Navigation – Plan du site

Des monnaies en milieu rural : les découvertes du village de Courtisigny (les Fosses Saint-Ursin, Courseulles-sur-Mer, Calvados)

Coinage in rural areas: discoveries from the village of Courtisigny (les Fosses Saint-Ursin, Courseulles-sur-Mer, Calvados)
Münzen im ländlichen Raum: Die Funde aus dem mittelalterlichen Dorf von Courtisigny „Les Fosses Saint-Ursin“ bei Courseulles-sur-Mer (Calvados, Normandie, Frankreich)
Monedas en medio rural: los descubrimientos de la aldea de Courtisigny (“Las fosas Saint-Ursin”, Courseulles-sur-Mer, Calvados)
Pierre-Marie Guihard et Claire Hanusse
p. 401-413

Résumés

Dans les années 1970 et 2000, les fouilles du village médiéval de Courtisigny (les « fosses Saint-Ursin », Courseulles-sur-Mer, Calvados) ont mis au jour un ensemble de monnaies antiques, médiévales et modernes. Ces découvertes ont fait l’objet d’une étude archéologique contribuant à une meilleure connaissance de leur circulation au cœur même du village. C’est à partir du croisement de données numismatiques et archéologiques qu’il est possible d’aborder la question de la monétarisation des campagnes entre le xiie et le xive siècles.

Haut de page

Texte intégral

1Discrètes mais bien réelles, les découvertes monétaires effectuées lors des fouilles du village de Courtisigny (les Fosses Saint-Ursin, Courseulles-sur-Mer, Calvados) ne se caractérisent pas par leur abondance : quarante exemplaires ont été à ce jour enregistrés (tableau 1). Elles ne sont pas non plus à la source de trouvailles importantes sur le plan numismatique : il s’agit là d’un numéraire de faible valeur fiduciaire proche de la vie quotidienne, qui ne fait que rejoindre les observations réalisées sur le matériel issu d’autres fouilles de la même époque. Sans doute l’intérêt des découvertes monétaires de Courtisigny est-il ailleurs et particulièrement dans la présence de ces humbles vestiges épars sur le sol des habitations ou piégés dans les multiples éboulis identifiés en quelques points du site. Intérêt intrinsèque donc, lié à la contextualisation du numéraire et sa spatialisation. Intérêt plus général aussi, prompt à donner un autre relief à la vie économique des populations paysannes. En effet, peut-être est-il possible de voir en ce lot réduit le reflet d’une circulation plus ample en milieu rural. Aperçu fragile certes : du moins permet-il de constater l’importance relative de certaines émissions et leur évolution, bien loin du clivage académique opposant ville et campagne.

Tableau 1 : Composition de l’ensemble monétaire de Courtisigny (Courseulles-sur-Mer).

Table 1: Composition of the coin assemblage of Courtisigny (Courseulles-sur-Mer).

Table 1: Composition of the coin assemblage of       Courtisigny (Courseulles-sur-Mer).

1. Le numéraire antique…

2Attesté par 10 exemplaires centrés sur le Haut-Empire (3) et le ivsiècle (7), le numéraire antique présente d’emblée un intérêt d’ordre chronologique (tableau 1). En effet, les monnaies romaines ont été mises au jour dans des ensembles archéologiques bien caractérisés du bas Moyen Âge et de l’époque moderne. Aucun exemplaire n’a été signalé dans les couches d’occupation les plus anciennes du gisement : l’ensemble est contemporain des périodes 2 et 3 (tableau 2). Il est encore malaisé d’interpréter avec le recul nécessaire la présence de ces monnaies. La documentation présentée au tableau 3 rassemble des découvertes issues de fouilles archéologiques. Au regard de ce recensement non exhaustif et limité au seul département du Calvados, il semble qu’un noyau de monnaies romaines soit fréquemment attesté sur des sites occupés au cours de la période médiévale. Pour certains auteurs, il y aurait là le signe d’une réutilisation de pièces beaucoup plus anciennes à des époques relativement proches de nous, comme cela a pu être notamment envisagé à propos des monnaies romaines déposées dans les ponts médiévaux de Cahors (Lot ; Depeyrot, 1976) et comme le démontrent aussi nombre de découvertes signalées en Italie. En outre, le fait que certaines des monnaies romaines mises au jour à Courtisigny soient clairement associées à des niveaux d’occupation (cf. catalogue) confirmerait qu’elles étaient disponibles et utilisées.

Tableau 2 : Périodisation de l’ensemble monétaire de Courtisigny (Courseulles-sur-Mer).

Table 2: Periodisation of the coin assemblage of Courtisigny (Courseulles-sur-Mer).

Table 2: Periodisation of the coin assemblage         of Courtisigny (Courseulles-sur-Mer).

Tableau 3 : Composition des monnaies isolées sur trois occupations médiévales du Calvados.

Table 3: Composition of the isolated coins found on the three Medieval sites in Calvados.

Courtisigny

Rubercy

Grentheville (Trainecourt)

Monnaies romaines

9

4

17

Monnaies médiévales et modernes

31

17

151

  • 1 C’est aussi en ce sens que sont interprétées les découvertes de monnaies romaines réalisées (...)

3Toutefois, l’hypothèse d’une réutilisation dans la circulation monétaire n'emporte pas la conviction. Nous savons qu’à Courtisigny et dans l’environnement immédiat du site, plusieurs occupations romaines ont été identifiées. C’est ainsi que l’on note la mise au jour en 1832 d’un dépôt renfermant plus de quatre mille monnaies du Bas-Empire au lieu-dit « Corfolands » situé à quelques centaines de mètres au nord de Courtisigny (Caumont, 1846, p. 437-439). Ailleurs, ce sont des sépultures gallo-romaines et des monnaies qui sont signalées à l’emplacement même du village médiéval (Doranlo, 1914, p. 411-412 ; en dernier lieu CAG 14, p. 66, notice 208). Dans ce contexte, les dix monnaies romaines pourraient tout simplement provenir de prélèvements de terre (pour l’enrichissement de jardins par exemple) réalisés sur des terrains occupés pendant l’Antiquité. Peut-être furent-elles alors pieusement conservées pour leur caractère exotique, voire folklorique plutôt qu’économique, par les inventeurs occasionnels1 ?

