Navigation – Plan du site

AccueilPrésentationSoumettre un manuscrit

Soumettre un manuscrit

Manuscrits

La Revue archéologique de l'Ouest publie des travaux originaux concernant l'archéologie des époques préhistoriques, protohistoriques et historiques, dans le nord-ouest de la France (Bretagne, Normandie et Pays de la Loire).

La revue accepte des contributions comprenant environ 100 000 signes typographiques (espaces et bibliographie comprises) illustrés de 15 figures au maximum.

La revue préconise la publication d’articles de synthèse régionaux ou interrégionaux ou d’études monographiques portant sur des sujets inédits dont l’importance justifie publication. Dans cet esprit, toute proposition de dossiers thématiques est bienvenue. Toutefois, des notes brèves apportant un éclairage sur des sujets particuliers sont également examinées. Une place est par ailleurs réservée aux comptes rendus de lecture.

Les articles n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs, aussi bien pour les idées émises que pour les éventuels litiges (notamment ceux pouvant résulter de l’utilisation de documents). Il appartient donc aux auteurs de s’assurer de la reproductibilité des documents proposés et de faire leur affaire de toute négociation utile en la matière.

Toutefois, conformément aux préconisations du Conseil national de la recherche archéologique, la Revue précise qu’elle n’accepte pas la publication de mobilier non déclaré ou issu d’opérations clandestines.

L'acceptation des manuscrits est subordonnée à l'avis (technique et scientifique) d'un Comité de Rédaction, après examen par au moins deux rapporteur(e)s dont l’un(e) extérieur(e) au Comité.

Des “propositions préliminaires” de contributions peuvent être faites à tout moment, de manière à mieux cerner les caractéristiques du manuscrit avant son élaboration, le Comité de Rédaction souhaitant développer aussi en amont que possible un dialogue constructif avec les auteurs.

Soumission du manuscrit

Tout manuscrit proposé doit être adressé en format numérique au secrétariat de rédaction : Cyril Marcigny (cyril.marcigny@orange.fr).

Le texte doit être présenté en caractères 11, avec un interligne de 1,5 au minimum. Les figures doivent être fournies dans un dossier séparé du texte.

Évaluation des manuscrits

Tous les manuscrits sont examinés par deux évaluateurs (un membre du comité de rédaction et un chercheur externe) dont la compétence est reconnue dans le domaine relatif à l'article.

L’avis scientifique des rapporteurs consultés par le comité de lecture est transmis à l’auteur dès réception, accompagné d’un avis technique du secrétariat de rédaction (en cas d’avis négatif, celui-ci est argumenté).

Les auteurs sont seuls responsables des idées émises sous leur signature, mais le comité de lecture se réserve la possibilité de refuser la publication de contributions qui contreviendraient à la Loi ou à la déontologie.

Le secrétaire de rédaction communiquera à l'auteur principal les révisions à effectuer selon les recommandations des évaluateurs.

Un manuscrit n’est à considérer comme « accepté » qu’après accord du secrétariat de rédaction sur sa version définitive.

  • Le comité de lecture arrête le sommaire de la revue environ quatre mois avant la date de parution, en fonction des dates de soumission et d’acceptation des manuscrits, mais aussi en respectant un certain équilibrage thématique et territorial pour chaque livraison, ainsi que les contraintes de la mise en page.

  • S’il doit être reporté, un article accepté devient prioritaire pour le numéro suivant ; il peut être dès lors considéré comme « à paraître » et cité comme tel en bibliographie.

Préparation des manuscrits

Texte

Le titre sera bref, mais explicite, accompagné des nom(s) et prénom(s) non abrégé(s) du (ou des) auteur(s). Leur(s) qualité(s), appartenance(s) institutionnelle(s) et adresse(s) de contact scientifique devront apparaître en note de bas de page.

