Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12Le dossier : dons et legsLes collections historiques, les ...

Le dossier : dons et legs

Les collections historiques, les dons et les legs : l’exemple de la Württembergische Landesbibliothek de Stuttgart

Christian Herrmann
Traduction de Aude Therstappen
p. 20-29

Texte intégral

Volume de la collection d’Elisabeth Friederike Sophie

(Coll. Württembergische Landesbibliothek Stuttgart)

Cliché Württembergische Landesbibliothek Stuttgart

  • 1 Löffler, Karl : Geschichte der Württembergischen Landesbibliothek, Leipzig, 1923, p. 134.
  • 2 Löffler, op. cit., p. 215.
  • 3 Löffler, op. cit., p. 215.

1« Plus les moyens se réduisent, plus l’accroissement des collections par dons et échanges prend de l’importance », estimait Karl Löffler, ancien bibliothécaire en chef de la Württembergische Landesbibliothek, résumant ainsi l’accroissement des collections de sa bibliothèque au 19e siècle1. Il fixait par là même aux dons un objectif clair : combler les lacunes des collections et en compléter les points forts. Löffler attire également l’attention des lecteurs de son essai consacré à l’histoire de la Landesbibliothek sur des titres concrets « qui ne sont pas ou plus disponibles dans le commerce et ne sauraient pour autant manquer »2. Il s’agissait aussi de compléter les publications du Wurtemberg qui ne seraient pas parvenues à la bibliothèque au titre du dépôt légal. Certains axes majeurs des acquisitions sont alors mis en évidence comme les éditions de Bibles, les catéchismes et la littérature enfantine3.

  • 4 Löffler (op. cit., p. 216) évoque le don fait par la reine Olga en 1893 d’environ 1 500 volumes en (...)
  • 5 Voir Löffler, op. cit., p. 37. Un transfert de 1 881 livres de la Bibliothèque de la cour de Ludwig (...)

2Le critère principal pour l’acceptation, voire la sollicitation, de dons et de legs est donc bien de compenser un achat non réalisé. Il peut arriver que la bibliothèque soit obligée, pour des raisons financières, de renoncer à l’achat de titres. Il est également possible que les livres attendus au titre du dépôt légal ne parviennent pas, que certains livres disparaissent à la suite de vols, de guerres ou d’autres catastrophes ou bien encore que de nouveaux axes de développement soient définis pour la collection, induisant par là de nouveaux axes d’acquisitions. Certains dons peuvent enfin se révéler inutilisables et être ensuite cédés à d’autres institutions mieux placées pour en assurer la conservation4. D’une manière générale, les dons sont surtout essentiels dans la bibliothèque où l’on pense le plus trouver les livres. C’est ainsi qu’après la Seconde Guerre mondiale, plusieurs institutions ont envoyé des livres courants et très demandés à la Landesbibliothek de Stuttgart afin de compenser ses lourdes pertes dans ces domaines. D’autres livres détruits ont également été rachetés. Il était particulièrement important de reconstituer les collections de livres en lien avec la région ou bien imprimés sur place. Ces acquisitions de remplacement de livres parus à partir de 1900 reçurent une nouvelle tranche de cote spécifique (AA à AN). La Landesbibliothek a surtout pratiqué les dons de doublons en faveur d’autres institutions dans le cadre de la sécularisation des bibliothèques de couvents. C’est la bibliothèque universitaire de Tübingen qui en fut la bénéficiaire privilégiée5.

  • 6 Carl Eugen (duc de Wurtemberg) : Fondation d’une bibliothèque publique par son Altesse Serenissime (...)
  • 7 Cote WLB Stuttgart : Ra 18 Schoe 1.
  • 8 Voir les cotes WLB Stuttgart : HB 7393 ; HB 7395.

