Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Activités saunières et artisanat ...

Activités saunières et artisanat des alliages cuivreux à la transition des deux âges du Fer sur le littoral atlantique : le Parc Savari à Guérande, Loire-Atlantique

Activities and crafts of copper alloys on the transition of the two Iron Ages on the Atlantic coast: the Parc Savari in Guérande, Loire-Atlantique
Patrick Bellanger et Joël Cornec

Résumés

L’opération de fouille archéologique préventive conduite en 2008 sur une surface d’environ 16 000 m² a mis au jour des vestiges dont la chronologie comprend le Néolithique moyen la transition entre le premier et le second âge du Fer et plus succinctement La Tène finale et l’Antiquité.
La principale phase d’occupation se caractérise par un site d’habitat implanté en tête de vallon et daté de la transition entre le Hallstatt final et La Tène ancienne. De nombreux vestiges attribués à cette période ont été découverts : probables bâtiments d’habitation, greniers et constructions diverses, lambeaux de sols, chemins, enclos, foyers, structures de combustion à vocation vraisemblablement artisanale et structures liées à une production salicole. Le mobilier collecté, tant domestique (céramiques, une cuillère ou un creuset en terre cuite, un fragment de bracelet en schiste) qu’artisanal (éléments de briquetage, fragments de tuyères, moules de bronzier, fusaïoles), ainsi que les données paléoenvironnementales fournies par les analyses palynologiques témoignent de l’intérêt scientifique du site du Parc Savari.

Haut de page

Texte intégral

1Localisée au nord de l’estuaire de la Loire, la commune se trouve sur une ligne de crête qui s’étend de Saint-Nazaire à Piriac-sur-Mer et domine à la fois la côte atlantique et les marais de Grande Brière (fig. 1). L’opération de fouille archéologique préventive réalisée en 2008 par l’Inrap sous la direction de P. Bellanger sur la ZAC de Bréhadour sur la commune de Guérande a porté sur une surface d’environ 16 000 m² (Bellanger, 2010). Le site du Parc Savari occupe la rive droite d’une tête de vallon. Le versant étudié présente une faible pente vers l’ouest qui s’accentue légèrement à l’approche d’un talweg au profil évasé et inactif, le bassin versant amont du vallon ayant été déconnecté par la route actuelle. Le substrat géologique se compose d’un leucogranite clair, de grain assez grossier qui se présente sous la forme d’une arène plus ou moins altérée ou d’une roche relativement saine. Dans ce dernier cas, le granite forme des émergences oblongues orientées nord-sud pouvant affleurer localement. Vers le sud-est, des limons de plateau remaniés apparaissent, venant recouvrir le socle granitique. Les vestiges mis au jour correspondent à des horizons d’occupation dont la chronologie comprend le Néolithique moyen, la transition entre le premier et le second âge du Fer et plus succinctement l’Antiquité.

Figure 1 : Guérande, « Parc Savari ». Localisation géographique et géomorphologie du site. / Figure 1: Location map and site geomorphology.

Figure 1 : Guérande, « Parc Savari ». Localisation géographique et géomorphologie du site. / Figure 1: Location map and site geomorphology.

DAO : P. Bellanger.

1. Le talweg et sa dynamique de comblement

2La présence de silex dans les premiers niveaux de sable et un rougissement ponctuel de la roche granitique observé en fond de talweg, signalant la réalisation d’un feu, sont des témoins de la présence humaine, alors que le vallon est encore largement ouvert et que l’eau y circule.

  • 1 US 117 et 126 : Datation ETH-37245 et Lyon-7754 : âge radiocarbone = 2445 +/- 30 BP ; âge calibré  (...)
  • 2 Les résultats de cette étude complétée en vue de publication seront présentés dans un ouvrage port (...)

3La date 14C calibrée obtenue sur des échantillons de tourbe provenant du fond du talweg se situe entre 752 et 410 av. n. è.1 et corrobore les données fournies par le mobilier recueilli au sein des différentes strates de comblement du talweg. Ces marqueurs chronologiques, associés à l’analyse géomorphologique, indiquent que le colmatage du vallon s’est accéléré au cours de la Protohistoire. Ce phénomène trahit de brusques changements opérés sur l’environnement, lors de la mise en culture des terrains alentours à la transition des deux âges du Fer. Les résultats des études palynologiques réalisées par D. Barbier-Pain2 (ibid., vol. 1, annexe 2) montrent un paysage très ouvert, déboisé, dominé par un système prairial, générant un colluvionnement important des sédiments des versants du vallon. Les vestiges d’activités (fours, atelier de production salicole…) installés sous les niveaux colluvionnés confirment par ailleurs ce constat. Il est possible que le comblement progressif du talweg soit à l’origine de la nécessité d’aménager une mare en tête de vallon (fig. 2). En l’absence d’un puits dans la zone d’habitat et en raison du comblement progressif du talweg, la création d’une mare a permis de subvenir aux divers besoins d’approvisionnement en eau du site, pour l’alimentation des habitants, d’un éventuel bétail ou encore pour les besoins des activités artisanales, notamment la production salicole dont les témoignages se concentrent à proximité immédiate de cette mare. Un phénomène similaire de colmatage de vallon durant l’âge du Fer, sans doute également généré par les déboisements des versants, a été constaté sur le site proche de Promota à Mesquer (Pétorin, 2008). L’aménagement d’une voie antique au sommet de la sédimentation naturelle du talweg signifie clairement qu’à la fin de l’âge du Fer, il ne participe plus à l’évacuation des eaux de ruissellement ni au transfert de matériau.

Figure 2 : Guérande, « Parc Savari ». Coupes stratigraphiques du vallon. / Figure 2: Stratigraphic sections of the valley.

Figure 2 : Guérande, « Parc Savari ». Coupes stratigraphiques du vallon. / Figure 2: Stratigraphic sections of the valley.

DAO : P. Bellanger.

2. Organisation spatiale et évolution de l’établissement du Parc Savari

Les axes viaires et les fossés

4La séquence protohistorique du site est marquée par la présence de nombreux creusements rectilinéaires et curvilignes qui, au regard des multiples reprises et recoupements observables tant en plan qu’en coupe, témoignent d’une organisation structurelle évolutive (fig. 3).

Figure 3 : Guérande, « Parc Savari ». Plan du site et de ses axes viaires. / Figure 3: Map of the site and its axes.

Figure 3 : Guérande, « Parc Savari ». Plan du site et de ses axes viaires. / Figure 3: Map of the site and its axes.

DAO : P. Bellanger.

5À l’instar des fouilles menées sur des surfaces suffisamment étendues comme à Pont-l’Abbé dans le Finistère (Hinguant et Le Goff, 1998), à Inzinzac-Lochrist dans le Morbihan (Le Gall, 2022) ou dans la plaine de Caen (Le Goff, 2009 ; Besnard-Vauterin et al., 2016), la création de chemins à la charnière des deux âges du Fer se vérifie sur le site du Parc Savari. En association avec des éléments parcellaires contemporains, l’aménagement de ces axes de circulation reflète une organisation structurée du paysage. L’aspect général évoque un ensemble de chemins formant un carrefour. Certains creusements, apparaissant comme des fossés, mais dont le tracé est discontinu ou fortement incurvé, peuvent correspondre à des ornières. La morphologie de ces tracés est très proche de celle des structures associées aux axes viaires fouillés à Ifs dans le Calvados (Le Goff, 2009) et récemment à La Baule-Escoublac en Loire-Atlantique (Séris, 2023). D’autre part, les fossés peuvent avoir eu une double fonction en constituant à la fois un bord d’axe de circulation et une délimitation de surface enclose.

6Le chemin A traverse la partie centrale du terrain selon une direction est-ouest sur une longueur de 130 m. De part et d’autre, des limites plus ou moins continues et espacées de 2,50 à 3 m de largeur soulignent son tracé. L’état de conservation et la faible profondeur des creusements ne permettent qu’en certains cas d’affirmer si les discontinuités correspondent à des interruptions volontaires ou résultent d’un arasement plus important de la structure. À l’est, les traces de la voie s’interrompent au passage d’un affleurement de granite.

7Du côté occidental, l’axe de circulation s’incurve légèrement avant d’obliquer totalement vers le nord sous la forme du chemin C qui a pu être observé sur une longueur d’environ 30 m, l’aménagement d’une voie à l’époque antique en ayant fait disparaître les traces au nord. Les fossés ou ornières qui composent ce chemin d’orientation nord-sud paraissent indiquer un léger déplacement de l’axe de la voie (au gré du comblement du talweg ?) et une prolongation de celle-ci vers le sud est envisageable. Le flanc oriental n’est conservé qu’en pointillés. À l’âge du Fer, l’implantation de cheminements dans le sillon d’un talweg n’est pas exceptionnelle. On retrouve ce schéma de manière récurrente sur des sites d’agglomération (Leroux et Le Goff, 2018).

8Le chemin B, mis en évidence sur une trentaine de mètres, débute au sud contre le chemin A et disparaît au nord où l’érosion n’a pas permis sa conservation. Son tracé est partiellement repris par le chemin E qui lui est postérieur. Celui-ci présente un tracé relativement sinueux qui parcourt le terrain du nord au sud, obliquant vers le sud-est dans la partie méridionale. Il est marqué par deux limites parallèles, espacées de 5 à 8 m. Les relations stratigraphiques avec les autres axes de cheminement ainsi que leur recoupement de bâtiments et fosses de la zone domestique montrent que les fossés bordiers, du moins dans leur dernier état, ont été creusés postérieurement aux chemins B et D, mais avant l’Antiquité, indiquant que la voie E est sans doute en activité après l’abandon de l’établissement fondé au premier âge du Fer.

9Le chemin D se signale par un faisceau de limites quasiment parallèles, distantes de 3 à 4 m et orientées nord-est/sud-ouest. Plusieurs limites montrent dans leur partie nord-est une inflexion symétriquement opposée en forme « d’entonnoir ». Cet aspect rappelle les observations émises sur la fouille d’Ifs aux points de jonction entre les axes de circulation, dont les ornières soulignent les carrefours en marquant une inflexion perpendiculaire à l’axe de leur tracé principal (Le Goff, 2009). Pour le chemin D, l’effet d’entonnoir se remarque au contact du chemin E et on ne relève aucune prolongation au-delà de ce dernier (fig. 3 : phase verte). Une simultanéité d’utilisation de ces deux axes viaires est donc envisageable, du moins sur une période. Le faisceau de limites est présent sur une longueur de 35 m dans l’emprise du terrain et se poursuivait certainement au-delà vers le sud-ouest.

10Au nord-ouest, des creusements légèrement curvilignes et à fonds très irréguliers semblent pouvoir être interprétés comme des ornières et pourraient signaler un accès à l’habitat. On retrouve leur prolongation vers le sud-ouest sous la forme de dépressions ponctuelles, autres ornières vraisemblables, qui ont piégé des lambeaux de sol.

L’enclos 1

11Localisé au nord-est de l’angle formé par les axes de circulation A et E, l’enclos 1 montre un plan subquadrangulaire mesurant 28 m de longueur pour 18 m de largeur (fig. 4). Les fossés qui le composent, les structures 511, 512, 546, 651 et 497, délimitent une surface interne d’environ 420 m². Une interruption des fossés 511 et 497 marque l’emplacement d’une entrée de 4 m de largeur sur la façade orientale, près de l’angle sud-est de l’enclos. Excepté pour le fossé 512, plus arasé, les creusements offrent un profil en cuvette, une largeur de 0,70 à 1 m et un peu plus de 0,20 m de profondeur conservée.

Figure 4 : Guérande, « Parc Savari ». Plan et coupes de l’enclos 1. / Figure 4: Map and sections of the enclosure 1.

Figure 4 : Guérande, « Parc Savari ». Plan et coupes de l’enclos 1. / Figure 4: Map and sections of the enclosure 1.

DAO : P. Bellanger.

12Dans l’angle sud-ouest de l’espace interne de l’enclos, un ensemble de trous de poteau permet d’envisager la présence d’une construction dont le plan est incomplet (ensemble 12). Une fosse allongée de forme rectangulaire (510) est implantée presque parallèlement au fossé 511, mais, en l’absence de mobilier, on ne peut la rattacher qu’hypothétiquement à la période de fonctionnement de cet enclos. Une trace de rubéfaction d’un diamètre d’environ 0,30 m (14) est apparue sur le bord interne du fossé 651 en surface du substrat géologique. Une trace similaire a été mise en évidence à l’extérieur de l’enceinte fossoyée, à quelques mètres à l’ouest de son angle sud-ouest.

13Concernant l’usage de l’enclos 1, de nombreux éléments mobiliers (fragments de parois de four et de tuyères, scories) évoquent une probable activité métallurgique. Des ateliers dédiés à cette activité au sein d’enclos fossoyés sont connus, notamment dans la Vienne, pour le second âge du Fer (Maitay, 2013).

Les vestiges de constructions

14La majeure partie des trous de poteau se regroupe dans la partie centrale et occidentale du décapage, une concentration particulière s’inscrivant entre les limites 8 au sud, 524 à l’est et 138 au nord (fig. 5). L’extension vers l’ouest est détruite par la route adjacente sans suivi archéologique. Comme bien souvent, les remplissages contenaient peu de mobilier datant. Néanmoins, la disposition des constructions s’organise de manière cohérente avec le système fossoyé ayant livré du mobilier attribuable à la transition entre le Hallstatt et La Tène ancienne. L’abondance de ce mobilier et son caractère domestique et artisanal impliquent l’existence d’un habitat.

Figure 5 : Guérande, « Parc Savari ». Plan interprété de la zone d’habitat. / Figure 5: Interpreted settlement plan.

Figure 5 : Guérande, « Parc Savari ». Plan interprété de la zone d’habitat. / Figure 5: Interpreted settlement plan.

DAO : P. Bellanger.

15Un minimum de 14 constructions a été reconnu. Leur répartition laisse entrevoir une certaine organisation de l’établissement. Les constructions pressenties comme des habitations se concentrent en effet dans la partie sud-est, tandis que les édifices annexes se retrouvent principalement au nord-ouest, pour la plupart installés le long du chemin A. Entre les deux, un espace quasiment exempt de structures pourrait trahir l’existence d’un espace ouvert tel qu’une cour.

16Divers indices, tels que la superposition de quelques bâtiments, des recoupements avec des fossés et les multiples trous de poteau évoquant des phases d’aménagement ou de reconstruction, incitent à concevoir une relative continuité de l’occupation.

17Trois principaux types de constructions ont pu être identifiés (tabl. I) :

  • des bâtiments rectangulaires d’une surface d’une quarantaine de m² ;
  • des bâtiments de taille intermédiaire (19 à 35 m²) ;
  • des bâtiments quadrangulaires à quatre ou six poteaux pouvant correspondre à des annexes ou à des structures de stockage surélevées de quelques m² seulement.

Tableau I : Guérande, « Parc Savari ». Caractéristiques des bâtiments.
Table I: Characteristics of the buildings.

Longueur (en m) Largeur (en m) Surface (en m²) Fonction
Bâtiment 1 10,50 4,20 44 Habitation ?
Bâtiment 2 11 4,50 49 Habitation ?
Bâtiment 4 8 (10,30 ?) 4 32 (42 ?) Habitation ?
Bâtiment 10 5,50 3,50 19 Annexe ?
Ensemble 9 4,50 4 24 Annexe ?
Ensemble 13 5 5 25 Annexe ?
Bâtiment 15 6,5 ? 5,5 ? 35 ? Annexe ?
Bâtiment 8 3 2,80 8,4 Grenier ?
Bâtiment 14 2 2 4 Grenier ?
Bâtiment 7 3 3 9 Grenier ?
Bâtiment 6 2,90 2,60 7,5 Grenier ?
Bâtiment 5 4 4 16 Grenier ?
Bâtiment 3 5 2 10 Grenier ?

P. Bellanger, Inrap.

18Trois bâtiments sur poteaux plantés offrent un plan rectangulaire et des dimensions similaires variant de 10,30 à 11 m de longueur pour 4 à 4,50 m de largeur, soit des surfaces comprises entre 42 et 49 m² (fig. 6). Leurs plans invitent à restituer une toiture constituée par des chevrons reliés deux par deux à leur sommet et qui reposent à leur base sur des sablières installées sur les poteaux porteurs, ceux-ci étant reliés par un entrait (Buchsenschutz, 2005 ; Maguer, 2022). Les rares négatifs conservés montrent des poteaux porteurs de section oscillant entre 0,18 et 0,35 m. Une fonction d’habitation est concevable en raison de la taille des édifices et de la quantité des rejets de mobilier découverts dans les comblements des structures environnantes (cf. infra). Ces trois constructions sont regroupées dans la partie sud-est de l’aire d’habitat sans se chevaucher, ce qui pourrait constituer un indice de leur contemporanéité, du moins à un moment de l’occupation. La position du bâtiment 4, recoupé par les fossés ou ornières du chemin D, semble toutefois indiquer qu’il participe du premier état du site.

