Navigation – Plan du site

Flacons à parfum et pots à onguent de l’épave du Casimir (1829) – Des témoignages rares de la faïencerie Robert Le Demandé (Sanvic au Havre, Seine-Maritime)

Perfume bottles and ointment pots of Le Casimir wreck (1829). Rare testimonies of Robert Le Demandé faience factory (Sanvic in Le Havre, Seine-Maritime Dept.)
Parfümfläschchen und Salbgefäße aus dem Wrack der Casimir (1829). Seltene Zeugnisse der Produktion der Fayencemanufaktur Robert Le Demandé (Sanvic au Havre, Seine-Maritime, Frankreich)
Frascos a perfume y potes a ungüento de los restos del Casimir (1829) – Testimonios raros de la fábrica de mayólica Robert Le demandé (Sanvic en Le Havre, Seine-Maritime, Francia)
François Gendron, Simon Q. Spooner et Thomas Calligaro
p. 311-328

Résumés

Cet article présente la typologie du flaconnage de parfumerie découvert dans l’épave du Casimir. Ce brick de commerce havrais fit naufrage le 27 avril 1829 sur la côte septentrionale d’Haïti (aujourd’hui située en République dominicaine). L’étude morphométrique des contenants, pots en faïence et flacons en verre, est enrichie de l’analyse vibrationnelle de ces derniers par spectroscopie infra-rouge (IRTF) et leur analyse chimique par la méthode PIXE (Particule Induced X-Ray Emission) afin de préciser leurs compositions. Les résultats sont utilisés pour rechercher le fabricant de ces flacons et tenter d’identifier les initiales « D.R. » présentes sur presque tous ces récipients. Entre 1825 et 1829, seule la faïencerie Robert Le Demandé est en activité à Sanvic, en banlieue du Havre mais ce faïencier, qui signe ses productions du monogramme « D.R. », n’est pas verrier. L’explication proposée à la présence du monogramme sur la panse des flacons serait qu’il fut aussi négociant-verrier. Les résultats de cette recherche enrichissent d’éléments factuels l’histoire économique du Havre et de la région Normandie pour le début de l’ère industrielle. Ils illustrent les exportations « d’articles de Paris » vers Haïti à la fin de la seconde Restauration (1815-1830).

Haut de page

Notes de l'auteur

Cette recherche a bénéficié du soutien de M. J. Lopez, directeur de l’ONPCS et de M. F. Soto, directeur technique de l’ONPCS (Santo Domingo, République dominicaine) ainsi que des conseils de M. G. Vindry, conservateur du musée international de la Parfumerie de Grasse (Alpes-Maritimes) et de M. E. Gonthier, maître de conférences du MNHN. M. X. Galet du MNHN a traité les analyses spectrales et M. P. Villié (Techsub) a autorisé l’utilisation de la photographie du flacon de Crécy-la-Chapelle. Mme Ann Smith, Nautical Archaeological Society, a dessiné les flacons. Remerciements aux étudiants, C. O’Sullivan, N. Bose, A. Falatakis et R. Pion.

Texte intégral

1. Vestiges d’histoire, l’épave du Casimir

  • 1 ADMAT : Anglo-Danish Maritime Archaeological Team, est un non-profit organisation f (...)
  • 2 MNHN : Muséum national d’histoire naturelle, Paris.
  • 3 Lesrecherches menées sur des sites de vente en ligne nous ont permis de retrouver, aux État (...)

1Dans la décennie 1970, des pêcheurs dominicains signalèrent la présence d’une pile de briques au pied de la barrière de corail à sept milles à l’est de la ville de Monte Cristi. En 1986, plus attiré par le lucre que par le sucre de l’Histoire, un hôtelier de Monte Cristi invita Peter Throckmorton (1928-1990), l’un des pères de l’archéologie subaquatique nord-américaine, afin qu'il évalue l’épave sous couvert d’archéologie. Throckmorton n’y effectua qu’une seule prospection au cours de laquelle il aurait découvert une bouteille de vin brisée et quelques pots à onguent en faïence dichrome. Ces maigres reliefs d’une fortune de mer n’intéressèrent guère plus l’archéologue, mais valurent à l’épave son premier surnom archéologique, le « Plate Wreck » (L’Épave à l’assiette). Ce surnom lui était donné par les pêcheurs locaux qui y découvraient des assiettes en porcelaine. Puis l’oubli retomba sur les vestiges jusqu’en 1998. À cette date, Simon Q. Spooner, fondateur d’ADMAT1, lança des prospections puis des fouilles archéologiques scientifiques sur le Plate Wreck (1998, 1999, 2000 et 2005-2006) ; rejoint à partir de 2000 par François Gendron du MNHN2. La fouille méthodique de l’épave conduisit à la découverte d’une riche collection de flacons à parfum dans des poches de sable et dans une cavité de la barrière de corail. Cette dernière contenait à elle seule quatre-vingt-dix flacons vides et noircis intérieurement répondant à quatre modèles différents. Simon Spooner renomma l’épave Perfum Wreck (l’Épave du parfumeur), ce nom correspondant plus à la réalité archéologique et aussi parce que nous n’y avons jamais découvert la moindre assiette. Entre les campagnes archéologiques 1998 et 1999, des pillards détruisirent, vraisemblablement à l’aide d’explosifs, le centre de l’épave et une partie du récif corallien, abandonnant comme témoignage de leurs méfaits un bloc de corail enfermant sept flacons (fig.ure 1)3.

Figure 1 : Bloc de corail abandonné par les chasseurs de trésor en 1999 / Block of coral abandoned by the treasure hunters in 1999

Figure 1 : Bloc de corail abandonné par les         chasseurs de trésor en 1999 / Block of coral         abandoned by the treasure hunters in 1999

Sept flacons sont concrétionnés dessus /seven vials are corns above.

Cliché Spooner-ADMAT.

2En juillet 2000, une importante campagne archéologique de sauvetage permit de découvrir de nouveaux chenaux remplis de flacons intacts au pied de la barrière de corail. Les petites fioles étaient parfaitement empilées, col tourné vers le haut, suggérant un conditionnement dans des boîtes depuis longtemps désagrégées (Spooner, 2004).

  • 4 En droit maritime, le connaissement d’une cargaison est le récépissé par lequel le transpor (...)
  • 5 Au10 juin 1828, la société Baudin, Etesse et Cie., négociant-armateur négrier du Havre, (...)

3En juillet 2001, après six mois de recherches dans les services d’archives de Paris, Rouen, Le Havre et Nantes, François Gendron découvrit les documents prouvant que « l’épave du parfumeur » était celle du brick havrais Casimir qui fit naufrage le 29 avril 1829 (Spooner et Gendron, 2007 ; Gendron et al., 2008 et 2009). Le connaissement4 de la cargaison n’a pas été retrouvé mais le Registre d’entrées et de sorties des bâtiments de commerce (AMH série 6P7 – vol. 24, 1829) du port du Havre apporte la confirmation que ce bateau transportait bien de la parfumerie et de la porcelaine « Numéro 72, Sortie le 08 février 1829 du brick Casimir ; capt. Favre, 156 tx, 10 hommes d’équipage, pour Haïti avec du vin, toile, soierie, parfumerie, porcelaines diverses, consignataires Baudin, Etesse & Cie5 pour le compte à ordre et divers, port effectif de la cargaison 120 tx, valeur de l’export 161 653 francs ».

4Après plusieurs publications relatant les conditions du naufrage du Casimir, sa fouille et la vie tumultueuse de son capitaine (Gendron, 2011), ce nouvel article présente les résultats des études typologiques, archéométriques et historico-commerciales menées sur Le Havre et sa région au début de l’ère industrielle. Ces résultats viennent documenter l’histoire des exportations françaises en « articles de Paris » vers la jeune République d’Haïti dans la période suivant la reprise de relations commerciales apaisées avec la France.

2. Flacons à parfum et pots à onguent du Casimir : typologie et matières

  • 6 Enfévrier 2014, deux prospections sur l’épave du Casimir ont permis de découvrir un (...)

5Les opérations archéologiques sur l’épave du Casimir ont permis de sauver des griffes des pillards nord-américains environ trois cents flacons et une vingtaine6 de pots à onguent aujourd’hui conservés à l’Oficina Nacional de Patrimonio Cultural Subacuático (ONPCS) de Santo Domingo (République Dominicaine). Ces rescapés du naufrage et des pillards permettent l’établissement d’une typologie enrichie d’analyses de la composition des verres. Pour ces analyses, en 2000, le directeur de l’ONPCS a autorisé l’exportation temporaire de six flacons et de plusieurs fragments typologiquement identifiables. La seule réserve émise était que les techniques employées soient non invasives. Dans un premier temps, ces verres ont été analysés en Spectroscopie Infra-Rouge (Bacci, 2000) au Plateau de Spectroscopie infrarouge du Muséum national d’histoire naturelle sur une sonde VECTOR 22 à transformée de Fourier (IRTF) de marque Bruker. Leur composition globale a été évaluée en Réflexion Spéculaire (RS) et en Réflexion Totale Atténuée (ATR-Diamant). Dans un deuxième temps, les flacons ont été analysés élémentairement par Particule Induced X-ray Emission (PIXE) (Calligaro, 2008 ; Dran, et al., 2000) avec l’accélérateur AGLAE du Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF), Palais du Louvre.