3Mais dans le cas de la Württembergische Landesbibliothek, on trouve aussi des exemples de dons considérables qui n’en ont pas seulement augmenté les fonds, mais ont véritablement été constitutifs de leur identité. Le duc Carl Eugen de Württemberg (1728-1793) n’est pas seulement le fondateur, en 1765, de la Bibliothèque publique ducale, ancêtre de la Württembergische Landesbibliothek actuelle, mais il offrit de grandes parties de sa bibliothèque personnelle ainsi que la collection acquise par son bibliothécaire Joseph Uriot pour constituer le socle de la nouvelle institution. Carl Eugen exprime dans l’acte de fondation sa volonté de « laisser gracieusement et sans révocation possible toutes nos diverses collections de livres, de cartes, d’estampes, en sus de notre cabinet d’antiques et de médailles, comme fondement de cette bibliothèque publique »6. Les volumes de sa collection personnelle sont facilement reconnaissables par les décorations des reliures. Le monogramme CE et parfois CC a en effet été gravé avec différentes variantes et combiné avec le blason du Wurtemberg sur la couverture ou le dos de la reliure. Carl Eugen confia même à la bibliothèque publique les documents concernant les festivités de son mariage en 17487. Après l’incorporation de sa bibliothèque privée à la nouvelle institution publique, il fonda une nouvelle « Bibliothèque d’auteurs de la patrie », dévolue dans un premier temps à un usage personnel. Plus de 500 volumes reliés en maroquin rouge avec des gravures d’or rejoindront ainsi les fonds de la Landesbibliothek par l’intermédiaire de la Bibliothèque royale fondée en 1810. Certains volumes seront mêmes offerts par Carl Eugen de son vivant dès l’époque de la Bibliothèque publique ducale8. Un registre manuscrit de dons de cette dernière ne compte pas moins de 525 livres offerts par Carl Eugen pendant la période de 1765 à 1776, principalement des nouveautés.

  • 9 Catalogue de la bibliothèque de la duchesse Elisabeth Friederike Sophie von Württemberg, 1780 (Cote (...)
  • 10 Catalogue de la bibliothèque de la duchesse Magdalene Sibylle von Württemberg, 1702 (Cote WLB Stutt (...)
  • 11 À propos des manuscrits, voir Die Handschriften der Württembergischen Landesbibliothek Stuttgart / (...)

4Il faut d’ailleurs évoquer les collections provenant des fonds de souverains du Wurtemberg, qui se trouvent encore, du moins en partie, dans les collections de la Landesbibliothek. C’est ainsi que la majeure partie des livres d’Elisabeth Friederike Sophie, première femme de Carl Eugen, firent partie de sa succession et quittèrent, après sa mort en 1780, Bayreuth pour Stuttgart. Ils sont facilement identifiables grâce aux initiales gravées ou collées E. F. S9. Certaines parties anciennes de la Bibliothèque ducale intégrée témoignent également des restes de l’ancienne et importante collection de la duchesse Magdalena Sibylla (1652-1712), avec des œuvres théologiques sobrement décorées10. Après Carl Eugen, la plupart des livres des collections privées des souverains rejoignirent d’abord la Bibliothèque royale (à partir de 1886 Bibliothèque royale de la cour). Puis, à partir de 1884, les livres de la Bibliothèque royale vinrent successivement enrichir la Landesbibliothek, à commencer par les manuscrits et les incunables, jusqu’à ce que les deux bibliothèques fusionnent finalement en 1936. La question de la propriété fut définitivement réglée avec la fin de la monarchie en 1918. Il faut également mentionner les nombreux volumes précieux en provenance des couvents sécularisés (en particulier de Weingarten, Zwiefalten, Mergentheim et Wiblingen), qui vinrent à partir de 1803, en plus des livres des souverains, enrichir les fonds de la WLB. Tous ces volumes sont reconnaissables par l’élément HB dans la cote et constituent les collections les plus précieuses11.

  • 12 Cote WLB Stuttgart : Bb deutsch 1572 02.
  • 13 Cotes WLB Stuttgart : Sch.K.oct.122 ; Sch.K.oct.2186 ; Sch.K.oct.4404 ; Sch.K.qt.539 ; Gew.oct.4034
  • 14 Catalogue Reuß, cote WLB Stuttgart : Cod.hist.fol.1087. Beispielbände : Theol.qt.5600, Theol.oct.12 (...)