Figure 6 : Guérande, « Parc Savari ». Les grands bâtiments. / Figure 6: The larger buildings.

Figure 6 : Guérande, « Parc Savari ». Les grands bâtiments. / Figure 6: The larger buildings.

DAO : P. Bellanger.

19Bien que l’absence de poteaux porteurs de faîtière soit notable, le plan rectangulaire et la surface des bâtiments du Parc Savari les rapprochent des constructions fouillées dans le centre-ouest de la France (Le Grand Ormeau à Sublaines, Indre-et-Loire : Maitay, 2022, p. 61-62), dans l’ancienne région Poitou-Charentes (Les Gains à Saint-Georges-Lès-Baillargeaux, Vienne : Riquier et al., 2018), en Normandie (Le Carrefour Philippe à Cagny, Calvados : Giraud et al., 2022, p. 95-96) ou encore dans le Nord de la France (Les Gravelines à Beaurieux, Hauts-de-France : Leroy-Langelin et Lorin, 2022, p. 150-153).

20Trois autres possibles bâtiments sur poteaux plantés mesurent entre 4,50 et 5,50 m de longueur et 3,50 à 5 m de largeur. Ils couvrent des surfaces allant de 19 à 25 m² (fig. 7, ensembles 9, 10 et 13). Ces édifices sont tous situés dans la partie nord-ouest de la zone d’habitat, bordant le côté méridional du chemin A. Leur fonction reste difficile à déterminer, mais il s’agit très probablement d’annexes (ateliers, granges, remises…). Dans ce même secteur, un édifice repose vraisemblablement sur deux puissants poteaux faîtiers et atteint une superficie supposée d’environ 35 m² (bâtiment 15). Son emprise, qui se superpose à celle des bâtiments 5 et 8, indique une chronologie différente. Ce type d’architecture est attesté dans l’ouest et le centre de la France dès l’âge du Bronze final (Maitay et al., 2018, p. 652 et fig. 12) et jusqu’à La Tène moyenne à finale (type II : Maguer, 2022, p. 60-65). Deux trous de poteau implantés à l’est de l’axe faîtier peuvent soit appartenir à la structure du bâtiment 8, soit matérialiser l’accès au bâtiment 15.

Figure 7 : Guérande, « Parc Savari ». Les bâtiments de taille moyenne. / Figure 7: The medium-sized buildings.

Figure 7 : Guérande, « Parc Savari ». Les bâtiments de taille moyenne. / Figure 7: The medium-sized buildings.

DAO : P. Bellanger.

21Six constructions de moins de 10 m² sont identifiées dans la moitié nord de la zone d’habitat (fig. 8). Quatre petits édifices de plan carré mesurant 2 à 3 m de côté, à quatre poteaux porteurs (bâtiments 8, 14, 7 et 6) sont assimilables à de possibles greniers (type IV : ibid., 2022, p. 73-81). Le bâtiment 5 présente quant à lui un plan carré de 4 m de côté. Des trous de poteau placés sur la façade orientale et au centre de la construction peuvent indiquer l’existence d’un plancher surélevé. Aucun creusement n’a cependant été détecté sur la face ouest. Le bâtiment 3, au centre du décapage, montre une orientation nord-ouest/sud-est divergente de celle des autres ensembles. En outre, il se superpose à l’ensemble 3. Il affecte un plan rectangulaire de 2 m de largeur par 5 m de longueur, assimilable à celui d’un possible grenier allongé.

Figure 8 : Guérande, « Parc Savari ». Les petits bâtiments. / Figure 8: The small buildings.

Figure 8 : Guérande, « Parc Savari ». Les petits bâtiments. / Figure 8: The small buildings.

DAO : P. Bellanger.

Les lambeaux de sol

22Deux lambeaux de sol, localisés dans la partie sud de l’établissement, se caractérisent par des aires empierrées associées à du mobilier céramique fragmenté (fig. 5). La vision partielle et mal délimitée de ces empierrements ne permet pas d’interprétation définitive, mais il s’agit vraisemblablement de vestiges d’aires de circulation ou de travail aménagées à proximité des bâtiments d’habitation. Pour cette période, on relève encore peu d’exemples de tels sols conservés. La fouille menée à La Baule-Escoublac (Séris, 2023), commune voisine de Guérande, ainsi que trois opérations réalisées en Bretagne ont cependant livré des épandages similaires : dans le Finistère, les sites de Mez-Notariou à Ouessant (Le Bihan et Villard, 2001, p. 122-131) et de Keralio à Pont-l’Abbé (Hinguant et Le Goff, 1998, p. 84-87), et dans les Côtes-d’Armor, le gisement de la Rue de l’Arrivée à Plérin présentant un sol de cour d’une superficie de 225 m² (Le Gall, 2013, p. 44-45).

Les structures de combustion

Les structures de chauffe allongées

23Cinq grandes fosses de forme rectangulaire ont été découvertes dans deux secteurs distincts (fig. 9). Trois structures sont regroupées sur le flanc du versant dans l’angle sud-ouest formé par le carrefour des chemins A et B, à proximité des vestiges d’habitat. Bien que la stricte contemporanéité des fours 324 et 325 ne puisse être prouvée, leur disposition suggère une possible utilisation en batterie ou du moins une utilisation suffisamment proche dans le temps pour que la fosse la plus ancienne soit encore repérable au moment de l’aménagement de la plus récente. Les deux autres fosses, installées respectivement à la naissance du talweg et dans le fond de celui-ci dans l’angle nord-ouest du décapage, paraissent plus isolées et se trouvent au voisinage de l’atelier de production salicole.

Figure 9 : Guérande, « Parc Savari ». Les structures de chauffe allongées. / Figure 9: The elongated heating structures.

Figure 9 : Guérande, « Parc Savari ». Les structures de chauffe allongées. / Figure 9: The elongated heating structures.

DAO : P. Bellanger.

  • 3 Datation ETH-39502 : âge radiocarbone = 2520 +/- 30 BP ; âge calibré (2 sigma) = Cal BC 790 à 541  (...)
  • 4 Datation ETH-39503 : âge radiocarbone = 2480 +/- 30 BP ; âge calibré (2 sigma) = Cal BC 768 à 415  (...)

24Outre le mobilier céramique, des datations ont été obtenues par le biais d’analyses archéomagnétiques et de datations par le radiocarbone. Pour la fosse 325, l’analyse archéomagnétique fournit une datation se situant entre 940 et 700 av. n. è. et centrée entre 885 et 785 av. n. è., soit à la fin du Bronze final IIIb et au début de l’étape ancienne du premier âge du Fer. Une datation radiocarbone sur charbon montre néanmoins un âge plus récent, compris entre 790 et 541 av. n. è.3. Une autre datation radiocarbone réalisée sur des charbons issus de la fosse 569 donne un âge calibré entre 768 et 415 av. n. è.4 couvrant cette fois-ci la quasi-intégralité du premier âge du Fer. Concernant la fosse 580, l’étude archéomagnétique offre une datation entre 730 et 415 av. n. è., avec un pic de probabilité entre 515 et 475 av. n. è., centré sur 495 av. n. è. Ces deux dernières datations s’accordent davantage avec le mobilier céramique.

25L’homogénéité morphologique de ces cinq structures de combustion permet de lister leurs caractéristiques :

  • creusement d’une fosse allongée, de forme rectangulaire à angles arrondis et de dimensions relativement standardisées, mesurant entre 4,65 et 5,20 m de longueur × 1 à 1,80 m de largeur et montrant une profondeur conservée allant de 0,30 à 0,70 m ;
  • fond plat et parois subverticales ;
  • rubéfaction orangée plus ou moins partielle des parois de la fosse, toujours au-dessus de la couche de charbons ;
  • présence d’un lit de charbons de bois et parfois de bûchettes carbonisées tapissant le fond de fosse, d’une épaisseur de 4 à 12 cm ;
  • sur ce niveau, présence de blocs de granite d’origine locale de 5 à 30 cm, en quantité plus ou moins abondante, répartis inégalement sur le lit de charbons ou regroupés dans une extrémité, et comportant d’importantes traces de chauffe ;
  • stratigraphie supérieure constituée par un remblai de limon sableux incluant des nodules de terre cuite, quelques petits fragments de charbons de bois et quelques éléments mobiliers, essentiellement des fragments de céramiques.

26Il ressort de ces indices un protocole fonctionnel récurrent. La première étape consiste dans le creusement d’une grande fosse allongée et relativement profonde. Compte tenu des facteurs d’érosion, la profondeur réelle des structures n’est pas connue. Pour la fosse 569, vraisemblablement la mieux conservée et sans doute la plus grande, la profondeur pouvait atteindre au minimum 0,70 m. La couche très charbonneuse qui tapisse le fond de fosse correspond au résidu du combustible employé lors du fonctionnement de la structure, resté en place après utilisation. Dans une fosse, des bûchettes pouvant atteindre 50 cm de longueur proviennent de cette couche. Les analyses anthracologiques réalisées sur deux échantillons montrent qu’il s’agit exclusivement de restes de bois et d’écorces de chêne à feuilles caduques. D’autres essences ont pu être utilisées, mais leur carbonisation n’aurait alors pas laissé de traces. L’impact de la chaleur dégagée se traduit par une rubéfaction souvent inégale des parois, ces traces de chauffe n’apparaissant qu’au-dessus du lit de charbons.

27La présence de blocs ayant fortement chauffé au-dessus du niveau charbonneux soulève la question de leur position primaire ou secondaire. Dans les fours 320 et 580, les pierres sont réparties sur l’ensemble de la fosse, mais coexistent avec des espaces vides. Il en est de même dans une moitié du four 324. Dans les fosses 325 et 569, les blocs sont regroupés sous forme d’amas à l’une des extrémités. Dans les trois premiers cas, il semble que les blocs ont chauffé in situ et qu’il pourrait s’agir des restes d’une chape à but calorifère dont une partie importante aurait été prélevée. Les amas observés dans les fours 325 et 569 traduisent un déplacement de tout ou partie des pierres au sein même de la fosse.

28L’utilisation unique ou répétée des fours reste difficile à définir. Un niveau argileux observé dans la structure 320 entre le dépôt charbonneux basal et les blocs rubéfiés suggère toutefois une possible réutilisation. Le dépôt des couches limoneuses qui constituent le remplissage supérieur apparaît comme un remblai rapide de la structure après utilisation. Dans les fours 324 et 325, la partie sommitale a servi de dépotoir.

29L’état des connaissances relatives à ce type de four demeure encore limité dans l’ouest de la France, mais quelques comparaisons peuvent être établies.

30À Guérande même, deux exemplaires ont été fouillés à Villejames (Devals, 1996) et à la Métairie de la Lande (Bellanger, 2013), le premier étant daté par logique spatiale à la charnière entre les deux âges du Fer et le second stratigraphiquement attribué à La Tène finale. Sur le site de Kermat à Inzinzac-Lochrist (Morbihan), l’occupation contemporaine du Parc Savari a livré plusieurs fours allongés dont la fonction est attribuée au traitement des céréales (Le Gall, 2022). Pour la même période, on relève deux fosses de caractéristiques identiques sur le site des Monts d’Ouerray à Amilly en Eure-et-Loir (Frénée et al., 2022, p. 107). Ces fours se caractérisent par la présence d’un lit de pierres chauffées qui sont restées réparties en une chape quasi uniforme sur l’ensemble du fond des fosses, indiquant que les blocs n’ont pas été manipulés, ou du moins peu, après utilisation. Le rôle des pierres était d’accumuler la chaleur produite par la combustion sous-jacente, vraisemblablement selon le principe de cuisson à l’étouffée ou en grillade. Dans ces structures, le niveau basal contient d’abondants charbons de bois parmi lesquels figurent de gros fragments de branches carbonisées.

31Concernant les fours allongés du Parc Savari, la rubéfaction relevée sur les parois des fosses et la présence d’un horizon de limon charbonneux dans le fond constituent des caractéristiques que l’on retrouve systématiquement dans les structures de combustion précitées. Une différence réside cependant d’une part dans la faible épaisseur du sédiment charbonneux en fond de fosse et d’autre part dans le traitement des pierres dont une partie a été prélevée ou déplacée. On peut supposer qu’un résultat autre que la cuisson était recherché.

32Pour les fours 325 et 580, le regroupement des blocs dans une des extrémités des fosses pourrait trahir la volonté de récupérer les charbons sous la chape de pierres en fin d’opération de pyrolyse, induisant la quantité de charbons relativement petite dans les sédiments sous-jacents et la faible épaisseur de ceux-ci. Dans les cas des fours 320, 324 et 580, l’important prélèvement de blocs pourrait indiquer que les pierres chauffées elles-mêmes aient pu avoir un usage externe à la structure, ce qui n’exclut pas la récupération des charbons de bois. Pour des fours similaires datés de la fin de l’âge du Bronze et du premier âge du Fer étudiés dans le sud-est de la France, l’hypothèse de charbonnières a pu être évoquée (Hasler et al., 2003). Le charbon ainsi obtenu aurait pu servir de combustible destiné à alimenter un éventuel atelier de métallurgiste, activité avérée par des artefacts découverts sur le site, notamment à proximité des fours 320, 324 et 325. Par contre, le fait que deux structures de combustion soient localisées dans le talweg où la production de sel est attestée pourrait indiquer que la production de charbons de bois ait pu servir à celle-ci. En effet, la production salicole ignigène nécessite une chauffe continue estimée à une durée de deux jours à une semaine (Prilaux, 2000). Cette activité requiert par conséquent une très grande quantité de combustible, de l’ordre d’une tonne de bois pour obtenir une tonne de sel (Maguer et al., 2011).

33Dans les cas où les pierres chauffées ont été prélevées, on peut envisager qu’elles aient été utilisées pour accélérer le processus d’évaporation des saumures, soit en les plongeant dans les bacs de décantation, soit en les disposant à même le sol afin de former une chape chauffante destinée à sécher le sel à l’image des fours gaulois mis au jour sur le site de l’Église d’Esnandes en Charente-Maritime (Texier, 1990 ; Lavergne, 2003). Ce gisement a livré trois structures consistant en un lit de galets chauffés parmi lesquels des piliers en terre cuite semblaient effondrés en place. De nombreux fragments d’augets et éléments de calage en terre cuite proviennent de ces structures interprétées comme des fours à sel aériens. L’auteur précise que la fouille n’a pas permis de trouver les structures ayant servi à chauffer les galets. Il est possible que certains des fours du site guérandais illustrent cette phase de la chaîne opératoire de la fabrication de sel, les blocs de granite chauffés dans les fours devenant les éléments chauffants d’une structure hors-sol. À ce titre, un épandage de blocs de granite et de galets d’estran, pouvant être issus d’une structure de combustion démantelée, a été mis au jour sur le site du Clos du Moulin à Piriac-sur-Mer (Hervé-Monteil, 2014). Des indices chronologiques et la position de cet épandage à proximité de vestiges liés à la production salicole laissent supposer que les blocs ont pu être utilisés dans le cadre de cette activité. La présence de nombreux blocs chauffés dans les fosses du site à sel de Kerbiniou à Guérande permet également d’envisager cette possibilité (Barbeau, 2008).

34Une deuxième hypothèse repose sur la comparaison avec un autre site de Charente-Maritime, les Ormeaux à Angoulins (Maguer et al., 2009), qui a livré un four aux caractéristiques proches de ceux allongés du Parc Savari. Cette structure de combustion, associée à la phase contemporaine de l’occupation du Parc Savari, présente une forme oblongue et des parois rubéfiées, qui montrent un ressaut pouvant indiquer l’existence d’une superstructure de type plancher ou d’une sole délimitant le four. D’abondants blocs de calcaire brûlés ont été découverts dans le fond de la structure et de son comblement, particulièrement cendreux et charbonneux. Un ensemble mobilier comprenant de la céramique d’usage domestique ainsi que des éléments de briquetage (piliers, godets) ont été recueillis dans ce niveau. S’appuyant sur la présence de ce type d’artefact dans des creusements voisins, les auteurs envisagent qu’il puisse s’agir d’un four de saunier. Dans le cas du Parc Savari, l’éloignement de trois fours par rapport à la zone de production salicole et le peu d’éléments de briquetage présents dans les comblements, y compris dans les fours 580 et 569 qui sont pourtant situés dans cette même zone, ne semblent pas conforter l’hypothèse d’une fonction de four à sel. Dans tous les cas, les dimensions des fours du Parc Savari et l’analyse anthracologique indiquant la présence d’une seule essence de bois semble plaider pour une activité artisanale plutôt que domestique.

