Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Analyses d'ouvragesLe sanctuaire du Gué-de-Sciaux à ...

Analyses d'ouvrages

Le sanctuaire du Gué-de-Sciaux à Antigny (Vienne, FR) : genèse et évolution d’un lieu de culte picton (ier s. av. J.-C.–ive s. apr. J.-C.)

Gérard Aubin
p. 252-255
Référence(s) :

Bertrand I. (dir.), 2018 – Le sanctuaire du Gué-de-Sciaux à Antigny (Vienne, FR) : genèse et évolution d’un lieu de culte picton (ier s. av. J.-C.–ive s. apr. J.-C.), Chauvigny, Association des Publications Chauvinoises, 2 vol., 1 025 p. (Mémoire, L).

Texte intégral

1L’axe 6 – Paysages religieux, sanctuaires et rites d’époque romaine – de la programmation nationale de la recherche archéologique, publiée en 2016, fixait comme prioritaire la publication monographique des opérations anciennes. Dans une liste non exhaustive, élaborée par V. Brouquier-Reddé et l’auteur de cette recension, le sanctuaire du Gué-de-Sciaux figurait en bonne place.

2La parution en 2018 de deux forts volumes répond pleinement à cette attente de mise à disposition des données. C’est aussi une heureuse surprise tant on redoute que la lourdeur et la complexité de nombre de ces dossiers ne découragent les bonnes volontés. Souvenons-nous. Antigny faisait partie de ces grands chantiers des années 1980 lancés et animés par des équipes de bénévoles enthousiastes et inventifs. Au Gué-de-Sciaux, ce fut autour de Christian Richard, puis d’Isabelle Bertrand, durant vingt-cinq ans, avec le soutien bienveillant du directeur régional des Antiquités, Jean-Claude Papinot : ce fut d’abord du sauvetage urgent (théâtre, thermes), puis du sauvetage programmé, puis de la fouille programmée. L’archéologie n’était pas alors professionnalisée ; mais sans ces pionniers, l’aurait-elle jamais été ? Il fallait savoir mobiliser et fédérer des compétences diverses, mettre au point des méthodes d’enregistrement, organiser le stockage du mobilier. Les préfaces et avant-propos ne font qu’effleurer les aléas de cette aventure collective. Il aurait été intéressant de s’y attarder et de détailler les méthodes mises en œuvre.

3Rappelons que le sanctuaire fait partie d’une agglomération secondaire (25 ha) de la cité des Pictons, située à environ 40 km à l’est de Poitiers, sur le tracé de la voie Poitiers-Bourges qui franchit à cet endroit une petite rivière, La Gartempe. La fig. 4 (p. 21) fournit un plan de l’agglomération d’après les prospections aériennes qui fait apparaître les différents monuments (manque une légende plus explicite de la numérotation des zones) dont les photos aériennes sont ensuite commentées : le sanctuaire fouillé (secteur 12), mais aussi un plus grand sanctuaire muni d’une esplanade (n1), et deux autres temples (nos 8, 10), tous documentés. Sous la direction d’Isabelle Bertrand, directrice des musées de Chauvigny, douze contributeurs et neuf collaborateurs se sont attachés à rassembler et analyser les « données » de terrain (relevés, stratigraphies, photographies) et le mobilier du lieu de culte. Tâche colossale puisqu’il a fallu réexaminer plus de 3 000 unités stratigraphiques, et parfaire l’inventaire de 18 000 objets. Il ne s’agit donc pas simplement d’une synthèse des nombreux travaux antérieurs de C. Richard et de son équipe, mais souvent d’approches nouvelles par une autre génération de chercheurs.

4Le premier volume (498 p., 585 fig. sans compter celles des encarts, numérotées individuellement) est divisé en six parties chronologiques retraçant l’évolution des structures de la première moitié du ier s. av. J.-C. au haut Moyen Âge. Un tableau (p. 36-37) détaille utilement le phasage utilisé dans l’enregistrement des faits et le regroupement des phases en périodes. La description minutieuse des structures, accompagnée de plans, coupes, photographies, permet de suivre pas à pas les transformations du site ; des encarts thématiques (amphores, faune, enduits peints, statuaire) viennent à point nommé détailler et compléter les analyses.

