Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Analyses d'ouvragesMonnaies mérovingiennes

Analyses d'ouvrages

Monnaies mérovingiennes

Thibault Cardon
p. 249-250
Référence(s) :

Salaün G., Blet-Lemarquand M. (collab.), 2019 – Monnaies mérovingiennes, Nantes, Grand Patrimoine de Loire-Atlantique, 128 p. (Collections du musée Dobrée).

Texte intégral

  • 1 Salaün G. (dir.), 2018 – Dépôts monétaires en Loire-Atlantique. Nantes, Grand Patrimoine de Loire- (...)
  • 2 Signalons la mise en ligne progressive des collections monétaires de la BnF sur www.gallica.bnf.fr(...)

1Gildas Salaün, actuel responsable du médailler du musée Dobrée de Nantes, nous livre ici le deuxième volume d’une série d’ouvrages visant à la publication scientifique des collections monétaires du musée Dobrée. Un premier volume, paru en 2018, présentait une large sélection de dépôts monétaires1. Ce nouvel ouvrage est consacré aux 78 monnaies tardo-antiques et mérovingiennes (fin ve-mi viiie s.) conservées au musée Dobrée. Le fait est assez rare2 et mérite d’être salué tant la numismatique mérovingienne demeure complexe à aborder. L’exercice est, d’un point de vue purement numismatique, tout à fait réussi. Les exemplaires sont ici précisément décrits, bénéficient d’une couverture photo de très bonne qualité, et les références typologiques sont données à la bibliographie classique (Belfort et Prou en tête). L’effort a également porté sur l’historique de ces monnaies au sein des collections, ce qui permet de suivre la piste de plusieurs exemplaires dans les publications anciennes, mais surtout de déterminer leur lieu de trouvaille. Environ la moitié des 78 monnaies bénéficie d’un « contexte archéologique », il est vrai souvent réduit à une commune ou un lieu-dit. On doit une fois de plus remarquer le caractère déterminant du collectionneur Fortuné Parenteau (1814-1882) pour la qualité de cette documentation.

2Ce catalogue est également l’occasion pour Gildas Salaün de poursuivre ses efforts de vulgarisation de la numismatique auprès certes du grand public, mais aussi des historien·ne·s et archéologues. Une introduction généraliste sur le commerce et la monnaie en Gaule mérovingienne donne des éléments de contexte qui s’appuient sur la littérature scientifique récente, en dernier lieu les travaux, abondamment cités, de J. Lafaurie, J. Pilet-Lemière et B. Leroy. Viennent ensuite les notices du catalogue, réparties selon les trois grandes phases de monnayage : imitations pseudo-impériales de tremisses et solidi (avant 500-560), frappes locales de tremisses (c. 560-675), et deniers d’argent (c. 675-750). Les notices de catalogue sont bien conçues, la description classique étant complétée par un résumé des analyses élémentaires (les données brutes figurant en fin d’ouvrage), et un commentaire vient souvent apporter des précisions sur l’exemplaire. Un regret toutefois : les renvois à d’autres monnaies de la collection sont faits par leur numéro d’inventaire et non par le numéro de catalogue, ce qui ne facilite pas leur consultation malgré l’existence d’une table de concordance placée en fin de volume.

  • 3 Blanchet G., De la fabrication à la circulation des monnaies d’argent frappées aux ve et vie s. ap (...)
  • 4 En dernier lieu : Schiesser P., 2017 – Monnaies et circulation monétaire mérovingiennes (vers 670- (...)

3Les deux premières phases du monnayage mérovingien, mieux représentées dans les collections du musée Dobrée, font également l’objet de courtes synthèses plus proprement numismatiques. Quelques hypothèses formulées ces dernières années sur le monnayage mérovingien en Armorique sont ici reprises et discutées. On pense notamment à l’influence visigotique sur le style des tremisses anonymes de Nantes de la première moitié du vie s. (cat. 4, 15-16 et 21), style qui se retrouve sur les premiers tremisses « à la Victoire armoricaine » de monétaires de Nantes, soit vers 570-580 (cat. 24-25). On rappellera également l’hypothèse, déjà présentée par B. Leroy, d’un lien entre la fermeture progressive des ateliers monétaires armoricains et la progression des Bretons face aux Francs dans cette région. Historien·ne·s et archéologues y trouveront donc sans doute des éléments pour mieux intégrer la numismatique mérovingienne à leurs travaux. Preuve de cette main tendue, l’ouvrage a été édité à l’occasion des 40e journées de l’AFAM (Nantes, 3-5 octobre 2019), qui portaient sur « La circulation des hommes, des biens et des idées à l’époque mérovingienne, du ve au viiie s. ». Précisons tout de même deux éléments, issus de recherches en cours : les argentei, ces minuscules monnaies d’argent de l’Antiquité tardive, données jusqu’à présent comme « rares », ne le sont peut-être en grande partie qu’à cause de leurs caractéristiques physiques qui compliquent considérablement leur découverte. Plusieurs travaux en cours, dont une thèse de doctorat préparée par G. Blanchet, révèlent que l’importance de ce monnayage est sous-estimée3. À l’autre extrémité de la chronologie, les deniers d’argent des années 675-750 sont également sous-représentés dans les collections, mais l’on s’aperçoit aujourd’hui, notamment grâce aux travaux de P. Schiesser, que leur production est assez abondante et que la frappe d’obole est bien documentée4.

