Navigation – Plan du site

Enclos funéraires, établissement rural et parcellaire protohistoriques du site des Motettes à Angles (Vendée)

Funerary enclosures, rural establishment and land dividing rural system of the protohistorical period in Les Motettes at Angles (Vendée)
Grabeinhegungen, ländliche Siedlung und vorgeschichtliches Flursystem des Fundplatzes von “Les Mottetes“ bei Angles (Vendée)
Antoine Nadeau et Laurence Le Clézio
p. 109-138

Résumés

Deux fouilles préventives conduites en 2011 sur la Zone d’Activité des Motettes à Angles (Vendée) révèlent un petit ensemble funéraire daté entre la fin de l’âge du Bronze et le premier âge du Fer, ainsi qu’un habitat enclos du second âge du Fer. Ces vestiges localisés à l’extrémité sud-ouest de la plaine de Vendée se caractérisent par leur diversité formelle et par un aménagement singulier, l’entrée parementée du petit établissement rural laténien.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Localisée au sud du département de la Vendée, la commune d’Angles est implantée à environ trente kilomètres au sud de La Roche-sur-Yon et à trente kilomètres au sud-est des Sables d’Olonne. Le lieu-dit Les Motettes est situé à la périphérie nord de l’agglomération, contre le flanc et le sommet d’un versant à faible pente qui culmine à 21 m NGF. Le projet d’extension d’une zone artisanale a donné lieu à un diagnostic, lequel a permis de détecter deux indices de sites composés d’ensembles fossoyés (Vialet et Collard, 2004). Distants d’une centaine de mètres, ceux-ci apparaissent au nord-est (ensemble 1) et au nord-ouest (ensemble 2) de l’emprise. Le premier forme une aire à caractère funéraire ou cérémoniel datée du premier âge du Fer, le second correspond à un établissement rural laténien. Deux fouilles préventives menées en 2011 sur des surfaces de 2 807 et 4 533 mètres carrés ont permis de préciser leur nature et leur chronologie, révélant ainsi l’évolution de ce site au cours des âges du Fer (Le Clézio et Gouzon, 2013 ; Nadeau et Tendron, 2012).

2. Présentation du site

Le cadre naturel

2Le site des Motettes occupe un relief adouci situé près de l’extrémité sud-ouest de la plaine de Vendée, à moins d’un kilomètre au nord du Marais poitevin (fig. 1). Il s’inscrit dans un paysage réputé fertile et au relief peu prononcé.

Figure 1 : Localisation du site / Location of the site

Figure 1 : Localisation du site / Location of the site

source carte IGN au 1/25 000 1328 OT ; mise au net : A. Nadeau

3Ses sols se sont développés sur les limons würmiens, non calcaires, et qui divergent ainsi de la majorité des sols du plateau vendéen formés d’une argile rouge provenant de la « décalcification au Quaternaire [du] socle calcaire par les eaux de ruissèlement » (Watteaux, 2009, p. 117.). Le substrat rocheux s’apparente à du calcaire bathonien. Ces niveaux naturels offrent un pendage N-S conforme à la topographie générale du versant. Par endroit, du limon jaune remanié par les travaux agricoles recouvre cet ensemble. Il est à son tour scellé par un maigre horizon de terre végétale. Peu important, l’enfouissement des vestiges varie en moyenne de 0,30 à 0,40 mètre mais atteint près de 0,70 mètre au sud-ouest, en contrebas de la pente. Il en découle une importante érosion des structures archéologiques.

Contexte archéologique

4Plusieurs sites protohistoriques sont répertoriés dans la commune d’Angles, auxquels s’ajoutent quelques occurrences de découvertes anciennes. La fréquentation de ce territoire remonterait au Paléolithique, la zone comprise entre Le Moulin de Moricq et Angles ayant livré du mobilier lithique de cette période. Une station du Néolithique récent a été reconnue par É. Bocquier à La Laiterie (Poissonnier, 1997, p. 32-33) et une enceinte datée de la civilisation des Matignons ou de Peu-Richard a été mise au jour aux Champs Gats lors d’un diagnostic archéologique (Doyen, 2006).

  • 1 Il ne reste de ce dépôt qu’un seul moule conservé au musée vendéen de Fontenay-le-Comte (...)

5L’âge du Bronze final est attesté par la découverte au xixsiècle au Fief de la Ville d’Angles de sept haches et de trois moules de hache à ailerons1. À 1,4 kilomètre des Motettes, un établissement rural de La Tène finale a été révélé par une fouille préventive menée au lieu-dit Le Cimetière aux Chiens (Nillesse, 2010).

6Par ailleurs, deux indices de sites supposés protohistoriques sont issus de prospections aériennes. Le lieu-dit Les Fredonnières présente deux enclos rectangulaires inscrits l’un dans l’autre et marqués par des subdivisions internes, tandis qu’un enclos circulaire et une structure ovale ouverte avec des fossés internes recoupant d’autres axes sont signalés au Terrier de la Grue (Peridy, 1999).

Le Sud Vendée de l’âge du Bronze à la période de La Tène

7Délimitée au nord par le Bas-Bocage (massif ancien) et à l’ouest par le littoral atlantique, la plaine de Vendée est prolongée à l’est par celle de Niort-Brioux, avec laquelle elle formait dans l’Antiquité un « tout […] qui bordait, au nord, le vaste golfe marécageux installé dans la dépression oxfordienne » (Hiernard et Simon-Hiernard, 1996, p. 72-73).

8La mise en valeur de cette plaine est initiée, semble-t-il, dès le Néolithique et elle s’intensifie aux époques gauloises et romaines (Bernard, 1996, p. 54). Diverses découvertes isolées relèvent de l’âge du Bronze et du premier âge du Fer ; il en va de même, sans doute, pour un nombre important de cercles fossoyés à vocation funéraire ou cultuelle, détectés en prospection. En 2002, l’archéologue départemental Émile Bernard dénombrait ainsi sur des clichés aériens « près de 250 enclos curvilignes et 30 enclos complexes » (Bernard, 2002, p. 78).

9Pour les périodes de l’âge du Bronze final et du premier âge du Fer, les sites ou indices de site répertoriés dans les communes avoisinantes confirment la densité d’occupation de ce territoire, mais ils sont souvent peu documentés. Au Bernard, à 4,5 kilomètres au nord-ouest d’Angles, B. Fillon a signalé vers 1840 la découverte d’une nécropole à incinération « près du prieuré de Fontaine, non loin du Troussepoil ». Près de là, à Longeville-sur-Mer, un site funéraire et cultuel du viiie siècle av. J.-C. est inscrit dans un quadrilatère délimité par un talus. Quatre vases funéraires, datés par analyses radiocarbones de 660 ± 110 av. J.-C., y ont été mis au jour. À trois cents mètres de là, une fosse contenant de la céramique de cette même époque a été reconnue en 1973. À cinq cents mètres de la plage du Rocher, R. Joussaume a dégagé en 1975 les fondations d’un « édicule en bois » de forme trapézoïdale, interprété comme un coffre funéraire (Cros et Joussaume, 1994). En 1983, associé à P. Samanos, il a découvert à proximité trois incinérations et des fragments de céramiques (Joussaume et Samanos, 1984). D’autres tessons de céramiques du premier âge du Fer proviennent de la commune de La Tranche-sur-Mer (à six kilomètres au sud d’Angles), de même qu’un potentiel site d’habitat daté de 790-400 et localisé sur la plage, au lieu-dit La Pointe Grouin du Cou.

10Sur l’ensemble du territoire étudié, le développement des opérations archéologiques depuis le début des années 1990 y confirme un nombre élevé de sites datés des premiers siècles avant notre ère, parfois mis au jour sur de vastes superficies comme aux Genâts, Natteries ou à La Chapellière (Nillesse, 1994, 2007b et Nillesse et al., 2012). En l’état actuel de la documentation, la répartition géographique de ce type d’habitat n’est pas uniforme. Une forte concentration de sites apparaît sur le pourtour du Marais poitevin, entre Sainte-Hermine (Vendée) et Puyraveau (Deux-Sèvres), tandis que l’occupation est plus diffuse au nord et à l’est. Cette disparité s’explique en partie par une meilleure documentation de la plaine liée à la multiplication des opérations d’archéologie préventive, notamment dans le cadre des grands travaux autoroutiers. En outre, le littoral à l’ouest connaît une occupation intense dès le premier âge du Fer, notamment entre Jard-sur-Mer et La Tranche-sur-Mer (Pautreau, 1996a, p. 43).

3. Une occupation funéraire ou cultuelle du premier âge du Fer

11D’une superficie de 2 807 mètres carrés, l’ensemble 1 présente « une dominante de vestiges à vocation funéraire et/ou cultuelle attribués sans précision entre le Bronze ancien et le second âge du Fer » (Viallet et Collard, 2004a, p. 9). Sur les 206 entités observées, seules douze ont pu être reliées à des activités anthropiques protohistoriques et antiques, les 194 autres matérialisant de probables haies paysagères (traces de racines) délimitant des parcelles cadastrales récentes (fig. 2). L’intérêt de ce site réside principalement dans la multiplicité des formes d’enclos fossoyés. D’autres structures, tels que des fosses, des trous de poteau isolés et deux fossés de parcellaire interrompus, complètent cet ensemble.

Figure 2 : Plan du site / Plan of the site

Figure 2 : Plan du site / Plan of the site

DAO : F. Lecendrier ; mise au net : L. Le Clézio

Description des enclos

L’enclos circulaire 142

12Localisé au sud de l’emprise, l’enclos circulaire 142 mesure 10,5 mètres de diamètre externe pour 86 mètres carrés et 6,6 mètre de diamètre interne pour 34 mètres carrés. Le creusement de son fossé oscille entre 1,4 et 2,4 mètres de large pour 0,20 à 1,12 mètre de profondeur. Son profil est irrégulier, majoritairement en « V », à fond plat ou en cuvette et à parois souvent droites en fond de structure et évasées en surface. Le creusement est peu marqué au nord et augmente progressivement vers le N-E, jusqu’à atteindre une profondeur maximale qui sera conservée sur le reste de son tracé (fig. 3 et 4). Creusé en partie haute dans l’argile rouge, il atteint rapidement le substrat calcaire bathonien.

Figure 3 : Plan et coupes de l’enclos circulaire 142 / Plan and profile of the circular enclosure 142

Figure 3 : Plan et coupes de l’enclos             circulaire 142 / Plan and profile of the             circular enclosure 142

DAO : F. Lecendrier ; Dessins et mise au net : G. Gouzon et L. Le Clézio

Figure 4 : Photographie de l’enclos circulaire 142 après ouverture à 100 % / Photo of the circular enclosure 142, after complete excavation

Figure 4 : Photographie de l’enclos             circulaire 142 après ouverture à 100 % / Photo             of the circular enclosure 142, after complete excavation

Cliché : G. Gouzon.

13Ce fossé semble avoir fonctionné en mode ouvert, comme l’indiquent notamment sa forme évasée secondaire et sa dynamique de remplissage (Baranger, 2009, p. 104). Cette dernière présente une évolution classique en trois phases (Langohr, 2000), à savoir l’érosion naturelle des parois subverticales jusqu’à la stabilisation de la pente à une inclinaison de 30 degrés, l’abandon puis la stabilisation végétale corrélée à la formation d’horizons humifères et enfin le comblement complet. Marqués par un pendage organisé depuis l’intérieur de l’enclos, certains dépôts pourraient résulter de l’effondrement d’un tertre central. Seules quelques rares pierres calcaires ont été retrouvées dans ces comblements. Trop peu nombreuses, elles n’ont probablement pas été utilisées dans la construction d’un tertre ou pour d’autres aménagements situés à proximité.

  • 2 Dans cet ouvrage, figure la formule suivante : Vfmoy=(Pfmoy x Lfmoy) x Cmoy (Vfmoy = Vo (...)

14La nature de ce tertre, simple bourrelet de terre ou véritable monticule, n’a pu être définie. À titre indicatif, un calcul moyen des terres extraites du fossé, fondé sur les travaux d’A. Baranger (Baranger, 2009, p. 105)2, offre une estimation comprise entre 28 et 57 mètres cubes. Cette valeur demeure imprécise car elle n’intègre pas l’état d’arasement des structures et l’irrégularité des profils. Elle s’inscrit néanmoins dans une moyenne forte. Sur 42 enclos circulaires intégralement ouverts, la moyenne des terres extraites du fossé est d’environ 33 mètres cubes.

15Le rare mobilier découvert au sein du fossé se rapporte essentiellement à sa dernière phase de comblement. Il inclut notamment des esquilles d’os humains crémés, un fragment de vase tronconique de forme basse à bord légèrement rentrant ainsi que des productions du début du premier âge du Fer qui perdurent sur une longue durée (fig. 5 ; Vialet et Collard, 2004, p. 6 ; Le Clézio et Gouzon, 2013, p. 79-84). L’analyse radiocarbone de charbons de bois (783 à 518 avant J.-C.) date également cette structure du premier âge du Fer.

Figure 5 : Mobilier céramique provenant des structures 148, 120 et 142 / Ceramic found in St 148, 120 and 142

Figure 5 : Mobilier céramique provenant des             structures 148, 120 et 142 / Ceramic found in St             148, 120 and 142

Dessins, DAO et mise au net : S. Giovannacci.

L’enclos en fer à cheval 111

16L’enclos 111 est placé à 1,50 m au N-E du précédent. En forme de fer à cheval, son ouverture est positionnée vers le S-O, orientée vers l’enclos circulaire selon un axe N-E/S-O. Il forme ainsi un arc légèrement outrepassé de 6 mètres de long (dans l’axe de l’ouverture) pour 5 mètres de large (fig. 6 et 7). Il offre un tracé irrégulier et aminci dans sa largeur, notamment au niveau de la courbe de son arc. Son côté N-O est plus massif que son pendant S-E avec 0,2 à 0,4 mètre de large. Très arasé, il est conservé entre 0,04 et 0,24 mètre de profondeur. Installé dans les limons argileux rouges, son creusement est relativement irrégulier et présente des profils variés aux bords évasés et à fond plat ou en cuvette.

Figure 6 : Plan et coupes de l’enclos en fer à cheval 111 / Plan and profile of the horseshoe enclosure 111

Figure 6 : Plan et coupes de l’enclos en             fer à cheval 111 / Plan and profile of the             horseshoe enclosure 111

DAO : F. Lecendrier ; Dessins et mise au net : G. Gouzon et L. Le Clézio

Figure 7 : Photographie de l’enclos en fer à cheval 111 en cours de fouille / Photo of the horseshoe enclosure 111 during excavation

Figure 7 : Photographie de l’enclos en fer             à cheval 111 en cours de fouille / Photo of the             horseshoe enclosure 111 during excavation

Cliché : G. Gouzon.

