Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Nouvelles acquisitions patrimoniales

Nouvelles acquisitions patrimoniales

p. 110-113

La première édition strasbourgeoise du Dragmaticon philosophiae

Guillaume de Conches (vers 1080-1150), auteur, et Guillaume Gratarolo, éditeur de cette oeuvre : Dialogus de substantiis physicis, ante annos dugentos confectus a Vuilhelmo Aneponymo Philosopho. Item, libri tres incerti authoris, eiusdem aetatis. I. De calore vitali. II. De mari & aquis. III. De fluminum origine. Industria Guglielmi Grataroli Medici, quasi ab interitu vindicati.

Image 1000000000000B9C0000085F3789E2051E30DB7B.jpg

Strasbourg : Josias Rihel, 1567, In-8. (16)-363, (1) p. Le dernier feuillet blanc manque. Reliure en vélin, bon état.

Cliché Bnu, JPR, CC-BY-NC-SA

Il s’agit de l’édition princeps de cette œuvre médiévale de sciences naturelles, bien connue par de nombreux exemplaires manuscrits ayant circulé durant le Moyen Âge. L’éditeur moderne du texte, Guglielmo Gratarolo (1516-1568) était un Italien qui vivait en exil à Bâle à l’époque de cette publication, et il a dédicacé son édition à Philippe IV, comte de Hanau-Lichtenberg. Il explique dans sa lettre dédicatoire qu’il avait emportée de Padoue, où il était étudiant en médecine et en philosophie, un manuscrit que lui avait confié un philosophe normand. L’ayant montré à l’éditeur strasbourgeois Josias Rihel, qui possédait lui aussi un manuscrit de cette œuvre, il eut l’idée de comparer les deux versions et d’en proposer une édition imprimée. Il s’agit donc d’une véritable démarche d’édition scientifique. Le titre de cette œuvre sous sa forme manuscrite est traditionnellement le « Dragmaticon philosophiae ».

L’œuvre consiste en un dialogue entre Guillaume (le philosophe) et Geoffroy (un duc de Normandie) qui commence par aborder la question de l’organisation du cerveau en ven­tricules. A partir de là, le dialogue aborde différentes théories de la pensée.

L’ouvrage est complété par des traités médiévaux sur différents sujets comme la chaleur animale, la mer et les eaux, l’origine des fleuves, tous d’origine anonyme, comme l’indique le titre de l’ouvrage. Il date du 12e siècle (vers 1145).

Guglielmo Gratarolo, qui est à l’origine de l’édition de ce livre, s’était converti au protestantisme en 1546 et dut fuir l’Inquisition en quittant l’Italie pour la Suisse. Il s’installa à Bâle, où il fut en contact avec le milieu académique. Il établit des contacts avec Jean Calvin, à Genève, et avec les milieux de l’imprimerie à Strasbourg. Il édita aussi un index des œuvres de Galien, les œuvres de Jérôme Cardan et de Pietro Pomponazzi.

Cette édition est inconnue des répertoires bibliographiques de François Ritter et constitue donc une pièce nouvelle pour l’histoire de l’édition strasbourgeoise. Elle est répertoriée dans le VD16 (Verzeichnis der im deutschen Sprachbereich erschienenen Drucke des 16. Jahrhunderts) sous le numéro G-4077.

Un ouvrage très rare de médecine

Walther Hermann Ryff (sous le pseudonyme de Q. Apollinaris) : Kurtz handtbüchlin und experiment viler arzneyen durch den gantzen Cörper dess menschens, von dem haupt biss auff die füss. Sampt lebendiger abcontrafactur etlicher gemeiner kreuter, und darauss mancherlei gebranten und distillierten gewässer, krafft, und tugenden. Durch Q. Apollinarem erfaren, und selbss bewert. Jetzund von newem gemehrt unnd gebessert, an vilen orten.

Image 1000000000000EE100000AE723CEA1A8F68D1E62.jpg

Strasbourg : Wendelin Rihel, 1549, In-8, 7+223 feuillets non numérotés, 127 gravures sur bois dont une coloriée anciennement. Reliure moderne en parchemin. Nombreuses annotations anciennes.

