Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Analyses d'ouvragesObéir à Gavrinis

Analyses d'ouvrages

Obéir à Gavrinis

Charles-Tanguy Le Roux
p. 375-376
Référence(s) :

De Vial A. et Alfera G., 2011, Obéir à Gavrinis, portfolio de 14 doubles-feuillets 27 × 32,5 cm. Tirage limité (44 ex.), Le Quatre de Chiffre (atelier de l’auteur), Neauphle-le-Château.

Texte intégral

1Depuis sa découverte en 1832, que n’a-t-on publié sur Gavrinis et sur l’ornementation unique de cette crypte dolménique ! En près de deux siècles, les pages de textes – érudites ou moins savantes – se sont empilées ; les relevés, moulages et photographies de cet art déroutant se sont eux aussi succédé, mais presque toujours dans un but analytique et interprétatif. Outre l’approche d’un Albert Gleizes (1939 ; Alibert, 1985) ou quelques pièces dans la production foisonnante de Jules Pressant autour des années 1970 (Puget, 1985), rares auront finalement été les artistes à s’imprégner de l’imagerie gavrinienne.

2Alors qu’une nouvelle lecture scientifique de ce décor, à la lumière des techniques modernes du traitement d’image, est en cours sous la direction de Serge Cassen, c’est donc avec le plus grand plaisir que nous saluons le somptueux travail proposé conjointement par le poète Antoine de Vial et le peintre Gilles Alfera.

3Partant du dernier relevé exhaustif disponible lors du lancement de ce travail (Shee-Twohig, 1981), ce dernier nous propose de revisiter les dix-huit principaux panneaux de Gavrinis sous forme d’eaux-fortes polychromes. Si les tracés restent scrupuleusement respectés, leur mise en teinte n’en suit que très librement la lecture « classique ». Cela peut dérouter le lecteur-archéologue mais ce n’est sans doute pas le moindre intérêt de la démarche. Ajoutons que la palette chromatique utilisée est ici tout en douceur, y compris par rapport à d’autres œuvres du même artiste (voir par exemple Alfera, 2009) ; ce n’est sans doute pas innocent et cela contribue à nous faire entrer dans son jeu.

4Ce que l’on est convenu d’appeler l’art sacré tient une place importante dans l’œuvre de Gilles Alfera. Mais il s’agit cette fois de tout autre chose que de la tradition judéo-chrétienne qui lui est familière : l’artiste se confronte ici aux mystères de ce que j’ai naguère pu appeler un « Très Ancien Testament occidental ». De cette tradition perdue, seules de rares bribes – hélas devenues muettes – ont pu survivre aux millénaires sur les parois de quelques mégalithes privilégiés, et Gavrinis est sans doute un des meilleurs sites pour prendre conscience de cette richesse évanouie. Merci à Gilles Alfera de nous en proposer sa propre lecture, hors de toute fausse bien-pensance archéologique (et « toute science dépassant » pour reprendre le vers de Jean de la Croix).

5Pour chaque dalle, ce travail graphique inclut un aphorisme d’Antoine de Vial. Gilles Alfera a su faire épouser à l’un les courbes de l’autre, d’assez près pour qu’ils se valorisent mutuellement en une sorte de contrepoint visuel, mais sans que ces deux approches se fassent ombrage. Sur certaines planches, cela peut tenir de la gageure mais le pari est globalement fort bien gagné. Antoine de Vial signe également le texte poétique qui occupe les cinq premiers feuillets de l’ouvrage (travail qui, par ailleurs, a fait l’objet d’un pré-tirage en petit format : de Vial, 2012).

6Éditée sur un magnifique papier bouffant, la série complète (les dix-huit planches et le texte) est présentée dans un somptueux portfolio de quatorze double-feuillets sous boîtage cartonné de 27,5 × 35,5 cm. Limité à quarante-quatre exemplaires, ce tirage d’auteur1 est également proposé en versions « allégées » de douze et six gravures, celles-ci pouvant aussi être obtenues à l’unité, faciles à encadrer. Sous une forme ou sous une autre, c’est là une bien belle idée de cadeau – en même temps qu’un beau sujet de réflexion – pour tout amateur d’art comme d’archéologie (ce qui n’est nullement incompatible !).

Haut de page

Bibliographie

Alfera G., 2009, Entre Ciel et Terre : la vision d’un peintre, Paris, Scriptoria, 62 p.

Gleizes A., 1939, « Tradition et Modernité », L’Art et les artistes, no 193, p. 110.

Puget C. (dir.), 1985, Jules Paressant, Pont-Aven, Ville de Pont-Aven, catalogue d’exposition, 80 p.

De Vial A., 2012, Obéir à Gavrinis, Paris, Orizons, 54 p.

Shee-Twohig E., 1981, The megalithic Art of Western Europe, Oxford, Clarendon Press, 259 p. + fig. & pl.

Haut de page

Notes

1 77 Grand-Rue, 78640 Neauphle-le-Château (gilles@alfera.org) ; aperçu sur le site [http://alfera.org/].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles-Tanguy Le Roux, « Obéir à Gavrinis »Revue archéologique de l'Ouest, 37 | 2021, 375-376.

Référence électronique

Charles-Tanguy Le Roux, « Obéir à Gavrinis »Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 37 | 2021, mis en ligne le 21 décembre 2021, consulté le 25 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/rao/7614 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rao.7614

Haut de page

Auteur

Charles-Tanguy Le Roux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search