Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Le DossierUrbanisme et ArchitectureRiga, métropole art nouveau

Le Dossier
Urbanisme et Architecture

Riga, métropole art nouveau

Jānis Krastiņš
Traduction de Hancock Hutton
p. 18-27
Traduction(s) :
Rīga, jūgendstila metropole [lv]

Texte intégral

1À Riga, capitale de la Lettonie, la période Art nouveau à coïncidé avec un regain d’activité dans l’industrie, le commerce et la culture. Le nombre d’habitants est passé de 282 230 en 1897 à plus d’un demi-million peu après la Première Guerre mondiale. Les usines de Riga produisaient tout, depuis les simples aiguilles jusqu’aux voitures, en passant par les wagons de chemin de fer. Au début du 20e siècle, le secteur de la construction a connu un essor sans précédent. Les petites maisons en bois des anciennes banlieues ont été remplacées par des édifices de maçonnerie de plusieurs étages qui caractérisent aujourd’hui encore l’apparence du centre historique de la ville. Apres 1904, aucun nouveau bâtiment de style éclectique n’a été construit à Riga, quand les immeubles Art nouveau représentent près du tiers de la surface bâtie totale du centre-ville (voir ill. ci-dessous).

Bâtiments Art nouveau dans le centre de Riga

Bâtiments Art nouveau dans le centre de Riga

Droits réservés

  • 1 Max Scherwinsky (éd.), Die Rigaer Jubilaums-Ausstellung 1901 in Bild und Wort: ein Erinnerungsbuch, (...)

2Dans une certaine mesure, la célébration du 700e anniversaire de Riga en 1901 a favorisé le développement de l’Art nouveau dans la ville. La pièce maîtresse de cette célébration fut une grande exposition sur l’industrie et l’artisanat, représentative du style Art nouveau de par la conception de ses pavillons et de ses stands1. De nombreuses affiches, programmes, cartes postales, diplômes et autres supports imprimés consacrés à l’exposition étaient des paradigmes de l’art graphique typique de l’Art nouveau.

3Au début du 20e siècle, une nouvelle génération d’architectes s’est mise au travail avec enthousiasme dans la ville. La plupart d’entre eux avaient obtenu leurs diplômes auprès de l’Institut polytechnique de Riga (IPR), la faculté d’architecture qui avait ouvert ses portes en 1869. Riga s’est avérée être un terrain très fertile pour les nouvelles idées naissant sur la scène internationale. Cinquante architectes environ y étaient en activité durant la période de l’Art nouveau. La plupart étaient d’ascendance germano-balte, et originaires de la région. Environ dix architectes seulement étaient lettons, mais ils sont à l’origine de plus du tiers des bâtiments construits à cette époque.

  • 2 Iela : rue en letton
  • 3 Pour cet exemple et les suivants, les détails de l’historique de construction des bâtiments sont in (...)

4À Riga, l’Art nouveau s’exprime sous des formes très diverses ; pourtant, depuis le début, celles- ci sont marquées par un aspect très rationnel, voire modeste et sobre. C’est le cas de l’un des premiers bâtiments Art nouveau de la ville, un immeuble d’habitation avec des boutiques situé au 7 Audēju iela2 (1899, architectes Alfred Aschenkampff et Max Scherwinsky, voir ill. ci-dessous)3. Sa façade affiche un langage décoratif typique de l’Art nouveau avec des compositions de lignes, de cercles et de plantes stylisées en relief, tandis que la corniche repose sur des corbeaux de métal au design artistique. L’élégant dessin de l’élévation de la façade de l’immeuble montre clairement que les deux étages inférieurs abritent des boutiques et des bureaux, tandis que les étages supérieurs sont occupés par des appartements. La complexité du fenêtrage reflète la fonctionnalité de la disposition et l’emplacement des pièces.