Les autres structures de combustion

Le foyer 568

35Situé à l’amorce du talweg et jouxtant la fosse 569, le foyer 568 se présente sous la forme d’un creusement subcirculaire de 1,20 m et d’une profondeur de 0,10 m (fig. 10). Un niveau composé exclusivement d’arène compactée, ponctuellement rubéfié en surface, comble la dépression. De nombreux fragments d’un vase de stockage disposés à plat et mêlés à de rares blocs de granite chauffés constituent la sole du foyer. Il s’agit d’une forme à haut col légèrement concave avec une lèvre impressionnée au doigt et un cordon horizontal à la base du col.

Figure 10 : Guérande, « Parc Savari ». Le foyer 568. / Figure 10: The firepit 568.

Figure 10 : Guérande, « Parc Savari ». Le foyer 568. / Figure 10: The firepit 568.

Cliché : P. Bellanger.

Les faits 14 et 58

36Deux traces de rubéfaction en surface du substrat, d’un diamètre d’environ 0,30 m, ont été observées sur le côté interne de l’enclos 1 et à quelques mètres à l’ouest de ce dernier (fig. 5). La trace 58 était accompagnée d’une petite poche cendreuse. La présence de fragments d’argile cuite partiellement vitrifiés, de scories et de fragments de tuyères dans le comblement des fossés de l’enclos 1 incite à considérer ces stigmates comme d’éventuels restes de petite forge ou de fourneau en relation avec l’activité de bronzier reconnue sur le site.

37On peut citer par comparaison les vestiges de galettes d’argile cuite formant des traces ténues qui sont associées à de tels ateliers sur les sites de Fort-Harrouard dans l’Eure-et-Loir, de Saint-Germain-du-Plain en Saône-et-Loire, de Varilhes en Ariège ou encore de Choisy-au-Bac dans l’Oise (Mohen et Bailloud, 1987, p. 126).

L’atelier de bouilleur de sel

38Un ensemble de creusements, regroupés sur une superficie d’environ 6,5 m², est apparu sur le flanc oriental du talweg (fig. 11). Deux fosses quasi identiques, les structures 578 et 576, espacées de 0,80 m, occupent la partie occidentale de l’ensemble. De plan subrectangulaire à ovalaire, ces deux creusements mesurent respectivement 0,85 et 0,78 m de longueur par 0,67 et 0,70 m de largeur. Elles sont conservées sur une profondeur de 0,25 m et adoptent un profil en cuvette à fond plat. Le fond et les parois sont tapissés par un niveau très homogène d’argile crue de couleur gris clair de 2 à 8 cm d’épaisseur, surmonté par une couche de limon brun mêlé à de nombreux fragments d’argile rubéfiée, de charbons de bois et de cendre. Dans la fosse 578, une dalle de schiste est disposée à plat sur ce niveau et dans la fosse 576 un niveau d’argile paraît avoir été réaménagé après curage partiel.

Figure 11 : Guérande, « Parc Savari ». Les vestiges de l’atelier de production salicole. / Figure 11: The remains of the salt production workshop.

Figure 11 : Guérande, « Parc Savari ». Les vestiges de l’atelier de production salicole. / Figure 11: The remains of the salt production workshop.

DAO : P. Bellanger.

39Les comblements supérieurs ont livré de la céramique et des fragments de briquetage.

40À l’est, la fosse 577 se présente sous la forme d’un creusement quadrangulaire à angles arrondis de 0,85 m par 0,80 m et profond de 0,08 m avec un surcreusement légèrement décentré de 0,15 m de profondeur conservée. Son comblement se compose de deux niveaux de limon brun mêlé à de l’argile rubéfiée, à de nombreux fragments de briquetage (fragments de piliers et boudins de calage), à des fragments de moules destinés à la fonte d’objets en alliage cuivreux, à de nombreux fragments de céramiques et à des esquilles d’os brûlés, entrecoupés par un rejet de charbons de bois et de cendre.

41Disposés côte à côte et perpendiculairement aux fosses 576 et 578, deux trous de poteau offrent une morphologie similaire avec un diamètre de 0,40 à 0,47 m et une profondeur de 0,18 à 0,22 m.

42Les deux fosses tapissées d’argile sont caractéristiques des vestiges d’un petit atelier de production ignigène de sel. La teinte grise de l’argile utilisée indique qu’il s’agit très probablement de bri issu d’une zone de marais, appliqué sur le fond et les parois des fosses afin de les étanchéifier. Ce type de structure illustre une étape de la chaîne opératoire de fabrication du sel destinée au lavage des sablons gorgés de sel, selon le principe de la lixiviation. Ce procédé, encore en pratique en Normandie aux xviiie et xixe s. est décrit dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (Édeine, 1970). Il consiste à laver les sables récoltés au préalable sur l’estran avec de l’eau douce, à l’aide d’un filtre de paille ou de branchages, disposé au-dessus d’une fosse étanche qui recueille ainsi une forte concentration de saumure. La proximité d’une source d’approvisionnement en eau est par conséquent indispensable, ce qui semble être le cas ici, les vestiges de l’atelier du Parc Savari étant implantés à l’écart de la zone d’habitat près d’une mare aménagée dans le talweg. En fin d’utilisation, les bassins ont servi de dépotoirs recueillant des débris de charbons, de terre cuite et de fragments de briquetage qui impliquent la présence d’une structure de combustion à proximité. Il semble en effet cohérent que, pour des raisons pratiques, la saumure soit préparée au plus près du four (Prilaux, 2000). Cela est d’ailleurs confirmé dans les ateliers plus récents où ces vestiges sont concentrés dans une zone restreinte (Daire, 2003). À titre de comparaison pour le bloc de granite qui repose à plat sur le niveau argileux au centre du bassin 578, on peut citer deux fosses étanchéifiées par de l’argile, découvertes en Vendée au Havre de la Martinière, comportant chacune une dalle de schiste posée à plat au milieu et insérée dans le niveau d’argile (Hamon, 2003).

43Après décantation, la saumure faisait l’objet d’une évaporation sur un four. Parce qu’elles contiennent fréquemment des éléments de briquetage – de piliers notamment –, les fosses étanchéifiées ont parfois été interprétées à tort comme des fours à piliers, à l’image du « four » de l’Épinette à Préfailles en Loire-Atlantique (Tessier, 1967). Or, une telle interprétation se heurte à l’absence de rubéfaction de l’argile et à la morphologie des fosses qui ne fournissait pas la possibilité aux sauniers d’alimenter la combustion en oxygène et en combustible.

44Pour La Tène moyenne et finale, les fours à pont et à grille qui se signalent par des structures excavées, généralement de grande taille, sont archéologiquement identifiés et beaucoup plus nombreux que ceux des phases précédentes (Daire, 2003). En revanche, pour les périodes plus anciennes, l’état de la recherche montre que le plus souvent, en l’absence de restes de fours que l’on peut supposer hors-sol, les fosses étanchéifiées demeurent avec les briquetages les seuls vestiges de la production du sel. Néanmoins, on recense pour la période de la transition Hallstatt/La Tène un possible fourneau à sel à Piriac-sur-Mer, sur la fouille de la Route de Guérande 2 (Mare, 2021). Il s’agit d’un fond de fosse quadrangulaire partiellement bordé de blocs de schiste disposés verticalement le long de la paroi. Dans sa partie nord, un surcreusement, contenant un remplissage très cendreux avec des éléments de terre cuite, a pu servir de réceptacle à des braises. Il est précédé d’un autre surcreusement qui pourrait marquer l’emplacement de l’alandier d’une structure en grande partie hors sol. Le comblement a livré de nombreux fragments d’éléments de briquetage (piliers, éléments de calage et possibles fragments de moules à sel) pouvant avoir été utilisés dans l’architecture originelle du four.

45Pour la même période, les fouilles menées ces dernières décennies sur la presqu’île guérandaise ont permis d’étudier plusieurs sites de production salicole marqués par la présence de piliers et de moules associés à cette activité. La présence de fosses à placage d’argile y est récurrente. C’est le cas sur la commune de Guérande sur les sites de Sandun (Letterlé et al., 1990), du Chemin des Gabelous (Mare, 2023) et de Kerbiniou (Barbeau, 2008), ainsi que sur les gisements des Morélaines (Boyer, 1992) et de l’Avenue Joliot-Curie/Boulevard Auguste-Caillaud/Allée de la Masse (Séris, 2023) à La Baule-Escoublac, de Promota à Mesquer (Pétorin, 2008) et du Clos du Moulin à Piriac-sur-Mer (Hervé-Monteil, 2014). Les fouilles réalisées sur les terrains voisins de ce dernier site, Route de Guérande (Pirault, 2019a ; Mare, 2021), ont également livré de telles fosses confirmant ainsi le développement spatial de l’activité saunière installée en bordure de talweg. Ce choix d’implantation, primordial pour ce type de production, est d’ailleurs systématiquement observé. Ces sites comportent souvent deux bassins, parfois plus, dont l’association pourrait signifier qu’ils ont eu une fonction différente, mais complémentaire dans la chaîne opératoire (lixiviation, décantation, réserve d’eau douce…), à l’image de certains ateliers de La Tène finale tels que Landrellec dans les Côtes-d’Armor où une batterie de cuves étanches était sans doute dédiée à des phases distinctes de filtrage des sablons (Daire, 1990).

46Sur le site du Parc Savari, l’identification de la fonction initiale de la fosse 577 reste pour sa part inconnue. Ni le fond ni les parois de cette structure ne comportent d’indice de chauffe. Pourtant, le mobilier issu de son comblement, assimilable à du rejet de four à sel, incite à lui attribuer une fonction certaine au sein de l’atelier. Les deux trous de poteau voisins pourraient quant à eux appartenir à une éventuelle base de support de suspension pour des paniers ou autres récipients utilisés dans le cadre de l’activité salicole. De tels dispositifs sont évoqués sur les sites du Clos du Moulin à Piriac-sur-Mer et de Kerbiniou à Guérande.

3. Le mobilier de l’âge du Fer

Le mobilier céramique

47L’étude du mobilier céramique de Parc Savari s’appuie en partie sur la typochronologie des mobiliers dans le nord-ouest de la France du vie s. au ier s. av. n. è. (Menez, 2018). La détermination des catégories se juxtapose à la typologie des Pays de la Loire afin d’intégrer rapidement des lots céramiques nouvellement mis en évidence ou, le cas échéant, de l’abonder de nouveaux types. Les comparaisons s’adossent également sur les régions limitrophes : le Bas-Poitou (Nillesse, 2011 ; Nillesse et al., 2014), le Centre-Ouest (Marchadier, 2005 ; Maitay et al., 2009 ; Maitay, 2010) et la vallée de la Loire (Augier, 2009).

Présentation générale du lot

48Le corpus céramique compte 4 506 tessons (nombre de restes) pour 115 récipients identifiables (nombre minimum d’individus-bords), réduit à 66 NTI (nombre typologique d’individus). Cette dernière catégorie renferme les récipients présentant suffisamment de critères morphologiques (col, rebord et départ de panse) pour les catégoriser et pouvoir les comparer. S’ajoutent 16 tessons ou artefacts présentant des singularités (fonds, décors…). Le rapport NR/NMI (2,55) indique un taux de fragmentation élevé en comparaison avec les corpus issus des sites protohistoriques locaux où ce taux avoisine le plus souvent les 10. Seules quatre formes archéologiquement complètes ont pu être restituées. La majorité des fragments (405 NR pour un NMI de 15) sont issus des fossés bordiers des chemins englobant les bâtiments (cf. infra), de deux lambeaux de niveau de circulation (respectivement 735 NR pour 1 NMI et 559 NR pour 11 NMI) et de deux structures de combustion, 325 et 324 (respectivement 634 NR pour 27 NMI et 137 NR pour 14 NMI).

49La stratigraphie des fossés de chemins permet de distinguer au moins trois phases de réaménagements successifs occasionnant un brassage important du mobilier. Le mobilier découvert sur les sols est par nature très fragmenté et brassé. Les rejets issus des fosses à combustion 324 et 325 sont constitués de petits fragments très érodés et résultent sans doute de l’évacuation de déchets accumulés consécutivement à une réorganisation spatiale d’une partie du site ou à son abandon. Le reste des tessons provient pour l’essentiel du comblement stratifié du talweg (434 NR pour 25 NMI), de l’enclos 1 (344 NR pour 7 NMI) et, dans une moindre mesure, des bâtiments sur poteaux.

Les groupes techniques

50Tous les types de pâte sont élaborés à partir d’une matrice argileuse contenant plus ou moins de grains de feldspath, de quartz et de petites paillettes de micas. Les observations macroscopiques permettent de distinguer cinq groupes de pâte :

  • un groupe de pâtes dites grossières, avec des inclusions de 2 à 5 mm de diamètre, concerne 122 tessons, soit 2,7 % du corpus ;
  • un groupe de pâtes semi-grossières, contenant des inclusions de 1 à 2 mm, s’applique à 2 091 tessons, soit 46,7 % du lot ;
  • un groupe de pâtes dites « fines », pour lequel les grains ne dépassent pas le millimètre, comprend 2 264 fragments, soit 50,5 % de l’ensemble ;
  • un seul exemplaire (cf. infra, no 44) est produit à partir d’une pâte sans inclusion visible qui lui procure un aspect savonneux ;
  • enfin, un groupe non négligeable (683 NR soit 15,25 % du lot) réunit une des quatre caractéristiques précédentes à des pores ou vacuoles de taille variable (moins de 1 mm jusqu’à 1 cm) et de fréquence variée. Leur présence sur les parois des récipients et dans la matrice élimine l’idée d’un « arrachement » de grains au cours de la phase de lissage. L’hypothèse d’un ajout de dégraissant végétal (paille pilée, balle de céréale) à la pâte pour pallier les problèmes techniques rencontrés à la cuisson (retrait, fissuration…) pourrait être avancée. Toutefois, l’examen à l’aide d’une binoculaire révèle une volumétrie anguleuse qui tend à exclure une origine végétale à ces vacuoles qui présenteraient plutôt une forme ligneuse. Cette particularité technique se rencontre régulièrement sur les sites datés du Hallstatt-La Tène ancienne de la péninsule guérandaise. Le premier signalement concerne le groupe de céramiques de la classe 5 du site de Kerné à Guérande (Gallais et al., 1987). Plus récemment, cette caractéristique intéresse 50 % des 488 tessons de la fouille de la Route de Guérande 2 à Piriac-sur-Mer (Mare, 2021), 41 % des 1 756 restes de celle de Pen-Perny à Mesquer (Cornec, à paraître) et seulement 2 % des 4 870 restes de La Baule-Escoublac (Séris, 2023). La position géographique singulière de ces sites littoraux est sans doute à considérer dans de futures analyses pétrographiques qui permettraient de déterminer l’origine exacte de ces vacuoles.

51Le montage au colombin est a priori la technique privilégiée sans pouvoir totalement exclure l’assemblage à la plaque, plus difficile à détecter. Des tessons où un lissage soigné n’a pas masqué les irrégularités de montage présentent des stigmates propres à ce type de façonnage : ondulation rythmique sur la panse, cassure caractéristique ou encore fissuration à la jonction de deux colombins à la cuisson. Aucun des vases étudiés ne porte de trace de tournage ou de tournassage, contrairement à une infime production (moins de 1 % des lots étudiés) de Bourges (Cher) où l’utilisation d’un tour lent est confirmée par des analyses microscopiques dès le Hallstatt D3 (Augier, 2009).

52L’aspect de surface des parois internes et/ou externes se scinde en trois ensembles distincts. Un premier ensemble (4,75 % du corpus) regroupe les récipients qui n’ont subi qu’un travail d’agglomération des colombins rapidement régularisés. Les inclusions sont affleurantes et donnent un aspect granuleux aux récipients. Il concerne essentiellement les grands vases de type stockage ou les pots réservés à la cuisson des aliments, comme en témoignent les résidus de suie encore présents sur leur paroi externe. Le deuxième ensemble, largement majoritaire (78,75 % du corpus), présente des surfaces soigneusement lissées. Le potier a cherché à obtenir une surface régulière et homogène ne laissant apparaître que peu d’irrégularités. Enfin, un dernier ensemble (16,5 % du corpus) regroupe des vases lustrés à l’aspect brillant où les rares inclusions ne sont plus perceptibles.