2. …médiéval et moderne

4La série des pièces médiévales et modernes est plus significative. Avec trente et un exemplaires (tableau 1), elle représente certes un lot modeste, dont la continuité et la diversité, comme la répartition suivant les diverses époques d’occupation, n’en demeurent pas moins riches d’enseignements pour une meilleure connaissance du site et de la circulation monétaire en milieu rural.

5Si les monnaies antérieures au xiie siècle demeurent anecdotiques sur le site de Courtisigny, il faut toutefois souligner la découverte – rare en contexte archéologique – d’un denier carolingien attribué à Louis le Pieux (814-840). Le contraste est flagrant avec la période immédiatement postérieure : remarquable par le nombre, le numéraire du bas Moyen Âge l’est aussi par son homogénéité dans le temps (tableau 1). Plus des trois quarts des monnaies se rattachent en effet à des émissions frappées entre le début du xiisiècle et le milieu du xivsiècle. Il faut aussi souligner le lot formé par les monnaies de la Renaissance et de l’époque moderne. Bien caractérisées, celles-ci sont curieusement associées à des contextes spatialement très localisés (figure 1). Elles pourraient être mises en relation avec une fréquentation prolongée du site, dont l’abandon se situerait, d’après la documentation écrite et les découvertes archéologiques, entre le début du premier quart du xivsiècle et la fin du xvsiècle. Pour expliquer cet « abandon paisible » des lieux, l’hypothèse d’une récupération systématique des matériaux de construction a été avancée (Hanusse, 2006, p. 83). Parmi les dénominations représentées, les espèces se rattachent soit au système du denier tournois, soit à celui du denier parisis. Traditionnellement, le premier l’emporterait sur le second dans l’Ouest de la Normandie (voir les commentaires de Moesgaard, 2009, p. 256-259). Toutefois, cela n’apparaît pas clairement dans la circulation monétaire de Courtisigny. Au cours du xivsiècle, les deux dénominations cohabitent dans des proportions presque identiques, sans que l’une ne prenne le pas sur l'autre.

Figure 1 : Répartition spatiale des découvertes monétaires à Courtisigny.

Figure 1: Distribution of the discoveries at Courtisigny.

Figure 1: Distribution of the discoveries at         Courtisigny.
  • 2 Alliage d’argent à fort pourcentage de cuivre, ce qui donnait à la monnaie un aspect « noir (...)
  • 3 La monnaie noire s’oppose à la monnaie blanche (gros et blancs), qui était d’une teneur en (...)

6Mais surtout, le lot monétaire de Courtisigny se caractérise par la prédominance quasi totale du monnayage royal et en particulier de Philippe IV (1285-1314) et de Philippe VI (1328-1350) dont l’activité monétaire se reflète dans la diversité des types mis au jour. Diversité inégale cependant comme le prouve la proportion des petites dénominations. Il apparaît en particulier que les petites espèces en billon noir ou « monnaies noires2 », qui étaient destinées aux menues transactions de la vie quotidienne (Bompaire, 1999), sont ici très nombreuses. Si l’on confronte la part des monnaies blanches à celle des monnaies noires3, le résultat est patent : la domination des secondes sur les premières est tout à fait écrasante et démontre qu’elles étaient en circulation active sur le site. Ce phénomène est confirmé par d’autres découvertes isolées(tableau 4). Parmi les trouvailles enregistrées en Haute et Basse-Normandie, il est intéressant en effet de souligner que, à partir du second tiers du xivsiècle, les monnaies noires atteignent toujours des taux importants par rapport aux monnaies en or et aux monnaies blanches. On remarquera toutefois que les monnaies de forte valeur sortaient certainement moins des bourses et si elles étaient perdues, il est probable que l’usager s’efforçait de les retrouver.

Tableau 4 : Découvertes de monnaies isolées en or, argent et en billon noir (début xive-milieu xvie siècle).

Table 4: Discoveries of isolated gold, silver and billon coins (beginning 14th-middle 16th century).

Table 4: Discoveries of isolated gold, silver         and billon coins (beginning 14th-middle 16th century).

* Base de données Nummus, service de numismatique, Centre Michel-de-Boüard (université de Caen)

** Monnaie de la période 1337-1577 publiées dans Moesgaard, 2009, p.234, tab.6.

  • 4 Pour la Seine-Maritime voir la synthèse de Moesgaard 2009, p. 265-266 (T2, T4, T5), 270-273 (...)
  • 5 Idée résumée dans Moesgaard 2009, p. 249-250. Voir également Salaün 2000, p. 18.

7À l’analyse, les découvertes isolées de Courtisigny méritent une attention supplémentaire. Dans l’ensemble, la part formée par les monnaies royales est majoritaire. Au fil des grandes périodes d’occupation du site, la tendance n’en est que plus remarquable (tableau 2). La monnaie du roi domine dès la phase 2C, pour être exclusive au cours de la période suivante. Si le fait est à souligner, il ne doit pas surprendre. En effet, il n’est pas inutile de rapprocher cet ensemble de la composition de quelques trouvailles contemporaines, tels que les trésors de Louviers (Eure), Saint-Aubin-Épinay (Seine-Maritime), Pont-de-l’Arche (Eure) ou les découvertes isolées de Caen (Calvados), Saint-Vaast-sur-Seulles (Calvados), Rouen (Seine-Maritime), Vatteville-la-Rue (Seine-Maritime)4. La comparaison permet ainsi de constater que la prédominance des monnaies royales à Courtisigny se conforme à ce qui est généralement observé à l’échelle régionale au cours du xivsiècle. Toutefois, dans le détail, une variation est notable au cours de la période d’inflation des années 1350. Les imitations bretonnes (au nom de Charles de Blois) de monnaies royales comptent pour la moitié des découvertes. Il s’agit là d’une tendance qui se manifeste aussi sur d’autres sites bas-normands (tableau 5), ainsi que dans quelques trésors, comme ceux de Saint-Martin-de-Boscherville (Seine-Maritime ; Salaün et Moesgaard, 1997) et de Louviers (Eure ; Moesgaard, 2009, p. 267, T4). Pour J. Moesgaard, la situation s’expliquerait par un ralentissement, dans les ateliers royaux, de la frappe de la monnaie noire au profit de la monnaie blanche. Le duc de Bretagne aurait ainsi profité d’un espace laissé vacant par les ateliers royaux en introduisant dans la circulation des imitations destinées à lui procurer de l’argent pour la guerre qui l’opposait alors à Jean de Montfort5.

Tableau 5 : Répartition par pays d’origines des monnaies frappées au cours des années 1350.