Dans le titre, le nom d’un site doit toujours être accompagné de celui de la commune avec indication entre parenthèses et en toutes lettres du département [ex. (Calvados) plutôt que (14)]. L’utilisation du numéro de département est aussi déconseillé dans le texte, sauf exception (par ex. pour raison de place dans un tableau).

Des sous-titres devront structurer le texte autant que nécessaire mais sans excès, sans aller au-delà de trois niveaux.

Le texte courant sera précédé :

  • d'un résumé, bref mais réellement informatif (document fondamental, car destiné à être repris dans les bases de données indexant la revue) ;

  • de mots-clés (10 au maximum, choisis avec soin pour leur pertinence, pour la même raison que ci-dessus).

Le texte sera suivi :

  • d'une bibliographie présentée selon les normes indiquées ci-après, reprenant tous les appels du texte (et, sauf exception, eux seuls) ;

  • d’une liste des légendes des figures, qui devront rappeler le site ou le sujet général concerné, être brèves mais explicites, et comporter les "crédits d’illustration" (noms de leurs auteurs et/ou « sources éventuelles »)

Les notes infrapaginales.

  • Les appels de note dans le texte doivent apparaître en exposant.

  • Placer l’appel de note avant la ponctuation ou le guillemet fermant la citation.

  • Les notes de bas de page doivent être réduites au minimum indispensable. Elles ne doivent pas être utilisées pour des renvois bibliographiques (insérés dans le texte, cf. ci-dessous).

Les appels bibliographiques.

  • Les appels bibliographiques doivent être intégrés dans le texte sous la forme (auteur, date, p. xx). Au-delà de deux auteurs, adopter la forme suivante (auteur principal et al. date, p. xx). Si un même auteur apparaît plusieurs fois avec des références distinctes pour une même année, ajouter a, b… à l’année. Par exemple : (Dupont, 1988, p. 25) ; (Dupont et Martin, 1997, p. 18-24) ; (Dupont et al., 2003, p. 1-3) ; (Dupont 1989a, p. 2) ; (Dupont 1989b, p. 28).

  • Dans le cas où plusieurs appels bibliographiques se succèdent entre deux parenthèses, les séparer par des points virgule et les ordonner du plus ancien au plus récent.

  • Les références d'auteurs et œuvres antiques doivent apparaître de la façon suivante : Ovide, Tristes IV, 1, 29. Le cas échéant, utiliser les abréviations en usage dans le Gaffiot ou le Bailly. Exemple : Il forme un site clé, peut-être l'antique Vada (Tac., H. V, 20-21).

Appels de figures et de tableaux.

  • Numéroter en continu les figures (chiffres arabes) d’une part, et les tableaux, de l’autre (en chiffres romains).

  • Les appels de figures et de tableaux doivent apparaître sous la forme suivante (fig. 1) ou (tabl. I).

  • la notion de "planches" (pl.) est à réserver uniquement à d'éventuels documents hors-texte

Traductions.

  • Le titre de l'article, le résumé, les mots-clés et les légendes des figures devront être traduits en langue anglaise.

  • Les traductions fournies par les auteurs seront vérifiées par un spécialiste anglophone avant publication (si le sujet s'y prête, des traductions dans une seconde langue sont éventuellement envisageables).

Illustrations

La RAO accepte les illustrations en couleurs si le sujet et/ou la qualité des documents le justifient.

Pour les illustrations au trait, veiller particulièrement aux points suivants :

  • Qualité du trait (densité, épaisseur constante, précision des raccords) ;

  • Respect des normes habituelles en matière de dessin archéologique ;

  • Échelle graphique (et nord sur les plans) ; proscrire les mentions d'échelle chiffrée dans les légendes (les nécessités du montage peuvent amener à changer le taux de réduction ;

  • Contraste suffisant entre trames : une différence de densité de 20 % entre deux plages (soit 4 niveaux de gris entre le blanc et le noir) est le "minimum de confort" pour le lecteur ;

