Navigation – Plan du site

Des poteaux, des greniers et des graines. Une zone de stockage de masse à La Tène C2/D1a au « Clos des Primevères » à Entrammes (Mayenne)

A - Les structures et le mobilier/B - les macro-restes végétaux
Postholes, granaries, and seeds. A bulk storage at La Tène C2/D1a at the “Clos des Primevères” at Entrammes (Mayenne, France) A - Structures and finds/B - Vegetal macroremains
Von Pfosten, Speicherbauten und Körnern: Eine Zone massenhafter Getreidespeicherung der Stufe Laténe C2/D1 im Bereich der Fundstelle „Clos des Primevères“ bei Entrammes (Mayenne) A - Archäologische Befunde und Funde/B – Die pflanzlichen Makroreste
Von Pfosten, Speicherbauten und Körnern: Eine Zone massenhafter Getreidespeicherung der Stufe Laténe C2/D1 im Bereich der Fundstelle „Clos des Primevères“ bei Entrammes (Mayenne) A - Archäologische Befunde und Funde/B – Die pflanzlichen Makroreste
Gérard Guillier, Axel Levillayer, Bénédicte Pradat, Valérie Deloze et Philippe Forré
p. 177-260

Résumés

La fouille en 2008, au sud d’une voie gauloise puis antique, de plus de quatre-vingt greniers sur planchers surélevés attribuables à La Tène C2-D1a, organisés en rangées parallèles orientées environ nord-sud, fait apparaître un type d’organisation pour l’instant unique dans l’ouest de la Gaule. Ces greniers, constitués essentiellement de structures à quatre trous de poteau, sont accompagnés de deux zones d’habitat, incomplètes, matérialisées par plusieurs bâtiments, puits et fosses dépotoirs. Ces découvertes pourraient appartenir à un habitat groupé antérieur à l’oppidum du Port du Salut, présumé lors de la fouille du site de la Carie II, et permettent de constater un stockage de masse dans un tel contexte. Le prélèvement de deux cent douze échantillons de sédiment effectués dans soixante greniers a permis de mettre en évidence près de 75 000 macro-restes végétaux. Ce lot est essentiellement composé de blé amidonnier à 82 %, mais aussi d’orge vêtue, de millet, d’épeautre et d’avoine ainsi que de nombreuses espèces adventices. L’étude, qui met en relief la recherche carpologique dans la démarche archéologique, présente un intérêt majeur pour l’avancée des connaissances sur l’agriculture et l’alimentation végétale au second âge du Fer dans ce secteur de la façade atlantique. Elle permet de nous interroger sur les pratiques culturales, le traitement des récoltes ainsi que sur le choix d’une culture centrée d’évidence sur le blé amidonnier. Cette zone de stockage à grande échelle d’une même espèce céréalière, pour la période du IIème s. avant notre ère, montre une organisation structurée mettant en scène une zone d’échange et de spécialisation insoupçonnée. La destination de telles réserves n’a pas pour vocation l’alimentation quotidienne mais est au contraire d’ordre commercial.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La ville d’Entrammes, localisée à environ huit kilomètres au sud de Laval, dans le sud du département de la Mayenne (fig. 1), est située à proximité de la confluence entre la Mayenne et la Jouanne. Implantée sur la partie supérieure d’un petit bombement au sein d’une vaste pénéplaine au relief faiblement ondulé, la parcelle fouillée, relativement plane, domine le bourg d’Entrammes depuis l’est ainsi que la Jouanne qui serpente au nord. Cette parcelle en limite nord-est de la ville actuelle, marque l’extension orientale d’une vaste zone pavillonnaire, comprise entre la RD 103 ou route de Parné-sur-Roc et la RD 565 ou route de Forcé. Elle est localisée au lieu-dit « Le Clos des Primevères » (fig. 2). Cette opération de fouille préventive effectuée par l’Inrap (Guillier, 2009), fait suite à un diagnostic archéologique par sondages mécaniques lié à un projet de lotissement (Guillier, 2006b). L’intervention sur le terrain, effectuée du 19 mai au 31 juillet 2008, a mobilisé de six à sept archéologues.

Figure 1 : Localisation d’Entrammes (Mayenne) dans l’ouest de la Gaule (haut) et au sein de la cité des Diablintes.
Figure 1: Location of Entrammes (Mayenne) in the west of Gaul (top), within the territory of the Diablintes.

Figure 1 : Localisation d’Entrammes (Mayenne)         dans l’ouest de la Gaule (haut) et au sein de la cité des         Diablintes.Figure 1: Location of Entrammes         (Mayenne) in the west of Gaul (top), within the territory of the         Diablintes.

D’après E. Le Goff, 2003.

Figure 2 : Entrammes (53), localisation de l’oppidum du Port du Salut, de la ville antique et du Clos des Primevères (équidistance des courbes : 5 m).
Figure 2: location of the oppidum of Port du Salut, the ancient city and the Clos des Primevères (curve interval: 5 m).

Figure 2 : Entrammes (53), localisation de         l’oppidum du Port du Salut, de la ville antique         et du Clos des Primevères (équidistance des courbes : 5 m).Figure 2: location of the oppidum of Port du Salut, the         ancient city and the Clos des Primevères (curve interval: 5         m).

Un contexte archéologique dense

2Le pagus d’Entrammes recouvre, du bassin de Laval à Château-Gontier, le tiers sud de la cité gauloise puis romaine des Aulerques Diablintes, dont le chef-lieu a été successivement localisé pour ces périodes sur l’oppidum de Moulay près de Mayenne (fig. 1) puis à Nouiodunum/Jublains (Naveau, 1992a, 1997). Il est possible qu’un gué sur la Mayenne ait attiré très tôt l’occupation dans ce secteur ; situé à l’ouest de l’actuelle abbaye du Port du Salut, ce point de passage connu depuis 1870 par des monnaies romaines (Angot, 1910) pourrait être plus ancien. Ce franchissement est emprunté par la voie romaine menant de Vindinum (Le Mans) à Condate (Rennes), dont le tracé est visible sur le cadastre ancien (fig. 2). De nombreux chemins convergent vers ce gué, seul réel point de passage sur la Mayenne dans la moitié sud du département (Angot, 1910 ; Naveau, 1991b, 1992a et 1997), leur disposition en étoile autour d’Entrammes met en relief l’importance de ce site (Naveau, 1997, fig. 26).

3Ce passage devait être à La Tène finale contrôlé par l’oppidum du Port du Salut (fig. 2), ce qui fait écrire à Jacques Naveau pour la voie Le Mans-Rennes (1997, p. 53) « qu’il s’agit d’une création romaine qui peut utiliser des tronçons [de voie] de l’âge du Fer au voisinage des gués ». Cet oppidum est ponctuellement reconnu par des tronçons de rempart, les traces d’un fossé associé et une étude du cadastre. L’ensemble occupe une surface de cinquante-cinq hectares et domine le site d’habitat gaulois puis antique de La Carie, situé en contrebas, à environ trois cents mètres à l’est (Guillier et al., 2013 ; fig. 2). Le mobilier de La Tène finale, mis au jour lors de la fouille du fanum, au centre de l’oppidum, peut être comparé à celui d’un tronçon de fossé fouillé en 1976 à la carrière d’Ecorcé à quatre cents mètres à l’est-nord-est des thermes d’Entrammes, fossé qui marquerait une occupation indigène située le long de la voie Le Mans-Rennes (Naveau, 1977, 1992a). D’autres ensembles fossoyés remontant à l’Indépendance ou à la période romaine sont situés à l’intérieur de l’oppidum (Naveau, 1991b). Un récent diagnostic archéologique, effectué dans la partie nord de la fortification, a confirmé l’existence de structures gauloises, peu denses à cet endroit (Morin, 2007). Il existe également sur le reste de la commune une dizaine d’ensembles fossoyés révélés essentiellement par la photographie aérienne. Il s’agit vraisemblablement de fermes indigènes (Naveau, 1991b, 1992a).

4Si la fin de l’âge du Fer est bien illustrée et montre un territoire densément occupé et mis en valeur, la période suivante fournit des vestiges spectaculaires. Il s’agit, situé au centre de l’oppidum, d’un fanum de plan carré de treize mètres de côté, accompagné d’un vaste bâtiment rectangulaire à galerie de façade, (Naveau, 1982, 1992a), des thermes mis au jour dans l’église paroissiale en 1987 (Naveau, 1991a, 1992b) et d’un vaste bâtiment public non encore clairement identifié et découvert rue du Maine (Guillier, 2006a ; fig. 2).

5De manière plus précise, la parcelle concernée par le présent article est localisée à quelques mètres au sud de la voie gauloise puis antique Le Mans (Vindinum)-Rennes (Condate) au tracé bien connu (Naveau, 1997, fig. 18 : voie 5 et p. 52-53) et jouxte, au sud, le site de la carrière d’Écorcé (Naveau, 1976-1977, 1992a, p. 124 ; fig. 2), où « un fossé au profil en V appartenant à un enclos rectiligne a été sondé en 1976 sur une longueur de dix mètres. Le mobilier assez abondant trouvé dans son remplissage remonte au iisiècle avant J.-C. ». Cette parcelle est également proche, au nord, du site de La Furetière (Naveau, 1992a, p. 124), où il a été découvert par photographie aérienne un « vaste enclos quadrangulaire à double fossé », ainsi qu’un fanum romain.

Environnement naturel et données spécifiques du terrain (V. D.)

6Située au sud-est de Laval, dans la partie centre-sud de la Mayenne, Entrammes s’intègre dans le synclinorium médian armoricain au niveau du « bassin de Laval ». Il se compose d’un faisceau d’assises rapportées au Paléozoïque depuis la base du Cambrien jusqu’au Carbonifère supérieur, avec un fond sédimentaire détritique affecté d’une intense schistosité, où s’intercalent localement des formations volcaniques ou carbonatées et des passées charbonneuses (Tréguier, 2010).

7Les fouilles se placent sur un plateau d’interfluve bordé au nord par la Jouanne et à l’est et à l’ouest par deux affluents de rive gauche de cette dernière. La Jouanne présente une vallée sinueuse et encaissée développant de grands méandres, morphologie fréquente quand le réseau hydrographique repose sur un vieux socle gréseux (Ménillet et al., 1988). Dans le secteur, la morphologie prédominante est celle d’une pénéplaine faiblement ondulée, dont les altitudes dépassent rarement +100 m NGF, parcourue de vallées encaissées de 20 à 50 m et de vallons larges et peu profonds. Au Clos des Primevères, les altitudes sont comprises entre +74 et +75,5 m NGF, une légère pente s’amorçant d’est en ouest et du sud vers le nord. Dans le secteur d’Entrammes, le substrat est représenté par des formations sédimentaires datées du Carbonifère, avec des intercalations volcaniques (ibid.). Ces dépôts anciens sont localement recouverts par une formation tertiaire composée de sables grossiers et graviers des plateaux, retrouvée au « Clos des Primevères » et exploités à la carrière d’Écorcé.

8Lors des différentes interventions archéologiques, il est apparu que le substrat de la moitié sud de l’emprise était parcouru de traces plus ou moins rectilignes, se rejoignant parfois entre elles ou bien isolées. De forme circulaire à ovale, elles sont orientées globalement est-nord-est/ouest-sud-ouest. Ces traces, profondes de quelques dizaines de centimètres, au remplissage limoneux brun-gris, renferment des artefacts archéologiques tels que des amphores. Les coupes effectuées ne montrant pas d’anomalie flagrante, elles ont été interprétées comme des structures de type fossé, lors du diagnostic archéologique (Guillier, 2006b).

9Lors du décapage préalable à la fouille, le réseau dense qu’elles dessinaient au sol, plus ou moins orienté dans le sens de la pente dessinée par la topographie, a semé le doute sur cette interprétation. La présence d’un géologue a donc été requise pour étudier de plus près ces structures atypiques. Elles ont été identifiées comme de petits ravins plus ou moins pérennes résultant de l’approfondissement de rigoles de ruissellement, disposées plus ou moins dans le sens de la pente. La présence d’un substrat assez argileux à cet endroit a en outre favorisé le développement de phénomènes d’oxydation ferro-manganique dans les sédiments d’origine colluviale comblant ces rigoles.

Des éléments épars de l’âge du Bronze (P. F.)

  • 1 À une exception près, ils ne sont ni figurés ni détaillés, l’article étant essentiellemen (...)
  • 2 Cf. infra : fig. 30, n8.

10Quelques vestiges soulignent discrètement une ou plusieurs occupations de l’âge du Bronze1. La fosse circulaire isolée, St 382, localisée au nord-est du site près du grenier O3 (non figurée), mesure cinq mètres de diamètre et 0,50 mètre de profondeur ; elle montrait un profil en « U » très évasé. Elle recelait seize tessons d’un fond plat débordant. Sa pâte très grossière, lissée à la spatule, à la cuisson très irrégulière, évoque les productions de l’âge du Bronze. Le tesson retrouvé dans le trou de poteau St 4692 du grenier M5, est antérieur à l’âge du Fer. Son décor complexe, incisé profondément, composé des lignes horizontales et verticales encadrant des lignes et sa pâte, évoquent les productions de l’âge du Bronze (Briard, 1989) ; il pourrait s’agir d’un bol à carène douce abaissée. Une armature de flèche, perçante, à base concave et à ailerons équarris, longue de 27 mm, large de 12 mm et épaisse de 4 mm, fut récoltée dans la structure St 617 (grenier F2). La matière employée est un silex, fin, homogène, de couleur gris-brun. Dans les Pays-de-la Loire, les exemplaires sont rares. En Mayenne, une armature à ailerons équarris coupés obliquement provient de Château-Gontier (Vallais et al., 2002). Les contextes de découverte datent cet objet du Bronze ancien ou du début du Bronze moyen.

A. Les structures et le mobilier

1. Les structures laténiennes : habitats et greniers

11Sur la parcelle décapée, les vestiges laténiens s’organisent en trois secteurs (fig. 3). Au sud, quelques bâtiments, fosses et fossés matérialisent un premier habitat (l’habitat méridional) ; au nord-ouest, les traces – particulièrement ténues – d’un second habitat sont également visibles (l’habitat nord-ouest), enfin au nord et au nord-est, il a été mis au jour des greniers sur poteaux et un petit enclos fossoyé. Les éléments reliant et séparant ces trois secteurs, les fossés St 46 et 80, matérialisent un cheminement ou un système d’accès, caractéristique par sa forme en « trompette ».

Figure 3 : Les structures gauloises : proposition de l’organisation de l’espace.
Figure 3: The Gallic structures: suggested spatial organisation.

Figure 3 : Les structures gauloises :           proposition de l’organisation de l’espace.Figure 3: The Gallic structures: suggested spatial           organisation.

Le cheminement St 46 et 80

12Le fossé St 46, curviligne, mis au jour sur soixante-dix mètres de long, est large de 1 à 1,40 m, profond de 0,16 à 0,30 mètre et au profil en « U » très ouvert. Creusé dans des sables argileux roux, il recelait un comblement tranchant peu sur l’encaissant. Le second fossé, St 80, est long de 63 mètres, large de 0,80 à 1,50 mètre, profond de 0,20 à 0,30 mètre et au profil en « U » très ouvert. Son comblement est identique à celui de St 46. Si nous n’avons pu déterminer le tracé du fossé St 46 vers le sud, nous avons observé que le fossé St 80 marquait un arrêt net, presque vertical : il ne se prolonge pas dans cette direction. La céramique indigène est représentée par deux tessons dans le fossé St 46 et trois dans St 80. Chaque fossé a aussi livré un tesson de panse d’amphore, tous deux en pâte fine de couleur orangée aux inclusions noires signant une origine vraisemblablement campanienne. Ils permettent d’attribuer ces structures à la phase gauloise, selon toute vraisemblance.

13Cet ensemble suggère une organisation de l’espace avec des domaines réservés à l’habitat et à une zone de stockage sur greniers. Des fossés limitent ces espaces et un chemin permet d’accéder de manière privilégiée aux greniers et très probablement à l’habitat méridional, à partir de la voie qui passe au nord (fig. 3).

L’habitat méridional : occupation et éléments de datation

  • 3 Ces éléments ont déjà été évoqués supra (Cf. Environnement naturel et données spécifiqu (...)

14Plusieurs types de structures matérialisent cette occupation (fig. 4). Il s’agit d’une série de fosses, de trous de poteau dessinant ou non des bâtiments et du fossé St 636. En outre, de nombreuses rigoles d’érosion d’origine naturelle, orientées globalement est-nord-est/ouest-sud-ouest, rigoles qui pouvaient receler de la céramique dans leurs comblements3, se surimposent aux structures anthropiques.

Figure 4 : L’habitat méridional : le plan général des structures.
Figure 4: The southern settlement: general plan of structures.

Figure 4 : L’habitat méridional : le plan             général des structures.Figure 4: The             southern settlement: general plan of structures.

15Les dix fosses mises au jour (tabl. 1), peu profondes, révèlent un comblement argileux de teinte jaunâtre à gris, hydromorphe, à deux exceptions près. La première St 110 recelait de nombreuses particules de charbon de bois. La seconde, St 150, est aussi la plus vaste (5 mètres de diamètre en surface) et sa fouille en a été stoppée pour des raisons de sécurité à 2,5 mètres de profondeur, où elle mesurait encore 3,7 mètres de diamètre. Ce puits ou puisard recelait quelques tessons de céramique au sein d’un comblement riche en charbon de bois, en pierres brûlées, argile rubéfiée ; y sont notés des fragments de paroi scorifiée (forge ?). Ces structures ont révélé des rejets d’habitat, non négligeables (St 110, 127 ou 150), avec du torchis rubéfié et de la céramique.

Tableau 1 : Les fosses de la partie méridionale du site
Table 1: The ditches from the southern part of the site

Tableau 1 : Les fosses de la partie             méridionale du site Table 1: The ditches             from the southern part of the site

Dimensions exprimées en mètres et pour les niveaux, en m. NGF
Dimensions in metres and for the levels, in m. FOD

16Trois bâtiments, A1, C3 et C4, construits sur poteaux plantés, aux orientations similaires, ouest-nord-ouest/sud-sud-est, érodés et incomplets, s’inscrivent dans la partie méridionale du site (fig. 4). La faible profondeur des trous de poteau les constituant confirme l’érosion de cette zone. Leurs comblements sont constitués d’un limon argileux gris à gris-orangé à inclusions ferro-manganiques. Ce sont des structures profondes de 0,1 à 0,2 mètre, de forme circulaire à ovale, à fond plat ou en légère cuvette. Le bâtiment A1 offre un plan incomplet qui permet toutefois de reconstituer un ensemble cohérent, mesurant 12 x 6 mètres ; avec la restitution d’un trou de poteau dans son angle sud-ouest (au niveau d’une tranchée de diagnostic). Le bâtiment C3, de 2,5 à 3 mètres de côté, situé au sud du précédent, présente un plan quadrangulaire, incomplet au sud. Nous pouvons restituer un quatrième poteau au sud. Le troisième bâtiment, C4, est là encore incomplet. Les dimensions relevées (11 x 4,5 m), permettent d’envisager une structure comparable au bâtiment A1. Des trous de poteau isolés, St 107, 113 et 267, marqueraient éventuellement d’autres constructions, là aussi érodées.

17Mis au jour à sept mètres au nord-ouest du bâtiment A1, le segment de fossé St 636, de onze mètres de long, orienté est-nord-est/ouest-sud-ouest, était ponctuellement masqué par des ravinements naturels (fig. 4). D’une profondeur conservée de 0,18 à 0,22 mètre, d’une largeur de 0,45 à 0,6 mètre, au profil de creusement en « U » ouvert ou à fond plat, il recelait un comblement argileux de teinte gris-orangé, hydromorphe. Ses extrémités se terminant en pente douce, il s’agirait de la partie la plus profonde (un recreusement ponctuel ?) d’un fossé plus étendu, peu marqué.

18Enfin, de nombreuses structures d’origine naturelle, orientées globalement est-nord-est/ouest-sud-ouest sont aussi notées (fig. 4 : St 1, 29, 94, 98 et 122). Se présentant sous la forme de « fossés » (rigoles de ruissellement), de simples « dépressions » (St 116 à 118, 120, 121 et 123) ou de « vastes fosses » (St 103, 112), elles sont creusées par les phénomènes de ruissellement de pente, et des matériaux locaux colluvionnés y sont piégés (céramique protohistorique et tessons d’amphores).

19Avec seize individus bords, c’est le secteur qui a livré le plus d’éléments céramiques et la presque totalité du mobilier amphorique, dont toutes les lèvres. Nous avons donc choisi de traiter globalement le mobilier des différentes structures de la zone, ce qui permet de disposer d’un corpus suffisant pour une première et brève approche chrono-culturelle. Nous n’y abordons pas une description fouillée des pâtes. Toutes structures confondues, l’habitat méridional a livré quatre-vingt-dix-neuf tessons de céramique indigène pour un poids de 4,345 kilos. Ils proviennent des anomalies géologiques St 103 et St 124, des fosses St 110, 115, 126 et 127, du bâtiment A1 et du puits St 150. Leur présentation typologique se heurte au problème de l’individualité des céramiques, un type étant souvent documenté par un seul individu, souvent incomplet.

20Le premier type regroupe des bols à panse hémisphérique et à lèvres courtes sub-verticales (fig. 5, nos 1 à 3). La lèvre, légèrement rentrante sans véritablement présenter un bourrelet externe, le distingue du fameux « bol mayennais » bien connu en Mayenne et en Sarthe (Bouvet, 1997), où on les retrouve presque exclusivement. À Jublains, à La Boissière (Boissel et Naveau, 1980), cette jatte coexiste avec les « bols mayennais ». À Entrammes, le site du Champs du Devant, sur l’oppidum, a livré un exemplaire semblant appartenir à une forme intermédiaire entre les exemplaires du Clos des Primevères et les « bols mayennais » (Morin, 2007). Ce type de forme est à mettre en relation avec les « bols mayennais », sans que l’on sache s’il s’agit d’une variante ou d’un prototype qui lui serait antérieur.

Figure 5 : La céramique de l’habitat méridional.
Figure 5: The pottery from the southern settlement.

Figure 5 : La céramique de l’habitat             méridional.Figure 5: The pottery from the             southern settlement.

21Le type n2 est constitué par deux écuelles, à profil en S, évasées et à lèvres éversées modelées, cuites en mode B (fig. 5, nos 4 et 5). L’exemplaire n5, à cannelure labiale interne, trouve son jumeau sur le site de la carrière d’Écorcé. Une production similaire a été découverte à La Carie II (Guillier et al., 2013) et à La Haie à Montflours (Naveau, 1983).

22Un seul vase définit notre type 3. Il s’agit d’une jatte ou d’un pot à profil en S, à col haut et panse accentuée (fig. 5, n6). Nous ne lui connaissons pas d’équivalent régional. Toutefois, le profil général évoque des formes connues à La Tène moyenne, aux Natteries à Cholet, dans le Maine-et-Loire (Maguer, 2000).

23Le type 4 est également représenté par un unique individu (fig. 5, n7). Ces petits pots à fond plat sont connus en Bretagne dans les assemblages de la fin de La Tène (Daire, 1992, p. 77-78). L’exemplaire du Clos des Primevères porte deux cannelures externes, tout comme un vase finistérien de l’île Callot à Carantec (Daire, 1992).

24Le pot ovoïde de type 5 (fig. 5, nos 8 et 9), formé par une lèvre et un fond, se rencontre à la fin de La Tène en Mayenne (Bouvet, 1997) et dans les Pays-de-la-Loire (Levillayer, 2006). Sa datation tardive est attestée par une découverte de l’oppidum de Moulay, dans des niveaux de La Tène D (fouilles J. Naveau).

25Le col de type 6, effilé, à cannelure labiale interne (fig. 5, n10), de même que le type 7, défini par la partie supérieure d’un pot à épaulement (n11), appellent peu de commentaires.

26Le type 8 est un très grand vase de stockage d’une pâte orange très grossière (fig. 5, n12). D’un diamètre à l’ouverture de 41 cm, il présente une large cannelure labiale interne, ainsi qu’une cannelure externe sur le haut de la panse.

27Bien que notre discours doive être nuancé par la faible quantité des individus, une datation dans le courant du iie siècle avant notre ère peut être avancée, tenant compte des différents éléments qui renvoient à des contextes de La Tène C2 et de La Tène D1.

28La zone de l’habitat sud a également fourni cent quatre fragments d’amphores pour un poids de 11,055 kg. Ce sont les anomalies géologiques (trente-trois tessons/cinq individus) et surtout le puits St 150 (soixante-deux tessons/trois individus) qui ont livré l’essentiel de ce matériel. Les amphores proviennent des mêmes structures que la céramique, auxquelles il faut ajouter les faits St 65, 82 et 104, qui en ont livré des fragments.

29L’anomalie St 103 a livré plusieurs tessons de panses originaires de Campanie (et éventuellement de Bétique ?? pour quatre d’entre eux) et plusieurs anses dont une de Campanie. Trois lèvres d’amphores ont été découvertes. La première (fig. 5, n° 13), en pâte campanienne, est une amphore de type gréco-italique. La seconde (n° 14), à la pâte très proche, est un type de transition entre amphore gréco-italique et Dressel 1A (Tchernia, 1986). La troisième (n° 15) serait d’un type de transition ou bien d’une lèvre d’amphore Dressel 1A, assez proche des types découverts à Agen (Poux, 2004, p. 47). Dans le fait St 112, les deux lèvres découvertes correspondent ou sont assimilées au type gréco-italique (n° 16 et 17) ; la première est de Campanie. C’est de la fosse St 127 qu’est issu le col d’amphore complet (n°18). La pâte orange avec de nombreuses inclusions noires et fines est campanienne. Il s’agit d’une amphore de transition entre le type gréco-italique et Dressel 1A. Le puits St 150 renfermait de nombreux fragments d’amphores essentiellement campaniens et deux anses de même origine. Plusieurs lèvres triangulaires sont aussi à signaler dont il est délicat de trancher sur leur attribution au type gréco-italique ou au type de transition (n° 19 à 21).

30Ce modeste lot d’amphores permet d’affiner l’analyse chronologique déjà esquissée. En effet, sur les neuf individus, trois sont de type gréco-italiques, cinq appartiennent au type de transition entre gréco-italiques et Dressel 1A, et un correspond à une Dressel 1A. La fosse St 127 et le puits St 150 ont livré des amphores de transition. À l’inverse, les anomalies géologiques piégeant le mobilier (St 103), ont livré des amphores des trois types évoqués. Leur diversité témoigne de la durée d’occupation globale de l’occupation de ce secteur du site. L’étude des épaves et d’ensemble clos découverts en Gaule permet de proposer des datations assez précises pour la circulation de ces types d’amphores (Poux, 2004, p. 48-50). Ainsi le type gréco-italique, présent dans l’épave du Grand-Congloué 1 (Poux, 1998), circule entre le début du IIème s. av. J.-C. et le milieu de ce siècle. Les types de transition, majoritaires ici, datés des années 150-130 av. J.-C., sont diffusés jusqu’au tournant du Ier s. av. J.-C. (Tchernia, 1986, p. 61). Enfin, la durée de circulation des amphores Dressel 1A semble plus longue, mais leur développement peut être daté des années 120 av. J.-C.

31Les amphores viennent étayer la datation proposée par l’étude de la céramique indigène : l’occupation de ce secteur, qui reflète sans doute l’occupation générale du site, semble pouvoir être datée de La Tène C2 et de La Tène D1a, soit du IIème s. av. J.-C. Quelques tessons éventuellement originaires de Bétique, et donc plus tardifs, sont présents dans des structures d’accumulation postérieures à l’occupation gauloise du site.

32Les autres vestiges mobiliers sont un fragment de plaque foyère, un lissoir en grès de teinte violet clair provenant de St 112=125 (non représenté) et un fragment de perle en pâte de verre. Issue de la fosse St 127, elle est de section circulaire (11 x 12 mm) ; la pièce d’origine devait avoir un diamètre d’environ 30 mm. Son décor est constitué de bandes en verre jaune, déployées en hélice autour de la perle de teinte bleue. Elle appartient au groupe XII de Manching (Gebhard, 1989, n° 805, p. 247-248 et pl. 53). Localement, des éléments comparables ont été mis au jour sur l’oppidum de Moulay (Santrot et al., 1999, p. 90). Ce type de perle, peut-être importé d’Europe moyenne, daterait du Ier s. av. J.-C. Enfin, un catillus de section tronconique à cuvette centrale, intact, provient de la fosse St 104. Taillée dans un grès roussard à grain fin, c’est une pièce de 390 mm de diamètre, dont l’épaisseur varie de 63 à 138 mm. Elle présente une perforation cylindrique de 80 mm de diamètre. Cette pièce est usée asymétriquement et le trou d’emmanchement latéral est atteint (fig. 6, haut, A). Pour en prolonger l’utilisation, une perforation a été entreprise au dessus de ce trou (fig. 6, haut : P), mais non portée à son terme : la meule a été abandonnée. Sa surface active étant relativement plane, il ne semble pas qu’elle appartienne à un type ancien, aux surfaces actives plus pentues (Pommepuy, 1995, type 2), nous pouvons émettre une hypothèse de datation couvrant la fin de La Tène C2 ou La Tène D1. Enfin, la perforation centrale cylindrique relève d’un caractère archaïque et s’accorde avec la datation proposée (Buchsenschutz et al., 2000, p. 165).

Figure 6 : L’habitat méridional : la meule en grès de la fosse St 104 
Figure 6: The southern settlement: the sandstone quern from pit St 104

Figure 6 : L’habitat méridional : la meule             en grès de la fosse St 104 Figure 6: The             southern settlement: the sandstone quern from pit St 104

L’occupation nord-ouest : plan des structures, mobilier céramique et meules.
The north west occupation: plan of structures, pottery artefacts and querns.

33Les différents témoins de l’occupation méridionale se caractérisent par les bâtiments A1, C3 et C4, érodés, incomplets et aux orientations similaires. Ils sont accompagnés de quelques fosses qui recelaient des rejets d’habitat parfois non négligeables. Ces bâtiments, au même titre que les anomalies géologiques, globalement orientées selon un axe est-nord-est/ouest-sud-ouest, sont parallèles au fossé St 636, vraisemblablement un segment plus profond d’une structure à l’origine plus longue et qui forme une nette séparation entre cette zone d’habitat placée au sud et la concentration de greniers, au nord. Ces éléments recelaient un mobilier peu important, du charbon de bois, de l’argile scorifiée, de l’argile rubéfiée (torchis…), de la céramique et une meule usagée. La céramique de cet habitat méridional est celle, sur le site, qui a livré le plus d’éléments caractéristiques. La céramique indigène est présente au travers de types souvent figurés par un seul individu ; les amphores apparaissent majoritairement d’origine campanienne et se rapportent à des types de transition entre amphore gréco-italique/Dressel 1A et Dressel 1A. Leur datation conforte l’impression chronologique donnée par la céramique indigène et permet d’envisager une occupation qui semble pouvoir être datée de La Tène C2 et de La Tène D1a. Ces éléments matérialisent un habitat, dont nous n’avons pas les limites sud et est.

Les vestiges d’un second habitat au nord-ouest

34Déjà évoqués (fig. 3), ils se limitent à seulement cinq structures (fig. 6). Il s’agit d’une fosse et d’un « puits » ceint de trois trous de poteau. Ils sont situés à quelques mètres au sud de la voie gauloise et à l’ouest du fossé St 46 qui matérialise sur le site un chemin de même datation.