Table 5: Distribution by origin of the minted coins during the years 1350.

Table 5: Distribution by origin of the minted         coins during the years 1350.
  • 6 Sur le sujet cf. Contamine (dir.), 1993, p. 266-267.

8Les vues globales auxquelles peut légitimement conduire la structure du lot monétaire laissent place à quelques constatations. Il y a lieu notamment de se demander quelles étaient les conditions concrètes dans lesquelles se trouvait placé à cet égard l’ensemble. La première idée qui vient naturellement à l’esprit est de centrer l’attention sur le faciès global. L’importance quantitative du numéraire royal a été soulignée. Or, nous savons que l’une des conséquences de la conquête de la Normandie par Philippe II Auguste (1204) fut d’ouvrir progressivement la circulation régionale aux monnaies royales. Aussi paraît-il indispensable de lier la structure globale du lot de Courtisigny aux effets de cet épisode. Dans un contexte de réglementation accrue, où la monnaie tend à devenir un privilège royal en France à l’image des modèles anglais et napolitain6, la part réduite prise par le monnayage baronnial n’est pas moins significative. Elle souligne en effet les efforts constants des princes à imposer dans la circulation leurs propres monnaies, ce qui entrainera la disparition presque totale des espèces seigneuriales (frappe et circulation) au début du xivsiècle (Duplessy, 1995, p. 12-13). Toute généralisation serait cependant excessive, comme le démontrent les découvertes de Courtisigny, et plus largement les découvertes normandes. Au cours des années 1350, il apparaît en effet que la Bretagne, pour tirer profit de l’insuffisance de l’approvisionnement monétaire royal, alimentait en monnaies la circulation régionale – bien que le duc de Bretagne fut déjà rappelé à l’ordre en 1339 (Bigot, 1857, p. 363-365).

3. La monnaie et son usage à Courtisigny

9La rareté relative et le caractère accidentel des vestiges perdus sur place rendent nécessairement lacunaire l’interprétation du matériel monétaire de Courtisigny. Toutefois, celui-ci présente un intérêt intrinsèque réel sur lequel il faut encore insister : la topographie globale des vestiges dans l’espace, qui permet concrètement d’examiner la place réservée à la monnaie.

10L’analyse de la carte de répartition souligne en premier lieu la large représentation du signe monétaire (figure 1). Bien qu’en faible nombre, la monnaie est attestée en plusieurs endroits du site. Il est ainsi frappant de voir que des découvertes ont été signalées éparses dans des couches d’occupation et en lien avec des niveaux de circulation ou de comblement. Ces caractéristiques générales sont peut-être tributaires des seules explorations archéologiques, mais plus vraisemblablement de la densité de l’occupation humaine. Tout de suite apparaissent deux traits dominants qui caractérisent fortement l’usage dont il était fait de la monnaie à Courtisigny au bas Moyen Âge.

11Le premier, c’est son harmonieuse répartition, qui témoigne d’un certain dynamisme de la circulation monétaire. D’autre part, cette circulation était faite, comme nous l’avons vu, d’espèces de qualité médiocre, parfois détestable, et surtout de faible valeur. De caractère trop bon marché pour avoir une grande valeur unitaire, les monnaies noires de Courtisigny ne s’utilisaient que dans le cadre de petits achats. À l’évidence, leur utilisation n’était rendue possible que par le fait qu’elles étaient régulièrement manipulées à la campagne. Tout semble du moins l’indiquer. Pourtant, l’image d’une campagne rompue aux transactions monétaires quotidiennes a suscité quelques réserves. Pour P. Spufford (Spufford, 1988) notamment, les transactions impliquant des monnaies noires s’effectuaient surtout dans les villes, qui constitueraient le secteur le plus monétarisé de la société médiévale. À la campagne, la vie quotidienne des paysans aurait été alimentée par les denrées recueillies sur le sol dont on était propriétaire ou exploitant. Par conséquent, pour le petit nombre des échanges ordinaires, la manipulation d’espèces n’aurait été nullement nécessaire. Lorsque la monnaie avait lieu d’être utilisée, son usage devait se limiter à celui d’espèces en argent destinaient à des transactions exceptionnelles (vente de récoltes, paiement de l’impôt, etc.). Force est donc de constater que les découvertes de Courtisigny ne s’accordent pas avec cette image, ce que confirment d’ailleurs de récentes recherches (Bompaire, 2005 ; Moesgaard, 2005 ; Moesgaard, 2009, p. 259-260). Elles tendent au contraire à prouver que la monnaie était présente au quotidien parmi les paysans à la campagne pour le paiement comptant d’objets de consommation ou de certains services. Toutefois, le montant de chaque opération devait être extrêmement faible. Si faible que la monnaie d’argent et a fortiori la monnaie d’or représentait une unité trop forte. Son absence du village de Courtisigny s’expliquerait dès lors par le fait qu’elle ne trouvait pas sa place dans le cadre provincial. La monnaie saine et forte était une monnaie d’exportation, de la province vers la grande ville ou vers l’étranger pour paraphraser J. Meuvret (Meuvret, 1971, p. 134).

12Si les découvertes de Courtisigny constituent donc une preuve forte d’une monétarisation en profondeur de la société paysanne, elles ne sont pas le seul exemple. Peu à peu, la vie économique des campagnes normandes se précise. Ainsi, les nombreuses monnaies noires mises au jour régulièrement par l’archéologie sur des villages du bas Moyen Âge (Grosley-sur-Risle, Trainecourt à Grentheville) ou sur quelques manoirs (Le Mesnil-sous-Jumièges, etc.), châteaux (Vatteville-la-Rue, Gavray, Saint-Vaast-sur-Seulles, etc.), abbayes (Saint-Martin-de-Boscherville, etc.) et autres léproseries (Bernay, etc.) de Basse et Haute-Normandie confirment de manière de plus en plus formelle l’utilisation courante de la menue monnaie parmi la population paysanne.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Bigot A., 1857 – Essai sur les monnaies du royaume et duché de Bretagne, Paris.

Bompaire M., 1999 – « Pour une histoire des monnaies noires », in Kerhervé J. et Rigaudière A. (éd.), Finances, pouvoirs et mémoire, mélanges offerts à Jean Favier, Paris, p. 349-371.

Bompaire M. – « Monnaies dans les villages, quelques exemples de France méridionale », in Lefort J., Morrisson C. et Sodini J.-P. (dir.), Les villages dans l’Empire byzantin ive-xve siècle, Paris, p. 123-134.