17La configuration de ce creusement ne permet pas de confirmer la présence d’un tertre ou d’un talus dans l’aire centrale de l’enclos ou à l’extérieur du fossé. Six fragments de céramiques protohistoriques (18 g) proviennent de son unique comblement, constitué d’un limon argileux brun clair, compact et homogène. L’analyse radiocarbone d’un charbon de bois offre une datation comprise entre 780 et 417 avant J.-C., couvrant la période du Hallstatt C à La Tène A. L’imprécision de cette mesure (effet de plateau) ne permet pas de s’assurer de la contemporanéité des deux enclos 111 et 142.

Les enclos quadrangulaires 101 et 205

18L’enclos 101 est localisé dans l’angle N-E de l’emprise. De forme quadrangulaire, il s’inscrit dans un carré d’un peu plus de 5 mètres de côté et est orienté selon un axe N-S (fig. 8 et 9). Ses dimensions externes sont de 5,6 mètres du nord au sud et de 5,2 mètres d’ouest en est, pour une surface d’environ 29 mètres carrés. Ses dimensions internes sont de 4,7 mètres du nord au sud et d’environ 4 mètres d’ouest en est (18,8 mètres carrés). Tous ses angles sont arrondis à l’exception de l’angle S-O qui est recoupé par le fossé 100. Celui-ci est daté de l’Antiquité par des analyses radiocarbone et suit un axe S-E/N-O.

Figure 8 : Plan et coupes de l’enclos quadrangulaire 101 / Plan and profile of the quadrangular enclosure 101

Figure 8 : Plan et coupes de l’enclos             quadrangulaire 101 / Plan and profile of the             quadrangular enclosure 101

DAO : F. Lecendrier ; Dessins et mise au net : G. Gouzon et L. Le Clézio.

Figure 9 : Photographie de l’enclos quadrangulaire 101 en cours de fouille / Photo of the quadrangular enclosure 101 during excavation

Figure 9 : Photographie de l’enclos             quadrangulaire 101 en cours de fouille / Photo             of the quadrangular enclosure 101 during excavation

Cliché : G. Gouzon.

19Le fossé a un profil en cuvette à fond plat. Ses dimensions vont de 0,30 à 0,72 mètre de large pour 0,03 à 0,08 m de profondeur. Le mobilier recueilli au sein de l’unique comblement de cette structure, un limon fin brun gris compact et homogène, se compose de treize fragments de panses protohistoriques. L’analyse radiocarbone d’un charbon de bois offre une datation allant de 813 à 554 avant J.-C. Il semblerait que cet enclos ait été en fonction entre la fin de l’âge du Bronze final (Hallstatt IIIb) et le milieu du premier âge du Fer (Hallstatt D1).

20L’enclos 205 se situe dans l’angle S-E de l’emprise. Seuls son côté nord et une partie de son côté est ont été conservés (fig. 10 et 11). De forme a priori quadrangulaire aux angles arrondis, il s’inscrirait dans un rectangle d’environ 4 mètres de long, pour 3,5 mètres de large, soit une surface externe d’environ 14 mètres carrés. Ses dimensions internes seraient de 3,25 mètres d’ouest en est et d’environ 2,5 mètres du nord au sud (soit près de 8 mètres carrés).

Figure 10 : Plan et coupes de l’enclos quadrangulaire 205 / Plan and profile of the quadrangular enclosure 205

Figure 10 : Plan et coupes de l’enclos             quadrangulaire 205 / Plan and profile of the             quadrangular enclosure 205

DAO : F. Lecendrier ; Dessins et mise au net : G. Gouzon et L. Le Clézio.

Figure 11 : Photographie de l’enclos quadrangulaire 205 en cours de fouille / Photo of the quadrangular enclosure 205 during excavation

Figure 11 : Photographie de l’enclos             quadrangulaire 205 en cours de fouille / Photo             of the quadrangular enclosure 205 during excavation

Cliché : L. Le Clézio.

21Creusé dans les niveaux de limons argileux rouges à graviers, son fossé mesure entre 0,22 et 0,54 mètre de large pour 0,04 à 0,10 mètre de profondeur. Son profil forme, le plus souvent, une cuvette aux bords évasés. À cela s’ajoute un surcreusement circulaire de 0,50 mètre de diamètre pour 0,12 mètre de profondeur situé à l’extrémité S-E du fossé, où une interruption du fossé ménage un passage de 1 mètre de large. Ce surcreusement s’apparenterait à une fosse d’implantation d’un poteau bordant une entrée. Le fossé a quant à lui été comblé par un limon argileux gris clair, compact et homogène.

22Cette structure est dépourvue de mobilier, mais l’analyse radiocarbone d’un charbon de bois a permis de la dater entre 734 et 398 avant J.-C., soit du premier âge du Fer jusqu’au début du second (Hallstatt C - La Tène A).

Les autres structures fossoyées

La fosse oblongue 148

23La fosse 148, de forme oblongue aux extrémités arrondies, se situe à l’est de l’emprise, à 2,5 mètres à l’est de l’enclos 142. Orientée selon un axe O-N-O/E-S-E, elle mesure 11,7 mètres de long pour 2,6 mètres de large en moyenne (fig. 12). Cette structure a un fond relativement plat et des parois évasées. Elle a été creusée dans les niveaux de limons argileux rouges jusqu’à l’arase des argiles à calcaire. Malgré une surface au sol d’un peu moins de 30 mètres carrés et 0,6 mètre de profondeur maximale, elle est relativement arasée.

Figure 12 : Plan et coupes de la fosse 148 / Plan and profile of the pit 148

Figure 12 : Plan et coupes de la fosse 148             / Plan and profile of the pit 148

DAO : F. Lecendrier ; Dessins et mise au net : G. Gouzon et L. Le Clézio.

24Sa fouille a livré 236 fragments de céramiques (2,342 kg), 24,07 g d’os humains crémés, 58,5 g de restes de faune et trois objets lithiques. L’assemblage céramique comporte des éléments hétérogènes dont certains évoquent des productions du premier âge du Fer et d’autres de la phase ancienne du second âge du Fer (La Tène A ; fig. 5). Ce mélange traduit peut-être un remaniement par curage des structures funéraires et un rejet dans les remplissages de la fosse 148. Au sein des comblements, quelques os humains crémés erratiques ne semblaient se rattacher à aucun fait particulier. Cependant, un fond de vase, en très mauvais état de conservation, reposait en position fonctionnelle en surface du dernier comblement de la fosse (à l’interface avec les labours). Le poids total des restes humains crémés qu’il contenait était de 9,2 g pour douze fragments. Il s’agit, selon toute vraisemblance, d’un dépôt de crémation en ossuaire très arasé. La structure 148 est également la seule à avoir livré des restes de faune. L’origine du rejet, à cause de sa mauvaise conservation et de sa faiblesse numérique, est incertaine, mais très probablement alimentaire, comme le laissent supposer le fragment de côte de bœuf et l’attribution taxonomique des espèces à la sphère domestique. En complément de ces informations, une datation par analyse radiocarbone a été effectuée sur un prélèvement de charbon de bois issu du dernier comblement de la structure. Les résultats obtenus indiquent une période allant de 384 à 203 avant J.-C. (La Tène B1-C1).

25Des fosses de formes quasiment similaires, situées près d’enclos circulaires, quadrangulaires et en fer à cheval, datés de la fin de l’âge du Bronze au second âge du Fer, ont été découvertes en contexte funéraire sur le site de Cubord à Valdivienne dans la Vienne (Pautreau et Mataro i Pladelasala, 1987). Malgré de nombreuses ressemblances (forme, dimension, présence de rejets de foyer dans les comblements, industries lithiques mais surtout contexte de découverte), elles avaient alors été interprétées comme des fours polynésiens et datées du Néolithique moyen.

26La fosse 148 présente un premier comblement majoritairement stérile (limon argileux brun à gris clair, compact et homogène) et un comblement final composé d’un rejet de foyer et de restes alimentaires (limon argileux noir à gris foncé rougeâtre, très compact et hétérogène). Cet ensemble pourrait constituer la trace fugace d’une activité anthropique ponctuelle et notamment alimentaire, pratiquée probablement à proximité et dont les restes auraient été rejetés dans une structure déjà en partie comblée et donc probablement abandonnée. D’après des datations radiocarbones, ce comblement final se rattache à une période précédant le milieu du second âge du Fer. Le creusement initial de la fosse et son utilisation primaire seraient donc plus anciens que ces dépôts et peut-être liés à l’ensemble funéraire et/ou cultuel du premier âge du Fer. Le vase ossuaire remonte d’ailleurs à cette période et renferme quelques restes humains crémés. Comme les autres dépôts éparpillés dans la fosse et dans l’enclos 142, il proviendrait des terres alentours remaniées. Dans ce cadre, il est possible que cette fosse se rattache à l’occupation funéraire des lieux. Suite à son abandon et à son comblement partiel, elle aurait été réutilisée comme zone de rejets durant le second âge du Fer.

Les fosses et trous de poteau épars

27Quelques structures fossoyées non datées (fosse ovale allongée 152, fosse polylobé 131, fosse ovale profonde 151, trou de poteau 118 et chablis 104 ; fig. 2) s’ajoutent à ces différentes découvertes. Leurs comblements stériles en mobilier et en charbon de bois n’ont pas permis d’obtenir des informations précises sur leur fonction et leur date de mise en œuvre. Certaines d’entre elles peuvent avoir été utilisées dans le cadre d’extraction de sédiments et de blocs calcaires, éventuellement en lien avec la mise en œuvre d’un tertre coiffant un des enclos, dont la trace aurait disparu.

Analyses et comparaisons

Les indices d’une destination funéraire

28Les quatre enclos de ce site peuvent être considérés, malgré une probable succession et quelques variantes dans les datations radiocarbones, comme issus d’une occupation unique de ce secteur au cours du premier âge du Fer et de ses transitions avec l’âge du Bronze et le second âge du Fer. La présence de restes d’os humains crémés dans les comblements de l’enclos 142 et de la fosse 148, située à proximité, suggère que cette zone ait eu, durant une période, une vocation funéraire.

29Les esquilles d’os humains crémés mis au jour dans le comblement supérieur de l’enclos 142 constituent peut-être les restes d’un dépôt plus conséquent. Cependant, l’absence de données évoquant la présence d’une sépulture, à strictement parler, ne permet pas de s’assurer de cette fonction. De même, les trois autres enclos n’ont pas livré de mobilier funéraire ou de sépulture. Leurs caractéristiques et leur concentration tendent néanmoins à restituer un espace à vocation funéraire.

Les concentrations d’enclos

30Parmi les cinquante-quatre sites à enclos répertoriés dans le sud de la Vendée (fig. 13), seuls dix ont fait l’objet d’un diagnostic ou d’une fouille. Sept d’entre eux possèdent un ou plusieurs enclos circulaires à fossé continu (Angles ZA Les Motettes - lot 1, Avrillé Les Terriers (Cornec, 2007a), Auzay Les Ouches (Lourdaux et Gomez de Soto, 1998) et Saint-Hermine La Coudraie (Nogues, 1995), interrompu (La Chaize le Vicomte Les Astiers III (Leguevellou, 2001) et Saint-Hermine Parc Vendéopole, Pas de Noyer (Nillesse et Bryard, 2002), ou les deux (Fontenay-le-Comte Les Genâts (Nillesse, 1997)). Deux offrent un ou plusieurs enclos en forme de fer à cheval (Angles ZA Les Motettes - lot 1 et Fontenay-le-Comte Tènement de la Maisonnette (Nillesse, 2007c). Enfin, trois ont un ou plusieurs enclos quadrangulaires (Angles ZA Les Motettes - lot 1, Fontenay-le-Comte Les Genâts (Nillesse, 1997) et Saint-Martin du Fraigneau Les Genêts (Cornec, 1975). Le site d’Angles est ainsi le seul à proposer ce regroupement de formes mais il est également le seul à présenter un exemplaire d’enclos quadrangulaire à fossé interrompu (fig. 14 et 15).

Figure 13 : Répartition et physionomie des sites à enclos autour du golfe des Pictons à l’âge du Fer / Distribution and physiognomy of enclosure sites in the Pictons Gulf in the Iron Age

Figure 13 : Répartition et physionomie des             sites à enclos autour du golfe des Pictons à l’âge du Fer / Distribution and physiognomy of enclosure sites in             the Pictons Gulf in the Iron Age
DAO et mise au net : G. Gouzon et L. Le Clézio.

Figure 14 : Répartition, morphologies et datations des sites à enclos autour du golfe des Pictons à l’âge du Fer / Distribution, morphologies and dating of enclosure sites in the Pictons Gulf in the Iron Age

Figure 14 : Répartition, morphologies et             datations des sites à enclos autour du golfe des Pictons à l’âge             du Fer / Distribution, morphologies and dating             of enclosure sites in the Pictons Gulf in the Iron Age

DAO et mise au net : G. Gouzon et L. Le Clézio.

Figure 15 : Typologie des formes d’enclos référencés sur la figure 14 / Typology of enclosure shapes refered to in figure 14

Figure 15 : Typologie des formes d’enclos             référencés sur la figure 14 / Typology of             enclosure shapes refered to in figure 14

DAO et mise au net : G. Gouzon.

31Lorsque l’aire géographique est élargie au Centre-Ouest, et plus précisément à la région Poitou-Charentes pour laquelle un inventaire exhaustif de ces structures a été réalisé par A. Baranger, l’enclos circulaire s’avère être le type le plus diffusé sur les sites protohistoriques funéraires et/ou cultuels (Baranger, 2009). En effet, sur les soixante-dix sites répertoriés dans cette étude, cinquante-six possèdent un ou plusieurs enclos circulaires à fossé continu (41), interrompu (8) ou les deux (7). Ces structures peuvent être isolées (24), regroupées (13) ou accompagnées d’enclos de formes diverses (ovales, en « fer à cheval » et/ou quadrangulaires - 18). Treize possèdent un ou plusieurs enclos en fer à cheval. Rarement isolés (3) ou regroupés (1), ces derniers sont le plus souvent associés à des enclos (sub)-circulaires ou quadrangulaires (9). Vingt-quatre possèdent un ou plusieurs enclos quadrangulaires à fossé continu (18), interrompu (1) ou les deux (5). Parfois isolés (3) ou regroupés (4), ils sont fréquemment accompagnés d’enclos de formes diverses (circulaires, ovales ou en « fer à cheval » - 17).