35La fosse St 536, de plan circulaire, de 1,08 mètre de diamètre et de 0,70 mètre de profondeur, est creusée dans des sables roux plus ou moins indurés. Elle présente un comblement recelant de la céramique, du charbon de bois, du torchis rubéfié et un petit fragment de meule. Le « puits » St 540, de forme quadrangulaire aux angles arrondis, mesurait 1,95 x 2,25 mètres en surface. Trois trous de poteau circulaires et de faible profondeur jouxtant ses angles nord, est et sud, pourraient matérialiser une structure de type « chèvre », destinée à l’évacuation des matériaux issus de son creusement ou à son usage même. Cette structure, fouillée mécaniquement, est profonde de 3 mètres par rapport au niveau du décapage mécanique (cote 74,65 m NGF), elle présente des bords quasi verticaux et a gardé sur toute sa profondeur son plan quadrangulaire. La partie inférieure de son comblement est constituée, sur 0,70 mètre d’épaisseur, de gros blocs de grès et de vase grise où ont été mis au jour des fragments de plaques-foyer, de la céramique et un fragment de meta. Cette formation hydromorphe de teinte grise caractérise les puits à eau : ceux antiques de La Carie présentaient les mêmes traits (Guillier et al., 2013). Le fait de n’avoir pas observé de nappe phréatique s’explique par le creusement de la carrière d’Ecorcé, très profonde et toute proche, qui a modifié le niveau de la nappe, fait déjà mis en évidence sur les sablières de Bliesbruck en Lorraine (Massy et al., 1997, p. 33).

36De cet habitat a été exhumé un mobilier archéologique restreint. En premier lieu, il s’agit d’un lot de céramique indigène représenté par dix-huit tessons et deux individus, provenant de la fosse St 536 et du puits St 540. Le premier individu est un bord de bol à bourrelet interne identique à ceux trouvés dans l’habitat sud (fig. 6, n° 1). L’écuelle à profil en S et carène assez anguleuse (n° 2) est bien cuite et présente une surface noire uniforme. Il s’agit d’une forme très répandue à La Tène moyenne et finale. Cinq tessons d’amphores ont été découverts dans le fond du puits St 540. Quatre tessons de panse présentent une pâte orangée à inclusions blanches fines (origine campanienne ?). L’autre fragment est un tesson de col à pâte blanchâtre très claire avec des nodules de gros module blancs et rouges (origine indéterminée). Au vu de ce lot, réduit, il est délicat de proposer une datation fine, mais il est cohérent avec celui de l’habitat méridional et la présence d’amphores républicaines (aux mêmes pâtes que dans le reste du site) confirme son appartenance à l’occupation de La Tène C2-D1.

37Outre du charbon de bois et du torchis rubéfié découverts dans la fosse St 536, il a été mis au jour des fragments de plaques-foyer. Deux fragments de meules proviennent du puits St 540, il s’agit d’une moitié de meta et d’un important et épais fragment d’une seconde meta. La première, provenant du comblement supérieur du puits, taillée dans un grès roussard à gros grains, offre un diamètre de 380 mm et une épaisseur variant de 60 à 85 mm (fig. 6, St 540 sup). Percée d’un œil traversant circulaire, elle présente de nettes traces d’usure sur sa surface active. L’œil a été percé en deux fois, à partir de ses parties supérieure et inférieure. Des meules comparables, en granite, ont été mises au jour à Moulay (Naveau, 1974 et 1975, n° 89, 96 et 99). Sa surface active, légèrement inclinée, est l’indice d’un type plus ancien que celle issue de la St 104, probablement de La Tène D1. La seconde meule, issue du comblement inférieur du puits, en grès blanc, grossièrement épannelée sur son pourtour et sa partie inférieure (fig. 6, St 540 inf), présente de nettes traces d’usure sur sa surface active, elle a un diamètre de 380 mm et une épaisseur variant de 180 à 210 mm.

Au nord-est : un enclos et des greniers

38En dehors des vestiges d’habitat présentés ci-dessus, l’essentiel des structures gauloises se concentre au nord et au nord-est du secteur décapé (fig. 3). Ce sont les relations stratigraphiques qui, alliées à l’observation de la concentration de greniers et à la morphologie générale de ces structures, permettent d’avancer quelques propositions. Nous avons remarqué que certains greniers s’arrangeaient en fonction de plusieurs rangées nord-sud, mais d’autres non. Nous avons aussi observé que l’enclos ouvert était antérieur à cette trame (plusieurs greniers de cette trame le recoupent nettement : F5, G2 et G3) tandis que le grenier G1 était antérieur à cet enclos. Nous avons également relevé que ce grenier présente d’indéniables points de comparaison avec d’autres sur le site, points de comparaison pour l’essentiel en opposition tranchée avec ceux disposés en rangées. Ainsi les greniers A5, G1, H2, J3, L1, L3 et O2 ont des poteaux en moyenne de 0,20 m de profondeur et de 0,45 m de diamètre. Les autres greniers au contraire ont une moyenne de 0,33 m de profondeur et de 0,81 m de diamètre. En second lieu, ces greniers présentent des orientations différentes, ils sont orientés plus vers l’est. Les quelques autres qui ne sont pas dans ces deux groupes présentent des orientations très variées ; topographiquement ils sont placés en périphérie du site et pourraient relever d’une phase tardive de la zone de concentration de greniers. Ces remarques, alliées à la stratigraphie, permettent d’envisager trois phases principales d’occupation :

  • la Phase I : elle est constituée des seuls greniers A5, G1, H2, J3, L1, L3 et O2, associés au bâtiment Q1 ;

  • la Phase II : il s’agit de l’enclos ouvert et du bâtiment D1 sur poteaux plantés qui lui est vraisemblablement associé ;

  • la Phase III : ce sont les six rangées de greniers orientées nord-sud, et plusieurs séquences se distinguent, avec notamment les greniers épars (et plus tardifs) situés sur les pourtours de ces rangées.

La Phase I, la première série de greniers

  • 4 Les tableaux décrivant les greniers d’Entrammes (tabl. 2 à 9), présentent un état (...)

39Elle est constituée des sept greniers sur pilotis évoqués supra (fig. 7 et 8, tabl. 24) et du bâtiment Q1. Les premiers sont élevés sur quatre poteaux (fig. 9 : le grenier L3). Le dernier bâtiment, unique sur le site (toutes phases confondues), l’est sur six poteaux. Il s’agit d’une construction de 14 m2, sur poteaux porteurs de faîtière, caractérisé par un écartement important entre les travées et un faible diamètre des trous de poteau. Disséminés le long de la limite est du décapage archéologique, les structures de la Phase I semblent pouvoir être regroupées en petites concentrations. Leur surface moyenne est de 5,67 m2 (contre 4,48 m2 pour les greniers de la Phase III).

Tableau 2 : Descriptif simplifié des greniers de la Phase I
Table 2: Simplified description of Phase I granaries

Tableau 2 : Descriptif simplifié des               greniers de la Phase ITable 2:               Simplified description of Phase I granaries

Rect. : rectangulaire, les longueurs et largeurs sont exprimées en mètres et les surfaces, en mètres carrés).
Rect.: rectangular, lengths and widths in metres and surface areas in square metres.

40Les seuls tessons attribuables à cette phase proviennent des trous de poteau St 492 et 622 du grenier L1 qui chacun ont livré un tesson de céramique de facture indigène, et dont les pâtes sont identiques au reste du corpus laténien. Du torchis rubéfié ou du clayonnage ont été identifiés dans les trois trous de poteau du grenier G1.

Figure 7 : Le plan d’ensemble des structures de la Phase I.
Figure 7: The overall plan for Phase I buildings.

Figure 7 : Le plan d’ensemble des               structures de la Phase I.Figure 7: The               overall plan for Phase I buildings.

Figure 8 : Phase I : les greniers A5, G1, H2, J3, L1, L3 et O2, ainsi que le bâtiment Q1, plans et coupes.
Figure 8: Phase I: granaries A5, G1, H2, J3, L1, L3 and O2, and the posthole building Q1, plans and sections.

Figure 8 : Phase I : les greniers A5, G1,               H2, J3, L1, L3 et O2, ainsi que le bâtiment Q1, plans et               coupes.Figure 8: Phase I: granaries A5,               G1, H2, J3, L1, L3 and O2, and the posthole building Q1, plans               and sections.

Figure 9 : Phase I, le grenier L3, vue prise vers le sud.
Figure 9: Phase I, granary L3 (view taken looking to the south).

Figure 9 : Phase I, le grenier L3, vue               prise vers le sud.Figure 9: Phase I,               granary L3 (view taken looking to the south).

Cliché Fabrice Edin, Inrap

La Phase II, un enclos ouvert associé à un bâtiment sur poteaux

41Cette Phase II est constituée d’un enclos fossoyé ouvert au sud-ouest et par le bâtiment D1 (fig. 10). Bien qu’aucune relation de contemporanéité n’ait été démontrée entre ces éléments, nous les associons grâce aux relations spatiales visibles sur plan.

42L’enclos, creusé dans des sables roux à jaunes plus ou moins indurés, largement ouvert au sud-ouest, est constitué de trois segments de fossés longs de 14,30 (nord), 14,50 (est) et 13,5 m (sud). Ils sont larges de 1,20 à 1,40 m, profonds de 0,50 à 0,60 mètre et adoptent des profils en « U » ouverts. Les niveaux relevés sur le fond de chacun des segments attestent une adaptation de la morphologie de l’enclos à la topographie du terrain, afin de gérer au mieux l’écoulement des eaux. Les pentes, de l’ordre de 0,5 à 1,33 %, ne sont ni trop faibles (pas ou peu d’écoulement), ni trop fortes, (érosion importante).

43Un essai d’interprétation fonctionnelle du comblement du fossé entrepris à partir des relevés stratigraphiques, à mis en évidence trois formations (fig. 10 : For. 1 à 3) :

  • For. 1 : sable orangé, légèrement hydromorphe avec inclusions de gravier ;

  • For. 2 : sable gris orangé légèrement hydromorphe, homogène ;

  • For. 3 : sable brun foncé à brun roux, homogène, avec parfois des inclusions de petits galets et graviers ; de rares et fins fragments de terre-cuite sont notés dans les coupes A, B, D, F, G et I.

44À la base, la première formation indique une sédimentation lente en mode ouvert, un ruissellement et une dégradation des parois (For. 1) ; la seconde décrit l’établissement d’un profil d’équilibre dans la sédimentation du fossé (For. 2), elle est souvent de faible épaisseur (coupes B, E ou G) voire inexistante ou à peine visible (coupes C, H ou I) ; enfin, la troisième formation marque l’abandon de l’enclos par un remblai final effectué à partir des matériaux extraits pour le creusement du fossé (déposés en périphérie de l’enclos ?), localement un petit peu de mobilier (de surface ?) y a été piégé (For. 3).

45Cette structure n’est pas directement assimilable par ses trop faibles dimensions (la surface enclose est de 170 m2) aux fermes indigènes, relativement bien connues régionalement. Dans le département de La Mayenne, nous n’avons pas observé d’élément de comparaison proche ; tout au plus signalons dans la Sarthe l’Etat I d’un établissement rural à Vivoin (Guillier et al., 2007), où un enclos de plan carré délimite une surface de 150 m2. Dans le même département, à Maresché (Doyen, 1998), il est noté un enclos (d’habitat ?), également ouvert à l’ouest, mesurant 25 x 15 m et limitant une surface de 250 m2.

Figure 10 : La Phase II : l’enclos ouvert, plan et coupes, le bâtiment D1 et céramique de cet enclos.
Figure 10: Phase II, the open enclosure, plan and sections; building D1 and pottery from this enclosure.

Figure 10 : La Phase II : l’enclos               ouvert, plan et coupes, le bâtiment D1 et céramique de cet               enclos.Figure 10: Phase II, the open               enclosure, plan and sections; building D1 and pottery from this               enclosure.

46Le bâtiment D1, situé au sud-ouest de l’enclos (fig. 10), nous est parvenu sous la forme d’un plan, dont les éléments permettent de reconstituer un ensemble mesurant 4 x 8,5 mètres. Il est orienté est-nord-est/ouest-sud-ouest et plusieurs trous de poteau apparaissent manquants dans sa moitié orientale, à l’emplacement d’un sondage de diagnostic. Ils présentent des diamètres variant de 0,35 à 0,5 mètre et ont une profondeur moyenne de 0,2 mètre. Il s’agit d’un bâtiment à deux nefs, dont de nombreux exemplaires ont été mis au jour dans l’ouest de la Gaule (Dechezleprêtre et al., 2000, p. 331-332). Nous y distinguons trois tierces parallèles et deux travées larges d’environ 2 mètres. Les dimensions de D1 s’inscrivent dans les moyennes relevées pour la Normandie (ibid., fig. 4), mais nous n’avons pas de point de comparaison local.

47Le mobilier issu du comblement supérieur de l’enclos est limité, il s’agit de quelques tessons et fragments de torchis rubéfié, avec ponctuellement des traces de clayonnage. Fouillé exhaustivement, le fossé d’enclos a livré neuf tessons de céramique. Une écuelle tronconique plate a été découverte : la lèvre aplatie avec un décor appliqué à la baguette (fig. 10, n° 1), évoque des formes connues dans le Maine-et-Loire, aux Chaloignes à Mozé-sur-Louet (Levillayer, 2006) ou encore à Mûrs-Erigné (Le Goff, 2000), pour La Tène C2. Dans le département, on en trouve un exemplaire non décoré à La Mazure à Azé, site daté, par une fibule inédite, de La Tène C2/D1. Un jeton de 3 cm de diamètre, taillé dans un tesson de céramique, complète ce bref inventaire (n° 2). Si la plus grande prudence s’impose avec l’écuelle comme seul argument chronologique, le reste du mobilier évoque des formes de la fin de La Tène moyenne, notamment par la technique décorative employée.

48Les éléments matérialisant la Phase II, restreints (fig. 10), sont isolés sur la fenêtre décapée pour la phase considérée et se distinguent des structures antérieures ou postérieures. Il pourrait s’agir de structures à vocation agricole, ce qui expliquerait le peu de mobilier archéologique ou d’un habitat à l’occupation limitée dans le temps, avec la même conséquence. Autre hypothèse, ce pourrait être un enclos funéraire, les dimensions relevées s’accordent pleinement avec cette possibilité, mais n’expliquent pas le bâtiment D1 qui lui est potentiellement lié. Leur présence entre deux phases de constructions de greniers, qui induit une réelle rupture dans le rythme du site peut surprendre. Nous songerons à une occupation opportuniste – ou intercalaire – qui a pu profiter d’une courte période d’abandon d’un terrain pour s’immiscer et s’installer, vers la fin de La Tène moyenne. La stratigraphie observée dans les fossés de l’enclos montrerait une période d’occupation courte où la seconde formation (For. 2) – n’a eu que peu de temps pour se mettre en place avant que le fossé soit intentionnellement remblayé (For. 3), afin de faire place à la phase suivante.

La phase III, la seconde série de greniers

49Cette seconde série est constituée de soixante-quinze bâtiments (fig. 11), répartis, pour le plus grand nombre d’entre eux, sur 5 rangées approximativement orientées nord – sud et presque parallèles entre elles (rangée 1 à rangée 5) (fig. 12). Seule la rangée 5 tend à se rapprocher de la rangée 4 et à briser le parallélisme observé dans les rangées 1 à 4 ; cette rangée 5 serait plus tardive, il en est de même des greniers situés en périphérie des rangées (à l’ouest et au sud) et de ceux situés entre les différentes rangées. Il y a vingt greniers relevant probablement d’un épisode tardif de la Phase III, qui ne se rajoutent pas à ceux de la rangée 5. Il nous semble aussi possible que certains puissent relever d’une rangée intercalaire supplémentaire qui se distingue entre les rangées 3 et 4 : la rangée 6.

Figure 11 : Les greniers organisés en rangées nord-sud, vue prise vers le sud.
Figure 11: The granaries organised in north-south rows, view taken looking towards the south.

Figure 11 : Les greniers organisés en               rangées nord-sud, vue prise vers le sud.Figure 11: The granaries organised in north-south               rows, view taken looking towards the south.

Cliché Alain Béton, Inrap.

Figure 12 : La phase III : plan des structures et agencement en rangées des greniers.
Figure 12: Phase III: plan of structures and granaries organised into rows.

Figure 12 : La phase III : plan des               structures et agencement en rangées des greniers.Figure 12: Phase III: plan of structures and               granaries organised into rows.

50Nous allons à présent décrire ces greniers de la rangée 1 à la rangée 6, puis tous ceux qui ne leur sont pas précisément attribués. Chaque rangée sera brièvement présentée, ses particularités évoquées et, afin de ne pas alourdir notre propos, un tableau récapitulera les principales données relevées.

  • 5 L’interprétation de la structure Q5 comme grenier est très discutée ; son emplacement (...)

51La rangée 1, constituée de sept greniers (fig. 13, tabl. 3) et d’une structure élevée sur tranchées de fondation, Q55, est orientée 335°O. Incomplète au sud et au nord, la rangée 1 a été mise au jour sur 45 mètres de long. Elle présente un tracé régulier et un seul grenier, P1, est légèrement décalé vers l’est. Elle se caractérise par la présence, unique sur le site, d’une structure élevée sur poteaux et tranchées de fondation, Q5, une des plus vastes structures de la Phase III (10,5 m2). Les greniers présentent des dimensions moyennes avec un ensemble imposant, L5, profondément ancré, mais aussi un des plus petits du site, O4. Ils sont élevés sur des fosses d’implantation circulaires, parfois quadrangulaires, (greniers O3 et O5) ; dans un seul cas trois fosses sur quatre le sont (L5). Enfin, nous remarquons au nord, une reconstruction sur place, le grenier P2 étant remplacé par le grenier Q4.

Figure 13 : La Phase III : les greniers de la rangée 1, plans et coupes.
Figure 13: Phase III: granaries in row 1, plans and sections.

Figure 13 : La Phase III : les greniers               de la rangée 1, plans et coupes.Figure 13: Phase III: granaries in row 1, plans               and sections.

Tableau 3 : Descriptif simplifié des greniers de la Phase III, rangée 1
Table 3: Simplified description of Phase III granaries, row 1

Tableau 3 : Descriptif simplifié des               greniers de la Phase III, rangée 1Table 3: Simplified description of Phase III               granaries, row 1

Rect. : rectangulaire, les longueurs et largeurs sont exprimées en mètres et les surfaces, en mètres carrés
Rect.: rectangular, lengths and widths in metres and surface areas in square metres

52La rangée 2, complète au sud, longue de 85 mètres, est constituée de quatorze greniers (fig. 14, 15 et 16, tabl. 4) et est orientée 348 à 350°O. Au nord le grenier M2 est recoupé par le front de taille de la carrière d’Ecorcé. Cette rangée présente un alignement régulier du nord au grenier D5 au sud. Après seulement nous remarquons des irrégularités dans l’alignement : le grenier O1 est légèrement décalé vers l’est et les trois suivants le sont aussi, mais vers l’ouest (fig. 12). Sur cette rangée, les greniers sont élevés sur des fosses d’implantation circulaires ou présentant une seule fosse quadrangulaire, c’est le cas pour E1, G2 et H4, un seul l’est sur trois fosses quadrangulaires, J5. Cette rangée comprend des greniers aux surfaces supérieures à la moyenne du site, mais aussi le plus petit, O1 (1,88 m2). Ceux placés au sud de la rangée, de O1 à A3, sont ceux qui présentent pour celle-ci les plus faibles surfaces.

Figure 14 : Phase III : les greniers de la rangée 2, plans et coupes.
Figure 14: Phase III: granaries in row 2, plans and sections.

Figure 14 : Phase III : les greniers de               la rangée 2, plans et coupes.Figure 14:               Phase III: granaries in row 2, plans and sections.

Figure 15 : Phase III : les greniers de la rangée 2 (suite), plans et coupes.
Figure 15: Phase III: granaries in row 2 (continued), plans and sections.

Figure 15 : Phase III : les greniers de               la rangée 2 (suite), plans et coupes.Figure 15: Phase III: granaries in row 2               (continued), plans and sections.

Figure 16 : Phase III, rangée 2, le grenier H3, vue prise vers le nord. Figure 16: Phase III, row 2, granary H3, view taken looking to the north.

Figure 16 : Phase III, rangée 2, le               grenier H3, vue prise vers le nord. Figure 16:               Phase III, row 2, granary H3, view taken looking to the               north.

Cliché Yann Letho Duclos, Inrap.

Tableau 4 : Descriptif simplifié des greniers de la Phase III, rangée 2 tableau descriptif simplifié
Table 4: Simplified description of Phase III granaries, row 2

Tableau 4 : Descriptif simplifié des               greniers de la Phase III, rangée 2 tableau descriptif               simplifiéTable 4: Simplified description               of Phase III granaries, row 2

Rect. : rectangulaire, les longueurs et largeurs sont exprimées en mètres et les surfaces, en mètres carrés
Rect.: rectangular, lengths and widths in metres and surface areas in square metres

53La rangée 3 est constituée de treize greniers (fig. 17 et 18, tabl. 5). Elle est orientée de 348 à 354°O, est complète au sud et mesure 76 m de long (fig. 12). L’un d’eux, N1, est recoupé par la carrière d’Ecorcé ; un second, J1, l’est par le fossé antique St 6. Nous observons plus d’irrégularités dans son tracé que dans les deux précédentes, ce qui pourrait être dû à la présence de l’enclos de la Phase II car ces irrégularités s’observent dans et autour de cet enclos. Les extrémités nord et sud de la rangée 3 sont plus régulièrement disposées. Les greniers sont majoritairement élevés sur des fosses d’implantation de plan circulaire (fig. 19 : les greniers D2 et D3), quelques uns présentent un (E5, I3), deux (D4 : fig. 20) ou trois (F3) fosses d’implantation de plan quadrangulaire. Ils offrent des surfaces à part égale au dessus et au dessous de la moyenne. Deux greniers (E5 et P5), sont d’une surface réduite ; ils définissent des fosses de faible dimension dans un cas (K3 : 0,6 x 0,6 m) mais aussi de taille exceptionnelle (D4 : 1,4 x 1,5 m : fig. 18). On observe une reconstruction, avec un léger déplacement : le grenier K3 vient remplacer les greniers I3 et J1.

Figure 17 : Phase III : les greniers de la rangée 3, plans et coupes.
Figure 17: Phase III: granaries in row 3, plans and sections.

Figure 17 : Phase III : les greniers de               la rangée 3, plans et coupes.Figure 17:               Phase III: granaries in row 3, plans and sections.

Figure 18 : Phase III : les greniers de la rangée 3 (suite), plans et coupes.
Figure 18: Phase III: granaries in row 3 (continued), plans and sections.

Figure 18 : Phase III : les greniers de               la rangée 3 (suite), plans et coupes.Figure 18: Phase III: granaries in row 3               (continued), plans and sections.

Tableau 5 : Descriptif simplifié des greniers de la Phase III, rangée 3
Table 5: Simplified description of Phase III granaries, row 3

Tableau 5 : Descriptif simplifié des               greniers de la Phase III, rangée 3Table 5: Simplified description of Phase III               granaries, row 3

Rect. : rectangulaire, les longueurs et largeurs sont exprimées en mètres et les surfaces, en mètres carrés
Rect.: rectangular, lengths and widths in metres and surface areas in square metres

Figure 19 : Phase III, rangée 3, les greniers D2 et D3, après fouille, vue prise vers le nord.
Figure 19: Phase III, row 3, granaries D2 and D3 (view taken looking to the north).

Figure 19 : Phase III, rangée 3, les               greniers D2 et D3, après fouille, vue prise vers le               nord.Figure 19: Phase III, row 3,               granaries D2 and D3 (view taken looking to the north).

Cliché Marc Dumas, Inrap

Figure 20 : Phase III, rangée 3, le grenier D4, vue prise vers le nord.
Figure 20: Phase III, row 3, granary D4, view taken looking to the north.

Figure 20 : Phase III, rangée 3, le               grenier D4, vue prise vers le nord.Figure 20: Phase III, row 3, granary D4, view               taken looking to the north.

Cliché Marc Dumas, Inrap

54La rangée 4, complète au sud, mesurant 72 mètres de long (fig. 12), est constituée de treize greniers (fig. 21 et 22, tabl. 6) et est orientée 345°O. Cette rangée est régulièrement agencée ; seuls M3 et N5 sont légèrement décalés vers l’est. Les intervalles entre les greniers, plus importants que dans les rangées 1 et 2, sont proches de ceux de la rangée 3. Seuls quatre greniers présentent des surfaces supérieures à la moyenne (M4, N3, F2 et B2) et nombre d’entre eux ont des surfaces inférieures à 3,5 m2. Les fosses d’implantation des poteaux sont majoritairement de plan circulaire, G5 offre une fosse qui tend vers le quadrangulaire tandis que M4 est élevé sur quatre fosses quadrangulaires. Nombre de trous de poteau atteignent ou dépassent 1 m de côté (M3 : fig. 23, F1 : fig. 24, ou bien encore G5) ou en sont proches, éléments à comparer à C5, aux fosses d’implantation plus réduites. Une reconstruction complexe anime cette rangée 4 : trois bâtiments occupent le même emplacement : F2, Q3 et R2, dans cet ordre vraisemblablement (fig. 22). Rejeté un peu à l’est, le grenier N5 est postérieur aux trois précédents.

Figure 21 : Phase III : les greniers de la rangée 4, plans et coupes.
Figure 21: Phase III: granaries in row 3, plans and sections.

Figure 21 : Phase III : les greniers de               la rangée 4, plans et coupes.Figure 21:               Phase III: granaries in row 3, plans and sections.

Figure 22 : Phase III : les greniers de la rangée 4 (suite), plans et coupes.
Figure 22: Phase III: granaries in row 4 (continued), plans and sections.

Figure 22 : Phase III : les greniers de               la rangée 4 (suite), plans et coupes.Figure 22: Phase III: granaries in row 4               (continued), plans and sections.

Tableau 6 : Descriptif simplifié des greniers de la Phase III, rangée 4
Table 6: Simplified description of Phase III granaries, row 4

Tableau 6 : Descriptif simplifié des               greniers de la Phase III, rangée 4Table 6: Simplified description of Phase III               granaries, row 4

Rect. : rectangulaire, les longueurs et largeurs sont exprimées en mètres et les surfaces, en mètres carrés
Rect.: rectangular, lengths and widths in metres and surface areas in square metres

Figure 23 : Phase III, rangée 4, le grenier M3, vue prise vers le sud. Figure 23: Phase III, row 4, granary M3, view taken looking to the north.

Figure 23 : Phase III, rangée 4, le               grenier M3, vue prise vers le sud. Figure 23:               Phase III, row 4, granary M3, view taken looking to the               north.

Cliché Marc Dumas, Inrap.

Figure 24 : Phase III, rangée 4, le grenier F1, vue prise vers le nord.
Figure 24: Phase III, row 4, granary F1, view taken looking to the north.

Figure 24 : Phase III, rangée 4, le               grenier F1, vue prise vers le nord.Figure 24: Phase III, row 4, granary F1, view               taken looking to the north.

Cliché Marc Dumas, Inrap

55La rangée 5, constituée de huit greniers, est orientée 333°O (fig. 25, tabl. 7). Elle mesure 43 mètres de long et est complète au sud (fig. 12). Au nord le bâtiment H5 est recoupé par la carrière d’Ecorcé. Cette rangée présente par rapport à celles déjà décrites une certaine irrégularité dans son agencement. Trois bâtiments sont décalés vers l’est ou l’ouest. Sur les sept greniers dont les plans nous sont parvenus complets, cinq adoptent des fosses d’implantation de plan circulaire et deux des plans quadrangulaires pour toutes les fosses les constituant (I2 et M5). À l’exception de F4 et R1, ces dernières possèdent des dimensions équivalentes ou supérieures à la moyenne, souvent de près de 1 m de diamètre ou de côté. Enfin une reconstruction a été observée au sud de la rangée, le grenier F4 remplaçant le grenier R1.

Figure 25 : Phase III : les greniers de la rangée 5, plans et coupes.
Figure 25: Phase III: granaries in row 5, plans and sections.

Figure 25 : Phase III : les greniers de               la rangée 5, plans et coupes.Figure 25:               Phase III: granaries in row 5, plans and sections.

Tableau 7 : Descriptif simplifié des greniers de la Phase III, rangée 5
Table 7: Simplified description of Phase III granaries, row 5

Tableau 7 : Descriptif simplifié des               greniers de la Phase III, rangée 5 Table 7: Simplified description of Phase III               granaries, row 5

Rect. : rectangulaire, les longueurs et largeurs sont exprimées en mètres et les surfaces, en mètres carrés
Rect.: rectangular, lengths and widths in metres and surface areas in square metres

56La rangée 6 est constituée de cinq greniers (fig. 26, tabl. 8) et est orientée 344°O. Elle s’intercale entre les rangées 3 et 4, et les bâtiments la composant offrent des intervalles lâches. Tous les greniers sont élevés sur des fosses circulaires et tous d’une surface inférieure à la moyenne : sont-ils contraints par les greniers alentours ? Une reconstruction sur place a été observée, avec un léger décalage vers le nord, le grenier P4 remplace le grenier P3.

Figure 26 : Phase III : les greniers de la rangée 6, plans et coupes.
Figure 26: Phase III: granaries in row 6, plans and sections.

Figure 26 : Phase III : les greniers de               la rangée 6, plans et coupes.Figure 26:               Phase III: granaries in row 6, plans and sections.

Tableau 8 : Descriptif simplifié des greniers de la Phase III, rangée 6
Table 8: Simplified description of Phase III granaries, row 6

Tableau 8 : Descriptif simplifié des               greniers de la Phase III, rangée 6 Table 8: Simplified description of Phase III               granaries, row 6

Rect. : rectangulaire, les longueurs et largeurs sont exprimées en mètres et les surfaces, en mètres carrés
Rect.: rectangular, lengths and widths in metres and surface areas in square metres

57Les quatorze greniers dits « autres » (fig. 27 et 28, tabl. 9), sont tous ceux qui ne sont pas attribués précisément à l’une des six rangées précédentes. Au sein de ce groupe, deux sous-ensembles se distinguent. En premier lieu ce sont les greniers localisés à l’ouest des rangées 4 et 5 : I5, J4, H1, E4, C2, C1, B4 et B3, auxquels nous pouvons éventuellement adjoindre le grenier B1, localisé au sud de la rangée 3. Ils se distinguent des autres structures par des trous de poteau moins imposants. Leurs surfaces entrent à peu près dans la moyenne du site, à l’exception toutefois de H1, très grand. La taille de leurs fosses d’implantation est à comparer à celle des fosses des greniers A2, A4, K4, L4 et N2 qui constituent le second sous-ensemble, localisé entre les rangées, K4, N2 et L4, immédiatement à l’ouest contre la rangée 6, I5 et J4, et au sud des rangées 2 et 3, A2 et A4. Ces bâtiments sont d’aspect massif, avec des fosses d’implantation imposantes telles que A4 et N2 par exemple. Près de la moitié sont élevés sur des fosses d’implantation de plan quadrangulaire comme on l’observe pour A4, I5 et N2 (fig. 29 : le grenier N2).

Figure 27 : Phase III : les greniers localisés hors rangées, plans et coupes.
Figure 27: Phase III: granaries not located in rows, plans and sections.

Figure 27 : Phase III : les greniers               localisés hors rangées, plans et coupes.Figure 27: Phase III: granaries not located in               rows, plans and sections.

Figure 28 : Phase III : les greniers localisés hors rangées (suite), plans et coupes.
Figure 28: Phase III: granaries not located in rows (continued), plans and sections.

Figure 28 : Phase III : les greniers               localisés hors rangées (suite), plans et coupes.Figure 28: Phase III: granaries not located in               rows (continued), plans and sections.

Tableau 9 : Descriptif simplifié des greniers de la Phase III, les greniers non organisés en rangées
Table 9: Simplified description of Phase III granaries not located in rows

Tableau 9 : Descriptif simplifié des               greniers de la Phase III, les greniers non organisés en               rangéesTable 9: Simplified description               of Phase III granaries not located in rows

Rect. : rectangulaire, les longueurs et largeurs sont exprimées en mètres et les surfaces, en mètres carrés.
Rect.: rectangular, lengths and widths in metres and surface areas in square metres

Figure 29 : Phase III, le grenier N2, vue prise vers le sud.
Figure 29: Phase III, granary N2, view taken looking to the south.

Figure 29 : Phase III, le grenier N2, vue               prise vers le sud.Figure 29: Phase III,               granary N2, view taken looking to the south.