CAG 14 – Delacampagne F., 1990, Carte archéologique de la Gaule, « Le Calvados », Paris.

Caumont (de) A., 1846 – Statistique monumentale du Calvados, Caen.

Contamine P. (dir.), 1993 – L’économie médiévale, Paris.

Démians d’Archimbaud G., 1980 – Les fouilles de Rougiers (Var). Contribution à l’archéologie de l’habitat rural médiéval en pays méditerranéen, Paris, Valbonne.

Depeyrot G., 1976 – « Problèmes de réutilisation des monnaies romaines à Cahors (Lot) », Bulletin de la Société française de Numismatique, t. 31, p. 11-12.

Doranlo R., 1913-1914 – « Camps, enceintes, mottes et fortifications antiques du Calvados », Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, 29, p. 411-412.

Duplessy J., 1995 – Les trésors monétaires médiévaux et modernes découverts en France, t. II, Paris.

Hanusse C., 2006 – « L’organisation des espaces de circulation dans l’habitat rural de la plaine de Caen. L’exemple du site des Fosses Saint-Ursin (xiiie-xivsiècles) », in Alexandre-Bidon D., Piponnier F. et Poisson J.-M. (éd.), Cadre de vie et manières d’habiter, Caen, p. 81-89.

Meuvret J., 1971 – « Circulation monétaire et utilisation économique de la monnaie dans la France du xvie et du xviie siècle », in Études d’histoire économique. Recueil d’articles, Paris, p. 127-137.

Moesgaard J.-C., 2005 – « Monnaies à la campagne au Moyen Âge, remarques de méthode », in Lefort J., Morrisson C. et Sodini J.-P. (dir.), Les villages dans l’Empire byzantin ive-xve siècle, Paris, p. 135-148.

Moesgaard J.-C., 2009 – « La circulation des monnaies noires en Haute-Normandie, 1337-1577 », Revue Numismatique, p. 221-305.

Salaün G., 2000 – Répertoire raisonné des monnaies de la succession de Bretagne 1341-1365, Nantes.

Salaün G. et Moesgaard J.-C., 1997 – « Un trésor du xivsiècle près de Saint-Martin-de-Boscherville (Seine-Maritime) », Bulletin de la Société Française de Numismatique, avril, p. 59-63.

Spufford P., 1988 – Money and its use un medieval Europe, Cambridge.

Haut de page

Annexe

Catalogue des monnaies Jacqueline Pilet-Lemière et Pierre-Marie Guihard

Ouvrages utilisés pour le classement

  • Bastien, 1964 : Bastien P. – Le monnayage de Magnence, Wetteren, 1964.

  • LRBC : Carson R.A.G. et Kent J.P.C. – Late Roman Bronze Coinage. Part I, The bronze coinage of the house of Constantine A.D. 324-346, London, 1972.

  • LRBC II : Carson R.A.G. et Kent J.P.C. – Late Roman Bronze Coinage. Part II, Bronze roman imperial coinage of the later Empire A.D. 346-498, London, 1972.

  • D : Duplessy J. – Les monnaies royales françaises de Hugues Capet à Louis XVI, vol. I, Paris, 1988 et vol. II, Paris, 1989.

  • Duplessy Féodales : Duplessy J. – Les monnaies françaises féodales, tome I, Paris, 2004.

  • L : Lafaurie J. – Les monnaies des rois de France, vol. I, Paris, 1951.

  • MEC : Grierson P. et Blackburn M. – Medieval European Coinage, I. The Early Middle Ages, Cambridge University Press, 1986.

  • PA I : Poey d’Avant F. – Monnaies féodales de France, vol. I, Paris, 1858.

  • PA III : Poey d’Avant F. – Monnaies féodales de France, vol. III, Paris, 1862.

  • Prou : Prou M. – Les monnaies carolingiennes, Paris, 1892.

  • Salaün 2000 : Salaün G. – Répertoire raisonné des monnaies de la guerre de succession de Bretagne, 1341-1365, SBNH, hors-série janvier, Vannes, 2000.

  • RIC I : Sutherland C.H.V. – The Roman Imperial Coinage, I. From 31 BC to AD 69, Londres, 1984.

  • RIC III : Mattingly H. et Sydenham E. A. – The Roman Imperial Coinage, III. Antoninus Pius to Commodus, Londres, 1930.

Liste des abréviations

  • dr. : droite

  • g. : gauche

  • * : Monnaie photographiée

  • imit. : imitation

  • ind. : indéterminé

Antiquité

  • 1*. Néron, 54-68, Haut-Empire romain

  • Avers : [IMP NERO] CAESAR AVG [P MAX TR P P P]

  • Tête nue à g. ; à la base du coup, un globe

  • Revers : Anépigraphe // S C

  • Victoire à g., posant la main dr. sur un bouclier où se lit SPQR.

  • As (Ae) ; 7,57 g ; 27 mm

  • Lyon 54-68 ; RIC I, n° 606, p. 185.

  • Inv. 71006 (n° d’étude : 6)

  • Nature activité : Occupation / seuil ; Contexte : Bâtiment 15 (32 V B 1) ; Datation contexte : xiiie-xive s.

  • 2*. Antonin le Pieux, 138-161, Haut-Empire romain

  • Avers : ANTONINVS AVG PIVS P P […]

  • Tête laurée à dr.

  • Revers : […] // S C

  • Aequitas (l’Équité) debout à g., tenant une corne d’abondance dans la main g. et une balance dans la main dr.

  • Sesterce (Ae) ; 19,55 g ; 30 mm

  • Rome 148-161 ; RIC III, n° 855, p. 133 pour le type.

  • Inv. 72002 (n° d’étude : 10)

  • Nature activité : Éboulis / occupation ; Contexte : Bâtiment 22 (36 IV A2) ; Datation contexte : xive s. et après.

  • 3. Indéterminée, Haut-Empire romain

  • Avers : […]

  • Tête à g.

  • Revers : […]

  • Personnage assis à g. (?)

  • As (Ae) ; 9,57 g ; 24 mm

  • Atelier ind. 100-199.

  • Inv. 50440007 (n° d’étude : 50)

  • US couche : 5044 ; Nature activité : Occupation ; Contexte : Bâtiment 12 / foyer 8 ; Datation contexte : xive s.