5En plus des collections, d’importants dons isolés arrivèrent à la bibliothèque. C’est le cas d’une Bible de Luther de 1572 qui avait appartenu à la comtesse Katharina von Ostfriesland (1539-1610) et que le Collegium Medicum de Francfort offrit en 1785 à Carl Eugen12. Le registre de dons13 des onze premières années de la Bibliothèque publique ducale contient, à côté du nom de Carl Eugen, de nombreux autres donateurs. Ce furent avant tout des personnes issues de la cour et de l’administration qui offrirent des livres comme témoignages de loyauté envers le souverain. C’est le cas des volumes ayant appartenu au peintre de la cour Nicolas Guibal (1725-1784)14. Des motivations proches ont également présidé au don posthume de la collection du chancelier de l’Université de Tübingen et professeur de théologie Jeremias Friedrich Reuß (1700-1777). Avec le recul de l’Histoire, les dons révèlent les relations changeantes entre l’ancien et le nouveau possesseur et les aspects émotionnels ainsi que les modes de représentation de la bibliothèque à l’extérieur par le biais d’affinités personnelles, de requêtes ou d’obligations.

Ex-libris de Nicolas Guibal

(Coll. Württembergische Landesbibliothek Stuttgart)

Cliché Württembergische Landesbibliothek Stuttgart

  • 15 Voir Löffler, op. cit., p. 135 ; par exemple la cote WLB Stuttgart : Theol. oct.8308 ; D.D.oct.8456 (...)
  • 16 Cote WLB Stuttgart : Ba engl. 1836 02. Wilhelm Hoffmann précise dans un autre volume (31/80030) qu’ (...)

6Certaines personnes privées donnèrent au 19e siècle, moins par loyauté envers la maison souveraine que par sens des responsabilités envers la vie culturelle de leur pays, d’importantes collections à la Landesbibliothek15 de Stuttgart. C’est le cas pour les volumes ayant appartenu au poète Ludwig Uhland (1787-1862) et que sa veuve céda en 1871 à la Landesbibliothek. C’est également celui d’une Bible anglaise de 1836 avec une dédicace du couple des princes héritiers prussiens Friedrich Wilhelm et Viktoria au superintendant général de Berlin de l’époque, Wilhelm Hoffmann (1806-1873), contenant également la mention de propriété de son fils Konrad (1867-1959), prédicateur en chef de la cour à Stuttgart et père du futur directeur de la bibliothèque Wilhelm Hoffmann (1901-1986)16. Pour une bibliothèque avec un fort ancrage régional, les livres ayant appartenu à des personnalités de la région présentent un grand intérêt, même lorsque l’institution en possède déjà d’autres exemplaires.

  • 17 Voir Löffler, op. cit., p. 216. Par ex. : Cod.theol. et philos.qt.523.
  • 18 Les « Familienpredigten » ou sermons familiaux désignent le plus souvent les sermons funèbres lus p (...)
  • 19 Sous la tranche de cotes Fam.Pr.oct.K. 21031-23195 sont actuellement catalogués douze volumes dans (...)
  • 20 http://www.ahnenforschung-kunert.de/html/landesbibliothek.html

7La valeur de collections importantes, avec de forts axes thématiques, repose sur leur unité car il devient possible de dégager des relations entre différentes thématiques participant du même thème principal. Une bibliothèque acceptera d’accueillir ces dons, car elle en attendra des informations complémentaires sur les volumes déjà en sa possession. Les collections Mohl et Krauss en sont de bons exemples. L’économiste Moritz von Mohl (1802-1888) avait constitué une collection importante de plusieurs centaines de livres d’économie et l’avait donnée en 1884 à la Landesbibliothek17. Son importance numérique n’a pas encore permis de la cataloguer. Ceci est aussi valable pour la collection de sermons familiaux18 du pasteur stuttgartois Carl Eduard Krauß (1846-1912)19, offerte à la bibliothèque en 1903 et 1909. Ces livres s’intègrent bien à une collection déjà riche en sermons familiaux grâce au dépôt légal. Toutefois la Landesbibliothek ne remplit pas ici, pour des questions de personnel, un des critères les plus importants pour l’acceptation d’un don : la capacité à intégrer chacun des titres le plus rapidement possible dans un catalogue. En ce qui concerne les sermons familiaux, il faut chercher dans un catalogue sur fiches cartonnées aux noms et à l’année de mort des personnes concernées ainsi que dans un tableau disponible sous la forme d’un fichier PDF sur Internet20.