53La couleur des pâtes après cuisson oscille entre le gris clair et le noir en passant par toutes les nuances de brun. Certains exemplaires parmi les mieux façonnés présentent souvent une pâte dite en « sandwich ». Quelques rares individus ont été cuits en atmosphère oxydante.

Typologie

54La typologie établie à partir des 66 NTI (nombre typologique d’individus) permet de distinguer 15 catégories de formes différentes, 7 formes basses, 8 formes hautes (fig. 12). Ces critères (basse, haute) sont ici appliqués subjectivement, les formes étant le plus souvent très incomplètes. S’ajoutent trois cols concaves très hauts de forme singulière. Certaines catégories sont renseignées par un seul récipient. D’autres sont subdivisées pour répondre à des différences morphologiques simples (hauteur de col par exemple). Les références entre parenthèses sont le numéro des types correspondant à la typologie établie pour le mobilier céramique du vie au ier s. dans les Pays de la Loire (Cornec et al., 2018).

Figure 12 : Guérande, « Parc Savari ». Les catégories céramiques. / Figure 12: The pottery categories.

Figure 12 : Guérande, « Parc Savari ». Les catégories céramiques. / Figure 12: The pottery categories.

DAO : J. Cornec, Inrap.

Les formes basses

55Catégorie 1 (type 1b PDL), cinq individus : bols à profil simple, une légère inflexion rentrante marque le bord. Deux exemplaires (fig. 13, nos 1 et 2) sont dotés d’enfoncements réalisés à l’aide d’un outil sur le haut de la lèvre.

Figure 13 : Guérande, « Parc Savari ». Mobilier céramique retenu pour l’étude : formes basses, catégories 1 à 7. / Figure 13: Ceramics selected for study: shallow vessels, categories 1 to 7.

Figure 13 : Guérande, « Parc Savari ». Mobilier céramique retenu pour l’étude : formes basses, catégories 1 à 7. / Figure 13: Ceramics selected for study: shallow vessels, categories 1 to 7.

DAO : J. Cornec, Inrap.

56Catégorie 2 (type 3 PDL), trois individus : bols profonds à profil simple. Cette catégorie diffère du type précédent uniquement par l’inclinaison de la panse qui oscille autour de 70° par rapport à un axe vertical. Ces quelques critères singuliers pourraient peut-être caractériser une variante locale.

57Catégorie 3 (type 9 PDL), 12 individus : jattes carénées. Hormis deux individus qui présentent un lissage soigné de leur surface, tous les exemplaires sont caractérisés par des pâtes fines aux parois lustrées, deux individus sont entièrement recouverts d’un probable aplat de couleur noire (fig. 13, no 9 et 15).

58Catégorie 3a (type 9b PDL), six individus : jattes carénées simples.

59Catégorie 3b (type 9d PDL), un individu : jatte carénée à col rentrant concave, le fond est cupulaire.

60Catégorie 3c (type 9c PDL), cinq individus : jattes à carène haute.

61Catégorie 4 (s’approche du type 7 PDL), quatre individus : écuelle à col vertical, les critères retenus pour ce type en Pays de la Loire diffèrent de ceux des écuelles de Parc Savari par l’absence d’un équilibre des dimensions entre le diamètre du col et celui de la panse et la récurrence des digitations (rebord ou panse).

62Catégorie 4a : à col haut.

63Catégorie 4b : à col très court.

64Catégorie 5 (type 15 PDL), cinq individus : écuelle à fond plat, panse tronconique, épaule ronde à fuyante, col haut rectiligne légèrement éversé. Un exemplaire (découvert au diagnostic) porte une cupule au niveau de l’épaule (fig. 13, no 26).

65Catégorie 6 (pas de correspondance en PDL), deux individus : écuelle à fond plat surmonté par une panse convexe, l’épaule médiane est ronde, le col rentrant supporte une lèvre courte droite et éversée.

66Catégorie 7 (type 44 des iiie-ier s. av. n. è.), 1 individu : écuelles à épaule médiane et haut col divergent.

Les formes hautes

67Catégorie 8 (type 25a PDL), quatre individus : seules les parties hautes sont conservées. Leur trait commun est un col haut convergent légèrement concave ou droit. Les lèvres sont courtes, indifféremment droites ou éversées. Tous les exemplaires de ce groupe sont dotés de digitations sur la partie sommitale du rebord. La variation des diamètres (de 13 à 39 cm) indique un usage probablement différent : stockage pour les grands formats et plutôt culinaire pour les petits (dépôts résiduels de suie sur la paroi externe).

68Catégorie 9 (type 22b PDL), deux individus. L’exemplaire le plus complet, d’un diamètre avoisinant les 60 cm, présente une panse tronconique surmontée par une épaule ronde adoucie. Il a été réemployé, fragmenté et déposé à plat, parmi quelques blocs de granite comme sole de foyer (fig. 14, no 37).

Figure 14 : Guérande, « Parc Savari ». Mobilier céramique retenu pour l’étude : formes hautes, catégories 8 à 12. / Figure 14: Ceramics selected for study: high vessels, categories 8 to 12.

Figure 14 : Guérande, « Parc Savari ». Mobilier céramique retenu pour l’étude : formes hautes, catégories 8 à 12. / Figure 14: Ceramics selected for study: high vessels, categories 8 to 12.

DAO : J. Cornec, Inrap.

69Catégorie 10 (type 33 PDL), six individus : vases à épaule ronde rentrante créant une ouverture resserrée surmontée par un petit col cylindrique.

70Catégorie 11 (type 24 PDL), deux individus : vases à panse tronconique légèrement convexe dotés d’un petit col rentrant droit ou convexe.

71Catégorie 12 (type 24b PDL), cinq individus : vases à profil segmenté.

72Catégorie 12a : vase polysegmenté à haut col cylindrique et épaulement court. Un exemplaire (fig. 14, no 48) présente à l’extérieur de la lèvre un décor d’incisions fines probablement réalisées à l’aide d’une pointe effilée.

73Catégorie 12b : vase polysegmenté à large épaulement et col droit éversé.

74Catégorie 12c : vase polysegmenté à large épaulement, col cylindrique et lèvre éversée.

75Catégorie 13 (type 32 PDL), trois individus : ces récipients présentent une épaule ronde rentrante surmontée par un col droit éversé. Le bord externe de la lèvre d’un vase est impressionné au doigt (fig. 15, no 53). Une ligne de digitations recouvre l’épaule d’un individu (fig. 15, no 54). Le type 32 est essentiellement défini par les vases du Petit-Cabaret à Cizay-la-Madeleine dans le Maine-et-Loire (fin du ve-début du ive s. av. n. è. : Levillayer et al., 2013). Toutefois, l’assemblage sur ce site présente de nombreux vases richement décorés (estampés et incisés) qui n’existent pas ici.

Figure 15 : Guérande, « Parc Savari ». Mobilier céramique retenu pour l’étude : formes hautes, catégories 13 à 15 et hauts cols. / Figure 15: Ceramics selected for study: high vessels, categories 13 to 15 and high necks.

Figure 15 : Guérande, « Parc Savari ». Mobilier céramique retenu pour l’étude : formes hautes, catégories 13 à 15 et hauts cols. / Figure 15: Ceramics selected for study: high vessels, categories 13 to 15 and high necks.

DAO : J. Cornec, Inrap.

76Catégorie 14, six individus : vases au profil sinueux peu marqué.

77Catégorie 14a : vases au profil sinueux peu marqué, le col est concave étiré. Deux individus sont dotés de digitations labiales (fig. 15, nos 57 et 59).

78Catégorie 14b : vases au profil sinueux peu marqué, le col est court et droit. Le bord externe d’un récipient est orné d’incisions apposées à l’ongle (fig. 15, no 60).

79Catégorie 15 (type 26 PDL), deux individus : petits vases.

80Les cols surdéveloppés, trois individus.

Les fonds

81Les fonds recueillis sur le site sont, dans leur grande majorité, plats (fig. 16, no 1). Un individu est muni d’un bourrelet débordant (fig. 16, no 2).

Figure 16 : Guérande, « Parc Savari ». Les fonds et les décors. / Figure 16: The bases and the decors.

Figure 16 : Guérande, « Parc Savari ». Les fonds et les décors. / Figure 16: The bases and the decors.

DAO : J. Cornec, Inrap.

82Un haut pied creux évasé (4 cm) aux parois lustrées reste unique sur le site (fig. 16, no 3). Si les pieds creux sont dorénavant mieux renseignés localement, notamment à Sandun (Letterlé et al., 1990), à La Baule-Escoublac (Séris, 2023) et à Pen-Perny à Mesquer (Cornec, à paraître), le corps du vase est absent, à l’exception d’une écuelle carénée du site des Morélaines à La Baule-Escoublac (Boyer, 1979 ; 1992). Ce type de pied apparaît à partir du Hallstatt D1, se développe au Hallstatt D3-La Tène A1 et disparaît à la fin de La Tène ancienne, remplacé par des anneaux de pose (Nillesse et al., 2014). En Saintonge, les hauts pieds creux sont assez courants à la fin du premier âge du Fer ou encore au début de La Tène ancienne (Marchadier, 2005). Dans le secteur géographique situé entre Loire et Dordogne, on observe une augmentation de la hauteur des pieds creux à partir du Hallstatt D2/D3 (Maitay et al., 2009). En Bretagne, ils équipent majoritairement des urnes caractéristiques de la première moitié du vie s. av. n. è. (Cherel et al., 2018).

Les décors

83Les décors ornant les céramiques du Parc Savari sont de deux types, plastiques et par enduction.

84Les décors plastiques sont obtenus :

  • Par incisions (fig. 16, no 4), procédant d’une déformation de matière à l’aide d’un objet pointu ou à l’ongle. Elles sont appliquées en lignes parallèles obliques sur le bord externe d’une lèvre et d’un vase de catégorie 12 (fig. 14, no 48), sur l’épaule d’un vase de catégorie 13 (fig. 15, no 54) et sur deux cordons rapportés (non figurés). Peu datant, ce type de décor apparaît dans le nord-ouest de la France à la transition des deux âges du Fer et se maintient après la fin du ive s. av. J.-C. (Cornec et al., 2018).
  • Par ajout de matière (fig. 16, no 5). Il s’agit de cordons de section variable (carré, rond ou triangulaire) appliqués généralement à la jonction col/panse. Sept individus sont concernés, tous élaborés dans une pâte du groupe dite grossière qui concerne plutôt les grands vases de stockage ou ceux réservés à la cuisson des aliments. Ces cordons sont systématiquement dotés de digitations ou d’incisions. En Bretagne, ce décor est considéré comme un héritage des productions de l’âge du Bronze et ne perdure pas au-delà du vie s. av. n. è. (Cherel et al., 2018) alors que dans les Pays de la Loire, il perdure jusqu’à La Tène A2 aux Rogelins à Chacé dans le Maine-et-Loire (Nillesse, 2013), voire jusqu’à La Tène C2 en Normandie occidentale (Besnard-Vauterin et Boulogne, 2018).
  • Par enfoncement de matière. Ce type de décor s’applique ici largement au haut des lèvres (39 individus) et est obtenu par digitation ou par l’enfoncement d’une petite baguette. De telles impressions sont présentes dès l’âge du Bronze et perdurent jusqu’à La Tène (Marchadier, 2005). Cette ornementation concerne aussi les panses sur lesquelles on distingue deux techniques. Une première technique consiste en une simple pression qui laisse visible l’empreinte du doigt, organisée en ligne discontinue le plus souvent sur la partie la plus large de la panse des récipients. Ce type de décor concerne sept individus (fig. 16, no 6). En Bretagne ou dans les Pays de la Loire, ce principe décoratif accompagne les céramiques du vie au ive s. av. n. è. et perdure en Armorique jusqu’à la seconde moitié du iiie s. av. n. è. (Menez, 2018). Une seconde technique concerne des pressions successives visant à élaborer une cupule. Un fragment de panse, deux fragments de haut d’épaule et le diamètre maximal d’une écuelle de catégorie 5 (fig. 16, no 8) en sont ornés. Ce principe décoratif se rencontre du nord de la Gaule jusqu’aux Pyrénées occidentales dans les assemblages des viie et vie s. av. n. è. et durant le ve s. av. n. è. dans l’ouest armoricain (Milcent, 2004).
  • Par enlèvement de matière. Trois exemplaires (fig. 16, nos 9 à 11) présentent un décor de cannelures (entre 2,5 et 5 mm de largeur). Elles soulignent la carène ou l’épaule au point de jonction avec le col. Elles ornent des jattes de catégorie 3 et une écuelle de la catégorie 5.

85Les décors d’enduction :

  • Par enduction à la peinture rouge (fig. 16, no 12). Un fragment d’épaule carénée et trois petits fragments de panse (non figurés) profitent d’une enduction couvrante de type aplat, a minima pour le fragment d’épaule. Ce type de décor est encore rare dans nos régions. À proximité immédiate du Parc Savari, le site de Sandun (Letterlé et al., 1990), daté de La Tène ancienne, a livré un pied creux et un fragment d’assiette carénée peints en rouge. D’après É. Marchadier (2005), on retrouve ces enductions de couleur rouge sur des vases appartenant à une période allant du Bronze final III à La Tène moyenne. En Bretagne, le principe du décor en aplat se rencontre dès la fin du vie et perdure jusqu’au ier s. av. n. è. (Cherel et al., 2018). La rareté de ce principe décoratif se confirme en Normandie (Lepaumier et al., 2018).
  • Par enduction grise métallescente (fig. 16, no 13). Un fragment de haut d’épaule, qui ne peut être rattaché à une forme précise, présente un décor de lignes obliques appliquées au pinceau fin (0,8 à 2,5 mm de large) formant résille. Ces lignes croisées sont surmontées par une ligne horizontale, peinte également, s’insérant dans une cannelure ou la rupture marquant la jonction épaule/col. Le seul exemplaire comparable des Pays de la Loire a été découvert sur le site des Rogelins à Chacé (Maine-et-Loire) daté de La Tène A2 (Nillesse, 2013). Ce type d’enduction est fréquent dans le Centre-Ouest et ses marges, mais absent plus au nord (Maitay et al., 2009). À Bourges, la céramique modelée peinte au graphite (dont des motifs de résille) est présente dans les contextes du Hallstatt D2 et D3 et disparaît des corpus du début du second âge du Fer (Augier, 2009).
  • Par enduction à la peinture noire (fig. 16, nos 14 et 15). Elle ne concerne que de très rares cas (Maitay, 2010). Les parois externes de deux jattes carénées des catégories 3a et 3b sont entièrement recouvertes (aplat) [fig. 13, no 9 et fig. 16, no 14]. Un fragment de panse (fig. 16, no 15) est décoré sur la paroi externe de deux fines lignes de 3 mm parallèles verticales et la surface interne est entièrement enduite. Les lignes verticales doubles, au même titre que les simples, si elles ne sont pas rares, sont réservées à séparer des registres de motifs divers (ibid.). À notre connaissance, les comparaisons font totalement défaut pour les enductions à lignes doubles verticales et en aplat à la peinture noire. On reprend alors les informations chronologiques concernant les enductions à la peinture rouge.

Attribution chronologique du lot céramique

86Les jattes carénées de type marnienne, luxueuses, dominent numériquement le lot et permettent d’ancrer le site dans un horizon du début de La Tène ancienne (Demoule, 1999 ; Demoule et al., 2009). La présence de décor de larges cupules confirme cette attribution chronologique au tout début du second âge du Fer (Milcent, 2004), mais elle traduit aussi un possible début d’occupation dès la fin du vie s. av. n. è., ces motifs décoratifs pouvant être considérés comme un élément marquant du Hallstatt D3 pour ensuite disparaître au cours de La Tène A1 (Nillesse et al., 2014). Ce probable dépassement à la fin du premier âge du Fer peut être consolidé par la présence d’un haut pied creux en usage dans certaines régions au tout début de La Tène ancienne (Marchadier, 2005 ; Maitay et al., 2009 ; Nillesse et al., 2014). Les récipients de la catégorie 13 permettent aussi d’envisager un prolongement de l’occupation du site vers la fin de La Tène A1. Toutefois, l’absence de jattes à haut col et de décors de larges cannelures ou estampés exclut la possibilité d’une occupation au-delà de la première moitié de La Tène ancienne.

