Navigation – Plan du site
Analyses d’ouvrages

Arrivées et conséquences des premiers agriculteurs en Centre Bretagne, 5000-1800 av. notre ère

Charles-Tanguy Le Roux
p. 358-359
Référence(s) :

Jallot R., 2017 – Arrivées et conséquences des premiers agriculteurs en Centre Bretagne, 5000-1800 av. notre ère, Saarbrücken, Éditions universitaires européennes (ISBN 978-3-639-62368-0), 115 p.

Texte intégral

1Ce petit volume est directement issu d’un mémoire de Master 2 préparé sous la direction de F. Giligny et soutenu en 2015 devant l’université Paris 1 (Panthéon-Sorbonne). « Directement » est bien le mot qui convient car un Mémoire universitaire (élaboré comme on sait dans le cadre de ce qui reste plus ou moins un cénacle doté de ses propres codes) possède ses contraintes, souvent moins aisées qu’il n’y paraît à transposer dans une véritable publication à destination d’un lectorat élargi (même s’il reste spécialisé). On ne s’étonnera donc pas d’avoir ici et là quelques difficultés à entrer dans le jeu car un certain nombre de présupposés restent implicites (et pas toujours aisés à reconstituer pour qui n’aurait pas suivi le cheminement de l’auteure depuis son Master 1). Cette publication à compte d’auteur est aussi une édition « économique » au plein sens du terme : maquettage et qualité de l’illustration y restent en effet assez sommaires pour des raisons hélas faciles à comprendre.

2Ceci dit, il serait dommage de se laisser rebuter par la forme. À l’heure où tant de travaux universitaires passent à la trappe (ou s’enlisent dans d’interminables procédures éditoriales), commençons donc par féliciter Rosalie Jallot d’avoir osé braver tous les obstacles pour nous livrer au plus vite le fruit de son travail.

3Comme dit dans le préambule de l’ouvrage, les études spatiales en archéologie (dont ce mémoire fait partie) sont encore à la recherche d’un véritable cadre méthodologique. Elles se placent en effet à l’interface entre de multiples approches, aussi bien humaines que matérielles ; les gérer toutes sans tomber dans un « sac de nœuds » n’est pas chose facile et R. Jallot a su y parvenir. Le souhait principal de l’auteure apparait cependant clairement dans ce même préambule ; présenter le fruit d’une première recherche en archéologie des paysages et des territoires, pour mieux discuter la teneur des raisonnements et, à partir du corpus des observations de terrain, aboutir à des conclusions qui, comme c’est légitime à ce stade, restent encore largement interrogatives.

4Spatialement, ce travail concerne le « Centre Bretagne », plus précisément le quart sud-ouest de l’actuel département des Côtes-d’Armor plus une large bande au nord-ouest du Morbihan ; en tout, quelque 3 000 km² situés grosso-modo entre Carhaix et Loudéac d’Ouest en Est et allant de Bourbriac à Pontivy du Nord au Sud. Comme présenté en Partie I de l’ouvrage, c’est une région géologiquement complexe et géographiquement fort variée. Mais aujourd’hui, après tant de millénaires d’activités humaines intenses et multiples, les traces des premiers occupants étudiés par R. Jallot ne s’y lisent plus qu’en faibles palimpsestes, même s’ils restent parfois spectaculaires comme les mégalithes (et spécialement les menhirs, objets, avec les carrières d’extraction mises en évidence dans l’ouvrage, d’une attention toute particulière).

5Chronologiquement, la période prise en compte va du début du Néolithique moyen au début du Bronze ancien, soit de 4 600 à 1 800 avant notre ère. Ces quelque vingt-huit siècles ont vu bien des changements : humainement comme matériellement, le monde des « petits princes de l’âge du Bronze » (pour reprendre l’expression de J. Briard) n’avait plus que des rapports bien ténus avec celui des premiers bâtisseurs de mégalithes. Suivre cette évolution à partir de la documentation disponible pour une région qui fut longtemps négligée des chercheurs supposait un considérable investissement sur le terrain en complément. C’est là une double gageure que R. Jallot a su relever avec panache, même si toutes ses conclusions n’emportent pas une adhésion sans faille.

6De tout ce travail, la partie la plus marquante à nos yeux est sans doute le « cadre conceptuel » (§ 1.3, p. 21-23), avec ses deux volets : « environnement naturel et paysage » d’une part, « perception d’un territoire » de l’autre. Ces notions sont exposées avec une maturité remarquable par cette jeune chercheuse, alors que trop de préhistoriens français se cantonnent dans cette « archéographie » du premier degré que fustigeait déjà P.-R. Giot en son temps. Tous les développements de l’ouvrage ne sont cependant pas aussi clairs et certains sont même difficiles à suivre, parfois desservis par une expression écrite qui reste à peaufiner. Parfois aussi, le piège du « raisonnement circulaire » n’est pas très loin, tandis que certains passages donnent, peut-être du fait d’une trop grande concision, l’impression d’avoir quelque peu « sollicité » les données.

7Mais plutôt que d’en épingler les inévitables imperfections, saluons ici une « œuvre de jeunesse » prometteuse. Espérons surtout que, malgré la difficulté des temps pour les jeunes chercheurs, Rosalie Jallot puisse rapidement trouver l’opportunité de développer son travail, notamment dans le cadre d’une thèse de doctorat que nous attendons avec impatience.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Tanguy Le Roux, « Arrivées et conséquences des premiers agriculteurs en Centre Bretagne, 5000-1800 av. notre ère », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 34 | 2017, mis en ligne le 13 juin 2018, consulté le 12 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rao/4398

Haut de page

Auteur

Charles-Tanguy Le Roux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page