Navigation – Plan du site

Hommage à Bernard Mandy (1948-2016)

Gérard Aubin, Jean-François Reynaud, Élise Boucharlat, Guy San Juan, Jocelyn Martineau et Daniel Prigent
p. 7-20

Figure 1 : Bernard Mandy (2015)

Figure 1 : Bernard Mandy (2015)

Bernard Mandy, conservateur en chef honoraire du patrimoine, est décédé à Nantes le 22 mars 2016 à la suite d’une soudaine et brève maladie. Sa carrière, tout entière vouée au service public, s’est déroulée au sein de plusieurs institutions (Association, CNRS, Université, AFAN, Collectivité territoriale, Ministère de la Culture), de trois régions (Rhône-Alpes, Basse-Normandie, Pays de la Loire) et d’un service central. On en retiendra surtout ses postes de responsabilité :

  • Chef du service archéologique de la ville de Lyon (octobre 1980-septembre 1989).

  • Conservateur régional de l’archéologie de Basse-Normandie, à Caen (septembre 1989-février 1995).

  • Conservateur régional de l’archéologie des Pays de la Loire, à Nantes (février 1995-août 2007).

  • Responsable des publications archéologiques à la sous-direction de l’archéologie, à Paris (septembre 2007-octobre 2013).

  • 1 Par ailleurs, un hommage a été prononcé devant le Conseil national de la recherche arch (...)

Il était chevalier dans l’ordre des Arts et des Lettres. Pour lui rendre hommage, la Revue archéologique de l’Ouest – dont il était devenu directeur de publication en décembre 2013 – a réuni plusieurs témoignages éclairant son action et sa personnalité1. A travers l’évocation de sa carrière qui l’a conduit de l’archéologie de terrain à la gestion de l’archéologie, nous voulons souligner deux traits marquants : l’archéologie du bâti, la formation des archéologues. Il a pratiqué la première, bien avant la lettre, dès ses premiers chantiers dans les années 1970 et la rédaction de sa thèse soutenue en 1981, contribuant ainsi à l’émergence de cette discipline. La formation faisait aussi partie de ses préoccupations, comme le montrent sa disponibilité auprès de ses étudiants lyonnais entre 1978 et 1989, notamment dans l’encadrement des maîtrises et des premiers travaux de rédaction, ou encore ses charges de cours aux universités de Nantes et du Mans.

Sa bibliographie témoigne aussi de la richesse de sa carrière, de son souci de diffusion et de la rigueur de ses approches. Elle associe comptes rendus de chantiers, contributions à des entreprises collectives de recherche et réflexions sur la pratique. Le passage de Lyon à Caen puis à Nantes y est naturellement sensible, les textes de circonstance nés d’obligations ou de sollicitations diverses prenant le pas, à partir de 1990, sur les études archéologiques. Ses travaux en cours présageaient son retour à la recherche.

Enfin, on n’oubliera pas le côté très attachant de ce collègue savant et généreux, timide et parfois bourru, agréable compagnon qui réservait à ses proches et à ses amis sa jovialité, son goût pour la table et ses talents de cuisinier.

Les années lyonnaises

Par Jean-François Reynaud, professeur honoraire des universités et Élise Boucharlat, conservateur général honoraire du patrimoine.

Bernard Mandy a commencé des études d’histoire de l’art et archéologie à la Faculté des Lettres de Lyon en 1968. Il a fait partie de cette promotion exceptionnelle qui a donné plusieurs archéologues qui ont connu de beaux parcours professionnels au sein du CNRS, de l’Université, du ministère de la Culture ou de la collectivité territoriale ; promotion exceptionnelle sans doute parce que chacun a suivi la voie qu’il souhaitait et parce qu’enseignants et étudiants avaient fait le pari de la création d’un véritable métier d’archéologue, alliant théorie et pratique de terrain. Bernard a participé, aux côtés de l’un de nous [J.-F. R], aux chantiers des châteaux de Saint-Germain, où il a mis au jour une chapelle et une nécropole du haut Moyen Âge, et des Allymes à Ambérieu-en-Bugey (Ain) avant d’en prendre la responsabilité (1973-1978), puis aux chantiers lyonnais des basiliques funéraires de Saint-Just et du groupe épiscopal tout en continuant ses études et en consacrant sa maîtrise aux fouilles de la chapelle du château de Givors (Rhône) (1971-1973) dont il a su retracer l’évolution (recherche conduite en duo avec Élise Faure-Boucharlat). Il a ensuite développé ce sujet sous la forme d’une thèse de 3e cycle consacrée aux chapelles castrales de la région lyonnaise et soutenue à l’université de Lyon en 1981. Il a par ailleurs été chargé de cours d’archéologie à la faculté des Lettres à partir de 1975 et les étudiants ont pu apprécier un enseignement adossé à une pratique déjà longue du terrain.

Bernard a été l’un des membres fondateurs de l’ALSSAM (Association lyonnaise de sauvetage des sites archéologiques médiévaux présidée par G. Franck), association militante qui a apporté son soutien aux équipes en charge des premiers grands chantiers urbains avant que la législation française n’encadre l’archéologie préventive. Il était également membre du CIHAM (Centre interuniversitaire d’histoire et d’archéologie médiévales dirigé par Jean-Marie Pesez puis Jean-Michel Poisson) au sein duquel il a apporté son concours à diverses enquêtes d’archéologie castrale. Sa curiosité et sa volonté d’élargir le champ de ses compétences l’ont conduit à rechercher l’enseignement ou les conseils d’illustres médiévistes, le doyen Michel de Boüard à Caen, Gabrielle Démians d’Archimbaud à Aix-en-Provence, Charles Bonnet à Genève…

Sa formation théorique et pratique, ses qualités humaines, ont poussé Jacques Lasfargues, alors directeur des Antiquités historiques de la région Rhône-Alpes, à lui confier la responsabilité du chantier du Verbe Incarné (1982-1987) sur la colline de Fourvière, à l’époque un des plus grands chantiers concernant la ville antique ; une partie de son travail a été publiée dans le deuxième volume des Documents d’archéologie en Rhône-Alpes consacré aux origines de Lyon. Il a également dirigé d’autres opérations à Lyon, à La Favorite (1984), impasse Charavay (1987), montée Saint-Sébastien (1989).

Figure 2 : Bernard Mandy sur son chantier du Verbe Incarné, à Lyon, lors d'une journée "portes ouvertes" (vers 1984)

Figure 2 : Bernard Mandy sur son chantier du         Verbe Incarné, à Lyon, lors d'une journée "portes ouvertes" (vers         1984)

Lors de la création d’une équipe archéologique destinée à délimiter des zones sensibles et à établir une carte archéologique de la ville de Lyon, à réaliser des diagnostics et éventuellement à diriger des fouilles, il a été choisi pour prendre la direction du Service archéologique municipal (SAM). De 1980 à 1989, son rôle a été primordial pour créer une équipe d’abord réduite (deux puis trois membres) et développer un service installé à la « Maison des Cèdres », à proximité des théâtres antiques et du Musée de la civilisation gallo-romaine.