  • Typographie homogène, discrète et lisible (police et taille) ; limiter au maximum les incrustations de texte dans les figures, sources de problèmes lors des transferts et renvoyer les commentaires dans la légende-texte (en DAO, veiller à regrouper la typographie sur un "calque" distinct) ;

  • Proscrire les “bricolages” électroniques (combinaisons de trop nombreux documents issus d’applications différentes) ;

  • Attention aux effets de la réduction : traits trop minces, les lettres trop petites illisibles, trames trop fines empâtées ou "moirées". Avec Illustrator, les traits doivent avoir une épaisseur minimale de 0,25 point ; éviter d’utiliser la fonction “adapter les épaisseurs”.

  • Respecter les justifications : le respect des normes est impératif :

    1. La RAO est imprimée au format 21,5 × 28 cm, sur deux colonnes.

    2. Les justifications sont les suivantes : hauteur de page : 23 cm ; largeur de page : 17,5 cm ; largeur de colonne : 8,5 cm.

    3. Ne pas oublier que, pour les figures, ces justifications incluent l’emplacement de la légende.

Pour la composition des figures :

  • prévoir une carte de localisation du (ou des) site(s) étudié(s) en tête de l'article ;

  • être sélectif : un article ne peut reprendre la totalité de la documentation d'un rapport de fouille.

  • un filet peut entourer les figures, mais éviter de matérialiser la page elle-même ;

  • proscrire tout débordement du cadre virtuel de la justification : un simple bout de trait qui déborde "casse" la mise en page et/ou impose un taux de réduction plus élevé ;

  • éviter les taux de réduction et les orientations disparates ;

  • éviter les planches "à l’italienne" (pleine page en largeur), difficiles à consulter dans un volume monté "à la française".

Rappel de quelques règles pour l'élaboration des manuscrits

Points cardinaux, noms géographiques, noms étrangers :

  • Les points cardinaux prennent une majuscule lorsqu’ils désignent une région, mais pas quand ils expriment une direction : la France du Nord, le Midi méditerranéen, mais le nord de la France, une tombe ouverte à l’est. Leurs abréviations se mettent en majuscules, sans points : N ; S ; E ; O (éviter le W) ; S-O ; E-N-E.

  • Communes, départements et régions prennent des majuscules et traits d’union : la Haute-Normandie, la Loire-Atlantique, La Trinité-sur-Mer, mais pas les noms d’entités géographiques : le val de Loire. Les noms de lieudits prennent des majuscules mais pas de traits d’union : La Grée de Cojou. Attention : la région « Pays de la Loire » s’écrit sans trait d’union [norme INSEE].

  • Cas particulier des hagionymes : Saint-Pierre-de-Plesguen (commune) ; Saint-Pierre des Olivettes (lieudit). L’abréviation St. peut s’employer pour un toponyme (St. Malo), mais jamais pour un personnage.

  • Les noms étrangers s’écrivent en italique et, sauf usage contraire avéré, l’Académie française recommande d'en former les pluriels “à la française” : des tumulus (et non tumuli), des Dreikanters, des tombolos, etc.

Noms de peuples, de personnes et d'institutions :

  • Ils prennent une majuscule quand ils sont employés substantivement, pas quand ils sont adjectivés : les Néanderthaliens, les Préhistoriques, les Néolithiques, les Volques Tectosages, les Carolingiens, mais : le faciès néanderthalien, la population néolithique, la dynastie carolingienne.

  • Joseph Déchelette (et non DECHELETTE), le potier Aetius, saint Corentin.

  • abréviations françaises : Monsieur : M. (et non Mr.) ; Madame : Mme ; Mademoiselle : Mlle ; Maître : Me ; Docteur : Dr ; Professeur : Pr.

  • Dans les noms d'institutions, les majuscules se limitent au(x) nom(s) signifiant(s) : la sous-direction de l’Archéologie, la Société préhistorique française, le Groupe vendéen d’Études préhistoriques (dans toute la mesure du possible, respecter l'accentuation : utiliser la fonction "Majuscules accentuées").

