Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12Le dossier : dons et legsNouvelles acquisitions patrimonialesUn manuscrit calligraphié, daté d...

Le dossier : dons et legs
Nouvelles acquisitions patrimoniales

Un manuscrit calligraphié, daté de la Seconde Guerre mondiale

Daniel Bornemann
p. 112-113

Texte intégral

Feuillet liminaire : titre et annotation de l’auteur.

Cliché Jean-Pierre Rosenkranz

1La BNU a pu acquérir un petit manuscrit, du milieu du 20e siècle, de Claus Reinbolt (1901-1963), en langue allemande, intitulé Der getreue Hunrich et calligraphié par un ami de l’auteur. Ce récit en prose en langue allemande ne figure pas dans la liste des œuvres de l’auteur donnée dans le Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne par Bernard Fradin. Aucun dictionnaire littéraire ne le mentionne. Est-il inédit ? Sans doute, mais il peut aussi avoir été édité dans un almanach ou une revue alsacienne.

2Le manuscrit contient l’histoire d’un « baron pourfendu » au sens calvinien de l’expression, dont on découvre d’une part à Colmar, d’autre part à Reims, les deux moitiés du squelette et de l’armement. En France la partie droite, en Alsace la partie gauche. Les faits remontent à la bataille dite du Champ du Mensonge, près de Colmar, en 833, lorsque l’empereur Louis le Pieux et ses fils se déchirent. Ayant prêté serment à toutes les parties, Hunrich, pris dans le cœur de la bataille et après s’être battu des deux côtés, avec ses dernières forces, se coupe en deux avec l’épée de Pépin. Voyant cela, l’empereur prononce une malédiction sur l’Alsace que nous proposons ainsi en traduction : « Maudit sois-tu misérable pays, toi qui offres tes meilleurs fils en pâture aux vautours et aux loups. Que le destin te déchire pour mille ans comme il a ici même déchiré le plus valeureux de tes fils ».

3Le copiste et calligraphe a signé à la fin de l’œuvre par trois simples lettres, « Pat », à la peinture bleue, en caractères romains. Il a également écrit son nom et son prénom sur la page de dédicace, en écriture Sutterlin à l’encre bleue. On retrouve cette même signature « Pat » sous les armoiries de Strasbourg qui figurent au verso de la dédicace. Il s’agit de Rudolf Patrick, qui n’est pas répertorié par les dictionnaires d’artistes alsaciens.

4Le papier choisi est sans filigrane et la mise en page de l’ouvrage est régulière : le miroir est inscrit dans un carré approximatif, de 9,5 cm de largeur sur 9 cm de hauteur. On aperçoit encore la réglure établie par le calligraphe. Au rebours des habitudes, les marges supérieures et de fond de cahier sont plus importantes par rapport aux deux autres, dans un rapport proche du double. On compte onze lignes par page, écrites alternativement à l’encre rouge et à l’encre noire. Des pieds-de-mouche peints en bleu sont ajoutés pour marquer la fin des paragraphes. Trois lettrines bleues, orangées et or animent le texte. Le style de l’écriture est très proche de la caroline. Les lettrines appartiennent à plusieurs styles peu définis.

5La reliure du volume est carrée, à dos long, couverte de percaline noire pour le dos et le tiers des plats, et rouge pour le reste des plats. Le papier utilisé par le copiste est épais, de type vélin, et a été fabriqué à la main.

6Sur la page de titre, Claus Reinbolt a écrit (en allemand traduit ici) : « Aujourd’hui, le 15 mars 1944, je reçois la terrible nouvelle de la mort de mon cher jeune ami Rudolf Patrick survenue à Buon Riparo le 28 février 1944, lui qui jadis en 1942 m’offrit ce livre manuscrit. Il repose dans un cimetière militaire à Rome ». Il a ajouté, en latin : « Beati ab hoc tempore mortui ii [sic], qui Domini causa moriuntur. Requiescat in pace ». Le calligraphe et illustrateur précise, lui, au feuillet 2 qu’il a réalisé ce manuscrit pour l’auteur à l’occasion de son anniversaire, à Strasbourg, en juin 1941.

7Il est difficile de savoir quel est ce « Buon Riparo », lieu-dit ou commune d’Italie. Ce qui semble par contre vraisemblable est que le copiste ait trouvé la mort sous l’uniforme du soldat, au service du « maître » de l’Alsace d’alors.

8Ce manuscrit est donc un émouvant témoignage des terribles déchirements de l’époque, dont la légende du fidèle Hunrich est une métaphore. Sa cote est MS.7.062

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Cliché Jean-Pierre Rosenkranz
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/1431/img-2.png
Fichier image/png, 610k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Bornemann, « Un manuscrit calligraphié, daté de la Seconde Guerre mondiale »La Revue de la BNU, 12 | 2015, 112-113.

Référence électronique

Daniel Bornemann, « Un manuscrit calligraphié, daté de la Seconde Guerre mondiale »La Revue de la BNU [En ligne], 12 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 15 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rbnu/1431 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rbnu.1431

Haut de page

Auteur

Daniel Bornemann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search