Cliché Alain Béton, Inrap

La phase III : Remarques générales sur les rangées et le mobilier

58Chaque rangée de la Phase III, nettement individualisée, possède ses caractéristiques propres en termes d’intervalles, d’alignements et d’orientation. Nous aborderons ces éléments avant de présenter le mobilier issu de ces greniers, ainsi que les hypothèses de datation.

59Les intervalles moyens entre les greniers des rangées 1 et 2 et des rangées 3 et 4, sont respectivement de 2,55 mètres et 3,1 mètres (fig. 12). La moyenne observée pour la rangée 5 est très proche de celle des rangées 1 et 2 : 2,45 mètres. Des intervalles relativement réguliers s’observent sur certains sites de stockage de masse, à l’image de celui de Danebury dans le Hampshire (Cunliffe et Poole, 1991, fig. 4.64). Sur le continent, nous pouvons également évoquer le site aristocratique de Bundenbach en pays trévire (Fichtl, 1994 ; Buchsenschutz, 2007) ou plus simplement la ferme gauloise de Cougevaux en Suisse (Anderson et Castella, 2007, p. 78) ou bien encore l’établissement rural du Val-de-Reuil, Le Chemin des Errants, dans l’Eure (Moreau et al., 2012). Plus près de nous, des intervalles réguliers s’observent ponctuellement à La Bleure à Cholet dans le Maine-et-Loire (Sandoz, 1999). Chaque rangée est constituée d’alignements réguliers de greniers, avec toutefois quelques irrégularités dont les origines sont mal perçues, sauf peut-être en ce qui concerne les greniers localisés dans ou autour de l’enclos fossoyé de la Phase II. Les orientations individuelles des greniers ont plutôt tendance à être homogènes à l’intérieur de chaque rangée. De ces quelques observations (les rangées 1 et 2 sont appariées à plusieurs niveaux, de même que les rangées 3 et 4), nous pouvons émettre l’hypothèse d’une construction de doubles rangées de greniers, les rangées 5 et 6 venant seulement postérieurement se rajouter en butée ou s’intercaler, ce qui suppose déjà un certain temps d’utilisation pour les rangées antérieures. Les quatorze greniers ne s’insérant dans aucune rangée matérialiseraient un état final de la zone de stockage, ils sont orientés vers l’est, surtout pour les quelques greniers périphériques. Les greniers intercalaires observés entre les rangées pourraient correspondre à une gestion opportuniste de l’espace et ne pas devoir être strictement intégrés à l’état final.

60Des intervalles réguliers s’observent d’une part entre les rangées 1 et 2 et d’autre part entre les rangées 3 et 4 ; leur largeur varie de 8 à 10 m (fig. 12). En suivant les exemples de Danebury (Cunliffe et Poole, 1991, les road 2 et 3 : fig. 4.153), de Bundenbach, dans l’actuel Palatinat (Fichtl, 1994 ; Buchsenschutz, 2007) ou du Val-de-Reuil, Le Chemin des Errants, dans l’Eure (Moreau et al., 2012), pratiquement les seuls à notre disposition, nous pouvons estimer qu’il s’agit d’axes destinés à la circulation, probablement de véhicules, pour la gestion du contenu des greniers, le stockage et déstockage ainsi que leur entretien. Ces intervalles relativement larges, pouvaient aussi servir à parer toute propagation d’incendie. L’observation de rangées sur des sites ruraux, dans l’Aisne à Bucy-le-Long (Pion, 1996, p. 62-63) ou plus près de nous, sur les sites de La Bleure (Sandoz, 1999) et des Natteries à Cholet dans le Maine-et-Loire (Maguer, 2000) ou à Benet en Vendée (Nillesse, 2000), devait permettre une gestion allant au-delà d’un simple besoin quotidien, mais il s’agit de fermes d’un rang élevé. Il est possible d’envisager la présence de personnel, de « gestionnaires » de la zone de stockage, spécialisés dans la surveillance des installations, dans leur entretien et dans la gestion des stocks, au jour le jour ou à plus long terme. Cette forme de gestion en rangées s’oppose à une gestion au quotidien, plutôt caractéristique de certains sites ruraux régionaux de rang inférieur à moyen, où les greniers, moins nombreux, sont associés individuellement à des bâtiments d’habitation. A titre d’exemples citons les établissements indigènes de Marcé (Nillesse, 1998a et b) et Beaucouzé (Maguer, 2005) dans le Maine-et-Loire ou celui de La-Chaize-le-Vicomte en Vendée (Maguer et al., 2005).

61Près de la moitié des soixante-quinze greniers de la Phase III a livré du mobilier archéologique, essentiellement céramique, le plus souvent réduit à quelques tessons.

62La céramique indigène est attestée dans trente-huit bâtiments et soixante et un trous de poteau. Ce mobilier est modeste et très fragmenté, avec cent trente tessons pour seulement quatre individus. On trouve deux cols sub-verticaux de céramiques grossières dont un haut col (fig. 30, n° 1) et un col très court (n° 2). Les autres pièces sont des lèvres éversées dont une présente une cannelure labiale (n° 3). Enfin, deux jetons en céramique découverts dans un trou de poteau du grenier F4 ont des diamètres de 2,2 et 2,8 cm (n° 5 et 6). La présence d’amphores est relevée dans six greniers (B2, B5, D2, D3, E2 et J5). Il s’agit de neuf tessons de panse d’une remarquable homogénéité. Faits d’une pâte orangée aux nombreuses et fines inclusions noires, ils attestent une origine campanienne. Un élément s’y distingue, il s’agit d’un fond issu du grenier B5 (n° 7). Ce type de pied plein à la pointe relativement triangulaire et de forme ramassée, à la pâte claire, se rapporte aux amphores de type Dressel 1 (Py, 1993).

Figure 30 : La céramique de la Phase III (n° 1 à 7) ; de l’âge du bronze (n8).
Figure 30: The Phase III pottery (no. 1 to 7); the Bronze Age pottery (no. 8).

Figure 30 : La céramique de la Phase III               (n° 1 à 7) ; de l’âge du bronze (no 8).Figure 30: The               Phase III pottery (no. 1 to 7); the Bronze Age pottery (no.               8).

63Il est bien sûr délicat d’argumenter sur la chronologie de cette phase, toutefois elle participe pleinement du cadre chronologique général de La Tène C2/D1. La présence du fond d’amphore Dressel 1 (A ?), sans qu’il faille vouloir en tirer plus de conclusions qu’il ne le permet, pourrait être un indice d’occupation à La Tène D1a.

64Les greniers de la Phase III ont aussi livré de l’argile rubéfiée, probablement des fragments de torchis, de teinte rouge à grisâtre ou noire. Leur répartition spatiale (fig. 31 : T) montre une opposition nord/sud : au nord seuls K4 et M3 présentent quelques particules d’argile rubéfiée, tandis que tous les autres greniers qui en recèlent, sont placés au sud d’une ligne E4/G3. Cette ligne coupe la concentration de greniers en deux parties égales. La présence de petites pierres brûlées a été notée dans G2, au sud du site. Ces éléments sont à mettre en relation avec la plus grande richesse en charbon de bois (fig. 31 : C) et en graines carbonisées observée au sein des sédiments issus des trous de poteau localisés au sud de cette ligne. Nous pouvons, à la vue de ces éléments concordants, émettre l’hypothèse que la moitié sud de la zone a été affectée par un ou plusieurs incendies. Les autres éléments découverts sont un clou (?) (E3) et un fragment de bracelet en verre (K4). De teinte violet foncé, il offre une section en « D » de 4,7 x 6 mm et son diamètre est estimé à 70/72 mm, et appartient à la série 36 de Manching (Gebhard, 1989). Des bracelets comparables proviennent de Levroux dans l’Indre (Buchsenschutz et al., 1994, 2000). C’est une forme attribuable à la transition La Tène C2/D1.

Figure 31 : Phase III : répartition des greniers recelant du torchis ou du charbon de bois.
Figure 31: Phase III: distribution of the granaries containing daub or charcoal.

Figure 31 : Phase III : répartition des               greniers recelant du torchis ou du charbon de bois.Figure 31: Phase III: distribution of the               granaries containing daub or charcoal.

Les greniers d’Entrammes, premiers éléments descriptifs

65Nous allons présenter quelques unes de leurs caractéristiques morphologiques avant d’évoquer des remarques plus ponctuelles. En premier lieu, il ressort une impression d’homogénéité de l’ensemble d’Entrammes. En effet, il a été mis au jour quatre-vingt greniers à quatre poteaux. Signalons en outre la présence d’un bâtiment à six poteaux (Q1 : Phase I) et d’un second sur tranchées de fondation (Q5 : Phase III). Dans les faits, nous ne présenterons que les structures à quatre poteaux.

Quelques généralités

66Les structures à quatre poteaux d’Entrammes ont des longueurs variant de 1,5 à 3,6 mètres, avec une moyenne à 2,2 mètres. Leurs largeurs varient de 0,9 à 3,4 mètres, avec une moyenne à 2 m. Leurs surfaces s’inscrivent dans une fourchette de 1,9 à 10,3 m2, avec une moyenne toutes phases confondues qui s’établit à 4,6 m2. Ce chiffre ne traduit pas toutes les nuances : la surface moyenne des greniers relevant de la Phase I est plus importante : 5,7 m2, contre 4,5 m2 pour la Phase III. Remarquons également que ce ne sont pas les structures les plus vastes qui présentent des fosses d’implantation les plus grandes et les plus profondes, à l’image du grenier O2 (fig. 8). Il est même fort possible d’envisager une évolution chronologique des greniers à petits poteaux (Phase I) vers des greniers à poteaux plus forts (Phase III), avec des différences dans l’architecture de ces bâtiments et/ou une évolution du volume ou des modes de stockage (en sacs, en vrac…), pour revenir à l’extrême fin de la période à des greniers présentant des fosses d’implantation d’une surface nettement inférieure et de plan circulaire comme cela s’observe pour les bâtiments B1, B3, B4, C1, C2, E4 et H1 (fig. 27).

67Sur l’ensemble des greniers nous avons reconnus trois types de plans : rectangulaire (67 %), carré (18 %) ou trapézoïdal (10 %), sans avoir observé de différence significative dans leurs proportions au sein des phases.

68La majorité des structures de la Phase III sont orientées légèrement vers l’ouest (82 %). Pour les vingt et une orientées légèrement vers l’est, nous relevons que celles de la Phase I le sont toutes et que sur les quatorze structures de la Phase III ne relevant pas du système en rangées, huit sont plus orientées vers l’est. Il est possible de corréler cette orientation à un phénomène chronologique, tant pour la Phase I que pour la fin de la Phase III.

69De ces points à peine esquissés, se dégage l’idée que les structures se différencient entre les deux phases, essentiellement à partir des dimensions des fosses d’implantation des poteaux. L’orientation des structures est également un critère discriminant comme le sont quelques caractères plus discrets tels que la forme des fosses et la taille des bâtiments.

Les quelques poteaux « isolés »

70Outre les poteaux constitutifs des greniers, il a été mis au jour des poteaux « isolés » qui leurs sont potentiellement liés (fig. 7 et 12). C’est un total de trente-six greniers (soit 43,4 % de l’ensemble) auxquels sont attachés de une à trois structures. Un seul aménagement se distingue, il s’agit des structures 511 et 554 associées au grenier D4 (fig. 18). De dimensions et comblement identiques, espacées de 0,60 m, elles sont situées à l’ouest de D4 à une distance de 1,25 m environ, sur sa médiane est-ouest. Ces structures peuvent revêtir plusieurs fonctions ou même être asynchrone des greniers, sans qu’il soit pour autant possible de disposer d’éléments déterminants pour leur interprétation (réparation, soutènement, écheliers ou ranchers …).

Quelques reconstructions

71Lorsque les réparations s’avéraient insuffisantes, des reconstructions devenaient nécessaires et cinq cas ont été mis en évidence :

  • le grenier P2 (7,16 m2) est remplacé par Q4 (6 m2) (extrémité nord de la rangée 1 : fig. 13), avec une diminution légère de la surface utile ;

  • le grenier K3 (4,23 m2) remplace les greniers I3 (5,37 m2) et J1 (3,60 m2) (rangée 3) ;

  • les greniers F2 (4,73 m2), Q3 (2,88 m2) et R2 (3,15 m2) se succèdent dans cet ordre (partie sud de la rangée 4 : fig. 22), avec une diminution globale des surfaces utiles ;

  • le grenier F4 (5,60 m2) remplace le grenier R1 (4 m2) (extrémité sud de la rangée 5 : fig. 25), avec une augmentation de la surface du nouveau bâtiment ;

  • le grenier P4 (4,49 m2) vient remplacer le grenier P3 (3,35 m2) (extrémité sud de la rangée 6 : fig. 26), avec une augmentation de la surface utile.

72Dans ces exemples se distinguent plusieurs modes opératoires : un grenier neuf vient en remplacer un plus ancien et cela peut s’accompagner d’une ou deux reconstructions, un grenier unique peut se substituer à deux plus anciens. Nous remarquons dans deux cas une augmentation de la surface utile et dans trois cas sa diminution.

73Les nouveaux bâtiments sont reconstruits aux mêmes emplacements que les précédents, avec parfois des déplacements peu sensibles (greniers F4 et R1 : fig. 25). Ces reconstructions in situ ont été observées, dans les Pays-de-la-Loire, à La Bleure à Cholet dans le Maine-et-Loire (Sandoz, 1999), au Panveau à Aron en Mayenne (Valais, 2007), aux Genâts à Fontenay-le-Comte en Vendée (Nillesse, 1997) ou encore à Pouillé en Vendée (Nillesse, 1993). Au Clos des Primevères ce phénomène concerne 15 % des structures et dans les Pays-de-la-Loire (hors Entrammes) 9,5 %. Il s’agit de proportions à peu près comparables, avec une moyenne de 10 % sur la région. A Entrammes, le pourcentage à peine supérieur, pourrait signer une période d’utilisation assez longue, qu’il est toutefois difficile de borner précisément.

Les fantômes de poteau

  • 6 Ce sont les greniers Q1, E1, E2, F2, G3, G4, I3, I4, M4, M5, N1, Q2 et Q3 (32,5 %).
  • 7 Ce sont les greniers L1, O2, A2, A4, B2, C5, D3, D4, E5, F1, F5, G5, L2 et P5 (35 %)
  • 8 Ce sont les greniers A3, D2, D5, E3, H4, I1, L5 et P3 (20 %)
  • 9 Ce sont les greniers I2, J2, K1, M1 et N2 (12,5 %)
  • 10 Même lorsqu’ils sont implantés dans des fosses de plan carré ou rectangulaire, citons (...)

74Quarante greniers ont livré les traces assurées de fantômes de poteau, sous la forme d’un6, deux7, trois8 ou quatre9 fantômes par grenier, soit quatre-vingt-cinq occurrences ; plusieurs autres sont présumées. Leurs dimensions varient, mais sont homogènes dans une même structure. Arrangées par classes de 10 cm, elles sont présentées dans le tableau 10. Leurs dimensions sont majoritairement comprises entre 31 et 50 cm (76 %). Le seul élément de la classe 1 est le poteau St 522 du grenier Q2 qui relève de la Phase I et donc de structures ayant des trous de poteau de faible diamètre. Les poteaux de fort diamètre, de plus de 45/50 cm, sont nombreux (27 cas) ; le diamètre maximum (60 cm) est observé dans le grenier D2. Quarante-six poteaux ont des sections circulaires10 et un seul est de section nettement carrée (J5 : rangée 2). En considérant que nous avons là suffisamment de données à notre disposition, nous avons calculé le rapport diamètre des poteaux/diamètre des trous de poteau. Ce rapport est, sur vingt-sept greniers, de 0,46 avec des minimums de 0,33/0,35 (D4 et A4) et des maximums de 0,57/0,59 (H4 et D3). Le diamètre moyen des poteaux est d’un peu moins de la moitié de celui des fosses où ils sont implantés. Ces dimensions permettent d’évoquer la présence de structures puissantes, destinées assez vraisemblablement à recevoir d’importantes quantités à stocker, mais aussi stables sur le substrat sableux.

Tableau 10 : Dimensions des fantômes de poteau des greniers, ordonnées par classes de 10 cm, en nombre et en pourcentage.
Table 10: Dimensions of granary phantom postholes, ordered by classes of 10 cm, in numbers and in percent.

Tableau 10 : Dimensions des fantômes de               poteau des greniers, ordonnées par classes de 10 cm, en nombre               et en pourcentage.Table 10: Dimensions               of granary phantom postholes, ordered by classes of 10 cm, in               numbers and in percent.

2. Quelques structures plus tardives

75Au Clos des Primevères, deux autres périodes d’occupation, romaine et médiévale et/ou moderne ont aussi été identifiées.

76Au sein de la surface décapée, seuls deux fossés et deux fosses sont attribuables à la période antique. Les fosses St 132 et 595, de petites dimensions, ont livré des fragments de tuiles antiques et des petits tessons du ier s. apr. J.-C. Les fossés St 3 et St 6, parallèles, distants de 5 m environ, orientés ouest-nord-ouest – sud-sud-est, présentent de légères courbures (fig. 32). Ils recelaient, pour le premier, un fragment d’amphore républicaine et un fragment de tuile antique et, pour le second, trois fragments de tuiles antiques et un fragment d’écuelle à collerette attribuée au haut Moyen-Âge. Ces fossés dessinent un cheminement qui s’appuierait au nord sur la voie antique Le Mans (Vindinum) – Rennes (Condate), au tracé bien connu. Vers le sud-est ce chemin pourrait desservir le site antique de La Furetière constitué d’un enclos et d’un fanum (Naveau, 1992a, p. 124). Contrairement à la voie Le Mans (Vindinum) – Rennes (Condate), ce chemin, un élément mineur dans le paysage antique, n’apparait pas sur le cadastre ancien.

Figure 32 : Le chemin antique St 3 et 6 et le chemin médiéval et/ou moderne St 47 et 383.
Figure 32: The ancient track St 3 and 6 and the medieval and/or modern track St 47 and 383.

Figure 32 : Le chemin antique St 3 et 6 et le           chemin médiéval et/ou moderne St 47 et 383.Figure 32: The ancient track St 3 and 6 and the           medieval and/or modern track St 47 and 383.
  • 11 Information communiquée par J.-M. Gousset du Service municipal d’Archéologie de Laval (53 (...)
  • 12 Idem.

77La période médiévale est marquée par le fossé St 4 qui reprend l’axe antique déterminé par le chemin de desserte St 3 et 6 ; deux autres fossés, St 47 et 383, situés sur la partie ouest du décapage, formeraient un cheminement médiéval et/ou moderne (fig. 32). Du fossé St 4 est issu un tesson de panse d’une oule, à la pâte blanche sableuse, de la fin du Moyen-Âge et attribuable aux ateliers de Saint-Pierre-le-Potier, au sud de Laval11. Les fossés St 47 et 383, parallèles et légèrement incurvés, sont orientés ouest-nord-ouest – sud-sud-est. Le premier recelait six tessons d’une oule datable de la fin du Moyen-Âge, issue vraisemblablement des ateliers de Saint-Pierre-le-Potier. Le second a livré dix tessons d’un même vase, de la fin du Moyen-Âge, apparenté aux productions de la Hardelière, au sud de Laval (Bucur et al., 1984)12. Ces fossés St 47 et 383, parallèles, espacés de 3 à 3,3 m, formeraient un cheminement médiéval et/ou moderne (fig. 32), qui s’appuierait là encore sur l’ancienne voie antique au nord-ouest. Le fossé St 4, sensiblement parallèle à ce chemin, dont il est distant de 52/53 m, matérialiserait l’amorce d’un parcellaire.

78Ces différents fossés forment, toute période confondue, un système cohérent. Les fossés gaulois déterminent un système d’accès à la zone de greniers et d’habitat ; leur jonction avec la voie gauloise se faisait vraisemblablement au niveau de la carrière d’Ecorcé. Le chemin antique St 3/6 devait également s’appuyer sur la voie antique Le Mans-Rennes dont le tracé est bien connu à l’est d’Entrammes (Naveau, 1997). Le chemin médiéval et/ou moderne identifie un petit ensemble à l’orientation comparable et parallèle aux éléments antérieurs. Ces vestiges marquent la permanence d’une grande direction, ouest-nord-ouest – sud-sud-est, que ce soit sous la forme de chemins et ou de parcellaire. Ces éléments ont dû disparaitre lors de la captation par la route de Forcé (RD 565) de la voie antique, en désuétude et signent, pour une durée d’un peu moins de 2000 ans, une organisation du paysage toujours basée sur la voie primitive.

3. Le stockage sur greniers surélevés dans son contexte régional

  • 13 Qui ne se veut pas exhaustif mais que nous pouvons estimer représentatif des dé (...)
  • 14 Nous remercions chaleureusement tous les collègues de l’INRAP qui nous ont auto (...)

79Dans un premier temps nous allons présenter un inventaire sommaire13 des structures assimilables à des greniers surélevés sur poteaux, découvertes dans les Pays-de-la-Loire. Nous nous sommes basés sur les publications et rapports de fouille récents14. D’un point de vue chronologique nous nous sommes limités à La Tène moyenne et finale, ainsi qu’à la période romaine précoce. Cet inventaire sommaire est présenté dans les tableaux 11 (pour les départements de la Loire-Atlantique, du Maine-et-Loire, de la Mayenne et de la Sarthe) et 12 (pour le département de la Vendée). Il est accompagné d’un choix d’illustrations de structures se rapportant à des greniers (fig. 33 à 36).

Tableau 11 : Récapitulatif des principales données pour la Loire-Atlantique, le Maine-et-Loire, la Mayenne et la Sarthe par commune, lieu-dit, chronologie (simplifiée), nombre de greniers mis au jour et bibliographie (Illust. : illustration).
Table 11: Summary of principal data for the Loire-Atlantique, the Maine-et-Loire, the Mayenne and the Sarthe by municipality, place, chronology (simplified), number of granaries discovered and bibliography (Illust.: illustration).

Tableau 11 : Récapitulatif des principales           données pour la Loire-Atlantique, le Maine-et-Loire, la Mayenne et           la Sarthe par commune, lieu-dit, chronologie (simplifiée), nombre de           greniers mis au jour et bibliographie (Illust. :           illustration).Table 11: Summary of principal           data for the Loire-Atlantique, the Maine-et-Loire, the Mayenne and           the Sarthe by municipality, place, chronology (simplified), number           of granaries discovered and bibliography           (Illust.: illustration).

Tableau 12 : Récapitulatif des principales données pour la Vendée, par commune, lieu-dit, chronologie (simplifiée), nombre de greniers mis au jour et bibliographie.
Table 12: Summary of principal data for the Vendée, by municipality, place, chronology (simplified), number of granaries discovered and bibliography.

Tableau 12 : Récapitulatif des principales           données pour la Vendée, par commune, lieu-dit, chronologie           (simplifiée), nombre de greniers mis au jour et           bibliographie.Table 12: Summary of principal           data for the Vendée, by municipality, place, chronology           (simplified), number of granaries discovered and           bibliography.

Figure 33 : Choix de greniers de Guérande (44), Beaucouzé, Chemillé et Cholet (49).
Figure 33: Granaries at Guérande (44), Beaucouzé, Chemillé and Cholet (49).

Figure 33 : Choix de greniers de Guérande           (44), Beaucouzé, Chemillé et Cholet (49).Figure 33: Granaries at Guérande (44), Beaucouzé,           Chemillé and Cholet (49).

Figure 34 : Choix de greniers de Marcé (49), Aron et Château-Gontier (53).
Figure 34: Granaries at Marcé (49), Aron et Château-Gontier (53).

Figure 34 : Choix de greniers de Marcé (49),           Aron et Château-Gontier (53).Figure 34:           Granaries at Marcé (49), Aron et Château-Gontier (53).

Figure 35 : Choix de greniers de Dissay-sous-Courcillon, Lavernat et Vivoin (72).
Figure 35: Granaries at Dissay-sous-Courcillon, Lavernat et Vivoin (72).

Figure 35 : Choix de greniers de           Dissay-sous-Courcillon, Lavernat et Vivoin (72).Figure 35: Granaries at Dissay-sous-Courcillon,           Lavernat et Vivoin (72).

Figure 36 : Choix de greniers de Beauvoir-sur-Mer, Benet, Fontenay-le-Comte, La-Chaize-le-Vicomte et Pouille (85).
Figure 36: Granaries at Beauvoir-sur-Mer, Benet, Fontenay-Le-Comte, La-Chaize-le-Vicomte et Pouille (85).

Figure 36 : Choix de greniers de           Beauvoir-sur-Mer, Benet, Fontenay-le-Comte, La-Chaize-le-Vicomte et           Pouille (85).Figure 36: Granaries at           Beauvoir-sur-Mer, Benet, Fontenay-Le-Comte, La-Chaize-le-Vicomte et           Pouille (85).

Les greniers des Pays-de-la-Loire, éléments descriptifs

80Un décompte par département de ces greniers, avec ceux d’Entrammes (tabl. 13), reflète un état de la recherche qui, pour la Mayenne, grâce aux découvertes du Clos des Primevères, s’équilibre avec les départements du Maine-et-Loire et de la Vendée. L’ensemble accentue les déficits observés pour la Sarthe et la Loire-Atlantique, départements qui respectivement représentent 3,6 et 5,2 % des structures. Les sites d’habitat à enclos prédominent, ils représentent près des 3/4 des sites, mais ne concentrent que près de la moitié des greniers (jusqu’à la découverte du Clos des Primevères, ils en représentaient encore les 4/5). A cela s’ajoutent deux sites vraisemblablement « ouverts » : Bournezeau et Saint-Fulgent en Vendée qui ont livré six greniers. Enfin, dernier type de site reconnu, l’habitat groupé, également au nombre de deux, rassemble 40 % des greniers de la région : La Bleure dans le Maine-et-Loire et Le Clos des Primevères (nous n’avons pas tenu compte du site des Pichelots dans le Maine-et-Loire, mal connu).

Tableau 13 : Récapitulatif en nombre et en pourcentage, des sites et des greniers, par département.
Table 13: Summary in number and percentage of sites and granaries by department.

Tableau 13 : Récapitulatif en nombre et en             pourcentage, des sites et des greniers, par département.Table 13: Summary in number and percentage of sites             and granaries by department.

81Une autre classification peut être testée, tous sites confondus, en fonction de tranches déterminées par des paliers de dix greniers (tabl. 14). La majorité des sites recèlent moins de dix greniers (tranche T. 1) et la plupart de un à cinq (19 occurrences sur 27). Viennent ensuite, avec trois occurrences, la tranche T. 2 : Benet, La-Chaize-le-Vicomte et Les Genâts en Vendée ; puis la tranche T. 4 avec deux sites, La Bleure et Le Clos des Primevères. La tranche T. 3 est représentée par le seul site des Natteries à Cholet, dans le Maine-et-Loire.

Tableau 14 : Répartition des sites et des greniers, en nombre et en pourcentage, par tranches de 10 unités/greniers.
Table 14: Distribution of sites and granaries, in number and percentage, by segments of 10 units/granaries.

Tableau 14 : Répartition des sites et des             greniers, en nombre et en pourcentage, par tranches de             10 unités/greniers.Table 14: Distribution             of sites and granaries, in number and percentage, by segments of             10 units/granaries.

82Tout en restant prudents dans l’interprétation de ces premiers résultats, nous pouvons envisager qu’ils puissent être représentatifs d’une certaine forme de hiérarchisation de l’habitat. La tranche T. 1 regroupe les établissements ruraux les plus fréquents, souvent de faibles dimensions, comprenant peu de bâtiments, peu de greniers et guère plus de mobilier. Le gisement de Lavernat dans la Sarthe en constitue un exemple (Guillier et al., 2009). La tranche T. 2 rassemble des sites parfois qualifiés d’aristocratiques (Les Genâts : Nillesse, 1997) ; ils regroupent, sur des surfaces importantes, de nombreux bâtiments et recèlent un mobilier conséquent, mais moindre que celui de la tranche suivante. La tranche T. 3 représentée par le site des Natteries à Cholet, résidence aristocratique vraisemblable, allierait, pour les greniers, des fonctions de production et de centralisation (Maguer, 2000). La tranche T. 4 est constituée de deux habitats groupés, Entrammes et La Bleure (le premier pouvant éventuellement se rapporter à un vicus), éléments qui centralisent une partie importante des productions agricoles : environ le quart des greniers de la région pour le site, incomplet, du Clos des Primevères.

83Pour le département de l’Oise une proposition de hiérarchisation des fermes a donné des résultats équivalents à l’observation d’autres critères (taille et forme des enclos, nombre de maisons… : Malrain et Pinard, 2006, p. 244-252). Nous pouvons estimer que nos résultats sont validés par les propositions effectuées par ailleurs et qu’ils sont représentatifs d’une hiérarchie sociale de l’habitat gaulois, d’une maitrise foncière et des circuits commerciaux. L’observation du nombre de greniers par tranche (tabl. 14) montre aussi une capacité de stockage répartie de manière asymétrique, les quatre établissements des tranches T. 2 et T. 3 cumulant 23 % des greniers, en comparaison des 36,7 % des greniers répartis sur les vingt-sept fermes de la tranche T. 1.

84Nous observons de faibles occurrences du grenier aérien en début de période, sa multiplication durant La Tène moyenne, et sa montée en puissance à La Tène finale, phénomène également observé dans la vallée de l’Aisne (Pion, 1996, p. 100), et interprété de manière multifactorielle : amélioration des rendements, augmentation de la population, optimum climatique à La Tène finale (Fajon et Lepert, 2000 ; Gransar, 2000, p. 293). Pour la période romaine ce sont quelques greniers sur poteaux seulement qui ont été mis en évidence (Bellanger, 2006 ; Guillier, 2002), trahissant ainsi un changement net dans les modes de conservation et de commercialisation.

Premiers éléments de classification des greniers

  • 15 Trop classiquement ?

85Classiquement15 la typologie des greniers s’effectue en fonction du nombre des poteaux qui en forment l’ossature (Cunliffe et Poole, 1991, p. 107-111 ; Gransar, 2001) ; nous avons choisi de les classer d’après les caractères morphologiques déterminés par ces auteurs, pratiquement les seuls à notre disposition, en fonction de cinq grands types (fig. 37). Peu de travaux chiffrés présentent en Gaule des données permettant de s’y appuyer. Il s’agit essentiellement de ceux de Frédéric Gransar (2001), sur le Nord/Bassin parisien, avec son « bloc chronologique 3 » (La Tène moyenne et finale), qui nous concerne ici, et pour une séquence chronologique un peu plus large, le second âge du Fer, quelques données sont accessibles pour la vallée de l’Oise (Malrain et Pinard, 2006) (tabl. 15).

Figure 37 : Les greniers des Pays-de-la-Loire, premiers éléments de classification, les types 1 à 5.
Figure 37: The granaries of the Pays-de-la-Loire, initial classification elements, types 1 to 5.

Figure 37 : Les greniers des             Pays-de-la-Loire, premiers éléments de classification, les types 1             à 5.Figure 37: The granaries of the             Pays-de-la-Loire, initial classification elements, types 1             to 5.

Tableau 15 : Répartition des greniers, en nombre et en pourcentage, en fonction des cinq principaux « types » retenus.
Table 15: Distribution in granaries, in number and percentage, according to the five principal "types" adopted.

Tableau 15 : Répartition des greniers, en             nombre et en pourcentage, en fonction des cinq principaux             « types » retenus.Table 15: Distribution             in granaries, in number and percentage, according to the five             principal "types" adopted.

Les structures à quatre poteaux, « type 1 »

86La grande constante, nous nous y attendions, quel que soit le détail chronologique retenu, est la prédominance des structures à quatre poteaux qui constituent le « type 1 » (types E/H de Danebury : Cunliffe et Poole, 1991). Il s’agit du type le plus répandu et son expression la plus simple. Plusieurs sous-types peuvent être évoqués, surtout par rapport à la taille et la forme des fosses d’implantation des poteaux (fig. 37). Ces structures ont régionalement des surfaces moindres (4,1 m2) que celles observées dans le Nord/Bassin parisien (6,5 m2), pour sensiblement la même période. Cette moyenne cache des disparités régionales (tabl. 16), les surfaces moyennes variant sensiblement, du site de La Bleure à celui de Benet, de 3,47 m2 à 5,66 m2.