Cliché Bnu, JPR, CC-BY-NC-SA

L’usage des plantes dans la médecine date de temps immémoriaux. Les vertus curatives des plantes furent répandues par des ouvrages imprimés dès l’apparition de cette technique. C’en est ici un exemple parmi tant d’autres. Une première partie de l’ouvrage décrit le corps humain et les maladies, et la seconde propose des recettes de médications à partir de simples.

Cette seconde édition de l’ouvrage de W. H. Ryff (dont le titre diffère quelque peu de celui de la première édition de 1546 par Jakob Cammerlander) est très rare, la destinée des manuels populaires de médecine étant de périr par l’excessif usage qu’en faisaient les générations d’utilisateurs. Il vient compléter un corpus important d’ouvrages de médecine conservé par la BNU. Celui-ci n’est localisé ailleurs qu’en un exemplaire : celui de la Bayerische Staatsbibliothek de Munich.

Walther Hermann Ryff (ou Rivius, ou encore Reiff, Strasbourg, vers 1515 – vers 1565) était médecin, chirurgien et anatomiste. Il fit ses études à Bâle et à Paris vers 1535 en même temps qu’André Vésale, avant de s’installer dans sa ville natale, qu’il fut contraint de quitter pour s’installer à Mayence. Il fut critiqué par de nombreux confrères pour ses plagiats, pour l’inexactitude de certaines planches, mais on reconnaît qu’il mit dans ses ouvrages quelques apports personnels intéressants. Il est l’auteur du premier manuel d’anatomie rédigé en langue allemande (1541) et certains de ses livres furent traduits en latin par des éditeurs parisiens.

L’album de présentation de la firme Roethinger, facture d’orgues et d’harmoniums

Album de présentation des établissements A. E. Roethinger

Image 1000000000000C8C00000F38ED6EB1C2D8DCB137.jpg

Cliché Bnu, JPR, CC-BY-NC-SA

L’histoire industrielle de l’Alsace côtoie ici l’histoire artistique, spirituelle et même l’histoire sociale. Ce document unique que la BNU a pu acheter est l’Album de présentation des établissements A. E. Roethinger, ateliers de facture d’orgues et d’harmoniums, fondés en 1893 à Strasbourg. Cet album fut réalisé à partir de tirages photographiques originaux, pour certains retouchés, avec ajouts manuscrits de légendes, et parfois enrichissement de l’information par des « collettes » (papiers collés en marge d’un ouvrage). Il date d’environ 1935 et compte 50 feuillets, agrémentés de nombreuses photographies.

La facture d’orgues est une industrie qui avait ses lettres de noblesse à Strasbourg depuis bien longtemps. La firme Roethinger était relativement récente dans la ville et s’était éga­lement consacrée à la fabrication d’harmoniums. Les orgues réalisées par cette fabrique ont été commandées surtout en Alsace, mais au fil des pages, on trouve aussi des orgues installées en Allemagne, en Sarre, au Pays de Bade et même jusqu’à Madagascar. La diversité des styles de buffets témoigne de l’adaptabilité des constructeurs aux goûts des clients. Le son manque, hélas, dans ce recueil, mais on peut presque percevoir l’odeur des ateliers et des locaux de travail, odeurs du bois, du métal, des ateliers de menuiserie et même des bureaux, car un grand nombre de photos concernent l’environnement de travail des équipes, les ouvriers, les patrons, de l’apprenti au représentant.

Il est vrai qu’Edmond-Alexandre Roethinger avait débuté dans ce métier comme apprenti avant de fonder à 27 ans sa propre firme. Celle-ci se vit confier la construction d’importants instruments et aussi la réfection de certaines orgues insignes, comme le Silbermann de la cathédrale de Strasbourg. Cet ouvrage vient compléter une importante docu­mentation relative aux réalisations de cet atelier, déjà présente à la BNU.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search