Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Analyses d'ouvragesArt rupestre dans la Corne de l’A...

Analyses d'ouvrages

Art rupestre dans la Corne de l’Afrique

Charles-Tanguy Le Roux
Référence(s) :

Joussaume R. et Cros J.-P., 2020 — Art rupestre dans la Corne de l’Afrique, Chauvigny, Association des Publications chauvinoises — APC (Mémoire LIII), 311 p.

Texte intégral

1Même si ce que l’on convient d’appeler « l’art rupestre » ne fleurit guère dans l’ouest de la France, il nous semble utile d’évoquer ici le splendide travail que nous proposent Roger Joussaume et Jean-Paul Cros dans le cadre désormais bien connu des « Mémoires » de l’APC. Apposer sa marque sur des surfaces naturelles est une pratique que l’on peut suivre depuis les tout débuts de l’humanité moderne jusqu’à nos jours et qui se retrouve un peu partout sur notre Terre (voir par exemple Le Musée des Roches de Jean Clottes, Paris, Le Seuil, 2000). Les supports en ont sans doute été très variés (pensons aux cœurs gravés sur l’écorce des arbres…), mais seules les surfaces rocheuses – de surcroît protégées des outrages du temps – nous en sont aujourd’hui accessibles.

2R. Joussaume est bien connu en tant que préhistorien de l’ouest de la France – et plus spécialement comme néolithicien de la Vendée – mais, tout comme un peu plus tard son complice le médecin et anthropologue J.-P. Cros, il s’est laissé « happer » par la passion de l’Afrique dès les années 1960 et va alors enchaîner les missions dans la partie nord-est du continent. Cette « Corne de l’Afrique » où les auteurs nous invitent à les suivre est un vaste territoire (plus de quatre fois la France) et à géographie très variée avec ses dépressions (parfois en dessous du niveau de la mer) et ses montagnes (pouvant dépasser 4 000 m d’altitude), ses plaines, ses plateaux, ses ravins et son « rift ». Si la géographie en est rapidement présentée, on pourra regretter le profond silence qui entoure la géologie (pourtant partie prenante quant au choix des supports décorés).

3Comme rappelé en début d’ouvrage, on se trouve ici entre deux grandes zones d’influence : le bassin du Nil (avec l’explosion civilisationnelle précoce que l’on y connaît) et l’Asie du Sud-Ouest via le monde arabique (dont on n’est séparé que par le détroit d’Ormuz, moins large que le Pas-de-Calais). Bien entendu, cette région n’a pas échappé aux bouleversements climatiques du Quaternaire et les auteurs nous rappellent les alternances de périodes humides et arides qui y ont marqué les six derniers millénaires. Ils évoquent aussi la mosaïque des populations actuelles et, au fil des pages, les – trop rares – indices d’occupations anciennes qui ont pu être étudiés. Quant à la faune – sauvage et domestique – ils en soulignent l’évolution avec ses disparitions parfois très récentes (éléphant, girafe, autruche…), pour la première, et ses introductions (dromadaire, zébu, cheval) pour la seconde ; les unes et les autres ne seront pas sans conséquence pour le répertoire iconographique.

4On ne le sait que trop, cette Corne de l’Afrique ne brille pas de nos jours par sa stabilité politique, ce qui n’a pas facilité la prise de conscience de son patrimoine et les possibilités de l’étudier. Certes, les premières mentions de gravures rupestres remontent à 1842 pour l’Érythrée, mais seulement à 1981 pour Djibouti. À quelques exceptions près (dont notamment H. Breuil dans les années 1930 ou G. Bailloud dans les années 1960), ce ne furent guère que des « missions » ponctuelles, sans véritable programme d’étude jusqu’à une période toute récente (voir par exemple les publications de X. Gutherz à partir de 2000). C’est d’ailleurs un « fonds Bailloud » quasi inédit que R. Joussaume a su exploiter et dont il nous fait profiter au long de ces pages. Bien entendu, les regards et les méthodes d’étude (rappelées en un bref chapitre) ont considérablement évolué au cours des quelque 180 ans ainsi balayés et croiser les données recueillies au xixe s. avec les observations récentes n’est pas toujours simple (à noter que, contrairement à ce qu’on a pu noter pour d’autres territoires, les périodes coloniales – anglaise en Somalie ou française à Djibouti – n’auront guère suscité de recherches dans cette région).

5Logiquement, le cœur de l’ouvrage présente les principales aires géographiques concernées par cet art rupestre, sans perdre de vue qu’il s’agit là d’un « état de la question » où de nouvelles découvertes – même importantes – restent possibles dans cet immense territoire (trois sites majeurs du Somaliland n’ont été découverts qu’entre 2002 et 2007).

6Pays de loin le plus considérable par sa superficie, l’Éthiopie est longuement présentée avec ses « foyers » : la région de Harar puis, après une incursion en Somaliland, le sud du pays (avec une « digression » sur les stèles phalliques de Sidamo et les cairns et tombes qui leur sont associés). Vient ensuite le nord de l’Éthiopie puis l’Érythrée proprement dite pour finir avec la république de Djibouti.