6L’étude typologique et technique des flacons conduit à la caractérisation de sept types morphologiques se déclinant en dix sous-types (tableau 1). Ceux-ci relèvent des fabrications soufflée-moulée ou soufflée, ce qui conditionne la présence ou l’absence du monogramme « D.R. » sur leur panse. En revanche, les pots à onguent en faïence ne relèvent que d’un seul type mais ont tous le monogramme « D.R. » imprimé sous leur fond (voir typologie descriptive et illustrée en annexe).

Tableau 1 : Typologie des flacons / Flasks typology

Tableau 1 : Typologie des flacons / Flasks typology

7Les analyses spectrales ont ensuite permis d’affiner la typologie des flacons en précisant la nature des verres. En spectroscopie Infra-Rouge, le spectre d’un verre de silice présente trois bandes d’absorption :

  • 1 100 cm-1 correspondant à la liaison Si-O ;

  • 800 cm-1 correspondant à la liaison Si-O-Si ;

  • et, 470 cm-1 correspondant à la liaison Si-O.

8L’introduction d’autres cations dans un verre silico-sodo-calcique provoque un glissement de ces fréquences et l’apparition de bandes supplémentaires (Mosse, 1991). En se fondant sur ces données physiques et les résultats, on constate que les flacons de l’épave du Casimir relèvent de deux compositions différentes que nous distinguons ici sous les termes « Groupe I » et « Groupe II ».

9Groupe I : Les spectres IR des flacons n3948 (type D), 1644 (type C) et 3952 (sous-type F2) présentent les bandes d’absorption caractéristiques d’un verre silico-sodo-calcique, auxquelles s’ajoute une intense bande supplémentaire vers 1 245 cm-1 correspondant à la présence de cations métalliques (figures 28 à 30).

10Groupe II : Les spectres IR des flacons sans numéro (type A1), n3949 (type B2) et 3951 (type F1) présentent les bandes d’absorption caractéristiques d’un verre silico-sodo-calcique mais sans la bande à 1 245 cm-1. De plus, on constate un décalage des bandes d’absorption à 1 100 et 800 cm-1 qui sont déplacées vers 1073 et 764 cm-1. Ce déplacement est lié à l’introduction d’une importante proportion de cations métalliques lors de la fusion du métal (fig. 31 à 33).

11Afin d’identifier les cations métalliques détectés en IR et de mesurer leur proportion, certains des mêmes flacons ont été analysés élémentairement en PIXE. Les résultats obtenus révèlent quatre compositions (Tableau 2) :

  • le fragment de flacon sans numéro de type C est soufflé-moulé avec un métal riche en potassium et en plomb.

  • Le flacon 3951 (type F1) est soufflé-moulé avec un verre riche en plomb. Il s’agit de cristal ou plutôt de demi-cristal. Selon Bellanger (1988 : 24), le demi-cristal est un verre sonore fabriqué au xixe siècle en France et en Belgique pour concurrencer le cristal au plomb dont la production est alors en plein développement. La proportion d’oxyde de plomb dans ce métal est limitée ou inférieure à 24 % au lieu des 30 à 40 % dans le cristal supérieur.

  • Les flacons n3948 (type D) et 3952 (type F2) sont soufflés-moulés et le 3949 (type B2) soufflé à l’aide d’un verre silico-sodo-calcique particulièrement riche en sodium et en calcium.

  • Enfin, le fragment de flacon sans numéro de type G en verre bleu vert est soufflé dans un verre silico-sodo-calcique riche en calcium mais pauvre en potassium. Il se démarque des autres verres par des teneurs en éléments traces plus élevées : présence de fer, de phosphore, de rubidium, de baryum et de zinc.

Tableau 2 : Résultats (exprimés en pourcentages d’oxyde) des analyses élémentaires en PIXE des flacons du Casimir / Results (expressed in percentage of oxide) of elementary analyses in PIXE of the Casimir flasks.

Tableau 2 : Résultats (exprimés en pourcentages         d’oxyde) des analyses élémentaires en PIXE des flacons du Casimir / Results (expressed in percentage of         oxide) of elementary analyses in PIXE of the Casimir flasks.

3. Le monogramme « D.R. » : hypothèses et correspondance

12Le monogramme « D.R. » moulé sur la panse des flacons des types A, C, D, E et F et imprimé sous le fond des pots en faïence dichrome a fait l’objet de bien des spéculations et plusieurs interprétations en ont été proposées.

13En février 2001, lors d’un échange épistolaire, M. Vindry, conservateur du musée international de la Parfumerie de Grasse (Alpes-Maritimes), suggérait que ces initiales étaient plutôt celles du fabricant du produit, un pharmacien ou un parfumeur. Toutefois, à l’époque, ni l’identité de l’épave, ni la date du naufrage n’étaient connues et il n’avait pas été porté à la connaissance de M. Vindry l’existence des pots en faïence porteurs du monogramme « D.R. ». Les recherches bibliographiques menées depuis, permettent d’émettre l’hypothèse que ces initiales puissent aussi être celles d’un négociant-verrier, selon la définition de Mme L’Heureux-Icard (1998 : 228) « Les négociants-verriers sont plutôt établis à Paris et se chargent de coordonner les diverses phases de l’élaboration des objets et de les commercialiser. Ils font travailler de façon préférentielle, pour le flaconnage de parfumerie, les verreries de la vallée de La Bresle en Normandie. Puis effectuent dans leurs ateliers les finitions décoratives sur les flacons, tandis qu’aux parfumeurs revient le soin d’y apposer les étiquettes et de les boucher après remplissage. » Selon ce même auteur, les négociants-verriers sont généralement à l’origine de la forme des flacons puisque les moules de fabrique leur appartiennent et qu’ils en garantissent l’exclusivité de l’exploitation par le biais du dépôt. De fait, les flacons sont rarement marqués aux initiales des verriers car cette indication était facultative.

14Dernière hypothèse, les initiales « D.R. » apparaissant aussi sous le fond des pots à onguent, elles pourraient être attribuées à un faïencier qui aurait fait office de négociant-verrier.

4. Faïenceries et verreries normandes en 1825-1829

15Des trois pistes de recherches envisagées, la troisième apparaît comme la plus plausible. Pour démontrer sa véracité, nous avons recherché les faïenciers et les verriers en activité au Havre et dans sa région entre 1827 et 1829, années précédant le naufrage du Casimir.

Faïenciers du Havre en 1828

  • 7 La découverte de l’épave du Casimir est due à la pile de briques qu’il transpor (...)
  • 8 Ces dépôts d’argile sont datés du Kimméridgien inf. à sup. (157,37±1 - 152,1±0,9 M.a.) (...)
  • 9 Cettecitation latine de Joseph Morlent se traduit « Le mal dérive de là » et si (...)
  • 10 « M. Delavigne a soumis à l’Académie des échantillons de la faïence, façon anglaise, qu’i (...)

16Nos recherches sur l’histoire économique du Havre pour la période concernée révèlent l’existence de deux faïenceries en activité (Morlent, 1827 : 81). L’une est située à Ingouville et l’autre à Sanvic. La première est évoquée par Joseph Morlent (1825 : 276-277) : « Lorsqu’on sort de la ville par la porte des Pincettes, on se trouve, […] au milieu d’un misérable faubourg […] c’est le Perrey (d’Ingouville). […] Une longue rue, qui se dirige vers le nord. […] Cette route est bordée, dans une partie de son étendue, de briqueteries dont les produits sont l’objet d’un commerce lucratif avec nos colonies7 […] Après avoir laissé à droite une faïencerie en activité, le chemin devient plus montueux et plus pittoresque ». Joseph Morlent précise dans une note infra-paginale que « L’argile qui alimente ces fabriques s’extrait d’un banc sous-marin8 : indè mali labes9. » La faïencerie en question est fondée en 1780 par Levavasseur à l’emplacement actuel des 24 et 28 rue Casimir-Delavigne. En 1802, les frères Anselme et Fortuné Delavigne rachètent la faïencerie Levavasseur et lui donne leur nom. Ils y fabriquent de la faïence anglaise et rouennaise qui est présentée à l’Exposition universelle de 180610 (Anonyme, 1807 : 60-61). En 1807, la manufacture emploie soixante-dix ouvriers, quatre-vingt-huit en 1810 mais fait faillite la même année. Elle devient alors la propriété du gouvernement qui met le stock en vente en 1823. En 1856, l’élargissement de la rue Casimir-Delavigne oblige à détruire une partie des bâtiments (Cayeux, 1966 ; Anonyme, 1985).