  • 4. Constantin Ier, 307-337, Bas-Empire romain

  • Avers : [CONSTAN]-TINVS A[VG]

  • Tête laurée à dr.

  • Revers : [PR]OVIN[DEN-TIAE AVGG] // PTR[…]

  • Porte de camp avec deux tours, au-dessus une étoile.

  • Nummus (Ae) ; 3,00 g ; 17 mm

  • Trèves 324-330 ; LRBC I, n° 12, p. 4.

  • Inv. 11330001 (n° d’étude : 23)

  • US couche : 1133 ; Nature activité : Occupation / sol ; Contexte : Bâtiment 1 / pièce 2 ; Datation contexte : xive s.

  • 5*. Époque constantinienne, Bas-Empire romain

  • Avers : […]

  • Buste diadémé à dr.

  • Revers : [GLOR-IA] EXER-CITVS

  • Deux soldats se faisant face, tenant une haste renversée et posant la main sur un bouclier ; entre eux, une enseigne.

  • Nummus (Ae) ; 1,34 g ; 15 mm

  • Atelier ind. 335-341.

  • Inv. 50550001 (n° d’étude : 48)

  • US couche : 5055 ; Nature activité : Éboulis ; Contexte : Bâtiment 12 / pièce 2 ; Datation contexte : xive s.

  • 6. Époque constantinienne, Bas-Empire romain

  • Avers : Illisible. Type Constantinopolis

  • Buste casqué à g. avec aigrette.

  • Revers : Anépigraphe // […]

  • Victoire debout à g. sur une proue, tenant un sceptre long et un bouclier.

  • Nummus (Ae) ; 1,76 g ; 18 mm

  • Atelier ind. 330-341.

  • Inv. 11810027 (n° d’étude : 32)

  • US couche : 1181 ; Nature activité : Occupation ; Contexte : Bâtiment 1 / foyer ; Datation contexte : xive s.

  • 7. Indéterminée, Bas-Empire romain

  • Avers : […]

  • Buste diadémé à dr.

  • Revers : […] Type Victoriae dd augg q nn

  • Deux Victoires se faisant face et tenant chacune une couronne de laurier.

  • Nummus (Ae) ; 0,77 g ; 13 mm

  • Atelier ind. 341-346

  • Inv. 71001 (n° d’étude : 2)

  • Nature activité : Occupation sol ; Contexte : Cour 6 (32 VI D 1) ; Datation contexte : xive s.

  • 8*. Magnence, 350-353, pour Décence César, 351-353, Bas-Empire romain

  • Avers : [D N DEC]ENTIVS CAESAR

  • Buste cuirassé à dr. ; tête nue derrière laquelle figure la lettre A.

  • Revers : [VICTORIA]E DD NN AVG ET CAE / F // [S]AR

  • Deux victoires se faisant face, portant un bouclier sur lequel est portée la légende VOT/V/MVL/X.

  • Maiorina (Ae) ; 4,44 g ; 20 mm

  • Arles 351-352 ; LRBC II, n° 436, p. 55 ; Bastien 1964, n° 264, p. 187.

  • Inv. 20150032 (n° d’étude : 22)

  • US couche : 2015 ; Nature activité : Éboulis ; Contexte : Bâtiment 6 ; Datation contexte : xive s.

  • 9. Époque théodosienne, Bas-Empire romain

  • Avers : […]VS PF AVG

  • Buste diadémé à dr.

  • Revers : SALVS REI[PVBLICAE]

  • Victoire à g., un trophée sur l’épaule, tirant un captif ; un chrisme dans le champ à g.

  • Nummus (Ae) ; 1,07 g ; 11 mm

  • Imitation 388-395.

  • Inv. 40000000 (n° d’étude : 39)

  • US couche : 2 ; Nature activité : Aucune ; Contexte : Humus / bâtiment 12 ; Datation contexte : xviiie s. et après.

Epoque carolingienne

  • 10*. Louis le Pieux, 814-840, Empire carolingien

  • Avers : + H LVD[OVVICVS IM]P

  • Croix cantonnée de quatre globules.

  • Revers : [XPSTI]ANA REL[IGIO]

  • Temple tétrastyle sur deux degrés.

  • Denier (Ag) ; 0,66 g ; 20 mm

  • Atelier ind. 814-840 ; Prou 987 et suiv. ; MEC class 3, p. 520.

  • Inv. 72003 (n° d’étude : 11)

  • Nature activité : Occupation / sol ; Contexte : Bâtiment 21 ; Datation contexte : xive s.

Moyen Âge / Royaume de France

  • 11*. Louis VIII, 1223-1226, et Louis IX, 1226-1270, Royaume de France

  • Avers : + LVD[OVICVS RE]X

  • Croix.

  • Revers : [+ TVRON]VS CIVI

  • Châtel tournois.

  • Denier tournois (Ag) ; 0,42 g ; 19 mm

  • Tours 1223-1245 ; L 195 ; D 187.

  • Inv. 21760005 (n° d’étude : 43)

  • US couche : 2176 ; Nature activité : Occupation / sol ; Contexte : Cour 4 ; Datation contexte : xiiie-xive s.

  • 12*. Philippe IV, 1285-1314, Royaume de France

  • Avers : + PH[ILIPP]VS REX

  • Croix feuillue.

  • Revers : + MONETA DVPLEX

  • REGA/LIS sous une fleur de lis.

  • Double parisis (billon noir) ; 1,21 g ; 20 mm

  • Atelier ind. 1295-1303 ; L 232 ; D 227.

  • Inv. 71007 (n° d’étude : 7)

  • Nature activité : Occupation / sol ; Contexte : Bâtiment 17 (33 VI-A4) ; Datation contexte : xiiie-xive s.

  • 13*. Philippe IV, 1285-1314, Royaume de France

  • Avers : Anépigraphe

  • Croix cantonnée de P, H’, R, EX

  • Revers : Anépigraphe

  • Fronton de châtel tournois, annelé à sa base, sommé d’une croisette et accosté de deux lis.

  • Tournois simple (billon noir) ; 0,58 g ; 15 mm

  • Atelier ind. 1295-1303 ; L 235 ; D 230.

  • Inv. 72001 (n° d’étude : 9)

  • Nature activité : Éboulis / abandon ; Contexte : Bâtiment 22 (36 IV-A 1) ; Datation contexte : xive s. et après.

  • 14*. Philippe IV, 1285-1314, Royaume de France

  • Avers : + PHILIPPVS REX

  • Croix latine coupant la légende en bas.