32Ces différents vestiges couvrent une large période. Sur les 158 enclos circulaires inventoriés, vingt-huit appartiendraient à l’âge du Bronze, cinquante-trois au premier âge du Fer, vingt-cinq au second âge du Fer et cinquante-deux sont imprécisément rattachés à la Protohistoire. Sur les vingt-trois enclos en fer à cheval, deux remonteraient à l’âge du Bronze final, dix-huit au premier âge du Fer, un au second âge du Fer et deux à la Protohistoire. Sur les cinquante et un enclos rectangulaires, cinq sont attribués à l’âge du Bronze, douze au premier âge du Fer, vingt-quatre au second âge du Fer et dix à la Protohistoire sans précision.

33Des vestiges funéraires sont attestés dans dix-sept des cinquante-six sites à enclos circulaire (inhumation : 6, crémation : 9 ou les deux : 2), dans trois des vingt-trois enclos en fer à cheval (uniquement des crémations) et dans huit des vingt-quatre sites à enclos rectangulaire (inhumation : 1, crémation : 6 ou les deux : 1). L’état d’arasement des enclos, les modalités de dépôt et de conservation des défunts ou une fonction essentiellement cultuelle de la structure peuvent partiellement expliquer ces proportions (fig. 16).

Figure 16 : Indices funéraires et/ou cultuels et datations parmi les sites de la zone étudiée / Funereal and/or religious indications and datings on the sites of the area studied

Figure 16 : Indices funéraires et/ou             cultuels et datations parmi les sites de la zone étudiée / Funereal and/or religious indications and datings on             the sites of the area studied

DAO et mise au net : G. Gouzon et L. Le Clézio.

34Dans cette aire géographique et culturelle, les enclos circulaires sont donc majoritaires et, le plus souvent, isolés et constitués d’un fossé continu et rarement en lien direct avec des vestiges funéraires. Ils se diffusent de l’âge du Bronze ancien jusqu’à la période laténienne mais se retrouvent principalement au Bronze moyen et au premier âge du Fer. Ils sont implantés dans différents secteurs, aussi bien en plaine, près de cours d’eau, que sur des pentes, voire des plateaux ou dans certains cas près de voies anciennes (Villard-Le Tiec et al., 2010).

35Moins représentés, les enclos en fer à cheval sont généralement associés à d’autres formes d’enclos et rarement en lien direct avec des vestiges funéraires. Ils sont a priori connus de l’âge du Bronze final jusqu’au second âge du Fer avec une large prédominance pour les enclos « en activité » au premier âge du Fer.

36Moins nombreux, les enclos quadrangulaires sont généralement constitués d’un fossé continu et regroupés avec diverses formes d’enclos. Ils sont plus souvent associés à des restes humains que les autres types (enclos quadrangulaire : 33 % ; enclos circulaire : 30 % ; enclos en fer à cheval : 23 %). Reconnus depuis l’âge du Bronze ancien jusqu’au second âge du Fer, à l’inverse des deux autres formes d’enclos, ils semblent être majoritairement observés au second âge du Fer. Les enclos quadrangulaires 101 et 205 s’éloignent de ce constat général par l’absence de vestiges funéraires et par la présence de « l’entrée aménagée » de l’enclos 205. Néanmoins, ils s’en rapprochent par leur regroupement avec d’autres formes d’enclos et par le tracé continu de l’enclos 101.

Comparaisons

37Dans le Centre-Ouest de la France, à partir du ixsiècle avant J.-C., le développement des nécropoles à enclos s’inscrit dans la continuité des traditions établies dès le IIImillénaire dans les pays du Nord-Ouest atlantique et de la Manche (Villard-Le Tiec et al., 2010). Si les premiers enclos circulaires remontent au Campaniforme (Gomez de Soto et al., 2003), leur utilisation connaît son apogée au Bronze moyen, au Bronze final et aux âges du Fer (Mataro i Pladelasala, 1988 ; Pautreau, 1992). Comme ceux de plan carré ou quadrangulaire, ils sont utilisés durant la période laténienne – notamment au Coteau de Montigné à Coulon, Deux-Sèvres (Duday et Pautreau, 1984) – et même après la Conquête (Villard-Le Tiec et al., 2010).

38Les enclos en fer à cheval sont uniquement signalés dans quelques sites, notamment Les Nougérées à Port-d’Envaux (Charente-Maritime) (Coulaud et al., 1983 ; Bertrand et Maguer, 2007 ; Mataro i Pladelasala, 1988 ; Baranger, 2009), Cubord à Valdivienne (Vienne) (Gomez de Soto et Pautreau, 2000 ; Pautreau, 1992 ; Pautreau et Mataro i Pladelasala, 1987 ; Mataro i Pladelasala, 1988) et au Champ des Rochers à Soyaux (Charente) (Kerouanton, 2012). Un enclos en fer à cheval découvert sur le site d’Agris est associé à des fosses de l’âge du Bronze moyen et a été interprété comme un petit sanctuaire chthonien (Gomez de Soto, 1996 ; Briard et al., 2001). Il est donc écarté du domaine funéraire. Aucun enclos de ce genre n’a été enregistré après le début du premier âge du Fer. Cette forme ne semble donc plus être mise en place au cours du second âge du Fer (Baranger, 2009). L’enclos en fer à cheval 111 du Lot 1 de la ZA Les Motettes à Angles correspond en tout point à ce constat.

39Dès la fin de l’âge du Bronze, des monuments, dont le fossé matérialise un espace quadrangulaire allongé, dérivés du modèle Langgräben, semblent se différencier des structures à vocation funéraire première en proposant une probable fonction cultuelle (Villard-Le Tiec et al., 2010) ex : Ribérolles à Rivières en Charente (Gomez de Soto, 2001) et La Croix-Verte à Antran dans la Vienne (Pautreau, 1985). Ces formes aux angles arrondis ou aux extrémités en abside peuvent atteindre plusieurs dizaines de mètres de longueur et entourer un bâtiment rectangulaire sur poteaux. Au sein de ces formes quadrangulaires existent également de plus petites structures représentées par des enclos carrés. Dans le Centre-Ouest, ces derniers apparaissent au Hallstatt D (Gomez de Soto et al., 2003). Cette nouvelle forme est utilisée pour les enclos funéraires et/ou cultuels comme à la Nécropole des Planes à Saint-Yrieix en Charente (Gomez de Soto, 1986), Les Nougérées à Port-d’Envaux (Coulaud et al., 1983), Le Fief de Varzay à Varzay (Landreau, 2007) en Charente-Maritime et à La Croix verte à Antran dans la Vienne (Pautreau, 1985). Une comparaison entre deux des enclos carrés de ce dernier site et ceux découverts à la ZA Les Motettes - Lot 1 à Angles est pleinement envisageable. De même, le système d’entrée de l’enclos 205 est proche de celui de l’enclos sub-quadrangulaire 6 du site de La Tombe de Cornemusieux à Valdivienne dans la Vienne (Pautreau et al., 2000). Attribué à la Protohistoire, ce dernier présente un système d’entrée encadrée de deux petites fosses rectangulaires. L’enclos fermé 101 est comparable à l’enclos carré 10 du même site, daté de la fin du second âge du Fer, ou à l’enclos 7 du site du Fief de Varsay à Varsay, daté de la fin du premier âge du Fer (Hallstatt D3 à La Tène A). Dans d’autres régions et notamment dans l’Ouest (Gomez de Soto et Pautreau, 2000), ces enclos quadrangulaires de petites dimensions sont connus dans plusieurs nécropoles où ils recèlent souvent des inhumations ou des incinérations laténiennes (Mataro i Pladelasala, 1988). Les plus modestes « doivent peut-être être attribuées à un culte plus familial » (Bertrand et Maguer, 2007, p. 134). Au second âge du Fer, la forme des enclos s’est diversifiée et les fossés d’enclos carrés peuvent alors servir de réceptacles aux dépôts funéraires ou à la délimitation d’un espace sacré. Ils coexistent parfois avec des formes circulaires réutilisées à cette période (Bertrand et Maguer, 2007). En outre, « les cellae carrés sur poteaux annonceront les temples en bois de la fin du ier siècle avant J.-C. d’Antran et les fana gallo-romains » (Bertrand et Maguer, 2007, p. 136).

  • 3 « Comme dans les nécropoles-sanctuaires, il apparaît que les manifestations (...)

40La fonction réelle (funéraire et/ou cultuelle) de ce type de structure demeure généralement indéterminée. En Vendée, le petit enclos carré des Génats à Fontenay-le-Comte (Nillesse, 1997), situé à proximité immédiate d’une très vaste ferme (Poux et Nillesse, 2003), pourrait correspondre à un sanctuaire privé ou à un espace funéraire fossoyé aux dimensions habituelles mais dont la sépulture aurait disparu (Villard-Le Tiec et al., 2010). Le culte se manifeste à travers des pratiques complexes et difficilement accessibles aux archéologues. Certaines structures peuvent avoir une vocation strictement cultuelle et d’autres, par la présence de restes humains incinérés ou inhumés, définir une vocation funéraire, tout en présentant probablement les mêmes rituels. Il existe donc assurément un lien entre ces deux concepts (Mataro i Pladelasala, 1988 ; Gomez de Soto et Pautreau, 2000, p. 158)3.

41Les dimensions de cette occupation pourraient être éventuellement adaptées au terme « cimetière communautaire ». Cependant, la variété des enclos observés peut être également comparée avec des sites qualifiés de « nécropoles-sanctuaires ». L’occupation funéraire et/ou cultuelle de la ZA Les Motettes – Lot 1 à Angles (85) vient ainsi compléter un ensemble dense de sites du Centre-Ouest.

42La présence de vestiges datés du second âge du Fer, découverts au sein du dernier comblement de la fosse 148, laisse présager d’une occupation temporaire de cette emprise durant cette période, peut-être liée à celle de l’ensemble 2 situé à une centaine de mètres plus à l’ouest.

4. Un établissement rural de La Tène C2-D1

Caractéristiques de l’enclos

Un enclos unique de plan trapézoïdal

43Un établissement rural laténien apparaît ainsi presque entièrement dans l’emprise de l’ensemble 2, à l’exception de son angle nord-est (soit près de 14,6 m²). Il constitue un enclos unique, aucun fossé contemporain de sa période d’activité n’ayant été découvert à proximité. Son plan forme un trapèze composé de quatre branches de longueurs inégales – de 31 à environ 51 m – et dont les côtés ouest et est sont parallèles (fig. 17).

Figure 17 : Plan phasé du site / Time plan of the site

Figure 17 : Plan phasé du site / Time plan of the site

DAO : F. Lecendrier et A. Nadeau.

  • 4 Un enclos rectangulaire de 1 200 mètres carrés apparaît à La Bergerie, « mais il n’est (...)

44Dans l’emprise de la fouille, son enceinte couvre une surface de 1 784 m² et dégage un espace intérieur de 1 504 m². En raccordant ses branches nord (St 1) et est (St 5), on estime à près de 1 800 m² la surface totale de cet établissement. Celui-ci offrirait alors des dimensions similaires à celui des Filasses (commune de Fontenay-le-Comte) et il composerait par conséquent l’un des plus modestes de la région (Nillesse et al., 2012, p. 276)4. À titre de comparaison, la taille moyenne des sites fouillés à l’occasion des travaux de l’A83 s’établit à près de 15 000 m² (Nillesse, 1994) et la superficie de l’établissement voisin partiellement mis au jour sur la commune d’Angles au Cimetière aux Chiens excède 5 000 m² (Nillesse, 2010, p. 9).

Un aménagement rare : une entrée parementée

45Le plus petit côté, à l’ouest, est marqué par une interruption du fossé ménageant un passage de 3,15 mètres de large. Celui-ci n’occupe pas une position centrale mais est légèrement désaxé vers le nord. Cette entrée n’offre aucun aménagement de surface, mais est bordée par deux murets fondés contre les parois du fossé (fig. 18 et 19). Ces massifs épousent la forme trapézoïdale de cette structure. Élevés en pierres liées à l’argile, ils sont conservés sur toute la hauteur du creusement (0,70 à 0,72 mètre, soit 8 à 13 assises) et mesurent de 1,18 à 1,30 mètre de long et de 0,36 à 0,44 mètre de large. Les blocs ont des dimensions variables (de 10 à 45 cm de longueur et de 4 à 10 cm de hauteur) et ne forment pas des assises régulières. Les plus larges sont généralement mis en œuvre à la base des murets, sur un fin niveau de limon brun et de cailloutis calcaires constituant un lit de pose. Ces matériaux de construction proviennent sans doute du creusement du fossé dans le substrat. Certains d’entre eux paraissent avoir été retaillés pour suivre la paroi du fossé, tandis que celle-ci a parfois été sur-creusée pour faciliter la pose des plus grandes pierres.

Figure 18 : Vues de l’entrée parementée de l’enclos / View of the walled entrance ot the enclosure

Figure 18 : Vues de l’entrée parementée de             l’enclos / View of the walled entrance ot the             enclosure
Clichés : F. Lecendrier et J. Mousset.

Figure 19 : Relevés des parements St 152 et 153 / Drawings os St 152 and 153

Figure 19 : Relevés des parements St 152 et             153 / Drawings os St 152 and 153

Relevés et DAO : F. Lecendrier et J. Mousset.

46On ignore si ces massifs aménagés de part et d’autre de l’entrée s’interrompaient à la base de l’entrée (et s’ils servaient alors à limiter l’érosion de ce passage) ou s’ils s’élevaient davantage pour souligner l’accès à l’enclos. Ce dispositif singulier constitue un « rare témoin d’une architecture en pierre en milieu rural à la période gauloise » (Jahier, 2009, p. 28). À l’échelle régionale, les accès sont le plus souvent matérialisés par de simples interruptions du fossé, ou par des portes, porches, passerelles, chicanes, corridors, plus rarement par des tours-porches – et il n’est pas rare que plusieurs types d’entrée se combinent sur un même site (Nillesse, 1994, p. 283). L’hypothèse d’un aménagement ostentatoire est cependant avancée à propos de la « ferme » voisine du Cimetière aux Chiens. Mis au jour de part et d’autre de l’entrée, dans le comblement du fossé, de grands blocs calcaires sont installés dans un creusement quasi-vertical qui ne couvre pas toute la largeur du fossé. Ils « peuvent provenir d’un aménagement particulier du talus à cet endroit, peut-être une sorte de parement » (Nillesse, 2010, p. 10). Un parement apparaît également à la base du talus d’un enclos daté de La Tène C2-D1 à Marigny-Marmande (Indre-et-Loire ; Sartou, 2014, fig. 55).