  • 11 Néen 1747 à Gonneville-sur-Dive (Calvados), Robert Joseph Le Demandé s’éteint à (...)

17La seconde faïencerie est fondée en 1773 à Sanvic par Jean Leprêtre, un ancien maître plâtrier, briquetier et tuilier. Elle est située à l’angle des rues de la Mer (aujourd’hui rue Joseph-Morlent) et de la Faïencerie (aujourd’hui rue Guillemard). Jusqu’à sa mort en 1789, Leprêtre y produit de la faïence émaillée façon Rouen et de la poterie rouge commune destinée au commerce avec les colonies. Ses fils, Jacques et Michel Leprêtre lui succèdent, puis cèdent l’établissement à Robert Joseph Le Demandé en 182411. Selon Tardy et Lesur (1957 : 17-18), Le Demandé signait ses productions de ses initiales « D.R. » mais « sa faïence sans décor distinct est difficile à classer ». En 1824, la faïencerie comprend un bâtiment de vingt-six pieds carrés à usage de moulin pour la faïence, plus un grand bâtiment à usage de faïencerie et emploie vingt-cinq ouvriers. Joseph Morlent (1825 : t. 2, 221) confirme ce nombre « Une faïencerie occupe, à Sanvic, 25 ouvriers produisant 40 000,00 F ». Le Demandé poursuivit la production jusqu’à sa mort en 1834 et sa faïencerie ferme peu après avant d’être démolie (Claire, 1991b).

18Ces éléments de l’histoire économique locale permettent d’éliminer la faïencerie Delavigne disparue depuis six ans, lorsque le Casimir appareille du Havre, et confirment l’hypothèse que le faïencier Robert Le Demandé est le fabricant des pots en faïence trouvés dans l’épave. La comparaison des marques des deux fabricants confirme la seconde hypothèse. Les faïences Delavigne sont signées en creux « L. Delavigne au Havre », tandis que Le Demandé signe « D.R. ». En revanche, faïencier ne signifie pas verrier et la présence du monogramme « D.R. » sur les flacons à parfum reste à expliquer. À ce détail d’importance s’ajoute le fait qu’aucune activité de verrerie n’est signalée au Havre ou dans les communes environnantes entre 1825 et 1829.

Verreries de Normandie entre 1825 et 1829

  • 12 Demande faite en 1840 par Nicolas-François Lefèvre et accordée en 1841. À partir de 1851, (...)

19Pour identifier des verreries produisant du flaconnage entre 1825 et 1829, nous avons étendu notre recherche à la région Normandie. L’extension géographique de notre recherche tient au fait qu’en ce début de l’ère industrielle, Le Havre est le cœur d’une machine commerciale et industrielle tournée vers l’exportation. Ce choix économique a favorisé le développement d’un vaste réseau industriel, au sein duquel la verrerie joue un rôle important (Borely, 1885 ; Soulas, 1940). À cette époque, le fonctionnement d’une verrerie est soumis à une contrainte majeure, la présence proche de beaucoup de combustible. Aussi, ces manufactures sont traditionnellement installées dans des régions forestières qui, en revanche, ne leur permettent guère de bénéficier du réseau routier qui s’est développé depuis le xviiisiècle. Si ce réseau est admiré en Europe comme le meilleur de son temps, il n’est pavé qu’en plaine et les axes que l’évolution économique rend importants restent mal équipés dans la décennie 1820-1830. Cette situation complique la régularité des approvisionnements, limite la charge par essieu des charrettes et augmente considérablement le coût du roulage, surtout lorsqu’il s’agit de marchandises de peu de valeur comme des flacons vides ou les matières premières destinées à la production du verre (sables, sel de soude, etc.) (Broder, 1993). Aussi, au début du xixsiècle, les anciennes verreries artisanales de Normandie doivent adapter leur production en se mécanisant et en remplaçant le charbon de bois par du charbon de terre. De nouvelles verreries sont fondées par une bourgeoisie aventureuse et surtout libérée des contraintes administratives en vigueur sous l’Ancien Régime (Philippe, 1998). Au Havre même et dans les communes périphériques, aucune verrerie n’est a priori fondée avant 1840. On relève bien la construction d’une verrerie à Sanvic mais celle-ci est postérieure au naufrage12. À noter que cette manufacture est édifiée entre les rues de la Mer et de la Faïencerie, c’est-à-dire à l’endroit même qu’occupait la faïencerie Le Demandé (Claire, 1991a). Pour cerner un lieu de production des flacons du Casimir, notre recherche s’est déplacée sur les types de production des verreries en activité entre 1825 et 1829 en Normandie. Ce qui nous a conduits à retenir deux établissements de Seine-Maritime, la verrerie Le Courval fondée en 1768 à Hodeng-au-Bosc et la verrerie d’Aulnoy rétablie en 1810 à Saint-Riquier-en-Rivière. Ces deux localités se trouvent dans la célèbre « glass valley » ou vallée de La Bresle située à la limite de la Picardie. Au début du xixsiècle, la verrerie Le Courval produit des pièces de chimie, de pharmacie et de distillerie, tandis que la verrerie d’Aulnoy est autorisée en 1823 à fabriquer des verres blancs et verts pour la pharmacie et la chimie. Ces deux manufactures fabriquent du cristal et aucun de leurs maîtres de forge de l’époque n’eut de nom aux initiales coïncidant avec « D.R. ».

20En l’absence d’autre solution que le faïencier Robert Le Demandé, l’hypothèse la plus plausible est que celui-ci se serait lancé dans les affaires en endossant le rôle de négociant-verrier tel que le définit L’Heureux-Icard (1998). La manufacture Le Demandé étant située à proximité du quartier des armateurs et du port de commerce du Havre, il était à même de répondre rapidement aux commandes, de créer ses modèles de flacons et de commander leur fabrication aux verreries de la vallée de la Bresle. Les archives de la faïencerie Le Demandé ayant disparu, il nous est impossible de retrouver traces du créateur des parfums et des onguents exportés vers Haïti. Il reste que l’identification géographique haut-normande pour le fabricant et peut-être aussi commanditaire de ces contenants de parfumerie est à mettre en lien avec la proximité de Paris. Situé en amont du Havre, la capitale est restée, malgré la Révolution, un centre de création artistique inégalé et d’une vie mondaine propice à la consommation renouvelée de produits à la mode. En cette fin de la Seconde Restauration (1815-1830) et du règne de Charles X, les produits cosmétiques français ont deux origines, Grasse et Paris. Grasse produit les fleurs et les matières premières, tandis que Paris confectionne les produits et anime le mouvement commercial. Au cours du xixsiècle, la capitale détient la presque totalité du marché mondial de la parfumerie de qualité et une large part de ces productions parisiennes sont d’abord expédiées au Havre avant d’être embarquées pour le monde entier. Mais en 1833, peu de temps après le naufrage du Casimir, c’est encore loin d’être le cas puisque M. Barbot, chancelier-gérant du consulat général de France à Port-au-Prince (Haïti), écrit dans un rapport commercial « La parfumerie est presque exclusivement fournie par Marseille. Le goût des parfums est général chez les Haïtiens et si l’usage n’est pas presque universel parmi eux, il ne faut l’attribuer qu’au peu d’aisance qu’ils éprouvent et aux privations qu’ils subissent. » (CARAN, AE/B/III/458).

5. Conclusion

21À l’issue de cette recherche, il reste au profit de l’histoire économique du Havre et de la Normandie un extraordinaire corpus tangible des premiers contenants de parfumerie produits en série par les industries potière et verrière de cette région entre 1827 et 1829. L’étude de cette collection archéologique découverte dans l’épave du brick Casimir permet de caractériser sept types de flacons en demi-cristal et en verre silico-sodo-calcique avec leurs déclinaisons morphologiques. Cette variabilité morphologique est due aux incertitudes techniques de la production semi-industrielle dont relèvent encore ces flacons. Typologiquement toujours, les pots à onguent en faïence bleue et blanche « façon Rouen » ne sont connus qu’à un seul modèle parfaitement caractérisé à partir d’une vingtaine d’exemplaires. En revanche, l’identification du monogramme « D.R. » présent sur ces contenants garde une part de mystère. Si le faïencier Robert Joseph Le Demandé est bien le fabricant des pots à onguent, l’explication de la présence de son monogramme sur les flacons en verre reste hypothétique. On peut envisager que le vieux faïencier de Sanvic ait fait fabriquer ces flacons sous son nom, s’impliquant comme négociant-verrier selon la définition de L’Heureux-Icard. Cette interprétation expliquerait pourquoi ses initiales n’apparaissent que sur les flacons soufflés-moulés (types A, C, D, E et F), alors que ceux soufflés (types B et G) sont anonymes. Techniquement, il est possible de graver ces initiales dans le moule pour qu’elles apparaissent en relief après soufflage. En revanche, il est impossible de les rapporter sur la panse de la fiole après le soufflage direct hors moule. Le monogramme « D.R. » est donc la marque de propriété de Robert Joseph Le Demandé. Quant au fabricant de ces flacons, les données analytiques et historiques orientent vers deux verreries haut-normandes productrices de flaconnage de luxe à cette époque, la manufacture Le Courval et la verrerie d’Aulnoy. Elles seules travaillaient le demi-cristal et produisaient des contenants pour la parfumerie.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme, 1807 – Précis analytique des travaux de l’Académie des Sciences, des Belles-Lettres et des arts de Rouen pendant l’année 1806, Imp. de l’Académie, Rouen.