  • Revers : BVRGENSIS

  • NOV/VS sous un lis accosté de deux annelets.

  • Bourgeois simple (billon noir) ; 0,69 g ; 19 mm

  • Atelier ind. 26 janvier 1311 ; L 237 ; D 232.

  • Inv. 72005 (n° d’étude : 13)

  • Nature activité : Occupation / sol ; Contexte : Bâtiment 20 / pièce 2 ; Datation contexte : xive s.

  • 15*. Philippe IV, 1285-1314, Royaume de France

  • Avers : + PHILIP/PVS REX

  • Croix latine tréflée, coupant la légende en bas.

  • Revers : BVRGENSIS

  • FOR/TIS en deux lignes, sous une couronne

  • Bourgeois fort (billon noir) ; 1,18 g ; 20 mm

  • Atelier ind. 26 janvier 1311 ; L 236 ; D 231.

  • Inv. 21600016 (n° d’étude : 38)

  • US couche : 2160 ; Nature activité : Occupation / sol ; Contexte : Bâtiment 4 / proche foyer 5 ; Datation contexte : xive s.

  • 16. Philippe IV, 1285-1314, Royaume de France

  • Avers : + PHILIP/PVS REX

  • Croix latine coupant la légende en bas.

  • Revers : BVRGENSIS

  • NOV/VS sous un lis accosté de deux annelets.

  • Obole bourgeoise (Ag) ; 0,49 g ; 15 mm

  • Atelier ind. 26 janvier 1311 ; L 238 ; D 233.

  • Inv. 21860055 (n° d’étude : 42)

  • US couche : 2186 ; Nature activité : Occupation / sol ; Contexte : Cour 4 ; Datation contexte : xiiie-xive s.

  • 17. Charles IV, 1322-1328 ou Philippe VI, 1328-1350, Royaume de France

  • Avers : […] R[EX]

  • Couronne.

  • Revers : + MON[ETA DVPLEX]

  • Croix fleurdelisée.

  • Double Parisis (Billon noir) ; 0,70 g ; 21 mm

  • Atelier ind. 1322-1328 ; L 248 ou L 269 / D 244b et c ou D 266.

  • Inv. 71004 (n° d’étude : 3)

  • Nature activité : Aucune / humus ; Contexte : Bâtiment 5 (33 V-A 1) ; Datation contexte : xive s. et après.

  • 18*. Philippe VI, 1328-1350, Royaume de France

  • Avers : + PHILIPPVS REX

  • Croix.

  • Revers : + F[RANCO]RVM

  • Châtel tournois sans meubles.

  • Pite tournois (billon blanc) ; 0,45 g ; 16 mm

  • Atelier ind. 6 septembre 1329 ; L 288 ; D 280.

  • Inv. 73001 (n° d’étude : 14)

  • Nature activité : Occupation ; Contexte : Bâtiment 5 ; Datation contexte : xive s.

  • 19*. Philippe VI, 1328-1350, Royaume de France

  • Avers : (couronne) [PHILIPPVS] (trèfle) [REX]

  • FRA/NCO en deux lignes.

  • Revers : (couronne) MONETA (trèfle) DVPLEX

  • Croix fleurdelisée.

  • Double Parisis (Billon noir) ; 1,03 g ; 21 mm

  • 27 avril 1346 ; L 271 ; D 269

  • Inv. 71002 (n° d’étude : 1)

  • Nature activité : Occupation ; Contexte : Cour 6 (31 VI B 3) ; Datation contexte : xiiie-xive s.

  • 20*. Philippe VI, 1328-1350, Royaume de France

  • Avers : (lis) PHILIPPVS REX

  • FRAN/CORV en deux lignes.

  • Revers : + MONETA DVPLEX

  • Croix latine dont les trois bras supérieurs sont fleurdelisés.

  • Double parisis (billon noir) ; 0,78 g ; 23 mm

  • Atelier ind. 21 août 1350 ; L 272a ; D 270A.

  • Inv. 30720001 (n° d’étude : 45)

  • US couche : 3072 ; Nature activité : Occupation / mur 61 ; Contexte : Cour 5 ; Datation contexte : xive-xve s.

  • 21*. Jean II, 1350-1364, Royaume de France

  • Avers : + IOH[ANNES FRANCORV R]EX

  • Fleur de lis.

  • Revers : + [MONETA DVPLEX]

  • Croix latine fleurdelisée et recroisetée, coupant la légende en bas.

  • Double tournois (billon noir) ; 1,26 g ; 22 mm

  • Atelier ind. 7 février 1358 ; L 334 ; D 324.

  • Inv. 72004 (n° d’étude : 12)

  • Nature activité : Occupation / sol ; Contexte : Cour 12 (36 IV) ; Datation contexte : xive s.

  • 22*. Louis XI, 1461-1483, Royaume de France

  • Avers : + LVDOVICVS xREX

  • Couronne.

  • Revers : OBO/LVS/xCI/VIS

  • Croix coupant la légende.

  • Obole tournois (billon noir) ; 0,42 g ; 14 mm

  • Atelier ind. 20 novembre 1467 ; L 549a ; D 565.

  • Inv. 21630050 (n° d’étude : 40)

  • US couche : 2163 ; Nature activité : Occupation / abandon ; Contexte : Cour 4 ; Datation contexte : xve s.

  • 23*. Louis XI, 1461-1483, Royaume de France

  • Avers : Légende hors flan. Type Ludovicus franc rex

  • Deux lis dans un trilobe, ponctué d’annelets.

  • Revers : (lis) SIT NO[…]VM

  • Croix dans un quadrilobe, ponctué d’annelets.

  • Denier tournois (billon noir) ; 0,93 g ; 16 mm

  • Atelier ind. 15 septembre 1476 ; L 547a ; D 563A.

  • Inv. 20380012 (n° d’étude : 24)

  • US couche : 2038 ; Nature activité : Éboulis ; Contexte : Bâtiment 6 ; Datation contexte : xive s.

  • 24*. François Ier, 1515-1547, Royaume de France

  • Avers : + FRAN[…]

  • Trois lis posés 2 et 1.

  • Revers : […]BEN[…]

  • Croix plaine.

  • Double tournois (Billon noir) ; 0,58 g ; 17 mm

  • Atelier ind. 19 mars 1541 ; D 935 ; L 791.