87Les corpus de Sandun et du Parc Savari montrent des types communs aux deux assemblages. Ces sites cumulent les bols des catégories 1 et 2, les jattes carénées des catégories 3 et 5 et les cols surdéveloppés. Les décors de cordons digités, de digitations, de cannelures, de cupules et de peinture rouge se rencontrent également dans les deux corpus. Outre ces traits communs, on note également des singularités propres à chaque site. Ainsi, le site de Sandun livre des jattes caractérisées par un haut bord infléchi (Letterlé et al., 1990, fig. 8, no 11) qui ne sont pas présentes au Parc Savari. Sandun a également produit des jattes à carène surbaissée (ibid., fig. 9, nos 6 et 9), absentes du Parc Savari. On note par ailleurs que ces jattes ne trouvent d’équivalents, dans les Pays de la Loire et en association avec des jattes carénées (catégorie 3), qu’en Vendée, comme à Mervent, rue de la Chalanderie (Nillesse, 2011) ou aux Teuilles à Benet (Nillesse, 2000).

88Si nombre de types se retrouvent sur les deux sites, on note que Sandun en offre une diversité plus importante. Cette distinction pourrait s’expliquer par une différence de statut. En effet, le site de Sandun a livré quelques objets précieux (un possible fragment d’ébauche de bracelet en verre bleu et une perle bicolore en pâte de verre) dénotant un statut sans doute un peu plus élevé que celui du Parc Savari.

89Du point de vue culturel, les vases à profil segmenté (catégories 12a et 12c) ne trouvent d’affinités qu’avec la Bretagne, comme à la Boisanne à Plouër-sur-Rance dans les Côtes-d’Armor (Menez, 1996), où ces récipients sont le plus souvent associés à des contextes funéraires. Les jattes à haut col (catégorie 5) suivent ce même schéma de répartition géographique même si l’épaule des exemplaires bretons est plus marquée jusqu’à être décrite comme écuelle carénée (Le Gall, 2013). A contrario, les jattes carénées des catégories 3 et 4, les vases polysegmentés de la catégorie 12b, le décor de résille et les écuelles de catégorie 7 sont absents des assemblages bretons et trouvent plutôt des affinités avec la Normandie (Delnef et al., 2018 ; Lepaumier et al., 2018), le couloir ligérien (Bouvet, 1987 ; Augier, 2009) et le Centre-Ouest (Maitay et al., 2009).

90Cette étude met donc en évidence un corpus relativement peu diversifié daté de la charnière des deux âges du Fer (Hallstatt D3-La Tène A1). Le couloir ligérien et plus généralement les régions limitrophes semblent jouer un rôle non négligeable dans la constitution du répertoire du Parc Savari, même si quelques affinités le rapprochent d’un faciès plutôt occidental.

Le petit mobilier en terre cuite

91Une fusaïole biconique (fig. 17, no 1) de 37 mm de diamètre, issue du comblement du talweg, constitue le seul témoin d’une activité de filage sur le site. Un autre artefact de ce type (fig. 17, no 2), au percement inabouti pourrait également correspondre à cette activité.

Figure 17 : Guérande, « Parc Savari ». Le petit mobilier en terre cuite. / Figure 17: The small terracotta artefacts.

Figure 17 : Guérande, « Parc Savari ». Le petit mobilier en terre cuite. / Figure 17: The small terracotta artefacts.

DAO : J. Cornec, Inrap.

92Un probable fragment de cuiller ou de creuset (fig. 17, no 3), ovalaire (60 × 35 mm) et profond de 18 mm, est réalisé dans une pâte fine. Le manche, brisé, est absent. Un exemplaire similaire est issu d’un contexte du Hallstatt D2-D3 en Vendée, sur le site de la rue de la Chalanderie à Mervent (Nillesse, 2011). Trois individus issus du Fort-Harrouard (Mohen et Bailloud, 1987, pl. 98, nos 1 à 2), morphologiquement très proches de celui du Parc Savari, sont décrits comme des cuillers. Des artefacts semblables sont plutôt considérés comme des ustensiles de consommation domestique dans les contextes du Hallstatt final-début de La Tène ancienne dans la Vallée de l’Aisne (Demoule et al., 2009).

Le mobilier lié à la métallurgie

93Deux ensembles d’artefacts témoignent de deux activités métallurgiques distinctes sur le site. Ils se singularisent par le type de restes mis au jour et par leur localisation au sein du site. Le premier, associé au travail du bronze coulé, ne concerne que la fosse 577, installée en bordure de talweg. Le second, représentatif de la métallurgie du fer, englobe les fossés de l’enclos 1, le fossé 399 contigu au sud et deux structures de combustion.

Métallurgie du bronze

94La fosse 577 a livré 80 fragments de terre cuite. Les quelques recollages possibles ont permis d’identifier des moules bivalves ou en coquille réservés à la réalisation d’objets métalliques en bronze coulé (Quilliec, 2007). Un unique fragment indéterminé en alliage cuivreux associable à cet artisanat provient de la fosse 325. Les remontages des fragments sont trop partiels pour reconnaître le ou les objets coulés. Ces moules en deux parties ne peuvent servir qu’à élaborer des objets sans contre-dépouille, c’est-à-dire sans détail morphologique ne permettant pas le démoulage de l’objet sans leur détérioration définitive. L’argile utilisée pour leur élaboration est très fine, choix qui facilite la reproduction fidèle des détails du modèle préalablement manufacturé dans un matériau dur (bois, pierre tendre ?). Plusieurs fragments portent une empreinte en négatif sur leurs deux faces (fig. 18). Les moules sont ensuite cuits. La pâte après cuisson présente une couleur beige clair, rose clair ou noire et se singularise aisément du reste du lot céramique découvert sur le site. Les moules sont constitués de deux valves ajustables par l’emboîtement de tenons et mortaises semi-sphériques aménagés sur le plan de joint (fig. 18, nos 1 et 2) facilitant le réemploi du moule pour plusieurs coulées. Ce système d’emboîtement participant à la coulée d’objets divers est par exemple reconnu sur des moules de l’âge du Bronze final au premier âge du Fer découverts sur le site de la ZAC « Object’Ifs Sud » à Ifs dans le Calvados (Le Goff, 2009 ; Gomez de Soto, 2020). Des restes d’argile très fine de couleur ocre sont présents sur la surface externe et interne de quelques fragments de moule (nos 3 et 4). Sur les parois externes, ces résidus correspondent aux restes d’une chape d’argile englobant le moule et qui a pour vertu d’assurer la cohésion mécanique des deux valves et l’étanchéité du plan de joint au cours de la coulée. L’interprétation de ces restes sur le plan de coulée s’explique par l’empreinte en négatif d’un objet à couler sur les deux faces du moule (fig. 18, no 4).

Figure 18 : Guérande, « Parc Savari ». Les moules de bronzier. / Figure 18: The bronze moulds.

Figure 18 : Guérande, « Parc Savari ». Les moules de bronzier. / Figure 18: The bronze moulds.

DAO : J. Cornec, Inrap.

95L’activité de métallurgie du bronze est le plus souvent caractérisée par la découverte de creusets, ou de structures apparentées à cette activité, plus rarement à des moules servant à l’élaboration de produits finis. La découverte des moules bivalves en terre cuite du Parc Savari recouvre un caractère exceptionnel, autant par la période à laquelle cet artisanat s’est développé sur le site que par la rareté de ce type d’artefact découvert en contexte archéologique.

Métallurgie du fer

96Les fossés de l’enclos 1 ont livré 42 fragments de résidus de fonte de métal, auxquels sont associés 11 fragments de parois de four vitrifiées sur une face. À ces indices d’une activité de fonte de métal s’ajoutent trois fragments de tuyères incomplets. Leur pâte orange foncé est élaborée dans une argile fine. Le premier (enclos 1, fossé 511) est rectiligne, d’un diamètre externe moyen de 54 mm et interne de 23 mm (fig. 19, no 1). Les deux autres, découverts dans deux structures plus éloignées (fossé 387 et aire de circulation 15), forment un coude à 90 degrés (fig. 19, nos 2 et 3). Le no 2 possède un diamètre moyen externe de 44 mm et interne de 18 mm. Le no 3 se distingue par un diamètre interne allant de 23 à 14 mm pour un diamètre externe moyen de 45 mm. Les extrémités externes de ces deux éléments coudés sont recouvertes d’un résidu jaune pâle (argile ?) qui permet vraisemblablement d’étanchéifier la liaison entre deux éléments. L’extrémité courte de ces deux coudes, partiellement scorifiée, indique leur proximité immédiate d’une forte source de chaleur (fourneau, bas fourneau). Ces tuyères ont pour fonction d’alimenter en comburant un foyer devant monter à haute température, via un bloc-tuyère (un tel élément a été reconnu en cours de fouille dans le comblement du fossé 511, mais n’a pu être prélevé, car trop dégradé) et à l’aide d’un soufflet. Aucune structure de type four ou fourneau n’a été mise au jour sur l’emprise de la fouille. Toutefois, une surface d’environ 30 cm de diamètre de substrat rubéfié mêlé à quelques charbons de bois en bordure du fossé 497 pourrait constituer le vestige d’une telle structure de combustion. Une autre trace de rubéfaction située à une dizaine de mètres à l’ouest du fossé 497 de l’enclos 1, en bordure du fossé 398, présente les mêmes caractéristiques et est de plus associée à un résidu cendreux contigu au nord. Si ces structures paraissent peu marquées, les expériences montrent qu’avec peu d’éléments bien disposés et une bonne ventilation (tuyère et bloc-tuyère), on peut obtenir un four de refonte qui fonctionne parfaitement (Mohen et Bailloud, 1987). Les éléments de comparaison restent rares. Si les blocs-tuyères sont bien répertoriés à l’âge du Fer en Haute-Bretagne, aucun conduit tubulaire n’y a été recensé (Vivet, 2007). Des tuyères similaires sont associées aux fours de métallurgistes du Fort-Harrouard en contexte Bronze moyen-final (Mohen et Bailloud, 1987). Ces quelques éléments (scories et parois de four vitrifiées) démontrent l’existence d’une activité artisanale métallurgique (bronze, fer ?) sur le site. Cependant, la présence de tuyères permet sans doute d’aller au-delà de la proposition communément admise d’un travail de refonte et/ou d’entretien des outils sur les sites d’habitat de l’âge du Fer. La technique nécessaire à leur fabrication et le savoir-faire indispensable à la mise en œuvre complexe de ces organes spécifiques au sein d’une structure de chauffe tendent à démontrer que cet artisanat bénéficie, sur le site du Parc Savari, d’un statut singulier parmi les sites d’habitat gaulois de la région.

Figure 19 : Guérande, « Parc Savari ». Les tuyères. / Figure 19: The nozzles.

Figure 19 : Guérande, « Parc Savari ». Les tuyères. / Figure 19: The nozzles.

DAO : J. Cornec, Inrap.

Les éléments de briquetage

97La grande majorité de ces restes provient des comblements du talweg, essentiellement du colmatage de la mare située à environ 5 m au sud-ouest d’un ensemble de faits interprétés comme un atelier de bouilleur de sel.

Les piliers

98Il s’agit d’objets constitués de deux parties distinctes, un corps long et légèrement tronconique de section cylindrique et une base évasée et creuse (fig. 20), communément dénommés sous le terme générique de piliers « trompette » (Gouletquer, 1970). Les pâtes varient largement du beige clair au rouge vif et contiennent toujours un dégraissant sableux abondant, plus ou moins grossier (de 1 à 5 mm). Si la forme générale de ces piliers est respectée, corps tronconique et base creuse évasée (fig. 20, nos 1 à 5), des nuances morphologiques ont pu être observées. Le haut ou tête du pilier est indifféremment plat, légèrement convexe, plus rarement plat légèrement débordant. Des différences métrologiques apparaissent également. Le diamètre de la partie évasée oscille entre 32 et 90 mm, celui du corps varie de 22 à 44 mm et la profondeur de la partie creuse diverge de 10 à 50 mm. En l’absence d’un élément complet, nous ne pouvons qu’estimer leur hauteur en conjuguant les diamètres des parties hautes et basses conservées de 160 et 236 mm. M.-Y. Daire propose un rapport diamètre/hauteur des piliers de l’ordre de 6 à 8 pour 1 (Daire, 2003). Appliqué ici, ce rapport donne des hauteurs comprises (diamètre de 22 mm) entre 132 et 176 mm (moyenne de 154 mm) et (diamètre de 44 mm) 264 et 352 mm (moyenne de 308 mm). Quelle que soit la méthode utilisée, on constate une importante variabilité des dimensions d’un pilier à l’autre.

Figure 20 : Guérande, « Parc Savari ». Les piliers trompettes et les boudins de calage. / Figure 20: The trumpet pillars and cushioning coils.

Figure 20 : Guérande, « Parc Savari ». Les piliers trompettes et les boudins de calage. / Figure 20: The trumpet pillars and cushioning coils.

DAO : J. Cornec, Inrap.

99Leur morphologie générale peut être rapprochée des piliers découverts sur les sites du Boucaud et de l’Épinette à Préfailles (Gouletquer, 1970), de Sandun (Letterlé et al., 1990) ou au type 1 de Kerbiniou (Barbeau, 2008, p. 53). Plus généralement, on rencontre ces piliers « trompette » du nord de l’estuaire de la Somme jusqu’au sud de l’embouchure de la Garonne (Daire, 2003, p. 33).

Les boudins de calage

100Ce sont de petites pièces globalement cylindriques grossièrement modelées à la main (fig. 20). Leur pâte, sans dégraissant visible ou au contraire contenant des éléments siliceux très grossiers (jusqu’à 5 mm), varie du beige clair au rouge vif (fig. 20, nos 6 à 8). Leur hauteur s’échelonne de 20 à 78 mm, leur diamètre de 26 à 55 mm. Des exemplaires présentent une partie creuse plus ou moins profonde dont les diamètres et les profils pourraient très bien accueillir le négatif d’un haut de pilier trompette.

101Les piliers et boudins de calage sont constitutifs d’une production saunière obtenue dans des fours à piliers. Les piliers soutiennent une table de cuisson dont la stabilité et l’horizontalité sont assurées par l’adjonction de boudins de calage qui comblent les irrégularités planimétriques. Des pierres plates brûlées comme celles découvertes à Kerbiniou (Barbeau, 2008) ou à Promota (Pétorin, 2008) ont été interprétées comme des éléments pouvant constituer la table. Quelques fragments de terre cuite retrouvés au Parc Savari parmi les briquetages présentent une surface plane et pourraient aussi avoir joué ce rôle. De plus, le contexte géologique du site, constitué de granite sain ou altéré, n’offre pas de réelle possibilité d’extraire facilement des dalles plates et assez minces.

Les godets

102Outre les éléments constitutifs du ou des fours de saunier, des récipients ont également été découverts dans les mêmes strates de comblement de la mare. Seules les parties hautes de ces récipients sont conservées (fig. 21, nos 1 à 6). Ce sont des cols massifs obtenus en repliant le haut de la forme initiale vers l’intérieur par pressions successives. Aucun lissage n’est effectué pour supprimer l’aspect déformé du bord interne. La hauteur de la partie repliée varie de 3 à 7,5 cm. La pâte, fine à grossière, peut être rose pâle, orange ou brun-rouge, un exemplaire présente des traces de chauffe sur la partie sommitale (fig. 21, no 1). Ces critères dénotent une élaboration peu soignée, sans véritable tri des argiles constitutives et une cuisson hasardeuse. Tous les fragments présentent une courbure qui, pour certains exemplaires suffisamment larges, a permis d’en mesurer le diamètre qui oscille entre 20 et 30 cm pour un aspect général tronconique dont la hauteur générale est inconnue. Ce type de récipient, dénommé godet à lèvre repliée (Tessier, 2004), se retrouve tant au sud, à l’Épinette, qu’au nord de la Loire, sur le site de Promota (Pétorin, 2008), sur ceux de la ZAC de la Maison Neuve, zone A (Pirault, 2019b) et du Chemin des Gabelous (Mare, 2023) à Guérande ou encore à La Baule-Escoublac (Séris, 2023).

Figure 21 : Guérande, « Parc Savari ». Exemples de godets. / Figure 21: Cup examples.

Figure 21 : Guérande, « Parc Savari ». Exemples de godets. / Figure 21: Cup examples.

DAO : J. Cornec, Inrap.