Anonyme, 1985 – « Faïences du Havre », ABC, Revue d’Antiquités, 244/245/246.

Bacci M., 2000 – “UV, VIS, NIR, FT-IR and FORS Spectroscopy”, Ciliberto E. et Spoto G. (dir.), Modern Analytical Methods in Art and Archaeology, Chemical Analysis, Series, 155, Wiley, New York, p. 321-362.

Bellanger J., 1988 – Verre d’usage et de prestige. France 1500-1800, Paris, Éd. de L’Amateur, 528 p.

Borély A.-E., 1885 – Histoire de la ville du Havre de 1789 à 1815, Le Havre, Lepelletier, 3 vol.

Broder A., 1993 – « L’économie française au xixsiècle », Paris, OPHRYS, coll. « Synthèse et Histoire », 260 p.

Calligaro T., 2008 – “PIXE in the study of archaeological and historical glass”, X-ray spectrometry, 37, p. 169-177.

Cayeux L., 1966 – « Les Faïences du Havre – La Faïencerie Delavigne », Revue des Sociétés Savantes de Haute-Normandie, 40, p. 53-57.

Claire E., 1991a – Inventaire général du patrimoine de Haute-Normandie, Notices : IA00130384 et IA76000149, Service régional de l’inventaire de Haute-Normandie, Rouen.

Claire E., 1991b – Inventaire général du patrimoine de Haute-Normandie, Notice : IA00130400, Service régional de l’inventaire de Haute-Normandie, Rouen.

Delobette J.-M., 2002 – Ces Messieurs du Havre. Négociants, commissionnaires et armateurs de 1680 à 1830, Thèse de doctorat, Université de Caen, France.

Dran J.-C., Calligaro T. et Salomon J., 2000 – « Particle induced X-ray Emission », Ciliberto E. et Spoto G. (dir.), Modern Analytical Methods in Art and Archaeology, Chemical Analysis, Series: 155, New York, Wiley, p. 135-166.

Gendron F., 2011 – « Les rocambolesques aventures maritimes de Jean Louis Favre (1786- ?), enseigne de vaisseau havrais puis capitaine au long cours “naufrageur” », Annales de Normandie, Revue semestrielle d’études régionales, 1, p. 131-154.

Gendron F., Prudhomme F. et Spooner S.Q., 2008 – « Fouilles de l’épave du Parfumeur, navire marchand perdu près de Monte Cristi (République dominicaine) : reconstitution archéologique du naufrage », Neptunia, 252-4, p. 56-63.

Gendron F., Prudhomme F. et Spooner S. Q., 2009 – « Identification de l’épave du Parfumeur, brick havrais perdu en 1829 près de Monte Cristi (République Dominicaine) », Neptunia, 253-1, p. 57-63.

Le Vaillant de La Fieffe O., 1873 – Les verreries de la Normandie, les gentilshommes et artistes verriers normands, Rouen, E. Cagniard, 551 p.

L’Heureux-Icard R., 1998 – « Contribution à l’étude du flaconnage de parfumerie au xixsiècle – Les marques, dessins et modèles de fabriques déposés à Paris au tournant du siècle », in Actes du colloque de l’AFAV, Albi 1996, De la verrerie forestière à la verrerie industrielle du milieu du xviiie siècle aux années 1920, Aix-en-Provence, p. 228.

Morlent J., 1825 – Le Havre ancien et moderne et ses environs en 1825, Le Havre, Chapelle, t. I et II.

Morlent J., 1827 – Guide du Voyageur au Havre, S. Faure imp., Le Havre.

Mosse M., 1991 – « De la silice au verre… », Revue de Gemmologie, nhors-série catalogue L’âge du Silicium, p. 49-51.

Philippe M., 1998 – « La verrerie normande à la veille de la Révolution », Actes du colloque de l’AFAV Albi 1996, De la verrerie forestière à la verrerie industrielle du milieu du xviiie siècle aux années 1920, Aix-en-Provence, p. 133-137.

Saint-Germes M., Baudin F., Deconinck J.-F., Hantzpergue P. et Samson A., 1996 – « Sédimentologie de la matière organique et des argiles du Kimméridgien de Normandie (région du Havre) », Géologie de la France, 3, p. 21-33.

Soulas J., 1940 – « Les étapes de l’évolution du Havre de 1789 à nos jours », Annales de Géographie, 49 (280), p. 205-213.

Spooner S.Q., 2004 – Shipwreck Taphonomy. A Study of Historic Wreck Formation Processes on the North Coast of the Dominican Republic from 1690 to 1829, PhD. in Maritime Archeology, University of Bristol, UK, 629 p.

Spooner S. Q. et Gendron F., 2007 – « L’épave du Parfumeur », Pour la Science, 362, p. 50-57.

Tardy et Lesur, A, 1957 – Les poteries et les faïences françaises, t. III, D’Abancourt à Mennecy-Villeroy, Paris, Tardy.

Throckmorton P., 1964 – The Lost Ships: An Adventure in Underwater Archaeology, Little, Brown and Co, Boston and Toronto.

Archives consultées

Archives Départementales de la Seine-Maritime, Rouen (ADSM) : Registres paroissiaux et d’état-civil, commune de Sanvic, cote 4E 09703.

Archives Municipales du Havre (AMH) : Série 6P7 – volume 24 (1829) – Registre d’entrées et de sorties des bâtiments de commerce.

Sous-Série F2 Commerce et Industrie, carton 1, liasse 2, Manufacture de faïence Delavigne et Cie : correspondances 1807-1810.

Centre d’Accueil et de Recherche des Archives Nationales (CARAN), Paris, Affaires étrangères, Consulats, Série AE/B/III/458 – Haïti (1818-1868).

Haut de page

Annexe

Typologie des flacons à parfum et des pots à onguent

Type A : Flacons conchyliformes (fig. 2a, b et 3)

Ce type de flacon en verre silico-sodo-calcique soufflé-moulé a une panse en forme de demi-valve de coquille Saint-Jacques. Celle-ci est plantée verticalement dans une large base en verre plein et se prolonge par un long col droit, cylindrique émergeant d’une fleur évoquant un nénuphar. Ce col s’évase horizontalement sur une large lèvre. Le flacon de type A se décline en deux versions ou sous-types, les flacons du sous-type A1 ont un col plus long que ceux du sous-type A2. Sous la base en verre plein, le pontil n’est jamais arasé conférant un équilibre parfois précaire à certains flacons. Sur toutes ces fioles, les initiales « D.R. » sont moulées en relief de part et d’autre du crochet de la coquille (côté intérieur) et leur volume intérieur oscille entre 11 et 18 millilitres (HT : 72,9 x l : 47 x ép. : 21,7 mm ; Ø du goulot 13,7 mm).

Figures 2a, b et 3 : Flacon conchyliforme de typeA1 (vol. 15 ml) / Shellform vial Type A1 (vol. 15 ml)

Figures 2a, b et 3 : Flacon conchyliforme             de typeA1 (vol. 15 ml) / Shellform vial Type A1             (vol. 15 ml)

Les initiales « D.R. » apparaissent en relief au verso, de part et d’autre du crochet de la coquille. La surface plane, au centre de l’intérieur de la coquille, accueillait l’étiquette / The initials “D. R.” are embossed on the back, on both sides of the hook of the shell. The flat surface, in the center of the inside of the shell, was hosting the label.

Clichés Spooner-ADMAT, dessin Ann Smith-NAS.

Type B : Flacons-bouteilles anonymes (fig. 4 à 8)

Le type B est générique car il se décline en huit sous-types aux dimensions variables à partir d’une petite bouteille à panse cylindrique (Tab. 1). La panse verticale de ces flacons aboutit sur un épaulement carré se terminant sur un col droit et court dont le bord s’évase sur une large lèvre. La variabilité de ces flacons tient aux fonds. Soit il s’agit d’un culot profond et centré sur un gros pontil conique, soit la base est plane et centrée sur un petit pontil. Sous les flacons des sous-types B1 et B2, une lentille de verre destinée à cacher la profondeur du culot est collée à chaud. Nous pensons que cette dissimulation du culot s’assimile à une fraude propre à tromper l’acheteur sur le volume réel du flacon. À la différence des autres types, sauf le G, tous ces flacons du type B sont en verre soufflé non moulé et sont anonymes. Ils relèvent encore d’une fabrication semi-industrielle car leurs dimensions au sein d’un même sous-type varient. Une autre originalité de ce type de flacon est la présence d’une fine couche de verre noir à brun à l’intérieur des panses dont l’utilité peut être liée à la préservation d’un liquide photosensible, comme un parfum. Cette technique de revêtement d’une couche de verre par une autre est nommée « superposition » ou « doublage » et apparaît en Angleterre au xixsiècle avant de gagner la France (Bellanger, 1988 : 30).

