Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Analyses d'ouvragesLes cartes des Cassini. La scienc...

Analyses d'ouvrages

Les cartes des Cassini. La science au service de l’État et des provinces

Gérard Aubin
p. 255
Référence(s) :

Pelletier M., 2019 – Les cartes des Cassini. La science au service de l’État et des provinces, nouvelle édition, Paris, éditions du CTHS, 383 p., 54 fig.

Texte intégral

1Le Comité des travaux historiques et scientifiques a eu l’heureuse idée de réimprimer, dans un format poche, l’étude de Monique Pelletier, parue initialement en grand format aux Presses de l’École nationale des ponts et chaussées en 1990, puis rééditée et mise à jour successivement en 2002 et 2013. Monique Pelletier, récemment décédée, archiviste paléographe, conservatrice générale des bibliothèques en charge du Département des cartes et plans à la Bibliothèque nationale de 1976 à 1999, était particulièrement désignée pour raconter en détail l’histoire de cette aventure cartographique qui occupe la seconde moitié du xviiis. : l’état des lieux au xvie, les antécédents du xviie, par exemple les cartes des Sanson, le projet de Colbert – fondateur en 1666 de l’Académie royale des Sciences qu’il charge d’étudier les méthodes de la cartographie –, la dynastie des Cassini (ils furent quatre à se succéder), la décision de Louis XV en 1747 de faire lever une carte détaillée du royaume, la réalisation de cette carte en 181 feuilles avec ses contraintes et ses difficultés notamment financières, puis après l’arrêt dû à la Révolution, le lent passage à la carte de l’État-Major du xixs.

2Pour qui s’intéresse à la construction du paysage, la connaissance des méthodes de terrain, des contraintes et des limites de cette cartographie est un préalable à son utilisation comme document historique. On notera par exemple le soin apporté aux relevés, aux enquêtes dans les paroisses et aux vérifications confiées à un corps spécialisé, non seulement des levés mais aussi de l’orthographe des toponymes suivant « l’usage ordinaire » (voir par exemple fig. 31. Feuille de vérifications de la planche de Saint-Malo). Les principales critiques concernèrent la médiocre représentation du relief (pas de nivellement systématique), ou l’insuffisante figuration du réseau routier secondaire, ce que Cassini III justifiait car un grand nombre de chemins de terre, souvent impraticables, variaient selon les saisons (p. 148).

3Tout au long de l’ouvrage, on glanera des informations sur nos régions de l’Ouest : la plus ancienne carte de diocèse connue est celle du diocèse du Mans (1539), parvenue à nous par l’Atlas de Bouguereau (1594) ; l’aménagement de la Vilaine entre Rennes et Redon (atlas de 1543) ; le projet d’équipement de la Vie, rivière vendéenne, dessiné par Jean-Baptiste Florentin (1542) (p. 37 et fig. 5) ; une superbe carte restée manuscrite du pays de Normandie par Jean Jolivet en 1545 (p. 21) ; les aléas de la réalisation du canevas géométrique en Normandie (p. 93), etc. Un développement particulier (p. 213-216) est réservé aux cartes de Bretagne : un projet inabouti de 1721, la carte géométrique d’Ogée en 1771, et enfin la carte de Cassini. Les feuilles de Bretagne sont les dernières levées dans les années 1780, en dépit des relations difficiles avec les États de Bretagne dont Cassini IV se plaint amèrement : « Rien de pis que de traiter d’affaire avec des gens qui n’y entendent rien. »

4Plus généralement, cet ouvrage permet de réfléchir aux enjeux de la représentation des territoires, aux apports et limites des cartes en rappelant qu’elles sont dressées en fonction de visées spécifiques (administratives, militaires, religieuses) et soumises aux exigences des commanditaires.

5Des annexes (I – liste des feuilles de la carte ; II – liste chronologique des travaux et des ingénieurs ; III – table alphabétique des abréviations de la carte), une copieuse bibliographie (p. 336-358), deux index contribuent à faire de cet ouvrage, sobrement illustré, un indispensable compagnon pour l’utilisateur des cartes de Cassini.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Aubin, « Les cartes des Cassini. La science au service de l’État et des provinces »Revue archéologique de l'Ouest, 36 | 2020, 255.

Référence électronique

Gérard Aubin, « Les cartes des Cassini. La science au service de l’État et des provinces »Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 36 | 2020, mis en ligne le 18 décembre 2020, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/rao/6411 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rao.6411

Haut de page

Auteur

Gérard Aubin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

@ Presses universitaires de Rennes

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search