Archéologue accompli, Bernard cultivait également bien d’autres centres d’intérêt. La photographie, qu’il pratiquait avec art, était l’un d’entre eux qu’il a mis au service de son métier. De la prise de vue au tirage, il ne ménageait ni son temps ni ses efforts pour livrer des clichés très travaillés, répondant évidemment aux standards du rapport ou de la publication, mais témoignant en outre d’une authentique recherche formelle ; dans son esprit, la documentation scientifique ne pouvait que gagner à être traduite de façon esthétique. Il était aussi un sportif chevronné et était passionné par l’équitation. Il participait à des reprises en Beaujolais, activité qu’il avait dû interrompre faute de temps, mais qu’il avait recommencée à Nantes, en se livrant au dressage, au cross et au saut d’obstacle.

Figure 3 : Bernard Mandy, photographe, à Saint-Génis-des-Fontaines (Pyrénées-orientales) (vers 1975).

Figure 3 : Bernard Mandy, photographe, à         Saint-Génis-des-Fontaines (Pyrénées-orientales) (vers 1975).

Le conservateur régional

Par Guy San Juan, conservateur général du patrimoine, conservateur régional de l’archéologie des Pays de la Loire.

Nous avons tous été saisis par la brutalité de la disparition de Bernard Mandy. Les agents du ministère de la Culture, particulièrement ses anciens collaborateurs au service régional de l’archéologie, bien sûr mais aussi tous les archéologues en lien régulier avec Bernard qui avait conservé depuis son départ à la retraite une activité intellectuelle dense, au service de la recherche, de l’archéologie, des chercheurs. N’était-il pas encore il y a quelques mois, quelques semaines, fort occupé par la direction de la Revue archéologique de l’Ouest, document soutenu par le ministère pour la qualité de ses publications scientifiques ? N’était-il pas encore engagé, à ma demande, dans la coordination ou plutôt la direction de la publication des fouilles du château de Mayenne ? Je lui avais demandé de me sortir des difficultés et de bien vouloir assurer la correction voire la réécriture des chapitres de ce manuscrit scientifique, attendu par toute la communauté des historiens et des archéologues médiévistes. Il avait aussi en projet la rédaction d’un guide archéologique de l’Île d’Yeu.

L’archéologie du Moyen Age dans les Pays de la Loire, l’archéologie des contextes monumentaux, son développement dans la région, cette insistance des relations établies avec la CRMH, les STAP, avec les services archéologiques territoriaux engagés dans ces domaines, je le dois à Bernard Mandy. Évidemment, quand on connaît son parcours professionnel, on comprend mieux la genèse de tout cela. Dès les années 1970, Bernard Mandy se forme à l’archéologie des grands sites médiévaux dans la région lyonnaise, influencé par Charles Bonnet et Jean-François Reynaud. Il dirige avec Élise Faure-Boucharlat, l’étude de la chapelle Saint-Gérald à Givors (Rhône), celle des châteaux de Saint-Germain et des Allymes à Ambérieu-en-Bugey (Ain). Son esprit aiguisé, sa connaissance, il les forge aussi avec la rédaction d’une thèse sur les chapelles castrales de la région lyonnaise. La citation de Montaigne, en tête de cette œuvre, souligne l’esprit de Bernard Mandy pour toute sa démarche intellectuelle à venir : « Je vois ordinairement que les hommes, aux faits qu’on leur propose, s’amusent plus volontiers à en chercher la raison qu’à en chercher la vérité. » Sa carrière par la suite sera exemplaire : chef du service archéologique de la ville de Lyon, conservateur régional de l’archéologie à Caen pour la Basse-Normandie, puis à Nantes pour les Pays de la Loire, enfin de 2007 à son départ à la retraite, il assume la responsabilité des publications archéologiques au sein de l’administration centrale.

Je me souviens de mes premiers contacts avec Bernard, en Basse-Normandie. J’étais alors archéologue de collectivité. Bernard m’avait convoqué, disons plutôt convié, pour me faire part de ses remarques sur un rapport archéologique, archéologie de sauvetage à l’époque. Ce fut un échange très constructif ; il pointait dans le détail et le général ce qui allait et ce qui n’allait pas. J’étais impressionné, sûr pourtant d’avoir bien fait. Mais je notais, car je savais que ses propos étaient justes, qu’il m’offrait généreusement l’occasion de m’améliorer, de me construire professionnellement.

Il eut fort à faire en Basse-Normandie. C’était le moment d’une archéologie de sauvetage en construction, face à un urbanisme d’expansion, majeur. Il apportait avec lui son expérience lyonnaise de grandes opérations urbaines comme celle du Verbe Incarné. Ce furent les premières grandes fouilles du sud de l’agglomération caennaise. Des études sur toujours plus d’hectares, à Mondeville, à Grentheville et bien d’autres communes. Bernard a fait partie de ces archéologues et de ces chefs de service qui ont construit l’archéologie moderne. Lorsqu’il a pris ses fonctions à Paris, je crois qu’une page était tournée, que cela a coïncidé avec la fin d’une époque où la combativité des archéologues était avant tout fondée sur la volonté de faire triompher le progrès des connaissances, dans une perspective philosophique profondément humaniste.

D’ailleurs, il était amoureux des chevaux et de l’équitation. C’était un beau cavalier. Et je crois bien qu’on ne peut pas être un beau cavalier si on n’est pas un bel homme.

Nous garderons de Bernard, l’image d’un homme épris de recherche et de culture, attaché à leur transmission aux spécialistes comme au grand public par l’enseignement et par les publications.

Figure 4 : Bernard Mandy, cavalier (2013)

Figure 4 : Bernard Mandy, cavalier (2013)

Bernard Mandy et l’archéologie dans les Monuments historiques

Par Jocelyn Martineau, Conservateur du patrimoine au service régional de l’archéologie des Pays de la Loire.

Médiéviste de formation, Bernard Mandy a fortement contribué à l’essor de l’archéologie dans les Monuments historiques, spécialité qui avait débuté dans la décennie précédente, dans les édifices religieux des Pays de la Loire (Fontevraud, Saint-Martin d’Angers, Évron…). Son arrivée à Nantes, en 1995, a coïncidé avec la réalisation de la fouille et de l’étude des élévations du palais comtal d’Angers. Bernard Mandy et ses collaborateurs ont initié ou accompagné, à partir de cette date, quelques opérations archéologiques emblématiques marquantes tant en archéologie programmée qu’en archéologie préventive : Mayenne, Saumur (cf. encadré), Nantes, Châteaubriant, Maillezais.

Au château de Mayenne, la découverte d’arcs en briques datés de la période carolingienne sous les enduits du xiiie siècle avait conduit, en 1993, à l’arrêt des travaux de rénovation afin de mener une étude complète des élévations qui, combinée à une fouille programmée (Rob Early, Oxford Archaeological Unit) et à une étude historique (Annie Renoux, Université du Mans), a permis de revoir entièrement l’histoire du monument. Les archéologues anglais ont finalement identifié une salle à tour datée du premier Moyen Age dont la date exacte de construction fait encore débat. Dans les derniers mois de sa vie, Bernard Mandy travaillait précisément à la mise en forme du manuscrit de nos collègues britanniques.

