Navigation – Plan du site
Analyses d’ouvrages

Potiers de Ger ; l’aventure d’une industrie rurale du Moyen Âge au xxe siècle

Emmanuel Ghesquière
p. 359-360
Référence(s) :

Collectif, 2016 – Potiers de Ger ; l’aventure d’une industrie rurale du Moyen Âge au xxe siècle, Saint-Lô/Bayeux, Conseil départemental de la Manche – OREP, 2016.

Texte intégral

1Au xive siècle, des potiers découvrent les extraordinaires capacités des argiles à grès qui chauffées à 1 300 °C deviennent totalement imperméables. C’est le départ d’une production qui va vite s’étendre dans trois grands secteurs en Normandie : le Pays de Bray, le Cotentin/Bessin et le Domfrontais. Loin des pichets très décorés qui égayent les tables des seigneurs et bourgeois, les poteries de grès sont des vases utilitaires qui sont destinées à deux fonctions principales : le stockage et le transport du beurre et le stockage des salaisons. Dès lors commence d’une part l’orientation d’une partie importante de l’agriculture normande et bretonne vers la production de beurre et son exportation et d’autre part la généralisation des salaisons dans des grands récipients de grès. Les beurres bretons, alimentant pour une part la Marine verront les grès normands se diffuser sur nombre de territoires, parmi lesquels le Nouveau Monde. Plusieurs autres formes se développent dès le début, des pichets certes, mais surtout des récipients liés au travail du lait : jarres, pots à crémer, barattes et moules à fromage et plus tardivement les bouteilles. Cette poterie dont le principal défaut est de très mal tenir la chaleur a décliné bien des formes permettant la conservation des liquides. Plus tardivement, une production plus luxueuse verra le jour avec les fontaines très décorées et personnalisées, modeste dévoiement de cette céramique qui reste principalement utilitaire.

2L’ouvrage nous fait revivre l’aventure industrielle de cette production, des lieux et des hommes qui y ont participé, tout particulièrement ceux du Domfrontais (dont Ger est le centre le plus actif) et des équipements qu’ils ont laissé (fours, tessonniers), qui ont fait l’objet de quelques opérations de fouilles programmées, regroupées dans le cadre d’un espace muséographique vivant. Si la lecture de cet ouvrage de vulgarisation intelligente très illustré n’offre pas aux médiévistes et aux modernistes un catalogue typologique détaillé, il permet une approche large et pertinente de la production de cette céramique omniprésente mais encore largement méconnue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Ghesquière, « Potiers de Ger ; l’aventure d’une industrie rurale du Moyen Âge au xxe siècle », Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 34 | 2017, mis en ligne le 13 juin 2018, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rao/4410

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page