Tableau 16 : Moyennes des longueurs, largeurs et surfaces des structures à quatre poteaux 
Table 16: Averages of lengths, widths and surface areas of the four-post structures

Tableau 16 : Moyennes des longueurs,               largeurs et surfaces des structures à quatre poteaux Table 16: Averages of lengths, widths and surface               areas of the four-post structures

Exemples de disparités sur quelques sites choisis dans les Pays-de-la-Loire (les dimensions sont exprimées en mètres et les surfaces en mètres carrés).
Examples of disparities for some selected sites in the Pays-de-la-Loire (the dimensions are in metres and the surface areas in square metres).

Les structures à cinq poteaux, « type 2 » (fig. 37)

  • 16 Type K(5) de Danebury (Cunliffe et Poole, 1991), qui se trouve régionalement aux Natt (...)

87Elles ne correspondent pas forcément aux définitions des structures à cinq poteaux des différents auteurs cités où le type est très souvent défini par un cinquième poteau central dans une structure à quatre poteaux d’angles16. Aucun grenier de ce type n’a été mis au jour à Entrammes. Ceux découverts dans les Pays-de-la-Loire matérialisant 3 % du corpus régional, sont datables du début de La Tène finale à Marcé (Nillesse, 1998a et b) au début de la période antique, à La Gaubretière (Guillier, 2002), ce sont des bâtiments a quatre poteaux porteurs, un cinquième étant déporté (Marcé : fig. 37). Des exemplaires sont notés à La Tène C2/D1 sur un établissement rural au Val-de-Reuil, Le Chemin des Errants, dans l’Eure (Moreau et al., 2012). Ces structures présentent des dimensions moyennes proches de celles à quatre poteaux, tout au plus observons-nous qu’elles adoptent des plans un peu plus rectangulaires que les structures à quatre poteaux.

Les bâtiments à six poteaux : le « type 3 »

88Il s’agit du type A/C de Danebury (Cunliffe et Poole, 1991) (fig. 37), dont aucun exemple ne provient d’Entrammes. Peu communs dans les Pays-de-la-Loire (4,6 % du corpus) ce type a été reconnu à Gérande (Leterle et al., 1990), ils sont plus nombreux dans le Bassin parisien et la vallée de l’Oise (tabl. 15). Ils sont surtout représentés dans le Bassin parisien au Bronze final IIIB – Hallstatt ancien (où ils représentent 25 % des greniers) puis deviennent plus anecdotiques à La Tène. Une variante présente un poteau central (type 3a : fig. 37). Ce type 3 présente une surface moyenne de 8,6 m2. Ceux décrits dans le Bassin parisien (Gransar, 2001), ont des dimensions sensiblement plus importantes : 15 m2. Quelques uns se trouvent sur une zone de stockage, liée à un établissement rural au Val-de-Reuil, Le Chemin des Errants, dans l’Eure pour La Tène C2/D1 (Moreau et al., 2012). Notre bâtiment Q1 (fig. 8), relevant de la Phase I et dont la fonction est discutée, pourrait éventuellement se rattacher à ce « type 3 ».

Les greniers à neuf poteaux, le « type 4 »

89C’est le type D de Danebury (Cunliffe et Poole, 1991) et il est absent d’Entrammes. Peu courants, ils apparaissent dans le Bassin parisien dès le Hallstatt final – La Tène ancienne et sont d’une surface moyenne de 18 m2. Ils sont présents sur des oppida de La Tène finale à Villeneuve-Saint-Germain (deux exemples de 14 et 17 m2 : Constantin et al., 1982) ou, à la même période sur des habitats ouverts, comme celui du Brassot à Etigny dans l’Yonne (Séguier et Auxiette, 2008), ou enclos, par exemple à Missy-sur-Aisne dans l’Aisne (Pion, 1996, p. 99 et fig. 43.10). Ils font une simple apparition dans les Pays-de-la-Loire, au début de l’époque romaine à Beauvoir-sur-Mer avec un exemplaire de 15 m2 (Bellanger, 2006) (fig. 37). On en retrouve en Picardie sur des fermes gallo-romaines précoces (Collart, 1996, fig. 15, le bâtiment n° 10 de 11 m2).

Des bâtiments sur tranchées de fondation, le « type 5 »

90Élevé sur deux tranchées de fondation parallèles mais montrant toutefois des poteaux au nombre de quatre ou plus souvent six, ce type 5 est représenté régionalement par deux structures : une à Fontenay-le-Comte (fig. 37 : E27, à six poteaux) et la seconde au Clos des Primevères (fig. 37 : Q5, à quatre poteaux). Des structures très comparables ont été mises en évidence à Danebury pour une période un peu plus ancienne (Cunliffe, 1984). Pour La Tène finale, il est évoqué deux exemples à Grisy-sur-Seine en Seine-et-Marne (Mordant et Baray, 1984) et pour l’époque -romaine précoce, trois exemples en Picardie (Collart, 1996, p. 152-153) (tabl. 17). Il serait éventuellement possible que ce type se rapporte à des greniers (ibid., p. 152).

Tableau 17: Les structures sur tranchées de fondation : quelques exemples
Table 17: The structures on ditched ground plates: some examples

Image

Les dimensions sont exprimées en mètres et les surfaces en mètres carrés
The dimensions are in metres and the surface areas in square metres

4. L’occupation gauloise, bilan et perspectives

91À l’issue de cette présentation des données livrés par la fouille de l’été 2008 au Clos des Primevères à Entrammes, seront ébauchées quelques pistes de réflexion axées sur la chronologie du site, sur la nature de son occupation et sur les quelques interrogations que peuvent poser la présence de cette zone de stockage de masse en Gaule.

La chronologie du site

92La céramique indigène et les amphores permettent essentiellement de proposer un schéma chronologique de l’occupation. Si les structures isolées, les fossés parcellaires et l’habitat nord-ouest ne peuvent être datés précisément à juste raison, la zone des greniers et l’habitat sud fournissent des indications qu’il convient de manipuler avec prudence.

93Les premières occupations remontent à La Tène C2 et, pourquoi pas, éventuellement à La Tène C1b. La découverte d’amphores gréco-italiques dans les anomalies géologiques et de céramiques et décors de la fin de La Tène moyenne dans la Phase II, avec l’enclos ouvert, participent de ce premier horizon chronologique. La première phase des greniers qui précède cet enclos lui est sans doute antérieure de peu. Le second horizon chronologique, de La Tène D1a, est illustré par les amphores Dressel 1A et les éléments issus des trous de poteau des greniers de la Phase III.

94D’un point de vue culturel, l’assemblage est cohérent avec les ensembles mayennais contemporains. Les influences occidentales y sont très fortes, avec la présence de pots à cannelures sur la panse et surtout celle de cannelures labiales internes. En revanche, l’absence ou presque, de « bols mayennais », systématiquement présents dans les contextes du nord du département, même peu fournis (par exemple Bouvet, 1997 ou Bocquet et al., 2007), pose question. Doit-on y chercher la manifestation d’une zone mayennaise méridionale où sa représentation diminuerait et dans laquelle le type 1 défini ici (fig. 5, vases n° 1 à 3), constituerait un équivalent ? Ou alors, comme semble l’indiquer la découverte de « bols mayennais » sur l’oppidum du Port du Salut (Levillayer, in Morin, 2007), cette absence s’expliquerait-elle par une chronologie haute, remontant à La Tène moyenne ?

95La présence d’amphores républicaines, essentiellement campaniennes (fig. 5, n° 13 à 21), est intéressante. Il s’agit, en nombres de restes, du lot le plus important d’Entrammes (cent dix-huit fragments pour neuf individus). Pour mémoire, le site de La Carie II a livré soixante et onze fragments pour dix individus (Lemaître, in Guillier et al., 2013), celui de la carrière d’Écorcé une trentaine de restes pour cinq individus et le fanum du Port, quarante fragments pour un seul individu. Si le faciès amphorique du Clos des Primevères se distingue du dernier site évoqué où seules sont représentées des amphores Dressel 1 (dont une lèvre de Dressel 1B), il est assez proche de celui de La Carie II où tous toutes les lèvres appartiennent à des types de transition entre gréco-italiques et Dressel 1A (ibid., p. 37). La ressemblance est aussi frappante avec le lot de la carrière d’Écorcé. L’application des mêmes critères permet d’identifier une amphore gréco-italique et quatre amphores de types de transition dont deux sont certainement assez anciennes. Ces ressemblances laissent envisager une occupation contemporaine de ces sites voisins, plus précoce que celle identifiée jusqu’à présent sur l’oppidum.

Un centre de stockage en bordure d’une agglomération gauloise ?

96Une organisation de l’espace avec des domaines réservés à l’habitat, au sud et à l’ouest d’une zone de stockage de masse regroupant près de quatre-vingt greniers (fig. 3, 7 et 12), est suggérée à La Tène C2-D1a. Des fossés de parcellaire limitent ces espaces réservés, un chemin en « trompette » permet d’accéder à la zone de greniers et à l’habitat méridional à partir de la voie gauloise est-ouest. Nous pouvons lier chronologiquement ces éléments aux découvertes de la carrière d’Écorcé. Bien qu’essentiellement constitués de céramique, les éléments relevés (Naveau, 1976-1977, 1977), décrivent dans un fossé les rejets, denses, d’un habitat (plaques-foyer, charbon de bois, ossements et argile brûlés). Ils sont éloignés d’environ 100 m au nord de la voie antique, ce qui les place à 180 m au nord-ouest de l’extrémité nord de la rangée 1 de greniers et à environ 250 m au nord-nord-ouest de l’occupation méridionale du Clos des Primevères. Ces éléments vont donc au-delà d’une occupation de type ferme indigène, même de grande ampleur. Jacques Naveau (1976-1977, p. 6) émettait l’hypothèse d’une liaison étroite entre les découvertes de la carrière d’Écorcé et la présence de la voie antique, dont nous savons depuis qu’elle est plus ancienne.

97Chronologiquement nous lions ces découvertes à celles du site de La Carie, situées à environ 1,2 km à l’ouest, au pied de l’oppidum (Guillier et al., 2013), marquées par une succession d’habitats bordés au nord par une importante voie matérialisée au sol par deux fossés, apparaissant modestement dès la fin du iiie/début du iie s. av. J.-C. et qui perdurent jusqu’à la seconde moitié du iie s. av. J.-C. Nous avons pu mettre en parallèle cette voie gauloise avec la voie antique et tardo-antique qui lui succède, dont le tracé, clairement reconnu (fig. 2), passe à quelques mètres au nord du Clos des Primevères ! Ces observations confirment les hypothèses de Jacques Naveau (1976-1977), sur l’importance de cette voie dans la structuration de l’habitat gaulois puis antique. Si l’habitat antique d’Entrammes ne pose pas trop de problèmes de définition par la présence d’une parure monumentale : les thermes (Naveau, 1991a, 1992b) et le site du 63 de la rue du Maine (Guillier, 2006a), il doit s’agir d’un chef-lieu de pagus. Il n’en est toutefois pas de même avec les occupations antérieures, surtout en ce qui concerne celles qui précèdent l’oppidum attribuable à La Tène D1 (b ?) et D2.

98Les vestiges de La Tène C2-D1a, de la carrière d’Ecorcé, de La Carie et du Clos des Primevères s’apparentent à de l’habitat. Ils sont plus ou moins riches et possèdent un mobilier commun. Ils s’égrènent le long de la voie gauloise, leur second dénominateur commun (fig. 2). Or nous manquons d’informations sur l’existence, ou pas, de structures gauloises entre les sites de La Carie 2 et du Clos des Primevères. Sans nous retrancher derrière une formule du type « les prochaines investigations répondrons probablement à cette question », nous allons émettre deux hypothèses : l’existence ou non d’une solution de continuité entre ces points. Ces hypothèses se résument d’une autre manière : existe-t-il un ensemble de petits pôles d’occupation égrenés le long de la voie ou bien un seul et même site, implanté en continu le long de cette voie, de La Carie au Clos des Primevères, a savoir une agglomération ? Si nous manquons de parallèles pour la première hypothèse, ce n’est pas le cas pour la seconde au iie s. av. J.-C. Pour cette période, de nombreuses agglomérations, matérialisant une urbanisation indigène précoce, se répartissent de l’Elbe à l’embouchure de la Loire (Collis et al., 2000 ; Buchsenschutz et Krausz, 2001 ; Buchsenschutz, 2007 ; Feliu, 2005). Parmi les plus connues évoquons Bâle en Suisse, Breisach/Hochstetten-Münsterberg dans la vallée du Rhin ou Aulnat/Corent en Auvergne. Plus près des Pays-de-la-Loire citons Levroux dans l’Indre (Buchsenschutz et al., 2000). Il s’agit d’habitats, occupés par des commerçants et artisans, situés à des « carrefours routiers ou sur des gués ou bien encore à proximité immédiate de ressources minières » (Buchsenschutz, 2007, p. 67-68). Dans la région Centre l’agglomération de Saumeray/Le Bas des Touches dans le département de l’Eure-et-Loir s’étire le long d’une voie (Collis et al., 2000). Les occupations du Clos des Primevères et de La Carie répondent aux deux premiers de ces critères, la conjugaison du troisième, les « ressources minières », pas encore mises en évidence, pourrait se décliner localement à partir du thème « ressources agricoles ». L’agriculture est pour ces agglomérations considérée comme « marginale » par certains auteurs (ibid., p. 81), qui considèrent dans le même temps qu’elles « s’installent au cœur de terroirs agricoles », mais est-ce antinomique ?

99Il s’agit généralement de sites de « plaine », d’une surface variant de 10 à 20-25 ha (Collis et al., 2000 ; Buchsenschutz et Krausz., 2001 ; Feliu, 2005). Dans le cas d’Entrammes, en continu sur 1,3 km entre le Clos des Primevères et La Carie, sa surface avoisinerait 20/25 ha, voire un peu plus. En revanche, un thème fréquent, celui de l’artisanat, manquant à Entrammes, s’explique par le fait que les points fouillés ne se situent pas au cœur de l’agglomération, mais à ses extrémités Est (Clos des Primevères) et Ouest (La Carie). Chronologiquement nous nous inscrivons parfaitement dans les limites dégagées globalement jusqu’à présent pour ces sites (tabl. 18).

Tableau 18 : Données chronologiques de quelques sites de plaine et des sites de hauteur correspondant
Table 18: Chronological data for some plain sites and corresponding upland sites

100[Image non convertie]

En partie d’après Feliu, 2005

In part after Feliu, 2005

101Un des critères retenus pour leur définition évoque un « rôle économique important » (Feliu, 2005, p. 11), parfois traduit par « l’intégration dans le monde méditerranéen », notamment au travers des échanges commerciaux (Buchsenschutz, 2007, p. 65-68). Ce qui transparaît à Entrammes avec la présence, en quantité relativement importante pour l’ouest de la Gaule, d’amphores républicaines, essentiellement italiques.

102D’après la chronologie générale des oppida (Fichtl, 2005, p. 36-40), l’essentiel des trois gisements gaulois d’Entrammes est antérieur à la grande période d’édification des oppida de La Tène D1. Seuls quelques-uns, tels Závist ou Manching, prétendent à une occupation aussi haute, parfois plus ancienne (La Tène C2), ils appartiendraient à la première phase d’édification des oppida de l’Europe centrale. Parfois la phase ancienne d’un site correspond à un habitat ouvert, ceint postérieurement par un oppidum, tel Manching. De nombreux autres oppida, tardifs (La Tène D2), tels que Villeneuve-Saint-Germain, Pommiers ou Gergovie, remontent à une période où l’habitat gaulois des Primevères à Entrammes est déjà abandonné. Seul l’Horizon I récent du site de La Carie (Guillier et al., 2013) couvrant la seconde moitié du iie s. av. notre ère, correspond à une phase d’édification de quelques grands oppida comme le Titelberg, Besançon, Variscourt ou le Mont-Beuvray. La voie et les habitats de La Carie, de la carrière d’Ecorcé et du Clos des Primevères préexisteraient à la création de l’oppidum du Port du Salut qui remonte à La Tène D1 (b ?) et D2. Nous serions donc éventuellement à Entrammes en présence d’un « vicus » (Kaenel, 2006), pouvant correspondre au modèle élaboré à Levroux (Buchsenschutz et al., 2000, Buchsenschutz et Krausz, 2001), qui, même s’il est parfois un peu contesté quand à la genèse particulière de certains sites (Feliu, 2005), n’en reste pas moins ici valable et cohérent (tab. 18).

La zone de greniers d’Entrammes, un site assez inhabituel en gaule ?

103En préalable et support de quelques remarques de notre part, nous allons citer, in extenso, deux passages d’Olivier Buchsenschutz (2006), afin de tenter de replacer les greniers gaulois d’Entrammes (fig. 7 et 12) dans leur contexte particulier. Ces paragraphes mettent en évidence les interrogations liées à l’inobservation en Gaule de structures de stockage de masse ou collective sur les agglomérations au iie s. av. J.-C. :

104« Même dans ces agglomérations, aucun bâtiment, grenier, aire à battre ou autre, ne suggère une organisation collective du stockage ou du traitement de la récolte. Les batteries de silos ou de greniers, fréquentes entre les vie et ive s., ne sont plus attestées, ni dans la campagne, ni sur les oppida. » (Buchsenschutz, 2006, p. 57). « La raréfaction des traces archéologiques du stockage, qui s’oppose aux batteries de silos et de greniers des siècles précédents, constitue un problème que F. Gransar a bien posé : soit il nous échappe parce qu’il est pratiqué désormais dans des structures posées simplement sur le sol ou surélevées, soit (ou de plus) il s’est déplacé dans des agglomérations ou dans les fermes des plus gros propriétaires. Cette modification d’une pratique cruciale dans le monde rural est très importante, mais nous ne pouvons pas actuellement l’expliquer. » (ibid., p. 61).

  • 17 Ce site présente une première phase d’occupation vers 550 à 450 av. J.-C., (...)
  • 18 Cette occupation est principalement datée du ive s. av. J.-C.
  • 19 Ce site gallois est daté de la fin du viie s. av. J.-C. (Hallstatt C2).
  • 20 La principale phase d’occupation de ce site est datée d’environ 550 à 450 av. J.-C., av (...)
  • 21 Ce site attribué au Hallstatt final/ La Tène ancienne a livré au nord de pl (...)
  • 22 Ce site est plus récent que les précédents exemples, il est daté de La Tène C-D1.
  • 23 Ce site du Hallstatt final/ La Tène ancienne a livré une quinzaine de greni (...)
  • 24 Ce site daté de La Tène C2/D1, et donc plus ou moins contemporain du Clos des Primevère (...)

105En premier lieu cela confirme que les batteries de silos et de greniers surélevés à usage plutôt collectif semblent caractériser des périodes plus anciennes que celles relevées à Entrammes avec des sites à l’image de Danebury (Cunliffe et Poole, 1991 )17, de Sutton Common (Van de Noort et al., 2007)18 ou de Moel y Gaer 19 (Buchsenschutz, 1985 ; Audouze et Buchsenschutz, 1989). Sur le continent citons les sites de Gondreville en Meurthe-et-Moselle (Deffressigne, 2002)20, de Grisy-sur-Seine en Seine-et-Marne (Gouge et Séguier, 1994, p. 51-55)21 de Bundenbach22 où il a été mis au jour plus d’une centaine de greniers (Fichtl, 1994 ; Buchsenschutz, 2007). Plus proche d’Entrammes, relevons le site d’habitat d’Hautot-le-Vatois23 en Seine-Maritime (Blancquaert et Desfossés, 1994) ainsi qu’un vraisemblable établissement indigène au Val-de-Reuil24 dans l’Eure (Moreau et al., 2012). Pour Gondreville, Grisy-sur-Seine et Hautot-le-Vatois, il s’agit de sites ouverts, peu denses et de grande extension : 800 m sur un linéaire à Hautot-le-Vatois (ibid.) ou recouvrant environ 150 ha à Gondreville (Deffressigne, 2002). Il s’agit, selon ce dernier auteur d’une « ferme-grenier », au rang relativement élevé dans la hiérarchie de l’habitat rural de la fin du Hallstatt. La zone de stockage du Val-de-Reuil serait liée à un établissement indigène enclos localisé près de la confluence de la Seine et de l’Eure, le long d’un paléochenal. Les quatre autres sites sont fortifiés : Danebury, Sutton Common, Moel y Gaer et Bundenbach. Ce dernier dont la chronologie dans ce lot se rapproche de celle d’Entrammes n’est pas un vicus, mais un Altburg, une fortification sur éperon barré avec murus duplex, couvrant 2,3 ha (Fichtl, 1994), et dont le caractère aristocratique (Buchsenschutz, 2007, p. 96), ne semble pas correspondre pas à celui du Clos des Primevères.

106Des exemples ethnographiques de regroupements de greniers montrent des modes de gestion communautaires. Un premier cas se trouve à Soajo dans le nord du Portugal, où ils sont appelés espigueiros. Un regroupement de vingt-quatre de ces greniers construits en granite et élevés sur huit piliers serait géré de manière communautaire. En Suisse et plus exactement à Saas-Fee dans le Valais, des greniers ou raccards, organisés en petites rangées ne dépassant pas sept ou huit bâtiments, sont élevées en blockbau et couverts de lauzes. Chacun de ces raccards pouvait être séparé en boxes relevant de plusieurs propriétaires.

107En second lieu, il est fait référence à la raréfaction, voire à l’absence, dans les agglomérations gauloises du iie s. av. J.-C. de structures collectives de stockage. En effet la bibliographie semble relativement muette à ce sujet : quelques greniers sont mentionnés (Levroux), mais jamais concentrés. L’exemple d’Entrammes va quelque peu à l’encontre de ces observations. Les plans de vici gaulois à la disposition des archéologues ne sont peut être pas assez représentatifs de l’étendue de ces occupations ni assez nombreux, pour pouvoir y généraliser l’absence/ raréfaction de structures collectives de stockage. Un de ces derniers, Saumeray/Le Bas des Touches, en pays Carnute, ne présente pas sur les 15 ha fouillés – sur une agglomération estimée à 20 ha – (Collis et al., 2000, p. 80) de concentration notable de greniers à l’image d’Entrammes. Sans vouloir mettre en exergue ce dernier site, ni généraliser la présence de ces structures de stockage, nous pouvons supposer qu’elles n’ont seulement pas encore été découvertes sur ces sites. Pour illustrer notre propos, à Levroux chez les Bituriges Cubi, c’est seulement 10 à 15 % de la surface du village gaulois des Arènes qui a été exploré sur une surface de 30 ha (Buchsenschutz, 2007). Quoi qu’il en soit, le Clos des Primevères semble être, pour l’instant, un unicum en Gaule, ce qui reste à confirmer.

108En troisième lieu, il est fait référence à des modifications cruciales dans l’organisation du monde rural gaulois au travers du déplacement des capacités de stockage vers les agglomérations ou les fermes des plus gros propriétaires et ce à partir du maillage des fermes qui constituent antérieurement l’essentiel de l’habitat aux ive et iiie s. av. J.-C. Régionalement, les observations effectuées localiseraient le stockage de masse dans les agglomérations (Entrammes concentre plus du quart des greniers de la région des Pays-de-la-Loire), mais aussi dans des fermes qualifiées d’aristocratiques : Les Natteries et Les Genâts, qui regroupent 13,7 % du potentiel de stockage. Le site de La Bleure, d’interprétation délicate (habitat regroupé ?) matérialise 13,3 % des greniers. L’apparition de ces zones de stockage de masse (à l’exception de La Bleure à Cholet ?), identifie une double mutation, intrinsèquement liée.

  • 25 À des fins ou selon des modalités « d’aliénation » sociale relevant du clientélisme !

109Le développement des productions agricoles végétales entre les ive-iiie et le iie s. av. J.-C. (Buchsenschutz, 2006, p. 60-61) évolue d’une culture intensive très diversifiée vers une céréaliculture extensive. Cette période favorable au développement agricole a dû avoir pour conséquence l’apparition de surplus dans le semis de plus en plus dense de fermes indigènes. On pourrait estimer que les greniers ont servi à stocker une partie de ces surplus, surplus non destinés à la consommation sur place, et qu’il était dès lors possible de « commercialiser » à l’échelle supra-territoriale et de « redistribuer 25 » à l’échelle territoriale (Gransar, 2001, p. 523). Ces surplus étaient stockés, non dans les sites de production, mais ailleurs. À l’échelle territoriale, ces stocks, produits sur place ou importés, pouvaient assurer la subsistance d’un important bassin de population à l’image du possible vicus gaulois d’Entrammes. La seconde mutation, découlant de la première, serait un « mécanisme de centralisation du stockage » (ibid., p. 523), qui trouverait ses rouages dans l’affirmation d’une aristocratie, contrôlant la commercialisation ou la redistribution des surplus agricoles (mais aussi artisanaux), aristocratie dont la puissance et l’ostentation se matérialiseraient pleinement un peu plus tard avec les oppida. Enfin il est possible d’estimer que régionalement, ces fermes de La Tène C2/D1a ne pratiquent pas un régime proche de l’autarcie, mais sont déjà largement impliquées dans un réseau d’échange ou de commercialisation. Cette petite remarque ayant déjà été émise, à propos du site de La Gaudine à Vivoin dans la Sarthe (Guillier et al., 2007).

110Les hypothèses émises pour la gestion des surplus, leur commercialisation et leur redistribution, pourraient être complémentaires ; la commercialisation d’une partie des surplus pouvant être échangés ou vendus afin de pouvoir acquérir les matières nécessaires (services à boire, viandes, amphores vinaires italiques…) aux festins et banquets (Poux, 2004) parfois décrits par les auteurs antiques, banquets servant à se forger une clientèle (Gransar, 2001, p. 523 ; Buchsenschutz, 2007, p. 222-223).

B. Les macro-restes végétaux (B. P.)

1. Méthodologie et prélèvements

111La découverte, lors de la fouille, de concentrations de semences carbonisées dans certains comblements de trous de poteau des greniers, a incité les archéologues à effectuer des prélèvements dans une grande majorité d’entre eux. De par leur découverte tardive et donc leur fouille dans l’urgence, une série de structures situées au nord du gisement n’a pu être échantillonnée, notamment au niveau de la rangée 1. Pour les autres greniers, des prélèvements, d’un volume de quatre à onze litres, ont été effectués au sein de plusieurs trous de poteau, très essentiellement en zone centrale de ces poteaux et, quand cela était possible, dans les quatre trous de poteau principaux afin de vérifier l’homogénéité des contenus.

112Ce sont ainsi deux-cent-douze échantillons qui ont pu être analysés, correspondant à autant de trous de poteau appartenant à soixante greniers : six sont datés de la Phase I, c’est à-dire de La Tène C2 (première moitié du iie s. avant J.-C.) et cinquante-deux sont attribuables à la Phase III, c’est-à-dire à La Tène D1a (seconde moitié du iie s. avant J.-C.)

113L’ensemble des échantillons, représentant plus de mille-trois-cent litres, a été tamisé par flottation par l’équipe de fouille sur des cribles de 2 et 0,5 mm, puis trié par nos soins sous loupe binoculaire.

114Seuls deux échantillons se sont révélés stériles en graines, les autres ayant des teneurs variables, de moins de dix restes à plus de trois mille restes.

  • 26 Le NMI est obtenu en ajoutant aux restes entiers la somme des fragments divisés par deux.

115Au total, ce sont plus de 75 000 restes, en NMI26, qui ont été isolés. La densité en restes est variable avec un minimum de 0,3 reste par litre et un maximum de 634,3. La densité moyenne est de 37,9 restes par litre pour la Phase I et de 69 restes pour la Phase III. Ces vestiges carpologiques correspondent à une douzaine d’espèces cultivées/consommées et à une cinquantaine de taxons de plantes sauvages.

2. Résultats

Les plantes attestées

116Sur l’ensemble du site, ce sont essentiellement des céréales qui sont attestées (tabl. 19). L’amidonnier (Triticum dicoccum) se distingue particulièrement, puisqu’au total il représente 81,5 % des plantes cultivées. Il se caractérise à la fois par des grains mais aussi par des résidus de furca (partie d’épillet sur laquelle reposent les grains).

Tableau 19 : Les céréales, légumineuses et résidus de fruits attestés sur le site des Primevères à Entrammes (Mayenne), comptage par phase et total général, y compris les espèces sauvages.
Table 19: The cereals, pulses and fruit residues from the site of Primevères at Entrammes (Mayenne), inventory by phase and general total, including wild species.

Tableau 19 : Les céréales, légumineuses et             résidus de fruits attestés sur le site des Primevères à Entrammes             (Mayenne), comptage par phase et total général, y compris les             espèces sauvages.Table 19: The cereals,             pulses and fruit residues from the site of Primevères at Entrammes             (Mayenne), inventory by phase and general total, including wild             species.

117D’autres céréales sous forme de grains sont aussi avérées : de l’orge polystique vêtue (Hordeum vulgare), du millet commun et du millet des oiseaux (Panicum miliaceum et Setaria italica), de l’épeautre (Triticum spelta), de l’engrain (T. monococcum) et de l’avoine. L’épeautre et l’avoine sont également caractérisés par quelques restes de parties d’épi (furca, bases de lemme et fragments de barbe). Certaines bases d’épi d’avoine ont la forme caractéristique en fer à cheval de l’espèce sauvage (Avena fatua), d’autres l’anatomie de l’espèce cultivée (A. sativa). Les grains d’avoine seuls ne permettent pas de différencier les deux espèces, c’est pourquoi, afin d’évaluer la part représentée par l’espèce cultivée, les grains ont été répartis proportionnellement entre espèce cultivée et espèce sauvage d’après les teneurs en résidus de bases de glumes de chacune des deux espèces.

118Une seule légumineuse est avérée, la fève (Vicia faba), par une unique semence (grenier J1, poteau F459).

119Quelques résidus de fruits sont conservés mais dans des quantités négligeables : de la noisette (Corylus avellana), de l’aubépine (Crataegus monogyna), de la prunelle (Prunus spinosa) et du gland (Quercus sp.).

120Quelques plantes sauvages sont préservées, toutes attribuables à des compagnes des cultures (tabl. 20).

Tableau 20 : Les plantes sauvages attestées sur le site des Primevères à Entrammes (Mayenne), comptage par phase et total général.
Table 20: Wild plants from the site of Primevères at Entrammes (Mayenne), inventory by phase and general total.

Tableau 20 : Les plantes sauvages attestées             sur le site des Primevères à Entrammes (Mayenne), comptage par             phase et total général.Table 20: Wild             plants from the site of Primevères at Entrammes (Mayenne),             inventory by phase and general total.

La composition des prélèvements (tabl. 21a à 21g)

121Afin d’éviter des répétitions et de faciliter la compréhension, le traitement des données sur la composition des échantillons a été mené par grenier et non par trou de poteau. Seuls les greniers qui semblaient présenter des particularités ont fait l’objet d’une analyse plus détaillée.

Tableau 21a : Comptage détaillé par espèces pour les céréales et pour les fruits et synthétique pour les plantes sauvages, par grenier et pour chaque grenier par trou de poteau, Phase I.
Table 21a: Detailed inventory by species for cereals and fruits and synthesis for wild plants, by granary and for each granary by posthole, Phase I.

Tableau 21a : Comptage détaillé par espèces             pour les céréales et pour les fruits et synthétique pour les             plantes sauvages, par grenier et pour chaque grenier par trou de             poteau, Phase I.Table 21a: Detailed             inventory by species for cereals and fruits and synthesis for wild             plants, by granary and for each granary by posthole,             Phase I.

Tableau 21b : Comptage détaillé par espèces pour les céréales et pour les fruits et synthétique pour les plantes sauvages, par grenier et pour chaque grenier par trou de poteau, Phase III, de A2 à C1.
Table 21b: Detailed inventory by species for cereals and fruits and synthesis for wild plants, by granary and for each granary by posthole, Phase III, from A2 to C1.