Au début des années 2000, la rénovation du musée du château des ducs, à Nantes, a donné lieu à d’intenses négociations entre le SRA, la CRMH et la ville pour imposer la présence d’archéologues sur le chantier conduit par l’architecte en chef des Monuments historiques, Pascal Prunet. Les sondages et la surveillance des travaux, confiés à Jérôme Pascal (Inrap), dans la cour et en divers points du grand logis et des fortifications, ont ainsi permis de redécouvrir les vestiges de l’enceinte antique et d’en préciser le tracé. À partir de là, l’archéologue a été en mesure de replacer la grande tour circulaire philipienne construite intra-muros par Pierre de Dreux au début du xiiie siècle. Il a également retrouvé l’enceinte et les tours arasées du château quadrangulaire des xiiie et xive siècles côté Loire. L’opération a enfin précisé les modalités d’adaptation à l’artillerie du château actuel construit sous le duc François II de 1466 à 1488. Les résultats de ces interventions ont été récemment publiés par le « Voyage à Nantes », gestionnaire du château-musée, dans une monographie complète adaptée au grand public.

Figure 5 : Bernard Mandy, conservateur régional, au château de Nantes (Loire-Atlantique) (2004).

Figure 5 : Bernard Mandy, conservateur         régional, au château de Nantes (Loire-Atlantique) (2004).
cl. Drac Pays de la Loire, D. Le Gouestre

Le chantier de restauration de l’enceinte seigneuriale du château de Châteaubriant (Loire-Atlantique) a débuté par une étude documentaire en 1997, suivie d’une série d’interventions archéologiques préventives de 2003 à 2005 sous ma direction dans le secteur de la chapelle castrale et de la tour circulaire nord-ouest. Il s’agit du seul château de la région à avoir fait l’objet de prescriptions systématiques de 2003 à 2015, de la chapelle jusqu’au grand-logis en passant par le donjon. La dernière opération menée par Céline Chauveau (Hadès) vient de s’achever en août 2016. Ce travail de fourmi, initié par le conservateur régional de l’archéologie dès 1997 et mené en totale co-activité avec les entreprises de travaux de restauration, devrait prochainement passer au stade de la publication scientifique et de la valorisation auprès du public en collaboration avec le Département.

Enfin, je retiendrai l’aide et les précieux conseils de Bernard Mandy dans l’élaboration et le suivi de ma fouille programmée de l’abbaye de Maillezais (Vendée), de 1999 à 2002. Le rachat de ce site d’exception par le Conseil Général de la Vendée en 1996 avait permis au conservateur régional de l’archéologie de jouer un rôle essentiel dans le processus d’étude et de mise en valeur du site sur le long terme. La découverte des chœurs successifs de l’église abbatiale par Thierry Cornec (Inrap) de 1996 à 1998, la fouille programmée du parvis et de l’enceinte occidentale de l’abbaye de 1999 à 2002, la surveillance des travaux de restauration de l’abbatiale et du cloître que j’ai pu mener parallèlement de 2001 à 2004, et enfin l’exploration par Emmanuel Barbier (Inrap) de la tour-porte sud ont renouvelé la connaissance d’un site auparavant particulièrement méconnu. Ce chantier situé à l’articulation entre fouille de recherche, mise en valeur et suivi de travaux, a été mené en même temps que l’achèvement de fouilles préventives plus classiques sur les autoroutes A83, A28 et A87. Alors que ces grands tracés occupaient la plus grande partie de l’activité archéologique régionale et accaparaient son attention, Bernard Mandy se préoccupait personnellement des modalités de prescriptions ou de suivi de « petits » chantiers dans les Monuments historiques, pourtant considérés parfois comme peu rentables, complexes et relativement précaires, tant il était convaincu de leur apport scientifique.

L’ensemble des chantiers précités ont permis à quelques jeunes archéologues médiévistes d’intégrer peu à peu le processus d’étude et de restauration en se formant sur le terrain à différentes méthodes et techniques d’analyses dans des contextes fortement stratifiés. Le risque était réel qu’ils se fourvoient dans une impasse professionnelle, en dehors des laboratoires et des carrières d’enseignants-chercheurs et en dehors des circuits classique de l’archéologie de sauvetage. Mais quinze ans plus tard, force est de constater que cette initiative a porté ses fruits en termes de connaissance d’une part et d’expériences professionnelles diverses d’autre part. C’est à Bernard Mandy que nous le devons.

Bernard Mandy et le château de Saumur

Par Daniel Prigent, Conservateur en chef honoraire territorial du patrimoine (département de Maine-et-Loire).

Certaines opérations de restauration de monuments, singulièrement celles menées sur des édifices majeurs comme l’abbaye de Fontevraud, les châteaux de Saumur ou d’Angers…, peuvent s’étendre sur plusieurs années. L’apport des interventions archéologiques, certes définies par la loi de 2001, reste néanmoins, dans le cadre ambigu de l’intervention sur le bâti, en partie fonction de la nature des relations existant entre le service régional de l’archéologie et celui de la conservation régionale des Monuments historiques. L’intervention menée sur le château de Saumur est à cet égard un exemple représentatif d’excellente coordination entre ces deux services.

En avril 2001, l’effondrement brutal du rempart nord de la citadelle dominant la Loire, sur quarante-cinq mètres de longueur et dix-sept mètres de hauteur, accompagné du glissement d’une partie du coteau, laissait en équilibre précaire un volume considérable de substrat peu consolidé, de remblais et de maçonneries. Après stabilisation provisoire à l’aide d’un buton de 9 900 m3, un programme de grande ampleur, mais aussi particulièrement délicat, de consolidation et de restauration, fut élaboré par l’architecte en Chef des Monuments historiques, Gabor Mester de Parajd. Ce projet prévoyait, après purge des secteurs instables puis talutage du coteau, de nombreuses interventions à l’intérieur du site. L’accompagnement archéologique, supervisé par Emmanuel Litoux (Conseil Départemental de Maine-et-Loire), intimement lié aux coûteux travaux ponctuels de renforcement menés sur de courts laps de temps et séparés par des intervalles plus ou moins longs, se révélait ainsi particulièrement complexe.

  • 2 Ce travail a été réalisé dans le prolongement des différentes campagnes archéologiques mené (...)
  • 3 Litoux Emmanuel et Cron Éric (dir.), 2010 – Le château et la citadelle de Saumur. Architect (...)

Bernard Mandy, dont l’intérêt pour la castellologie ne s’était pas démenti depuis sa thèse consacrée aux chapelles castrales dans le diocèse de Lyon, ne pouvait qu’être attaché à la réalisation d’une telle investigation archéologique, malgré les difficultés inhérentes à ce type d’intervention. Le service départemental d’archéologie de Maine-et-Loire, mandaté par le Ministère de la Culture, maître d’ouvrage de cette opération2, a ainsi réalisé de 2004 à 2007 l’accompagnement des travaux. Cette étude a pu être menée à bien jusqu’à la publication rapide de l’ensemble des résultats en 20103, en partie grâce à la spécialisation de l’équipe en charge de l’étude dans le domaine du bâti, mais également à l’implication de Bernard Mandy dans ce dossier ainsi qu’aux rapports de confiance qui s’étaient établis avec Jacques Mazeirat, chargé de la gestion des travaux de consolidation à la conservation régionale des Monuments historiques. Cette connivence a été d’une aide précieuse au long des quatre années d’intervention et tout particulièrement lors des premières phases du chantier, durant lesquelles les observations archéologiques réalisées lors du talutage du coteau, ont pu générer des tensions avec certaines entreprises.

