Skip to navigation – Site map

HomeNuméros56Avant-propos

Author’s notes

Ce numéro n’aurait pu voir le jour sans le travail rapide, efficace et discret d’Ersie Leria, Inès Et-Taoui, Barbara Muller, Andrew Eastman et Lyndon Higgs.

Full text

1À l’heure où notre collègue et ami Jean-Jacques Chardin s’apprête à prendre une retraite bien méritée et à transmettre le flambeau à de jeunes enseignantes-chercheuses et enseignants-chercheurs, les contributeurs et contributrices à ce volume souhaitent rendre hommage à ses talents de passeur par une réflexion autour des notions de transmission, de transposition et de transformation telles qu’elles s’appliquent à l’Angleterre de la première modernité. Faisant œuvre de pédagogue, Jean-Jacques Chardin a, tout au long de sa carrière, transmis un savoir, une méthode et surtout une passion pour la littérature, les arts et l’histoire de la pensée des périodes anciennes à des générations d’étudiants, décentrant leur regard et transformant ainsi leur vision du monde.

2Par son enseignement, par les conseils prodigués à ses doctorants, par les ouvrages et les articles qu’il a rédigés, Jean-Jacques Chardin a toujours eu à cœur de promouvoir la recherche autour de l’Angleterre des xvie et xviie siècles. Il s’est tout d’abord intéressé, presque malgré lui, à la littérature fin-de-siècle ; sa thèse portait en effet sur le poète décadent Ernest Dowson. Il s’est très tôt tourné, avec appétence et enthousiasme, vers le théâtre et la poésie de Shakespeare avant de consacrer ses recherches à l’emblématique, champ scientifique inexploré dans le domaine de l’anglistique en France, mais qu’il a grandement contribué à défricher et à faire (re)connaître. L’emblème, cet objet littéraire et esthétique, eut une belle fortune dans l’Europe de la première modernité ; l’Angleterre ne fit pas exception à cet engouement pour le genre. Typiquement tripartite – avec son illustration, sa devise et sa glose poétique – l’emblème repose sur la relation intime que la devise et la glose poétique nouent avec l’illustration. Ces jeux d’échos, ces transpositions, ces relations intermédiales, Jean-Jacques Chardin les a pleinement explorées ; il a aussi fait porter son étude sur la richesse intertextuelle des emblèmes, nourris de références et d’emprunts à une culture commune. Les emblèmes offrent en quelque sorte un condensé de l’épistémè de la première modernité. Ils transmettent, en outre, un sens et une pensée ; ils transposent également un code sémiotique (celui de l’image) dans un autre code (celui du texte poème), juxtaposant ou plutôt entrelaçant deux systèmes de signes ; ils se réapproprient par ailleurs leurs sources et les transforment, allant jusqu’à les gauchir, voire à les subvertir. Ce faisant, ils éduquent le spectateur ; le conditionnant et jouant avec lui, in fine, ils le transforment.

3Ce volume a pour objectif de mettre en évidence les réseaux de sens que recèlent les notions de transmission, de transposition et de transformation dans l’Angleterre de la première modernité. La première partie est consacrée à la portée didactique de certains textes, en tant qu’ils sont vecteurs d’un enseignement. La deuxième partie s’intéresse à l’échange, ce point de contact, parfois de friction, qui induit souvent une transposition du matériau objet de l’échange. La troisième partie porte sur l’appropriation et la constitution du patrimoine culturel légué par la première modernité, patrimoine qui se transmet par-delà les siècles, se transforme et se reconstitue au fil du temps.