Tableau 21b : Comptage détaillé par espèces             pour les céréales et pour les fruits et synthétique pour les             plantes sauvages, par grenier et pour chaque grenier par trou de             poteau, Phase III, de A2 à C1.Table 21b:             Detailed inventory by species for cereals and fruits and synthesis             for wild plants, by granary and for each granary by posthole, Phase III, from A2 to C1.

Tableau 21c : Comptage détaillé par espèces pour les céréales et pour les fruits et synthétique pour les plantes sauvages, par grenier et pour chaque grenier par trou de poteau, Phase III, de C2 à D5.
Table 21c: Detailed inventory by species for cereals and fruits and synthesis for wild plants, by granary and for each granary by posthole, Phase III, from C2 to D5.

Tableau 21c : Comptage détaillé par espèces             pour les céréales et pour les fruits et synthétique pour les             plantes sauvages, par grenier et pour chaque grenier par trou de             poteau, Phase III, de C2 à D5.Table 21c:             Detailed inventory by species for cereals and fruits and synthesis             for wild plants, by granary and for each granary by posthole,             Phase III, from C2 to D5.

Tableau 21d : Comptage détaillé par espèces pour les céréales et pour les fruits et synthétique pour les plantes sauvages, par grenier et pour chaque grenier par trou de poteau, Phase III, de E1 à F4.
Table 21d: Detailed inventory by species for cereals and fruits and synthesis for wild plants, by granary and for each granary by posthole, Phase III, from E1 to F4.

Tableau 21d : Comptage détaillé par espèces             pour les céréales et pour les fruits et synthétique pour les             plantes sauvages, par grenier et pour chaque grenier par trou de             poteau, Phase III, de E1 à F4.Table 21d:             Detailed inventory by species for cereals and fruits and synthesis             for wild plants, by granary and for each granary by posthole,             Phase III, from E1 to F4.

Tableau 21e : Comptage détaillé par espèces pour les céréales et pour les fruits et synthétique pour les plantes sauvages, par grenier et pour chaque grenier par trou de poteau, Phase III, de F5 à I1.
Table 21e: Detailed inventory by species for cereals and fruits and synthesis for wild plants, by granary and for each granary by posthole, Phase III, from F5 to I1.

Tableau 21e : Comptage détaillé par espèces             pour les céréales et pour les fruits et synthétique pour les             plantes sauvages, par grenier et pour chaque grenier par trou de             poteau, Phase III, de F5 à I1.Table 21e:             Detailed inventory by species for cereals and fruits and synthesis             for wild plants, by granary and for each granary by posthole,             Phase III, from F5 to I1.

Tableau 21f : Comptage détaillé par espèces pour les céréales et pour les fruits et synthétique pour les plantes sauvages, par grenier et pour chaque grenier par trou de poteau, Phase III, de I2 à K2.
Table 21f: Detailed inventory by species for cereals and fruits and synthesis for wild plants, by granary and for each granary by posthole, Phase III, from I2 to K2.

Tableau 21f : Comptage détaillé par espèces             pour les céréales et pour les fruits et synthétique pour les             plantes sauvages, par grenier et pour chaque grenier par trou de             poteau, Phase III, de I2 à K2.Table 21f:             Detailed inventory by species for cereals and fruits and synthesis             for wild plants, by granary and for each granary by posthole,             Phase III, from I2 to K2.

Tableau 21g : Comptage détaillé par espèces pour les céréales et pour les fruits et synthétique pour les plantes sauvages, par grenier et pour chaque grenier par trou de poteau, Phase III, de K3 à O1.
Table 21g: Detailed inventory by species for cereals and fruits and synthesis for wild plants, by granary and for each granary by posthole, Phase III, from K3 to O1.

Tableau 21g : Comptage détaillé par espèces             pour les céréales et pour les fruits et synthétique pour les             plantes sauvages, par grenier et pour chaque grenier par trou de             poteau, Phase III, de K3 à O1.Table 21g:             Detailed inventory by species for cereals and fruits and synthesis             for wild plants, by granary and for each granary by posthole,             Phase III, from K3 to O1.

122Les fig. 38 et 39 représentent pour les Phases I et III la part occupée par les diverses céréales dans la composition des échantillons par grenier. La prédominance de l’amidonnier y est particulièrement frappante tant pour la Phase I que pour la Phase III, même si une analyse plus fine montre quelques disparités. Parmi les greniers, neuf contiennent peu de restes pour la Phase III. Ils apparaissent néanmoins sur la fig. 39 car, s’ils ne peuvent servir à des interprétations plus poussées, la prédominance d’amidonnier qu’on y décèle est en parfaite adéquation avec l’ensemble des données du site.

Figure 38 : Répartition spatiale des diverses céréales par grenier, Phase I.
Figure 38: Spatial distribution of cereals by granary, Phase I.

Figure 38 : Répartition spatiale des             diverses céréales par grenier, Phase I.Figure 38: Spatial distribution of cereals by             granary, Phase I.

Figure 39 : Répartition spatiale des diverses céréales par grenier, Phase III.
Figure 39: Spatial distribution of cereals by granary, Phase III.

Figure 39 : Répartition spatiale des             diverses céréales par grenier, Phase III.Figure 39: Spatial distribution of cereals by             granary, Phase III.

De nombreux résidus de récolte d’amidonnier

123L’amidonnier est prédominant sur l’ensemble du site et est largement majoritaire dans quatre greniers sur six pour la Phase I et dans quarante sur cinquante-deux pour la Phase III où il représente plus de 80 % des restes de plantes cultivées.

124Excepté en D3, ce sont les grains de céréales qui sont très largement majoritaires par rapport aux vannes (fig. 40 et 41). Selon les greniers, les teneurs en furca d’amidonnier (partie de l’épi sur laquelle reposent les grains des blés vêtus), sont variables puisque leur taux oscille entre 0 et 27 %, avec une moyenne de 11,3 %. Il en est de même en ce qui concerne les adventices des cultures se développant au sein des récoltes : leur taux est compris entre 0 et 18 % (excepté en D3), avec une moyenne de 7,3 %.

Figure 40 : taux de céréales en grains et vannes d’amidonnier et adventices, Phase I, pour les greniers possédant plus de 100 restes/40 litres.
Figure 40: Cereal ratio in emmer wheat and weed grains and chaff, Phase I, for the granaries possessing more than 100 remains per 40 litres.

Figure 40 : taux de céréales en grains et               vannes d’amidonnier et adventices, Phase I, pour les greniers               possédant plus de 100 restes/40 litres.Figure 40: Cereal ratio in emmer wheat and weed               grains and chaff, Phase I, for the granaries possessing more               than 100 remains per 40 litres.

Figure 41 : Taux de céréales en grains et vannes d’amidonnier et adventices, Phase III, pour les greniers possédant plus de 100 restes/40 litres.
Figure 41: Cereal ratio in emmer wheat and weed grains and chaff, Phase III, for the granaries possessing more than 100 remains per 40 litres.

Figure 41 : Taux de céréales en grains et               vannes d’amidonnier et adventices, Phase III, pour les greniers               possédant plus de 100 restes/40 litres.Figure 41: Cereal ratio in emmer wheat and weed               grains and chaff, Phase III, for the granaries possessing more               than 100 remains per 40 litres.

125Le grenier D3 se singularise par un taux d’adventices à 43 %, ce qui est considérable dans une structure de stockage. Ceci est dû à une forte concentration de brome (Bromus secalinus/mollis) : 576 grains (en NMI) contre 731 semences d’amidonnier. En réalité, les bromes sont concentrés dans un trou de poteau (F286) où ils sont même numériquement légèrement plus importants que l’amidonnier.

Un dépôt à orge majoritaire

126H1, excentré à l’ouest du site, est constitué au 2/3 d’orge et au 1/3 d’amidonnier. Lorsque plusieurs espèces se trouvent mêlées dans un même ensemble, une pratique de la méture (semis de plusieurs espèces dans le même champ) est envisageable. La présence d’adventices des cultures aux exigences écologiques différentes permet parfois de mettre en évidence deux récoltes distinctes semées dans des champs différents et mêlées postérieurement à la récolte. Dans ce grenier, les teneurs en mauvaises herbes sont trop faibles pour conclure à une méture ou à un mélange au moment du stockage. Néanmoins, la répartition des deux espèces cultivées n’est pas homogène au sein du grenier (fig. 42) : les deux poteaux situés à l’ouest ont une teneur en orge d’environ 75 et 85 %, contre 21 et 8 % d’amidonnier et un peu d’avoine (4 et 7 %). En revanche le troisième est constitué à 73 % d’amidonnier et 23 % d’orge. Les deux espèces présentes dans des proportions parfois inversées au sein des trous de poteau n’étaient de toute évidence pas mélangées dans le grenier et ne proviennent donc pas d’une même culture.

Figure 42 : Détail de la répartition des céréales sur certains greniers choisis, H1 : un dépôt à orge majoritaire ; K2 et M5 : des dépôts moitié orge/moitié amidonnier ; B1, I2 et J4 : des récoltes présentant un taux d’orge significatif.
Figure 42: Detail of the distribution of cereals across some of the granaries; H1: a primarily barley deposit; K2 and M5: half barley/half emmer deposits; B1, I2 and J4: crops presenting a significant ratio of barley.

Figure 42 : Détail de la répartition des               céréales sur certains greniers choisis, H1 : un dépôt à orge               majoritaire ; K2 et M5 : des dépôts moitié orge/moitié               amidonnier ; B1, I2 et J4 : des récoltes présentant un taux               d’orge significatif.Figure 42: Detail of               the distribution of cereals across some of the granaries; H1: a               primarily barley deposit; K2 and M5: half barley/half emmer               deposits; B1, I2 and J4: crops presenting a significant ratio of               barley.

Des dépôts moitié orge moitié amidonnier

127Le nombre de restes de céréales déterminables à l’espèce n’est pas élevé dans les greniers K2 et M5, localisés au nord-ouest du site, ce qui amène à la prudence sur les interprétations. Dans les faits, si l’orge est majoritaire dans les deux trous de poteau est de K2 (environ la moitié des céréales appartiennent à cette espèce), l’amidonnier domine très largement (plus de 90 % des plantes cultivées) dans les trous de poteau ouest (fig. 42). En M5, le trou de poteau sud-ouest contient une majorité d’orge (67 %), en revanche, c’est l’amidonnier qui domine dans les deux trous de poteau nord.

128L’absence d’adventices dans ces ensembles ne permet pas de distinguer deux récoltes, mais la répartition inégale des deux espèces stockées le laisse supposer.

Des récoltes avec un taux d’orge significatif

129Trois greniers possèdent un taux d’orge avoisinant les 20 % : B1 au sud de la rangée 3 (25,4 %), I2 au nord de la rangée 5 (21,1 %) et J4 excentré au nord-ouest du site (17,9 %). La concentration des grains d’orge n’est pas homogène dans ces greniers (fig. 42) : elle se concentre au sud-est en B1, tandis que le poteau nord-ouest n’en contient que très peu. En J4, le schéma est à peu près identique. En I2, c’est dans le trou de poteau nord-est qu’il y a le plus de semences d’orge, tandis que celui du sud-ouest n’en contient que très peu.

Les récoltes avec un taux d’avoine non anodin

130Cinq greniers possèdent des taux d’avoine cultivée (d’après nos estimations) aux alentour de 20 %.

131En F1 (rangée 1), le taux est particulièrement élevé : 29 % en moyenne mais là encore la répartition dans les poteaux n’est pas homogène. Les deux poteaux à l’est ont des teneurs en avoine de 30 %, tandis que les deux poteaux ouest n’en contiennent que 7 et 10 % (fig. 43).

132En E1 et E3 (rangée 2) (fig. 43), les trous de poteau sud-est contiennent des proportions d’avoine plus élevées que les autres. En F3 (rangée 3), l’avoine est plus concentrée dans les poteaux à l’ouest que ceux à l’est. Le prélèvement de seulement deux poteaux en E2 (rangée 2) ne permet pas de voir une éventuelle différence dans les teneurs en avoine.

Figure 43 : Détail de la répartition des céréales sur certains greniers choisis, F1, E1, E2, E3, F3, F5 et K1 : récoltes présentant un taux d’avoine non anodin ; M3, K4, J2 et N2 : autres mélanges avec des millets ou de l’épeautre.
Figure 43: Detail of the distribution of cereals across some granaries; F1, E1, E2, E3, F3, F5 and K1: crops presenting a not insignificant ratio of oats; M3, K4, J2 and N2: other mixtures with millets or spelt.

Figure 43 : Détail de la répartition des               céréales sur certains greniers choisis, F1, E1, E2, E3, F3, F5               et K1 : récoltes présentant un taux d’avoine non anodin ; M3,               K4, J2 et N2 : autres mélanges avec des millets ou de               l’épeautre.Figure 43: Detail of the               distribution of cereals across some granaries; F1, E1, E2, E3,               F3, F5 and K1: crops presenting a not insignificant ratio of               oats; M3, K4, J2 and N2: other mixtures with millets or               spelt.

D’autres mélanges

133M3 (rangée 4), livre une quantité de millet non négligeable puisque plus de la moitié des grains conservés lui sont attribués (en nombre de restes). Celui-ci se répartit dans les trous de poteau nord du bâtiment (fig. 43). Ces teneurs sont cependant à relativiser car les grains de millets sont de petite taille et leur nombre peut rapidement sembler impressionnant tandis que le volume qu’ils représentent le sera moins comparativement aux espèces céréalières à gros grains. Le nombre de restes est en fait faible : vingt-six grains de millet au total, ce qui ne permet pas de considérer que le millet était stocké pour lui-même. Il s’agit plutôt d’une pollution de la récolte d’amidonnier.

134En K4 (au nord-est du site), les grains de millet sont uniquement localisés dans les poteaux ouest (fig. 43). Les nombres de restes sont cependant très ténus et donc non représentatifs. En J2 (rangée 5), on constate un mélange d’amidonnier, d’orge, de millet et d’avoine, mais les restes sont si peu nombreux que les proportions établies entre plantes ne sont pas significatives. En N2 (au nord-est du site), un des deux trous de poteau contient à moitié de l’amidonnier et à moitié de l’épeautre. Là encore, la faible quantité de céréales ne rend pas le résultat concluant.

135A la lecture de l’analyse des restes contenus dans les différents greniers, il résulte une apparente homogénéité dans les stocks ; l’amidonnier est largement majoritaire, à quelques exceptions près.

3. Des résidus de stockage

Les stocks céréaliers d’amidonnier

136En tout premier lieu, il convient de s’interroger sur la provenance des semences. Tout d’abord comment sont-elles parvenues dans des trous de poteau et d’où sont-elles issues ? Ensuite d’où proviennent-elles, sont-elles des résidus de stockage de plusieurs greniers ou d’un seul ?

137Le comblement de trous de poteau par des graines carbonisées n’est pas habituel. En effet, même si les bâtiments dont il ne reste que les poteaux étaient voués au stockage, cela ne conduit pas obligatoirement au fait de retrouver des semences dans leur comblement. Au moment de l’utilisation de la structure, les trous de poteau sont occupés par le poteau lui-même et par un remplissage qui vise à maintenir ce poteau. Les graines ne peuvent donc pas s’y infiltrer. P.J. Reynolds (1995) a fait des expérimentations sur la destruction des bâtiments. Il a pu observer qu’au bout d’un certain temps un pourrissement de l’aubier puis du duramen se crée dans les trous de poteau puis les vides ainsi crées comblés par divers éléments et notamment des petits objets et des tessons de céramique issus des niveaux supérieurs, soit le plus souvent les niveaux d’occupation. De même, si les poteaux sont arrachés, les éléments en surface peuvent se glisser à l’intérieur du trou. Lors d’un incendie, le poteau va se consumer, libérant ainsi de la place au sein du trou de poteau. Les résidus en surface (telles des graines brûlées dans le cas d’un incendie de grenier) vont alors pouvoir s’y introduire.

138Dans notre cas, un incendie a ravagé le site, comme le montre la présence de torchis brûlés et de charbons de bois dans les trous de poteau (fig. 31). La composition assez homogène des échantillons, que ce soit dans les remplissages de poteaux d’un même bâtiment mais aussi d’un bâtiment à l’autre, invite à s’interroger sur l’origine des semences conservées dans les structures. Il a été envisagé que l’incendie n’ait touché qu’un grenier dont les graines carbonisées se seraient ensuite répandues sur le site. Pour vérifier cette hypothèse, nous avons établi une carte de répartition des restes d’après leur densité (fig. 44 et 45). Si l’on observe les densités en restes, une très forte concentration est perceptible dans la partie sud du site et plus particulièrement en D4 (634 restes/litre) et dans quelques greniers alentours (600 restes/litre en D2, 321 en E2). Il serait alors envisageable que le foyer central se situe dans ce secteur d’où rayonneraient les résidus éparpillés. Cependant D5 a une concentration assez forte (500 restes/litre) et n’est pas à proximité immédiate de D4 tandis que E1 ou O1, situés entre D4 et D5, ont des quantités en restes moins importantes. Par ailleurs, dans la partie plus au nord, plusieurs greniers possèdent des densités en restes carpologiques comprises entre 10 et 50 restes par litres, ce qui n’est pas négligeable.

Figure 44 : Phase I : répartition des macro-restes d’après leur densité, par litre de sédiment prélevé.
Figure 44: Phase I: distribution of macro-remains according to their density, by litre of sediment sampled.

Figure 44 : Phase I : répartition des             macro-restes d’après leur densité, par litre de sédiment             prélevé.Figure 44: Phase I: distribution             of macro-remains according to their density, by litre of sediment             sampled.

Figure 45 : Phase III : répartition des macro-restes d’après leur densité, par litre de sédiment prélevé.
Figure 45: Phase III: distribution of macro-remains according to their density, by litre of sediment sampled.

Figure 45 : Phase III : répartition des             macro-restes d’après leur densité, par litre de sédiment             prélevé.Figure 45: Phase III: distribution             of macro-remains according to their density, by litre of sediment             sampled.

139Plus généralement, il ne semble pas y avoir de rayonnement diffus qui partirait de D4 et s’amenuiserait au fur et à mesure que l’on s’en éloigne. Ainsi, par exemple K1 ou encore L2, dans la partie nord du site, affichent des teneurs en restes signifiantes.

140D’autre part, si l’incendie n’avait touché qu’un bâtiment, les graines auraient pu pénétrer dans les trous de poteau qui le constituaient sans autant pouvoir s’infiltrer dans tous les autres trous de poteau. En effet, si l’on considère qu’un seul grenier a été incendié, cela suppose que la couche de grains qu’il contenait se soit répandue sur toute la surface du site et que tous les poteaux de tous les greniers aient ensuite été arrachés permettant aux semences de se glisser à l’intérieur. Ou bien encore il faudrait envisager qu’au moment de l’incendie seul un grenier contenait des grains tandis que les autres auraient brûlés à vide. Cette solution semble peut vraisemblable surtout après l’examen minutieux des compositions des contenus des trous de poteau.

141Etant donné le contexte de découverte et la concentration en semences par litre de sédiment, on peut considérer que les résidus proviennent du stockage des multiples greniers incendiés. Ainsi, toutes les plantes sauvages conservées dans les ensembles céréaliers sont associées à la culture des céréales. Ces adventices sont précieuses car chaque plante nécessite certaines conditions édaphiques pour croître. Ces besoins particuliers apportent indirectement des indications sur les pratiques agricoles conduites sur les récoltes dans lesquelles les adventices se sont développées.

Pratiques culturales

142Afin d’avoir des indications précises sur les pratiques culturales, plusieurs indices ont été observés. L’ensemble de ces données apparaît dans le tableau 22, récapitulatif par grenier.

Tableau 22 : Récapitulatif des données relatives aux pratiques culturales, toutes phases confondues
Table 22: Summary of data relating to agricultural practices, all phases.

Tableau 22 : Récapitulatif des données             relatives aux pratiques culturales, toutes phases             confonduesTable 22: Summary of data             relating to agricultural practices, all phases.

En grisé : données fiables ; en italique : greniers de la phase I ; type de sol : c=calcaire, p=sables-cailloux, l=limon, a=argile, l'apostrophe tempère la préférence écologique de la plante ; PN : produit nettoyé

143L’amidonnier est une céréale qui est aussi bien hivernale qu’estivale. Un blé d’hiver est semé à l’automne et passe l’hiver à l’état de plantules, les épis se formant au printemps suivant. L’abaissement de la température hivernale est indispensable pour la mise à fleur. Les blés de printemps sont eux, comme leur nom l’indique, semés au printemps. Les épis se forment l’année même car la mise à fleur ne dépend que de l’allongement de la durée du jour (Denaeyer, 1992).

144Tout comme les céréales, les plantes adventices des cultures germent soit au printemps, soit à l’automne. La présence des unes ou des autres au sein d’une récolte apportent des informations sur la période des semis. En théorie, dans les cultures semées à l’automne vont se développer des messicoles, mauvaises herbes à germination automnale, tandis que dans le cas d’un semis printanier, ce sont des adventices estivales qui vont pousser dans les récoltes. Globalement, les plantes sauvages retrouvées dans les échantillons à amidonnier majoritaire contiennent des plantes compagnes des cultures à germinations hivernale mais aussi estivale. Plusieurs greniers de la Phase III ne présentent que des adventices hivernales, parmi les plantes dont la période de germination peut être définie : E5, F2, G2, G3, G5, H3, I1, J4, K1, L2, M1, N3 et O1. Quelques uns ne possèdent aucune plante sauvage : c’est le cas de J3 à la Phase I, J1, K4 et N2 à la Phase III. D’autres ne contiennent que des adventices dont on ne peut connaître la période de germination, notamment la folle-avoine qui peut germer dans les cultures d’été comme dans celles d’hiver : L1 (Phase I), F4, I4, J2, J5, K2 et M5 ; il est alors impossible de déterminer la période de semis de ces récoltes.

145Deux greniers, A5 (Phase I) et C1, ne possèdent que des adventices estivales. En B5, H4, I2, K3 et M3, le taux d’adventices estivales est assez important (au-delà de 30 %). Mais ces teneurs sont basées sur un très faible nombre d’adventices (30 restes de plantes sauvages en B5 et moins de 10 restes dans les autres échantillons pour 40 litres de sédiment). En F5, le taux d’adventices estivales atteint 41 % pour un total de cent-douze plantes sauvages.

146Faut-il en conclure que l’amidonnier stocké dans les greniers provient de récoltes semées à des périodes différentes, la majorité en automne et le reste au printemps ? En réalité, plusieurs facteurs influent sur la composition d’une communauté d’adventices culturales (Ruas, 2002, p. 147) : le dernier travail du sol avant l’ensemencement, l’intensité du désherbage, la pratique de sarclage dans un semis d’hiver qui élimine peu à peu le cortège des messicoles d’hiver (Secalinetea) et favorise celui des annuelles d’été appartenant au groupe Polygono-Chenopodietalia.

147Par ailleurs, les travaux d’A. Bogaard, de G. Jones et de M. Charles (2005) ont montré qu’il existe un biais dans la détermination de la période de germination à partir des adventices. En effet, les Chenopodietea, plantes sauvages que l’on retrouve dans les semis printaniers et dans les cultures intensives, ont des semences de petite taille facilitant leur insertion dans le sol pour pouvoir se reproduire. Elles peuvent de ce fait être aisément éliminées lors du traitement des récoltes par un tamisage fin. Les Secalinetea, messicoles à germination hivernale présentes dans les cultures extensives, ont une taille et une forme plus proche de celles des céréales, qui leur permet d’être réensemencées avec la récolte ; elles seraient donc plus difficiles à supprimer par criblage.

148Que faut-il en conclure pour nos assemblages carpologiques ? Les ensembles possédant des adventices d’hiver contiennent essentiellement des semences de bromes, adventices hivernales de grande taille de la famille des Poacées comme les céréales et de morphologie proche de celles-ci. Les adventices à petite taille sont rares. Les récoltes ont donc été particulièrement bien nettoyées avec l’usage d’un criblage pour éliminer les éléments indésirables les plus petits.

149D’après A. Bogaard et al. (2005), la présence, même infime, de plantes à germination estivale dans les récoltes est le signe d’un semi au printemps. Il apparaît alors que la majorité des récoltes des greniers ont été semées au printemps. Qu’en est-il pour les greniers qui n’ont livré que des adventices hivernales ? Il faut constater que ces dernières sont constituées essentiellement de bromes et d’avoine. Il est alors probable que, tout comme les autres stocks, les récoltes aient été semées au printemps et que, suite à un nettoyage poussé, les adventices d’été aient disparu.

150Quelques hémicryptophytes, plantes vivaces dont les bourgeons végétatifs sont situés au niveau du sol pour supporter l’hiver, sont attestées parmi les adventices : la marguerite (Leucanthemum vulgare), le ray-grass (Lolium perenne), la fléole (Phleum pratense) ou encore le plantain (Plantago lanceolata). Elles peuvent être des résidus d’une ancienne prairie mise en culture. Elles sont cependant peu nombreuses, ce qui montre que la terre a été bien travaillée avant d’être ensemencée.

151Outre la période d’ensemencement des champs, les adventices des cultures fournissent des renseignements sur les modes de récolte. Comme l’explique Varron, auteur latin du Ier s. avant notre ère, les céréales pouvaient être coupées selon trois méthodes (De l’agriculture, livre I, L) :

152« On moissonne les grains de trois manières. La première, usitée dans l’Ombrie, consiste à couper le tuyau à ras de terre, et à lier sur place au fur et à mesure. Quand on a formé un certain nombre de javelles, on les reprend une à une pour séparer l’épi de sa tige. On réunit tous les épis dans un panier qu’on porte à l’aire. La paille qu’on a laissée se met ensuite en tas. Pour la seconde manière, en usage dans le Picénum, on se sert d’un instrument de bois recourbé, à l’extrémité duquel est adaptée une petite scie de fer. Cet instrument réunit en faisceau les épis qu’il hache sur pied, laissant la paille debout, pour être sciée plus tard. La troisième manière, qui se pratique aux environs de Rome, et dans beaucoup d’autres contrées, est celle-ci. On coupe la paille par le milieu, en tenant la tige par le bout de la main gauche. […] On coupe ensuite le chaume ou la partie qui se trouvait au-dessous de la main, et qui tient encore à la terre par sa racine. Quant à la paille adhérant à l’épi, on la met dans des paniers, et on la porte à l’aire. » (éd. Errance, 2003, p. 38-39).

153Selon la hauteur de croissance des plantes adventices qui accompagnent les céréales, la hauteur de coupe de ces dernières peut être déterminée. En effet, une coupe basse, en bas de tige, ramassera avec les céréales des plantes sauvages dont la hauteur maximale est peu élevée. À l’inverse, une coupe sous l’épi ne recueille que des adventices dont la croissance est élevée.

154À Entrammes, cinq coupes basses ont pu être détectées (avec une hauteur de coupe maximale de 20 cm), huit coupes basses ou à mi-tige (entre 25 et 50 cm maximale de hauteur de coupe) et trente-deux coupes hautes (hauteur maximale de coupe entre 60 et 120 cm) (tabl. 22).

155Les tiges de l’amidonnier étant cassantes à maturité, la récolte peut se faire par une cueillette à la main sans qu’un outil soit nécessaire (Reynold, 1985 in Malrain et al., 2006). Les récoltes en coupe haute se font à la main ou au couteau, offrant la possibilité de ne choisir que les épis mûrs. Les coupes basses ou à mi-tige se font généralement à la faucille dont l’avantage est de couper les tiges par poignées, mais qui ne permet pas de sélection des plants (Malrain et al., 2006, p. 52-53).

156Au Vème s. avant notre ère, une alternance entre coupes hautes et basses semble être d’usage dans le nord de la France, laissant la place ensuite à une prédominance des coupes hautes (Malrain et al., 2006, p. 53). À Entrammes l’emploi de divers modes de coupe semble être d’usage pour la récolte de l’amidonnier. Même si la coupe haute paraît prédominer, la présence de plantes à croissance peu élevée prouve que des coupes basses ont été effectuées.

157On perçoit ainsi à Entrammes des techniques de récolte multiples qui mettent en œuvre des gestes et des outils différents, dont il résulte une gestion de la paille qui n’est pas la même, et ce quelle que soit la phase de stockage.

Traitement des récoltes

158Un certain nombre d’opérations sont menées sur les récoltes afin d’éliminer les éléments indésirables à la consommation (mauvaises herbes, parties d’épi…). Cette chaîne opératoire se caractérise par plusieurs étapes décrites par G. Hillman (1984). A partir de ses observations en Turquie sur le traitement des céréales nues et vêtues selon des méthodes ancestrales, il a détaillé les produits et sous-produits (déchets de préparation) rencontrés aux divers stades du nettoyage des céréales. En se basant sur ces indications et sur la composition des assemblages carpologiques, et donc des produits ou sous-produits retrouvés, il est possible de définir le stade de préparation de la récolte, permettant ainsi de retracer les opérations réalisées sur les céréales avant leur stockage.

159L’amidonnier est une céréale vêtue, ce qui nécessite le recours à une préparation approfondie pour détacher les grains de leurs balles. Pour cela il convient de faire un battage, suivi d’un premier vannage et criblage, afin de casser les épis et d’évacuer les fragments de tige. Ensuite, on procède parfois à un grillage ou à un broyage qui permet de rendre les grains libres. Un vannage et un criblage sont de nouveau effectués pour éliminer les résidus de balles, de furca et les semences de mauvaises herbes (Hillman, 1984).

  • 27 Le calcul est le suivant : (furca x 2 + bases de glume) / (NR grains de céréales entier (...)

160Lorsque survient une carbonisation, les épillets de céréales se détachent, les glumes (enveloppes), éléments les plus fragiles, disparaissent facilement. Il reste alors les grains et les parties les plus dures de l’épillet que sont les furca ou encore bases d’épillets. Chaque épillet d’amidonnier contenant deux grains et deux bases de glumes, pour évaluer si les restes de bases de glumes sont des résidus de préparation agricole ou s’ils proviennent d’un stockage sous forme d’épillets, on établit un rapport entre le nombre de bases de glumes et le nombre de grains27.

161Les chiffres obtenus sont interprétés selon un barème établi par M. Van der Veen et utilisé par L. Bouby (Van der Veen, 1992 in Bouby, 2010) : si le rapport entre nombre de glumes et nombre de grains est nettement inférieur à 0,4 (soit 40 %) la récolte est considérée comme préparée et les grains dénudés ; si ce rapport est compris entre 0,4 et 1,5 (soit entre 40 et 150 %, une marge est laissée pour pallier aux problèmes de taphonomie), les céréales sont considérées comme étant sous forme d’épis ou d’épillets non décortiqués.

162A partir de ces calculs, il s’avère qu’au Clos des Primevères la majorité des récoltes étaient stockée sous forme de grains nus : c’est le cas pour les six greniers datés de la Phase I et pour quarante-trois greniers de la Phase III (sur 52). Six stocks de cette dernière phase, et peut-être éventuellement trois autres, étaient entreposés sous forme d’épillets. Des problèmes de taphonomie et de conservation des restes face à un incendie puis à l’enfouissement des résidus carbonisés pendant plusieurs siècles peuvent se poser. Nous avons noté que la conservation des restes n’est globalement pas bonne.

163Quelques greniers ont livré des grains d’amidonnier encore dans leur furca : deux furca avec leurs grains emprisonnés en A4, 4 en B1, 16 en D2, 1 en F1. Par ailleurs, en D2, quinze semences de matricaire inodore (Matricaria inodora) sont agglomérées, c’est-à-dire collées les unes aux autres, dans la position qu’elles occupaient dans le fruit, sur la plante en pied.

164D’après les barèmes de M. Van der Veen (1992 in Bouby, 2010), si un stock sous forme d’épillet est effectivement attesté en D2 et A4, la présence d’épillet est moins certaine en F1 et B1 où le stock semble être à l’état de grains nus.