103Leur fonction généralement admise est celle de réceptacle à saumure concentrée, dont l’évaporation lente des eaux superflues est assurée par une chauffe sur une plaque de cuisson, elle-même maintenue au-dessus d’un foyer par les piliers. Ces récipients sont alors brisés sur le site de production pour permettre l’extraction des pains de sel et gagner du poids avant son transport. Cette proposition achoppe sur plusieurs points, notamment sur le ratio entre le nombre de fragments de godets et de piliers. Si leur masse importante nécessite leur bris à chaque fin de fournée, la quantité de restes retrouvés devrait alors être supérieure à celle des restes de piliers qui, comme éléments structurants du fourneau, restent en place pendant plusieurs fournées. Ici, ce sont 64 fragments de godets mis au jour pour 212 restes de piliers. Sur le site de la ZAC de la Maison Neuve, le bilan est relativement proche, mais encore plus marqué avec 224 restes de piliers et 35 fragments de godets.

104Un autre constat concerne les différences de diamètre, de forme et de hauteur de lèvres, très variables d’un individu à l’autre, et de la qualité médiocre de leur facture. Ces dissemblances morphologiques d’un élément à l’autre peuvent être la résultante d’une perduration de cet artisanat du sel pendant une période suffisamment longue pour faire apparaître des évolutions typologiques. Elles peuvent aussi témoigner de techniques différentes au sein d’une même période. Mais ces différences métrologiques induisent assurément une volumétrie différente d’un récipient à l’autre, dans laquelle on ne distingue pas de standardisation d’un produit destiné à la vente ou à l’échange. Pourtant, aux périodes antérieures, comme au Pontreau à Beauvoir-sur-Mer pour l’âge du Bronze final I, cet artisanat engendre des séries de godets à sel tronconiques au format normalisé (Viau, 2007, fig. 152). Le site du premier âge du Fer de Kerbiniou (Barbeau, 2008, pl. 27) a livré une série de récipients cintrés aux gabarits parfaitement analogues. On note aussi que ces séries du Pontreau et de Kerbiniou sont manufacturées avec des argiles fines spécifiques, contrairement aux godets rudimentaires du Parc Savari. À Promota, dans la phase attribuée aux viiie-vie s. av. n. è. (Pétorin, 2008), quelques fragments de récipients et piliers similaires à ceux de Kerbiniou ont été découvert associés. Ce site a également livré, dans une autre fosse, des fragments de godets identiques à ceux du Parc Savari. Aucun élément stratigraphique ou datant ne permet de préjuger de la contemporanéité de ces deux types de récipients. Peut-être s’agit-il de deux productions distinctes dans le temps qui auraient généré des restes différents ? Les productions saunières à partir de La Tène moyenne, notamment à Guérande, mettent en évidence que cette activité (sur four à grille) engendre systématiquement un nombre élevé d’augets à sel au module normalisé (volume et type de pâte), quel qu’en soit le modèle, pour généralement une ou deux structures de combustion.

105Si l’usage des godets à rebord replié dans la production ignigène de sel est indéniable puisque systématiquement et uniquement retrouvés en association avec les autres restes de briquetage, leur fonction au sein de cet artisanat et l’étape à laquelle ils s’y intègrent posent donc question. Doit-on y voir la manifestation d’une technique différente ou une évolution technologique ? Pourquoi, à cette période de la transition des deux âges du Fer, les sites ne livrent-ils pas de récipients plus standardisés ? Ces interrogations s’ajoutent aux nombreuses autres formulées dans les tentatives de compréhension de la chaîne de production de sel à cette période de la Protohistoire, pour laquelle seule la découverte d’un four ou d’un fourneau suffisamment bien conservé permettra peut-être d’apporter des éléments de réponses.

Les éléments de briquetage autres

106Ce deuxième groupe d’éléments de briquetage (fig. 22) provient des comblements de la fosse 576 (4 NR) et de la fosse de décantation 577 (176 NR). Ces restes sont assortis de tessons de céramique et de fragments de moules de bronzier précédemment évoqués et ne sont donc pas en position primaire. Quatre types d’artefacts ont pu être identifiés après remontage. Leurs pâtes très sableuses vont du beige au rouge.

Figure 22 : Guérande, « Parc Savari ». Les briquetages inédits. / Figure 22: The unpublished briquetage.

Figure 22 : Guérande, « Parc Savari ». Les briquetages inédits. / Figure 22: The unpublished briquetage.

DAO : J. Cornec, Inrap.

107Un premier type d’objet (longueur totale de 170 mm), le seul complet, se caractérise par un corps tronconique de section circulaire se terminant en pointe (fig. 22, no 1). Il est surmonté par une « tête » aplatie formant deux extrémités arrondies et inclinées de 60 degrés par rapport à l’axe du corps. Cette inclinaison située aux deux tiers de la hauteur est soulignée par un léger ressaut offrant une possible surface d’appui. Compte tenu de la forme de la base conique, une fonction comme support paraît peu probable. Deux autres « têtes » présentent des extrémités un peu plus allongées, mais elles ne peuvent cependant être raccordées à une base (fig. 22, nos 2 et 3). Les « têtes » s’apparentent à la partie haute des piliers de type 3 découverts sur les sites de Kerbiniou (Barbeau, 2008, pl. 25) et de Promota (Pétorin, 2008, fig. 9). Le site du Boucaud a livré un élément semblable (Gouletquer, 1970, pl. 1, no 12). Les fouilles de la Route de Guérande 2 à Piriac-sur-Mer (Mare, 2021) et du Chemin des Gabelous à Guérande (Mare, 2023) ont également fourni trois pièces similaires dénommées « support à contention désaxée » par l’auteur.

108Un deuxième type d’objet est constitué d’un corps cylindrique fin à section plutôt ovale comprise entre 1,7 et 2,5 cm (fig. 22, nos 4 et 5). Une des extrémités est concave, légèrement débordante. La base d’un des corps s’évase légèrement et pourrait s’accorder avec une base de pilier trompette décrite ci-dessous.

109Le troisième objet (deux exemplaires) est une vraisemblable base évasée et creuse de pilier trompette dont le diamètre est compris entre 5 et 6 cm (fig. 22, nos 6 et 7).

110Un quatrième type d’objet est représenté par une boulette d’argile de 3 à 4 cm de côté, modelée aux doigts, leurs traces étant fortement imprimées dans l’argile. Une face est plane et l’opposée est convexe avec un débordement de matière sur son pourtour. Cette face correspond au négatif du haut d’un deuxième objet. Un assemblage de ces deux types d’ustensiles a pu être effectué (fig. 22, no 8). Ils peuvent être interprétés comme des boudins de calage.

111Hormis quelques similitudes, notamment le diamètre des corps de piliers et les têtes aplaties, avec des éléments de briquetages découverts au Boucaud, à Kerbiniou ou Route de Guérande, les éléments spécifiques de la fournée, comme les godets et les boudins de calage de ces derniers, n’ont pas été découverts ici. Ce petit corpus montre des différences notables de dimensions et de morphologies avec les briquetages du premier ensemble majoritairement issu des strates du talweg. Ces constatations pourraient illustrer, d’une part, deux phases distinctes de production saunière que l’étude du mobilier ne peut pas mettre en évidence ou, d’autre part, deux techniques constructives de fourneau différentes, ces deux suppositions ne s’excluant pas l’une l’autre.

Le mobilier lithique

112Le comblement de la fosse 325 a livré un fragment de bracelet en roche schisteuse (fig. 23, no 1). Sa section est circulaire avec un diamètre de 10 mm et son diamètre externe restitué est d’environ 100 mm.

Figure 23 : Guérande, « Parc Savari ». Le mobilier lithique. / Figure 23: The lithic artefacts.

Figure 23 : Guérande, « Parc Savari ». Le mobilier lithique. / Figure 23: The lithic artefacts.

DAO : J. Cornec, Inrap.

113Trois fragments de meule à va-et-vient sont issus du fond du talweg (fig. 23, no 2), d’un trou de poteau du bâtiment 1 (fig. 23, no 3) et de la fosse 577 (fig. 23, no 4) située parmi les fosses de décantation de l’atelier de bouilleur de sel sur le flanc est du talweg. Ils sont probablement élaborés à partir de galets de plage en granite, les traces d’une mise en forme par épannelage (Jodry, 2011) étant perceptibles sur les flancs de l’exemplaire no 2. Quatre molettes en quartzite issues d’un trou de poteau, un fossé et une fosse au contact de la zone d’habitat sont associées à ces meules (fig. 23, no 5). On signale par ailleurs la découverte de deux fragments d’affûtoirs, l’un en grès, le second en mylonite (fig. 23, nos 6 et 7).

114Une pièce remarquable en granite découverte dans le comblement du talweg (fig. 24) présente, de « face », une allure générale de parabole se refermant à sa base. De côté, son profil est parabolique. La partie inférieure présente une cassure lui donnant un aspect tronqué. De section ovalaire, elle mesure 35 cm de hauteur, 28 cm de largeur maximale et 16 cm de largeur minimale. La majeure partie de la surface est polie comme la plupart des galets prélevés en bord de littoral. Sa forme initiale proche de la forme désirée, marbré d’un fin filon de quartz blanc, a certainement joué dans le choix de cette pièce. Des traces de bouchardage sont visibles sur une partie de la surface (fig. 24, no 1), travail sans doute réalisé pour obtenir une symétrie du profil. Sur cette zone retravaillée, on remarque deux possibles cupules faiblement marquées (fig. 24, no 3). Par sa morphologie et son aspect esthétique, cette pièce peut être interprétée comme une stèle. Ses critères morphologiques s’intègrent au type à fût ovoïde (B) et sommet à calotte hémisphérique (1) défini par B. Grall (2015). Le site de Kerostin à Riantec dans le Morbihan a livré, en contexte d’abandon parmi un ensemble de trois stèles, un individu parfaitement similaire (Simier, 2015, fig. 90 : no 5). Sa position en rejet en fond de talweg impliquerait un abandon de son rôle signalétique dans une nécropole. Ces pratiques ont été observées en Bretagne, notamment à Paule (Menez, 2009), à Pont-l’Abbé (Hinguant et Le Goff, 1998) ou encore à Inguiniel (Tanguy et al., 2000).

Figure 24 : Guérande, « Parc Savari ». La stèle. / Figure 24: The stele.

Figure 24 : Guérande, « Parc Savari ». La stèle. / Figure 24: The stele.

DAO : J. Cornec, Inrap.

4. Analyse de l’organisation spatiale et fonctionnelle de l’établissement

115L’occupation protohistorique du Parc Savari correspond à la première vague de fondations d’habitats de l’âge du Fer évoquée par E. Le Goff (2013), qui semble débuter au Hallstatt final et se termine à la fin du ve s. av. n. è.

116Le plan du site montre un établissement rural regroupant habitations et annexes, associé à des axes de circulation et des limites parcellaires à vocation agropastorale. L’ensemble s’est mis en place de manière progressive et a évolué dans le temps, comme il ressort des quelques recoupements observés et du mobilier céramique qui permettent de déceler trois étapes dans l’occupation. Ce mobilier renvoie de manière générale à la phase de transition entre le premier et le second âge du Fer.

117La répartition du mobilier fait ressortir trois secteurs distincts et représentatifs de l’activité de l’établissement (fig. 25). La première, où se concentrent le mobilier céramique et les plans de bâtiments, correspond à la partie domestique du site. La présence de constructions assimilables à des structures de stockage, de divisions parcellaires vides donc possiblement dédiées aux cultures ou pâtures ainsi que la découverte de meules à grain et de broyeurs traduisent une pratique agropastorale qui se voit confirmée par les résultats de l’analyse palynologique. Celle-ci atteste en effet la culture de céréales au sein d’un environnement largement déboisé.

Figure 25 : Guérande, « Parc Savari ». Proposition de phasage et organisation générale de l'établissement de la transition Hallstatt final-La Tène ancienne. / Figure 25: Proposal for phasing and general organisation of the late Hallstatt-Early La Tène transition settlement.

Figure 25 : Guérande, « Parc Savari ». Proposition de phasage et organisation générale de l'établissement de la transition Hallstatt final-La Tène ancienne. / Figure 25: Proposal for phasing and general organisation of the late Hallstatt-Early La Tène transition settlement.

DAO : P. Bellanger, Inrap.

118L’activité salicole est attestée par la grande quantité d’éléments de briquetage (fragments de paroi, piliers, boudins de calage, récipients), ainsi que par les vestiges d’un atelier de production par la méthode ignigène. La technologie pratiquée correspond à celle encore méconnue des fours à piliers, généralement attribuée aux phases anciennes de la Protohistoire. Elle est toutefois encore utilisée jusqu’à La Tène moyenne en Saintonge et en Charente, jusqu’à La Tène finale dans le marais de Dol (Ille-et-Vilaine) et dans le Calvados (Daire, 2003). Même s’il s’agit sans doute d’un travail saisonnier (Daire, 1999, p. 200), la variété morphologique et dimensionnelle des piliers « en trompette » sur le site laisse apparaître une possible évolution dans le temps et semble attester la continuité de cette activité durant toute la période d’occupation de l’établissement. Si quelques rares éléments de briquetage proviennent de la zone d’habitat, l’essentiel des rejets a été recueilli dans le talweg et principalement dans le comblement supérieur de la mare aménagée dans le vallon. L’activité de saunier se concentre ainsi à proximité d’une source d’approvisionnement en eau indispensable à la phase opératoire du lavage des sablons.

119L’implantation de cet atelier de bouilleur de sel à l’écart de l’aire d’habitat est un constat qui corrobore les observations faites par ailleurs sur les ateliers de sauniers de la Manche (Prilaux, 2000, p. 88-90). La fouille n’ayant concerné qu’une petite surface de la frange orientale du talweg, on peut supposer une extension de la zone de production salicole du côté ouest du point d’eau.

120L’établissement du Parc Savari, tout comme les autres sites de production de sel de Guérande à l’âge du Fer, se situe à environ 3 km du trait de côte actuel. Cela implique le transport de la saumure depuis la côte jusqu’aux abords des habitats afin d’y réaliser les pains de sel destinés à la commercialisation. Les besoins en bois et en eau douce fournissent une explication recevable à cet éloignement entre la source d’approvisionnement et le lieu de transformation, par ailleurs observé sur les sites de la Manche (Prilaux, 2000) et de Charente-Maritime (Maguer et al., 2009). Hormis les gisements de Sandun et des Morélaines, la documentation archéologique régionale ne fait état d’aucun autre cas d’association d’atelier de saunier et de structures d’habitat pour le Hallstatt final et La Tène ancienne. Les découvertes consistent en effet généralement en de petites unités sans lien apparent avec une zone domestique. Au Parc Savari, l’habitat et l’activité agropastorale étant avérés, il est possible que le sel fabriqué sur place ait pu servir à transformer en salaisons des produits de l’exploitation.

121Enfin, une dernière activité est attestée sur le site à travers une concentration de rejets de scories et de fragments de tuyères au sein ou aux abords de l’enclos 1. Ils semblent indiquer l’utilisation de celui-ci pour fermer une zone vouée, tout du moins en partie, à une activité métallurgique. Cette activité se trouve également signalée par la découverte de fragments de moules de bronzier sur la rive du vallon.

5. Conclusion

122La transition entre la fin du premier et le début du second âge du Fer reste mal connue dans cette partie du Grand Ouest. À titre de comparaison, on peut citer le site d’habitat de Sandun à Guérande (fig. 26, no 1), daté initialement du début du second âge du Fer, mais attribué depuis au Hallstatt final (Bouvet, 2004), où un édifice à trois nefs mesurant 10,50 m de longueur par 6,20 m de largeur (65 m²) montre un plan différent de ceux des grands bâtiments du Parc Savari (Letterlé et al., 1990). Il est par ailleurs comparable à celui d’un des bâtiments d’Allaines Mervilliers en Eure-et-Loir (fig. 26, no 2), datés du Hallstatt final-La Tène ancienne (Casadéi et al., 2005). Sur ces deux gisements, les grandes constructions sont associées à un ou deux greniers. Les fossés reconnus à la fouille étant postérieurs aux bâtiments, ceux-ci paraissent implantés en aire ouverte.

Figure 26 : Guérande, « Parc Savari ». Comparaison des plans du Parc Savari et de sites régionaux et extrarégionaux datés du Hallstatt à La Tène ancienne. / Figure 26: Comparison of the plans of Parc Savari and regional and extraregional sites dating from the Hallstatt to the early La Tène.

Figure 26 : Guérande, « Parc Savari ». Comparaison des plans du Parc Savari et de sites régionaux et extrarégionaux datés du Hallstatt à La Tène ancienne. / Figure 26: Comparison of the plans of Parc Savari and regional and extraregional sites dating from the Hallstatt to the early La Tène.

DAO : P. Bellanger, Inrap.