  • Les sigles ne prennent plus de points entre les lettres : CNRS, INRAP, SOM, RRBP.

  • Les universités se désignent par un chiffre arabe sans article : université Paris 4 (et non Paris IV) ; université Rennes 2 (et non de Rennes II)

Sciences naturelles, époques et cultures archéologiques, etc. :

  • Les embranchements, ordres, genres et étages géologiques (substantifs) prennent une majuscule s’ils désignent l’entité systématique. Par contre, l’espèce, en général sous forme adjectivale, ne prend pas de majuscule : les Carnivores, les Graminées, le Crétacé, le Cerf élaphe, le Chêne rouvre.

  • Les noms latins se mettent en italique sans article : chez Canis familiaris, la dentition… ; l'épillet de Triticum spelta, la disparition d'Elephas primigenius.

  • Les noms d’os d’origine latine restent en style standard, sans majuscule : le calcaneum.

  • Roches et minéraux ne prennent pas de majuscules : un basalte à olivine ;

  • Noms d'époques et de cultures prennent une majuscule quand ils évoquent un contenu d’histoire et la perdent s’ils sont adjectivés : le Quaternaire, le Néolithique moyen, le premier âge du Fer (ou Âge du Fer, mais jamais Âge du fer !), l'art de La Tène finale, le Haut-Empire, l’Antiquité tardive, le haut Moyen Âge, le Moyen Âge, les Temps modernes, la culture de Cerny, le Rubané récent, les Chasséens, mais l’ère quaternaire, un silex crétacé, une poterie néolithique, la culture chasséenne.

Dates et chiffres, espacements :

  • Les dates s’écrivent le plus souvent en abrégé et en chiffres : 3500 BP, 79 apr. J-C ou 79 de n. è., 180 av. J.-C. ou 180 av. n. è. Millénaires et siècles se notent en chiffres romains et en petites capitales, avec la mention ordinale en exposant : iiie mill. av. J-C, iie s. de n. è., xvie s.

  • Abréviations : premier : 1er ; première : 1re ; deuxième : 2e ; deuxièmement : 2° ; p. 45.

  • Attention à bien distinguer : p. 25 - 32 = pages 25 à 32 ; p. 25, 32 = pages 25 et 32.

  • Les chiffres s’espacent par tranches de trois (blancs insécables), au moins à partir du 5e : 2500 (ou 2 500) ; 25 000 ; 1 250 000 ;

  • Les coefficients de réduction se notent simplement avec une barre : 1/500 (et non 1/500e)

  • Les unités de mesure s’abrègent sans point et sans prendre le pluriel : 2 m ; 3 m2 ; 3,5 km ; 45 ha ;

  • Sauf pour les énumérations et les valeurs trop longues à transcrire, les chiffres se donnent en lettres dans un texte courant ; les abréviations doivent rester cohérentes : 3 m ou trois mètres, mais ni 3 mètres ni trois m.

  • Pas de blanc avant les signes de ponctuation “simples” (. , ) ; blanc insécable avant les signes “doubles” ( ; : ! ?) et.” ; blanc simple avant et blanc insécable après pour - et “ ; blanc simple avant et après les ( ) et [ ] (pas de blanc entre ces signes et leur contenu).

  • Dans les abréviations, on met un blanc s'il s'agit de deux mots distincts, pas s'il s'agit d'un seul : 1 m, mais 1er.

Et pour terminer, quelques pièges à éviter :

  • Le Radiocarbone (carbone 14) se note 14C selon la nomenclature des physiciens.

  • Aurochs prend un s même au singulier (le mot dérive de l'allemand Ur-Ochs : bœuf primitif).

  • Ne pas confondre la tâche d'un tâcheron avec une tache d'encre.