4L’autre apport essentiel de ce catalogue est de laisser une large place aux analyses élémentaires des monnaies, dans une dernière partie que l’on doit à Maryse Blet-Lemarquand (centre Ernest-Babelon – IRAMAT), mais également inséré dans le cœur des notices pour appuyer les argumentaires. Sauf rares exceptions (cat. 31 : achat récent et cat. 42 : moulage), toutes les monnaies ont en effet été analysées, par LA-ICP-MS pour l’or et par ANRC pour l’argent. Parmi les résultats obtenus ou confortés, on retiendra notamment : 1) l’hypothèse d’une dévaluation progressive du poids de fin, qui s’appuie désormais sur de nouvelles données ; 2) l’identification d’une source d’or alluvionnaire, caractérisée par un taux d’étain de 0,7 % env., par rapport à un or de refonte, sans doute d’origine byzantine ; et 3) l’existence d’une variabilité assez importante du titre (2 à 15 %), y compris pour des exemplaires frappés en un même atelier et au nom d’un même monétaire.

5Malgré ces indéniables qualités, il nous faut relever plusieurs coquilles, imprécisions et (rares) erreurs. La lecture de quelques légendes doit être corrigée, même si cela ne change pas le fond de l’interprétation (cat. 17 : AVGVSTORVM plutôt que AGGVSTORVM ; cat. 45 : AULAUNA plutôt que AULANA et +MARGISILO ; cat. 63 : GAVALETA MO plutôt que GAVALETAIIO). Auguste Belfort a une fois été confondu avec la ville anglaise de Belford (cat. 48). Les photos d’avers et revers ont exceptionnellement été interverties (cat. 66) et l’orientation de deux revers serait à revoir (cat. 40 et 77). S’agissant des descriptions, il est possible que la croix du motif soit posée sur un globule pour les monnaies cat. 29, 40 et peut-être cat. 33 (plutôt qu’un O final ?). Toujours au sujet des descriptions, les légendes sont parfois transcrites d’après d’autres exemplaires, mais sans que cela soit indiqué par des crochets (cat. 32, mais aussi cat. 56 et cat. 74, avec de fait, un doute sur la lecture). Une proposition d’attribution mériterait une justification (cat. 66, pour un tremissis attribué à Trébiac). On notera également quelques rares erreurs de référencement (cat. 45 : Prou 427 et non 486 ; cat. 51 : avers de même coin que Côte 538 et non Prou 538), ou références pouvant être complétées (cat. 32 : Prou 510 ; cat. 39 : Belfort 4812 et Prou 408 ; cat. 50 : Prou 288 ; cat. 55 : Belfort 61 cet exemplaire, mais pas celui cité et dessiné par Cartier en 1844). Enfin, le dessin d’archive donné pour justifier le lieu de collecte d’un triens ne semble pas décisif pour reconnaître l’exemplaire actuellement conservé au musée Dobrée (cat. 15).

6Une autre critique porte sur l’emploi, par ailleurs très courant en numismatique, du terme « dégénéré ». Ce terme est peu judicieux et imprécis. Il faudrait au moins lui préférer le terme « stylisé », moins connoté mais tout aussi peu descriptif. Ou mieux : trouver des adjectifs pour caractériser positivement les styles observés, tel « l’appendice perlé » proposé par G. de Ponton d’Amécourt et encore en usage. La question du vocabulaire se pose encore avec l’emploi parfois variable des termes « type » et « style » pour désigner une même caractéristique, par exemple « l’appendice perlé » (p. 56, 70 ou 73-74), ce qui rend délicat la compréhension des phénomènes en jeu. S’agit-il du tour de main d’un graveur, d’une mode ou d’un véritable « type » qui s’imposerait d’une façon légale ? Avouons toutefois que ce problème de vocabulaire, et tout ce qu’il implique, est également très courant en numismatique.

7Ces dernières critiques de problèmes communs à la discipline nous invitent à souligner tout l’intérêt d’une proposition faite par l’auteur dans ce catalogue. En effet, le cadre de classement retenu pour les tremisses des monétaires est politico-géographique, et non plus en suivant les anciennes provinces romaines ou par ordre alphabétique des communes. Plus clairement, il s’agit ici de suivre les « anciens royaumes », qui ne sont d’ailleurs pas bien connus : Neustrie, Aquitaine, Bourgogne, Provence, royaume de Tournai, Austrasie. Cette proposition ne semble pas toujours recouper des critères iconographiques, mais elle a le grand mérite de proposer un cadre de classement au plus près des réalités politiques mérovingiennes. C’est une piste intéressante qu’il conviendrait de tester avec un plus ample corpus.

Haut de page

Notes

1 Salaün G. (dir.), 2018 – Dépôts monétaires en Loire-Atlantique. Nantes, Grand Patrimoine de Loire-Atlantique, collections du musée Dobrée.

2 Signalons la mise en ligne progressive des collections monétaires de la BnF sur www.gallica.bnf.fr, les monnaies mérovingiennes ayant été référencées par J.-Y. Kind (https://archivesmonetaires.org/).

3 Blanchet G., De la fabrication à la circulation des monnaies d’argent frappées aux ve et vie s. apr. J.-C. dans les provinces occidentales de l’Empire romain : pour une étude archéométrique et archéologique des « argentei », thèse de doctorat sous la direction de Luc Bourgeois et Marc Bompaire, Caen, université de Caen.

4 En dernier lieu : Schiesser P., 2017 – Monnaies et circulation monétaire mérovingiennes (vers 670-vers 750). Les monnayages d’argent de Touraine, Paris, SENA.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thibault Cardon, « Monnaies mérovingiennes »Revue archéologique de l'Ouest, 36 | 2020, 249-250.

Référence électronique

Thibault Cardon, « Monnaies mérovingiennes »Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 36 | 2020, mis en ligne le 18 décembre 2020, consulté le 15 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/rao/6385 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rao.6385

Haut de page

Droits d’auteur

@ Presses universitaires de Rennes

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search