4Transmission, transposition, transformation sont les trois forces qui donnent vie à la culture, par l’entrelacement de la tradition et de l’originalité dans les représentations, particulièrement de la Renaissance aux Lumières. Au-delà de la Querelle des Anciens et des Modernes, reprise à la toute fin du xviie siècle par Swift dans The Battle of the Books, on peut voir poindre puis s’affirmer au fil des textes littéraires, notamment de fiction, le rôle d’un individu acteur de son destin. Pour qu’il le devienne, le récit doit l’inscrire dans un processus d’apprentissage, dispositif qui trouvera son accomplissement dans le Bildungsroman émergeant à la fin de la période avec Goethe et Austen. Presque tout le roman du xviiie britannique travaille cette dynamique de maturation des personnages, et par identification, pense-t-on, celle du lecteur et de la lectrice, surtout s’ils sont, comme l’exprime Samuel Johnson, jeunes, ignorants et oisifs (« These books are written chiefly to the young, the ignorant, and the idle, to whom they serve as lectures of conduct, and introductions into life », Rambler 4, 1750). Reprenant le « dulce et utile » d’Horace, Richardson expliquait à une admiratrice en 1755 « Instruction is the pill ; amusement is the gilding ». Il s’agit bien d’éduquer le lecteur, et plus encore la lectrice, de lui faire vivre par procuration ce qu’il pourrait lui arriver en s’affranchissant des préceptes, des rôles assignés, en donnant plus d’importance au personnel qu’au collectif. Contrairement aux nombreux romans qui sont restés dans l’obscurité, ceux qui sont entrés tôt dans le canon littéraire présentent un tel apprentissage par le biais de l’acquisition de compétences en tant qu’individu sachant apprécier la distance apportée par l’ironie, voire le sarcasme d’une Burney ou d’une Austen, et avant elles d’un Sterne. Une telle lecture dont le plaisir vient de la simultanéité de plusieurs niveaux de représentation n’est pas étrangère à celle des emblèmes, dont l’intermédialité met l’esprit en branle. Rassemblant les contributions de jeunes chercheurs dont Jean-Jacques Chardin a encadré les travaux sur les livres d’emblèmes et la poésie du xviie siècle, la première partie du volume est centrée sur la transmission et plus particulièrement les processus didactiques de celle-ci.

5La figure de l’érudit, de l’homme sage à la parole rare, par qui circule le savoir, en laquelle il est tentant de projeter Jean-Jacques Chardin, est mise en exergue par Émilie Jehl à travers le premier recueil anglais d’emblèmes tripartites, le Choice of Emblemes de Geffrey Whitney (1586). En acculturant l’art emblématique européen, Whitney participe à la construction de l’identité anglaise par réfraction, prouvant au Continent la maturité de la langue et de la culture anglaises, désormais capables elles aussi de produire un recueil s’inscrivant dans la tradition européenne des livres d’emblèmes. Au-delà de ce rôle diplomatique dans son contexte de production initial, grâce à la figure du sage transposé dans un contexte contemporain ce volume met en avant la construction d’un rapport individuel au savoir, la nécessité d’un esprit actif sollicité par l’intermédialité des emblèmes, que chaque lecteur est invité à exercer.

6Éveiller une telle démarche intellectuelle est ce qui anime Minerva Britanna (1612), transposition partielle en livre d’emblèmes du Basilikon Doron, le traité d’éducation du roi Jacques destiné à son fils. Cezara Bobeica s’attache à plusieurs des méthodes didactiques de ce livre d’images augmenté ayant pour objet de faire réfléchir un jeune prince à l’art de bien gouverner en se faisant aimer du peuple plutôt qu’en le tyrannisant. Ainsi la combinaison de l’allégorie animale montrant prédateurs et proies, de l’effet dialogique créé par le jeu entre l’image et les textes qui l’entourent, et des exemples bibliques et antiques doit convaincre le lecteur de l’importance de la libéralité et de la bienveillance.

7Tous les destinataires des livres d’emblèmes n’étaient cependant pas aristocratiques, comme le montre Pierre Le Duff dans son étude de la Collection of Emblems publiée en 1635 par George Wither. Le jeu, la fortune, la chance constituent les instruments accrocheurs qui lui permettent d’adresser un format codifié pour une élite à un public plus vaste grâce à une roue de loterie. Cette pédagogie par le jeu donne accès à une réflexion sur la prédestination et le libre arbitre : en explicitant le déchiffrage des emblèmes tout en proposant plusieurs interprétations, elle donne à tout esprit actif les clés de l’herméneutique picturale et de la logique d’exégèse.