Sermon funèbre de la collection Krauß

(Coll. Württembergische Landesbibliothek Stuttgart)

Cliché Württembergische Landesbibliothek Stuttgart

  • 21 Le Recès de la diète d’Empire est une résolution prise lors de la dernière séance de la diète d’Emp (...)
  • 22 Voir Knauß, Gregor : Auswahlkatalog der Bibliothek von Johann Friedrich Ochsenbach, Weingarten, 165 (...)
  • 23 Voir par exemple les cotes WLB Stuttgart : Elvb 142 ; Div.G.qt.443 ; Sch.K.oct.4570 ; Allg.G.oct.32 (...)

8La WLB profita aussi de manière indirecte de grands dons pour la période du 19e siècle. À la suite du Recès de la diète d’Empire de 180321, l’État du Wurtemberg abolit de nombreux couvents dans les territoires nouvellement acquis et envoya une grande partie de leurs livres à la Bibliothèque du Land et de la cour. Certaines grandes collections particulières faisaient, à l’origine, partie des bibliothèques confisquées dans les couvents, comme les livres de Johann Friedrich Ochsenbach (1608-1658) et de ses ancêtres, qui avaient rejoint en 1659 le couvent bénédictin de Weingarten22 ou encore les livres de l’humaniste Oswald von Eck, issus de la bibliothèque de l’ancien couvent de Comburg23.

Ex-libris de la famille Ochsenbach

(Coll. Württembergische Landesbibliothek Stuttgart)

Cliché Württembergische Landesbibliothek Stuttgart

9La WLB reçut également au cours du 20e siècle des dons d’autres institutions du Land, suite à des réorganisations. Ces dons étaient moins le résultat d’une habile politique d’alliances que la conséquence du statut de la WLB placée, en tant que plus importante bibliothèque du Bade-Wurtemberg, sous l’autorité directe du ministère chargé de la Science et de la Recherche. En 1971, la WLB reçut ainsi 24 600 monographies en 27 000 volumes, sans compter 71 périodiques, en provenance de la bibliothèque du Service des métiers du Land. Ce service devait alors se concentrer sur l’aide au développement de l’économie et abandonner les domaines de la technique et de l’art suivis jusque-là. Un grand nombre de livres pour bibliophiles, aux reliures luxueuses et aux illustrations coûteuses, vinrent compléter les collections régionales spécialisées de la Landesbibliothek. Il s’agit avant tout de manuels, de livres illustrés et de collections d’exemples consacrés à la formation initiale ou continue dans différentes branches de l’artisanat depuis l’industrialisation. Ces volumes ont été rassemblés sous une même cote A22 afin de conserver à cette collection son caractère homogène. Les volumes ne sont consultables que dans les salles de lecture. La plupart des dons consistent en effet en des livres fragiles, ce qui contraint la bibliothèque à en réduire l’utilisation (les in-folios sont d’ailleurs conservés dans des boîtes protectrices). Toutefois, leur catalogage informatisé se révèle lacunaire car certains projets prioritaires ont parfois contraint le personnel à remettre leur traitement à plus tard. Il faut bien reconnaître que les bibliothèques relèguent souvent le traitement des dons après celui des livres récents dans l’ordre de leurs priorités. Ceci est particulièrement vrai lorsque les donateurs n’ont lié leur don à aucune exigence particulière.

  • 24 Les livres de la collection Seckendorff se trouvent sous les cotes suivantes : HBF 6400-6999, HBF 8 (...)

10La WLB exerce de fait une fonction de dernière instance pour les bibliothèques des petites familles princières, dont les territoires ont été rattachés au Wurtemberg après 1803. Elle a un droit de préemption lors de la vente de volumes isolés et elle est le lieu d’accueil privilégié de ces livres lors de la liquidation de bibliothèques entières. Ce fut le cas en 1986 lors de la liquidation de la bibliothèque du château de la famille des Seckendorff à Unterdeufstetten. Environ 800 volumes, en majorité des livres anciens, rejoignirent l’inventaire de la WLB. Les livres rares et les Bibles vinrent enrichir les collections spécialisées. Toutefois, le catalogage du reste de la collection est encore à faire24.