123En Vendée, la fouille de la Dugerie à La Gaubretière (fig. 26, no 3) a livré, outre un hypothétique bâtiment de plan circulaire de 12 m de diamètre, deux bâtiments qui présentent un plan rectangulaire dont la superficie oscille entre 21 et 24,5 m² (Guillier, 2004). Attribué à une chronologie large allant de la fin du premier âge du Fer à La Tène moyenne, le site comporte aussi deux constructions de type annexe et grenier. Le seul élément de clôture consiste en une palissade qui semble cerner deux bâtiments.

124Le gisement de la Coulée de Fruchaud à Chanzeaux dans le Maine-et-Loire (fig. 26, no 4), daté de la transition de la fin du premier-début du second âge du Fer, a révélé la présence d’une douzaine de constructions sur poteaux porteurs correspondant aux vestiges d’un habitat rural ouvert (Viau, 2000). Un possible édifice rectangulaire offre des dimensions de 10 m de longueur pour 4 m de largeur (40 m²), proches de celles des grands bâtiments du Parc Savari. Il jouxte un autre édifice doté d’absides sur ses deux pignons. Les autres constructions, de plus faibles superficies, relèvent vraisemblablement d’une fonction de dépendances et/ou de stockage. Le chevauchement de certains bâtiments suggère des reconstructions.

125Dans le même département, sur le site de l’Appentière à Mazières-en-Mauges (fig. 26, no 5), une zone d’occupation ouverte datée de La Tène ancienne comprend plusieurs constructions, parmi lesquelles figurent deux constructions de 13,44 et 14 m², interprétées comme de possibles habitations, ainsi que des probables annexes et greniers surélevés (Pirault, 2016). Là encore, l’existence d’une palissade est envisagée.

126La maigre documentation régionale relative aux établissements ruraux des périodes anciennes de l’âge du Fer conduit à rechercher également des éléments de comparaison plus éloignés. La phase d’occupation attribuée au Hallstatt sur la ZAC des Béliers à Brebières (fig. 26, no 6), dans le Pas-de-Calais, montre un regroupement exceptionnel de 120 bâtiments de tailles diverses installés en aire ouverte (Huvelle et Lacalmontie, 2015). Sur ce gisement coexistent de nombreux plans de type grenier, des plans d’annexes de petites dimensions et des possibles habitations rectangulaires reposant sur 8 à 12 poteaux porteurs qui couvrent des surfaces comprises entre 23,60 et 30,70 m², voire plus dans l’hypothèse de bâtiments à parois rejetées. Le site offre des ensembles de constructions à l’écart des autres parmi lesquels le satellite nord-est présente certaines analogies. Par contre, ce secteur de la ZAC des Béliers semble avoir eu une vocation agropastorale et non d’habitat comme c’est le cas au Parc Savari.

Figure 27 : Guérande, « Parc Savari ». Plan de répartition du mobilier protohistorique. / Figure 27: Distribution map of the protohistoric artefacts.

Figure 27 : Guérande, « Parc Savari ». Plan de répartition du mobilier protohistorique. / Figure 27: Distribution map of the protohistoric artefacts.

DAO : P. Bellanger, Inrap.

Haut de page

Bibliographie

Augier L., 2009, « Approche typologique et technique des céramiques de Bourges et de ses environs du milieu du vie s. av. J.-C. à la fin du ve s. av. J.-C. », dans Chaume B. (dir.), La céramique hallstattienne, approches typologique et chronoculturelle, Actes du colloque international de Dijon, 21-22 novembre 2006, Dijon, p. 339-364.

Barbeau S. (dir.), 2008, Guérande (Loire-Atlantique), Kerbiniou, rapport final d’opération, Cesson-Sévigné, Inrap Grand Ouest, 102 p.

Bellanger P. (dir.), 2010, Guérande, ZAC Bréhadour, le Parc Savari. Occupations du Néolithique moyen I et de la transition des deux âges du Fer, rapport final d’opération, Cesson-Sévigné, Inrap Grand Ouest, 3 vol.

Bellanger P. (dir.), à paraître, Enquête sur un microterritoire au sud de l’estuaire de la Loire : le pays de Retz au second âge du Fer, Rennes, Presses universitaires de Rennes (Archéologie & Culture).

Besnard-Vauterin C.-C., Giraud P., Lepaumier H. et Giazzon D., 2016, « Genèse d’un réseau de fermes du second âge du Fer en plaine de Caen », dans Blancquaert G. et Malrain F. (dir.), Évolution des sociétés gauloises du second âge du Fer entre mutations internes et influences externes, Actes du xxxviiie colloque international de l’AFEAF, Amiens, 29 mai-1er juin 2014, Revue archéologique de Picardie, numéro spécial 30, p. 61-81.

Besnard-Vauterin C.-C. et Boulogne N., 2018, « La céramique des iiie-ier s. av. n. è. en Normandie occidentale : essai d’une typochronologie des formes et des décors », dans Menez Y. (dir.), Céramiques gauloises d’Armorique. Les dessiner, les caractériser, les dater, Rennes, Presses universitaires de Rennes (Archéologie & Culture), p. 209-252.

Bouvet J.-P., 1987, Les âges du Fer dans le département du Maine-et-Loire, mémoire de maîtrise, UER d’Art et Archéologie, université de Paris I, 3 vol.

Bouvet J.-P., 2004, « Les âges du Fer dans la région de Guérande (800 à 30 av. J.-C.) : de la nature de l’occupation humaine à la constitution d’horizons chronologiques et culturels », Les Cahiers du Pays de Guérande, 44, p. 31-46.

Boyer Y. (dir.), 1979, Le camp préhistorique des Morélaines à Escoublac (Loire-Atlantique), rapport final d’opération, SRA des Pays de la Loire, Nantes.

Boyer Y. (dir.), 1992, « La Baule-Escoublac, Les Morélaines », Bilan scientifique Pays de la Loire, SRA des Pays de la Loire, Nantes, p. 22-23.

Buchsenschutz O., 2005, « Du comparatisme à la théorie architecturale », dans Buchsenschutz O. et Mordant C. (dir.), Architectures protohistoriques en Europe occidentale du Néolithique final à l’âge du Fer, Actes des Congrès nationaux des Sociétés historiques et scientifiques, 127e congrès (Nancy, 15-20 avril 2002), p. 49-64.

Casadéi D., Cottiaux R. et Dubovac P., 2005, « Les structures et le mobilier du site d’habitat Hallstatt final – La Tène ancienne d’Allaines Mervilliers (Eure-et-Loir) », Revue archéologique du Centre de la France, 44 [http://racf.revues.org/495].

Cherel A.-F., Lierville O., Menez Y. et Villard-Le Tiec A., 2018, « Les céramiques gauloises en Bretagne : Évolution des formes et des décors entre le vie et le ier s. av. n. è. », dans Menez Y. (dir.), Céramiques gauloises d’Armorique. Les dessiner, les caractériser, les dater, Rennes, Presses universitaires de Rennes (Archéologie & Culture), p. 253-356.

Cornec J., Le Goff E., Le Guévellou R., Levillayer A., Moreau C., Mortreau M. et Thébaud S., 2018, « La céramique du vie au ier s. av. n. è. en Pays de la Loire : évolutions des formes, des décors et mobiliers associés », dans Menez Y. (dir.), Céramiques gauloises d’Armorique. Les dessiner, les caractériser, les dater, Rennes, Presses universitaires de Rennes (Archéologie & Culture), p. 357-450.

Cornec J. (dir.), à paraître, Mesquer (Loire-Atlantique), Pen-Perny, rapport final d’opération, Cesson-Sévigné, Inrap Grand Ouest.

Daire M.-Y., 1990, « Un nouvel atelier de bouilleur de sel à Landrellec en Pleumeur-Bodou (Côtes-d’Armor) », Revue archéologique de l’Ouest, 7, p. 57-71.

Daire M.-Y., 1999, « Le sel à l’âge du Fer : réflexions sur la production et les enjeux économiques », Revue archéologique de l’Ouest, 16, p. 195-207.

Daire M.-Y., 2003, Le sel des Gaulois, Paris, Errance, 152 p.

Delnef H., Féret L. et Beurion C., 2018, « Le mobilier céramique du vie au ier s. av. n. è. en Normandie orientale : premiers éléments d’une typochronologie », dans Menez Y. (dir.), Céramiques gauloises d’Armorique. Les dessiner, les caractériser, les dater, Rennes, Presses universitaires de Rennes (Archéologie & Culture), p. 63-180.

Demoule J.-P. (dir.), 1999, « Chronologie et société dans les nécropoles celtiques de la culture Aisne-Marne du vie au iiie s. av. n. è. », Revue archéologique de Picardie, numéro spécial 15, 406 p.

Demoule J.-P., Desenne S. et Gransar F., 2009, « Le faciès céramique ancien de la culture Aisne-Marne », dans Chaume B. (dir.), La céramique hallstattienne, approches typologique et chronoculturelle, Actes du colloque international de Dijon (Dijon, 21-22 novembre 2006), p. 401-426.

Devals C. (dir.), 1996, Guérande (Loire-Atlantique), Villejames, rapport final d’opération, Cesson-Sévigné, Afan Grand Ouest.

Édeine B., 1970, « La technique de fabrication du sel marin dans les sauneries protohistoriques », Annales de Bretagne, lxxvii, p. 95-133.

Frénée É., Mercey F., Milcent P.-Y. et Joly S., 2022, « Chapitre 4 : Nature des occupations en Centre-Val de Loire », dans Maitay C. (dir.), Marcigny C. et Riquier V. (dir.), L’Habitat rural du premier âge du Fer. Enclos palissadés de l’Atlantique à la Moselle, Paris, Inrap/CNRS (Recherches archéologiques, 21), p. 101-123.

Gallais C., Gallais J.-Y. et Letterlé F., 1987, « Céramique protohistorique et industrie de sel à Kerné, commune de Guérande (Loire-Atlantique) », Études préhistorique et historique des Pays de la Loire, 10, p. 53-60.

Giraud P., Besnard-Vauterin C.-C., Lepaumier H., Germain-Vallée C. et Marcigny C., 2022, « Chapitre 3 : Formes de l’habitat en Normandie occidentale », dans Maitay C., Marcigny C. et Riquier V. (dir.), L’habitat rural du premier âge du Fer. Enclos palissadés de l’Atlantique à la Moselle, Actes de la table ronde organisée à l’École de Louvre (Paris, 31 mars 2017), Paris, Inrap/CNRS (Recherches archéologiques, 21), p. 84-99.

Gomez de Soto J., 2020, « Les moules de fondeurs de bronze », dans Besnard-Vauterin C.-C. (dir.), Évolution d’un terroir au cours de la protohistoire. Les fouilles préventives de Ifs « ZAC Object’Ifs Sud », 2008 (Calvados), Rennes, Presses universitaires de Rennes (Archéologie & Culture), p. 122-136.

Gouletquer P.-L., 1970, Les briquetages armoricains, technologie protohistorique du sel en Armorique, Travaux du laboratoire d’anthropologie préhistorique, Rennes, 186 p.

Grall B. (dir.), 2015, Rapport de prospection archéologique et inventaire des stèles de l’âge du Fer en Cornouaille, rapport de prospection thématique, SRA de Bretagne, 57 p.

Guillier G., 2004, « Un petit habitat de l’âge du Fer à La Dugerie, commune de La Gaubretière (Vendée) », Revue archéologique de l’Ouest, 21, p. 55-61.

Hamon A.-L. (dir.), 2003, Brétignolles-sur-Mer (Vendée), Le Havre de la Martinière, rapport final d’opération, Cesson-Sévigné, Inrap Grand Ouest, 48 p.

Hasler A., Fabre L., Carozza L. et Thiébault S., 2003, « Les “foyers à pierres chauffées” de Château Blanc (Ventabren, Bouches-du-Rhône, et du Puech d’Auzet (Millau, Aveyron, France) », dans Frère-Sautot M.-C. (dir.), Le feu domestique et ses structures au Néolithique et aux âges des Métaux, Actes du colloque de Bourg-en-Bresse et Beaune (7-8 octobre 2000), p. 497-500.

Hervé-Monteil M.-L. (dir.), 2014, Piriac-sur-Mer (Loire-Atlantique), Rue du Clos du Moulin : Artisanat du sel et de la teinture pourpre, rapport final d’opération, Cesson-Sévigné, Inrap Grand Ouest, 403 p.

Hinguant S. et Le Goff E., 1998, « Un site de l’âge du Fer stratifié en milieu rural : l’établissement de Keralio à Pont-l’Abbé (Finistère) », Revue archéologique de l’Ouest, 15, p. 59-114.

Huvelle G. et Lacalmontie A. (dir.), 2015, Brebières (Nord-Pas-de-Calais), ZAC les Béliers, Douai : Communauté d’agglomération du Douaisis, vol. 2/4 : résultats archéologiques : le premier âge du Fer, 336 p.

Jodry F., 2011, « Le Lexique », dans Buschsenchutz O., Jaccotey L., Jordy F. et Blanchard J.-L., Évolution typologique et technique des meules du Néolithique à l’an mille, Actes des IIIe Rencontres archéologiques de l’Archéosite gaulois, Aquitania, supplément 23, Bordeaux, p. 19-33.

Lavergne M., 2003, Histoire du sel en Aunis, Le site à sel gaulois de l’église d’Esnandes, Les fours à sel protohistoriques (La Tène II) d’Esnandes dans leur contexte géographique et archéologique, études et réflexions sur les résultats des analyses portant sur les fouilles de 1987-1988 et sur les interventions de 1990/1992, Les Nouvelles d’Archéaunis, 42 p.

Le Bihan J.-P. et Villard J.-F., 2001, Archéologie d’une île à la pointe de l’Europe : Ouessant, t. 1 : Le site de Mez-Notariou et le village du premier âge du Fer, Pôle éditorial archéologique de l’université de Rennes 1, 351 p.

Le Gall J. (dir.), 2013, Plérin (Côtes-d’Armor), Une ferme gauloise du ve s. et des vestiges de l’âge du Bronze, rapport final d’opération, Cesson-Sévigné, Inrap Grand Ouest, 244 p.

Le Gall J., 2022, « Chapitre 2 : La Bretagne. Un grand domaine de la fin du premier et du début du second âge du Fer à Inzinzac-Lochrist (Morbihan) », dans Maitay C., Marcigny C. et Riquier V. (dir.), L’Habitat rural du premier âge du Fer. Enclos palissadés de l’Atlantique à la Moselle, Paris, Inrap/CNRS (Recherches archéologiques, 21), p. 66-83.

Le Goff E., 2009, « Habitats, terroir et paysage rural : aménagement et structuration du territoire et de la campagne gauloise. Ifs, ZAC “Object’Ifs Sud” (Calvados) », dans Bertrand I., Duval A., Gomez de Soto J. et Maguer P. (dir.), Habitats et paysages ruraux en Gaule et regards sur d’autres régions du monde celtique, Actes du XXXIe colloque international de l’AFEAF (Chauvigny, 17-20 mai 2007), Association des publications chauvinoises (Mémoire XXXIV), p. 93-107.

LGoff E., 2013, « Chapitre 9 : Pays de la Loire », dans Malrain F., Blancquaert G. et Lorho G. (dir.), L’Habitat rural du second âge du Fer. Rythmes de création et d’abandon au nord de la Loire, Paris, Inrap/CNRS (Recherches archéologiques, 7), p. 192-220.

Lepaumier H., Jahier Y. et Giraud P., 2018, « La céramique des vie-ive s. av. n. è. dans le département du Calvados : quelques premières attributions typochronologiques », dans Menez Y. (dir.), Céramiques gauloises d’Armorique. Les dessiner, les caractériser, les dater, Rennes, Presses universitaires de Rennes (Archéologie & Culture), p. 181-208.

Leroux G. et Le Goff E., 2018, « Chemins, voies de circulation et rues à l’époque de La Tène dans l’ouest de la France », dans Villard-Le Tiec A., Menez Y. et Maguer P. (dir.), Architectures de l’âge du Fer en Europe occidentale et centrale, Actes du XLe colloque international de l’AFEAF (Rennes, 4-7 mai 2016), Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 565-582.

Leroy-Langelin E. et Lorin Y., 2022, « Chapitre 5 : Enclos à palissades du nord de la France. Les sites enclos, semi-enclos ou palissadés du premier âge du Fer dans les Hauts-de-France », dans Maitay C. (dir.), Marcigny C. et Riquier V. (dir.), L’Habitat rural du premier âge du Fer. Enclos palissadés de l’Atlantique à la Moselle, Actes de la table ronde organisée à l’École de Louvre (Paris, 31 mars 2017), Paris, Inrap/CNRS (Recherches archéologiques, 21), p. 124-157.