Figure 6 : Château de Saumur (Maine-et-Loire). Première phase de l’intervention archéologique : le suivi du terrassement de l’imposant remblai (2005)

Figure 6 : Château de Saumur (Maine-et-Loire).         Première phase de l’intervention archéologique : le suivi du         terrassement de l’imposant remblai (2005)

Le Château des ducs de Bretagne

  • 4 Avec l’aimable autorisation de Bertrand Guillet, directeur du musée d’histoire de Nantes – (...)

Ce texte, publié par Bernard Mandy en 2007 (référence bibliographique, infra), décrit le cadre des interventions archéologiques dans le château de Nantes, entre 2003 et 2006. Il témoigne d’une phase qui nous paraît déjà ancienne de l’histoire de l’archéologie et des difficultés de la prise en compte du non-visible dans un projet patrimonial. Il reflète aussi les conceptions du conservateur régional, ses exigences scientifiques, la pertinence de ses analyses. Raisons suffisantes pour rééditer cette contribution, difficile d’accès pour la profession. [G.A.]4

Les interventions archéologiques

« L’intervention des archéologues dans le cadre des travaux sur monuments historiques fait débat depuis longtemps. Aujourd’hui, son intérêt est reconnu, ses apports à la restauration sont incontestables et la loi sur l’archéologie préventive englobe explicitement ce type de travaux dans son champ d’intervention. Pourtant sa mise en application va rarement de soi, le chantier du château des ducs de Bretagne ne déroge pas à ce phénomène.

« Sur un monument aussi complexe, une étude préalable ne peut appréhender tous les détails de son évolution et de leur impact sur la structure des différents bâtiments qui le composent, même si elle est accompagnée, comme ce fut le cas ici, d’une forme de “diagnostic archéologique”, car l’accès à l’information est alors trop partiel. En effet, au moment de cette réflexion et de l’élaboration du projet (au cours des années 1990-2000), l’édifice était encore en fonction et les opportunités d’intervention étaient le plus souvent liées à d’incontournables travaux de modernisation ou de gros entretien, et les secteurs accessibles pour étude n’étaient pas nécessairement les plus judicieux au regard de la complexité des lieux. Associée aux apports de travaux plus anciens tels que ceux de Stany Gauthier, ancien conservateur du château, qui dégagea divers éléments dont certains restèrent longtemps visibles, dans la cour, au pied de la conciergerie, cette prise d’information circonstancielle, aussi déficiente fût-elle, était toutefois suffisante pour fonder les choix politiques et stratégiques du projet. De ce point de vue, on doit tout de même regretter l’absence d’une évaluation réelle et donc de la prise en compte, à ce stade de la réflexion, des dommages collatéraux qui découlent in fine de ce type de réaménagement, tant sur l’authenticité de l’édifice que sur les vestiges archéologiques qu’il recèle. Pour illustrer cela, deux exemples de décisions stratégiques dont les conséquences sont considérables aussi bien du point de vue de l’intégrité du monument que de la nature de l’intervention archéologique à mettre en œuvre :

  • d’une part, la volonté de rendre accessible l’ensemble des parcours aux personnes à mobilité réduite, posée comme une condition sine qua non de la restauration ; option qui, à l’inverse, a été énergiquement combattue et abandonnée dans le cadre du projet de restauration du donjon de Vincennes, du fait de son impact trop important sur l’intégrité du monument ;

  • d’autre part, l’option retenue – contrairement à celle prise au Louvre – de ne pas intégrer au projet le dégagement et la mise en valeur des vestiges de l’enceinte gallo-romaine et du château de la Tour-Neuve dont le rez-de-chaussée et les soubassements sont presque intégralement conservés sous la cour actuelle ; décision dictée pour partie par des délais de travaux et un coût prévisionnel jugés incompatibles avec le calendrier et l’enveloppe budgétaire prévus pour ce projet.

« De même, dans le cadre des négociations entre la Ville et la Direction régionale des affaires culturelles a également été abandonnée l’option (adoptée au Louvre ou à Vincennes) d’une étude archéologique globale et systématique en amont du projet, faute notamment de disposer de moyens à la hauteur de l’enjeu. Toutefois, face à la nécessité de préserver, autant que possible, l’information, il a été admis de maintenir, malgré un environnement de travail excessivement contraint, le principe d’interventions archéologiques ponctuelles aussi souvent que nécessaire :

  • dans les bâtiments, l’objectif assigné consistait à relever les informations mises au jour au fur et à mesure du déroulement des travaux, et de documenter, aussi précisément que possible, les dispositions anciennes dont la réalisation du projet entraînait des modifications conséquentes voire la disparition ;

  • dans la cour, il s’agissait de maintenir une “réserve archéologique” et d’anticiper les terrassements nécessités, en particulier, par l’enfouissement des multiples réseaux générés par le nouvel aménagement, pour repérer le niveau des vestiges enfouis afin d’éviter toute atteinte à leur encontre.

« Ces principes étant admis, il restait à trouver le cadre légal et pragmatique de leur mise en œuvre. Ainsi pas moins de cinq autorisations d’opérations archéologiques ont été délivrées au vu des différents dossiers de réalisation soumis à la DRAC, pour bien préciser la nature et l’ampleur de l’intervention des archéologues en fonction des lieux et des aménagements projetés :

  • surveillance de travaux, relevés et sondages ponctuels dans les corps de bâtiment ouest et les douves ;

  • sondages étendus dans la cour, la tour du Port et la cour attenante, sur la rue Prémion et sur l’emprise du pont de Secours ;

  • sondages et relevés systématiques dans la Conciergerie et le Vieux Donjon.

« Par ailleurs, il était inadmissible, du point de vue de la cohérence scientifique, de ne pas avoir un seul et même intervenant sur l’ensemble des tranches de travaux, certes administrativement et financièrement fractionnés, mais correspondant à un même projet et à un site unique. La prérogative de désignation du responsable scientifique, qui incombe à l’État, a permis de contourner cet éventuel écueil.

« C’est donc une même équipe mise en place par l’Inrap (deux archéologues, Jérôme Pascal responsable d’opération et Nicolas Bonnin, assistés, en tant que de besoin, par un topographe, Pierrick Leblanc) qui a accompagné tout le déroulement du chantier à partir de fin 2003. Cette présence des mêmes archéologues sur le long terme a permis de suivre les travaux d’aménagement du gros œuvre au jour le jour et d’instaurer une excellente concertation avec les autres intervenants. Ceci a permis une grande réactivité face aux divers aléas du chantier et a conduit in fine à une préservation quasi-intégrale des vestiges architecturaux repérés sous la cour, certes au prix de nombreuses modifications du plan des réseaux.

« Pourtant, la réalisation des sondages archéologiques en même temps que les travaux d’aménagement, alors que les canalisations desservant le château sont maintenues en service et que sont stockés, dans la cour, cabanes de chantier, matériaux d’approvisionnement et déblais issus des terrassements, a singulièrement compliqué la tâche et strictement limité la marge de manœuvre des archéologues et la portée de leurs investigations.

« Malgré tout, les résultats concernent l’ensemble du monument.