11La WLB fut aussi le premier interlocuteur, non du point de vue juridique cette fois-ci, mais au regard de la spécialisation thématique, pour le don de la bibliothèque de la « Deutsche Bibelgesellschaft » (Société allemande des Bibles), qui souhaita en 1998 se défaire de la majeure partie de sa collection d’éditions de Bibles en langues étrangères. Environ 3 000 volumes rejoignirent ainsi la Landesbibliothek, sans qu’une liste exacte en ait été établie, et ils furent progressivement intégrés à la collection de Bibles. Par ce biais, le fonds s’enrichit pour la première fois de nombreuses langues non européennes. Le catalogage de ces dons était une priorité dans la mesure où la collection de Bibles de la WLB constitue un instrument de référence au niveau mondial pour la recherche sur l’histoire de l’édition des Bibles.

12Dans certains cas, des dons importants peuvent contribuer à lancer un nouvel axe de développement des collections, et pas seulement les compléter. Ainsi la WLB possède aujourd’hui le fonds le plus important de livres de et sur l’érudit et théosophe Emanuel Swedenborg (1688-1772). Il débuta avec le legs du swedenborgien américano-allemand Johann Gottlieb Mittnacht (1830-1892), qui avait fondé une maison d’édition à Stuttgart et lui-même repris des collections d’autres swedenborgiens en rapport avec le Wurtemberg. Il légua à sa nièce Magdalene sa bibliothèque et celle-ci désigna à son tour, en 1917, la WLB de Stuttgart comme héritière. En 1926, entre 1 000 et 1 200 volumes intégrèrent le fonds de la Landesbibliothek et ils ont été, depuis, régulièrement complétés par des acquisitions ciblées. Les livres de la collection Swedenborg sont certes mélangés aux autres livres de la WLB, mais sont repérables sur Internet grâce à une description systématique25. En plus des relations régionales avec les adeptes locaux de Swedenborg, ce legs se rattache à de nombreux autres titres portant sur la pensée mystique et théosophique.

13A contrario, la coopération entre les Archives Stefan George et la Württembergische Landesbibliothek permit de faire entrer à la WLB d’autres dons comme celui du médecin Walter Kempner (1903-1997) en 2007. Kempner faisait partie du cercle d’amis de George et il avait rassemblé, en plus de ses collections de médecine, de très nombreux livres sur la littérature allemande en lien avec l’écrivain. La WLB conserve ce fonds de plus de 1 000 ouvrages, très important pour le Cercle George, dans un magasin particulièrement protégé. Il a déjà été catalogué et on lui a assigné une cote particulière (A29). Il est également possible de trouver ces volumes dans le catalogue grâce à une icône particulière et à leur mention de provenance.

14Plusieurs dons ont été motivés, aussi bien du côté du donateur privé que de la bibliothèque, par la combinaison des aspects régionaux et de l’histoire de la reliure. C’est le cas d’une partie de la collection du chercheur stuttgartois en histoire de la reliure Ernst Kyriss (1881-1974). Ses incunables aux reliures décorées d’éléments gothiques furent achetés par la bibliothèque en 1962. Plus tard, la WLB, dont Kyriss avait souvent été l’hôte et où il avait étudié toutes les reliures, reçut en don, à sa succession, sa collection de plus de 400 cartons de frottis des divers éléments de décors utilisés pour les reliures (tampons, rouleaux, plaques) ainsi que d’autres outils utiles à la recherche et sa correspondance concernant l’histoire de la reliure. Les conclusions de Kyriss sur l’histoire de l’art de la reliure gothique font aujourd’hui encore autorité. Une grande partie de ses frottis a été numérisée en 2001 et présentée dans une base de données sur la reliure réalisée en partenariat avec d’autres bibliothèques26. Aucun autre don de la WLB n’a fait l’objet d’une description aussi détaillée.

Frottis d’une reliure d’Ernst Kyriss

(Coll. Württembergische Landesbibliothek Stuttgart)

Cliché Württembergische Landesbibliothek Stuttgart

  • 27 Inscription dans les notes sur l’exemplaire, comme par exemple pour la cote WLB Stuttgart : 26/3611(...)

15Une autre source intéressante pour la recherche sur les reliures bibliophiliques des éditeurs, ou encore sur les éditions limitées de littérature lyrique, est constituée par les 1 629 volumes issus du legs de l’éditeur Hans Calwer (1901-1968), aussi désigné sous le terme de « Legat Calwer ». La WLB n’a mis en ligne qu’une partie de cette collection en raison du grand nombre de doublons avec son propre fonds. Les autres volumes sont identifiables par leur ex-libris, mais ne peuvent être trouvés à la simple lecture du catalogue27.