  • 5 Figurent aussi deux exemples de structures maçonnées mises en œuvre dans des sites de s (...)

47Plus éloigné, le site du Clos de l’Épinette à Creuilly (Calvados) offre un parallèle plus éloquent. Il s’agit d’un « aménagement de pont dont les côtés ont été parementés de moellons calcaires » (Jahier et Vauterin, 2010, p. 119). Ce dernier résulte toutefois d’une modification du plan initial, puisqu’il vient épauler un passage vraisemblablement établi après le curage du fossé (Jahier, 2009, p. 27-28 et 2012, p. 53). Sur le même site, une autre maçonnerie a été « réalisée lors d’une extension de la clôture de façon à restaurer les versants du fossé à l’une des intersections du réseau » (Jahier et Vauterin, 2010, p. 119)5.

Le fossé d’enclos

  • 6 « La profondeur moyenne est de 1,25 mètre pour les 365 enclos d’habitat pour lesquels c (...)
  • 7 Dans cet ouvrage, il relève des dimensions variables : « les moins profonds et les moin (...)

48Le profil du fossé d’enclos est constant d’une section à l’autre : il a systématiquement des parois évasées en partie haute puis sub-verticales et il présente un fond plat (fig. 20 et 21). Il témoigne d’un fonctionnement ouvert. La profondeur de cette structure atteint 0,8 à 1,2 mètre (à partir du niveau de décapage), sa largeur sommitale 1,3 à 2 mètres et celle du fond entre 0,6 et 1,3 mètre. Ces variations traduisent une érosion plus ou moins forte, mais aussi une morphologie irrégulière. S’il est hasardeux d’en restituer les dimensions initiales, ces valeurs suggèrent toutefois d’inclure Les Motettes dans la grande majorité des sites de la Gaule celtique possédant un fossé principal profond de 1 à 1,5 mètre (Blancquaert et al., 2009, fig. 8 p. 16 )6. Elles occupent une position médiane à l’échelle du Sud Vendée (Nillesse, 1994, p. 283)7. Par ailleurs, elles sont très inférieures à celles relevées à Angles au Cimetière aux Chiens (2,6 à 4 mètres de large et 1,6 à 2,2 mètres de profondeur), où le fossé conserve malgré tout un profil similaire (Nillesse, 2010, p. 9).

Figure 20 : Profil de la section St 5 du fossé d’enclos / Profile of section St 5 of the enclosure ditch

Figure 20 : Profil de la section St 5 du             fossé d’enclos / Profile of section St 5 of the             enclosure ditch
Cliché : G. Tendron.

Figure 21 : Angle sud-ouest de l’enclos / South-Western angle of the enclosure

Figure 21 : Angle sud-ouest de l’enclos /             South-Western angle of the enclosure

Cliché : F. Lecendrier.

  • 8 L’hypothèse d’un creusement du comblement supérieur du fossé, « peut-être pour installe (...)
  • 9 La stratigraphie du comblement du fossé d’enclos de l’établissement rural de la Chapell (...)

49La dynamique de remplissage du fossé d’enclos se manifeste généralement par une succession de niveaux composés d’argile et de limon, mêlés, au sommet et au centre du comblement, à des pierres calcaires dont la présence invite à restituer un talus interne (fig. 22). Les dépôts initiaux résultent de l’altération des parois et de l’érosion de la terre végétale. Des limites verticales apparaissant dans certains comblements intermédiaires suggèrent le recreusement du fossé et l’installation d’une palissade8. Mise en évidence par des concentrations de blocs calcaires, la séquence suivante marque la destruction d’un talus interne. Le premier niveau occupe une position médiane dans la stratigraphie du fossé. À plusieurs reprises, il paraît avoir buté contre une limite aujourd’hui disparue qui correspondrait à la palissade précédemment évoquée. Recouvrant directement cet amas ou séparé par une couche intermédiaire limoneuse, un empierrement plus important scelle ce remplissage. La disposition des blocs suggère un déversement effectué depuis l’intérieur de l’enclos, ce qui indique que le talus a perduré sous une forme plus ou moins érodée durant toutes ces phases de comblement9. L’hypothèse d’un apport volontaire final lié à l’arasement de ce talus n’est pas exclue.

Figure 22 : Coupes du fossé d’enclos / Profiles of the enclosure ditch

Figure 22 : Coupes du fossé d’enclos / Profiles of the enclosure ditch

Relevés : G. Tendron, J. Mousset, L. Martignole, F. Lecendrier et A. Nadeau ; DAO : F. Lecendrier et A. Nadeau.

  • 10 La probabilité de cette mesure atteint 95,4 %.

50La chronologie de ces différentes phases de remplissage n’est pas aisée à établir, en raison de la rareté et de l’homogénéité du mobilier datant. Le matériel le plus ancien n’est pas antérieur à La Tène C. L’analyse radiocarbone d’un charbon contenu dans un niveau d’effondrement du muret bordant l’entrée de l’enclos offre une fourchette chronologique comprise entre 367 et 181 av. J.-C.10. Plusieurs écuelles à profil en S évoquent également un contexte de La Tène C, voire plutôt de La Tène D1b ou du début de la La Tène D2 (fig. 23). L’une d’entre elles provient des comblements initiaux de la section nord du fossé. De même, un des trois pots à décor d’impressions oblongues horizontales, caractéristique de la période de La Tène C2-D1, apparaît dans le comblement intermédiaire, mais dans un niveau susceptible d’avoir été perturbé par le recreusement destiné à l’installation d’une palissade. Les fragments d’amphores – vraisemblablement de type Dressel 1 – issus des comblements intermédiaires ou supérieurs du fossé suggèrent une fermeture au cours de La Tène C2-D. Un fond balustre découvert dans la section occidentale de l’enclos renvoie plus précisément à un contexte de La Tène D. Un pot à cuire et un vase évoquent davantage La Tène D1b ou le début de La Tène D2. Aussi l’obturation complète du fossé paraît-elle intervenir au cours de La Tène D. En outre, la section occidentale de l’enclos est antérieure au comblement du fossé parcellaire St 102, daté de La Tène D1b ou du début de La Tène D2 d’après la découverte de quelques fragments d’amphores et d’une écuelle carénée.

Figure 23 : Mobilier associé à l’occupation de l’enclos / Finds associated with the occupation of the enclosure

Figure 23 : Mobilier associé à l’occupation             de l’enclos / Finds associated with the             occupation of the enclosure

Clichés : G. Tendron ; dessin et mise au net : N. Peyne.

  • 11 « Selon la chronologie du mobilier, le processus de colmatage de l’enclos [du « Cimetiè (...)

51Par conséquent, le remplissage du fossé d’enclos est peut-être initié dès La Tène C, avant de se poursuivre au cours de La Tène D1. L’obturation complète de cette structure interviendrait donc avant la Conquête et elle précèderait légèrement celle du Cimetière aux Chiens11.

Organisation générale et chronologie

Les aménagements internes

  • 12 Ces différentes hypothèses sont développées dans le rapport final d’opération (Nadeau e (...)

52L’établissement rural des Motettes est donc délimité par un fossé doublé par un talus interne devant s’interrompre dans l’axe de l’entrée et dont la largeur ne doit pas dépasser 4,60 mètres, soit la largeur de la bande séparant ce fossé des aménagements internes. Ceux-ci respectent d’ailleurs l’orientation définie par les limites de l’enclos. Ils sont matérialisés par quarante creusements réunis dans un minimum de six structures d’habitat (habitation, grenier surélevé, clôture, etc.). Leur architecture n’apparaît qu’à travers les fondations des poteaux et, dans quelques cas essentiellement circonscrits à la moitié orientale de l’enclos, par des fragments de torchis. Bien que ces ensembles aient été identifiés en tenant compte de leur situation, des caractéristiques des différentes structures qui les composent et de parallèles avec des agencements similaires mis en évidence dans des sites du Centre-Ouest de la Gaule, la majorité d’entre eux, très arasés, demeurent très hypothétiques (fig. 17)12.

53À l’ouest, les ensembles E1 (grenier surélevé de 6,50 m²) et E2 (palissade ?), composés respectivement de quatre et cinq trous de poteau, s’organisent de part et d’autre d’un axe central aligné avec l’entrée et correspondant vraisemblablement à un espace de circulation. Les ensembles E3 (clôture ?), E4 (habitation principale ?), E5 et E6 (annexes supplémentaires) occupent un large quart sud-est, où sont concentrées trente et une structures. En revanche, la partie nord du site semble arasée de toutes traces d’occupation protohistorique.

54Cette restitution est quelque peu renforcée par la répartition du mobilier qui suggère une organisation sectorielle des activités. L’espace interne serait ainsi divisé par une clôture séparant une partie occidentale pourvue d’annexes d’une partie orientale agencée autour d’un bâtiment central. La partie ouest du site a ainsi livré la majorité des céramiques brûlées, ce qui laisse supposer la proximité d’une activité culinaire. Les amphores proviennent quant à elles essentiellement des sections ouest et sud-est du fossé d’enclos, soit près de zones dévolues à des annexes.

Données chronologiques

55Encore une fois, le mobilier datant associé à ces contextes est très réduit. Le matériel céramique des ensembles E5 et E6 place la période d’activité à La Tène D. Les analyses radiocarbones effectuées sur trois charbons provenant de structures en creux des ensembles E2 et E5 évoquent également une datation du second âge du Fer, compatible avec une occupation de La Tène C2-D1. Deux d’entre elles offrent des fourchettes chronologiques similaires (210-52 av. J.-C. et 194-40 av. J.-C.), mais une troisième suggère une chronologie antérieure (389-202 av. J.-C.). Cette dernière s’explique par le caractère résiduel d’une partie du mobilier ou par une occupation précoce de La Tène B ou C1. Elle pourrait être liée à certaines implantations découvertes au sommet du versant, telle que la grande fosse oblongue St 148 qui offre une datation identique (384-203 av. J.-C.).

56Les établissements des Motettes et du Cimetière aux Chiens paraissent donc contemporains, bien que ce dernier ait probablement perduré à La Tène D2 (Nillesse, 2010, p. 36-38). Cette chronologie est emblématique de nombreuses fermes de la plaine de Luçon, fondées au cours du iisiècle et abandonnées entre la fin de La Tène D1 et la période augustéenne (Nillesse, 1997, p. 169-170 ; Bernard, 2002, p. 83).

Activités et échanges

Les témoignages matériels

57Les activités – une partie du moins – de ce type d’habitat se déduisent de son organisation et de ses témoignages matériels (fig. 23). Elles ne paraissent pas très diversifiées. Les pratiques agricoles sont suggérées par la présence d’au moins un grenier surélevé et par la découverte d’une serpette à osier dans le fossé d’enclos lors du diagnostic. De plus, quelques roches exogènes provenant des sections ouest, nord et est de l’enclos renvoient peut-être à une activité de mouture et donc à la transformation des produits de l’agriculture. Ces éléments n’ont pas de face travaillée et, par conséquent, leur identification demeure hypothétique.

  • 13 Les niveaux laténiens du Cimetière aux Chiens ne comprennent que quatorze coquillages p (...)
  • 14 En Gaule, les espèces sauvages représentent en moyenne 1,5 % des restes dét (...)
  • 15 L’absence d’éléments de briquetage et de « zone de rejet des boues cuites caractéristiq (...)

58L’élevage et l’alimentation se distinguent à travers des restes osseux fauniques peu nombreux. Ceux-ci révèlent la primauté des bovinés sur les caprinés puis les suidés, selon une hiérarchisation classique aux époques de La Tène moyenne et de La Tène finale pour l’Ouest de la France (Meniel et al., 2009, p. 425-426 ; Maguer, 2007c, p. 148). S’ils sont principalement attribuables à des animaux adultes, on relève toutefois dans certains secteurs des individus infantiles ou juvéniles (c’est le cas du porc dans St 3). Le chien et le cheval sont représentés en faible quantité et aucune trace de découpe ne permet d’affirmer que ces espèces aient été consommées sur place. La quasi-absence de la malacofaune – seulement illustrée par deux valves de coquille d’huître – est plus étonnante pour un site côtier, mais ce cas de figure n’est pas isolé13. Un approvisionnement complémentaire issu de la chasse n’est pas davantage avéré puisqu’aucun reste de gibier n’a été déterminé. Comme sur la plupart des sites gaulois, cet apport a dû être marginal14. La consommation du sel, suggérée par la localisation du site en bordure du marais, est attestée par neuf fragments de moules à sel (pour un poids total de 17 g). La faible quantité de ce mobilier et son état très fragmenté indiquent que Les Motettes ne constituent pas un lieu de production mais un site consommateur15.

  • 16 Pareille hypothèse a été avancée à Angles au Cimetière aux Chiens, d’où provient une (...)
  • 17 Ce constat n’est pas inhabituel : sur le site de la ZAC des Ormeaux à Angoulins (Charen (...)

59Le travail des métaux n’apparaît qu’à travers huit scories disséminées au sein de diverses structures. Dès lors, il se réduit peut-être à l’entretien du matériel métallique de l’établissement16. Ce dernier semble avoir été modeste, seulement deux objets indéterminés ayant été découverts au cours de cette opération17. Le domaine domestique est illustré par des fragments de plaque foyère en terre cuite mis au jour dans les sections ouest, nord et est du fossé d’enclos, et par douze céramiques brûlées qui ont servi à des fins culinaires. Les traces de suie relevées sur des pots à cuire et sur deux écuelles à profil en « S » tendent vers la même conclusion. Cinq jetons ou pions obtenus à partir d’un tesson de céramique ont également été découverts. Trois proviennent de la section occidentale de l’enclos (St 2 – St 3), le quatrième d’un trou de poteau (St 133). Leur fonction demeure méconnue. Par ailleurs, aucun élément ne renvoie à la pratique du filage (fusaïoles) ou du tissage (pesons).

Les réseaux économiques

  • 18 Ces relations transparaissent notamment au Grand Paisilier, où une vingtaine de pilette (...)
  • 19 César évoque en 56 av. J.-C. des Ambiliati membres de l’alliance armoricain (...)