« Dans la cour d’honneur, le report précis des maçonneries observées sur le plan topographique dessine les contours nord et sud du “vieux château”, séparés par la muraille gallo-romaine. Il s’agit du plan de l’état ultime d’un ensemble plusieurs fois remanié et finalement démoli en 1466 sur ordre du duc François II. Dans les secteurs les mieux conservés, les murs apparaissent à moins de cinquante centimètres sous le sol actuel de la cour, ce qui correspond à un arasement des bâtiments quasiment au niveau de l’étage. De ce fait, les niveaux de circulation de cette phase ancienne n’ont été qu’exceptionnellement atteints. Enfin, les “blancs” sur le plan correspondent soit à des secteurs peu ou pas affectés par les travaux (nord-est et est), soit à des zones où les vestiges étaient trop profondément enfouis ou trop dégradés pour être atteints dans le cadre imparti (sud et sud-ouest).

« Dans la tour du Port et sa cour attenante, la totalité de la surface disponible a été décapée, confirmant l’intérêt et le parfait état de conservation du système complexe de sous-sols et de défenses basses déjà aperçu en 1995.

« Dans “l’ensemble ouest”, les sondages et les relevés réalisés dans les caves affectées par des aménagements lourds, et les observations ponctuelles réalisées dans le reste des élévations ont permis de préciser nombre de détails dans l’agencement et la chronologie des constructions.

« Dans l’ensemble constitué par le Vieux Donjon, la Conciergerie et le bastion Saint-Pierre, secteur relativement indépendant des autres bâtiments, où les travaux d’aménagements ont démarré plus tard, il a été possible d’accompagner les sondages de relevés topographiques et photographiques des maçonneries anciennes avant et après piquetage des enduits. Cela a permis de mettre en évidence les multiples remplois de constructions antérieures (tour et muraille gallo-romaines, courtine du “vieux château”) dans les bâtiments actuels et leurs modifications successives depuis la fin du xve siècle.

« Dans la zone du pont de Secours et de la rue Prémion, plusieurs interventions ont permis de dégager la totalité des soubassements du pont, y compris la culée nord et son raccord avec la contrescarpe ancienne, et ont ainsi fourni un premier aperçu de la topographie du site avant les travaux de la fin du xve siècle.

  • 5 Cette synthèse que Bernard appelait de ses vœux est parue en 2016 : Guillet Bertrand, Arm (...)

« À l’heure du bilan, et alors que les vestiges archéologiques sont scellés, pour au moins une génération, sous un aménagement flambant neuf, rassurons les esprits chagrins. Aussi imparfaite que puisse apparaître cette intervention, et en dépit des conditions de travail difficiles, contraignantes voire inadaptées, il est indubitable qu’elle a renouvelé considérablement nos connaissances sur le château de la Tour-Neuve et qu’elle apporte une foule de détails propres à alimenter, pendant plusieurs années, la réflexion sur l’évolution topographique du site depuis le Bas-Empire. Les autres intervenants auront sans doute trouvé l’équipe archéologique peu encline à fournir “à chaud” des explications sur certaines dispositions du bâti ou pour aider au choix d’un parti de restauration. Mais il est déontologiquement difficile pour les archéologues de laisser entériner, dans les restaurations, des hypothèses encore immatures reposant sur des résultats trop partiels en amont d’une synthèse que tous attendent désormais avec impatience. Sa publication, point d’orgue de cette entreprise, devrait compenser la déception des visiteurs de ne pouvoir accéder à tous ces trésors désormais cachés pour longtemps5. »

Figure 7 : Relevé topographique du château de Nantes (Loire-Atlantique)

Figure 7 : Relevé topographique du château de           Nantes (Loire-Atlantique)

Bibliographie de Bernard Mandy

Par Gérard Aubin, conservateur général honoraire du patrimoine.

Cette bibliographie a été réunie avec l’aide de Marie-Odile Mandy, d’Élise Boucharlat, de François Fichet de Clairfontaine ainsi que de plusieurs collègues qui m’ont fourni les précisions sollicitées : qu’ils en soient remerciés. Elle ne mentionne pas les rapports de fouilles remis au service régional de l’archéologie de Rhône-Alpes, ni certains comptes rendus d’activité ronéotés diffusés au sein de l’Association lyonnaise des sites archéologiques médiévaux. En revanche, y figurent quelques chroniques non signées que l’on attribue avec certitude à l’auteur.

Les rapports de fouilles sont consultables au service régional de l’archéologie (Direction régionale des affaires culturelles). Pour Lyon, une liste de 33 titres est fournie par Le Mer Anne-Catherine, Chomer Claire. Lyon, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2007, p. 87-88 (Carte archéologique de la Gaule ; 69-2).

1973

  • [avec Reynaud Jean-François] – « Note pour servir à l’étude de la céramique “à pois” ou “bouletée” », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 117ᵉ année, N. 2, 1973, p. 357-364, 4 pl. (séance du 29 juin 1973).

  • [avec Reynaud Jean-François, Faure Élisabeth] – « Étude archéologique des chapelles castrales de la région lyonnaise : château de Saint-Germain d’Ambérieu, château de Givors », Château-Gaillard : études de Castellologie médiévale, VI (Actes du Colloque international [d’archéologie médiévale] tenu à Venlo, Pays-Bas, 4-9 septembre 1972), Caen, 1973, p. 165-181, 18 fig.

  • [avec Faure Élisabeth] – « Fouille de la chapelle Saint-Gérald à Givors (Rhône) », Archéologia, no 64, 1973, p. 71-72.

  • [avec Bayrou Lucien, Faure Élisabeth, Hoppenot Évelyne, Jacquin Luc] – « Les fouilles d’Ambérieu-en-Bugey dans l’Ain », Archéologia, no 65, 1973, p. 69-71, ill.

1974

  • « Ain. Ambérieu-en-Bugey. Château de Saint-Germain », in Chronique des fouilles médiévales en France, Archéologie médiévale, III-IV, 1974, p. 419 [notice non signée].

1975

  • [avec Faure Élisabeth] – La chapelle Saint-Gérald de Givors (Rhône), campagnes de fouilles de 1971 à 1973, Mémoire de Maîtrise d’histoire de l’art et d’archéologie, Université Lyon 2, 1975, 1 vol. texte 152 p. dact., 1 vol. pl.

  • [avec Reynaud Jean-François, Colardelle Michel, Bailly-Maître Marie-Christine, Faure-Boucharlat Élise, Clermont Magdeleine, Manipoud Bernard] – « Étude d’une céramique régionale : les vases à fond marqué du xie siècle dans la région Rhône-Alpes », Archéologie Médiévale, V, 1975, p. 243-285, 18 pl.

  • [avec Faure Élisabeth] – « Fouilles archéologiques de l’église Saint-Gérald de Givors (Rhône) », L’information d’histoire de l’art, no 3, mai-juin 1975, p. 116-119.

  • « Fouilles du château de Saint-Germain d’Ambérieu », L’Ain, Mémoires et Documents, Bulletin des sociétés savantes de l’Ain, no 2, 1975, p. 31-42.

  • [avec Bonnet Charles, Reynaud Jean-François], « La cinquième campagne de fouilles (1974) au château des Allymes », in Mélanges Antoine Bon, Cahiers René de Lucinge [Association des Amis du château des Allymes], 17-18 ; Paris, diffusion de Boccard, 1975, p. 65-68.

  • [avec Faure Élisabeth] – « Rhône. Givors. Château Saint-Gérald », in Chronique des fouilles médiévales en France, Archéologie médiévale, V, 1975, p. 511 [notice non signée].

  • « Ain. Ambérieu-en-Bugey. Château de Saint-Germain », in Chronique des fouilles médiévales en France, Archéologie médiévale, V, 1975, p. 511-512 [notice non signée].