  • 28 Trost, Vera (dir.) : Haute Couture für Bücher. 1000 Jahre Einbandkunst in der Württembergischen Lan (...)

16Il en va autrement du legs du relieur d’art wurtembergeois Gotthilf Kurz (1923-2010), qui arriva en 2011. La bibliothèque reçut, conformément à la volonté du défunt, 521 reliures bibliophiliques faites à la main. Il s’agit de tous les volumes de la production propre de l’artiste, qui se trouvaient dans son appartement au moment de sa mort et n’avaient donc jamais été cédés auparavant. Kurz utilisait ces objets comme supports de démonstration pendant ses cours et comme il n’était pas obligé de les vendre afin de financer son existence, ce legs présente donc la quasi-totalité de l’œuvre d’une vie. Il s’agit d’ailleurs là d’un critère important pour l’acceptation d’une collection d’œuvres d’une personne isolée. C’est seulement quand cette condition est remplie que la collection est suffisamment riche pour permettre l’étude historique de la personne et du style (d’un relieur, en l’occurrence). Le legs de ces volumes était lié à deux conditions : les reliures devaient être cataloguées rapidement et présentées au grand public dans une exposition. La collection Kurz reçut donc une nouvelle cote (A35) et fut inventoriée dans les mois qui suivirent son arrivée avant d’être cataloguée, à la fois en tant qu’ensemble et avec des notes de contenu. Une demande a également été faite auprès du catalogue collectif afin de créer une nouvelle entrée permettant d’effectuer, dans le catalogue, une recherche spécifique sur la décoration de la reliure. Grâce à un stagiaire, il a également été possible de cataloguer toutes les décorations présentes sur les reliures d’après un schéma simplifié. Enfin, une grande exposition de reliures fut organisée en 2013-2014, au sein de laquelle l’œuvre de Kurz fut présentée comme un exemple important de l’art moderne dans ce domaine28. L’exemple des innovations apportées par le biais du travail effectué sur la collection Kurz prouve que la formulation de certaines exigences complexes ne doit pas nécessairement empêcher l’acceptation d’un don.

Reliure de Gotthilf Kurz

(Coll. Württembergische Landesbibliothek Stuttgart)

© Droits réservés ; cliché Württembergische Landesbibliothek Stuttgart

17Les exemples choisis pour illustrer l’histoire des dons à la Württembergische Landesbibliothek de Stuttgart laissent entendre qu’il n’y a pas eu de mise en place d’un processus unique de traitement de ces dons. Il est toutefois possible de résumer quelques critères communs pour leur sélection, leur traitement et leur utilisation.

  • 29 C’est le cas, pour ce qui concerne l’histoire de la reliure, des collections Lütze IV et Hettler, r (...)

18Généralement, pour les dons importants du moins, seules les collections ayant un rapport personnel, institutionnel ou régional fort avec les axes majeurs d’acquisition de la bibliothèque sont retenues. Dans certains cas, les collections arrivées par legs contribuent elles-mêmes à fonder de nouveaux axes thématiques et permettent des avancées au niveau des méthodes de traitement. En particulier pour ce qui concerne les acquisitions de livres anciens, la bibliothèque doit veiller à compléter et à renforcer les points forts existants. Souvent aussi, des collections comparables à celles de la WLB sont achetées29. Plus le profil d’une collection est clair et connu du grand public, plus la motivation des donateurs potentiels est grande de léguer à la bibliothèque des fonds thématiquement proches.

19Toutefois il est nécessaire, avant d’accepter une collection, de calculer l’effort de traitement qu’elle nécessite et de fournir un calendrier de travail le plus précis possible. S’il est impossible de traiter le don en priorité pendant une période donnée, comme l’exemple de plusieurs collections du fonds ancien de la WLB le montre, il faudrait, à l’avenir, pouvoir librement le refuser.

20Le catalogage des collections dans le passé n’a pas toujours été prévu pour permettre d’identifier les volumes isolés. Le fonds d’une collection est alors identifiable grâce à une cote spécifique, liée à un rangement séparé, mais aussi à une recherche sur le genre de la publication ou sur la provenance, ou bien encore grâce à une bibliographie. L’idéal est de proposer une description des points forts de chaque partie de la collection en fonction de sa provenance30. Les différents éléments d’une collection devraient, indépendamment de leur support physique ou technique, être rassemblés dans le catalogue par exemple sous forme numérisée. Il doit être possible de rechercher des documents imprimés ou manuscrits, des monographies et des œuvres graphiques comme autant d’éléments constitutifs d’une même collection31.