Figure 4 : Flacon-bouteille anonyme du sous-type B2 (vol. 65 ml) / Vial-bottle anonymous sub-type B2 (vol. 65 ml)

Figure 4 : Flacon-bouteille anonyme du             sous-type B2 (vol. 65 ml) / Vial-bottle             anonymous sub-type B2 (vol. 65 ml)

Cliché Spooner-ADMAT.

Figure 5 : Flacon-bouteille anonyme du sous-type B6 (vol. 35 ml) / Vial-bottle anonymous sub-type B6 (vol. 35 ml)

Figure 5 : Flacon-bouteille anonyme du             sous-type B6 (vol. 35 ml) / Vial-bottle             anonymous sub-type B6 (vol. 35 ml)

Cliché Spooner-ADMAT.

Figure 6 : Flacon-bouteille anonyme du sous-type B2 (vol. 65 ml) / Vial-bottle anonymous sub-type B2 (vol. 65 ml)

Figure 6 : Flacon-bouteille anonyme du             sous-type B2 (vol. 65 ml) / Vial-bottle             anonymous sub-type B2 (vol. 65 ml)

Dessin Ann Smith-NAS.

Figure 7 : Flacon-bouteille anonyme du sous-type B3 (vol. 68 ml) / Vial-bottle anonymous sub-type B3 (vol. 68 ml)

Figure 7 : Flacon-bouteille anonyme du             sous-type B3 (vol. 68 ml) / Vial-bottle             anonymous sub-type B3 (vol. 68 ml)

Dessin Ann Smith-NAS.

Figure 8 : Flacon-bouteille anonyme du sous-type B5 (vol. 220 ml) / Vial-bottle anonymous sub-type B5 (vol. 220 ml)

Figure 8 : Flacon-bouteille anonyme du             sous-type B5 (vol. 220 ml) / Vial-bottle             anonymous sub-type B5 (vol. 220 ml)

Dessin Ann Smith-NAS.

Types C et D : Flacons-tonnelets (fig. 9 à 14)

Les types C et D caractérisent des flacons en demi-cristal ou en verre silico-sodo-calcique soufflé-moulé dont la panse évoque un tonnelet aplati et posé verticalement sur une base plane. À chaque extrémité, le tonnelet est entouré de trois forts cerclages en relief. Sur l’un des côtés aplatis, la panse est ornée d’un soleil en relief dont le centre encercle le monogramme « D.R. ». Le côté opposé est orné d’une bordure circulaire ou ovale en relief, destinée à recevoir une étiquette publicitaire13. Selon les sous-types, de cette bordure émanent dix-huit rayons (2 x 9) ou six rayons (2 x 3) quatre courbes et deux centraux en Y. La panse du flacon se prolonge par un col droit cylindrique qui s’évase sur une large lèvre horizontale. Le volume contenu dans ces flacons est compris entre 13 et 16 millilitres. (HT : 66,8 x l : 37,7 x ép. : 22,4 mm ; Ø du goulot : 13,2 mm).

Un seul exemplaire de flacon-tonnelet de type D a été découvert lors des fouilles (fig. 14). Il est similaire à ceux du type C mais en plus grand (HT : 83,2 x l : 45,1 x ép. : 23,5 mm ; Ø du goulot : 15,8 mm). De plus, les motifs décoratifs centraux sont différents et son volume intérieur est de 20 millilitres.

Le verre de ces deux types de flacons est généralement très bulleux.

Figure 9 : Flacon-tonnelet de type C (vol. 15 ml) / Vial-barrel type C (vol. 15 ml),

Figure 9 : Flacon-tonnelet de type C (vol.             15 ml) / Vial-barrel type C (vol. 15 ml),

Vue du verso avec le monogramme « D.R. » au centre du soleil / back view with the badge “D. R.” at the center of the sun.

Cliché Spooner-ADMAT.

Figure 10 : Flacon-tonnelet de type C / Vial-barrel type C

Figure 10 : Flacon-tonnelet de type C / Vial-barrel type C

Vue du recto avec l’espace circulaire plan destiné à accueillir l’étiquette / front view with the circular space plan intended to accommodate the label.

Cliché Spooner-ADMAT.

Figure 11 : Flacon-tonnelet de type D (vol. 20 ml) / Vial-barrel type D (vol. 20 ml)

Figure 11 : Flacon-tonnelet de type D (vol.             20 ml) / Vial-barrel type D (vol.             20 ml)

Vue du verso avec le monogramme « D.R. » au centre du soleil / back view with the badge “D. R.” at the center of the sun.

Cliché Spooner-ADMAT.

Figure 12 : Flacon-tonnelet de type D / Vial-barrel type D

Figure 12 : Flacon-tonnelet de type D / Vial-barrel type D

Vue du recto avec l’espace ovale plan destiné à accueillir l’étiquette / front view with the circular space plan intended to accommodate the label.

Cliché Spooner-ADMAT.

Figure 13 : Vues recto et verso du flacon-tonnelet de type C / Front view and reverse side of the vial-barrel type C.

Figure 13 : Vues recto et verso du             flacon-tonnelet de type C / Front view and             reverse side of the vial-barrel type C.

Dessin Ann Smith-NAS.

Figure 14 : Vues recto et verso du flacon-tonnelet de type D / Front view and reverse side of the vial-barrel type D.

Figure 14 : Vues recto et verso du             flacon-tonnelet de type D / Front view and             reverse side of the vial-barrel type D.

Dessin Ann Smith-NAS.

Type E : Flacons-tubes (fig. 15-16)

La panse de ce type de flacon prend la forme d’un long et étroit tube cylindrique prolongé par un col conique s’évasant sur une large lèvre. Découverts à de rares exemplaires, ces flacons sont soufflés-moulés et sont tous estampillés des initiales « D.R. » apparaissant en relief juste au-dessus de leur base plane. Nous n’avons pu disposer d’aucun de ces flacons-tubes pour en analyser le verre (HT. : 100 mm x Ø : 31 mm ; volume : 21 ml).

Figures 15a et b : Flacon-tube de type E (vol. 21 ml) / Vial-tube Type E (vol. 21 ml)

Figures 15a et b : Flacon-tube de type E             (vol. 21 ml) / Vial-tube Type E             (vol. 21 ml)

Vue avec les initiales « D.R. » au-dessus de la base / view with the initials “D.R.” above the base.

Cliché Spooner-ADMAT.

Figure 16 : Détail des initiales « D.R. » / Detail of the initials “D.R.”

Figure 16 : Détail des initiales « D.R. » /             Detail of the initials “D.R.”

Moulées en relief au-dessus de la base d’un flacon-tube de type E / moulded into above the base of a vial-tube type E.

Cliché Spooner-ADMAT.

Type F : Flacons octogonaux (fig. 17-21)

Ce type de flacon, soufflé-moulé, est à panse octogonale se prolongeant par un col droit et cylindrique s’évasant sur une large lèvre. C’est le seul type sur lequel les initiales « D.R. » sont individualisées ; elles apparaissent séparément sur les deux larges faces opposées des flacons. Sous leur base plane, le pontil est sommairement arasé ce qui leur confère un équilibre parfois précaire. Le volume contenu dans ces flacons varie de 15 à 35 millilitres (HT. : 77,5 mm x l : 40 x ép. : 20 mm ; Ø goulot : 15 mm).

Si, morphologiquement, il n’existe qu’un seul type de flacon octogonal, matériellement et d’après les analyses infra-rouges, certains sont fondus en verre simple (sous-type F1), tandis que d’autres sont en demi-cristal (Sous-type F2).

Figure 17 : Flacon octogonal de type F1 (vol. 17,5 ml) / Octagonal bottle type F1 (vol. 17.5 ml)

Figure 17 : Flacon octogonal de type F1             (vol. 17,5 ml) / Octagonal bottle type F1             (vol. 17.5 ml)

Vue du verso avec l’initiale « R » au-dessus de la base / back view with the initial “R” above the base.

Cliché Spooner-ADMAT.

Figure 18 : Flacon octogonal de type F1 / Octagonal bottle type F1

Figure 18 : Flacon octogonal de type F1 / Octagonal bottle type F1

Vue du recto avec l’initiale « D » au-dessus de la base / front view with the initial “D” above the base.

Cliché Spooner-ADMAT.