Immeuble d’habitation au 7 Audēju iela (1899, Alfred Aschenkampff et Max Scherwinsky), dessin du projet

Immeuble d’habitation au 7 Audēju iela (1899, Alfred Aschenkampff et Max Scherwinsky), dessin du projet

Cliché Jānis Krastiņš

Immeuble d’habitation au 7 Audēju iela (1899, Alfred Aschenkampff et Max Scherwinsky), vue extérieure

Immeuble d’habitation au 7 Audēju iela (1899, Alfred Aschenkampff et Max Scherwinsky), vue extérieure

Cliché Jānis Krastiņš

5Parmi les plus anciens bâtiments de la période Art nouveau à Riga se trouve aussi l’immeuble d’habitation, avec des commerces au rez-de-chaussée, situé au 55 Brīvības iela (1900, architecte Wilhelm Neumann, voir ill. ci-dessous). Il est explicitement rationnel dans son expression architecturale qui diffère des façades éclectiques habituelles, à la décoration uniforme. Pourtant son image générale exprime une continuité historique : les façades sont couronnées de plusieurs pignons évoquant l’architecture de la Renaissance néerlandaise ou allemande. Cette tendance artistique romantique reflète l’influence de la culture allemande dans l’architecture Art nouveau de Riga. La façade comprend au moins vingt masques différents et d’autres reliefs décoratifs que l’on ne peut distinguer qu’après un examen plus minutieux.

Immeuble d’habitation avec boutiques, situé au 55 Brīvības iela (1900, Wilhelm Neumann)

Immeuble d’habitation avec boutiques, situé au 55 Brīvības iela (1900, Wilhelm Neumann)

Cliché Jānis Krastiņš

6Parmi les premiers exemples de cette tendance stylistique de l’Art nouveau, on peut également citer les immeubles d’habitation et de commerces du 68 Brīvības iela (1903, architecte Alexander Schmaeling), du 23 Krišjāņa Valdemāra iela (1901, architectes Heinrich Scheel et Friedrich Scheffel), du 110 Brīvības iela (1902, architecte Jānis Alksnis), du 8 Antonijas iela et du 12 Alberta iela (ces deux derniers datant de 1903, architecte Konstantīns Pēkšēns, voir ill. ci-dessous). La maison du 12 Alberta iela appartenait à son architecte et a été conçue en collaboration avec Eižens Laube, alors étudiant en architecture. Elle abrite aujourd’hui le musée de l’Art nouveau de Riga.

Immeuble d’habitation situé au 12 Alberta iela (1903, Konstantīns Pēkšēns et Eižens Laube), vue extérieure

Immeuble d’habitation situé au 12 Alberta iela (1903, Konstantīns Pēkšēns et Eižens Laube), vue extérieure

Cliché Jānis Krastiņš

Immeuble d’habitation situé au 12 Alberta iela (1903, Konstantīns Pēkšēns et Eižens Laube), croquis en perspective d’Eižens Laube

Immeuble d’habitation situé au 12 Alberta iela (1903, Konstantīns Pēkšēns et Eižens Laube), croquis en perspective d’Eižens Laube

Cliché Musée d’Art Nouveau de Riga

7Lorsqu’il apparut, l’Art nouveau fut souvent perçu comme un simple changement dans la décoration des immeubles. Les éléments éclectiques imitant des styles plus anciens étaient remplacés par de nouveaux motifs ornementaux a la mode, qui s’étaient déjà bien développés dans d’autres arts visuels de l’époque : les lignes sinueuses, les plantes stylisées, les formes curvilinéaires ou en forme de trou de serrure, toute une gamme de masques rieurs, hurlant ou rêveurs, les bandes verticales, apposées par groupes de trois ou de cinq et dont celle du milieu est plus longue, les motifs géométriques, etc. On trouve des exemples de cet Art nouveau éclectique et décoratif à Riga dans les premières réalisations des architectes H. Scheel et F. Scheffel, par exemple au 86 Tērbatas iela (1900), au 8 Smilšu iela (1902), aux 10 et 12 Ģertrūdes iela (1902) et au 9 Teātra iela (1903). D’autres maîtres de l’architecture bien connus à Riga ont conçu des bâtiments dans cet esprit, notamment K. Pēkšēns, Rudolph Heinrich Zirkwitz, A. Schmaeling, J. Alksnis, Karl Johan Felsko, August Witte et d’autres encore.

  • 4 G. Brodersen, Arhitekturnye fasady v novom stile, Sankpeterburg, 1902, p. 14

8Environ une douzaine d’immeubles dans ce style Art nouveau éclectique et décoratif, dont les façades éblouissent littéralement par l’abondance et l’enchevêtrement d’éléments décoratifs inhabituels, ont été créés par l’ingénieur civil Mikhail Eisenstein. Cinq d’entre eux bordent l’Alberta iela. La façade de l’immeuble du 10b Elizabetes iela (voir ill. ci-dessous) a été conçue en copiant et en complétant un croquis en élévation de l’architecte Georg Wünschmann et du graphiste Hans Kozel de Leipzig. Ce croquis a été publié dans une collection d’échantillons de dessins représentant des élévations « du nouveau style »4. La façade et l’escalier ornementé ont été restaurés en 2000.