21D’une manière générale, il est tout simplement impossible de penser l’accroissement des collections d’un point de vue historique ou prospectif, en particulier pour les collections spécialisées, sans l’apport des dons, petits ou grands.

Haut de page

Notes

1 Löffler, Karl : Geschichte der Württembergischen Landesbibliothek, Leipzig, 1923, p. 134.

2 Löffler, op. cit., p. 215.

3 Löffler, op. cit., p. 215.

4 Löffler (op. cit., p. 216) évoque le don fait par la reine Olga en 1893 d’environ 1 500 volumes en langue russe. Ces livres furent cédés en 1896 à la duchesse Wera en raison du très petit nombre de lecteurs susceptibles de les consulter. Toutefois, un certain nombre de livres en langue allemande ayant appartenu à la duchesse Wera sont aujourd’hui conservés à la WLB (par exemple : W.G.oct.608b ; 24/11174).

5 Voir Löffler, op. cit., p. 37. Un transfert de 1 881 livres de la Bibliothèque de la cour de Ludwigsburg eut lieu dès 1752 en direction de la Bibliothèque universitaire de Tübingen (Actes Oberhofmarschallamt / Hofbibliothek 1741-1787 ; Hauptstaatsarchiv Stuttgart, A 21 Bü 524 : lettre, 27.10.1752). Le duc Carl Eugen maintint sa position clairvoyante.

6 Carl Eugen (duc de Wurtemberg) : Fondation d’une bibliothèque publique par son Altesse Serenissime Monseigneur le duc regnant de Wurtemberg et Teck..., Stuttgart, 1765, p. 7 et suiv.

7 Cote WLB Stuttgart : Ra 18 Schoe 1.

8 Voir les cotes WLB Stuttgart : HB 7393 ; HB 7395.

9 Catalogue de la bibliothèque de la duchesse Elisabeth Friederike Sophie von Württemberg, 1780 (Cote WLB Stuttgart : Cod.hist.fol.1089).

10 Catalogue de la bibliothèque de la duchesse Magdalene Sibylle von Württemberg, 1702 (Cote WLB Stuttgart : Cod.hist.oct.305).

11 À propos des manuscrits, voir Die Handschriften der Württembergischen Landesbibliothek Stuttgart / Württembergische Landesbibliothek ; Reihe 2 : Die Handschriften der ehemaligen königlichen Hofbibliothek. 6 vol. Wiesbaden, 1963-2004. Voir aussi Walter Maier, Die Hofbibliothek Stuttgart nach dem Ende der Monarchie in Württemberg: 1919 – 1944. Selbständige Jahre und Übergang in die Württembergische Landesbibliothek, Stuttgart, 1987.

12 Cote WLB Stuttgart : Bb deutsch 1572 02.

13 Cotes WLB Stuttgart : Sch.K.oct.122 ; Sch.K.oct.2186 ; Sch.K.oct.4404 ; Sch.K.qt.539 ; Gew.oct.4034.

14 Catalogue Reuß, cote WLB Stuttgart : Cod.hist.fol.1087. Beispielbände : Theol.qt.5600, Theol.oct.12404.

15 Voir Löffler, op. cit., p. 135 ; par exemple la cote WLB Stuttgart : Theol. oct.8308 ; D.D.oct.8456-2.

16 Cote WLB Stuttgart : Ba engl. 1836 02. Wilhelm Hoffmann précise dans un autre volume (31/80030) qu’il a effectué ce don à la WLB en 1980.

17 Voir Löffler, op. cit., p. 216. Par ex. : Cod.theol. et philos.qt.523.

18 Les « Familienpredigten » ou sermons familiaux désignent le plus souvent les sermons funèbres lus par le pasteur lors d’un enterrement, mais aussi les textes prononcés à cette occasion par les proches du défunt ainsi que des sermons nuptiaux [note du traducteur].