1976

  • « Ain. Ambérieu-en-Bugey. Château de Saint-Germain », in Chronique des fouilles médiévales en France, Archéologie médiévale, VI, 1976, p. 368-369.

  • « La “barbacane” des Allymes. Étude archéologique », Cahiers René de Lucinge [Association des Amis du château des Allymes], 19, 1975-1976, p. 3-11.

1977

  • « Ain. Ambérieu-en-Bugey. Château de Saint-Germain », in Chronique des fouilles médiévales en France, Archéologie médiévale, VII, 1977, p. 270.

  • « Château des Allymes, rapport de sondages, 1977 », Cahiers René de Lucinge [Association des Amis du château des Allymes], 20, 1977, p. 23-24.

1978

  • « Une chapelle du haut Moyen Âge dans le château de Saint-Germain à Ambérieu-en-Bugey », Cahiers René de Lucinge [Association des Amis du château des Allymes], no 21, 1978, p. 11-19.

  • « Ain. Ambérieu. Chapelle du château », in Chronique des fouilles médiévales en France, Archéologie médiévale, VIII, 1978, p. 282-283.

  • Compte rendu de : Fournier Gabriel 1978 – Le château dans la France médiévale, Paris, Aubier, collection historique, 1978, 297 p., in Cahiers René de Lucinge [Association des Amis du château des Allymes], 21, 1978, p. 39 (non signé).

  • Compte rendu de : Bonnet Charles 1977 – Les premiers édifices de la Madeleine à Genève, Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire et d’archéologie de Genève, t. VIII, Genève, 1977, 224 p., in Cahiers René de Lucinge [Association des Amis du château des Allymes], 21, 1978, p. 40-41 (non signé).

1979

  • « Ain. Ambérieu-en-Bugey. Château des Allymes », in Chronique des fouilles médiévales en France, Archéologie médiévale, IX, 1979, p. 183.

1980

  • « Mottes et topographie historique dans l’Ouest lyonnais », in Colardelle Michel et Reynaud Jean-François – Habitat et société : études d’archéologie médiévale dans la région Rhône-Alpes : 1978-1979, Lyon, CNRS, 1980 (Programme pluriannuel de recherche en sciences humaines dans la région Rhône-Alpes), p. 497-506.

1981

  • Chapelles castrales de la région lyonnaise. Prolégomènes à une étude archéologique des mutations de l’organisation socio-politique à l’époque médiévale dans la région lyonnaise, Thèse pour le doctorat de 3e cycle : Hist. de l’art, Lyon 2, 1981, Vol. I, texte, iv-259 p. ; vol. II, 105 p. de pl.

  • « Le château des Allymes à Ambérieu-en-Bugey (Ain) », in Colardelle Michel, Reynaud Jean-François (dir.) – Des Burgondes à Bayard, mille ans de moyen âge : Exposition itinérante, Grenoble, Lyon, Genève, Valence, Paris, Chambéry, Annecy, Bourg-en-Bresse, 1981-1984, Grenoble, Centre d’Archéologie Historique des Musées de Grenoble et de l’Isère, 1981, p. 163-164 (notice 412).

  • « Plan : la chapelle castrale de Saint-Germain-d’Ambérieu (Ain) », in Colardelle Michel, Reynaud Jean-François (dir.) – Des Burgondes à Bayard, mille ans de moyen-âge : Exposition itinérante, Grenoble, Lyon, Genève, Valence, Paris, Chambéry, Annecy, Bourg-en-Bresse, 1981-1984, Grenoble, Centre d’Archéologie Historique des Musées de Grenoble et de l’Isère, 1981, p. 174-175 (notice 446).

1982

  • « Origine et évolution du château de Saint-Germain à Ambérieu-en-Bugey (Ain) », in Urbanisme et architecture en Savoie. Actes du XXVIIe congrès des Sociétés Savantes de la Savoie, Thonon-les-Bains, 1978, Thonon-les-Bains : Académie chablaisienne, 1982, p. 115-124, fig. 1-4.

  • [avec Lasfargues Jacques] – « Bilan de deux ans de fouilles dans le clos du Verbe Incarné à Lyon » [Résumé d’une conférence à la Société lyonnaise des Études anciennes, le 20 décembre 1980] in Cahiers d’Histoire [éditeur : comité historique de Centre-Est ; Éditions Horvath, Roanne], XXVII, 1982, p. 171-172.

  • « Lyon : la propriété du Verbe Incarné » in Informations archéologiques : Rhône-Alpes, Gallia, 40-2, 1982, p. 411-414, fig. 16-19.

1983

  • « Lyon/Rhône. Le quartier antique du Verbe Incarné », Dossiers Histoire et Archéologie (Rhône-Alpes, carrefour privilégié de l’archéologie), no 78, novembre 1983, p. 23-26.

1984

  • « Le Verbe Incarné à Fourvière », in Archéologie en Rhône-Alpes. Protohistoire et monde gallo-romain. Dix ans de recherches, catalogue de l’exposition réalisée à l’occasion du IIe Congrès d’archéologie méridionale, Musée de la Civilisation gallo-romaine, Lyon 4 novembre 1983-29 janvier 1984, Lyon, Ministère de la Culture/Direction régionale des Antiquités historiques/Ville de Lyon, 1984, p. 127-137.

1985

  • [avec André Pierre, Jacquin Luc] – « La presqu’île lyonnaise : proposition d’analyse du tissu urbain », in Art et Archéologie dans l’Ain et Rhône-Alpes, [Cahiers René de Lucinge, Ambérieu-en-Bugey : Association des Amis du Château des Allymes], no 1, avril 1985, p. 41-50.

  • « Une politique préventive » [dans une notice consacrée à Lyon et son patrimoine] in Archéologie et Projet urbain, catalogue de l’exposition, Paris, Lille, Rome, [etc.], 1985-1987), Rome : De Luca, 1985, p. 152-153.

  • [avec Lasfargues Jacques, Le Bot Anne, Villedieu Françoise] – « Història urbana i arqueologia preventiva : les experiències de la regió Rhône-Alpes », Cota Zero. Rivista d’arqueologia i ciència [Université de Vic, Catalogne], I, 1985, p. 35-42 [la participation de Bernard Mandy concerne “El laboratori de Lyon” (p. 39-41)].

1986

  • « La chapelle Saint Cyprien, l’un des premiers jalons de la chrétienté à Anse (Rhône) – 2e partie – Historique », Académie de Villefranche-en-Beaujolais. Bulletin 1985-86, p. 66-68.

  • [avec Leyge François] – « Un ensemble de verreries augustéennes au Verbe Incarné à Lyon », Art et archéologie en Rhône-Alpes, [Cahiers René de Lucinge, études archéologiques, historiques et littéraires des pays de l’Ain, Ambérieu-en-Bugey : Association des Amis du Château des Allymes], no 2, 1986, p. 3-18, pl. I-VI.

  • « Une fontaine publique dans le Clos du Verbe Incarné à Lyon », L’Araire [Lyon, Groupe de recherche sur l’histoire et le folklore de l’Ouest lyonnais], 66, automne 1986 (no sur les aqueducs romains de Lyon), p. 87-93.

1987

  • [avec Genin Martine, Godard Catherine, Krausz Sophie, Sandoz Gérard, Thirion Philippe] – « Un réseau de fossés défensifs aux origines de Lyon », Gallia, 45, 1987-1988. p. 49-66, 14 fig.