60Peu abondant, le matériel mis au jour témoigne néanmoins des échanges économiques régionaux ou extrarégionaux. Il est en partie semblable à celui des autres sites de plaine. Il comprend des fragments de moule à sel qui laissent entrevoir des liens étroits avec les ateliers salicoles bordant l’ancien rivage18. Le site des Motettes intègre également l’aire de diffusion des pots à décor d’impressions oblongues horizontales. En effet, trois exemplaires de ce type de céramique ont été découverts et d’autres ont été mis au jour à proximité, au Cimetière aux Chiens (Nillesse, 2010, p. 36). Cette production caractéristique de la période de La Tène C2-D1 se retrouve principalement sur les rives du Golfe des Pictons (Landreau et al., 2009, p. 287 ; Landreau, 2012). Le ou les centres de fabrication de ces céramiques communes se placerai(en)t dans le Sud de la Vendée ou des Deux-Sèvres, soit, semble-t-il, dans le territoire des Ambiliates (Landreau et al. 2009, p. 289-290)19.

61Des échanges plus lointains sont notamment suggérés par l’origine exogène du matériel lithique. En effet, les roches constituant peut-être des meules en granite pourraient provenir des marges du Massif armoricain. Deux tessons de type Besançon provenant du comblement de St 3 appartiennent à une catégorie de céramique sans doute produite au Sud du Morvan. Ils faisaient office de pots à cuire ou de pots à provisions et étaient employés lors du transport ou du commerce des marchandises (Lallemand et Tuffreau-Libre, 2005, p. 79). Les récipients d’importation traduisent également l’insertion de la ferme dans des circuits économiques méditerranéens. Mais les cinquante-sept fragments d’amphores d’origine italique (Dressel 1) n’induisent pas forcément une consommation (modérée) de vin. Principalement collectés dans la section ouest du fossé d’enclos, ces conteneurs semblent avoir été réutilisés pour le stockage, comme l’indiquent l’égalisation des cassures et l’usure constatée au niveau de la liaison épaule-col.

5. Un réseau parcellaire de La Tène D1b-D2

Un parcellaire agricole de La Tène finale

  • 20 « Le second Âge du Fer, et en particulier La Tène finale, apparaît, du moins dans la plai (...)

62Dans l’emprise de l’ensemble 2, l’occupation protohistorique extérieure à cette « ferme » consiste exclusivement en deux fossés parcellaires de 0,80 à 0,85 mètre de large et de 0,21 à 0,47 mètre de profondeur (St 102 et 105). Orientées N-E/S-O et donc perpendiculaires au versant, ces structures sont presque parallèles (fig. 24). À l’ouest, la première recoupe le comblement supérieur de la section occidentale de l’enclos dont elle conserve néanmoins l’orientation. Elle appartient donc à une phase d’occupation postérieure, à laquelle est également associé le second fossé qui se développe à 17 mètres à l’est de l’enclos. Le matériel céramique évoque un contexte de La Tène D1b-D2. Cette trame agraire participe ainsi à une importante mise en valeur de la plaine vendéenne à La Tène finale (Watteaux, 2009, p. 520)20.

Figure 24 : Évolution du parcellaire / Evolution of the system of land division

Figure 24 : Évolution du parcellaire / Evolution of the system of land division

DAO : A. Nadeau ; sources : Section A3 du cadastre napoléonien, geoportail.fr, Vialet et Collard 2004, figures 4-5.

63La relation entre cet ensemble et le fossé 164 orienté O-E n’ayant pu être établie (St 164 est extérieur aux emprises fouillées), on ignore si ces trois structures composent un même réseau grossièrement orthogonal. Les sondages de diagnostic extérieurs à l’emprise des fouilles préventives avaient révélé l’existence de deux fossés supplémentaires dont les tracés respectent cette planimétrie. Le prolongement de l’un d’entre eux (St 163) semble s’étendre à l’est sur l’ensemble 1, où apparaissent deux fossés interrompus et légèrement décalés l’un par rapport à l’autre (St 120 et 100). Ces derniers sont probablement mis en place au cours du second âge du Fer et repris entre la fin du Haut Empire et l’Antiquité tardive.

Une trame définie par l’établissement rural

  • 21 Il émet ainsi l’hypothèse d’une réorganisation du territoire pour « une gestion (...)
  • 22 Elle observe en particulier que « nombre d’enclos gaulois sont cohérents avec la (...)

64Contrairement à la trame agraire de La Chapellière (Vendée) (Maguer et al., 2005, p. 45-46 ; Maguer, 2007b, p. 89) et de la ZAC des Ormeaux à Angoulins (Charente-Maritime ; Maguer, 2007c, p. 20), organisée à partir des enclos, les fossés parcellaires 102 et 105 des Motettes reprennent l’orientation de l’établissement rural mais appartiennent à une occupation postérieure, peut-être liée à un déplacement de l’habitat. Cette évolution apparaît fréquemment dans la plaine de Luçon à partir du début de La Tène D2b, soit au cours de la seconde moitié du ier siècle avant notre ère (Nillesse, 1997 ; Bernard, 2002). Le nombre des villae ainsi créées est cependant plus faible que celui des fermes gauloises, ce qui suggère le regroupement d’anciennes unités agricoles éparpillées au sein de vastes domaines. Ce remodelage s’accompagnerait de la création de parcellaires et de celle du vicus portuaire du Langon (Nillesse, 1997, p. 169-170)21. Cette dernière hypothèse est nuancée par M. Watteaux, car elle sous-estimerait l’impact des occupations laténiennes sur la planimétrie agraire (Watteaux, 2009, p. 518)22.

65Les indices de sites gallo-romains à Angles paraissent trop éloignés ou ne sont pas suffisamment localisés pour être rattachés à cette évolution générale. Les substructions d’une villa sont signalées à La Ville d’Angle, « sur l’autre rive du ruisseau de Troussepoil ». De même, l’abbé Baudry évoque en 1873 l’existence de vestiges d’une villa sur la commune et la présence de « débris » romains dans le comblement d’un puits au Tènement de Léau. Des céramiques, des monnaies et des sépultures découvertes au lieu-dit La Tonnelle témoignent également de l’occupation gallo-romaine de ce territoire (Provost, 1996, p. 62).

Pérennité et rupture

66Le parcellaire composé des fossés 102 et 105, voire aussi de St 164, suit des orientations concordantes fondées sur la topographie générale du versant. Ces structures divisent ainsi l’espace tout en drainant le terrain. Associées au fossé 163, elles marquent une certaine pérennité de la trame agraire laténienne (fig. 24).

  • 23 Section A3 du cadastre napoléonien (3P-004-AD-004). Le remembrement occasionné par la con (...)

67On ne connaît guère les tracés antiques et médiévaux, bien que la fouille de deux fossés présents dans l’emprise de l’ensemble 1 des Motettes ait livré des datations radiocarbones comprises entre 240 et 391 (St 100) et 409 et 610 (St 120). Il apparaît que les fossés anciens et modernes ne sont pas isoclines. Le cadastre de 1811 offre en effet une orientation différente régie par des axes N-E/S-O et N-O/S-E23.

  • 24 Ces différentes occupations sont évoquées dans Nadeau et Tendron, 2012, p. 18-19 et (...)

68Par ailleurs, le mobilier non laténien découvert sur le site est extrêmement limité. Deux fragments de faïence considérés comme des éléments intrusifs et deux tessons portant un revêtement plombifère remontent aux périodes carolingienne et capétienne (ixe-xisiècles). Ils renvoient aux différentes occupations médiévales attestées à Angles24.

69Enfin, 104 petites fosses de plantation essentiellement concentrées dans la moitié sud de l’ensemble 1 forment un réseau orthonormé défini par le cadastre actuel. Quatre-vingt-onze structures analogues découvertes dans l’ensemble 2 dessinent des lignes parallèles discontinues et conformes aux nouvelles limites cadastrales. Ces vestiges renvoient à la mise en culture des lieux à l’époque contemporaine.

6. Conclusion

70Aussi, plusieurs types d’occupations protohistoriques se succèdent-elles aux Motettes. En premier lieu, un espace funéraire et/ou cultuel du premier âge du Fer se distingue par une concentration d’enclos fossoyés de formes variées. Cette petite occupation de type « cimetière communautaire » s’inscrit parfaitement dans un ensemble de sites régionaux et extrarégionaux très complet et dont les données sont largement diffusées. Un établissement rural est ensuite fondé au cours du second âge du Fer, vraisemblablement durant La Tène C2-D1. Il intègre le réseau dense des « fermes » mises en place dans toute la plaine de Vendée au cours du iiisiècle avant notre ère, et plus encore entre la seconde moitié du iisiècle et le début du ier siècle av. J.-C., avant d’être le plus souvent abandonnées durant la seconde moité de ce siècle (fig. 25). Cet habitat modeste s’en distingue par un aménagement particulier, i.e. son entrée parementée. Le mobilier récolté complète les données régionales relatives aux échanges économiques, telle que la diffusion des pots à décor d’impressions oblongues horizontales. Le mauvais état de conservation des vestiges ne permet pas de définir précisément le statut de l’exploitant. L’absence d’éléments de parure ou de monnaie, le nombre assez faible d’amphores italiques (seulement cinquante-sept fragments d’amphores de type Dressel 1) ou de céramiques importées et les dimensions réduites de cet établissement et de son fossé ne plaident pas en faveur d’un statut élevé.

Figure 25 : Habitats groupés et occupations rurales en Centre-Ouest aux iie et ier siècles av. J.-C. / Grouped settlements and rural sites in the Central-Western France in the 2nd and 1st centuries BC

Figure 25 : Habitats groupés et occupations         rurales en Centre-Ouest aux iie et ier siècles av. J.-C. / Grouped         settlements and rural sites in the Central-Western France in the         2nd and 1st centuries BC

DAO : A. Nadeau ; sources : Landreau, 2009, figures 13 et 40 ; Bertrand et Maguer, 2007, p. 160 ; Cellule Carte archéologique du SRA Pays-de-la-Loire.

Haut de page

Bibliographie

Baranger A., 2009 – Les structures dites funéraires de l’âge du Bronze et de l’âge du Fer en Poitou-Charentes, Mémoire de Master II en Archéologie, Université de Poitiers, France.

Bernard É., 1996 – « L’occupation humaine à l’époque romaine », in Provost M., Carte archéologique de la Gaule, La Vendée, 85, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres/Maison des Sciences de l’Homme, p. 51-56.

Bernard É., 2002 – « L’occupation antique dans la plaine fontenaisienne », in Fontenay : capitale du Bas Poitou, Recherches vendéennes, 9, p. 73-92.

Besnard-Vauterin C.-C., Navarre N., Besnard M. et Le Gaillard L., 2008 – « Une ferme de La Tène finale à l’époque gallo-romaine sur la ZAC de Beaulieu à Caen (Calvados) », Revue archéologique de l’Ouest, 25, p. 163-186.

Blancquaert G., Lorho T., Malrain F. et Menez Y., 2009 – « Bilan et perspectives de recherches sur les sites ruraux au second Âge du Fer », in Bertrand I., Duval A., Gomez de Soto J. et Maguer P. (dir.), Les Gaulois entre Loire et Dordogne, Actes du XXXIcolloque international de l’AFEAF, 17-20 mai 2007, Chauvigny, Association des publications chauvinoises, p. 5-23 (Mémoires, XXXIV).

Briard J. Gomez de Soto J. Milcent P.-Y. et Pautreau J.-P., 2001 – « Les recherches sur l’âge du Bronze en Poitou-Charentes, Centre, Pays de Loire, Bretagne et Basse-Normandie », Documents d’archéologie méridionale, 24, p. 259-256.

Collectif, 1990 – 150 années de découvertes archéologiques en Vendée, La Mort et le sacré, Catalogue d’exposition, Éditions de l’Albaron.

Cornec T., 1975 – Saint-Martin du Fraigneau, Les Genêts (85), Rapport de prospection, Inrap/SRA Pays de la Loire.

Cornec T., 2007a – Avrillé, Les Terriers (85), Rapport de fouille, Inrap/SRA Pays-de-la-Loire.

Coulaud M., Gachina, J. et Gomez de Soto J., 1983 – « Monument funéraire et cimetière du premier âge du Fer des Nougérées, près du village de Saint-James à Portd’Envaux (Charente-Maritime) », Aquitania, 1, p. 5-24.

Doyen D., 2006 – Angles, Lotissement « Les Champs Gâts » (85 – Vendée), Rapport de diagnostic, INRAP/SRA Pays de la Loire.

Duday H. et Pautreau J.-P., 1984 – « Les sépultures d’enfant du coteau de Montigné à Coulon (Deux-Sèvres) », in Gomez de Soto J. (dir.), Aspects des âges du Fer en Centre-Ouest, Angoulême, Musée municipal, p. 50-51.

Germinet D., 2009 – « Apport de la faune sauvage dans la caractérisation de l’établissement rural laténien des Genâts à Fontenay-le-Comte (Vendée) », in Bertrand I., Duval A., Gomez de Soto J. et Maguer P. (dir.), Les Gaulois entre Loire et Dordogne, Actes du XXXIcolloque international de l’AFEAF, 17-20 mai 2007, Chauvigny, Association des publications chauvinoises, p. 181-192 (Mémoires, XXXIV).

Gomez de Soto J., 1986 – « Une sépulture de la Nécropole des Planes à Saint-Yvrieix (Charente) », in Duval A. et Gomez de Soto J. (dir.), Sur les âges du Fer en France non méditerranéenne, Actes du VIIIcolloque de l’AFEAF, 18-20 mai 1984, Angoulême, Bordeaux, Aquitania, p. 106-111 (suppl. 1).

Gomez de Soto J., 1996 – « Le site du Fouilloux à Agris (Charente), Réflexions sur un possible nécromantion du Bronze moyen », Bulletin de la Société préhistorique française, 93, 4, p. 566-578.

Gomez de Soto J. et Pautreau J.-P., 2000 – « Les espaces funéraires et les rites de la mort de la fin de l’âge du Bronze au ve siècle av. J.-C. dans le Centre-Ouest de la France », in Dedet B. et al. (éd.), Archéologie de la mort, archéologie de la tombe au premier âge du Fer, Actes du XXIcolloque de l’AFEAF, 8-10 mai 1997, Montrozier, Lattes, CNRS, p. 155-162 (MAM, 5).

Gomez de Soto J., 2001 – « La nécropole sanctuaire de l’âge du Fer et gallo-romaine de Ribérolles à Rivières (Charente) », Bulletin de liaison et d’information no 30, Poitiers, Direction des Antiquités Poitou-Charentes, p. 61-62.