Immeuble situé au 10b Elizabetes iela (1903, Mikhail Eisenstein)

Immeuble situé au 10b Elizabetes iela (1903, Mikhail Eisenstein)

Cliché Jānis Krastiņš

9Vers 1907, les façades des maisons nouvellement construites ont commencé à afficher une verticalité prononcée et de minces éléments verticaux sont apparus dans la composition architecturale. Il s’agissait le plus souvent de baies vitrées fortement articulées et de lésènes légèrement saillantes, ou encore de bandes verticales d’un motif différent, s’élevant sur plusieurs étages. Ces caractéristiques formelles sont typiques de l’Art nouveau perpendiculaire. Dans l’architecture de Riga, c’est l’une des tendances les plus répandues du style Art nouveau. L’architecte Jānis Alksnis a fait de cet Art nouveau perpendiculaire sa marque de fabrique. Plus de cent bâtiments conçus dans ce style ont été réalisés selon ses plans. Ainsi l’immeuble situé au 19 Stabu iela (voir ill. ci-dessous), dont il était lui-même propriétaire, a été construit en 1908. Sa façade se distingue par sa composition précise, ses proportions élégantes et le graphisme de ses reliefs ornementaux. En 1987, le bâtiment a été détruit par un incendie. Il a été restauré entre 1997 et 1999, en préservant la configuration d’origine avec une aile centrale abaissée d’un demi-niveau par rapport à celles donnant sur la rue et la cour. Cette solution permet une utilisation plus rationnelle des cages d’escalier. Dans les cours et sous l’aile centrale, un parking à deux étages a été ingénieusement construit pendant cette restauration. Presque tous les éléments historiques de la finition de la façade ont été restaurés avec exactitude.

Immeuble d’habitation au 19 Stabu iela (1908, Jānis Alksnis)

Immeuble d’habitation au 19 Stabu iela (1908, Jānis Alksnis)

Cliché Jānis Krastiņš

10Le bâtiment de la Société de crédit mutuel des marchands de Riga, situé au 14 Tērbatas iela, est l’une des pièces maîtresses de l’Art nouveau perpendiculaire de la ville (voir ill. ci-dessous). Il a été construit en 1909 et conçu conjointement par Konstantīns Pēkšēns et Arthur Moedlinger. Les façades du bâtiment sont revêtues de granit noir importé de Finlande et de Suède. À l’origine, certains des reliefs décoratifs étaient dorés. Les vitraux des cages d’escalier sont l’œuvre du peintre et artiste verrier Kārlis Brencēns. Ils symbolisent l’éducation, les transports, le commerce, la navigation et d’autres thèmes encore. Le vitrail entre le rez-de-chaussée et le premier étage montre un portrait de Krišjānis Valdemārs, économiste, journaliste et chef spirituel du mouvement de l’Éveil national letton, avec la devise « Voguez vers la mer, Lettons, et prospérez grâce à l’or qu’elle vous procure ». Parmi les autres architectes les plus prolifiques dans ce style, on peut citer Eižens Laube, Oskars Bārs, Rudolf Donberg, Edgar Friesendorff, Bernhard Bielenstein, Paul Mandelstam, Nikolai Nord ou Ernests Polis. Dans le centre de Riga, il existe plusieurs endroits ou des groupes de bâtiments conçus dans le style Art nouveau perpendiculaire déterminent l’apparence du paysage urbain. On les trouve, par exemple, sur le tronçon de Brīvības iela situé entre les rues Ģertrūdes et Stabu, ou les immeubles de ce style s’élèvent majestueusement des deux côtés de la rue.