5Regardons d’abord les constructions. Les fenêtres les plus profondes ne permettent pas d’assurer le caractère religieux de l’occupation de la période 1 (LT D1b/D2) marquée par un bâtiment, des armes, des monnaies et des amphores. L’installation de structures en pierre sèche, une structure quadrangulaire et une allée, au tournant de l’ère (période 2) pourrait correspondre à un premier ensemble cultuel, également caractérisé par des aires de crémation et de possibles rites de jet de monnaies (150 ex.). À la période 3 (Tibère-Claude) apparaît, vers 20 apr. J.-C., un temple de plan centré (7 m de côté) jouxté d’un enclos et d’une série de fosses, tandis que sont édifiés des bâtiments, peut-être voués aux rassemblements. Vers 50, la construction d’une enceinte maçonnée (le mur oriental mesure 67 m), suivie de celle de galeries sur les côtés nord et est, traduit la monumentalisation du sanctuaire (période 4) ; le temple de plan centré est alors remplacé vers 75 par un temple carré un peu plus grand que le précédent (9 m de côté). Au iis. (période 4), les choses changent : alors que les constructions précédentes se succédaient au même endroit (la fig. 104 montre bien la superposition de la structure quadrangulaire 3A, du temple centré 3B, du temple carré 3C), elles s’ajoutent désormais : au nord, un second temple, cette fois classique et son autel ; à l’est et au sud, deux chapelles et deux piédestaux. L’architecture du temple classique (11,48 × 6,20 m), arasé jusqu’aux fondations, est restituée d’après de nombreux restes lapidaires (chapiteaux, architrave, frise, corniche) : un temple prostyle à 4 colonnes selon la restitution 3D (fig. 433) ; l’iconographie du tympan évoque l’armée tandis qu’à proximité une dédicace des tailleurs de pierre célèbre Apollon. Parmi les offrandes particulières, on note une maquette architecturale de temple et un petit dépôt monétaire de 11 bronzes du Haut-Empire (Trajan-Commode). Le culte principal était-il rendu à Mercure comme le suggèrent les fragments de deux statues en ronde-bosse (p. 423-429) ? Au iiis. (période 5), trois édicules sont encore édifiés (leur datation de la seconde moitié du siècle en raison d’absence de monnayage de la première moitié est une proposition fragile dans la mesure où à Antigny comme dans tout l’Ouest, les monnaies de la période 193-253 sont rares : 5 monnaies pour tout le site et qui plus est dans des niveaux tardifs). Les démolitions s’étaleraient sur plusieurs décennies à partir de la fin du iiis. : d’abord la galerie n. (incendie ?), puis le temple classique, puis le temple carré. Les auteurs notent quelques manifestations d’une « fréquentation religieuse persistante » jusqu’au début du ivs. (p. 479), ce qui est toujours problématique à démontrer dans la mesure où les travaux de démantèlement et de récupération des matériaux génèrent leurs lots d’artéfacts ; mais ici, le nombre de monnaies dans deux niveaux de démolition est particulièrement élevé (respectivement 87 et 82 monnaies allant jusqu’à 337-340). Enfin, des traces d’habitat postérieur sont attestées ainsi que 11 sépultures en pleine terre des viie-viiis.

6Outre les édifices, une grande attention est portée aux structures en creux et aux activités dont elles témoignent. Ainsi, au terme d’une analyse détaillée et minutieuse des 32 fosses de la période 3 (p. 120-299), la mieux documentée à cet égard, un essai de synthèse s’interroge sur leur élaboration, leur contenu mobilier et faunique, l’organisation de leur comblement, leur fermeture : certaines sont aménagées, d’autres s’apparentent à des dépotoirs ; ces creusements recueilleraient les restes de cérémonies, essentiellement ceux des banquets suivant les sacrifices. D’autres structures résistent à l’interprétation, par exemple cet alignement de trois gros poteaux distants de 1,55 m (p. 300). Enfin, le sanctuaire n’accueillait pas seulement des fidèles et des animaux (l’enclos de la période 3), mais aussi des activités artisanales (présence d’un atelier de bronzier, et d’un autre de travail de l’os à partir de la période 4).