Figure 19 : Vue du recto et du dessous avec le pontil d’arrachement du flacon octogonal de type F1 / Front side view and below with the pontil of shearing of the octagonal vial type F1.

Figure 19 : Vue du recto et du dessous avec             le pontil d’arrachement du flacon octogonal de type F1 / Front side view and below with the pontil of             shearing of the octagonal vial type F1.

Dessin Ann Smith-NAS.

Figure 20 : Flacon octogonal de type F2 / Octagonal bottle type F2

Figure 20 : Flacon octogonal de type F2 /             Octagonal bottle type F2

L’usure superficielle du verre, des angles et de la lèvre est due au frottement contre le sable corallien / the superficial wear of glass, angles and the lip is due to friction against the coral.

Cliché Spooner-ADMAT.

Figure 21 : Vues recto, verso et du dessous du flacon octogonal de type F1 / Front, riverside and underside views of the octagonal vial type F1

Figure 21 : Vues recto, verso et du dessous             du flacon octogonal de type F1 / Front,             riverside and underside views of the octagonal vial             type F1

Seul modèle sur lequel les initiales « D.R. » sont individualisées / this is the only model on which the initials “D.R.” are individualized.

Dessin Ann Smith-NAS.

Type G : Fioles anonymes en verre bleu vert (fig. 22 et 24)

Seules neuf petites fioles en verre bleu vert et à panse cylindrique ont été découvertes intactes lors des fouilles de l’épave du Casimir. Leur col est conique, sans lèvre et le pontil n’est jamais arasé sous l’épaisse base plane. Comme les flacons du type B, toutes ces fioles sont anonymes (HT. : 33,6 à 35,4 mm x Ø : 19,2 à 21,9 mm ; Ø du col : 12,1 à 13,8 mm ; volume : 2 à 5 ml). L’une d’entre elles a conservé durant 180 ans son petit bouchon en liège enfoncé dans le goulot (HT : 16 x Ø : 10 mm). Ces fioles sont soufflées dans un verre bleu vert qui correspond à ce qu’Olivier Le Vaillant de La Fieffe nomme « chambourin » ou « chambouril » (Le Vaillant de La Fieffe, 1873), c’est-à-dire un verre de fougère fabriqué en Normandie, notamment dans l’Orne.

Enfin, la découverte vaut d’être signalée, une fiole en verre bleu vert, morphologiquement similaire a été mise au jour lors des fouilles du lit du Petit-Morin à Crécy-La-Chapelle (Seine-et-Marne). Cette trouvaille confirme la diffusion de ce type de flacon sur l’axe Le Havre-Paris et au-delà (fig. 23).

Figure 22 : Fiole anonyme de type G (vol. 5 ml) en verre bleu vert dit « chambourin » / Anonymous flask type G (vol. 5 ml) blue green glass said “chambourin”

Figure 22 : Fiole anonyme de type G             (vol. 5 ml) en verre bleu vert dit « chambourin » / Anonymous flask type G (vol. 5 ml) blue green glass             said “chambourin”

C’est le seul exemplaire du Casimir à avoir conservé son bouchon en liège en place durant 180 ans / This flask discovered in the Casimir wreck has retained its cork stopper in place during 180 years.

Cliché Gendron-MNHN.

Figure 23 : Fiole anonyme en verre bleu vert découverte dans le lit du Petit-Morin au niveau de Crécy-la-Chapelle (Seine-et-Marne) / Anonymous flask in blue green glass discovered in the Petit-Morin river bed at Crecy-La-Chapelle (Seine-et-Marne)

Figure 23 : Fiole anonyme en verre bleu             vert découverte dans le lit du Petit-Morin au niveau de             Crécy-la-Chapelle (Seine-et-Marne) / Anonymous             flask in blue green glass discovered in the Petit-Morin river bed             at Crecy-La-Chapelle (Seine-et-Marne)

Cliché Gendron-MNHN avec l’aimable autorisation de M.-P. Villié-Techsub.

Figure 24 : Vue en coupe de la fiole anonyme de type G / Cut view of the anonym type G vial

Figure 24 : Vue en coupe de la fiole             anonyme de type G / Cut view of the anonym type             G vial

Dessin Spooner-ADMAT.

Type A : Pots à onguent en faïence dichrome (fig. 25 à 27)

Les fouilles de l’épave du Casimir ont permis d’exhumer plus d’une vingtaine de petits pots cylindriques en faïence destinés à contenir des produits de parfumerie. Tous sont en pâte rouge recouverte d’une glaçure tressaillée blanche à l’intérieur et bleu azur à l’extérieur. Leurs dimensions sont standards (HT. 55,65 mm x Ø : 61 mm ; volume 55 à 70 ml), tous ont une gorge périphérique à la limite entre le bord et la base et ont les initiales « D.R. » imprimées en noir sous le fond. Des pots similaires à ceux du Casimir mais issus de fouilles terrestres sont conservés par l’ONPCS à Santo Domingo. Ces autres découvertes montrent que ces faïences havraises relevaient d’approvisionnements réguliers depuis la France.

Figure 25 : Pot à onguent en faïence dichrome façon Rouen (vol. 60 ml) / Ointment pot in dichromic faienceware, Rouen Style (vol. 60 ML).

Figure 25 : Pot à onguent en faïence             dichrome façon Rouen (vol. 60 ml) / Ointment pot             in dichromic faienceware, Rouen Style (vol. 60 ML).

Cliché Gendron-MNHN.

Figure 26 : Vue en coupe du pot à onguent en faïence dichrome signé « D.R. » sous la base / Ointment pot in dichromic faienceware signed “D.R.” under the base.

Figure 26 : Vue en coupe du pot à onguent             en faïence dichrome signé « D.R. » sous la base / Ointment pot in dichromic faienceware signed “D.R.”             under the base.

Dessin Ann Smith-NAS.

Figure 27 : Monogramme « D.R. » imprimé sous un pot à onguent en faïence dichrome / Badge “D.R.” printed under an ointment pot in dichromic faienceware

Figure 27 : Monogramme « D.R. » imprimé             sous un pot à onguent en faïence dichrome / Badge “D.R.” printed under an ointment pot in             dichromic faienceware

Cliché Gendron-MNHN.

Figure 28 : Spectre Infra-rouge du flacon PBW/2000/G/3948 de type D / Infra-red spectrum of the type D vial PBW/2000/G/3948.

Figure 28 : Spectre Infra-rouge du flacon             PBW/2000/G/3948 de type D / Infra-red spectrum             of the type D vial PBW/2000/G/3948.

Les bandes à 1 100 et 470 cm-1 correspondent à la liaison Si-O et celle à 778 cm-1 à la liaison Si-O-Si. Une intense bande supplémentaire à 1 246 cm-1 due à la présence de cations métalliques classe ce verre dans le Groupe I / The bands at 1 100 and 470 cm-1 correspond to the link Si-O and the one at 778 cm-1 to the connection Si-O-Si. An intense extra band at 1 246 cm-1 due to the presence of metallic cations classes this glass in Group I.

Figure 29 : Spectre Infra-rouge du flacon PBW/2000/G/1644 de type C / Infra-red Spectrum of the type C vial PBW/2000/G/1644

Figure 29 : Spectre Infra-rouge du flacon             PBW/2000/G/1644 de type C / Infra-red Spectrum             of the type C vial PBW/2000/G/1644

Les bandes à 1 101 et 470 cm-1 correspondent à la liaison Si-O et celle à 779 cm-1 à la liaison Si-O-Si. Une intense bande supplémentaire à 1 242 cm-1 due à la présence de cations métalliques classe ce verre dans le Groupe I / The bands at 1 101 and 470 cm-1 correspond to the link Si-O and the one at 779 cm-1 to the connection Si-O-Si. An intense extra band at 1 242 cm-1 due to the presence of metallic cations classes this glass in Group I.

Figure 30 : Spectre Infra-rouge du flacon PBW/2000/G/3952 de type F2 / Infra-red spectrum of the type F2 vial PBW/2000/G/3952

Figure 30 : Spectre Infra-rouge du flacon             PBW/2000/G/3952 de type F2 / Infra-red spectrum             of the type F2 vial PBW/2000/G/3952

Les bandes à 1 100 et 471 cm-1 correspondent à la liaison Si-O et celle à 777 cm-1 à la liaison Si-O-Si. Une intense bande supplémentaire à 1 231 cm-1 due à la présence de cations métalliques classe ce verre dans le Groupe I /The bands at 1 100 and 471 cm-1 correspond to the link Si-O and the one at 777 cm-1 to the connection Si-O-Si. An intense extra band at 1 231 cm-1 due to the presence of metallic cations classes this glass in Group I.