8La transmission d’une méthode se trouve aussi au cœur de l’ouvrage de Richard Crashaw, Carmen Deo nostro (1652). Fabrice Schultz démontre comment la voix poétique se fait à la fois écolier et maître, « scholler » et « master », dans ce recueil de poèmes directement inspiré par des éditions récentes en anglais de Thomas a Kempis et de Thérèse d’Avila. La transmission se fait d’abord d’un texte à l’autre, puis vers le lecteur à qui l’incarnation du poème par une lecture à voix haute, telle une prière, est recommandée pour accéder à son tour à l’expérience mystique dont il est fait part.

9Ces quatre contributions examinent ainsi différentes facettes de l’enseignement, différentes manières de transmettre à la fois les connaissances et les modes d’accès à celles-ci, avec pour but une autonomisation de l’individu dont la portée dépasse le cadre chronologique de la première modernité.

10L’échange, sous diverses formes, est au cœur de la deuxième partie de ce volume, comme il est au centre de l’activité de l’enseignant et du chercheur. Il est la manifestation d’un point de contact où s’élaborent des relations de différents types, ainsi qu’en témoigne, par exemple, l’abondante circulation des idées et des textes entre les îles Britanniques et l’Europe continentale à l’époque de la première modernité. Qu’on en juge par la diffusion sur le sol anglais des écrits monarchomaques ayant accompagné les conflits religieux en France à la fin du xvie siècle ou par ce texte polémique, A Conference about the Next Succession to the Crown of Ingland, publié à Anvers en 1595 et probablement rédigé par le Jésuite Robert Parsons, texte qui fut ressuscité en 1648, quoique amputé et sous un autre titre, par un imprimeur de la sphère radicale, à un moment où l’avenir de la monarchie Stuart était vivement débattu, avant d’être publié, en feuilleton, dans un hebdomadaire défendant des thèses radicales. Qu’on en juge également par la fortune de The Agreement of the People, projet de constitution élaboré par les Niveleurs dans sa troisième version en 1649 qui fut traduit en français pour servir les Frondeurs bordelais en 1653, avec, semble-t-il, l’assentiment d’Oliver Cromwell alors que celui-ci n’avait aucune sympathie pour les Niveleurs. À l’instar de The Agreement of the People, les écrits peuvent parfois se transformer, voire se métamorphoser, au contact des espaces où ils circulent, et il leur arrive alors de servir d’autres desseins que ceux pour lesquels ils furent rédigés en premier lieu.

11Relativement à la diffusion des idées et des textes, l’étude des relations trans-Manche est plutôt féconde. Henry V, drame historique de William Shakespeare offre une magnifique représentation des échanges, guerriers en l’occurrence, entre l’Angleterre et la France. Cette pièce est l’objet de la contribution d’Anny Crunelle, qui l’analyse du point de vue de la représentation de l’échange économique. Anny Crunelle met en évidence l’analogie entre le signe monétaire et le signe linguistique, analogie qui apparaît dès la première intervention du Chœur. C’est la richesse du théâtre, en particulier du théâtre shakespearien, tout entier contenu dans son « O de bois » (« wooden O »), de créer à la fois des symboles et de la valeur.

12D’une pièce de Shakespeare à l’autre, ce sont différents types d’échanges qui se donnent à voir. S’appuyant sur les outils de la géocritique, Monica Matei-Chesnoiu livre une réflexion sur les références dans Mesure pour Mesure à ces territoires est-européens que sont la Hongrie, la Pologne et la Russie, en tant qu’ils constituent un espace périphérique à l’Europe de la première modernité, quoiqu’ils soient parfaitement intégrés aux échanges politiques, diplomatiques et économiques. Cet espace est en réalité d’autant plus essentiel qu’il est transgressif : il transpose et subvertit les valeurs occidentales pour en donner une vision décentrée. Monica Matei-Chesnoiu émet l’hypothèse qu’à travers cette autre Europe, la pièce de Shakespeare questionne la vision ouest-européenne des droits et des libertés politiques.