  • « Enregistrement et exploitation des données de fouilles à Lyon », in Randoin Bernard (ed.) – Enregistrement des données de fouilles urbaines. Première partie, Tours, Ministère de la Culture/Centre national d’archéologie urbaine, 1987, p. 26-36, fig. 12a-19b.

  • « Le forum de Lyon : état de la question », in Los foros romanos de las provincias occidentales. Actes du colloque de Valencia, 27-31 de enero de 1986, Madrid, Ministerio de Cultura, Dirección General de Bellas Artes y Archivos, 1987, p. 179-183.

1988

  • « Lyon : Clos du Verbe Incarné », in Randoin Bernard, Segura Monique (ed.) – Fouille, enregistrement et analyses des fossés et de leur comblement en milieu urbain. Journées d’études tenues à Tours les 26 et 27 avril 1988, Centre National d’Archéologie Urbaine, Institut du Patrimoine, Tours, Ministère de la culture, Centre national d’archéologie urbaine, 1988, p. 49-56.

1989

  • « Découverte d’un lot d’amphores républicaines à Lyon », in Amphores romaines et histoire économique. Dix ans de recherche. Actes du colloque de Sienne (22-24 mai 1986), Rome, École Française de Rome, 1989, p. 602-603. (Publications de l’École française de Rome, 114).

  • [avec Godard Catherine, Sandoz Gérard, Krausz Sophie, Genin Martine, Thirion Philippe, Picon Maurice, Monin Michèle] – « Les fossés du plateau de la Sarra », in Goudineau Christian (dir.) et Mandy Bernard (coll.) – Aux origines de Lyon, Lyon, Circonscription des Antiquités historiques, 1989, p. 37-94, fig. 15-56 (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 2 ; série lyonnaise, 1).

  • [avec Hernandez Emilia, Mar Ricardo] – « Lyon : plaidoyer pour de nouvelles recherches », Dossiers Histoire et Archéologie (Les théâtres de la Gaule romaine), no 134, janvier 1989, p. 30-35, ill.

1990

  • [avec Monin Michèle, Krausz Sophie] – « L’ hôpital Sainte-Croix à Lyon. Un quatrième fossé… », Gallia, 47-1, 1990, p. 79-96, 18 fig., 3 tabl. et p. 97-102, 5 tabl.

  • « Alençon, les Grouas », in Empreintes. L’Orne archéologique, [Catalogue d’exposition, Musées de Saint-Cyr-la-Rosière, Sées, Alençon, juin-décembre 1990], [Saint-Cyr-la-Rosière] : Musée départemental des arts et traditions populaires du Perche, 1990, p. 47-49.

  • « Perspectives », in Empreintes. L’Orne archéologique, [Catalogue d’exposition, Musées de Saint-Cyr-la-Rosière, Sées, Alençon, juin-décembre 1990], Saint-Cyr-la-Rosière, Musée départemental des arts et traditions populaires du Perche, 1990, p. 106-107.

1991

  • [avec Desbat Armand] – « Le développement de Lyon à l’époque augustéenne : l’apport des fouilles récentes », in Goudineau Christian, Rebourg Alain (éd.) – ‎‎Les villes augustéennes de Gaule. Actes du colloque international d’Autun, 6, 7 et 8 juin 1985, Autun, Société éduenne des Lettres, Sciences et Arts/Ville d’Autun, 1991, p. 79-97, 15 fig.

1992

  • « Sanctuaires castraux : de l’utilitaire à l’ostentatoire », in Poisson Jean-Michel (dir.) – Le Château médiéval, forteresse habitée (xie-xvie s.). Archéologie et histoire : perspectives de la recherche en Rhône-Alpes. Actes du colloque de Lyon (avril 1988), Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’Homme, 1992, p. 79-82, fig. 53-55 (Documents d’archéologie française ; 32).

  • « Du terrain vague au lieu de mémoire », in Le square des thermes de l’hôpital de Lisieux, Lisieux, Mairie de Lisieux, Service Culturel, 1992, p. 7-8.

  • [« Préface »], in Poutiers Jean-Christian (dir.) – De l’Angelot d’or à Saint-Michel : le Cotentin à l’époque de la guerre de Cent Ans. Catalogue de l’exposition réalisée au Centre culturel de Saint-Pierre-et-Miquelon du 14 au 25 avril 1992, Saint-Pierre, Centre culturel de Saint-Pierre, 1992, p. 9-11.

  • « Bilan et orientations de la recherche archéologique », in Bilan scientifique 1991, Caen, Ministère de la culture et de la communication/Drac Basse-Normandie, 1992, p. 7-8.

1993

  • « Bilan et orientations de la recherche archéologique », in Bilan scientifique de la région Basse-Normandie 1992, Caen, Ministère de la Culture et de la francophonie/Drac Basse-Normandie, 1993, p. 7-9.

1994

  • « Du conflit à la concertation à Caen », in Archéologues et aménageurs, Lyon, CERTU (Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques), 1994, p. 42-47.

  • Compte rendu de : Fellmann Rudolf, 1992 – La Suisse gallo-romaine, cinq siècles d’histoire, Lausanne, Payot, 1992, 470 p., in Revue archéologique de l’Ouest, 11, 1994, p. 220-222.

  • « Bilan et orientations de la recherche archéologique », in Bilan scientifique de la région Basse-Normandie 1993, Caen, Ministère de la culture et de la francophonie/Drac Basse-Normandie, 1994, p. 7-8.

  • « Basse-Normandie », in Guide des musées archéologiques de France, Dijon, Éditions Faton, 1994, p. 212-213.

  • « Les origines », « La ville à l’époque romaine », in Lisieux avant l’An Mil. Essai de reconstitution. Exposition, du 25 juin au 29 août 1994/[organisée par les] Musées de la ville de Lisieux, Lisieux : Musées de la ville de Lisieux, 1994, p. 16-17 et 26-29.

1995

  • « Ambérieu-en-Bugey, Chapelle Saint-Germain d’Ambérieu », in Duval Noël (dir.) – Les premiers monuments chrétiens de la France, 1. Sud-Est et Corse, Paris, Picard/Ministère de la Culture et de la Francophonie, 1995, p. 196-199.

  • « Bilan et orientations de la recherche archéologique », in Bilan scientifique de la région Basse-Normandie 1994, Caen, Ministère de la Culture/Drac Basse-Normandie, 1995, p. 7-9.

1996

  • « Le patrimoine archéologique en milieu urbain : de la contrainte patrimoniale à la prise en compte de la connaissance (Le Mans, Angers, Rezé) », in Actes des Assises du patrimoine du Grand Ouest, Nantes, 15-16 février 1996. Nantes, [Association] Nantes Renaissance, Ville de Nantes, 1996, p. 26-30.

  • « L’évolution des missions des archéologues », Cultures, journal du personnel du ministère de la culture, no 51, septembre-octobre 1996, p. 12 [concerne l’archéologie du bâti et le château de Mayenne].

1997

  • « Introduction », in Terres cuites gallo-romaines en pays cénoman [Catalogue de l’exposition réalisée à l’occasion du congrès de la Société française d’étude de la céramique antique en Gaule (SFECAG), Le Mans 1997], Le Mans : Musées du Mans, 1997, p. II-III.