7Que retenir de ce parcours ? Tout d’abord, l’extraordinaire richesse de ce patrimoine, mais aussi l’extrême fragilité de ce qui nous en reste : en maint endroit, on nous précise que tel ensemble, vu il y a quelques décennies, est aujourd’hui quasi-illisible, voire disparu. Les hommes y ont leur part de responsabilité, mais pas seulement : dans ces milieux terriblement agressifs, seuls quelques sites privilégiés ont pu traverser le temps. À partir de ce qui reste, les auteurs nous proposent une « synthèse générale » sur les styles et écoles graphiques, les scènes représentées, l’évolution stylistique, la faune représentée, mais aussi sur le peu que nous pouvons entrevoir des auteurs de ces œuvres. Ici, nous ne pouvons bien sûr que nous limiter à évoquer quelques facettes de cet impressionnant panorama.

8La peinture est la première des techniques utilisées. Les teintes sont essentiellement des rouges et bruns ainsi que des noirs, accessoirement du blanc et même occasionnellement du vert. Mais aucune analyse des pigments ne semble hélas disponible et, comme pour toute autre peinture archéologique, rien ne dit que cette palette n’ait pas été initialement enrichie de teintes plus labiles, aujourd’hui évanouies. La gravure est également très répandue, sous forme de tracés piquetés (mais quelques sites montrent de profondes incisions linéaires, volontiers associés en combinaisons plus ou moins complexes, qui, curieusement, ne sont pas sans évoquer certains panneaux de la forêt de Fontainebleau !) Plus élaborée est la technique de l’épargne, qui dégage les figures en « pseudo-relief » et fleurit particulièrement dans le sud de l’Éthiopie.

9Sur cette base technique, les auteurs identifient un certain nombre de styles régionaux. Celui de Laas Geel, centré sur le Somaliland, est particulièrement spectaculaire avec ses vaches à « plastron » parfois très élaboré et ses humains au « costume » d’allure si moderne ; citons aussi le « style de Dorra » ou celui « de Chabbé » avec ses spectaculaires bovins dégagés en épargne.

10À quelques exceptions près (autruches notamment), le répertoire animalier est essentiellement mammalien, avec des espèces sauvages et – surtout – domestiques. Les premières peuvent témoigner de disparitions ou quasi-disparitions parfois très récentes ; les spectaculaires girafes y occupent une place de choix. Quant aux secondes, on y trouve quelques chèvres, plus fréquemment des moutons à queue grasse et surtout des bovins avec une énorme majorité de vaches. Celles-ci, avec leur pis souvent bien indiqué, sont volontiers accompagnées de leur veau, voire allaitantes ; cela nous éclaire sur la gestion des troupeaux et laisse penser que l’on est bien loin des cultes taurins d’Égypte ou de Mésopotamie. Les humains apparaissent tantôt isolés tantôt groupés, associés à des bovins ou non, armés ou non (avec quelques véritables « scènes de guerre »). Comme pour les bovins, les représentations peuvent en être réalistes, ou au contraire très schématiques voire à la limite de l’idéogramme (à Djilbo, par exemple, les silhouettes en « H » font ainsi pendant aux « encornures-sabots »).

11Les éléments chronologiques disponibles sont hélas bien rares. Quelques dates obtenues par le radiocarbone plus ou moins clairement associées à certains glyphes, le voisinage de trop rares sites d’habitat et quelques influences allogènes viennent cependant poser quelques jalons en complément de l’analyse stylistique. Pour l’Érythrée, R. Joussaume rappelle ainsi la séquence en quatre phases proposée en 1999 par G. Calegari et, au Somaliland, J.-P. Cros nous présente le panneau principal de Dhambalin avec le recoupement de ses trois styles de peintures. La chronologie proposée pour les bovins repose largement sur l’encornure, très dilatée au départ avant de se recourber en lyre. Quant aux corps eux-mêmes, une phase dite « biconcave » évoque curieusement les lingots de cuivre en « peau de bœuf » du Bronze ancien chypriote (mais peut-être n’est-ce là qu’une simple convergence ?) On sait que l’introduction du zébu et du dromadaire depuis l’Arabie ne remonte qu’au tout début de notre ère ; leur représentation fournit donc un précieux terminus a quo. Les associations du premier à des scènes de labour (Zeban Abur en Érythrée…) et du second – parfois manifestement bâté – à des représentations de caravanes (Yo’oren à Djibouti…) témoignent d’une évolution des sociétés régionales à partir de cette époque. Sur ces bases, les auteurs proposent la fin du IVe millénaire pour les premières manifestations de cet art à Djibouti (plutôt courant IIIe ailleurs) avec, selon les régions, une quasi-continuité jusqu’à notre Moyen Âge, voire au-delà.

12La présentation matérielle de cet ouvrage est à la hauteur de la réputation des APC et de la qualité de son contenu, avec 266 figures partagées entre des photographies souvent somptueuses, des relevés au trait et quelques documents d’archives (pour la plupart issus du fonds Bailloud). Une quinzaine de cartes permettent de se situer dans une région qui est tout sauf familière à beaucoup ; on regrettera simplement que, bien que fort soignées, elles ne soient pas toujours très lisibles, avec un lien au texte parfois délicat. De même, un index des figures aurait été bienvenu. On saluera par contre les appels de figures en gras dans le texte, un résumé substantiel (en français et en anglais), un sommaire clair et une riche bibliographie (près de 150 références). En résumé, un bien « beau livre » qui est en même temps une « somme », au plein sens de ces termes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Tanguy Le Roux, « Art rupestre dans la Corne de l’Afrique »Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 38 | 2022, mis en ligne le 14 décembre 2022, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/rao/8880 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rao.8880

Haut de page

Auteur

Charles-Tanguy Le Roux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search