13Anna Maria Cimitile se penche sur un autre type d’espace et sur une autre forme de transposition : la représentation, dans les productions visuelles d’artistes de la première modernité, de la métamorphose de Myrrha, scène inspirée d’Ovide lors de laquelle celle qui donnera vie à Adonis se transforme en arbre. Le mythe de Myrrha, être hybride à la frontière de l’humain et du végétal, offre aux artistes matière à réflexion sur le corps féminin. Ces transpositions visuelles soulèvent la question de la réappropriation du récit ovidien, dont les éléments païens se mêlent à des inspirations chrétiennes, contribuant à créer un espace culturel d’une richesse foisonnante.

14Mathias Bauer, Sara Rogalski et Angela Zirker s’intéressent à l’espace culturel collaboratif, creuset littéraire et esthétique dans lequel opère le processus de co-création qui caractérise maintes œuvres de la première modernité. L’économie de l’emprunt et du recyclage au centre de la production textuelle de cette époque donne ainsi lieu à des mécanismes de transposition, à la faveur desquels le tout ne se résume pas à l’ajout de parties. Les auteurs de cette contribution illustrent leur concept d’interdépendance par une réflexion s’appuyant sur A Choice of Emblemes de Geffrey Whitney, livre d’emblèmes, et The Temple, recueil de poèmes de George Herbert. En une savoureuse mise en abyme, ils donnent à comprendre les transpositions à l’œuvre dans cet espace de co-création.

15Jean-Louis Claret explore le « lieu shakespearien » en tant qu’il est porteur d’une pensée complexe, faisant se rencontrer des contraires et faisant fusionner les valeurs antithétiques caractéristiques de la première modernité. Il étudie notamment la façon dont cette pensée s’incarne dans les relations entre les personnages de plusieurs pièces du corpus du dramaturge, la façon dont elle est illustrée par les questions liées à la représentation et au trajet de la réception des pièces ainsi que la façon dont elle s’exprime dans la langue de Shakespeare, polysémique et polyphonique. C’est une langue qui métamorphose les « mots de la tribu », pour reprendre la belle expression mallarméenne, et qui, de travestissements en transpositions, donne un sens renouvelé aux échanges irriguant l’espace politique, social et culturel de l’Europe de la première modernité.

16La dernière partie de ce recueil nous invite à une réflexion sur les modalités précises de la transmission, non seulement parce que celle-ci est marquée par les vicissitudes de l’histoire, mais aussi parce qu’aucun héritage ne saurait se transmettre à l’identique : on pourrait même dire que toute transmission réussie ne l’est que par appropriation. Pour reprendre une thématique importante des études sur la Renaissance, on peut penser au pétrarquisme : les modalités de réception et donc d’appropriation de Pétrarque sont multiples, de l’adhésion au rejet en passant par la transformation. Elles varient selon qu’on se situe en Italie (des strambottistes et de la poésie bernesque au classicisme pétrarquisant de Bembo, jusqu’au marinisme du xviie siècle), en France (des traductions de Marot au néopétrarquisme de Desportes, en passant par l’âge d’or de la Pléiade), ou dans le reste de l’Europe (chez les pétrarquistes majeurs que furent Boscán, Camões, ou encore Opitz, parmi tant d’autres), sans oublier bien sûr l’Angleterre (de Wyatt et Surrey jusqu’à Milton, en passant par la « folie du sonnet » des années 1590). Pétrarque nous présente déjà dans sa poésie sa relecture de poèmes majeurs de l’Antiquité, comme ceux de Virgile et d’Ovide ; il nous propose aussi sa médiation de la pensée de Saint Augustin, dont il fait un élément véritablement structurant de son mode d’écriture. Les successeurs anglais de Pétrarque commencent à recevoir son œuvre au moment où l’Europe en général, et l’Angleterre en particulier, se trouvent profondément affectées par la Réforme. La poésie du toscan devient non seulement modèle poétique, mais aussi parfois modèle moral, notamment dans une lecture protestante des sonnets dits babyloniens qui perdura au moins jusqu’à Milton. Ce qui fait la force de la tradition pétrarquiste, c’est la manière dont son cadre structurant se prête à une réinvention constante, sans cesse renouvelée, parfois à contre-emploi. Les contraintes qu’elle impose s’avèrent fertiles en tant qu’elles transmettent une véritable énergie (energeia, faudrait-il peut-être écrire) à celles et ceux qui s’en emparent, et dynamise leur écriture.