Tableaux - Figures – Équations

Les tableaux ne sont pas recomposés mais saisis directement ; les traiter comme des illustrations au trait (avec filets, cellules graissées ou surlignées en tant que de besoin).

  • Il est en général préférable d'avoir davantage de lignes que de colonnes.

  • Éviter aussi bien la prolifération de "micro-tableaux" ne présentant chacun que quelques données que les "pavés" de chiffres pleine page.

  • Les réaliser avec Excel, ou Word en tabulation texte (éviter la fonction "Tableau" de Word).

Les photographies doivent être de bonne qualité et soigneusement retravaillées (cadrage, détourage des objets…). Fournir, au format souhaité les fichiers au format tiff avec une bonne résolution (300 dpi minimum) et dans le mode colorimétrique adéquat (illustrations en niveaux de gris ou en CMJN si elles sont destinées à une impression couleur). Sont donc à proscrire les documents en RVB et les documents à basse résolution (inutile de transformer une image 72 dpi en 300 dpi, le mal est fait). En cas d'impossibilité absolue de fournir des documents numérisés, adresser des épreuves sur papier blanc brillant ou de très bonnes diapositives pour les photos, des originaux, bromures ou très bonnes reprographies pour les documents au trait.

Remerciements

La partie des remerciements devra mentionner seulement les personnes (ou organismes) qui ont contribué de manière concrète aux aspects scientifiques, techniques et financiers de l'étude ainsi qu'à l'amélioration de la présentation.

Références – bibliographie

L'exactitude de tous les éléments contenus dans les références relève de la responsabilité de l'auteur. Dans le texte, les renvois doivent être indiqués à l'aide du nom de l'auteur et de l'année de publication. Par exemple, un texte de D. Martin et H. Mann publié en 1999 sera ainsi noté : Martin et Mann (1999) ou (Martin et Mann, 1999) selon la structure de la phrase. Lors d'une énumération, les références doivent être séparées par un point-virgule. La locution et al. suivant le nom de l'auteur principal est utilisée seulement dans le cas où une référence compte plus de deux auteurs.

Éléments obligatoires pour toute bibliographie : le prénom abrégé et le nom de l’auteur, le titre de l’ouvrage ou de l’article, la ville d’édition et l’éditeur pour les ouvrages, la collection pour les périodiques, l’année d’édition, la pagination. Il va de soi que la bibliographie ne fournit que les références explicitement appelées dans le texte.

La bibliographie se construit en dressant une liste des références citées, dans l’ordre alphabétique des auteurs et pour chaque auteur par ordre chronologique de ses publications.

Si l’ouvrage évoqué est une réédition d’un ouvrage ancien, citer la date de la première édition entre crochets après la date de la réédition.

Ouvrages

  • Bastard G., 1880, Saint-Nazaire, son histoire, les découvertes du bassin de Penhoët, le Portus Brivates des Romains, Nantes, Grimaud, 46 p.

  • Serna V. (dir.), 2013, Le Cher. Histoire et archéologie d’un cours d’eau, Tours, FERACF, 326 p. (43e supplément à la Revue archéologique du Centre de la France).

Rapport de fouille

  • Viau Y. (dir.), 2010, Ancenis, Zac de la Savinière zone 5. Un village ligérien du Bronze à La Tène, rapport final d’opération, Cesson-Sévigné, Inrap Grand-ouest, vol. 1, 357 p.

Contribution à un ouvrage, à des actes de colloque

  • Dumont A., 2010, « Franchir les fleuves : le pont, point de passage obligé. L’exemple de la Loire à l’époque gallo-romaine », dans Le Bihan J.-P., Guillaumet J.-P. (dir.), Routes du monde et passages obligés, Actes du colloque international organisé à Ouessant (27-28 septembre 2007), Quimper, Centre de recherche archéologique du Finistère, p. 193-221.