165Pour le nord de la France, V. Matterne (2000 et 2001) estime que les résidus céréaliers de blés vêtus contenant moins de 5 % de bases de glumes sont des stocks nettoyés. Ce choix de seuil moins élevé que celui de M. Van der Veen se base sur des observations faites sur son corpus. Au-delà de 50 %, les récoltes sont considérées comme stockées en épis. Entre 5 et 50 %, les récoltes sont interprétées comme partiellement traitées et stockées sous forme d’épillets. D’après ces critères, les récoltes seraient quasiment toutes stockées en épillets ou épis excepté en K3 et M3 qui n’ont présenté aucune vanne (C1, G5, K4 et N2 ne sont pas pris en compte car le nombre de restes est trop faible pour en déduire un traitement de la récolte).

166Les résultats sont très divergents selon le taux de glume retenu. Dans le premier cas, un stockage des récoltes principalement sous forme de grains nus induit qu’elles sont directement consommables. Pour l’ensemble des échantillons, les taux de vannes et d’adventices des cultures sont assez faibles, en moyenne 11,3 et 7,3 %, ce qui montre que les récoltes ont été bien nettoyées. Cet argument pourrait aller dans le sens d’un traitement poussé et donc un stockage en grains de l’amidonnier. Dans le second cas, c’est-à-dire un stockage de l’amidonnier essentiellement en épillets, les récoltes ne sont pas consommables en l’état. En revanche, la conservation des grains en épillets fourni des avantages puisqu’elle permet de les préserver de l’humidité, des insectes et des moisissures. En outre, les enveloppes permettent de garder les grains propres au cours d’un transport des céréales. V. Matterne (2001) suppose pour le nord de la Gaule que les grains étaient battus à la sortie du champ pour casser l’épi puis transportés sous forme d’épillets, le décorticage devant s’effectuer sur le lieu de consommation, au fur et à mesure des besoins. Enfin, les grains destinés à servir à l’ensemencement ne nécessitent pas de préparation poussée, la présence de glumes ne bloquant pas la germination. C’est d’ailleurs ce que dit Pline l’Ancien, naturaliste romain du ier s. après J.-C. (H. N. XVIII, 9) : « Au contraire, le far (blé), le mil, le panic, ne peuvent être nettoyés sans être passés au feu ; aussi les sème-t-on crus, avec leurs enveloppes. On conserve le far dans l’épi pour le semer, sans le passer au feu. »

Conclusions sur les pratiques agricoles

167Au regard du récapitulatif des informations recueillies sur les pratiques agricoles (tabl. 22), derrière l’apparente homogénéité liée à la forte présence d’amidonnier, apparaissent en réalité des diversités sur l’ensemble du site d’un grenier à l’autre. En effet, si des grandes tendances peuvent être perçues, dans le détail peu de récoltes semblent avoir été menées de façon identique depuis le semis jusqu’à la préparation avant stockage. Quelques greniers ont cependant les mêmes « profils », comme par exemple D4, D5 et F3 qui contiennent une ou des récolte(s) d’amidonnier semé au printemps sur des terrains caillouteux calcaires et moissonnées à la faucille en coupe basse.

168À défaut pour l’heure d’autres référentiels régionaux, il est difficile de délimiter un seuil dans les calculs de proportion de vannes pour déterminer si les grains étaient stockés nus ou en épillets.

4. Des plantes de culture involontairement stockées ?

169Dans une récolte monospécifique, il est fréquent de rencontrer des grains d’autres espèces céréalières. Il est possible que ces plantes aient poussé dans le même champ que la récolte en question soit parce qu’elles y avaient été semées l’année précédente ou quelques années auparavant, soit parce que leurs graines ont été apportées par le vent, des animaux… et ont germé là où elles ont été déposées. Il se peut également qu’elles se soient trouvées mêlées à la récolte lors du traitement des céréales (par exemple sur une aire de battage où il reste quelques graines traitées antérieurement).

170Il est parfois difficile de savoir si les espèces secondaires sont des impuretés au sein d’une monoculture, si elles ont été semées en même temps que l’espèce principale (méture) ou si elles ont été mêlées au moment du stockage (stockage mixte). D’autant qu’une pratique de la méture peut donner des proportions différentes entre les espèces entre le moment du semis, une fois la récolte levée, poussée et ayant subi un traitement après moisson (Jones, Halstead, 1995).

171Les espèces secondaires ne dépassant pas 5 % des restes totaux sont considérées comme des contaminants de culture monospécifique. Au-delà de 10 %, ils sont envisagés comme le résultat d’une culture propre (Bouby, 2010 ; Matterne, 2001).

172Si à Entrammes la grande majorité des assemblages correspond à des récoltes monospécifiques d’amidonnier, quelques greniers contiennent des mélanges céréaliers selon des teneurs variées (cf. la composition des prélèvements) mais dont les taux indiquent qu’ils ne sont pas des contaminants des récoltes d’amidonnier. Par ailleurs, l’amidonnier étant une céréale pouvant être semée indifféremment en automne ou au printemps, aucune incompatibilité n’existe avec une autre espèce concernant la période de semis.

L’orge

173Dans les greniers H1, K2 et M5 (fig. 42), l’orge occupe une place non négligeable. D’après V.Matterne (2001), un mélange post-récolte a plus de chance de contenir des plantes dans des proportions équivalentes, ce qui est le cas en K2 et M5. Ces greniers n’ont pas livré d’adventices qui pourraient indiquer deux groupements céréaliers distincts. En H1, deux groupes de mauvaises herbes se distinguent par leur période de germination. Ils peuvent être le reflet de deux cultures différentes, l’une semée en automne et l’autre en hiver, ou bien provenir d’une culture hivernale sarclée au printemps. Néanmoins, la répartition spatiale dans les trous de poteau des trois greniers montre une hétérogénéité dans la composition d’un trou de poteau à l’autre. Il est alors plus vraisemblable que les récoltes aient été mêlées postérieurement à la moisson, au moment du stockage.

L’épeautre

174Il apparaît dans divers greniers mais jamais dans des quantités importantes. En N2 (fig. 43), 37 % d’épeautre sont attestés mais sur seulement soixante restes de plantes cultivées. En E3 (fig. 43), il est proportionnellement moins important (11,4 %) mais est numériquement représentatif (cent-vingt-quatre restes). Parmi les trois trous de poteau étudiés pour ce grenier, il n’apparaît que dans un seul. Comme pour l’orge, le mélange semble avoir été opéré post-récolte.

L’avoine

175Certaines bases de lemme d’avoine sont caractéristiques de l’espèce cultivée (Avena sativa), les autres appartenant à l’espèce sauvage (Avena fatua), adventice fréquente des cultures céréalières. A partir des grains seuls, il n’est pas possible de déterminer l’espèce cultivée de l’espèce sauvage de la plante. Cependant, le nombre de grains étant assez conséquent, il est apparu nécessaire d’évaluer la part revenant à l’espèce cultivée. Le nombre total de bases de lemme de sativa et de fatua, périodes I et III confondues, a été comptabilisé. D’après les bases de lemme, 78 % des résidus d’avoine appartiennent au type cultivé contre 22 % aux types sauvages et adventices des cultures. Les grains d’avoine ont donc été répartis selon cette proportion pour établir les divers calculs de représentativité des plantes cultivées et des divers groupes d’adventices.

176D’après ces calculs, un grenier (F1 : fig. 43) aurait un taux d’avoine cultivée qui atteint presque les 30 %. La concentration des grains d’avoine est surtout localisée dans les deux trous de poteau à l’est, l’amidonnier étant plus accentué dans les trous de poteau ouest (mais dans ces derniers les nombres de restes sont moins importants).

177Quatre greniers ont des teneurs en avoine supposée cultivée aux alentours de 20 % : E1, E2, E3 et F3 (fig. 43).

178Pour F3, la concentration des grains est plutôt dans les deux trous de poteau ouest. En E1, la concentration est située dans le trou de poteau sud-est et est moins accentuée dans les deux trous de poteau au nord (le quatrième trou de poteau n’a pas été prélevé).

179Par ailleurs, neuf greniers ont des teneurs en avoine vraisemblablement cultivée avoisinant les 10 % : A4, B5, D2, F4, F5, J2, J5, K1, L2.

180Cette plante n’apparaît donc pas comme un contaminant des autres cultures et est sans doute cultivée à part entière. Si cette espèce n’est pas parmi les céréales les plus répandues à l’âge du Fer en Gaule, il a néanmoins pu être mis en évidence que sa culture démarrait à La Tène moyenne-finale dans la plaine de Caen, même s’il faut attendre les VIIème-VIIIème s. après J.-C. pour que son essor s’affirme (Ruas et Zech-Matterne, 2012).

Le brome

181Outre les espèces cultivées, une plante adventice, le brome (Bromus secalinus/mollis) est fortement présente dans deux greniers : D3 et D4 (rangée 3).

182En D3, une forte quantité de brome se concentre dans le trou de poteau sud-est (plus de la moitié des restes carpologiques). Les trois autres poteaux n’en contiennent que très peu.

183En D4 beaucoup de brome est attesté en nombre de restes mais, proportionnellement aux plantes cultivées, il est moins important qu’en D3. Ces semences se localisent essentiellement dans les deux trous de poteau nord du grenier.

184Cette espèce appartient à la famille des Poaceae, tout comme les céréales. Il est généralement considéré comme une adventice des cultures. Sa taille et sa forme proche de celle des céréales peut rendre plus difficile son élimination au cours des traitements de préparation. La plante, qui est constituée d’un épi, peut être confondue avec une céréale lors de la récolte, ou tout au moins être involontairement récoltée.

185D’après C. Sonnini (1803, p. 488), « les bromes sont quelquefois si multipliés dans les champs, dans les prairies artificielles, qu’on les coupe comme fourrage ; mais nulle part on ne les cultive spécialement pour cet objet. Quelques espèces ont les graines assez grosses pour qu’il soit possible d’en faire usage comme de bled pour fabriquer du pain ». C. E. S. Gaultier de Claubry (1823, p. 22) indique quant à lui que le brome faux-seigle est mentionné comme une plante innocente et alimentaire ou parfois au contraire comme plante vénéneuse. Par exemple, F. Rozier et al. écrivent en 1787 que « les semences de brome seigle rendent le pain noir, amer et causent, dit-on, des vertiges et des maux de têtes ». Afin de savoir ce qu’il en est, C. E. S. Gaultier de Claubry a fait l’expérience d’ingurgiter ce brome sous forme de farine puis d’une décoction élaborée à partir des sons de la plante. Ces absorptions n’ont eu aucun effet. Il en conclut donc que la plante est tout à fait comestible, même si le goût de la farine lui a semblé désagréable. A. Maurizio (1932, p. 326) relate que les Indiens d’Amérique faisaient griller les épis du brome faux-seigle, en faisaient de la farine puis du pain ou une boisson.

186Il est difficile de savoir si le brome a été cultivé à Entrammes ou tout au moins récolté volontairement. Il peut provenir d’une moisson infestée par cette adventice, auquel cas il est vraisemblable que l’on n’ait pas cherché à l’éliminer particulièrement de la récolte dont il augmente le volume.

187Pour l’ensemble des plantes secondaires, on constate une disparité dans la répartition spatiale au sein des poteaux d’un même grenier : les semences de ces espèces sont systématiquement concentrées d’un côté ou de l’autre des greniers (pas toujours du même côté selon les greniers). Dans le cas de méture, cette répartition différenciée ne s’explique pas. Il faut donc plutôt envisager un mélange post-récolte : ces plantes peuvent provenir d’un reliquat d’un précédent stockage. Elles ont aussi pu être stockées en même temps que la récolte principale avec un système de partition de l’espace dans le grenier (stockage en sac ou séparation matérielle dans le grenier).

5. Un stockage de masse : pour qui, pourquoi, comment ?

188Avant d’effectuer l’analyse carpologique de ces nombreux greniers, une première hypothèse était que le panel de plantes stockées devait être assez diversifié. Il n’en est rien. Une question fondamentale s’impose alors : pourquoi cultiver et stocker en masse de l’amidonnier ? Une production centrée sur l’amidonnier ne peut en effet être anodine. Elle résulte de choix qui peuvent être de plusieurs ordres : raisons liées aux propriétés culturales de la plante ; attraction pour sa consommation ; demande particulière…

Intérêts et usages de l’amidonnier

189D’un point de vue agronomique, l’amidonnier, comme l’engrain, montre un niveau élevé de résistance à l’oïdium et à la rouille de la tige et des feuilles (Corazza et al., 1986 in Laghetti et al., 2009). C’est une culture robuste qui demande peu de contribution et qui permet de cultiver les zones agricoles marginales et vallonnées (Laghetti et al., 2009). Par ailleurs, la plante résiste mieux aux ravageurs et aux maladies que les blés nus et tolère la sécheresse (Zaharieva et al., 2010).

190L’amidonnier a des épis plus solides que ceux de l’engrain, ils restent intacts jusqu’au battage (Denaeyer, 1992), ce qui doit faciliter le transport des céréales jusqu’au lieu de préparation. Ils sont par ailleurs plus productifs puisque leurs épillets contiennent deux grains contre un seul pour l’engrain (ibid.).

191Concernant sa consommation, l’amidonnier a des usages multiples. Il possède une teneur en protéines élevée et présente une bonne digestibilité. Il peut servir à l’alimentation des volailles ou encore de fourrage pour les chevaux et les porcs ou engraissant pour les bovins. Son usage dans l’alimentation humaine est par ailleurs très variée (Zaharieva et al., 2010). Si cette céréale n’a pas les propriétés de panification que possède le froment, elle peut cependant servir à l’élaboration de pain non levé ou à d’autres préparations sous forme de pâte (galettes, biscuits…) car sa viscosité est basse et sa fermeté suffisante. Ses grains sont également utilisés sous forme entière, cuits dans des soupes ou simplement rôtis. Ils servent aussi à l’élaboration de bouillies ou encore de boissons fermentées, comme la bière ou une liqueur. Historiquement, les populations affectionnent les grains et la farine d’amidonnier pour leurs qualités sensorielles : l’odeur, le goût et la couleur sont plus appréciés que ceux du froment (ibid.).

L’amidonnier au second Âge du Fer

192En Touraine, les blés vêtus amidonnier/engrain sont parmi les cultures dominantes du Hallstatt ancien/moyen à La Tène moyenne puis décroissent à partir de La Tène finale (Pradat, 2013). Dans le Loiret, la diversification intense de La Tène moyenne laisse la place semble-t-il à une économie basée essentiellement sur deux céréales dominantes à La Tène finale : l’orge et le blé nu. Les blés vêtus qui, d’après leur fréquence d’attestation, étaient jusque là au sein des cultures dominantes sont reléguées aux cultures secondaires (Pradat, 2010). Cependant, plus généralement dans la partie nord de la France, pendant La Tène moyenne et jusqu’au IIème s. avant notre ère, se sont les blés vêtus et l’orge qui prédominent largement (Zech-Matterne et al., 2009).

Organisation des greniers

193Si l’organisation spatiale des greniers semble structurée, les diverses espèces stockées ne sont pas réparties sur le site selon un agencement particulier, bien au contraire. Les greniers contenant un taux important d’orge, d’avoine ou de résidus autres que l’amidonnier ne sont pas localisés dans un secteur spécifique ou dans des greniers proches les uns des autres mais sont au contraire disséminés, l’orge présentant toutefois des occurrences plus importantes au nord-ouest (H1, I2, J2, K2, M5).

194De même, si l’on regarde spatialement les taux de vannes, les récoltes qui en ont peu (moins de 5 %) ou encore celles qui ont des teneurs assez élevées (plus de 10 %) sont réparties sur l’ensemble du site et ne se concentrent pas dans un endroit spécifique. Il n’y a donc pas de localisation particulière des récoltes en fonction de la forme sous laquelle elles sont stockées.

195L’espace n’apparaît donc pas partitionné en fonction de ce que l’on veut stocker : espèces différentes ou formes diverses.

196Au sein même des greniers, lorsque plusieurs espèces cohabitent, comment s’organise le stockage ? D’après l’emplacement des divers taxons dans les trous de poteau (fig. 42), des partitions semblent avoir existé. Plusieurs hypothèses peuvent alors être émises concernant l’organisation du stock. La première est que les grains ont pu être déposés en deux tas, technique simple à mettre en œuvre mais qui a l’inconvénient d’un risque de mélange des récoltes. Il est également envisageable que les grains étaient contenus dans des sacs, permettant ainsi un transport plus aisé. Une autre possibilité, méthode sans doute la plus efficace pour stocker deux espèces distinctement, est l’existence d’une séparation sous la forme de cloison, celle-ci n’atteignant pas forcément le plafond mais pouvant être basse, à hauteur du grain entreposé.

197Par ailleurs, comme nous venons de le voir, si les semences des plantes secondaires ne sont pas uniformément réparties au sein des greniers, mais semblent au contraire localisées sur l’un des côtés ou dans un angle, elles ne sont cependant pas systématiquement du même côté d’un grenier à l’autre. Cette constatation est importante car elle soulève le problème de la localisation des ouvertures sur les greniers. Si l’on admet que tous les greniers possédaient une ouverture du même côté, il faut alors constater que les semences des plantes secondaires sont tantôt situées à gauche, tantôt à droite, au fond ou bien à l’avant du grenier. La gestion des espèces autres que l’amidonnier serait donc à chaque fois particulière. Dans le cas où les céréales autres que l’amidonnier seraient des résidus de récoltes antérieures, on imagine assez mal que l’ancienne récolte soit à l’avant du grenier, nécessitant de passer par-dessus pour engranger la récolte d’amidonnier.

198Cette répartition hétérogène peut également être le signe d’ouvertures situées sur des côtés différents, donc des orientations de greniers distinctes.

199Outre la présence de graines, des charbons de bois ont été repérés dans les prélèvements au cours du tri carpologique (tabl. 23). Quoique non comptabilisée précisément, la teneur en charbon de bois semble liée à la quantité de graines. Ainsi, les prélèvements en D4 ou D5 par exemple, sont riches en charbon tandis que d’autres, comme J4 ou M1, n’en contiennent que très peu. La teneur malgré tout modérée de charbons de bois dans les remplissages peut s’expliquer par un incendie violent qui aura brûlé les bois. A moins que le bois n’ait brûlé que partiellement à feu vif et que la consumation des morceaux enfouis en terre se soit faite sous forme de braise. L’espace alors laissé par ces vides a pu être comblé par la couche d’incendie qui était constituée de graines.

Tableau 23 : Par phase, récapitulatif des quantités de charbon de bois recueillies au tamisage et pour la carpologie, densité des restes par litres de sédiment prélevé.
Table 23: By phase, summary of quantities of charcoal collected during sieving and for carpology, density of remains per litre of sediment sampled.

Tableau 23 : Par phase, récapitulatif des             quantités de charbon de bois recueillies au tamisage et pour la             carpologie, densité des restes par litres de sédiment             prélevé.Table 23: By phase, summary of             quantities of charcoal collected during sieving and for carpology,             density of remains per litre of sediment sampled.

200La conservation des charbons n’est pas très bonne. Les greniers qui ont livré des faibles densités de restes carpologiques ne contenaient en règle générale qu’une infime quantité de charbon de bois. Cette constatation permet de déduire que la teneur en graines semble donc plutôt liée à un problème de taphonomie qu’à une absence de grains dans les greniers au moment de l’incendie. Cependant, des charbons en grande quantité et de grosse taille n’ont été retrouvés que dans cinq greniers dont deux ne possèdent pas une énorme densité en restes (74,6 restes par litre en A3 et seulement 11,1 en B5). Par ailleurs, deux cas, G4 et J1, ont des teneurs en semences plutôt faibles (2,5 et 3,7 restes par litre) tandis que la quantité de charbon est moyenne. Ces quatre greniers étaient-ils vides ou en partie vidés lors de l’incendie ? Quoi qu’il en soit, quatre greniers vides sur une soixantaine ne peuvent suffire à laisser de la place pour les futures récoltes à moissonner.

Les stocks d’amidonnier : une image ponctuelle ou une réalité ?

201Lorsqu’une structure de stockage est incendiée, les denrées qu’elle contient sont le résultat d’un instantané à un moment précis d’une année particulière et ne permettent donc pas d’avoir une vision dans le temps. Dans le cas d’Entrammes, l’instant figé montre un stockage en masse d’amidonnier.

202Cependant, il est possible que les greniers aient été destinés à stocker temporairement d’autres denrées végétales avant qu’elles ne soient acheminées vers des destinations plus lointaines. C’est peut-être le cas des plantes secondaires (orge, avoine) qui peuvent avoir antérieurement été stockées dans ces greniers. Les légumineuses, qui arrivent à maturité au printemps, se récoltent donc plus tôt dans la saison que les céréales. Une fois séchées, elles se conservent bien. Les greniers auraient ainsi pu servir à un stockage de courte durée de ces plantes puis, l’été suivant, être rempli par l’amidonnier. Néanmoins, parmi les plantes cultivées supposées involontaires dans les stocks de grains carbonisés, une seule semence de fève a été retrouvée, ce qui supposerait que les greniers aient été extrêmement bien nettoyés avant d’y déposer l’amidonnier. La présence d’autres plantes, qu’elles soient des résidus de récolte précédentes ou qu’elles aient été stockées conjointement, ne va cependant pas dans ce sens.

203Par ailleurs, il est très troublant de trouver des semences carbonisées, et qui plus est de même type, dans des greniers de chronologie différente (Phases I et III). En effet, si l’incendie généralisé de la batterie de grenier peut facilement s’expliquer par la propagation des flammes dans des structures en bois proches les unes des autres, comment envisager la présence de graines carbonisées dans des ensembles non contemporains ? On pourrait penser que lors de l’incendie de la Phase III, les semences se soient insérées dans les trous de poteau des anciens greniers de la Phase I qui n’étaient plus en usage (d’où sans doute les poteaux arrachés ou en cours de dégradation). Mais alors, pourquoi trouverait-on en L3, grenier de la Phase I situé au nord du site, des concentrations de graines alors qu’il n’y a pas de concentration de graines dans ce secteur pour la Phase III ? Il est en fait plus vraisemblable qu’il y ait eu deux incendies à deux périodes différentes. On en déduit alors une continuité dans le stockage entre les deux périodes.

204Certes, si l’incendie du site à la Phase III donne un éclairage ponctuel sur un stockage à un moment donné, la découverte de semences de la même espèce dans les deux phases de stockage permet de dire que l’entreposage d’amidonnier n’est pas ponctuel. Il y a en effet perduration dans l’activité et dans l’espèce stockée, ce qui montre un commerce ou un besoin bien établi.

La gestion du stock : une organisation communautaire

205Stocker des denrées végétales à grande échelle nécessite une organisation spécifique.

206Les greniers sont utilisés pour des stockages à moyen ou court terme. Ils procurent l’avantage de laisser le produit stocké en accès simple et répétitif et permettent d’entreposer des volumes importants. En revanche, leur construction est longue et coûteuse (Gransar, 2000).

207Contrairement à l’ensilage hermétiquement fermé, les grains stockés dans les greniers peuvent être la proie de divers prédateurs. La lutte contre les rongeurs peut se faire par une construction surélevée avec un aplomb entre les poteaux et la base du plancher qui empêche les rongeurs d’y pénétrer (Malrain et al., 2006). Mais cela ne supprime pas le risque d’infestation par les insectes : acariens, arthropodes, coléoptères… comme il fut retrouvé dans le grenier du iie s. après J.-C. à Amiens (Matterne et al., 1998). On peut donc penser que ce stockage de masse n’est pas destiné à une conservation de longue durée qui aurait exposé les semences aux prédateurs.

208Le stockage en grenier implique un contact avec l’air ambiant. Le grillage du grain permet de le stériliser, évitant ainsi qu’il ne germe spontanément. Pour éviter cette germination et surtout les dégagements gazeux qui en découlent et risquent de provoquer un incendie, il est nécessaire de brasser et de ventiler régulièrement les grains (Gransar, 2000). Ce travail réclame donc une main d’œuvre présente régulièrement sur le lieu.

209Par ailleurs, le stockage en grenier nécessite une surveillance des structures (Gransar, 2000). C’est d’autant plus vrai ici que, d’après nos connaissances actuelles de l’occupation du territoire, le lieu de stockage semble isolé à l’extrémité est de l’éventuel vicus. Il aurait ainsi pu facilement être pillé. R. Cappers et R. Neef (2012) citent l’exemple de greniers communautaires surveillés et éloignés des habitats pour éviter au maximum la présence des ravageurs (rongeurs, insectes), attirés par les lieux de vie.

210A ces facteurs nécessitant de la main d’œuvre, s’ajoute bien évidemment le temps passé au travail de la terre (du semis à la récolte).

211L’aménagement d’une batterie de greniers et sa gestion requièrent une organisation poussée pour répondre aux contraintes de surveillance et de brassage des grains. Par ailleurs, le type d’installation mis en place au Clos des Primevères suppose un investissement de plusieurs années. Tout d’abord parce que la construction d’autant de greniers demande un travail important. Il est possible que ces constructions aient été réalisées en plusieurs étapes, même s’il est difficile de le déceler stratigraphiquement d’un point de vue archéologique. Néanmoins, la répartition quadrillée et homogène des greniers semble plutôt indiquer un aménagement assez rapide des structures des rangées 1 à 6. Outre l’agencement architectural, stocker autant de récoltes d’amidonnier suppose d’avoir en amont une réserve importante de grains destinés au semis, en plus des grains que l’on garde pour la consommation. Il est en effet nécessaire de prévoir les semis en conséquence des surfaces qui vont être cultivées. Sauf dans le cas d’un surplus de récolte particulièrement exceptionnel, recueillir une quantité suffisamment importante de semailles nécessite une anticipation et donc une réelle volonté d’exploitation de l’amidonnier à grande échelle plutôt qu’une opportunité.

212Dans le monde gaulois, concernant les productions agricoles, deux types de sites peuvent être distingués : les sites producteurs et les sites producteurs et/ou centralisateurs des récoltes (Gransar, 2000). Les récoltes stockées au Clos des Primevères proviennent-elles de cultures locales ou bien ce lieu sert-il de centralisation pour des récoltes de provenance plus lointaine, ne servant ainsi que de relais entre les sites producteurs et les sites consommateurs ? Dans le premier cas, il faudrait supposer que ce sont les habitants du vicus gaulois d’Entrammes ou les domaines qu’ils contrôlent qui ont produit une quantité massive d’amidonnier. D’un point de vue carpologique, il peut être constaté que beaucoup des adventices présentes dans les cultures sont des plantes qui poussent sur des sols calcaires. Or, le substrat géologique dans les environs d’Entrammes est majoritairement de type acide, ce qui signifie que les cultures n’ont pas été produites sur place ou immédiatement sur place. Il faut donc envisager ce lieu comme un site relais des récoltes d’amidonnier, ce qui suppose une gestion à plus vaste échelle avec acheminement des céréales depuis un territoire dont l’ampleur nous échappe. Deux petites zones calcaires existent néanmoins dans un environnement assez proche : à 15 km au nord d’Entrammes, entre Forcé et Argentré ainsi qu’à l’est d’Argentré et à environ 25 à 30 km où les calcaires du Viséen affleurent largement de Saulges à Chéméré-le-Roi (Méville et al., 1988). Il est possible que des cultures d’amidonnier aient été pratiquées dans ce secteur mais elles peuvent également avoir une origine plus lointaine. Ce transfert de denrées est tout à fait réalisable, d’autant qu’O. Buchsenschutz a mis en évidence l’usage de charrettes pour le transport agricole (2009). La centralisation des céréales a pu être effectuée dès la moisson ou être une centralisation retardée après un premier stockage sur site producteur.

213Dans l’un ou l’autre des cas, la gestion de telles ressources nécessite une organisation poussée et témoigne d’une mise en commun de moyens ou d’un pouvoir fort. Les sociétés gauloises sont bien organisées avec des aristocraties et des autorités dirigeantes qui ont notamment la capacité à émettre des monnaies (Gruel et al., 2013, p. 110). L’organisation d’une telle aire de stockage peut induire un échange de service ou la mise en place d’une taxation en contrepartie de la gestion des greniers et de leurs stocks ainsi que du transport vers la ou les destination(s) commerciale(s). Elle peut aussi avoir été imposée par l’autorité dirigeante.

214À quelles fins une société a-t-elle pu organiser une gestion communautaire des ressources végétales ?

Le ou les destinataires des stocks ?

215Habituellement, le stockage en grenier sert à couvrir les besoins courants (Malrain et al. 2006), les silos servant à stocker de grandes quantités vouées à un usage différé tels les semis ou des réserves collectives en cas de perte. Cependant, l’ampleur du site d’Entrammes, sa localisation sur la bordure orientale d’un vicus à proximité d’une voie, permettent d’affirmer que les greniers n’ont pas été installés dans le but d’accéder facilement aux réserves pour l’alimentation de tous les jours.

216Le stockage d’Entrammes ne correspond pas à un stockage domestique car les greniers y sont trop nombreux. Il faut par ailleurs noter la quasi absence de mobilier ou de rejets anthropiques. Le stockage en masse d’une même espèce montre également qu’il ne peut être destiné uniquement aux besoins du quotidien car, si les blés vêtus sont, avec l’orge, les céréales les plus fréquentes au second âge du Fer dans le Nord de la Gaule, l’amidonnier ne peut constituer à lui seul les ressources alimentaires d’une population.

217Comme ce fut le cas pour la batterie de silos de La Tène B fouillée à Soupir dans l’Aisne (Gransar, 2002), plusieurs hypothèses peuvent être émises concernant l’usage de cette batterie de greniers : un stockage des excédents d’un groupe sur le long terme ou bien une centralisation d’excédents produits par plusieurs groupes sur une durée plus courte.

218Est-on en présence de surplus stockés ? A La Tène finale correspond le second optimum climatique de l’âge du Fer (Bouzek, 1993 et Magny, 1995 in Gransar, 2000) d’où la possibilité de produire des surplus céréaliers. Néanmoins, l’hypothèse de surplus supposerait que seule une espèce céréalière, l’amidonnier, a produit des excédents méritant leur stockage en un lieu précis. Si l’on suppose que l’année de récolte a été particulièrement favorable, comment expliquer que seule cette espèce ait fourni plus que ce qui était nécessaire au ravitaillement habituel ? Si, au contraire, on considère que la résistance de l’amidonnier à la rouille et l’oïdium ont permis à cette espèce de se développer quand les autres ont été atteintes de maladies, il est alors difficile de croire que l’amidonnier ait fourni des surplus dans des conditions de croissance défavorables et que ces éventuels surplus n’aient pas été conservé dans un lieu plus domestique.

219Ce stockage de masse n’apparaît donc pas être un rassemblement des surplus mais plutôt un stockage transitoire volontaire avant redistribution. Il aurait pu être destiné à recevoir des denrées alimentaires végétales achetées par l’agglomération gauloise d’Entrammes vouées à un stockage temporaire avant une redistribution locale. Dans cette hypothèse, ceci implique une importation massive d’amidonnier. Mais, pourquoi ne s’approvisionner et ne stocker qu’une seule espèce dans autant de greniers ? D’autres lieux de stockage pourraient avoir coexistés dans lesquels étaient réalisées des provisions d’autres plantes. Néanmoins, le caractère exceptionnel de ce lieu de stockage, tant dans les quantités engrangées que par les contraintes liées à ce type d’infrastructures, laisse difficilement imaginer que d’autres lieux de réserves céréalières aient fonctionnés en même temps dans le but d’alimenter l’agglomération.

220Par ailleurs, si une diversité dans les pratiques culturales a pu être détectée, il faut noter dans les stocks des points communs comme par exemple le nettoyage approfondi des récoltes. Ceci signifierait que la demande des occupants de l’agglomération était bien particulière, à savoir des céréales bien nettoyées mais pas forcément directement consommables (stockage en épillets) ou encore que l’approvisionnement provenait d’un même lieu de production.

221Une dernière hypothèse est que ces greniers n’étaient pas destinés à recevoir des marchandises mais plutôt à les stocker avant de les écouler.