19 Sous la tranche de cotes Fam.Pr.oct.K. 21031-23195 sont actuellement catalogués douze volumes dans le catalogue collectif Südwestverbund (SWB).

20 http://www.ahnenforschung-kunert.de/html/landesbibliothek.html

21 Le Recès de la diète d’Empire est une résolution prise lors de la dernière séance de la diète d’Empire le 25 février 1803 à Ratisbonne. En vertu des accords entre la France et le Saint Empire, la sécularisaton de tous les biens d’Église y fut décidée, sécularisation qui allait entraîner la disparition de la grande majorité des villes libres.

22 Voir Knauß, Gregor : Auswahlkatalog der Bibliothek von Johann Friedrich Ochsenbach, Weingarten, 1659 (cote WLB Stuttgart : Cod.poet. et phil.fol. 80).

23 Voir par exemple les cotes WLB Stuttgart : Elvb 142 ; Div.G.qt.443 ; Sch.K.oct.4570 ; Allg.G.oct.3225

24 Les livres de la collection Seckendorff se trouvent sous les cotes suivantes : HBF 6400-6999, HBF 8843-8936, HBFa 1420-1431, 1512, 1524-1525, HBFb 430-503 ainsi qu’au sein du Département des livres modernes précieux (par exemple 44/90145 ; 44/90121) et de celui des Bibles (B deutsch 1777 03 ; B lat. 1764 03).

25 http://www.wlb-stuttgart.de/sammlungen/alte-und-wertvolle-drucke/bestand/swedenborg-sammlung/

26 http://hist-einband.de/

27 Inscription dans les notes sur l’exemplaire, comme par exemple pour la cote WLB Stuttgart : 26/3611 ; 26/80284-1.

28 Trost, Vera (dir.) : Haute Couture für Bücher. 1000 Jahre Einbandkunst in der Württembergischen Landesbibliothek, Stuttgart, 2013.

29 C’est le cas, pour ce qui concerne l’histoire de la reliure, des collections Lütze IV et Hettler, respectivement acquises en 1998 et 2001.

30 Par exemple, pour la collection Gotthilf Kurz : http://www.wlb-stuttgart.de/sammlungen/alte-und-wertvolle-drucke/bestand/einbaende/einbandsammlung-kurz.

31 Actuellement, ce n’est partiellement le cas que pour la collection Kyriss. Les incunables sont référencés dans la base de données INKA (http://www.inka.uni-tuebingen.de/), les frottis des reliures dans la base de données sur les reliures. On trouve dans les collections numérisées des imprimés et des manuscrits ayant appartenu à la famille Ochsenbach.

Haut de page

Table des illustrations

Légende (Coll. Württembergische Landesbibliothek Stuttgart)
Crédits Cliché Württembergische Landesbibliothek Stuttgart
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/1341/img-2.png
Fichier image/png, 455k
Légende (Coll. Württembergische Landesbibliothek Stuttgart)
Crédits Cliché Württembergische Landesbibliothek Stuttgart
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/1341/img-4.png
Fichier image/png, 511k
Légende (Coll. Württembergische Landesbibliothek Stuttgart)
Crédits Cliché Württembergische Landesbibliothek Stuttgart
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/1341/img-6.png
Fichier image/png, 386k
Légende (Coll. Württembergische Landesbibliothek Stuttgart)
Crédits Cliché Württembergische Landesbibliothek Stuttgart
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/1341/img-8.png
Fichier image/png, 207k
Légende (Coll. Württembergische Landesbibliothek Stuttgart)
Crédits Cliché Württembergische Landesbibliothek Stuttgart
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/1341/img-10.png
Fichier image/png, 695k
Légende (Coll. Württembergische Landesbibliothek Stuttgart)
Crédits © Droits réservés ; cliché Württembergische Landesbibliothek Stuttgart
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/1341/img-12.png
Fichier image/png, 127k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Herrmann, « Les collections historiques, les dons et les legs : l’exemple de la Württembergische Landesbibliothek de Stuttgart »La Revue de la BNU, 12 | 2015, 20-29.

Référence électronique

Christian Herrmann, « Les collections historiques, les dons et les legs : l’exemple de la Württembergische Landesbibliothek de Stuttgart »La Revue de la BNU [En ligne], 12 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rbnu/1341 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rbnu.1341

Haut de page

Auteur

Christian Herrmann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search