Gomez de Soto J., Milcent P.-Y., Baigl J.-P., Gorgues A., Moret P., Nillesse O. et Sireix C., 2003 – « La France du Centre aux Pyrénées (Aquitaine, Centre, Limousin, Midi-Pyrénées, Poitou-Charente) », Gallia, 60, p. 107-138.

Hiernard J. et Simon-Hiernard D., 1996 – Carte archéologique de la Gaule, Les Deux-Sèvres, 79, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres/Maison des Sciences de l’Homme.

Jahier I., 2009 – « Creully, le Clos de l’Épinette (Calvados) », in Giraud P. (dir.), 2009, Gaulois sous les pommiers, Découvertes de l’âge du Fer en Basse-Normandie, ixe-ier siècle av. J.-C., Catalogue d’exposition, Cabourg, Cahiers du temps, p. 27-28.

Jahier I. et Vauterin C.-C., 2010 – « Formes et composantes de l’habitat à l’âge du Fer en Basse-Normandie : architecture, chronologie, organisation, statut – un premier bilan », in Barral P. et al. (dir.), L’âge du Fer en Basse-Normandie, Actes du xxxiiicolloque international de l’AFEAF, Caen, 20-24 mai 2009, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, p. 95-136 (Annales littéraires, n881 ; Série « Environnement, société et archéologie », n14).

Jahier I., 2012 – L’habitat du second âge du Fer de Creully « Le Clos de l’Épinette » (Calvados), Note de synthèse sur les premiers résultats de la fouille de sauvetage conduite de novembre 2005 à avril 2006, Inrap/SRA de Basse Normandie.

Kerouanton I., 2012 – « Un ensemble de 22 enclos circulaires protohistoriques au Champ des Rochers à Soyaux (Charente) », in Berenger D., Bourgeois J., Talon M. et Wirth S., Paysages funéraires de l’âge du Bronze, Colloque international sur l’âge du Bronze, Herne, 15-18 octobre 2008, Darmstadt, Von Zabern, p. 253-261 (Bodenaltertümer Westfalens, 51).

Lallemand D. et Tuffreau-Libre M., 2005 – « La céramique “type Besançon” en Gaule centrale », in Rivet L. (dir.), Spécificités et diffusion de la céramique gallo-romaine en région Centre, Actes du congrès de Blois, 5-8 mai 2005, Marseille, SFECAG, p. 63-81.

Landreau G., 2007 – Un groupement d’enclos protohistoriques à vocation funéraire ? Le Fief de Varzay à Varsay (17), Rapport de fouille.

Landreau G., 2009 – « Entre isthme gaulois et océan, la Saintonge au second âge du Fer : état des connaissances », in Bertrand I., Duval A., Gomez de Soto J. et Maguer P. (dir.), Les Gaulois entre Loire et Dordogne, Actes du XXXIe colloque international de l’AFEAF, 17-20 mai 2007, Chauvigny, Association des publications chauvinoises, p. 245-306 (Mémoires, XXXIV).

Landreau G., 2012 – « “Coup de pouce” au pot à DIOH… Un marqueur emblématique du faciès bas-poitevin méridional », in Échanges et société en Gaule : les céramiques en territoire Picton (iisiècle av. J.-C.-visiècle apr. J.-C.), Actes du congrès de Poitiers, 17-20 mai 2012, Marseille, SFECAG, p. 425-430.

Langohr R., 2000 – « Creusement, érosion et comblement des fossés – L’approche des sciences de la terre », Revue archéologique de Picardie, 1-2, p. 25-56.

Le Clézio L. et Gouzon G., 2013 – ZA Les Motettes, Lot 1, Angles (85), Rapport final d’opération archéologique : fouille préventive, Éveha/SRA Pays de la Loire.

Leguevellou R., 2001 – La Chaize-Le-Vicomte, Les Astiers III (85 046 0020 AH), DFS de diagnostic, Afan/SRA Pays de la Loire.

Lourdaux S. et Gomez de Soto J., 1998 – « La parure de la nécropole de l’âge du Bronze final des Ouches à Auzay, Vendée », in Mordant C., Pernot M. et Rychner V. (éd.), L’Atelier du bronzier en Europe du xxau viisiècle avant notre ère. Actes du colloque international Bronze « 96 » Neuchâtel et Dijon. III- Production, consommation et circulation du bronze. Paris, CTHS, p. 115-128.

Maguer P., 2007a – « Les habitats ruraux entre le ve et le ier siècle avant notre ère », in Bertrand I. et Maguer P. (dir.), De pierres et de terre, Les Gaulois entre Loire et Dordogne, Catalogue d’exposition, Chauvigny, Association des publications chauvinoises, p. 59-62 (Mémoires, XXX).

Maguer P., 2007b – « L’établissement rural de La Chapellière à la Chaize-le-Vicomte (Vendée) », in Bertrand I. et Maguer P. (dir.), De pierres et de terre, Les Gaulois entre Loire et Dordogne, Catalogue d’exposition, Chauvigny, Association des publications chauvinoises, p. 69-71 (Mémoires, XXX).

Maguer P., 2007c – Angoulins, ZAC Les Ormeaux, Charente-Maritime, Rapport final d’opération de fouille préventive, Inrap/SRA Poitou-Charentes.

Maguer P., Arthuis R. et Hiernard J., 2005 – « L’établissement rural de La Chapellière à la Chaize-le-Vicomte (Vendée) : une ferme gauloise de la fin du deuxième âge du Fer (iie siècle-ier siècle av. J.-C.) », Aquitania, 21, p. 21-72.

Mataro i Pladelasala M., 1988 – Civaux Valdivienne, Les nécropoles protohistoriques et structures néolithiques, I, Chauvigny, Société de Recherches Archéologiques, Artistiques, Historiques et Scientifique du Pays Chauvinois (Mémoire, 3).

Meniel P., Auxiette G., Germinet D., Baudry A. et Horard-Herbin M.-P., 2009 – « Une base de données sur les études de faunes des établissements ruraux en Gaule », in Bertrand I., Duval A., Gomez de Soto J. et Maguer P. (dir.), Habitats et paysages ruraux en Gaule et regards sur d’autres régions du monde celtiquee, Actes du XXXIe colloque international de l’AFEAF, 17-20 mai 2007, Chauvigny, Association des publications chauvinoises, p. 417-446 (Mémoires, XXXIV-XXXIV).

Nadeau A. et Tendron G., 2012 – ZAC Les Motettes 2, Ensemble 2, Angles (85), Rapport final d’opération archéologique : fouille préventive, Éveha/SRA Pays de la Loire, 2012.

Nillesse O., 1994 – « Les établissements ruraux gaulois dans le sud de la Vendée », in Buchsenschutz O. et Méniel P. (éd.), Les installations agricoles de l’âge du Fer en Île-de-France, Actes du colloque de Paris, 1993, Paris, Presses de l’École Normale Supérieure, p. 277-293 (Études d’histoire et d’archéologie, 4).

Nillesse O., 1997 – L’établissement rural des Genâts, Fontenay-le-Comte (Vendée), DFS de sauvetage urgent, Afan/SRA Pays de la Loire.

Nillesse O. et Bryand J.-M., 2002 – Parc Vendeopole, Le Pas de Noyer, Enclos circulaire rural gaulois et gallo-romain, parcellaires, Saint-Hermine (Vendée), Rapport de diagnostic, Inrap/SRA Pays de la Loire.

Nillesse O., 2003 – « Les établissements ruraux gaulois de la plaine de Luçon (Vendée) », in Plouin S. et Jud P. (dir.), Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du Fer, Actes du XXcolloque de l’AFEAF, Colmar-Mittelwihr, 16-19 mai 1996, Dijon, RAE, p. 275-288 (RAE, suppl. 20).

Nillesse O., 2007a – « L’établissement rural du Grand Paisilier à Pouillé (Vendée) », in Bertrand I. et Maguer P. (dir.), De pierres et de terre, Les Gaulois entre Loire et Dordogne, Catalogue d’exposition, Chauvigny, Association des publications chauvinoises, p. 72-74 (Mémoires, XXX).

Nillesse O., 2007b – « La résidence aristocratique des Genâts à Fontenay-le-Comte (Vendée) », in Bertrand I. et Maguer P. (dir.), De pierres et de terre, Les Gaulois entre Loire et Dordogne, Catalogue d’exposition, Chauvigny, Association des publications chauvinoises, p. 83-85 (Mémoires, XXX).

Nillesse O., 2007c – Fontenay-Le-Comte, Tènement de la Maisonnette et Pôle du Seillot – ZAC St-Médard, RFO, INRAP/SRA Pays de la Loire.

Nillesse O., 2010 – Angles, Vendée, Le Cimetière aux Chiens, Un établissement rural de la fin de l’Âge du Fer et du début de l’époque romaine, Rapport d’opération, Fouille archéologique, Inrap/SRA Pays de la Loire.

Nillesse O. et al., 2012 – « Éléments pour une chronologie des établissements ruraux de la fin de l’âge du Fer dans le Sud du Bas-Poitou », in Barral P. et Fichtl S. (dir.), Regards sur la chronologie de la fin de l’âge du Fer (iiie-ier siècle avant J.-C.) en Gaule non méditerranéenne : actes de la table ronde tenue à Bibracte, 15-17 octobre 2007, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen, p. 273-300 (Bibracte, 22).

Noguès P., 1995 – Saint-Hermine, La Coudraie (85), Rapport de fouille, Afan/SRA Pays de la Loire.

Pautreau J.-P., 1984 – « L’âge du Fer en Poitou », in Aspects des âges du Fer en Centre-Ouest, Poitiers/Angoulême, Direction des antiquités historiques de Poitou-Charentes/Musée, p. 1-9.

Pautreau J.-P., 1985 – « Le site protohistorique de la Croix-Verte à Antran (Vienne), Premiers résultats », Aquitania, 3, p. 3-26.

Pautreau J.-P., 1992 – « Cimetières villageois, villages, nécropoles-sanctuaires de la fin de l’âge du Bronze au premier âge du Fer dans le centre-ouest de la France (1000-500 av. J.-C.) », in Mordant C. et Richard A. (éd.), L’habitat et l’occupation du sol à l’âge du Bronze en Europe, Actes du colloque international de Lons-le-Saunier, 16-19 mai 1990, Paris, Éd. du CTHS, p. 175-192 (Documents préhistoriques, 4).

Pautreau P., 1996 – « La Vendée préromaine aux marches du Poitou et de l’Armorique », in Provost M., Carte archéologique de la Gaule, La Vendée, 85, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres/Maison des Sciences de l’Homme, p. 42-44.

Pautreau J.-P. et Mataro i Pladelasala M., 1987 – « Les enclos protohistoriques de Cubord à Valdivienne (Vienne) : Étude préliminaire », in Préhistoire de Poitou-Charente : problèmes actuels, Actes du IIICongrés national des Sociétés Savantes, Poitiers, Paris, Éd. du CTHS, p. 290-306.

Pautreau J.-P., Mataro i Pladelasala M. et Villard A., 1992 – Civaux-Valdivienne, Les nécropoles protohistoriques et structures néolithiques, II, Enclos, fosses, structures de combustion, Chauvigny, Association des Publications Chauvinoises (Mémoire, 7).

Pautreau J.-P., Mornais P. et Mataro i Pladelasala M., 2000 – Civaux-Valdivienne, Les nécropoles protohistoriques et structures néolithiques, III, Le grand champ à Gavid, La tombe aux Cornemuseux (Vienne, France), Chauvigny, Association des Publications Chauvinoises (Mémoire, 16).

Peridy P., 1999 – « L’archéologie du bocage vendéen (France). État des recherches », RAP, Numéro spécial 17, p. 373-386.

Poissonnier B., 1997 – La Vendée préhistorique, La Crèche, Geste Éditions.

Poux M. et Nillesse O., 2003 – « Le vin, le sang et le fer. Un passage de Polybe (II, 19) et le rôle important dans les cultes indigènes de la fin de l’âge du Fer », in Mandy B. et De Saulce A. (dir.), Les marges de l’Armorique à l’âge du Fer ; Archéologie et Histoire : culture matérielle et sources écrites, Actes du XXIIIe colloque de l’AFEAF, Musée Dobrée, Nantes, 13-16 mai 1999, Rennes, Revue archéologique de l’Ouest, p. 293-308 (RAO suppl. 10).

Provost M., 1996 – Carte archéologique de la Gaule, La Vendée, 85, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres/Maison des Sciences de l’Homme.

Sartou A., 2014 – Marigny-Marmande (37), « Le Toucheau », Rapport final d’opération archéologique (fouille préventive), Éveha/SRA Centre, 2014.

Vialet P. et Collard C., 2004 – Angles, « Les Motettes » (85 - Vendée), Rapport de diagnostic, Inrap/SRA Pays de la Loire.

Villard-Le Tiec A., Gomez de Soto J. et Bouvet J.-P. (Coord.), 2010 – « Pratiques funéraires du second âge du Fer en Gaule de l’Ouest (Bretagne, Pays de la Loire, Poitou-Charente) », in Barral P. et al. (éd.), L’âge du Fer en Basse-Normandie, Gestes funéraires en Gaule du Second âge du Fer, Actes du XXXIIIe colloque international de l’AFEAF, 20-24 mai 2009, Caen, Vol. II, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, p. 85-106.

Watteaux M., 2009 – La dynamique de la planimétrie parcellaire et des réseaux routiers en Vendée méridionale, Études historiographiques et recherches archéogéographiques, Thèse de Doctorat en archéologie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Zélie B., 2003 – Le site de Pons et le territoire des Santons de l’âge du Fer à la période gallo-romaine, Mémoire de Maîtrise en archéologie, Université de Poitiers.

Haut de page

Annexe

Annexe : Sources des données exploitées pour réaliser les cartes de répartition (fig. 14 et 16).

1. Angles, ZA Les Motettes (85)

  • Le Clézio L. et Gouzon G., 2013 – ZA Les Motettes, Lot 1, Angles (85), Rapport final d’opération archéologique : fouille préventive, Éveha/SRA Pays de la Loire.

  • Nadeau A. et Tendron G., 2012 – ZAC Les Motettes 2, Ensemble 2, Angles (85), Rapport final d’opération archéologique : fouille préventive, Éveha/SRA Pays de la Loire, 2012.

  • Vialet P. et Collard C., 2004 – Angles, « Les Motettes » (85-Vendée), Rapport de diagnostic, Inrap/SRA Pays de la Loire.

2. Avrillé, Les Terriers (85)

  • Cornec T., 2007 – Avrillé, Les Terriers (85), Rapport de fouille, Inrap/SRA Pays-de-la-Loire.