  • « Bilan et orientations de la recherche archéologique », in Bilan scientifique de la région Pays de la Loire 1995, Nantes, Ministère de la Culture/Drac Pays de la Loire, 1997, p. 7-8.

1998

  • « Bilan et orientations de la recherche archéologique », in Bilan scientifique de la région Pays de la Loire 1996, Nantes, Ministère de la Culture/Drac Pays de la Loire, 1998, p. 7-8.

1999

  • Compte rendu de : Chardron-Picault P. et Pernot M. (dir.), 1999 – Un quartier antique d’artisanat métallurgique à Autun, le site du lycée militaire (Saône-et-Loire), Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1999, 320 p., in Revue archéologique de l’Ouest, 16, 1999, p. 256.

  • « Bilan et orientations de la recherche archéologique », in Bilan scientifique de la région Pays de la Loire 1997, Nantes, Ministère de la Culture/Drac Pays de la Loire, 1999, p. 7-8.

  • [« Préface »], in L’Archéologie du fer. Découvertes paléométallurgiques sur le tracé de l’A28, Rezé, BMultiMédia/Ministère de la culture et de la communication, Drac Pays de la Loire/Cofiroute/Afan/Conseil général de la Sarthe, 1999, 1 CD-Rom (version Mac et PC) [Le texte de la préface est imprimé sur la jaquette].

2003

  • [avec Saulce Anne de] (dir.) – Les marges de l’Armorique à l’âge du Fer. Archéologie et Histoire : culture matérielle et sources écrites. Actes du XXIIIe colloque de l’Association française pour l’étude de l’âge du Fer (Musée Dobrée, Nantes, 13-16 mai 1999), Rennes, Association pour la diffusion des recherches archéologiques dans l’ouest de la France, 2003, 418 p. (Revue archéologique de l’Ouest : Supplément ; 10).

  • « Préface », in Mandy Bernard, Saulce Anne de (dir.) – Les marges de l’Armorique à l’âge du Fer. Archéologie et Histoire : culture matérielle et sources écrites. Actes du XXIIIe colloque de l’Association française pour l’étude de l’âge du Fer (Musée Dobrée, Nantes, 13-16 mai 1999), Rennes, Association pour la diffusion des recherches archéologiques dans l’ouest de la France, 2003, p. 9-10 (Revue archéologique de l’Ouest : Supplément ; 10).

2005

  • « Résultats scientifiques significatifs : Moyen Âge », in Bilan scientifique de la région Pays de la Loire 2001, Nantes, Ministère de la culture et de la communication/Drac Pays de la Loire, 2005, p. 11.

2007

  • [avec Bourgeau Laurent] – « Préface » in Archéologies en Loire, Aesturia, cultures et développement durable, 12, 2007, p. 7-8.

  • « Les interventions archéologiques », in Château des ducs de Bretagne. Musée d’histoire de Nantes, Nantes, Château des ducs de Bretagne, Musée d’histoire de Nantes, 2007, p. 50-55.

  • [avec Saulce Anne de, Simon-Millot Rolande] – « Résultats scientifiques significatifs », in Bilan scientifique de la région Pays de la Loire 2002, Nantes, Ministère de la Culture et de la Communication/Drac Pays de la Loire, 2007, p. 7-9.

2010

  • « Préface », in Chevet Pierre (dir.) – Un quartier d’Angers. De la fin de l’âge du Fer à la fin du Moyen Âge. Les fouilles du Musée des Beaux-Arts, (1999-2001), Rennes, PUR, coll. « Archéologie & Culture », 2010, p. 13-14.

2013

  • « L’archéologie dans les Monuments historiques, une étude de cas : les châteaux médiévaux des Pays de la Loire », in Reveyron Nicolas, Puel Olivia, Gaillard Charlotte (dir.) – Architecture, décor, organisation de l’espace. Les enjeux de l’archéologie médiévale. Mélanges d’archéologie et d’histoire de l’art du Moyen Âge offerts à Jean-François Reynaud, Lyon, Alpara/Maison de l’Orient et de la Méditerranée – Jean Pouilloux, Université Lumière Lyon 2, CNRS, 2013, p. 233-241, fig. 1-6 et p. 296-297, fig. coul. 51-52 (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne ; 38).

  • « L’ancêtre de l’hippodrome : le cirque en Gaule romaine », in Le cheval et ses patrimoines [2013]. [En ligne],consulté le 28 octobre 2016. URL : http://www.cheval.culture.fr

  • Sur ce site, on consultera : Grenet Sylvie, Tayeb Martine, « Le cheval & ses patrimoines », In Situ [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 2 novembre 2015, consulté le 28 octobre 2016. URL : http://insitu.revues.org/​12025; DOI : 10.4000/insitu.12025

2014

  • [avec Boucharlat Élise] – Enquête sur les revues d’archéologie du territoire national : les revues interrégionales : 2007-2012. Complément à l’enquête publiée en 2007. [Paris] : Ministère de la Culture et de la Communication, Direction générale des patrimoines – sous direction de l’archéologie, mars 2014, 36 p. [En ligne], consulté le 29 octobre 2016. URL : http://www.culturecommunication.gouv.fr/​Politiques-ministerielles/​Archeologie/​Ressources/​Etudes-rapports

  • [avec Aubin Gérard], (ed.) – L’archéologie préventive : une démarche responsable. Actes des Rencontres autour de l’archéologie préventive, 21-22 novembre 2012, Grand auditorium de la Bibliothèque nationale de France, Quai François-Mauriac – 75013 Paris, [Paris], Ministère de la Culture et de la Communication, Direction générale des patrimoines – sous direction de l’archéologie, 2014, 237 p., ill. en coul.

2015

  • Compte rendu de : Chaix V., 2011 – Les églises romanes de Normandie, formes et fonctions, Paris : Picard, 2011, 360 p., in Revue archéologique de l’Ouest, 32, 2015, p. 455.

Notes

1 Par ailleurs, un hommage a été prononcé devant le Conseil national de la recherche archéologique par François Fichet de Clairfontaine, inspecteur général de l’archéologie, le 30 avril 2016. Ce texte est inséré au procès-verbal de cette séance.

2 Ce travail a été réalisé dans le prolongement des différentes campagnes archéologiques menées sur le site par Ann Dodd-Opritesco.

3 Litoux Emmanuel et Cron Éric (dir.), 2010 – Le château et la citadelle de Saumur. Architectures du pouvoir, Paris, éd. Société française d’archéologie, 2010, 226 p. (suppl. Bulletin monumental, 3).

4 Avec l’aimable autorisation de Bertrand Guillet, directeur du musée d’histoire de Nantes – château des ducs de Bretagne. Je remercie Jérôme Pascal de m’avoir fourni le relevé topographique du château qui accompagnait le texte. Le même livret contient un article de J. Pascal et al. sur les chantiers archéologiques (p. 56-63). Le plan du château a aussi été publié dans Pascal Jérôme, « La tour philippienne du château de Nantes, Archéopages, 20, 2007, p. 80-81.

5 Cette synthèse que Bernard appelait de ses vœux est parue en 2016 : Guillet Bertrand, Armide Aurélien (dir.) – Le château des ducs de Bretagne. Entre grandeur et renouveau. Huit siècles d’histoire, Rennes, PUR, 2016, 624 p. [note de G.A.]

Haut de page