Figure 31 : Spectre Infra-rouge du flacon cassé sans numéro de type A1 / Infra-red Spectrum of type A1 broken vial without registering number

Figure 31 : Spectre Infra-rouge du flacon             cassé sans numéro de type A1 / Infra-red             Spectrum of type A1 broken vial without registering             number

Les bandes à 1 099 et 469 cm-1 correspondent à la liaison Si-O et celle à 782 cm-1 à la liaison Si-O-Si. Ce verre se classe dans le Groupe II / The bands at 1 099 and 469 cm-1 correspond to the link Si-O and the one at 782 cm-1 to the connection Si-O-Si. This glass is classed in Group II.

Figure 32 : Spectre Infra-rouge du flacon PBW/2000/G/3949 de type B2 / Infra-red spectrum of type B2 vial PBW/2000/G/3949

Figure 32 : Spectre Infra-rouge du flacon             PBW/2000/G/3949 de type B2 / Infra-red spectrum             of type B2 vial PBW/2000/G/3949

Les bandes à 1086 et 470 cm-1 correspondent à la liaison Si-O et celle à 759 cm-1 à la liaison Si-O-Si. Ce verre se classe dans le Groupe II / The bands at 1086 and 470 cm-1 correspond to the link Si-O and the one at 759 cm-1 to the connection Si-O-Si. This glass is classed in Group II.

Figure 33 : Spectre Infra-rouge du flacon PBW/2000/G/3951 de type F1 /Infra-red spectrum of the type F1 vial PBW/2000/G/3951

Figure 33 : Spectre Infra-rouge du flacon             PBW/2000/G/3951 de type F1 /Infra-red spectrum             of the type F1 vial PBW/2000/G/3951

Les bandes à 1 071 et 467 cm-1 correspondent à la liaison Si-O et celle à 761 cm-1 à la liaison Si-O-Si. Ce verre se classe dans le Groupe II / The bands at 1 071 and 467 cm-1 correspond to the link Si-O and the one at 761 cm-1 to the connection Si-O-Si. This glass is classed in Group II.

Haut de page

Notes

1 ADMAT : Anglo-Danish Maritime Archaeological Team, est un non-profit organisation fondée en Angleterre en 2000 pour promouvoir l’archéologie subaquatique et la protection du patrimoine englouti dans les Antilles ; http://www.admat.org.uk.

2 MNHN : Muséum national d’histoire naturelle, Paris.

3 Lesrecherches menées sur des sites de vente en ligne nous ont permis de retrouver, aux États-Unis, des flacons pillés dans l’épave du Casimir. Ils étaient mis aux enchères à 20 dollars US l’unité…

4 En droit maritime, le connaissement d’une cargaison est le récépissé par lequel le transporteur reconnaît que la marchandise a été réceptionnée pour être expédiée. Il atteste aussi du contrat de transport et vaut titre de propriété de la marchandise qui est transférable. Un connaissement contient : le nom du vendeur et celui de l’acheteur et le nom de la partie devant être livrée, le numéro unique du connaissement, le nom du navire, le port de chargement, la destination, les détails de la cargaison et une déclaration que les marchandises sont bien à bord.

5 Au10 juin 1828, la société Baudin, Etesse et Cie., négociant-armateur négrier du Havre, est reconduite suite au départ de Philippe Defosse, beau-frère de Charles Baudin. Son capital reste fixé à 1 million de francs mais il est désormais réparti entre Charles Baudin (350 000,00 F), Paul Etesse (350 000,00 F) et la banque Ternaux Gandolphe et Cie (300 000,00 F). Les parts sociales se répartissent dans le même ordre : 5/12e, 5/12e et 2/12e (Delobette 2002 : 2423-2424).

6 Enfévrier 2014, deux prospections sur l’épave du Casimir ont permis de découvrir une concentration de douze nouveaux pots à onguent en faïence dichrome, tous estampillés D.R.

7 La découverte de l’épave du Casimir est due à la pile de briques qu’il transportait et qui le lestait. Celle-ci restée bien empilée lors du naufrage a été dispersée par les chasseurs de trésors en 1999.

8 Ces dépôts d’argile sont datés du Kimméridgien inf. à sup. (157,37±1 - 152,1±0,9 M.a.) et sont issus de l’altération des minéraux de l’ancien continent nord-armoricain (Saint-Germes et al., 1996 : 21-33).

9 Cettecitation latine de Joseph Morlent se traduit « Le mal dérive de là » et signifie en termes de marine « sortir de sa route », « dériver ».

10 « M. Delavigne a soumis à l’Académie des échantillons de la faïence, façon anglaise, qu’il fabrique à Ingouville, près du Havre. La faïence de M. Delavigne, disent MM. Mesaize et Robert, chargés de vous en rendre compte, résiste parfaitement au feu et au passage brusque du chaud au froid et du froid au chaud. La couverture ne cède point à l’action de l’acide nitrique bouillant, […] MM. Les commissaires pensent que l’établissement de M. Delavigne mérite autant plus les encouragements du Gouvernement que la terre argileuse dont se sert ce fabricant est abondamment répandue dans le département. » (Anonyme 1807 : 60-61).

11 Néen 1747 à Gonneville-sur-Dive (Calvados), Robert Joseph Le Demandé s’éteint à Sanvic le 11 février 1834 (ADSM, Registres paroissiaux et d’état-civil, commune de Sanvic, cote 4E 09703).

12 Demande faite en 1840 par Nicolas-François Lefèvre et accordée en 1841. À partir de 1851, la verrerie de Sanvic appartient à Recoursé, Deguerre et Cie, un « D.R. » dont l’existence est de loin postérieure au naufrage du Casimir.