  • Inv. 10740004 (n° d’étude : 18)

  • US couche : 1074 ; Nature activité : Éboulis / Occupation ; Contexte : Bâtiment 2 ; Datation contexte : Post xive s.

  • 25*. Henri II, 1547-1559, Royaume de France

  • Avers : [+ HENRI 2 D G FRAN] REX

  • Trois lis posés 2 et 1, sans trilobe.

  • Revers : [+ SIT NOMEN DNI] BENE 1552

  • Croix plaine dans un quadrilobe. À l’exergue, lettre X, sous la croix.

  • Double tournois (billon noir) ; 0,52 g ; 14 mm

  • Villefranche-de-Rouergue 1552 ; D 1005A.

  • Inv. 20060018 (n° d’étude : 21)

  • US couche : 2006 ; Nature activité : Éboulis / occupation ; Contexte : Bâtiment 6 / cheminée 1 ; Datation contexte : xive s.

  • 26. Louis XIII, 1610-1643, Royaume de France

  • Avers : [LOYS XIII R DE] FRAN ET NAV

  • Grand buste à dr., drapé et cuirassé.

  • Revers : + DOVBLE [TOVRNOIS]

  • Trois posés 2 et 1.

  • Double tournois (Cu) ; 2,40 g ; 20 mm

  • Atelier ind. émission postérieure à 1635 ; D 1371.

  • Inv. 50090006 (n° d’étude : 44)

  • US couche : 5009.

  • 27. Louis XIII, 1610-1643, Royaume de France

  • Avers : [LOYS XIII R DE] FRAN ET NAV

  • Buste à dr

  • Revers : + DOVBLE TOVRNOIS

  • Trois lis posés 2 et 1.

  • Double tournois (Cu) ; 2,40 g ; 20 mm

  • Atelier ind. 1600-1699.

  • Inv. 50090006 (n° d’étude : 47)

  • Nature activité : Tranchée de récupération / mur 64 ; Contexte : Cour 6 ; Datation contexte : xviie s. et après.

  • 28. Louis XIV, 1643-1715, Royaume de France

  • Avers : L XIIII ROY DE [FR ET DE NA]

  • Buste juvénile du roi à dr., couronné, drapé et cuirassé.

  • Revers : [LIARD DE FRANCE en trois lignes]

  • Différent d’atelier illisible qui est entouré de trois lis posés 2 et 1.

  • Liard de France (Cu) ; 2,83 g ; 23 mm

  • Atelier ind. 1655-1658 ; D 1588.

  • Inv. 10330001 (n° d’étude : 15)

  • Nature activité : Abandon ; Contexte : Bâtiment 1 ; Datation contexte : Post-médiéval

  • 29*. Louis XIV, 1643-1715, Royaume de France

  • Avers : L XIIII ROY DE FR ET DE NA 1658

  • Buste à dr. du roi, couronné, drapé et cuirassé.

  • Revers : LIARD/DE/FRANCE

  • Différent d’atelier (lettre E) entouré de trois lis posés 2 et 1.

  • Liard de France (Cu) ; 3,30 g ; 22 mm

  • Chatellerault 1658 ; D 1588.

  • Inv. 21380023 (n° d’étude : 36)

  • US couche : 2138 ; Nature activité : Aucune ; Contexte : Humus ; Datation contexte : Postérieur xve s.

  • 30*. Louis XIV, 1643-1715, Royaume de France

  • Avers : LVD XIIII D G FR ET N R

  • Croix formée de huit L adossées, chaque bras étant couronné, avec différent d’atelier (ici illisible) dans un cercle en cœur, cantonnée de quatre lis divergeant du centre.

  • Revers : SIT NOMEN DOMINI BENEDICTVM 1694

  • Écu de France couronné, contremarqué d’un lis.

  • Quinzain (Billon) ; 1,47 g ; 24 mm

  • Atelier ind. 1694 ; D 1581A.

  • Inv. 50010028 (n° d’étude : 46)

  • US couche : 5001 ; Nature activité : Aucune ; Contexte : Humus / bâtiment 12 ; Datation contexte : xive s. et après.

  • 31*. Gaston d’Orléans, 1627-1650 pour Anne-Marie-Louise, 1650-1693, Royaume de France

  • Avers : GASTON V [F P D]

  • Buste à dr. lauré.

  • Revers : [+ DE]NIER TOVRNOIS 1655

  • Deux lis.

  • Denier tournois (Cu) ; 1,47 g ; 16 mm

  • Trévoux 1655 ; PA III, n° 5214.

  • Inv. 20010002 (n° d’étude : 16)

  • Nature activité : Aucune ; Contexte : Humus ; Datation contexte : postérieur xive s.

Moyen Âge / Monnayage baronnial

  • 32*. Erbert Ier, 1015-1036, Comté du Mans

  • Type immobilisé

  • Avers : + COMES CENOMANIS (ligature entre M et E de COMES)

  • Monogramme d’Erbert.

  • Revers : + SIGNVM DEI VIVI

  • Croix cantonnée d’un besant aux 1 et 2, de l’alpha et de l’oméga aux 4 et 3.

  • Denier (Ag), 0,92 g ; 20 mm

  • Le Mans 1080-1130 ; PA I, n° 1552 ; Duplessy Féodales, n° 399.

  • Inv. 11030001 (n° d’étude : 20)

  • US couche : 1103 ; Nature activité : Éboulis / occupation ; Contexte : Bâtiment 1 / seuil 2 (bouchage de la porte) ; Datation contexte : xive s.

  • 33*. Anonyme, Comté de Vendôme

  • Avers : Anépigraphe

  • Tête bléso-chartraine à dr., accostée d’un annelet à g. et d’un croissant entre deux annelets à dr., avec une croisette en cœur et S et trois traits au-dessous.

  • Revers : + VDON CAOSTO

  • Croix.

  • Denier (Ag) ; 0,74 g ; 18 mm

  • Vendôme 1180-1205 ; PA I, n° 1779 ; D 2004, n° 545.

  • Inv. 30190033 (n° d’étude : 35)

  • US couche : 3019 ; Nature activité : Aucune ; Contexte : Humus ; Datation contexte : xive-xxe s.

  • 34*. Anonyme, Vicomté de Châteaudun

  • Avers : Anépigraphe

  • Tête bléso-chartraine à g., entre un besant à dr. et un croissant à g. et une étoile entre deux points au-dessous.

  • Revers : + CASTRI DVRI

  • Croix.