222Au cours de La Tène, V. Matterne (2001) note que la diversité des cultures est peu à peu délaissée au profit d’une certaine spécialisation dans des cultures de type extensif. Les légumineuses demandent plus de travail que les céréales pour l’entretien de la parcelle dans laquelle elles sont semées et ont des rendements inférieurs. Il n’est donc sans doute pas intéressant d’en produire en grande quantité. Le cas du « Clos des Primevères » est peut-être un exemple de cette spécialisation.

223La grande homogénéité dans le choix des espèces stockées d’un grenier à l’autre montre que ces réserves ne sont pas vouées, ou pas uniquement vouées, à un approvisionnement très local. En effet, pour pourvoir à l’alimentation de la population du vicus, les denrées stockées seraient plus variées : légumineuses ou tout au moins plusieurs variétés de céréales. Le manque de diversité pourrait s’expliquer par le fait que l’incendie a eu lieu à un moment où seul l’amidonnier avait été récolté. Cependant, les légumineuses se récoltent avant les céréales et auraient donc pu être présentes lors de l’incendie. Dans ce cas, pourquoi retrouver de l’amidonnier dans tous les greniers ? Certains devraient être vides en vue de futures récoltes d’autres espèces. Ce stockage de masse d’amidonnier et la gestion qu’il induit est le reflet d’un commerce spécifique de cette céréale, soit qu’il ait été cultivé dans l’optique d’être revendu, soit qu’il résulte de collectes en provenance de différents lieux de production agricole.

224Il faut noter que la fouille du site n’a révélé qu’une très faible quantité de mobilier. La commercialisation des grains ne devait donc pas se faire sur place mais au contraire les céréales devaient être acheminées directement sur les lieux demandeurs.

Conclusion générale

225Même si quelques interrogations demeurent, les apports de cette fouille nous paraissent présenter d’indéniables avancées, non seulement régionalement mais aussi à une échelle plus vaste, au sujet des agglomérations gauloises (ou vici), du IIème s. av. J.-C., celles qui précédent les oppida de La Tène D1 et D2. L’intervention du Clos des Primevères à Entrammes (Mayenne), permet de présenter quelques remarques sur un type de stockage de masse (fig. 7 et 12) qui était, au moins jusqu’à présent, plutôt caractéristique des siècles précédents, sur des sites fortifiés et/ou aristocratiques ou bien encore sur des habitats ouverts. Les vestiges de la fin de La Tène du Clos des Primevères marquent donc de manière tout à fait nette, un type d’occupation pas ou peu reconnu en Gaule. L’autre aspect positif de cette intervention a trait à l’étude d’un lot particulièrement intéressant de près de 75 000 macro-restes végétaux composé à plus de 80 % de blé amidonnier qui, outre un apport majeur dans nos connaissances sur une zone d’échange inconnue en Gaule, sur les pratiques culturales et le traitement des récoltes, sur l’alimentation végétale, au second âge du Fer de la façade atlantique, met en exergue la recherche carpologique dans la démarche de l’archéologue.

226Le premier horizon chronologique défini, de La Tène C2, correspond à l’habitat méridional et à l’enclos ouvert. La première phase des greniers précédant cet enclos lui est vraisemblablement antérieure de peu. Le second horizon chronologique, du début de La Tène D1, est illustré par des amphores Dressel 1A et les éléments découverts dans les greniers de la Phase III. Les vestiges laténiens nous suggèrent une organisation de l’espace avec des domaines réservés à l’habitat au sud et à l’ouest d’une zone de stockage de masse caractérisée par une concentration de greniers sur plancher surélevé. Un fossé de parcellaire et un chemin en « trompette » limitent ces espaces.

227Des parallèles chronologiques flagrants entre le Clos des Primevères, La Carie II (Guillier et al., 2013) et la carrière d’Ecorcé (Naveau, 1977), permettent de lier ces sites qui s’égrènent le long d’une voie gauloise : nous émettons l’hypothèse qu’il s’agit là des témoins privilégiés d’une urbanisation indigène précoce de type vicus. Les témoignages archéologiques recueillis à Entrammes permettent d’y entrevoir, probablement de manière schématique, une vraisemblable organisation du territoire selon le modèle développé par O. Buchsenschutz à Levroux (Indre) :

  • création d’une agglomération gauloise au iie s. av. J.-C. (La Carie II, Le Clos des Primevères, la carrière d’Ecorcé) ;

  • abandon de la première agglomération et création de l’oppidum du Port du Salut au début du ier s. av. J.-C. ou dès la première moitié du ier s. av. J.-C. ?;

  • création en contrebas de l’oppidum d’une ville antique (dès l’époque augustéenne ?), recouvrant, au moins en partie, les vestiges du iie s. av. J.-C. (La Carie II).

228Mais c’est avant tout la concentration de greniers, alignés en imposantes rangées nord-sud, qui marque un pas dans notre connaissance des agglomérations gauloises précédant les oppida. Ces vici, connus, mais peu reconnus sur l’aire d’expansion celtique et notamment dans l’ouest de la Gaule, sont d’importants pôles de production et de consommation ; mais peu d’entre eux offrent un stockage de masse en greniers comparable à celui du Clos des Primevères. Le stockage d’amidonnier mis en place n’est pas de type individuel ou familial mais au contraire collectif et sa destination n’est pas à usage quotidien, ou pas uniquement, ni même pour des banquets. De telles réserves nécessitent une véritable organisation communautaire ou un pouvoir fort qui les gère. Il faut lier cette concentration de greniers à l’affirmation d’une aristocratie qui régenterait à son profit des productions ou importations agricoles à des fins d’éventuelles redistributions mais surtout de commercialisation.

229Dans l’uniformité globale des stocks, les petites différences qui ont pu être relevées tant dans les pratiques agricoles, que dans le traitement des récoltes ou le stockage de celles-ci, laissent envisager que les greniers, ou tout au moins les récoltes qui y étaient stockées, appartiennent ou, plus vraisemblablement, proviennent de plusieurs petites unités (unités familiales ?, fermes indigènes) car, à travers un but commun, les habitudes de chacun sont perceptibles.

230Les greniers ont vraisemblablement été rassemblés sur un même lieu afin de faciliter la centralisation des ressources. Comme souvent, plusieurs facteurs peuvent avoir concouru dans le choix précis du site pour l’implantation de la batterie de greniers, facteurs où se distinguent les éléments naturels de ceux d’origine anthropique. Au sein des premiers, la situation topographique, au sommet d’une colline, dans un lieu aéré et ventilé naturellement, est un atout. Le substrat sableux, qui ne conserve l’eau que quelques heures, se prête particulièrement à ce type de construction. La présence d’un sol sain et sec a été aussi relevée sur le site de Gondreville (Buchsenschutz, 2007) où la fonction de stockage est assurée par des silos enterrés. Concernant les facteurs anthropiques, plusieurs éléments sont discernables : la localisation de la zone au bord d’une voie importante (pour le stockage/déstockage) mais aussi non loin d’un croisement de voies (nord-sud), la présence d’un bassin de population important avec le vicus (consommation) et d’une potentielle zone de production non moins importante (les nombreuses fermes indigènes du sud mayennais), tous ces éléments étant interactifs.

231Le regroupement d’autant de greniers permet par ailleurs une mutualisation des moyens matériels et humains pour assurer la gestion des réserves. Cette organisation n’a cependant pu pallier à l’incendie qui a ravagé l’ensemble des structures de stockage. Il est néanmoins impossible de savoir à quel endroit précisément ni comment il s’est déclenché : est-ce un grenier qui a brûlé, le feu se propageant ensuite aux autres ou y a-t-il eu plusieurs foyers d’incendie ? De même, l’origine de cet incendie est-il naturel (foudre, combustion spontanée) ou s’agit-il d’un incendie criminel ?

232Enfin, et en dernier lieu, là de manière plus anecdotique, quelques structures postérieures, romaines et médiévales, agencées sous la forme de chemins et de parcellaire, reprennent les grands axes définis à la période gauloise, notamment le chemin « en trompette », perpétuant ainsi sur près de dix-sept siècles les orientations primitives.

Haut de page

Bibliographie

Anderson T. J. et Castella D., 2007 – « Une ferme gauloise à Courgevaux (Fribourg, Suisse) », Archéologie fribourgeoise/Freiburger Archäologie, 21, 213 p.

Audouze F. et Buchenschutz O., 1989 – Villes, villages et campagnes de l’Europe celtique. Du début du IIIe millénaire à la fin du ier s. av. J.-C., Hachette, Paris, 362 p.

Angot A., 1900-1910 – Dictionnaire historique topographique et bibliographique de la Mayenne, Laval, Goupil, 4 tomes, 3569 p.

Bellanger P., 2006Beauvoir-sur-Mer, Le Pontreau (1), site d’époque gallo-romaine, 85018 0012, Rapport final, INRAP, SRA des Pays-de-la-Loire, mai 2006, 163 p.

Blancquaert G. et Desfosses Y., 1994 – « Les établissements ruraux de l’âge du Fer sur le tracé de l’autoroute A 29 (le Havre-Yvetot) », in Buchenschutz O. et Meniel P. (dir.), Les installations agricoles de l’âge du Fer en Île-de-France, Paris, Presses de l’ENS, coll. « Études d’Histoire et d’Archéologie ; IV », p. 227-254.

Bocquet A., Bouvet J.-P. et Levillayer A., 2007 – « Un dépôt à caractère rituel de l’âge du Fer à Sainte-Suzanne », La Mayenne : Archéologie, Histoire, n° 30, p. 190-199.

Bogaard A., Jones G. et Charles M., 2005 – « The impact of crop processing on the reconstruction of crop sowing time and cultivation intensity from archaeobotanical weed evidence », Vegetation History and Archaeobotany, 14, p. 505-509.

Boissel R. et Naveau J., 1980 – « Les fouilles du terrain de sport de Jublains (Mayenne), 1972-1979 », La Mayenne : Archéologie, Histoire, 2, p. 3-34.

Bouby L., 2010 – Agriculture dans le basin du Rhône du Bronze final à l’Antiquité. Agrobiodiversité, économie, cultures, Thèse de doctorat de l’EHESS.

Bouvet J.-Ph., 1997 – « Les céramiques de l’âge du Fer », in Naveau J. (dir.), Recherches sur Jublains (Mayenne) et sur la cité des Diablintes, Rennes, Documents Archéologiques de l’Ouest, p. 222-240.

Briard J., 1989 – Poterie et civilisations. Tome 2 : Le Chalcolithique et l’âge du Bronze en France, Paris, Errance, 160 p.

Buchenschutz O., 1985 – « Apports de l’archéologie à l’étude des céréales : l’exemple de l’Europe tempérée à la fin de l’âge du Fer », Les techniques de conservation des grains à long terme. Vol. 3, fasc. 2. Paris : éd. du CNRS, p. 347-355.

Buchenschutz O., 2006 – « Le monde rural et ses productions (IIe-Ier s. av. J.-C.) », in Haselgrove C. (dir.), Les mutations de la fin de l’âge du Fer, Collection Bibracte, 12/4, Celtes et gaulois. L’archéologie face à l’histoire (Actes de la table ronde de Cambridge), 2006, p. 55-65.

Buchenschutz O., 2007Les Celtes, Paris : Armand Colin, 278 p.

Buchenschutz O., 2009 – « Chars, charrettes et transport dans l’agriculture celtique », in Bertrand I., Duval A., Gomez de Soto J. et Maguer P., Habitats et paysages ruraux en Gaule et regards sur d’autres régions du monde celtique, Actes du XXXIe colloque international de l’AFEAF, 17-20 mai 2007, Chauvigny, p. 85-92.

Buchenschutz O., Colin A., Krausz S., Levery M. et Soyer C., 1994Le village celtique des Arènes à Levroux. Description du mobilier, 10ème supplément à la Revue archéologique du Centre, Levroux 3. Levroux : FERAC et ADEL, 347 p.

Buchenschutz O., Colin A., Firmin G., Fischer B., Guillaumet J.-P., Krausz S., Levery M., Marainval P., Orellana L. et Pierret A., 2000Le village celtique des Arènes à Levroux. Synthèses, 19ème supplément à la Revue archéologique du Centre, Levroux 5. Levroux, FERAC et ADEL, 333 p.

Buchenschutz O. et Krausz S., 2001 – « Levroux et le modèle de la genèse des oppida », in Collis. J. (éd.), Society and settlement in Iron age Europe, Actes du XVIIIe Colloque de l’AFEAF, Winchester (april 1994). Sheffield, p. 292-298.

Bucur I., Dufournier D., Goulpeau L., Langouet L. et Naveau J., 1984 – « La céramique à « œil de perdrix » et la production de La Hardelière à Laval (Mayenne) », Archéologie Médiévale, XIV, p. 169-219.

Cappers R.T.J. et Neef R., 2012Handbook of Plant Palaeoecology, Groningen Archaeological Studies, n° 19. Groningen : Barkhuis & Groningen University library, 476 p.

Collart J.-L., 1996 – « La naissance de la villa en Picardie : la ferme gallo-romaine précoce », Revue Archéologique de Picardie, n° Spécial 11 (« De la ferme indigène à la villa romaine, La romanisation des campagnes en Gaule » Actes du 2e colloque AGER, Amiens, 1993), p. 121-156.

Collis J., Krausz S. et Guichard V., 2000 – « Les villages ouverts en Gaule centrale aux iie et ier siècles av. J.-C. », in Guichard, V., Sievers, S. et Urban, O., Les processus d’urbanisation à l’âge du Fer. Bibracte 4, p. 71-82.

Constantin C., Coudart A. et Demoule J.-P., 1982 – « Villeneuve-Saint-Germain, Les Grandes Grèves, Les bâtiments de La Tène III. Vallée de l’Aisne : cinq années de fouilles protohistoriques », Revue Archéologique de Picardie, Numéro spécial, p. 195-205.

Cunliffe B., 1984Danebury, an Iron Age hillfort in Hampshire. Vol 1, The excavation 1969-1978 : the site, Council for British Archaéology, research report, 52, 1984, 230 p.

Cunliffe B. et Poole C., 1991Danebury, an Iron Age hillfort in Hampshire. Vol 4, The excavation 1979-1988 : the site, Council for British Archaéology, research report, 73, 276 p.

Daire M.-Y., 1992Les céramiques armoricaines de la fin de l’âge du Fer, Rennes, Travaux du Laboratoire d’Anthropologie de Rennes, n° 39, 316 p.

Dechezlepretre T., Cousyn P., Paez-Rezende L. et Rougier R., 2000 – « Architecture des bâtiments de l’âge du Fer en Haute-Normandie », in Marion S. et Blancquaert G. (dir.), Les installations agricoles de l’âge du Fer en France septentrionale, Paris, Presses de l’ENS, coll. « Etudes d’Histoire et d’Archéologie », 6), p. 321-338.

Deffresigne S., Tikonoff N., Boulanger-Boucher K., Chausse C. et Tesnier-Hermetey C., 2002 – « Les gisements d’habitat de la fin du premier âge du Fer à Gondreville – Fontenoy-sur-Moselle (54). Le stockage intensif et ses conséquences économiques et sociales », Archaeologia Mosellana, 4, p. 81-184.

Denaeyer S., 1992 – « Le cycle de vie et l’histoire des blés », in Mesnil M. (éd.), Du grain au pain. Symboles, savoirs, pratiques, collection Ethnologies d’Europe n° 2, Bruxelles, p. 17-37.

Doyen D., 1998 – Rapport d’évaluation. Commune de Maresché. Lieu-dit : « L’Arrachée de la Boidonnière », 72 186 004 AH, AFAN, SRA des Pays-de-la-Loire, A 28, Série évaluation, 26, 7 p. et 8 pl.

Fajon P. et Lepert T., 2000 – « Mutation agricole à la fin de l’âge du Fer », in Marion S. et Blancquaert G. (dir.), Les installations agricoles de l’âge du Fer en France septentrionale, Paris, Presses de l’ENS, coll. « Études d’Histoire et d’Archéologie ; 6 », p. 427-443.

Feliu C., 2005 – « L’alternance entre habitat ouvert et site de hauteur : analyse d’un modèle », Archaeologia Mosellana, 6, p. 9-18.

Fichtl S., 1994Les gaulois du nord de la Gaule (150-20 av. J.-C.), Paris, Errance, coll. « des Hespérides », 190 p.

Fichtl S., 2005La ville celtique : les oppida de 150 av. J.-C. à 15 apr. J.-C,. 2e éd. rev. et augm. Paris, éd. Errance (collection des Hespérides), 238 p.

Gaultier de Claubry C.E.S., 1823 – Journal général de médecine, de chirurgie et de pharmacie, françaises et étrangères ; ou Recueil périodique des travaux de la Société de médecine de Paris, Tome LXXXIII, XXII de la IIe série.

Gebhard R., 1989Der Glasschmuck aus dem oppidum von Manching, Römisch-Germanische Kommission des Deutschen Archäolgischen Instituts zu Franckfurt am Main, Stuttgart. Die Ausgrabungen in Manching, Band 11, 290 p, 73 pl.

Gouge P. et Seguier J.-M., 1994 – « L’habitat rural de l’âge du Fer en Bassée et à la confluence Seine – Yonne (Seine-et-Marne) : un état des recherches », in Buchenschutz O. et Meniel P. (dir.), Les installations agricoles de l’âge du Fer en Île-de-France, Paris, Presses de l’ENS, coll. « Études d’Histoire et d’Archéologie ; IV », p. 45-69.

Gransar F., 2000 – « Le stockage alimentaire sur les établissements ruraux de l’âge du Fer en France septentrionale : complémentarité des structures et tendances évolutives », in Marion S. et Blancquaert G. (dir.), Les installations agricoles de l’âge du Fer en France septentrionale, Paris, Presses de l’ENS (Collection « Etudes d’Histoire et d’Archéologie », 6), p. 277-297.

Gransar F., 2001 – Le stockage alimentaire à l’âge du Fer en Europe tempérée, Thèse (nouveau régime), Université de Paris I – Panthéon-Sorbonne, Vol. 1 : texte, 566 p.

Gransar F., 2002 – « La batterie de silos de Soupir « Le Champ Grand Jacques » (Aisne) : contribution à l’identification d’une centralisation du stockage à La Tène B dans le Nord de la France », in Meniel P. et Lambot B., Découvertes récentes de l’âge du Fer dans le Massif des Ardennes et ses marges. Repas des vivants et nourritures des morts en Gaule, Actes du XXVe colloque international de l’AFEAF, Charleville-Mézières 24-27 mai 2001, Mémoire de la Société Archéologique Champenoise, 16 (1), p. 67-80.

Gruel K., Olmer F., Mario, S., et Girard B., 2013 – « Visualiser et mesurer les échanges à l’âge du Fer » in Krausz, S., Colin, A., Gruel, K., Ralston, I. et Dechezlepretre, T. (dir.), Mélanges offerts à O. Buchsenschutz, Bordeaux, p. 109-120.

Guerin F., 1999Chemillé : « La Boirie1 », 49.092.008 AH, Maine et Loire. A87, Série fouille - 2, AFAN, DFS de sauvetage urgent, 91 p.

Guerin F., 2001 – Saint-Fulgent : « La petite Valinière », 85.215.012 AH, Vendée. A87. Série fouille- 15, AFAN, DFS, 109 p.

Guerin F., 2003La Chaize-le-Vicomte, « La Chapellière », 85.046.015 AH, Vendée. A87. Série fouille, INRAP, DFS, 181 p., 144 fig.

Guillier G., 2002 – Un établissement rural augustéen et tibérien à La Gaubretière « La Dugerie » (Vendée), Revue Archéologique de l’Ouest, 19, p. 117-128.

Guillier G., 2006a – 63 rue du Maine à Entrammes (53), rapport de diagnostic archéologique. INRAP/SRA des Pays-de-la-Loire, 19 p., 8 fig., 26 phot. annexes.

Guillier G., 2006bEntrammes (Mayenne), « Le Clos des Primevères », Rapport d’opération de diagnostic archéologique, SRA des Pays-de-la-Loire, INRAP Grand-Ouest, 11 p., 6 fig. et annexes.

Guillier G., 2009Rapport d’opération de fouille préventive, commune d’Entrammes (Mayenne), « Le Clos des Primevères », INRAP Grand-Ouest, Service régional de l’Archéologie des Pays-de-la-Loire, avril 2009, 169 p., 142 fig. 17 phot. et annexes.

Guillier G., Auxiette G. et Cherel A.-F., 2007 – « L’établissement rural de La Tène moyenne de « La Gaudine » à Vivoin (Sarthe) et ses activités de transformation », Revue Archéologique de l’Ouest, p. 45-70.

Guillier G., Brodeur J. et Coffineau E., 2009 – « L’établissement rural de La Tène finale du Vau Blanchard à Lavernat (Sarthe) : vers un plan type de la ferme gauloise ? », Revue Archéologique de l’Ouest, 26, p. 117-134.

Guillier G., Coffineau E. et Delage R., 2013 – « Le site de La Carie entre oppidum et ville romaine à Entrammes (Mayenne) », Revue Archéologique de l’Ouest, 29, 2012, p. 145-200.

Haselgrove C., et Lowther P., 2000 – « Les installations agricoles de l’âge du Fer en Grande-Bretagne », in Marion S. et Blancquaert G. (dir.), Les installations agricoles de l’âge du Fer en France septentrionale, Paris, Presses de l’ENS, coll. « Études d’Histoire et d’Archéologie ; 6 », p. 475-496.

Hillman G., 1984 – « Interpretation of archaeological plant remains: the application of ethnographic models from Turkey », in W. Van Zeist and W. A. Casparie (ed.) Plants and ancient man. Studies in palaeoethnobotany, Rotterdam, A.A. Balkema, p. 1-41.

Jones G., et Halstead P., 1995 – « Maslins, Mixtures and Monocrops : on the Interpretation of Archaeobotanical Crop Samples of Heterogeneous Composition », Journal of Archaeological Science, 22, p. 103-114.

Kaenel G., 2006 – « Agglomérations et oppida de la fin de l’âge du Fer. Une vision synthétique », In Haselgrove C. (dir.), Les mutations de la fin de l’âge du Fer, Collection Bibracte 12/4, Celtes et gaulois. L’archéologie face à l’histoire (Actes de la table ronde de Cambridge), p. 17-39.

Laghetti G., Fiorentino G., Hammer K., et Pignone D., 2009 – « On the trail of the last autochthonous Italian einkorn (Triticum monococcum L.) and emmer (Triticum dicoccon Schrank) populations : a mission impossible ? », Genetic Resources and Crop Evolution, volume 56, number 8, p. 1163-1170.

Leducq A., 1992 – Bournezeau, 85 034 012AH, « La Godinière », Autoroute A83, diagnostic lourd, AFAN – SRA des Pays-de-la-Loire, Vol. 1, 66 p. ; Vol. 2, LXXXVIII pl.

Le Goff E., 1998Carquefou : Le Clouët (Les Mazières), DFS de Sauvetage Urgent, Nantes, AFAN – SRA des Pays-de-la-Loire, 138 p.

Le Goff E., 2000Mûrs-Erigné : Les Humelles, DFS de Sauvetage Urgent, Nantes, AFAN – SRA des Pays-de-la-Loire, 39 p.

Le Goff E., 2003 – « “Armorique” et “Bretagne” : réflexion sur l’assimilation de ces concepts pour la fin de l’âge du Fer », in Mandy B. et De Saulce A. (dir.), Les Marges de l’Armorique à l’âge du Fer, Archéologie et Histoire : culture matérielle et sources écrites. Actes du XXIIIe colloque de l’AFEAF. Revue archéologique de l’Ouest, supplément n° 10, p. 103-117.

Lemaitre S., 2013 – « Le mobilier amphorique », in Guillier, et al., 2013, p. 32-37.

Leterle F., Le Gouestre D. et Le Meur N., 1990 – « Le site de Sandun à Guérande (Loire-Atlantique) : l’occupation du second âge du Fer », Revue archéologique de l’Ouest, 7, p. 73-85.

Levillayer A., 2006 – « L’occupation de l’âge du Fer aux Chaloignes (Mozé-sur-Louet, Maine-et-Loire) », Revue archéologique de l’Ouest, 23, p. 117-135.

Maguer P., 1999Saint-Lambert-du-Lattay : « La Midonnière », 49.292.003 AH. A87, Série fouilles -8, Nantes, AFAN/SRA des Pays-de-la-Loire, 34 p. et annexes.

Maguer P., 2000Cholet : Les Natteries, A87, Série fouilles – 13, DFS de Sauvetage Urgent, Nantes, AFAN/SRA des Pays-de-la-Loire, 259 p., 66 pl.

Maguer P., 2005« La Corbinière », Beaucouzé, 49.020.022 AH, Rapport final d’opération, INRAP/SRA des Pays-de-la-Loire, 99 p et annexes.

Maguer P., 2007 – « Le site aristocratique des Natteries, Le Puy-Saint-Bonnet », in Bertrand I. et Maguer P., De pierre et de terre. Les Gaulois entre Loire et Dordogne. Catalogue d’exposition, musées de Chauvigny, p. 78-80.

Maguer P., Cherel A.-F. et Auxiette, G. 2003 – « Nouvelles données sur les habitats de l’âge du Fer dans le nord de la Sarthe (Commune de Vivoin, autoroute A 28) », in Mandy B. et De Saulce A. (dir.), Les Marges de l’Armorique à l’âge du Fer, Archéologie et Histoire : culture matérielle et sources écrites. Actes du XXIIIe colloque de l’AFEAF, Revue archéologique de l’Ouest, suppl. n° 10, p. 213-234.

Maguer P., Arthuis R., et Hiernard J., 2005 – « L’établissement rural de la Chapellière à La-Chaize-le-Vicomte (Vendée) : une ferme gauloise de la fin du deuxième âge du Fer (iie siècle-ier siècle a.C.) », Aquitania, 21, p. 21-72.

Malrain F. et Pinard E., 2006 – « Les sites laténiens de la Moyenne vallée de l’Oise du ve au ier s. avant notre ère », Revue Archéologique de Picardie, numéro spécial 23, 268 p.

Malrain F., Matterne V. et Meniel P., 2006 – « Le second âge du Fer (La Tène) », in Ferdiere A., Malrain F., Matterne V., Meniel P. et Nissen-Jaubert A., Histoire de l’agriculture en Gaule : 500 av. J.-C.-1 000 apr. J.-C., Paris, Errance.

Massy J.-L. et Bertaux C., 1997Les agglomérations secondaires de la Lorraine romaine, Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté, 433 p.

Matterne V., 2000 – Évolution des productions agricoles durant l’âge du Fer dans le nord de la France, in Marion S. et Blancquaert G. éd., Les installations agricoles de l’âge du Fer en France septentrionale, Paris, Presses de l’ENS, coll. « Études d’Histoire et d’Archéologie ; 6 », p. 129-146.

Matterne V., 2001 – Agriculture et alimentation végétale durant l’âge du Fer et l’époque romaine en France septentrionale, Ed. Monique Mergoil, Montagnac, 310 p.

Matterne V., Yvinec J.-H. et Gemehl D., 1998 – « Stockage de plantes alimentaires et infestation par les insectes dans un grenier incendié de la fin du iie s. après J.-C. à Amiens (Somme) », Revue archéologique de Picardie, n° 3-4, p. 93-122.

Maurizio A., 1932Histoire de l’alimentation végétale depuis la préhistoire jusqu’à nos jours, Paris, Payot, 664 p.

Menillet F., Plaine J., Manigault B. et Le Herisse A., 1988Notice de la carte géologique de la France à 1/50 000, feuille de Meslay-du-Maine (356), Orléans, Ed. BRGM, 79 p.

Mordan C. et Baray L., 1984 – « Le village protohistorique des Roqueux à Grisy-sur-Seine (Seine-et-Marne) », AFEAF, Bulletin intérieur n° 2, p. 15-17.

Moreau C. et Granier F., 2012 – « Val-de-Reuil (Eure), « Le Chemin des Errants ». Une occupation rurale du premier et second âge du Fer à la confluence de l’Eure et de la Seine », Journées Archéologiques de Haute-Normandie (Evreux, 6-8 mai 2011), Publications des universités de Rouen et du Havre, p. 27-48.

Morin S., 2007Entrammes : Le Port « Le Champ du Devant » – Laiterie Biolait, Rapport de diagnostic, Nantes, Conseil Général de la Mayenne – SRA des Pays-de-la-Loire, 33 p.

Morzadec H., 1999Rapport de fouille, Commune de Vivoin, (72) « La Fosse », 72 380 014 AH, A28, série fouille, 22, AFAN/SRA des Pays-de-la-Loire, 103 p., 59 fig, L pl., annexes.

Naveau J., 1974Moulay (Mayenne). Meules du Grand-Mesnil, Rapport de fouille dactylographié, Nantes, Circonscription des Antiquités historiques des Pays-de-la-Loire.

Naveau J., 1975Moulay (Mayenne). Meules du Grand-Mesnil, Rapport de fouille dactylographié, Nantes, Circonscription des Antiquités historiques des Pays-de-la-Loire.

Naveau J., 1976-1977Fouille d’un fossé protohistorique dans la carrière d’Ecorcé à Entrammes (Mayenne). Dépôt de fouilles archéologiques de Laval, rapport dactylographié, 16 p. et XIII pl.

Naveau J., 1977 – « Fouille d’un fossé de l’âge du Fer dans la Carrière d’Ecorcé à Entrammes (Mayenne) », bulletin de la Commission Historique et Archéologique de la Mayenne, n° 46, p. 3-23.

Naveau J., 1982 – « Le temple celto-romain et le camp protohistorique du Port-du-Salut à Entrammes (Mayenne) », La Mayenne : Archéologie, Histoire, t. 4. Société d’archéologie et d’Histoire de la Mayenne, Laval, p. 17-78.

Naveau J., 1983 – « Un site rural à Montflours, de l’âge du Fer au Moyen-Âge, La Mayenne : Archéologie, Histoire, 5, p. 3-18.

Naveau J., 1991a – « Les thermes gallo-romains de l’église d’Entrammes (Mayenne)  », La Mayenne : Archéologie, Histoire, supplément n° 1, Les thermes romains d’Entrammes. Société d’Archéologie et d’Histoire de la Mayenne, Laval, p. 7-62.

Naveau J., 1991b – « L’impact d’un gué sur le peuplement antique : l’environnement archéologique des thermes d’Entrammes (Mayenne) », La Mayenne : Archéologie, Histoire, supplément n° 1, Les thermes romains d’Entrammes, Laval, p. 87-104.

Naveau J., 1992aLa Mayenne 53, Carte Archéologique de la Gaule, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 176 p.

Naveau J., 1992b – « Les thermes d’Entrammes (Mayenne) », Revue archéologique de l’Ouest, 9, p. 129-159.

Naveau J. (dir.), 1997 – Recherches sur Jublains (Mayenne) et sur la cité des Diablintes, Rennes, éd. RAO (collection Documents archéologiques de l’Ouest), 352 p.

Nillesse O., 1993Le Grand Paisilier à Pouillé (Vendée), Document final de synthèse, SRA des Pays-de-la-Loire, Nantes, 46 p., 59 pl.

Nillesse O., 1997L’établissement rural des Genâts, Fontenay-le-Comte (Vendée), 85 092 042 AH, DFS de sauvetage urgent, Document final de synthèse, AFAN/SRA des Pays-de-la-Loire, Nantes, Vol. 1., p. 1-44, fig. 1-99 ; Vol. 2, p. 46-196, fig. 100-143.

Nillesse O., 1998aL’établissement rural d’Hélouine 2, Marcé (Maine-et-Loire), 49 188 10 AH, DFS de sauvetage urgent, Vol. 1, Etudes, AFAN/SRA des Pays-de-la-Loire, Nantes, 78 p, 81 fig.

Nillesse O., 1998bL’établissement rural du Deffroux, Marcé (Maine-et-Loire), 49 188 12 AH, DFS de sauvetage urgent, Vol. 1, Etudes, AFAN/SRA des Pays-de-la-Loire, Nantes, 77 p, 72 fig.

Nillesse O., 2000 – Les Teuilles, Occupation du Hallstatt final et établissement rural gaulois et gallo-romain, Benet, (Vendée), 85 020 006, Document final de synthèse, AFAN/SRA des Pays-de-la-Loire, Nantes, 46 p., 60 pl.

