (clichés et dessins © Matthieu Michler).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9981/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Légende Fig. 5. 1. Vase-silo de Meistratzheim Station d’épuration Intercommunale ST 394 (GOEPFERT, 2014) ; 2. fosse 200 d’Obernai Schulbach-Nouvel Hôpital (FERRIER, CROUTSCH, 2013) ; 3. fosse 1 de Sainte-Croix-en-Plaine, lotissement Les Bosquets (BOLLY, 2013) ; 4. vue rapprochée du vase retourné dans la fosse 2 de Furdenheim (Matthieu Michler).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9981/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Légende Fig. 6. Décompte du corpus céramique, répartition par type de pâte et caractéristiques morphométriques.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9981/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 7. Formes basses provenant de la structure 2. (cercle noir, céramique fine ; cercle noir et blanc, céramique mi-fine) Échelle 1/3 (dessins Jean-Luc Issele, Matthieu Michler).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9981/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 8. Planche comparative pour la tasse (en haut) et les gobelets ansés (en bas) de Furdenheim (pour les références bibliographiques, voir le texte). Échelle 1/3.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9981/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Légende Fig. 9. Formes hautes (mis à part la jatte n° 1) de la structure 2. (cercle noir = céramique fine ; cercle noir et blanc = céramique mi-fine ; cercle blanc = céramique grossière). Échelle ¼ (dessins Jean-Luc Issele, Matthieu Michler).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9981/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 10. Planche comparative pour les jattes et les pots. Échelle 1/5 (pour les références bibliographiques, cf. le texte).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9981/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 11. Mobilier de la structure 1 (échelle 1/3).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9981/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 12. Vases de la structure 5 (échelle 1/4) (dessins Jean-Luc Issele, Matthieu Michler).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9981/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 13. Sélection de photographies réalisées par François Schneikert. 1. Les petits récipients et l’outil en os ; 2. vue de la surface du vase de stockage 2.013 ; 3. détail du décor incisé sur le fond du vase 2.010.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9981/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Légende Fig. 14. Courbe de calibration de la datation radiocarbone de l’échantillon provenant de la fosse 2.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9981/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 15. Extrait du séquençage d’après les dates absolues obtenues pour le Bronze moyen d’Alsace. En vert, intervalle retenu après le séquençage ; en gris, étendue de la date calibrée (© Estelle Rault).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9981/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 16. Phase du Bronze C2 d’après le modèle établi sous le logiciel Chronomodel 1.3.4 (réalisation Matthieu Michler).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/9981/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthieu Michler, « Occupation de la fin du Bronze moyen à Furdenheim (Bas-Rhin) », Revue archéologique de l’Est, tome 66 | 2017, 353-370.

Référence électronique

Matthieu Michler, « Occupation de la fin du Bronze moyen à Furdenheim (Bas-Rhin) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 66 | 2017, mis en ligne le 11 octobre 2018, consulté le 18 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rae/9981

Haut de page

Auteur

Matthieu Michler

Institut national de recherches archéologiques préventives, Centre archéologique de Strasbourg, 10 rue d’Altkirch, 67100 Strasbourg - UMR 7044-Archimède, Strasbourg.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page