Letterlé F., Le Gouestre D. et Le Meur N., 1990, « Le site de Sandun à Guérande (Loire-Atlantique) : l’occupation du second Âge du Fer », Revue archéologique de l’Ouest, 7, p. 73-85.

Levillayer A., Borvon A. et Hunot J.-Y., 2013, « Du Hallstatt final à La Tène ancienne en Anjou : les batteries de structures de stockage de Luigné et de Cizay-la-Madeleine (Maine-et-Loire) », Revue archéologique de l’Ouest, 30, p. 113-142.

Maguer P., 2022, L’architecture des bâtiments dans l’ouest de la Gaule (ixe s.-ier s. av. n. è.), thèse de 3 cycle, université de Tours, vol. 1, 399 p.

Maguer P., Landreau G., Dupont C., Martin H., Bardot X., Pouponnot G., Briand D. et Duval A., 2009, « L’habitat littoral des Ormeaux à Angoulins (Charente-Maritime). Activités vivrières et salicoles entre marais et océan », dans Bertrand I., Duval A., Gomez de Soto J. et Maguer P. (dir.), Les Gaulois entre Loire et Dordogne. Actes du XXXIe colloque international de l’AFEAF (Chauvigny, 17-20 mai), Association des publications chauvinoises, Mémoire XXXIV, p. 57-102.

Maguer P., Landreau G. et Martignole L., 2011, « West Salt Story. Les sauneries gauloises du littoral charentais », Archéopages, 31, p. 14-21.

Maitay C., Marchadier É. et Béhague B., 2009, « Entre traditions locales et apports exogènes : évolution et singularités de la céramique du premier âge du Fer et de La Tène A ancienne entre Loire et Dordogne », dans Bertrand I., Duval A., Gomez de Soto J. et Maguer P. (dir.), Les Gaulois entre Loire et Dordogne. Actes du XXXIe colloque international de l’AFEAF (Chauvigny, 17-20 mai), Association des publications chauvinoises, Mémoire xxxiv, p. 307-340.

Maitay C., 2010, Les céramiques peintes préceltiques, la peinture sur vases aux âges des métaux dans l’ouest de la France, Rennes, Presses universitaires de Rennes (Archéologie & Culture), 245 p.

Maitay C. (dir.), 2013, Mignaloux-Beauvoir (Vienne), Les Magnals : Des témoins d’activités métallurgiques du second âge du Fer en territoire picton, rapport final d’opération, Bègles, Inrap Nouvelle-Aquitaine et outre-mer, 91 p.

Maitay C., 2022, « Chapitre 1 : Caractéristiques des habitats palissadés et structures agricoles dans le centre-ouest », dans Maitay C., Marcigny C. et Riquier V. (dir.), L’Habitat rural du premier âge du Fer. Enclos palissadés de l’Atlantique à la Moselle, Actes de la table ronde organisée à l’École de Louvre (Paris, 31 mars 2017), Paris, Inrap/CNRS (Recherches archéologiques, 21), p. 37-65.

Marchadier É., 2005, « Premier âge du Fer en Saintonge et Aunis. Étude typochronologique du mobilier céramique », Recherches archéologiques en Saintonge et Aunis, 17, 155 p.

Mare É. (dir.), 2021, Piriac-sur-Mer (Loire-Atlantique), Route de Guérande 2, Enclos et four à sel de la transition Hallstatt/La Tène, enclos de La Tène finale, rapport final d’opération, Cesson-Sévigné, Inrap Grand Ouest, 143 p.

Mare É. (dir.), 2023, Guérande (Loire-Atlantique), Chemin des Gabelous : Nécropole de l’âge du Bronze et du Fer, activité de saunerie du premier âge du Fer, hydraulique gallo-romain, et moulin du second Moyen Âge, rapport final d’opération, Cesson-Sévigné, Inrap Grand Ouest, 220 p.

Menez Y. (dir.), 1996, Une ferme de l’Armorique gauloise, Le Boisanne à Plouër-sur-Rance (Côtes-d’Armor), Documents d’archéologie française, 58, 267 p.

Menez Y., 2009, Le camp de Saint-Symphorien à Paule (Côtes-d’Armor) et les résidences de l’aristocratie du second âge du Fer en France septentrionale, thèse de doctorat, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 559 p., 548 fig.

Menez Y. (dir.), 2018, Céramiques gauloises d’Armorique. Les dessiner, les caractériser, les dater, Rennes, Presses universitaires de Rennes (Archéologie & Culture), 492 p.

Milcent P.-Y., 2004, Le premier âge du Fer en France centrale, Société préhistorique française, Mémoire xxxiv, 2 vol., 718 p.

Mohen J.-P. et Bailloud G., 1987, L’âge du Bronze en France 4 : La vie quotidienne. Les fouilles du Fort-Harrouard, Paris, 242 p.

Nillesse O. (dir.), 2000, Benet (Vendée), Les Teuilles, rapport final d’opération, Cesson-Sévigné, Afan Grand Ouest, 3 vol.

Nillesse O. (dir.), 2011, Mervent (Vendée), Rue de la Chalanderie. L’agglomération de hauteur des âges du Fer de Mervent et ses remparts, rapport final d’opération, Cesson-Sévigné, Inrap Grand Ouest, 2 vol.

Nillesse O. (dir.), 2013, Chacé (Maine-et-Loire), ZAC des Rogelins. Silos de La Tène A2 et établissement rural du Haut-Empire, rapport final d’opération, Cesson-Sévigné, Inrap Grand Ouest, 312 p.

Nillesse O., Briand F., Manson A.-L. et Vissac C., 2014, « L’agglomération fortifiée de hauteur de la fin du premier âge du Fer de Mervent (Vendée) et la typochronologie de la céramique du premier âge du Fer dans les Pays de la Loire et les Deux-Sèvres », Aquitania, 30, p. 61-102.

Pétorin N. (dir.), 2008, Mesquer (Loire-Atlantique), Promota, rapport final d’opération, Cesson-Sévigné, Inrap Grand Ouest, 60 p.

Pirault L. (dir.), 2016, Mazières-en-Mauges (Maine-et-Loire), L’Appentière, rapport final d’opération, Cesson-Sévigné, Inrap Grand Ouest, 112 p.

Pirault L. (dir.), 2019a, Piriac-sur-Mer (Loire-Atlantique), Route de Guérande, rapport final d’opération, Cesson-Sévigné, Inrap Grand Ouest, 240 p.

Pirault L. (dir.), 2019b, Guérande (Loire-Atlantique), ZAC de La Maison Neuve, zone A, rapport final d’opération, Cesson-Sévigné, Inrap Grand Ouest, 2 vol. (214 p., 178 p.).

Prilaux G., 2000, La production du sel à l’âge du Fer : contribution à l’établissement d’une typologie à partir des exemples de l’autoroute A16, Protohistoire européenne, 5, 109 p.

Quilliec B., 2007, L’épée atlantique : échanges et prestiges au bronze final, Société préhistorique française, XLII, 172 p.

Riquier V., Maitay C., Leroy-Langelin E. et Maguer P., 2018, « Maisons et dépendances à l’âge du Fer dans le nord et l’ouest de la France du premier âge du Fer au début de La Tène (1) », dans Villard-Le Tiec A., Menez Y. et Maguer P. (dir.), Architectures de l’âge du Fer en Europe occidentale et centrale, Actes du XLe colloque international de l’AFEAF (Rennes, 4-7 mai 2016), Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 277-305.

Séris D. (dir.), 2023, La Baule-Escoublac (Loire-Atlantique), Avenue Joliot-Curie, Boulevard Auguste-Caillaud, Allée de la Masse, rapport final d’opération, Cesson-Sévigné, Inrap Grand Ouest, 2 vol.

Simier B. (dir.), 2015, Riantec (Morbihan). Une occupation diachronique continue du Néolithique moyen à la Seconde Guerre mondiale, rapport final d’opération, Cesson-Sévigné, Inrap Grand Ouest, 401 p.

Tanguy D., Cherel A.-F. et Le Rest G., 2000, « Le site d’habitat de l’âge du Fer de Kerven Teignouse à Inguiniel (Morbihan) », Revue archéologique de l’Ouest, 17, p. 143-173.

Tessier M., 1967, « Découverte des nouveaux briquetages de l’Épinette en Préfailles », Annales de Bretagne, LXXIV, p. 99-106.

Tessier M., 2004, Les origines de l’exploitation du sel en Loire-Atlantique, Pays de Retz et Pays de Guérande, Société nantaise de Préhistoire, 11 p.

Texier B., 1990, « Les fours à sel protohistoriques du site de l’église à Esnandes (Charente-Maritime) dans leur contexte géographique et archéologique », Aquitania, 8, p. 7-24.

Viau Y. (dir.), 2000, Chanzeaux (Maine-et-Loire), La Coulée de Fruchaud, rapport final d’opération, Autoroute A87 Angers-Mortagne-sur-Sèvre, Cesson-Sévigné, Inrap Grand Ouest, 43 p.

Viau Y. (dir.), 2007, Beauvoir-sur-Mer (Vendée), Le Pontreau 2, rapport final d’opération, Cesson-Sévigné, Inrap Grand Ouest, 277 p.

Vivet J.-B., 2007, « La production de fer protohistorique en Haute-Bretagne d’après les résultats des prospections, des fouilles d’ateliers et des analyses archéométriques », dans Milcent P.-Y. (dir.), L’économie du fer protohistorique : de la production à la consommation du métal, Acte du XXVIIIe colloque de l’AFEAF (Toulouse, 20-23 mai 2004), Aquitania, supplément no 14/2, p. 63-84.

Haut de page

Notes

1 US 117 et 126 : Datation ETH-37245 et Lyon-7754 : âge radiocarbone = 2445 +/- 30 BP ; âge calibré (2 sigma) = Cal BC 752 à 410 (Cal BP 2701 à 2359).

2 Les résultats de cette étude complétée en vue de publication seront présentés dans un ouvrage portant sur le pays de Retz au second âge du Fer (Bellanger, à paraître).

3 Datation ETH-39502 : âge radiocarbone = 2520 +/- 30 BP ; âge calibré (2 sigma) = Cal BC 790 à 541 (Cal BP 2739 à 2480).

4 Datation ETH-39503 : âge radiocarbone = 2480 +/- 30 BP ; âge calibré (2 sigma) = Cal BC 768 à 415 (Cal BP 2717 à 2364).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Guérande, « Parc Savari ». Localisation géographique et géomorphologie du site. / Figure 1: Location map and site geomorphology.
Crédits DAO : P. Bellanger.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/9520/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 2 : Guérande, « Parc Savari ». Coupes stratigraphiques du vallon. / Figure 2: Stratigraphic sections of the valley.
Crédits DAO : P. Bellanger.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/9520/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre Figure 3 : Guérande, « Parc Savari ». Plan du site et de ses axes viaires. / Figure 3: Map of the site and its axes.
Crédits DAO : P. Bellanger.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/9520/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Figure 4 : Guérande, « Parc Savari ». Plan et coupes de l’enclos 1. / Figure 4: Map and sections of the enclosure 1.
Crédits DAO : P. Bellanger.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/9520/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 405k
Titre Figure 5 : Guérande, « Parc Savari ». Plan interprété de la zone d’habitat. / Figure 5: Interpreted settlement plan.
Crédits DAO : P. Bellanger.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/9520/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Figure 6 : Guérande, « Parc Savari ». Les grands bâtiments. / Figure 6: The larger buildings.
Crédits DAO : P. Bellanger.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/9520/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Figure 7 : Guérande, « Parc Savari ». Les bâtiments de taille moyenne. / Figure 7: The medium-sized buildings.
Crédits DAO : P. Bellanger.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/9520/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 8 : Guérande, « Parc Savari ». Les petits bâtiments. / Figure 8: The small buildings.
Crédits DAO : P. Bellanger.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/9520/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Figure 9 : Guérande, « Parc Savari ». Les structures de chauffe allongées. / Figure 9: The elongated heating structures.
Crédits DAO : P. Bellanger.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/9520/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 902k
Titre Figure 10 : Guérande, « Parc Savari ». Le foyer 568. / Figure 10: The firepit 568.
Crédits Cliché : P. Bellanger.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/9520/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 11 : Guérande, « Parc Savari ». Les vestiges de l’atelier de production salicole. / Figure 11: The remains of the salt production workshop.
Crédits DAO : P. Bellanger.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/9520/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Figure 12 : Guérande, « Parc Savari ». Les catégories céramiques. / Figure 12: The pottery categories.
Crédits DAO : J. Cornec, Inrap.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/9520/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Titre Figure 13 : Guérande, « Parc Savari ». Mobilier céramique retenu pour l’étude : formes basses, catégories 1 à 7. / Figure 13: Ceramics selected for study: shallow vessels, categories 1 to 7.
Crédits DAO : J. Cornec, Inrap.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/9520/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Figure 14 : Guérande, « Parc Savari ». Mobilier céramique retenu pour l’étude : formes hautes, catégories 8 à 12. / Figure 14: Ceramics selected for study: high vessels, categories 8 to 12.
Crédits DAO : J. Cornec, Inrap.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/9520/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Figure 15 : Guérande, « Parc Savari ». Mobilier céramique retenu pour l’étude : formes hautes, catégories 13 à 15 et hauts cols. / Figure 15: Ceramics selected for study: high vessels, categories 13 to 15 and high necks.
Crédits DAO : J. Cornec, Inrap.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/9520/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 16 : Guérande, « Parc Savari ». Les fonds et les décors. / Figure 16: The bases and the decors.
Crédits DAO : J. Cornec, Inrap.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/9520/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Titre Figure 17 : Guérande, « Parc Savari ». Le petit mobilier en terre cuite. / Figure 17: The small terracotta artefacts.
Crédits DAO : J. Cornec, Inrap.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/9520/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Figure 18 : Guérande, « Parc Savari ». Les moules de bronzier. / Figure 18: The bronze moulds.
Crédits DAO : J. Cornec, Inrap.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/9520/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 19 : Guérande, « Parc Savari ». Les tuyères. / Figure 19: The nozzles.
Crédits DAO : J. Cornec, Inrap.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/9520/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Titre Figure 20 : Guérande, « Parc Savari ». Les piliers trompettes et les boudins de calage. / Figure 20: The trumpet pillars and cushioning coils.
Crédits DAO : J. Cornec, Inrap.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/9520/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 727k
Titre Figure 21 : Guérande, « Parc Savari ». Exemples de godets. / Figure 21: Cup examples.
Crédits DAO : J. Cornec, Inrap.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/9520/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 22 : Guérande, « Parc Savari ». Les briquetages inédits. / Figure 22: The unpublished briquetage.
Crédits DAO : J. Cornec, Inrap.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/9520/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 23 : Guérande, « Parc Savari ». Le mobilier lithique. / Figure 23: The lithic artefacts.
Crédits DAO : J. Cornec, Inrap.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/9520/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 24 : Guérande, « Parc Savari ». La stèle. / Figure 24: The stele.
Crédits DAO : J. Cornec, Inrap.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/9520/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 25 : Guérande, « Parc Savari ». Proposition de phasage et organisation générale de l'établissement de la transition Hallstatt final-La Tène ancienne. / Figure 25: Proposal for phasing and general organisation of the late Hallstatt-Early La Tène transition settlement.
Crédits DAO : P. Bellanger, Inrap.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/9520/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 586k
Titre Figure 26 : Guérande, « Parc Savari ». Comparaison des plans du Parc Savari et de sites régionaux et extrarégionaux datés du Hallstatt à La Tène ancienne. / Figure 26: Comparison of the plans of Parc Savari and regional and extraregional sites dating from the Hallstatt to the early La Tène.
Crédits DAO : P. Bellanger, Inrap.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/9520/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 641k
Titre Figure 27 : Guérande, « Parc Savari ». Plan de répartition du mobilier protohistorique. / Figure 27: Distribution map of the protohistoric artefacts.
Crédits DAO : P. Bellanger, Inrap.
URL http://journals.openedition.org/rao/docannexe/image/9520/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 550k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Bellanger et Joël Cornec, « Activités saunières et artisanat des alliages cuivreux à la transition des deux âges du Fer sur le littoral atlantique : le Parc Savari à Guérande, Loire-Atlantique »Revue archéologique de l'Ouest [En ligne], 40 | 2024, mis en ligne le 28 mai 2024, consulté le 11 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rao/9520 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11qyg

Haut de page

Auteurs

Patrick Bellanger

Responsable de recherches archéologiques, Inrap Grand-Ouest

Articles du même auteur

Joël Cornec

Responsable de recherches archéologiques, Inrap Grand-Ouest

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search