7Le second volume, tout aussi imposant (527 p., 239 fig. sans compter les monnaies presque toutes figurées) rassemble les catalogues et études de mobilier. Les réflexions liminaires sur l’instrumentum sont utiles qui font la distinction entre « les objets conçus exclusivement pour servir d’offrande », les « objets usuels dont l’état, le contexte de découverte ou la quantité, voire la récurrence incitent à les interpréter comme des offrandes » et enfin les objets qui ne font que refléter la fréquentation et l’entretien du sanctuaire. Cette grille de lecture n’est toutefois pas facile à mettre en œuvre comme le note bien I. Bertrand qui présente ce petit mobilier par catégories fonctionnelles (tôles figurées, figurines et statuettes, objets miniatures et objets déformés, parure etc.). Un long développement (p. 528-541) concerne les rondelles en céramique et en calcaire (211 au total) et leur interprétation : on souscrit aux réticences de l’auteur à y voir des substituts monétaires mais elle ne tranche pas parmi les autres hypothèses (moyen de comptage ; jetons de présence), même si le dossier d’Antigny semble les exclure des zones d’offrande et plutôt établir un lien entre ces rondelles et les banquets rituels. Le catalogue détaillé et illustré de l’instrumentum occupe les pages 567-663.

8Les 1 244 monnaies (dont 427 gauloises et 789 romaines) utilisent 177 pages dont 158 pour un catalogue par période, bien illustré mais un peu inhabituel dans sa forme qui, outre les données techniques (métal, module, poids, axe), développe et traduit les titulatures et légendes monétaires mais s’exonère, notamment pour le monnayage romain, des références aux ouvrages usuels (RIC, BMC, Elmer, Bastien, etc.). On aurait souhaité un tableau d’ensemble permettant la comparaison entre périodes. Concernant la chronologie, la présence de monnaies des iiie et ivs. dans des niveaux d’occupation des phases Auguste-Tibère (p. 735) ou Tibère-Claude (p. 750) aurait mérité une explication même si on imagine que cela résulte de bouleversements ponctuels liés aux phases de construction et de démolition. Aucune mutilation de monnaie n’est signalée, absence intéressante alors que cette pratique est attestée sur un autre site picton, au Pain-Perdu à Niort (Jean Hiernard, Aquitania, 1984, p. 69) ; toutefois, la croix en creux au droit d’un semis de Tibère (p. 758 : inv. 9960483) me semble due à deux coups de ciseau et non à une contremarque monétaire ; par ailleurs, il aurait été utile de commenter les cinq monnaies percées à l’instar de ce qui est fait pour d’autres matériaux comme la céramique. Enfin, je signale que l’attribution aux Andécaves du seul statère d’or découvert sur le site (p. 688) est aujourd’hui remise en cause au profit des Ambilatres et que l’attribution aux seuls Turons des potins à tête diabolique mériterait aussi d’être nuancée, la série au taureau à droite (dite de classe VIII) pouvant avoir une origine plus occidentale, ce qui fragilise les considérations faites en conclusion générale sur les liens avec cette cité.

9La synthèse du mobilier céramique qui porte uniquement sur la période 3 (première moitié du iiis.), riche en fosses, tente une approche avisée « des fonctions et des pratiques dans le rituel » : la céramique du sanctuaire, comme d’autres objets de la vie quotidienne, ne se distingue pas de celle d’un habitat. Il ne faut pas s’en étonner puisqu’il est probable que « la cuisine et les repas des fidèles au sein du sanctuaire reproduisent la sphère domestique » (Corinne Sanchez, p. 882). Restent alors les traces de bris intentionnel, de percements et de crémation. Les constats sont assez similaires pour les amphores qui apportent toutefois des précisions chronologiques sur la fréquentation du site dès la fin du iis. av. J.-C. (hypothèse d’un sanctuaire laténien) et l’arrêt des arrivages après la période 3. D’autres études spécialisées également intéressantes concernent le verre, la faune, la consommation de coquillages marins (quasi-monopole de l’huître plate), l’anthracologie.