3. Fontenay-le-Comte, Les Genâts (85)

  • Nillesse O., 1997 – L’établissement rural des Genâts, Fontenay-le-Comte (Vendée), DFS de sauvetage urgent, Afan/SRA Pays de la Loire.

4. Fontenay-le-Comte, Tènement de la Maisonnette (85)

  • Nillesse O., 2007 – Fontenay-le-Comte, Tènement de la Maisonnette et Pôle du Seillot – ZAC Saint-Médard, RFO, Inrap/SRA Pays de la Loire.

5. La Chaize-le-Vicomte, Les Astiers III (85)

  • Leguevellou R., 2001 – La Chaize-le-Vicomte, Les Astiers III (85 046 0020 AH), DFS de diagnostic, Afan/SRA Pays de la Loire.

6. Longeville, Plage du Rocher (85)

  • Cros J.-P. et Joussaume R., 1994 – « Une urne funéraire sur la plage du Rocher à Longeville, Vendée », Bulletin du Groupe Vendéen d’Études Préhistoriques, 30, p. 9-20.

  • Joussaume R, 1975 – Longeville-sur-Mer, Plage du Rocher (85), Rapport de sauvetage urgent, CNRS/SRA Pays de la Loire.

  • Joussaume R. et Samanos P., 1984 – Fouille de sauvetage à Longeville-Plage, Vendée, Bulletin du Groupe Vendéen d’Études Préhistoriques, 11, p. 39-43.

7. Saint-Hermine, La Coudraie (85)

  • Noguès P., 1995 – Saint-Hermine, La Coudraie(85), Rapport de fouille, Afan/SRA Pays de la Loire.

8. Saint-Hermine, Parc de Vendéopole, Pas de Noyer (85)

  • Nillesse O. et Bryand J.-M., 2002 – Parc Vendeopole, Le Pas de Noyer, Enclos circulaire rural gaulois et gallo-romain, parcellaires, Saint-Hermine (Vendée), Rapport de diagnostic, Inrap/SRA Pays de la Loire.

9. Saint-Martin-du-Fraigneau, Les Genêts (85)

  • Cornec T., 1975 – Saint-Martin du Fraigneau, Les Genêts (85), Rapport de prospection, Inrap/SRA Pays de la Loire.

10. Coulon, Le Coteau de Montigné (79)

  • Pautreau J.-P., 1982 – Le Coteau de Montigné à Coulon (Deux-Sèvres) : Travaux 1978-80, Groupe Vendéen d’études préhistoriques ; 7, p. 12-17.

11. Coulon, Le Petit Mazureau (79)

  • Pautreau J.-P., 1977 – Coulon, Le Petit Mazureau, Rapport de fouille de sauvetage.

12. La Crèche, Champs Albert (79)

  • Cornec T., 2007 – La Crèche, Champs Albert, Rapport de diagnostic.

13. Romans, La Garenne du Prieuré (79)

  • Cornec T. et Grand C., 2002 – Romans, la Garenne du prieuré, DFS, Diagnostic archéologique.

14. Saint Gelais, Le Coteau de la Garenne (79)

  • Convertini F. et Gineste M.-A., 1999 – Site protohistorique de Derrière la Garenne du Coteau : Saint Gelais (79), DFS.

15. Usseau, Fief du Grand Breuil (79)

  • Mitard P.-H., 1981 – Sondage sur un fossé circulaire présumé protohistorique découvert à Usseau (Deux-Sèvres), Le Fief du Grand Breuil, Rapport de sondage.

16 et 17. Vouillé, Champs de Noyer et Les Champs de Gelle (79)

  • Petorin N., Baty P., Vallet C. et Vequaud B., 2001 – Vouillé-Gascougnolles. L’Ille, Le Champs du Noyer, Les Champs de Gelle, Rapport de fouille de sauvetage urgent.

18. Antran, La Croix Verte (86)

  • Pautreau J.-P., 1985 – Le site protohistorique de la Croix-Verte à Antran (Vienne), Premiers résultats, Aquitania, 3, p. 3-26.

19. Brux, Chez Foucher (86)

  • Nacfer M.-N. et D’Agostino A., 1997 – Déviation de la RN 10, Chez Foucher (Vienne), DFS de prospection.

20. Civaux, La Croix de Laps (86)

27 et 28. Valdivienne, Cubord et La Tombe au Cornemuseux (86)

  • Mataro i Pladelasala M., 1988 – Civaux Valdivienne, Les nécropoles protohistoriques et structures néolithiques, I, Chauvigny, Société de Recherches Archéologiques, Artistiques, Historiques et Scientifique du Pays Chauvinois (Mémoire, 3).

  • Pautreau J.-P. et Mataro i Pladelasala M., 1987 – « Les enclos protohistoriques de Cubord à Valdivienne (Vienne) : Étude préliminaire », in Préhistoire de Poitou-Charente : problèmes actuels, Actes du IIICongrès national des Sociétés Savantes, Poitiers, Paris, Éd. du CTHS, p. 290-306.

  • Pautreau J.-P., Mataro i Pladelasala M. et Villard A., 1992 – Civaux-Valdivienne, Les nécropoles protohistoriques et structures néolithiques, II, Enclos, fosses, structures de combustion, Chauvigny, Association des Publications Chauvinoises (Mémoire, 7).

  • Pautreau J.-P., Mornais P. et Mataro i Pladelasala M., 2000 – Civaux-Valdivienne, Les nécropoles protohistoriques et structures néolithiques, III, Le grand champ à Gavid, La tombe aux Cornemuseux (Vienne, France), Chauvigny, Association des Publications Chauvinoises (Mémoire, 16).

21. Dissay, La Ferme du Pont (86)

  • Rousseau J., 2002 – Dissay, La ferme du Pont, Rapport de diagnostic.

  • 22. Dissay, Millas (86)

  • Pautreau J.-P., 1999 – Millas, Dissay (Vienne), Rapport de fouille, CNRS Université de Rennes I.

23. Naintré, Laumont (86)

  • Jegouzo A., et Sanglar V., 2004-2005 – Naintré, Laumont (Vienne 86), Rapport de diagnostic.

24. Persac, Les Combles (86)

  • Pautreau J.-P., 1996 – Les Combes, Persac, Rapport de fouilles préventives.

25. Saint-Cyr, Traversais (86)

  • Ollivier A., 1982 – Traversais, Saint-Cyr, Rapport de sauvetage.

26. Saint-Georges-les-Baillargeaux, Le Manot (86)

  • Baty P., 2006 – Saint-Georges-les-Baillargeaux, Le Manot, Rapport de diagnostic.

29. Vivonne, Le Champs des Grolles (86)

  • Baranger A., 2009 – Les structures dites funéraires de l’âge du Bronze et de l’âge du Fer en Poitou-Charentes, Mémoire de Master II en Archéologie, Université de Poitiers, France.

30. Fléac, Les Murailles (16)

  • Ricard J.-L., 2007 – Fléac, Les Murailles, Rapport de diagnostic archéologique.

31. La Rochefoucault, Olérat (16)

  • Foucher P. et Gomez de Soto J., 1995 – Le site protohistorique d’Olérat à la Rochefoucault (Charente), Fouille préventive préalable à l’ouverture de la carrière Garandeau, Rapport de fouille.

32. L’Isle d’Espagnac, Bel Air (16)

  • Maguer P., Gomez de Soto J. et Coutureau M. (2006) – L’isle d’Espagnac, Bel Air, RFO, Inrap/SRA.

33 et 34. Margnac-sur-Touvre, Champs des Rochers et Monregner (16)

  • Galtié E., 2007 – Les enclos circulaires de Montregner (Magnac-sur-Touvre, Charente), Rapport de fouille, Inrap/SRA.

35. Puyréaux, Nécropole des Marais (16)

  • Ducongé S. et Gomez de Soto J., 2009 – « La nécropole des Marais à Puyréaux (Charente), Découvertes anciennes et premiers résultats de fouille », in Journée du Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire, Rennes, p. 33-34.

36. Rivières, Ribérolles (16)

  • Gomez de Soto J., 1996-1999 – Environnement des grottes des Perrats et des Duffaits, Pratiques funéraires et cultuelles protohistoriques dans le karst de la Rochefoucault (Charente) Rivières, Ribérolles, Rapport de fouille programmée.

37. Roullet-Saint-Estèphe, Le Petit Berguille (16)

  • Boguszewski A., Perroux J. et Rouzo P., 2001 – Déviation de Roullet Saint Estèphe, RN10, « Le petit Berguille », Rapport d’opération archéologique de diagnostic et de fouilles de sauvetage urgent, Afan/SRA.

38. Saint-Yvrieux-sur-Charente, Nécropole des Planes (16)

  • Gomez de Soto J., 1986 – « Une sépulture de la Nécropole des Planes à Saint-Yvrieix (Charente) », in Duval A. et Gomez de Soto J. (dir.), Sur les âges du Fer en France non méditerranéenne, Actes du VIIIcolloque de l’AFEAF, 18-20 mai 1984, Angoulême, Bordeaux, Aquitania, p. 106-111 (suppl. 1).

39. Segonzac, Biard (16)

  • Burnez C. et Gomez de Soto J., 1988 – Biard à Segonzac (Charente), Rapport de fouille de sauvetage.

40. Segonzac, Font de Belle, Chez Allard (16)

  • Burnez C., 1990 – Font Belle et Chez Allard à Segonzac (Charente), Rapport de sauvetage urgent.

41. Soyaux, Champs des Rochers (16)

  • Kerouanton I., 2012 – « Un ensemble de 22 enclos circulaires protohistoriques au Champ des Rochers à Soyaux (Charente) », in Berenger D., Bourgeois J., Talon M. et Wirth S., Paysages funéraires de l’âge du Bronze, Colloque international sur l’âge du Bronze, Herne, 15-18 octobre 2008, Darmstadt, Von Zabern, p. 253-261 (Bodenaltertümer Westfalens, 51).

42. Arvert, La Cayenne (17)

  • Boisseau B., 1999 – Déviation d’Arvert - Étaules - Chaillevette, Phase I, Rapport de sondage.

43. Avy, La Jalette (17)

  • Dassié J. et Lassarde L., 1972 – Sauvetage effectué sur le site protohistorique de Avy – Jalette (17), Rapport de fouille, Sauvetage urgent.

  • Lassarde L., 1981 – Un sauvetage sur un site protohistorique à Avy, Rapport de fouille de sauvetage.

  • Lassarde L., 1986 – Fossés protohistoriques aux Cormiers d’Avy, Rapport de fouille de sauvetage urgent.

44. Barzan, La Combe du Prieur (17)

  • Robin K., 1997 – Combe du prieur, commune de Barzan, Fossés protohistoriques et gallo-romains, DFS, Prospections archéologiques.

45. Chaniers, Pièce des Sept Journaux (17)

  • Miailhe V., 2008 – Charniers (17), Pièce des Sept Journeaux, Rapport de diagnostic archéologique.

46. Chérac, Terres de Dion (17)

  • Mille P., Gineste M.-C., Texier P. et Galibert P., 2000 – Route nationale 141. Aménagement à 2x2 voies entre les Breuils et le département de la Charente ; communes de Dompierre-sur-Charente et Chérac, DFS.

47. Corne-Écluse, La Traverserie (17)

  • Mohen, J.-P., 1970 – Sondages sur le site de la Traverserie, commune de Corme-Ecluse (17), Rapport de diagnostic.

48. Courcoury, Le Terrier de la Fade (17)

  • Gomez de Soto J., 2002 – « Le site du Terrier de la Fade à Courcoury (Charente-Maritime), De la nécropole au sanctuaire », Bulletin de l’AFEAF, 20, p. 43-45.

49. Cozes, La Grande Herbaude (17)

  • Vallet C., Menier D. et Miailhe V., 2003 – La Grande Herbaude, Cozes (Charente-Maritime), DFS, Diagnostic archéologique, INRAP/SRA Poitou-Charentes.

50. Cram-Chaban, Pouillac (17)

  • Barbier S. et Pichon M., 1997 – Cram-Chaban, Pouillac-le-Treuil, Opération de diagnostic approfondi, Rapport d’évaluation.

51. Forges, Les Roches (17)

  • Vacher S., 2003 – Forges, Les Roches, Rapport de diagnostic.

52. La Tremblade, Le Petit Maine Cabaud (17)

  • Dumont A. et Balerin C., 1999 – Petit Maine Cabaud, La Tremblade, Rapport de fouille.

53 et 54. Muron, La Couture et Les Régannes (17)

  • Bolle A., 1994 – Muron (Charente-Maritime), Rapport d’évaluation, Afan/SRA Poitou-Charentes.

55. Neuillac, Chez Bertrand (17)

  • Gaillard, J., 1977 – Enclos funéraire de La Tène finale chez Bertrand à Neuillac (Charente-Maritime), Rapport de fouille.

56. Pons, Font Barbot (17)

  • Lassarde L., 1984 – Nécropole de 23 siècles sur l’aérodrome de Pons, Rapport de fouille de sauvetage urgent.

57. Port d’Envaux, Fief du Chail (17)

  • Ernaux P. et Farago B., 1993 – Opération archéologique A 837 : Le fief de Chail à Port d’Envaux, Rapport de fouille.

  • Ernaux P., Farago-Székèrès B. et Gomez de Soto J., 1999 – « Enclos funéraire du Bronze ancien du Fief du Chail à Port-d’Envaux (Charente-Maritime) », Bulletin de la Société Préhistorique Française, 96, 1, p. 53-62.

58. Port d’Envaux, Les Nougérées (17)

  • Coulaud M., Gachina J. et Gomez de Soto J., 1983 – « Monument funéraire et cimetière du premier âge du Fer des Nougérées, près du village de Saint-James à Portd’Envaux (Charente-Maritime) », Aquitania, 1, p. 5-24.

59. Préguillac, Le Pedeau (17)

  • Lejars T., Petorin N. et Laporte L., 1989 – Préguillac-le Pédreau en Charente-Maritime, Campagne de janvier et novembre 1989, Rapport de sauvetage.

60. Saint-Cyr-du-Doret, Cocros (17)

  • Bouin F., 1986 – Cocros, Saint-Cyr-du-Doret, Rapport de diagnostic.

61. Saint-Georges-de-Didonne, Chemin de Margitte (17)

  • Beausoleil J.-M., 2004 – Chemin de Margite, commune de Saint-Georges-de-Didonne (Charente-Maritime), DFS.