Nillesse O., 2002 – Enclos circulaire, établissement rural gaulois et gallo-romain, parcellaires. Sainte-Hermine (Vendée), 85 223 015AH, Rapport de diagnostic, INRAP/SRA des Pays-de-la-Loire, 10 p., 15 pl.

Nillesse O., 2004 – Etablissement rural gaulois de La Tène final. Dissay-sous-Courcillon, Sarthe, site « Beauregard », 72 150 010AH, Document final de Synthèse, INRAP/SRA des Pays-de-la-Loire, 51 p., 80 fig.

Nillesse O., 2006Etablissement rural de la fin de l’âge du Fer et occupation gallo-romaine du Coq Hardy à Fontenay-le-Comte (Vendée), Rapport final d’opération, INRAP/SRA des Pays-de-la-Loire, 108 p., 91 fig. et annexes.

Nillesse O., 2007aL’établissement rural de la fin de l’âge du Fer du Pré du Four à Brem-sur-Mer (Vendée), Rapport final d’opération, INRAP/SRA des Pays-de-la-Loire, 39 p., 51 fig. et annexes.

Nillesse O., 2007b – « La résidence aristocratique des Genâts à Fontenay-le-Comte (Vendée) », In Bertrand I. et Maguer P., De pierre et de terre. Les Gaulois entre Loire et Dordogne. Catalogue d’exposition, musées de Chauvigny, p. 72-74.

Nillesse O. 2007c – « L’établissement rural du Grand Paisilier à Pouillé (Vendée) », In Bertrand, I. et Maguer, P., De pierre et de terre. Les Gaulois entre Loire et Dordogne. Catalogue d’exposition, musées de Chauvigny, p. 83-85.

Nillesse O., 2010 – Angles, Le Cimetière aux Chiens, Bilan Scientifique 2008 – Pays-de-la-Loire, p. 99.

Petorin N., 2010 – Ancenis, ZAC de La Savinière 1-2, Bilan Scientifique 2008 – Pays-de-la-Loire, p. 18-19.

Pion P., 1996 – « Les établissements ruraux dans la vallée de l’Aisne, de la fin du second âge du Fer au début du Haut-Empire Romain (iie siècle av. J.-C.-ier siècle apr. J.-C.) : bilan provisoire des données et esquisse de synthèse », Revue Archéologique de Picardie, n° Spécial 11 (« De la ferme indigène à la villa romaine, La romanisation des campagnes en Gaule » Actes du 2e colloque AGER, Amiens, 1993), p. 55-107.

Pithon M., 1999Trémentines : « Richebourg », 49.355.088 AH, Maine-et-Loire, A87. Série fouille-5, DFS de sauvetage Urgent, 68 p.

Pommepuy C., 1995 – Le matériel de mouture de la vallée de l’Aisne de l’Âge du Bronze à La Tène finale : formes et matériaux, Actes de la table ronde « Moudre et broyer », Clermont-Ferrand, 34 p.

Poux M., 1998 – Les amphores et la chronologie des sites bâlois : nouvelles données, Nord Ouest Archéologie, 9, La céramique précoce en Gaule Belgique et dans les régions voisines : de la poterie gauloise à la céramique gallo-romaine (Actes du colloque d’Arras, 1996), p. 385-416.

Poux M., 2004L’Âge du Vin, (Rites de boisson, festins et libations en Gaule indépendante), Montagnac, éditions Monique Mergoil (coll. Protohistoire Européenne), 8, 637 p.

Pradat B., 2010 – « L’économie agro-pastorale dans le Loiret à l’âge du Fer (du Hallstatt ancien à La Tène finale) : synthèse des données carpologiques », Revue archéologique du Centre de la France, 49, [En ligne], mis en ligne en 2011, p. 103-140, URL : [http://racf.revues.org/index1447.html].

Pradat B., 2013 – « Un premier bilan des données carpologiques à l’âge du Fer en Touraine », in Krausz S., Colin A., Gruel K., Ralston I. et Dechezlepretre T. (dir.), Mélanges offerts à O. Buchsenschutz, Bordeaux, p. 387-396.

Py M., (dir.), 1993Dictionnaire des céramiques antiques (viie s. av. n. è.-viie s. de n. è.) en Méditerranée nord-occidentale (Provence, Languedoc, Ampurdan), Lattara, 6, 624 p.

Reynolds P.J., 1995 – « The Life and Death of a Post-hole », in Shepherd E. (ed.), Interpreting Stratigraphy 5, Norwich, p. 21-25.

Rozier F., Claret De La Tourette M.-A-L. et Gilibert J.-E., 1787 – Démonstrations élémentaires de botanique [à l’usage de l’Ecole royale vétérinaire de Lyon], volume 3, p. 319.

Ruas M.-P., 2002 – Productions agricoles, stockage et finage en Montagne Noire médiévale : le grenier castral de Durfort (Tarn). Paris : MSH. Documents d’Archéologie Française, 93, 231 p.

Ruas M.-P. et Zech-Matterne V., 2012 – « Les avoines dans les productions agro-pastorales du Nord-Ouest de la France. Données carpologiques et identifications textuelles », in Carpentier V. et Marcigny C. (dir.), Des Hommes aux champs. Pour une archéologie des espaces ruraux du Néolithique au Moyen Age, Presses universitaires de Rennes, p. 327-365.

Sandoz G., 1999Cholet : « La Bleure », Maine-et-Loire, A87. Série fouille- 9, AFAN, DFS, 87 p., annexes.

Santrot M.-H. et J. et Meuret J.-C., 1999Nos ancêtres les gaulois ? Aux marges de l’Armorique, Catalogue d’exposition, Musée Dobrée, Nantes, 159 p.

Seguier J.-M. et Auxiette G., 2008 – « Le Brassot à Etigny (Yonne) ; un établissement de La Tène finale de la vallée de l’Yonne », Revue Archéologique de l’Est, 57, p. 185-204.

Sonnini C., 1803 – Nouveau dictionnaire d’histoire naturelle, appliquée aux arts, principalement à l’agriculture et à l’économie rurale et domestique, Tome III, Chez Deterville libraire, Paris, 585 p.

Tchernia A., 1986Le vin de l’Italie romaine, Rome, Bulletin de l’Ecole Française de Rome, 261, 410 p.

Tourneur J., 2006 – La Selle-Craonnaise « La Chesnaie », (Pays-de-la-Loire/Mayenne) Rapport final d’opération, INRAP/SRA des Pays-de-la-Loire.

Treguier J., 2010Histoire géologique de la Mayenne. Editions Errance, Paris, 359 p.

Vacher S., 2000Déviation de Pied Pain – La Gravouillerie, RD 117, Saint-Philbert-de-Grand-Lieu (44) La Gravouillerie, Document final de synthèse. AFAN/SRA des Pays-de-la-Loire, 22 p., 22 fig., annexes.

Vacher S., 2001 – Station d’épuration de la S. A. Péridy au lieu dit « Les Pierres Folles », Commune de Commequiers (85), site de « La Gite », Document final de synthèse. AFAN/SRA des Pays-de-la-Loire, 16 p.

Valais A., 2007ARON « Le Panveau » 53 008 0018, Rapport final d’opération, INRAP/SRA des Pays-de-la-Loire, 202 p.

Valais A., Hamon G., Forré P., Meuret J.-C. et Nauleau J.-F., 2002 – Château-Gontier/Bazouges : Le Clos Henry, 53.024.22 AH, Mayenne, Document Final de Synthèse, AFAN Grand-Ouest, S.R.A. Pays-de-la-Loire, Ministère de la Culture, Ville de Château-Gontier/Bazouges, 62 p.

Valais A., Meuret J.-C. et Nauleau J.-F., 2008 – « Le Clos-Henry : une ferme de La Tène finale à Château-Gontier (Mayenne) », Revue archéologique de l’Ouest, 25, p. 139-161.

Van De Noort R., Chapman H. et Collis J., 2007 – Sutton Common. The excavation of an Iron Age ‘marsh-fort’, Council for British Archeology, Research Report 154, 235 p.

Zaharieva M., Geleta Ayana N., Al Hakimi A., C. Misra S. et Monneveux P., 2010 – « Cultivated emmer wheat (Triticum dicoccon Schrank), an old crop with promising future: a review », Genetic Resources and Crop Evolution, 57 (6), p. 937-962.

Zech-Matterne V., Bouby L., Bouchette A., Cabanis M., Derremaux M., Durand F., Marinval P., Pradat B., Dietsch-Sellami M.-F. et Wiethold J., 2009 – « L’agriculture du vie au ier s. av. J.-C. en France. Etat des recherches carpologiques sur les établissements ruraux », in Bertrand I., Duval A., Gomez De Soto J. et Maguer P., Habitats et paysages ruraux en Gaule et regards sur d’autres régions du Monde celtique, Actes du XXXIe colloque international de l’AFEAF, (17-20 mai 2007,Chauvigny, Vienne, F.), Tome II, p. 383-416.

Haut de page

Notes

1 À une exception près, ils ne sont ni figurés ni détaillés, l’article étant essentiellement consacré à l’occupation gauloise.

2 Cf. infra : fig. 30, n8.

3 Ces éléments ont déjà été évoqués supra (Cf. Environnement naturel et données spécifiques du terrain).

4 Les tableaux décrivant les greniers d’Entrammes (tabl. 2 à 9), présentent un état descriptif simplifié de ces greniers. Les longueurs et largeurs mentionnées sont prises de milieu de trou de poteau à milieu de trou de poteau. La colonne « Carpo » précise, éventuellement, le nombre de prélèvements carpologiques effectués dans les trous de poteau du grenier considéré.

5 L’interprétation de la structure Q5 comme grenier est très discutée ; son emplacement au sein de la rangée 1, qui n’introduit aucune rupture, tends, à notre sens à l’interpréter comme une structure de stockage.

6 Ce sont les greniers Q1, E1, E2, F2, G3, G4, I3, I4, M4, M5, N1, Q2 et Q3 (32,5 %).

7 Ce sont les greniers L1, O2, A2, A4, B2, C5, D3, D4, E5, F1, F5, G5, L2 et P5 (35 %)

8 Ce sont les greniers A3, D2, D5, E3, H4, I1, L5 et P3 (20 %)

9 Ce sont les greniers I2, J2, K1, M1 et N2 (12,5 %)

10 Même lorsqu’ils sont implantés dans des fosses de plan carré ou rectangulaire, citons par exemple les greniers L5, M4, M5 ou N2.

11 Information communiquée par J.-M. Gousset du Service municipal d’Archéologie de Laval (53).

12 Idem.

13 Qui ne se veut pas exhaustif mais que nous pouvons estimer représentatif des découvertes régionales ; nous avons arrêté cet inventaire à la fin de l’année 2010.

14 Nous remercions chaleureusement tous les collègues de l’INRAP qui nous ont autorisés à publier ici un échantillonage des greniers qu’ils ont fouillés : P. Bellanger, F. Guérin, O. Nillesse, P. Maguer et A. Valais.

15 Trop classiquement ?

16 Type K(5) de Danebury (Cunliffe et Poole, 1991), qui se trouve régionalement aux Natteries ou à Beaucouzé (Maguer, 2005).

17 Ce site présente une première phase d’occupation vers 550 à 450 av. J.-C., avec des silos et des greniers dispersés et se structure le long de chemins vers 350 à 200 av. J.-C.

18 Cette occupation est principalement datée du ive s. av. J.-C.

19 Ce site gallois est daté de la fin du viie s. av. J.-C. (Hallstatt C2).

20 La principale phase d’occupation de ce site est datée d’environ 550 à 450 av. J.-C., avec des silos et des greniers dont l’agencement laisse entrevoir l’ordonnancement de l’ensemble.

21 Ce site attribué au Hallstatt final/ La Tène ancienne a livré au nord de plusieurs enclos une vingtaine de greniers (à quatre, six ou neuf poteaux) organisés autour d’une « cour ».

22 Ce site est plus récent que les précédents exemples, il est daté de La Tène C-D1.

23 Ce site du Hallstatt final/ La Tène ancienne a livré une quinzaine de greniers (mais probablement plus), à quatre ou six poteaux, regroupés par lignes de deux à quatre greniers orientées sensiblement nord-sud et espacées de 5 à 10 m.

24 Ce site daté de La Tène C2/D1, et donc plus ou moins contemporain du Clos des Primevères, regroupe un peu moins de quarante greniers à quatre, cinq et six trous de poteau, alignés sur trois rangées distinctes.

25 À des fins ou selon des modalités « d’aliénation » sociale relevant du clientélisme !

26 Le NMI est obtenu en ajoutant aux restes entiers la somme des fragments divisés par deux.

27 Le calcul est le suivant : (furca x 2 + bases de glume) / (NR grains de céréales entiers + fragments/2).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation d’Entrammes (Mayenne) dans l’ouest de la Gaule (haut) et au sein de la cité des Diablintes.Figure 1: Location of Entrammes (Mayenne) in the west of Gaul (top), within the territory of the Diablintes.
Crédits D’après E. Le Goff, 2003.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Titre Figure 2 : Entrammes (53), localisation de l’oppidum du Port du Salut, de la ville antique et du Clos des Primevères (équidistance des courbes : 5 m).Figure 2: location of the oppidum of Port du Salut, the ancient city and the Clos des Primevères (curve interval: 5 m).
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
Titre Figure 3 : Les structures gauloises : proposition de l’organisation de l’espace.Figure 3: The Gallic structures: suggested spatial organisation.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 590k
Titre Figure 4 : L’habitat méridional : le plan général des structures.Figure 4: The southern settlement: general plan of structures.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Titre Tableau 1 : Les fosses de la partie méridionale du site Table 1: The ditches from the southern part of the site
Légende Dimensions exprimées en mètres et pour les niveaux, en m. NGFDimensions in metres and for the levels, in m. FOD
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 502k
Titre Figure 5 : La céramique de l’habitat méridional.Figure 5: The pottery from the southern settlement.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Titre Figure 6 : L’habitat méridional : la meule en grès de la fosse St 104 Figure 6: The southern settlement: the sandstone quern from pit St 104
Légende L’occupation nord-ouest : plan des structures, mobilier céramique et meules.The north west occupation: plan of structures, pottery artefacts and querns.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 611k
Titre Tableau 2 : Descriptif simplifié des greniers de la Phase ITable 2: Simplified description of Phase I granaries
Légende Rect. : rectangulaire, les longueurs et largeurs sont exprimées en mètres et les surfaces, en mètres carrés).Rect.: rectangular, lengths and widths in metres and surface areas in square metres.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Titre Figure 7 : Le plan d’ensemble des structures de la Phase I.Figure 7: The overall plan for Phase I buildings.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Titre Figure 8 : Phase I : les greniers A5, G1, H2, J3, L1, L3 et O2, ainsi que le bâtiment Q1, plans et coupes.Figure 8: Phase I: granaries A5, G1, H2, J3, L1, L3 and O2, and the posthole building Q1, plans and sections.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 489k
Titre Figure 9 : Phase I, le grenier L3, vue prise vers le sud.Figure 9: Phase I, granary L3 (view taken looking to the south).
Crédits Cliché Fabrice Edin, Inrap
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 10 : La Phase II : l’enclos ouvert, plan et coupes, le bâtiment D1 et céramique de cet enclos.Figure 10: Phase II, the open enclosure, plan and sections; building D1 and pottery from this enclosure.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 555k
Titre Figure 11 : Les greniers organisés en rangées nord-sud, vue prise vers le sud.Figure 11: The granaries organised in north-south rows, view taken looking towards the south.
Crédits Cliché Alain Béton, Inrap.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 12 : La phase III : plan des structures et agencement en rangées des greniers.Figure 12: Phase III: plan of structures and granaries organised into rows.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 666k
Titre Figure 13 : La Phase III : les greniers de la rangée 1, plans et coupes.Figure 13: Phase III: granaries in row 1, plans and sections.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 590k
Titre Tableau 3 : Descriptif simplifié des greniers de la Phase III, rangée 1Table 3: Simplified description of Phase III granaries, row 1
Légende Rect. : rectangulaire, les longueurs et largeurs sont exprimées en mètres et les surfaces, en mètres carrésRect.: rectangular, lengths and widths in metres and surface areas in square metres
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Titre Figure 14 : Phase III : les greniers de la rangée 2, plans et coupes.Figure 14: Phase III: granaries in row 2, plans and sections.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 597k
Titre Figure 15 : Phase III : les greniers de la rangée 2 (suite), plans et coupes.Figure 15: Phase III: granaries in row 2 (continued), plans and sections.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
Titre Figure 16 : Phase III, rangée 2, le grenier H3, vue prise vers le nord. Figure 16: Phase III, row 2, granary H3, view taken looking to the north.
Crédits Cliché Yann Letho Duclos, Inrap.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Tableau 4 : Descriptif simplifié des greniers de la Phase III, rangée 2 tableau descriptif simplifiéTable 4: Simplified description of Phase III granaries, row 2
Légende Rect. : rectangulaire, les longueurs et largeurs sont exprimées en mètres et les surfaces, en mètres carrésRect.: rectangular, lengths and widths in metres and surface areas in square metres
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Figure 17 : Phase III : les greniers de la rangée 3, plans et coupes.Figure 17: Phase III: granaries in row 3, plans and sections.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 585k
Titre Figure 18 : Phase III : les greniers de la rangée 3 (suite), plans et coupes.Figure 18: Phase III: granaries in row 3 (continued), plans and sections.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Titre Tableau 5 : Descriptif simplifié des greniers de la Phase III, rangée 3Table 5: Simplified description of Phase III granaries, row 3
Légende Rect. : rectangulaire, les longueurs et largeurs sont exprimées en mètres et les surfaces, en mètres carrésRect.: rectangular, lengths and widths in metres and surface areas in square metres
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 683k
Titre Figure 19 : Phase III, rangée 3, les greniers D2 et D3, après fouille, vue prise vers le nord.Figure 19: Phase III, row 3, granaries D2 and D3 (view taken looking to the north).
Crédits Cliché Marc Dumas, Inrap
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Figure 20 : Phase III, rangée 3, le grenier D4, vue prise vers le nord.Figure 20: Phase III, row 3, granary D4, view taken looking to the north.
Crédits Cliché Marc Dumas, Inrap
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 21 : Phase III : les greniers de la rangée 4, plans et coupes.Figure 21: Phase III: granaries in row 3, plans and sections.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 506k
Titre Figure 22 : Phase III : les greniers de la rangée 4 (suite), plans et coupes.Figure 22: Phase III: granaries in row 4 (continued), plans and sections.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Titre Tableau 6 : Descriptif simplifié des greniers de la Phase III, rangée 4Table 6: Simplified description of Phase III granaries, row 4
Légende Rect. : rectangulaire, les longueurs et largeurs sont exprimées en mètres et les surfaces, en mètres carrésRect.: rectangular, lengths and widths in metres and surface areas in square metres
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 653k
Titre Figure 23 : Phase III, rangée 4, le grenier M3, vue prise vers le sud. Figure 23: Phase III, row 4, granary M3, view taken looking to the north.
Crédits Cliché Marc Dumas, Inrap.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 24 : Phase III, rangée 4, le grenier F1, vue prise vers le nord.Figure 24: Phase III, row 4, granary F1, view taken looking to the north.
Crédits Cliché Marc Dumas, Inrap
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 25 : Phase III : les greniers de la rangée 5, plans et coupes.Figure 25: Phase III: granaries in row 5, plans and sections.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 558k
Titre Tableau 7 : Descriptif simplifié des greniers de la Phase III, rangée 5 Table 7: Simplified description of Phase III granaries, row 5
Légende Rect. : rectangulaire, les longueurs et largeurs sont exprimées en mètres et les surfaces, en mètres carrésRect.: rectangular, lengths and widths in metres and surface areas in square metres
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Titre Figure 26 : Phase III : les greniers de la rangée 6, plans et coupes.Figure 26: Phase III: granaries in row 6, plans and sections.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Titre Tableau 8 : Descriptif simplifié des greniers de la Phase III, rangée 6 Table 8: Simplified description of Phase III granaries, row 6
Légende Rect. : rectangulaire, les longueurs et largeurs sont exprimées en mètres et les surfaces, en mètres carrésRect.: rectangular, lengths and widths in metres and surface areas in square metres
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 27 : Phase III : les greniers localisés hors rangées, plans et coupes.Figure 27: Phase III: granaries not located in rows, plans and sections.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Titre Figure 28 : Phase III : les greniers localisés hors rangées (suite), plans et coupes.Figure 28: Phase III: granaries not located in rows (continued), plans and sections.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Titre Tableau 9 : Descriptif simplifié des greniers de la Phase III, les greniers non organisés en rangéesTable 9: Simplified description of Phase III granaries not located in rows
Légende Rect. : rectangulaire, les longueurs et largeurs sont exprimées en mètres et les surfaces, en mètres carrés.Rect.: rectangular, lengths and widths in metres and surface areas in square metres
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Figure 29 : Phase III, le grenier N2, vue prise vers le sud.Figure 29: Phase III, granary N2, view taken looking to the south.
Crédits Cliché Alain Béton, Inrap
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 30 : La céramique de la Phase III (n° 1 à 7) ; de l’âge du bronze (n8).Figure 30: The Phase III pottery (no. 1 to 7); the Bronze Age pottery (no. 8).
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Figure 31 : Phase III : répartition des greniers recelant du torchis ou du charbon de bois.Figure 31: Phase III: distribution of the granaries containing daub or charcoal.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Titre Tableau 10 : Dimensions des fantômes de poteau des greniers, ordonnées par classes de 10 cm, en nombre et en pourcentage.Table 10: Dimensions of granary phantom postholes, ordered by classes of 10 cm, in numbers and in percent.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Figure 32 : Le chemin antique St 3 et 6 et le chemin médiéval et/ou moderne St 47 et 383.Figure 32: The ancient track St 3 and 6 and the medieval and/or modern track St 47 and 383.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Titre Tableau 11 : Récapitulatif des principales données pour la Loire-Atlantique, le Maine-et-Loire, la Mayenne et la Sarthe par commune, lieu-dit, chronologie (simplifiée), nombre de greniers mis au jour et bibliographie (Illust. : illustration).Table 11: Summary of principal data for the Loire-Atlantique, the Maine-et-Loire, the Mayenne and the Sarthe by municipality, place, chronology (simplified), number of granaries discovered and bibliography (Illust.: illustration).
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Tableau 12 : Récapitulatif des principales données pour la Vendée, par commune, lieu-dit, chronologie (simplifiée), nombre de greniers mis au jour et bibliographie.Table 12: Summary of principal data for the Vendée, by municipality, place, chronology (simplified), number of granaries discovered and bibliography.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 827k
Titre Figure 33 : Choix de greniers de Guérande (44), Beaucouzé, Chemillé et Cholet (49).Figure 33: Granaries at Guérande (44), Beaucouzé, Chemillé and Cholet (49).
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Figure 34 : Choix de greniers de Marcé (49), Aron et Château-Gontier (53).Figure 34: Granaries at Marcé (49), Aron et Château-Gontier (53).
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Figure 35 : Choix de greniers de Dissay-sous-Courcillon, Lavernat et Vivoin (72).Figure 35: Granaries at Dissay-sous-Courcillon, Lavernat et Vivoin (72).
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Titre Figure 36 : Choix de greniers de Beauvoir-sur-Mer, Benet, Fontenay-le-Comte, La-Chaize-le-Vicomte et Pouille (85).Figure 36: Granaries at Beauvoir-sur-Mer, Benet, Fontenay-Le-Comte, La-Chaize-le-Vicomte et Pouille (85).
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 558k
Titre Tableau 13 : Récapitulatif en nombre et en pourcentage, des sites et des greniers, par département.Table 13: Summary in number and percentage of sites and granaries by department.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Tableau 14 : Répartition des sites et des greniers, en nombre et en pourcentage, par tranches de 10 unités/greniers.Table 14: Distribution of sites and granaries, in number and percentage, by segments of 10 units/granaries.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Titre Figure 37 : Les greniers des Pays-de-la-Loire, premiers éléments de classification, les types 1 à 5.Figure 37: The granaries of the Pays-de-la-Loire, initial classification elements, types 1 to 5.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Titre Tableau 15 : Répartition des greniers, en nombre et en pourcentage, en fonction des cinq principaux « types » retenus.Table 15: Distribution in granaries, in number and percentage, according to the five principal "types" adopted.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Tableau 16 : Moyennes des longueurs, largeurs et surfaces des structures à quatre poteaux Table 16: Averages of lengths, widths and surface areas of the four-post structures
Légende Exemples de disparités sur quelques sites choisis dans les Pays-de-la-Loire (les dimensions sont exprimées en mètres et les surfaces en mètres carrés).Examples of disparities for some selected sites in the Pays-de-la-Loire (the dimensions are in metres and the surface areas in square metres).
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Tableau 17: Les structures sur tranchées de fondation : quelques exemplesTable 17: The structures on ditched ground plates: some examples
Légende Les dimensions sont exprimées en mètres et les surfaces en mètres carrésThe dimensions are in metres and the surface areas in square metres
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-54.jpg
Fichier image/vnd.adobe.photoshop, 145k
Titre Tableau 19 : Les céréales, légumineuses et résidus de fruits attestés sur le site des Primevères à Entrammes (Mayenne), comptage par phase et total général, y compris les espèces sauvages.Table 19: The cereals, pulses and fruit residues from the site of Primevères at Entrammes (Mayenne), inventory by phase and general total, including wild species.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 794k
Titre Tableau 20 : Les plantes sauvages attestées sur le site des Primevères à Entrammes (Mayenne), comptage par phase et total général.Table 20: Wild plants from the site of Primevères at Entrammes (Mayenne), inventory by phase and general total.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Tableau 21a : Comptage détaillé par espèces pour les céréales et pour les fruits et synthétique pour les plantes sauvages, par grenier et pour chaque grenier par trou de poteau, Phase I.Table 21a: Detailed inventory by species for cereals and fruits and synthesis for wild plants, by granary and for each granary by posthole, Phase I.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 809k
Titre Tableau 21b : Comptage détaillé par espèces pour les céréales et pour les fruits et synthétique pour les plantes sauvages, par grenier et pour chaque grenier par trou de poteau, Phase III, de A2 à C1.Table 21b: Detailed inventory by species for cereals and fruits and synthesis for wild plants, by granary and for each granary by posthole, Phase III, from A2 to C1.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 1002k
Titre Tableau 21c : Comptage détaillé par espèces pour les céréales et pour les fruits et synthétique pour les plantes sauvages, par grenier et pour chaque grenier par trou de poteau, Phase III, de C2 à D5.Table 21c: Detailed inventory by species for cereals and fruits and synthesis for wild plants, by granary and for each granary by posthole, Phase III, from C2 to D5.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Tableau 21d : Comptage détaillé par espèces pour les céréales et pour les fruits et synthétique pour les plantes sauvages, par grenier et pour chaque grenier par trou de poteau, Phase III, de E1 à F4.Table 21d: Detailed inventory by species for cereals and fruits and synthesis for wild plants, by granary and for each granary by posthole, Phase III, from E1 to F4.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 994k
Titre Tableau 21e : Comptage détaillé par espèces pour les céréales et pour les fruits et synthétique pour les plantes sauvages, par grenier et pour chaque grenier par trou de poteau, Phase III, de F5 à I1.Table 21e: Detailed inventory by species for cereals and fruits and synthesis for wild plants, by granary and for each granary by posthole, Phase III, from F5 to I1.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 649k
Titre Tableau 21f : Comptage détaillé par espèces pour les céréales et pour les fruits et synthétique pour les plantes sauvages, par grenier et pour chaque grenier par trou de poteau, Phase III, de I2 à K2.Table 21f: Detailed inventory by species for cereals and fruits and synthesis for wild plants, by granary and for each granary by posthole, Phase III, from I2 to K2.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre Tableau 21g : Comptage détaillé par espèces pour les céréales et pour les fruits et synthétique pour les plantes sauvages, par grenier et pour chaque grenier par trou de poteau, Phase III, de K3 à O1.Table 21g: Detailed inventory by species for cereals and fruits and synthesis for wild plants, by granary and for each granary by posthole, Phase III, from K3 to O1.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Titre Figure 38 : Répartition spatiale des diverses céréales par grenier, Phase I.Figure 38: Spatial distribution of cereals by granary, Phase I.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Titre Figure 39 : Répartition spatiale des diverses céréales par grenier, Phase III.Figure 39: Spatial distribution of cereals by granary, Phase III.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 775k
Titre Figure 40 : taux de céréales en grains et vannes d’amidonnier et adventices, Phase I, pour les greniers possédant plus de 100 restes/40 litres.Figure 40: Cereal ratio in emmer wheat and weed grains and chaff, Phase I, for the granaries possessing more than 100 remains per 40 litres.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Titre Figure 41 : Taux de céréales en grains et vannes d’amidonnier et adventices, Phase III, pour les greniers possédant plus de 100 restes/40 litres.Figure 41: Cereal ratio in emmer wheat and weed grains and chaff, Phase III, for the granaries possessing more than 100 remains per 40 litres.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 783k
Titre Figure 42 : Détail de la répartition des céréales sur certains greniers choisis, H1 : un dépôt à orge majoritaire ; K2 et M5 : des dépôts moitié orge/moitié amidonnier ; B1, I2 et J4 : des récoltes présentant un taux d’orge significatif.Figure 42: Detail of the distribution of cereals across some of the granaries; H1: a primarily barley deposit; K2 and M5: half barley/half emmer deposits; B1, I2 and J4: crops presenting a significant ratio of barley.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Figure 43 : Détail de la répartition des céréales sur certains greniers choisis, F1, E1, E2, E3, F3, F5 et K1 : récoltes présentant un taux d’avoine non anodin ; M3, K4, J2 et N2 : autres mélanges avec des millets ou de l’épeautre.Figure 43: Detail of the distribution of cereals across some granaries; F1, E1, E2, E3, F3, F5 and K1: crops presenting a not insignificant ratio of oats; M3, K4, J2 and N2: other mixtures with millets or spelt.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 693k
Titre Figure 44 : Phase I : répartition des macro-restes d’après leur densité, par litre de sédiment prélevé.Figure 44: Phase I: distribution of macro-remains according to their density, by litre of sediment sampled.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Titre Figure 45 : Phase III : répartition des macro-restes d’après leur densité, par litre de sédiment prélevé.Figure 45: Phase III: distribution of macro-remains according to their density, by litre of sediment sampled.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 795k
Titre Tableau 22 : Récapitulatif des données relatives aux pratiques culturales, toutes phases confonduesTable 22: Summary of data relating to agricultural practices, all phases.
Légende En grisé : données fiables ; en italique : greniers de la phase I ; type de sol : c=calcaire, p=sables-cailloux, l=limon, a=argile, l'apostrophe tempère la préférence écologique de la plante ; PN : produit nettoyé
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Tableau 23 : Par phase, récapitulatif des quantités de charbon de bois recueillies au tamisage et pour la carpologie, densité des restes par litres de sédiment prélevé.Table 23: By phase, summary of quantities of charcoal collected during sieving and for carpology, density of remains per litre of sediment sampled.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3012/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 711k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Guillier, Axel Levillayer, Bénédicte Pradat, Valérie Deloze et Philippe Forré, « Des poteaux, des greniers et des graines. Une zone de stockage de masse à La Tène C2/D1a au « Clos des Primevères » à Entrammes (Mayenne) », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 32 | 2015, mis en ligne le 28 avril 2018, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rao/3012 ; DOI : 10.4000/rao.3012

Haut de page

Auteurs

Gérard Guillier

Inrap Grand-Ouest, UMR 8546 (CNRS/ENS)

Articles du même auteur

Axel Levillayer

Service archéologique du conseil général de la Vendée, UMR 6566

Articles du même auteur

Philippe Forré

Inrap Grand-Ouest

Articles du même auteur

Valérie Deloze

Inrap Grand-Ouest, UMR 6566

Articles du même auteur

Bénédicte Pradat

Inrap Centre – Île-de-France, UMR 7209

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page