10Un bref « essai de synthèse » (p. 991-999), consacré à « l’évolution des pratiques cultuelles et de leur cadre » clôt l’ouvrage : I. Bertrand, avec beaucoup de prudence, résume à grands traits la chronologie du sanctuaire dont elle souligne le dynamisme mais en rappelant qu’il n’est sans doute pas le principal de l’agglomération, s’interroge sur les dieux honorés (Mercure, Apollon et d’autres non identifiables), l’implication d’évergètes, la nature des cérémonies et l’évolution des rites (sacrifices, offrandes). Des plans (fig. 821, 823) proposent des schémas des déplacements à l’intérieur du sanctuaire et stimulent la réflexion sur la fréquentation du lieu (statut des commanditaires, des fidèles, rythme des cérémonies). Sur ce dernier point, je renvoie aux interrogations sur la quantification, amorcées par certaines études spécialisées (p. 299, 860, 882, 911, 926, 965). Il est difficile, à partir d’un comptage de structures (les fosses) ou d’artéfacts (vaisselle, amphores, restes osseux) de déterminer par exemple la fréquence des événements et a fortiori le nombre d’individus susceptibles d’y participer. En outre, la nature des vestiges observables donne sans nul doute une importance démesurée aux « repas rituels » au détriment d’autres formes de dévotion.

11Un mot sur l’organisation de l’ouvrage, claire et rigoureuse : outre le maquettage aéré et agréable auquel nous ont habitués les Publications Chauvinoises, on apprécie le titre courant mentionnant les périodes pour s’y retrouver rapidement, la multiplication des plans et des tableaux, le soin particulier apporté aux renvois vers les figures, la belle qualité de l’illustration.

12Ce compte rendu ne donne qu’un aperçu de l’ampleur du travail accompli et de la richesse de l’ouvrage. Bel exemple d’intégrité scientifique, par la mise à disposition de données détaillées et vérifiables, il pourra être source de nouvelles investigations. À l’heure des bases de données en ligne, on pourrait s’étonner que cette documentation soit livrée sous forme papier, un peu encombrante ; mais à l’usage, le feuilletage permet peut-être davantage de croisements et d’interrogations, voire de regards critiques que le défilement de feuilles de calcul ; au demeurant, la liste des US du sanctuaire est disponible et téléchargeable (http://www.chauvigny-patrimoine.fr/​Editions/​memoires.php). Je souscris pleinement à l’appréciation liminaire de William Van Andringa selon laquelle ce livre « achève de consacrer le site comme un jalon incontournable de l’étude des lieux de culte de Gaule romaine ». J’y ajoute le souhait qu’il serve de stimulant aux dix dossiers de sanctuaires dont la publication est souhaitée dans le ressort de la Revue archéologique de l’Ouest : un en Bretagne, quatre en Pays de la Loire, cinq en Normandie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Aubin, « Le sanctuaire du Gué-de-Sciaux à Antigny (Vienne, FR) : genèse et évolution d’un lieu de culte picton (ier s. av. J.-C.–ive s. apr. J.-C.) »Revue archéologique de l'Ouest, 36 | 2020, 252-255.

Référence électronique

Gérard Aubin, « Le sanctuaire du Gué-de-Sciaux à Antigny (Vienne, FR) : genèse et évolution d’un lieu de culte picton (ier s. av. J.-C.–ive s. apr. J.-C.) »Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 36 | 2020, mis en ligne le 18 décembre 2020, consulté le 16 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/rao/6405 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rao.6405

Haut de page

Auteur

Gérard Aubin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

@ Presses universitaires de Rennes

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search