62. Saint-Georges-des-Coteaux, ZAC des Coteaux (17)

  • Gerber F. et al., 2002 – Saint-Georges-des-Coteaux, ZAC des Coteaux, lieu-dit « la Mission », Occupation, sépultures, parcellaires de l’Antiquité au haut Moyen Age, Rapport de fouilles, Inrap/SRA Poitou-Charentes.

63. Saintes, Dichonche-La Montée (17)

  • Baranger A., 2009 – Les structures dites funéraires de l’âge du Bronze et de l’âge du Fer en Poitou-Charentes, Mémoire de Master II en Archéologie, Université de Poitiers, France.

64. Saintes, Les Saints Vivien (17)

  • Buisson J.-F., 1992 – Saintes (17), « Les Saints Vivien », Évaluation.

65. Saintes, L’Ormeau de Pieds (17)

  • Ternet S., 1992 – Saintes (17), Le pied de l’Ormeau, Sauvetage urgent.

66. Saintes, Malabry (17)

  • Sergent F., 2007 – Saintes « Malabry », RFO.

67. Saintes, Pont Bordeau (17)

  • Baranger A., 2009 – Les structures dites funéraires de l’âge du Bronze et de l’âge du Fer en Poitou-Charentes, Mémoire de Master II en Archéologie, Université de Poitiers, France.

68. Saintes, 13 rue de la Côte de Beauté (17)

  • Landreau G., 2004 – Évaluation de sauvetage, 13 rue de la côte de Beauté, Saintes, DFS.

69. Surgères, Cornet (17)

  • Cattedu I., 1996 – Déviation RD 411 - RD 939 Surgères, Cornet : habitat médiéval et structure protohistorique, Rapport de fouille.

70. Varsay, Le Fief de Varzay (17)

  • Landreau G., 2007 – Un groupement d’enclos protohistoriques à vocation funéraire ? Le Fief de Varzay à Varsay (17), Rapport de fouille.

Haut de page

Notes

1 Il ne reste de ce dépôt qu’un seul moule conservé au musée vendéen de Fontenay-le-Comte (Collectif, 1990, n52 p. 109 et 112 ; Provost, 1996, p. 62).

2 Dans cet ouvrage, figure la formule suivante : Vfmoy=(Pfmoy x Lfmoy) x Cmoy (Vfmoy = Volume moyen de terres extraites du fossé ; Pfmoy = Profondeur moyenne du fossé ; Lfmoy = Largeur moyenne du fossé ; Cfmoy = Circonférence moyenne du fossé circulaire, soit 2πr). Dans le cadre d’un fossé au profil en « V », le résultat devra être divisé par deux, la surface d’un triangle étant égale à ½ (base x hauteur). Aussi obtient-on : Vfmoy = (0,83 x 2,08) x (π10,50) = 56,91 m3 et Vfmoy/2 = 28,46 m3.

3 « Comme dans les nécropoles-sanctuaires, il apparaît que les manifestations religieuses et funéraires ne sont pas toujours dissociables aux époques protohistoriques ».

4 Un enclos rectangulaire de 1 200 mètres carrés apparaît à La Bergerie, « mais il n’est pas du tout certain que le site ne se développe pas hors emprise » (Nillesse, 1994, p. 282-283).

5 Figurent aussi deux exemples de structures maçonnées mises en œuvre dans des sites de statut élevé durant la période du Hallstatt final et de La Tène ancienne, à Basly La Campagne (Calvados) et Courseulles-sur-Mer (Calvados). En outre, le site de la ZAC de Beaulieu à Caen a livré un autre exemple de construction en pierre dans une ferme de La Tène finale. Il s’agit d’un muret élevé en pierres sèches contre une des parois d’une fosse carrée. Cette structure creusée dans le substrat calcaire a peut-être servi au stockage d’aliments (Besnard-Vauterin, Navarre et al., 2008, p. 168, 171 et fig. 8, p. 172).

6 « La profondeur moyenne est de 1,25 mètre pour les 365 enclos d’habitat pour lesquels cette rubrique est renseignée ».

7 Dans cet ouvrage, il relève des dimensions variables : « les moins profonds et les moins larges sont ceux de « La Bergerie » avec environ 0,75 mètre de large sur 0,75 mètre de profondeur ; ceux du Grand Paisilier atteignent 2,60 mètres sur 2,20 mètres ». D’une manière générale, P. Maguer indique que « les profondeurs des fossés varient en fonction des traditions régionales mais également du statut social des occupants, de quelques centimètres de profondeur à près de 4 mètres dans quelques cas exceptionnels », tel qu’aux Natteries (Maguer, 2007a, p. 61).

8 L’hypothèse d’un creusement du comblement supérieur du fossé, « peut-être pour installer une palissade », est également avancée au Cimetière aux Chiens (Nillesse, 2010, p. 10).

9 La stratigraphie du comblement du fossé d’enclos de l’établissement rural de la Chapellière à la Chaize-le-Vicomte a donné lieu à la même conclusion (Maguer et al., 2005, p. 28-29).

10 La probabilité de cette mesure atteint 95,4 %.

11 « Selon la chronologie du mobilier, le processus de colmatage de l’enclos [du « Cimetière aux Chiens »] s’est probablement réalisé en environ 150 ans au maximum, entre La Tène D1 (phase 2a) et le début du Haut-Empire (phase 2b) » (Nillesse, 2010, p. 12).

12 Ces différentes hypothèses sont développées dans le rapport final d’opération (Nadeau et Tendron, 2012, p. 41-48).

13 Les niveaux laténiens du Cimetière aux Chiens ne comprennent que quatorze coquillages pour un poids total de 74 g. Les restes malacologiques sont plus importants et plus diversifiés dans les niveaux du Haut Empire (Baudry, A. et Dupont, C., Les invertébrés, dans Nillesse, 2010, p. 53).

14 En Gaule, les espèces sauvages représentent en moyenne 1,5 % des restes déterminés. Elles apparaissent dans des proportions plus élevées sur les sites ou quartiers « au statut social plus élevé », par exemple aux Genâts à Fontenay-le-Comte (Germinet, 2009, p. 181).

15 L’absence d’éléments de briquetage et de « zone de rejet des boues cuites caractéristiques des établissements de saunier régionaux » tend vers la même conclusion (Maguer, 2007c, p. 148-149).

16 Pareille hypothèse a été avancée à Angles au Cimetière aux Chiens, d’où provient une seule scorie (Nillesse, 2010, p. 35).

17 Ce constat n’est pas inhabituel : sur le site de la ZAC des Ormeaux à Angoulins (Charente-Maritime), « l’outillage est, comme à l’accoutumé sur ces sites ruraux de la fin de l’âge du Fer, pratiquement absent » (Bardot X. et Maguer P., Le mobilier métallique, dans Maguer, 2007c, p. 109). Quelques éléments de quincaillerie ont été découverts à Angles au Cimetière aux Chiens (Nillesse, 2010, p. 27-29 et fig. 60-61).

18 Ces relations transparaissent notamment au Grand Paisilier, où une vingtaine de pilettes de fours à sel ont été retrouvées (Nillesse, 2007a, p. 73 ; cf. également Bernard, 1996, p ; 53-54 et 2002, p. 88).

19 César évoque en 56 av. J.-C. des Ambiliati membres de l’alliance armoricaine (BG III, 9, 10) et Pline nomme des Ambilatri en tête de sa liste des peuples composant l’Aquitaine augustéenne (HN IV, 108-109). Ces deux formes se rapportent vraisemblablement à un seul et même peuple (Hiernard et Simon-Hiernard, 1996, p. 60 ; cf. également Zélie, 2003).

20 « Le second Âge du Fer, et en particulier La Tène finale, apparaît, du moins dans la plaine vendéenne où les fermes indigènes ont été fouillées, comme un moment fort [de l’histoire de cette trame morphologique], probablement celui de son émergence » ; elle précise également « qu’en l’état actuel des recherches il n’est pas possible de mettre en évidence une mise en valeur intensive durant l’âge du Bronze ».

21 Il émet ainsi l’hypothèse d’une réorganisation du territoire pour « une gestion plus rationaliste de la campagne ».

22 Elle observe en particulier que « nombre d’enclos gaulois sont cohérents avec la planimétrie transmise ».

23 Section A3 du cadastre napoléonien (3P-004-AD-004). Le remembrement occasionné par la construction de la route départementale 747 dans les années 1960 marque à son tour un découpage discordant du secteur (Vialet et Collard, 2004, p. 2 et fig. 4).

24 Ces différentes occupations sont évoquées dans Nadeau et Tendron, 2012, p. 18-19 et 55.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation du site / Location of the site
Crédits source carte IGN au 1/25 000 1328 OT ; mise au net : A. Nadeau
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3342/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Titre Figure 2 : Plan du site / Plan of the site
Crédits DAO : F. Lecendrier ; mise au net : L. Le Clézio
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3342/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 595k
Titre Figure 3 : Plan et coupes de l’enclos circulaire 142 / Plan and profile of the circular enclosure 142
Crédits DAO : F. Lecendrier ; Dessins et mise au net : G. Gouzon et L. Le Clézio
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3342/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 418k
Titre Figure 4 : Photographie de l’enclos circulaire 142 après ouverture à 100 % / Photo of the circular enclosure 142, after complete excavation
Crédits Cliché : G. Gouzon.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3342/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 5 : Mobilier céramique provenant des structures 148, 120 et 142 / Ceramic found in St 148, 120 and 142
Crédits Dessins, DAO et mise au net : S. Giovannacci.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3342/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Titre Figure 6 : Plan et coupes de l’enclos en fer à cheval 111 / Plan and profile of the horseshoe enclosure 111
Crédits DAO : F. Lecendrier ; Dessins et mise au net : G. Gouzon et L. Le Clézio
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3342/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Figure 7 : Photographie de l’enclos en fer à cheval 111 en cours de fouille / Photo of the horseshoe enclosure 111 during excavation
Crédits Cliché : G. Gouzon.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3342/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Figure 8 : Plan et coupes de l’enclos quadrangulaire 101 / Plan and profile of the quadrangular enclosure 101
Crédits DAO : F. Lecendrier ; Dessins et mise au net : G. Gouzon et L. Le Clézio.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3342/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Titre Figure 9 : Photographie de l’enclos quadrangulaire 101 en cours de fouille / Photo of the quadrangular enclosure 101 during excavation
Crédits Cliché : G. Gouzon.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3342/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Figure 10 : Plan et coupes de l’enclos quadrangulaire 205 / Plan and profile of the quadrangular enclosure 205
Crédits DAO : F. Lecendrier ; Dessins et mise au net : G. Gouzon et L. Le Clézio.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3342/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 11 : Photographie de l’enclos quadrangulaire 205 en cours de fouille / Photo of the quadrangular enclosure 205 during excavation
Crédits Cliché : L. Le Clézio.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3342/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Figure 12 : Plan et coupes de la fosse 148 / Plan and profile of the pit 148
Crédits DAO : F. Lecendrier ; Dessins et mise au net : G. Gouzon et L. Le Clézio.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3342/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 13 : Répartition et physionomie des sites à enclos autour du golfe des Pictons à l’âge du Fer / Distribution and physiognomy of enclosure sites in the Pictons Gulf in the Iron Age
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3342/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 14 : Répartition, morphologies et datations des sites à enclos autour du golfe des Pictons à l’âge du Fer / Distribution, morphologies and dating of enclosure sites in the Pictons Gulf in the Iron Age
Crédits DAO et mise au net : G. Gouzon et L. Le Clézio.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3342/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 15 : Typologie des formes d’enclos référencés sur la figure 14 / Typology of enclosure shapes refered to in figure 14
Crédits DAO et mise au net : G. Gouzon.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3342/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 686k
Titre Figure 16 : Indices funéraires et/ou cultuels et datations parmi les sites de la zone étudiée / Funereal and/or religious indications and datings on the sites of the area studied
Crédits DAO et mise au net : G. Gouzon et L. Le Clézio.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3342/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 17 : Plan phasé du site / Time plan of the site
Crédits DAO : F. Lecendrier et A. Nadeau.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3342/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 778k
Titre Figure 18 : Vues de l’entrée parementée de l’enclos / View of the walled entrance ot the enclosure
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3342/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 19 : Relevés des parements St 152 et 153 / Drawings os St 152 and 153
Crédits Relevés et DAO : F. Lecendrier et J. Mousset.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3342/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 458k
Titre Figure 20 : Profil de la section St 5 du fossé d’enclos / Profile of section St 5 of the enclosure ditch
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3342/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Figure 21 : Angle sud-ouest de l’enclos / South-Western angle of the enclosure
Crédits Cliché : F. Lecendrier.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3342/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Figure 22 : Coupes du fossé d’enclos / Profiles of the enclosure ditch
Crédits Relevés : G. Tendron, J. Mousset, L. Martignole, F. Lecendrier et A. Nadeau ; DAO : F. Lecendrier et A. Nadeau.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3342/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 915k
Titre Figure 23 : Mobilier associé à l’occupation de l’enclos / Finds associated with the occupation of the enclosure
Crédits Clichés : G. Tendron ; dessin et mise au net : N. Peyne.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3342/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Titre Figure 24 : Évolution du parcellaire / Evolution of the system of land division
Crédits DAO : A. Nadeau ; sources : Section A3 du cadastre napoléonien, geoportail.fr, Vialet et Collard 2004, figures 4-5.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3342/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 887k
Titre Figure 25 : Habitats groupés et occupations rurales en Centre-Ouest aux iie et ier siècles av. J.-C. / Grouped settlements and rural sites in the Central-Western France in the 2nd and 1st centuries BC
Crédits DAO : A. Nadeau ; sources : Landreau, 2009, figures 13 et 40 ; Bertrand et Maguer, 2007, p. 160 ; Cellule Carte archéologique du SRA Pays-de-la-Loire.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3342/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Nadeau et Laurence Le Clézio, « Enclos funéraires, établissement rural et parcellaire protohistoriques du site des Motettes à Angles (Vendée) », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 33 | 2016, mis en ligne le 31 juillet 2019, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rao/3342 ; DOI : 10.4000/rao.3342

Haut de page

Auteurs

Antoine Nadeau

Éveha – Études et valorisations archéologiques, Route de Larnay, La Tardiverie, 86 580 Biard, Responsable d’opération (lot 2).

Laurence Le Clézio

Éveha – Études et valorisations archéologiques, 23 rue des Maréchales, ZAC des Trois-Marches, 35132 Vezin-le Coquet, Responsable d’opération (lot 1).

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page