17Ainsi, pour transmettre, il s’agit certes d’être dépositaire d’un savoir, mais aussi, et peut-être surtout, de créer une dynamique, d’animer au sens propre ce qui est transmis. Les contributions de cette dernière partie abordent la postérité historique, la construction de la mémoire du passé, et l’invention de la tradition. Elles nous rappellent le rôle fondamental de la mise en texte de la connaissance, et parfois la mise en scène de l’histoire (sur les planches) ou dans l’histoire (dans le théâtre du monde). Elles permettent la circulation des textes, qui à son tour constitue une étape indispensable à leur intégration à un patrimoine commun. La circulation des textes, les multiples phénomènes d’appropriation ne sont pas linéaires : s’il existe des phénomènes de sédimentation culturelle, ceux-ci peuvent être interrompus avant de connaître (ou pas) une résurgence, au gré des évolutions anthropologiques, sociales et culturelles, et de la perception que chaque période se fait des précédentes. La transmission se fait parfois méta-transmission : les modalités même de l’appropriation s’en trouvent répliquées, mais aussi transformées de l’intérieur en s’appliquant à elles-mêmes.

18Monique Vénuat s’intéresse à la figure de Thomas Cranmer, centrale dans l’histoire religieuse et politique de l’Angleterre de la première modernité. Bien qu’il jouât un rôle de premier ordre au cours de la Réforme henricienne, les années 1540 révélèrent que son action était régie avant tout par le principe de soumission au roi. Pendant le règne d’Edouard VI, cependant, Cranmer put véritablement promouvoir la Réforme en Angleterre. Avec l’accession au trône de la catholique Marie Tudor, l’ancien conseiller d’Henri VIII se vit contraint à l’apostasie, avant de se rétracter de manière spectaculaire sur le bûcher, dans une expression exemplaire de l’ars moriendi renaissant. Il scella ainsi sa propre légende, mais aussi, dans une certaine mesure, l’avenir de l’Église d’Angleterre, en contribuant à rendre impossible un rapprochement avec Rome à moyen et long terme.

19Les modalités de l’inclusion dans une mémoire culturelle collective sont analysées avec minutie par Stefanie Lethbridge dans son étude de la transmission des poèmes issus des anthologies du xvie siècle sur le long terme, et notamment dans les anthologies plus tardives, qui témoignent de la manière dont une nation envisage le rapport à son passé et à son héritage. Les poèmes issus de Songs and Sonettes (ou Tottel’s Miscellany) et Englands Helicon, en particulier, connaissent une présence marquante dans les anthologies généralistes à partir du début du xixe siècle. C’est surtout le cas des poèmes liés à la thématique amoureuse (par opposition aux poèmes didactiques). L’effort des éditeurs Renaissants n’est pas sans importance lui-même : en revendiquant la valeur du vernaculaire anglais dans des pièces qui relèvent de la sphère privée, Tottel conféra au poème lyrique une pertinence en termes d’identité nationale. Cela ne manqua pas de faire écho aux préoccupations du xixe siècle, où le poème lyrique fut compris comme fondation de l’identité nationale anglaise.

20La contribution de Danièle Berton-Charrière se concentre sur une transmission plus directe : dans son Basilikon Doron (achevé autour de 1599), le roi Jacques Ier prodigue son instruction à son fils le prince Henry Frederick. Selon cet ouvrage, le souverain doit être honnête homme, chrétien vertueux, et parangon de vertu. Les Lettres sont fondamentales dans l’éducation princière, qui repose principalement sur la Bible et sur les auteurs classiques, et s’appuie sur les modèles humanistes. La réflexion suit les méandres des lignées aristocratiques, qui peuvent s’organiser sur le modèle de la racine, mais aussi sur celui du rhizome, et qui ancrent les Stuart dans un environnement européen. Le lignage est lui-même une construction, souvent mythique, parfois produite par les poètes, parfois revendiquée par plusieurs ensembles nationaux ou proto-nationaux. La figure de Charlemagne, que se disputeront plus tard les mythes nationaux français et allemands, devient chez Tourneur le personnage de Charlemont, reflet du roi Jacques. Bien que le legs de Jacques fût victime des vicissitudes de l’histoire, le traité lui-même, réceptacle des espoirs d’un roi, témoignage d’un idéal d’éducation princière, document précieux pour les historiens, demeure.