  • Denier (Ag) ; 0,78 g ; 19 mm

  • Châteaudun 1200-1210 ; PA I, n° 1845 ; Duplessy Féodales, n° 488A.

  • Inv. 10890002 (n° d’étude : 19)

  • US couche : 1050 ; Nature activité : Éboulis / occupation ; Contexte : Bâtiment 2 ; Datation contexte : ca. milieu xive s.

  • 35*. Charles de Blois, 1341-1364, Duché de Bretagne

  • Avers : + KA[ROLVS DV]X

  • Croix.

  • Revers : [+ B]RI[TANNORVM]

  • Châtel tournois avec meuble.

  • Denier tournois (billon noir) / imitation monnaie française ; 0,58 g ; 17 mm

  • Atelier ind. ca. 1354-1355 ; Salaün 2000, p. 44.

  • Inv. 71003 (n° d’étude : 4)

  • Nature activité : Occupation / sol ; Contexte : Bâtiment 15 (33 V B 1) ; Datation contexte : xive s.

  • 36*. Charles de Blois, 1341-1364, Duché de Bretagne

  • Avers : + KAROL]VS°R°DVX

  • Croix.

  • Revers : + BR[ITANNORVM]

  • Illisible

  • Denier tournois (billon noir) / imitation monnaie française ; 0,48 g ; 20 mm

  • Rennes 1354 ; Salaün 2000, p. 45

  • Inv. 71005 (n° d’étude : 5)

  • Nature activité : Occupation ; Contexte : Bâtiment 12 (33 V-B 1) ; Datation contexte : XIVe s.

  • 37*. Charles de Blois, 1341-1364, Duché de Bretagne

  • Avers : [+ KAROLVS B]RITANORV

  • Dans le champ, DUX entre deux rangs de pseudo-lis, ceux du bas étant à l’envers.

  • Revers : [+ MONETA DVPLEX]

  • Croix égale, ayant à chaque extrémité trois bourrelets inégaux.

  • Double tournois (Billon noir) / imitation monnaie française ; 0,69 g ; 19 mm

  • Atelier ind. 1356 ; PA I, n° 520 ; Salaün 2000, n° 209 ; Duplessy Féodales, n° 142A.

  • Inv. 50680022 (n° d’étude : 49)

  • US couche : 5068 ; Nature activité : Occupation / dépotoir ; Contexte : Bâtiment 12 / pièce 4 ; Datation contexte : xive s.

Moyen Âge / Royaume d’Angleterre

  • 38*. Edouard II, 1327-1377, Royaume d’Angleterre

  • Avers : [EDW]ARDVS REX [ANGLI]

  • Tête de face, presque illisible.

  • Revers : LO[ND/ON] CIVI/TAS

  • Croix longue coupant la légende cantonnée de trois besants dans chaque canton.

  • Denier (Ag) ; 0,70 g ; 16 mm

  • Londres 1351-1361 ; North II, p. 36-41.

  • Inv. 20880056 (n° d’étude : 31)

  • US couche : 2088 ; Nature activité : Occupation / sol ; Contexte : Cour 3 ; Datation contexte : xiiie-xxe s.

Moyen Âge

  • 39. Indéterminée

  • Avers : […]

  • Croix.

  • Revers : […]

  • Illisible.

  • Denier (billon noir) ; 0,45 g ; 17 mm

  • Atelier ind. ca. 1350.

  • Inv. 71008 (n° d’étude : 8)

  • Nature activité : Occupation / seuil ; Contexte : Bâtiment 17 / seuil (33 VI-A4) ; Datation contexte : xiiie-xive s.

  • 40*. Indéterminée

  • Avers : […]

  • Écusson (?)

  • Revers : […]

  • Croix.

  • Denier (billon blanc) ; 0,66 g ; 17 mm

  • Atelier ind. 1300-1399.

  • Inv. 210030041 (n° d’étude : 33)

  • US couche : 2103 ; Nature activité : Occupation / sol ; Contexte : Cour 3 ; Datation contexte : xiiie-xxe s.

Haut de page

Notes

1 C’est aussi en ce sens que sont interprétées les découvertes de monnaies romaines réalisées sur l’habitat médiéval de Rougiers dans le Var : cf. Démians d’Archimbaud 1980, p. 266.

2 Alliage d’argent à fort pourcentage de cuivre, ce qui donnait à la monnaie un aspect « noir ».

3 La monnaie noire s’oppose à la monnaie blanche (gros et blancs), qui était d’une teneur en argent plus élevée, valant 20, 12, 10, 6 et 5 deniers. Parmi les monnaies noires, les trésins, liards, hardis, doubles, deniers et oboles valaient respectivement 3, 3, 3, 2, 1 et 1/2 deniers.

4 Pour la Seine-Maritime voir la synthèse de Moesgaard 2009, p. 265-266 (T2, T4, T5), 270-273. Pour le Calvados : Base de données Nummus, service de numismatique Centre Michel-de-Boüard (université de Caen).

5 Idée résumée dans Moesgaard 2009, p. 249-250. Voir également Salaün 2000, p. 18.

6 Sur le sujet cf. Contamine (dir.), 1993, p. 266-267.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Table 1: Composition of the coin assemblage of Courtisigny (Courseulles-sur-Mer).
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3129/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Titre Table 2: Periodisation of the coin assemblage of Courtisigny (Courseulles-sur-Mer).
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3129/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Titre Figure 1: Distribution of the discoveries at Courtisigny.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3129/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Table 4: Discoveries of isolated gold, silver and billon coins (beginning 14th-middle 16th century).
Légende * Base de données Nummus, service de numismatique, Centre Michel-de-Boüard (université de Caen)
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3129/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Table 5: Distribution by origin of the minted coins during the years 1350.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3129/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3129/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Marie Guihard et Claire Hanusse, « Des monnaies en milieu rural : les découvertes du village de Courtisigny (les Fosses Saint-Ursin, Courseulles-sur-Mer, Calvados) », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 32 | 2015, mis en ligne le 28 avril 2018, consulté le 05 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/rao/3129 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rao.3129

Haut de page

Auteurs

Pierre-Marie Guihard

Université de Caen Basse-Normandie, CRAHAM-UMR 6273, responsable du service de numismatique. Université de Caen Basse-Normandie, CRAHAM-UMR 6273.

Articles du même auteur

Claire Hanusse

Université de Caen Basse-Normandie, CRAHAM-UMR 6273.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page