Article dans une revue périodique

  • Kerviler R., 1882, « Les Vénètes, César et Brivates Portus », Bulletin de la Société archéologique de Nantes et du département de la Loire-Inférieure, 22, p. 5-46.

  • Nauleau J.-F., 2016, « Les tuiles et les briques au Moyen Âge en Pays de la Loire : un état de la question, Revue archéologique de l’Ouest, 33, p. 277-310.

Thèses et travaux universitaires

  • Ambert M., 1973, Géomorphologie de l’étang de Berre, thèse de 3e cycle, université d’Aix-Marseille, 460 p.

Document numérique

  • Citation d’un site internet ou d’un document numérisé figurant sur un site internet : Nom de l’Auteur, Prénom, année, références bibliographiques, document en ligne, consulté le (date) : [adresse internet].

ATTENTION !

Dans le cas d’une référence comprenant plus de deux auteurs appelée dans le texte sous la forme (1er auteur et al., Année), il est nécessaire de nommer l’ensemble des auteurs en bibliographie générale. Cette remarque vaut pour l’ensemble des références bibliographiques (ouvrages, rapports de fouille, article, etc.)

Exemple pour la référence (Blanchet et al. 2017) appelée dans le texte :

  • Blanchet S., Nicolas T., Fily M., 2017, « L’habitat et l’occupation du sol : premier bilan synthétique pour la Bretagne », dans Carozza L., Marcigny C., Talon M. (dir.), L’habitat et l’occupation des sols à l’âge du Bronze et au début du premier âge du Fer, Inrap/CNRS Éditions, Paris (Recherches archéologiques 12), p. 79-93.

Acceptation du manuscrit

Après avoir donné suite aux éventuelles observations du Comité de Lecture, l’auteur fournira dans les meilleurs délais une version papier accompagnée de sa saisie numérisée comprenant :

  • Un fichier "texte principal" (de préférence en Word), sans mise en forme de paragraphes ni tabulations (les alinéas, italiques, gras et capitales sont seuls admis) et rassemblant, dans l'ordre, tous les éléments devant être composés "à la suite" : le titre, le(s) nom(s) d'auteur(s), le résumé, les mots-clés, le texte courant, la bibliographie.

  • Un fichier "légendes" (au même format que le précédent) et rassemblant la liste des figures, puis la liste des tableaux (ne pas oublier de les créditer).

  • Un fichier par tableau ou illustration. Chaque document doit être clairement identifié (par son n° de fig., de tableau ou de planche).

Épreuves et tirés à part

Une fois le texte accepté pour publication, l'auteur recevra les épreuves pour vérification (format PDF). Lors de cette lecture vérificatrice, il est fortement suggéré de lire très attentivement l'article et de signaler toute interrogation ou correction à apporter. Il s'agit de la dernière étape avant la publication et aucune correction supplémentaire ne pourra être effectuée par la suite. Les épreuves doivent être retournées dans la semaine qui suit leur réception. Les corrections qui impliquent des changements importants par rapport à la version acceptée du manuscrit ne seront pas acceptées.

Au moment de la parution, l’auteur principal recevra le pdf de la contribution et un exemplaire gratuit de la revue.

Cession de droits

Dès la publication du manuscrit, l'auteur cèdera ses droits à l'éditeur.

Photographie pour la page de couverture

La rédaction est aussi demandeuse d’illustrations de qualité pour sa couverture, qui doivent avoir une résolution minimale de 300 ppp. Les auteurs ne recevront aucune compensation financière si leur illustration est retenue.

Contact

Adresser toute correspondance scientifique ou rédactionnelle à :
Revue archéologique de l'Ouest
Cyril Marcigny
Le Chaos,
14400 Longues-sur-Mer
cyril.marcigny@orange.fr

Adresser toute correspondance commerciale et règlements à :
Presses universitaires de Rennes
2 avenue Gaston-Berger CS 24307
35043 RENNES Cedex
pur@univ-rennes2.fr

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search