13 Dès le début du xixsiècle, l’étiquette occupe une place très importante dans l’histoire du flaconnage. À l’origine essentiellement utilitaire, elle devient rapidement de l’illustration pure destinée à stimuler l’imaginaire : bouquets, paysages de rêve, personnages célèbres.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Bloc de corail abandonné par les chasseurs de trésor en 1999 / Block of coral abandoned by the treasure hunters in 1999
Légende Sept flacons sont concrétionnés dessus /seven vials are corns above.
Crédits Cliché Spooner-ADMAT.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 965k
Titre Tableau 1 : Typologie des flacons / Flasks typology
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-2.png
Fichier image/png, 192k
Titre Tableau 2 : Résultats (exprimés en pourcentages d’oxyde) des analyses élémentaires en PIXE des flacons du Casimir / Results (expressed in percentage of oxide) of elementary analyses in PIXE of the Casimir flasks.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-3.png
Fichier image/png, 63k
Titre Figures 2a, b et 3 : Flacon conchyliforme de typeA1 (vol. 15 ml) / Shellform vial Type A1 (vol. 15 ml)
Légende Les initiales « D.R. » apparaissent en relief au verso, de part et d’autre du crochet de la coquille. La surface plane, au centre de l’intérieur de la coquille, accueillait l’étiquette / The initials “D. R.” are embossed on the back, on both sides of the hook of the shell. The flat surface, in the center of the inside of the shell, was hosting the label.
Crédits Clichés Spooner-ADMAT, dessin Ann Smith-NAS.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-4.png
Fichier image/png, 2,0M
Titre Figure 4 : Flacon-bouteille anonyme du sous-type B2 (vol. 65 ml) / Vial-bottle anonymous sub-type B2 (vol. 65 ml)
Crédits Cliché Spooner-ADMAT.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 5 : Flacon-bouteille anonyme du sous-type B6 (vol. 35 ml) / Vial-bottle anonymous sub-type B6 (vol. 35 ml)
Crédits Cliché Spooner-ADMAT.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 6 : Flacon-bouteille anonyme du sous-type B2 (vol. 65 ml) / Vial-bottle anonymous sub-type B2 (vol. 65 ml)
Crédits Dessin Ann Smith-NAS.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Figure 7 : Flacon-bouteille anonyme du sous-type B3 (vol. 68 ml) / Vial-bottle anonymous sub-type B3 (vol. 68 ml)
Crédits Dessin Ann Smith-NAS.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 8 : Flacon-bouteille anonyme du sous-type B5 (vol. 220 ml) / Vial-bottle anonymous sub-type B5 (vol. 220 ml)
Crédits Dessin Ann Smith-NAS.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 9 : Flacon-tonnelet de type C (vol. 15 ml) / Vial-barrel type C (vol. 15 ml),
Légende Vue du verso avec le monogramme « D.R. » au centre du soleil / back view with the badge “D. R.” at the center of the sun.
Crédits Cliché Spooner-ADMAT.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 10 : Flacon-tonnelet de type C / Vial-barrel type C
Légende Vue du recto avec l’espace circulaire plan destiné à accueillir l’étiquette / front view with the circular space plan intended to accommodate the label.
Crédits Cliché Spooner-ADMAT.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 998k
Titre Figure 11 : Flacon-tonnelet de type D (vol. 20 ml) / Vial-barrel type D (vol. 20 ml)
Légende Vue du verso avec le monogramme « D.R. » au centre du soleil / back view with the badge “D. R.” at the center of the sun.
Crédits Cliché Spooner-ADMAT.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 12 : Flacon-tonnelet de type D / Vial-barrel type D
Légende Vue du recto avec l’espace ovale plan destiné à accueillir l’étiquette / front view with the circular space plan intended to accommodate the label.
Crédits Cliché Spooner-ADMAT.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 13 : Vues recto et verso du flacon-tonnelet de type C / Front view and reverse side of the vial-barrel type C.
Crédits Dessin Ann Smith-NAS.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Titre Figure 14 : Vues recto et verso du flacon-tonnelet de type D / Front view and reverse side of the vial-barrel type D.
Crédits Dessin Ann Smith-NAS.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 565k
Titre Figures 15a et b : Flacon-tube de type E (vol. 21 ml) / Vial-tube Type E (vol. 21 ml)
Légende Vue avec les initiales « D.R. » au-dessus de la base / view with the initials “D.R.” above the base.
Crédits Cliché Spooner-ADMAT.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Figure 16 : Détail des initiales « D.R. » / Detail of the initials “D.R.”
Légende Moulées en relief au-dessus de la base d’un flacon-tube de type E / moulded into above the base of a vial-tube type E.
Crédits Cliché Spooner-ADMAT.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 813k
Titre Figure 17 : Flacon octogonal de type F1 (vol. 17,5 ml) / Octagonal bottle type F1 (vol. 17.5 ml)
Légende Vue du verso avec l’initiale « R » au-dessus de la base / back view with the initial “R” above the base.
Crédits Cliché Spooner-ADMAT.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Figure 18 : Flacon octogonal de type F1 / Octagonal bottle type F1
Légende Vue du recto avec l’initiale « D » au-dessus de la base / front view with the initial “D” above the base.
Crédits Cliché Spooner-ADMAT.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Figure 19 : Vue du recto et du dessous avec le pontil d’arrachement du flacon octogonal de type F1 / Front side view and below with the pontil of shearing of the octagonal vial type F1.
Crédits Dessin Ann Smith-NAS.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 20 : Flacon octogonal de type F2 / Octagonal bottle type F2
Légende L’usure superficielle du verre, des angles et de la lèvre est due au frottement contre le sable corallien / the superficial wear of glass, angles and the lip is due to friction against the coral.
Crédits Cliché Spooner-ADMAT.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 21 : Vues recto, verso et du dessous du flacon octogonal de type F1 / Front, riverside and underside views of the octagonal vial type F1
Légende Seul modèle sur lequel les initiales « D.R. » sont individualisées / this is the only model on which the initials “D.R.” are individualized.
Crédits Dessin Ann Smith-NAS.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Figure 22 : Fiole anonyme de type G (vol. 5 ml) en verre bleu vert dit « chambourin » / Anonymous flask type G (vol. 5 ml) blue green glass said “chambourin”
Légende C’est le seul exemplaire du Casimir à avoir conservé son bouchon en liège en place durant 180 ans / This flask discovered in the Casimir wreck has retained its cork stopper in place during 180 years.
Crédits Cliché Gendron-MNHN.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 23 : Fiole anonyme en verre bleu vert découverte dans le lit du Petit-Morin au niveau de Crécy-la-Chapelle (Seine-et-Marne) / Anonymous flask in blue green glass discovered in the Petit-Morin river bed at Crecy-La-Chapelle (Seine-et-Marne)
Crédits Cliché Gendron-MNHN avec l’aimable autorisation de M.-P. Villié-Techsub.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 699k
Titre Figure 24 : Vue en coupe de la fiole anonyme de type G / Cut view of the anonym type G vial
Crédits Dessin Spooner-ADMAT.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 25 : Pot à onguent en faïence dichrome façon Rouen (vol. 60 ml) / Ointment pot in dichromic faienceware, Rouen Style (vol. 60 ML).
Crédits Cliché Gendron-MNHN.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 789k
Titre Figure 26 : Vue en coupe du pot à onguent en faïence dichrome signé « D.R. » sous la base / Ointment pot in dichromic faienceware signed “D.R.” under the base.
Crédits Dessin Ann Smith-NAS.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Figure 27 : Monogramme « D.R. » imprimé sous un pot à onguent en faïence dichrome / Badge “D.R.” printed under an ointment pot in dichromic faienceware
Crédits Cliché Gendron-MNHN.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Figure 28 : Spectre Infra-rouge du flacon PBW/2000/G/3948 de type D / Infra-red spectrum of the type D vial PBW/2000/G/3948.
Légende Les bandes à 1 100 et 470 cm-1 correspondent à la liaison Si-O et celle à 778 cm-1 à la liaison Si-O-Si. Une intense bande supplémentaire à 1 246 cm-1 due à la présence de cations métalliques classe ce verre dans le Groupe I / The bands at 1 100 and 470 cm-1 correspond to the link Si-O and the one at 778 cm-1 to the connection Si-O-Si. An intense extra band at 1 246 cm-1 due to the presence of metallic cations classes this glass in Group I.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 29 : Spectre Infra-rouge du flacon PBW/2000/G/1644 de type C / Infra-red Spectrum of the type C vial PBW/2000/G/1644
Légende Les bandes à 1 101 et 470 cm-1 correspondent à la liaison Si-O et celle à 779 cm-1 à la liaison Si-O-Si. Une intense bande supplémentaire à 1 242 cm-1 due à la présence de cations métalliques classe ce verre dans le Groupe I / The bands at 1 101 and 470 cm-1 correspond to the link Si-O and the one at 779 cm-1 to the connection Si-O-Si. An intense extra band at 1 242 cm-1 due to the presence of metallic cations classes this glass in Group I.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 577k
Titre Figure 30 : Spectre Infra-rouge du flacon PBW/2000/G/3952 de type F2 / Infra-red spectrum of the type F2 vial PBW/2000/G/3952
Légende Les bandes à 1 100 et 471 cm-1 correspondent à la liaison Si-O et celle à 777 cm-1 à la liaison Si-O-Si. Une intense bande supplémentaire à 1 231 cm-1 due à la présence de cations métalliques classe ce verre dans le Groupe I /The bands at 1 100 and 471 cm-1 correspond to the link Si-O and the one at 777 cm-1 to the connection Si-O-Si. An intense extra band at 1 231 cm-1 due to the presence of metallic cations classes this glass in Group I.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Figure 31 : Spectre Infra-rouge du flacon cassé sans numéro de type A1 / Infra-red Spectrum of type A1 broken vial without registering number
Légende Les bandes à 1 099 et 469 cm-1 correspondent à la liaison Si-O et celle à 782 cm-1 à la liaison Si-O-Si. Ce verre se classe dans le Groupe II / The bands at 1 099 and 469 cm-1 correspond to the link Si-O and the one at 782 cm-1 to the connection Si-O-Si. This glass is classed in Group II.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 581k
Titre Figure 32 : Spectre Infra-rouge du flacon PBW/2000/G/3949 de type B2 / Infra-red spectrum of type B2 vial PBW/2000/G/3949
Légende Les bandes à 1086 et 470 cm-1 correspondent à la liaison Si-O et celle à 759 cm-1 à la liaison Si-O-Si. Ce verre se classe dans le Groupe II / The bands at 1086 and 470 cm-1 correspond to the link Si-O and the one at 759 cm-1 to the connection Si-O-Si. This glass is classed in Group II.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Figure 33 : Spectre Infra-rouge du flacon PBW/2000/G/3951 de type F1 /Infra-red spectrum of the type F1 vial PBW/2000/G/3951
Légende Les bandes à 1 071 et 467 cm-1 correspondent à la liaison Si-O et celle à 761 cm-1 à la liaison Si-O-Si. Ce verre se classe dans le Groupe II / The bands at 1 071 and 467 cm-1 correspond to the link Si-O and the one at 761 cm-1 to the connection Si-O-Si. This glass is classed in Group II.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/3516/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Gendron, Simon Q. Spooner et Thomas Calligaro, « Flacons à parfum et pots à onguent de l’épave du Casimir (1829) – Des témoignages rares de la faïencerie Robert Le Demandé (Sanvic au Havre, Seine-Maritime) », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 33 | 2016, mis en ligne le 31 juillet 2019, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rao/3516 ; DOI : 10.4000/rao.3516

Haut de page

Auteurs

François Gendron

Docteur en archéologie, ingénieur d’études du MNHN, Département de Préhistoire, UMR-CNRS 7194, EA 3551 Centre de Recherches sur l’Amérique Préhispanique, 1, rue René-Panhard 75013 Paris, France. (fgendron@mnhn.fr)

Simon Q. Spooner

Docteur en archéologie maritime, chercheur indépendant, fondateur d’Anglo-Danish Maritime Archaeological Team (ADMAT), 6 Royal Mews, Hampton Court, East Mosley, Surrey. KT8 7BW England. (maritime_archaeology@yahoo.co.uk)

Thomas Calligaro

Docteur en physique nucléaire, Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France, Palais du Louvre, 14, Quai François-Mitterrand, 75001 Paris, France. (thomas.calligaro@culture.gouv.fr)

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page