21Mickaël Popelard nous présente un exemple a priori bien différent, dans lequel la notion même d’héritage semble remise en question. Francis Bacon s’oppose en effet à la tradition aristotélicienne et scolastique, qui lui parait faire obstacle au savoir davantage que d’en offrir les fondements. Attrayante, mais stérile, produisant des débats sans fin et des discours sans fond puisqu’elle porte sur les mots plutôt que sur les choses. La transmission est en ce sens stagnation ; pour autant, elle reste une étape indispensable d’une appropriation critique de la tradition. La nouvelle méthode part de l’expérience plutôt que des livres, est inductive plutôt que déductive, et a pour but de connaître et de transformer le monde plutôt que de produire des savoirs. Elle repose cependant sur l’image de l’abeille, si centrale dans la théorie classique et renaissante de l’inventio : l’insecte fait son miel de ce qu’il a su cueillir dans la nature, non seulement par compilation, mais aussi par transformation. Elle s’incarne dans l’aphorisme, élément d’une culture renaissante de l’anthologie et instrument de défense d’un savoir éclaté, et à l’image philosophique, véritable image agissante en ce qu’elle met en branle un désir de connaître. C’est donc la tradition, plutôt que la transmission, que rejette le philosophe ; son exemple démontre en outre que l’héritage n’est jamais fixe, que la transmission ne peut se faire strictement à l’identique, sous peine de disparaître. C’est au contraire en tant que mise en mouvement, génération et dynamisation du rapport au savoir qu’elle prend tout son sens.

22La dernière étude montre les transformations de la modalité même de la mise en texte. Dans son étude de la description de l’apparence externe des personnages à l’époque de la Renaissance, Monika Fludernik s’applique à vérifier la validité de la thèse selon laquelle la description se fait de plus en plus réaliste d’un siècle à l’autre du Moyen Âge au xixe siècle, laissant progressivement de côté sa dimension morale et allégorique. Convoquant des extraits des Contes de Conterbéry de Chaucer, de l’Arcadie de Sidney, et de Doctor Thorne de Trollope, cette contribution confirme le passage d’une vision « aperspectivale », caractéristique de l’oralité, chez Chaucer, à la présentation organisée d’une personnalité fortement individualisée chez Trollope. Les textes Renaissants comme celui de Sidney semblent bien se situer à un moment de transition : si la Renaissance connaît une grande variété de modes de description, elle y reste conforme aux codes classiques, et l’aspect moral y prend encore le pas sur l’aspect physique, dont la caractérisation reste assez vague, et ne se précisera qu’assez tard au xviiie siècle.

23C’est ce patrimoine Renaissant, de Shakespeare aux livres d’emblèmes, que Jean-Jacques Chardin, tout uniment dans ses travaux de recherche et dans sa mission d’enseignant, s’est employé durant sa carrière à faire vivre, avec brio, passion et humilité. Nous lui en savons infiniment gré.

Top of page

References

Bibliographical reference

Anne Bandry-Scubbi, Laurent Curelly and Rémi Vuillemin, “Avant-propos”Recherches anglaises et nord-américaines, 56 | 2022, 5-12.

Electronic reference

Anne Bandry-Scubbi, Laurent Curelly and Rémi Vuillemin, “Avant-propos”Recherches anglaises et nord-américaines [Online], 56 | 2022, Online since 01 February 2024, connection on 20 April 2024. URL: http://journals.openedition.org/ranam/521; DOI: https://doi.org/10.4000/ranam.521

Top of page

About the authors

Anne Bandry-Scubbi

SEARCH UR 2325, Université de Strasbourg

Laurent Curelly

ILLE EA 4363, Université de Haute-Alsace

Rémi Vuillemin

SEARCH UR 2325, Université de Strasbourg

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-SA-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-SA 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search