Immeuble de banque situé au 14 Tērbatas iela (1909, Konstantīns Pēkšēns, Arthur Moedlinger), vue extérieure

Immeuble de banque situé au 14 Tērbatas iela (1909, Konstantīns Pēkšēns, Arthur Moedlinger), vue extérieure

Cliché Jānis Krastiņš

Immeuble de banque situé au 14 Tērbatas iela (1909, Konstantīns Pēkšēns, Arthur Moedlinger), vitrail de Kārlis Brencēns dans l’escalier

Immeuble de banque situé au 14 Tērbatas iela (1909, Konstantīns Pēkšēns, Arthur Moedlinger), vitrail de Kārlis Brencēns dans l’escalier

Cliché Jānis Krastiņš

11On trouve également des groupes d’immeubles d’habitation sur Ģertrūdes iela aux numéros 30 (1909, J. Alksnis), 32 (1910, E. Laube) et 34 (1911, J. Alksnis), et sur Antonijas iela au 18 (1910, E. Polis), au 20 (1911, N. Nord), au 22 (1913, E. Polis), au 24 et au 26 (1913, J. Alksnis), ainsi que des immeubles de bureaux aux numéros 22 et 24 de Kaļķu iela. Le premier de ces bâtiments a été construit en 1912-1913 par l’architecte P. Mandelstam et le second entre 1913 et 1917 par les architectes Herbert Tiemer et Max Deubner (voir ill. ci-dessous). Sur les deux bâtiments, la structure porteuse est une armature métallique, ce qui permettait de construire une façade largement vitrée avec des tympans très étroits. Outre des bureaux et des boutiques, l’immeuble du 24 Kaļķu iela abritait également des appartements et un cinéma. Plusieurs espaces publics sont accessibles depuis une pittoresque cour intérieure, agrémentée d’une fontaine. L’immeuble a été reconstruit plusieurs fois, mais il a conservé son image architecturale d’origine. Un casino a été installé à la place du cinéma. En 2003, la cour a été recouverte d’une verrière.

Immeuble de bureaux situé aux 22 et 24 Kaļķu iela (1912-1917, Herbert Tiemer, Max Deubner et Paul Mandelstam)

Immeuble de bureaux situé aux 22 et 24 Kaļķu iela (1912-1917, Herbert Tiemer, Max Deubner et Paul Mandelstam)

Cliché Jānis Krastiņš

12Parmi les différentes tendances formelles de l’Art nouveau, le romantisme national est l’une de ses variantes stylistiques les plus particulières et les plus attrayantes. Il reflétait les tentatives des différentes nations de perpétuer les qualités et les attributs caractérisant leur architecture nationale. Dans l’Europe du Nord, les bâtiments conçus dans le style romantique national incarnent la vigueur primitive et la fonctionnalité. Ils sont plutôt lourds, d’une noblesse monumentale, et ont généralement un toit en pente. En Lettonie, en effet, les toits à pignons en croupe pentue sont très typiques de l’architecture locale. La finition extérieure donne la préférence à l’utilisation de matériaux de construction authentiques et naturels. À Riga, le romantisme national n’a eu cours que pendant une période relativement courte, allant de 1905 à 1911. Il est toutefois resté comme l’épisode le plus remarquable de l’histoire de l’architecture locale, en tant que reflet de l’identité de la nation. Les architectes lettons se sont efforcés de créer leur propre style national, en s’inspirant des traditions vernaculaires de construction et des motifs ethnographiques traditionnels.

13La période Art nouveau fut de fait une époque où le caractère de Riga est devenu de plus en plus nettement letton. Au milieu du 19e siècle, 23,6 % seulement des presque 100 000 habitants de Riga étaient des Lettons, puis, dans les années 1900, alors que le nombre d’habitants avait été multiplié par cinq, la proportion des Lettons atteignit environ 45 %. Vers 1910, à Riga, 31,5 % des propriétaires immobiliers étaient allemands, 10,4 % étaient russes et 44,7 % étaient lettons. Parmi les propriétaires d’immeubles Art nouveau de plusieurs étages construits à Riga au début du 20e siècle, le pourcentage de Lettons était encore plus élevé, puisqu’il dépassait 60 % ! Le financement, sous forme de prêts hypothécaires, provenait de banques appartenant principalement aux Allemands. À cette époque, environ 300 journaux différents et 160 magazines étaient publiés en langue lettone. Certains architectes lettons ont été particulièrement actifs et productifs, puisqu’environ 250 immeubles de plusieurs étages ont été construits à Riga selon les plans de Konstantīns Pēkšēns, environ 130 selon ceux de Jānis Alksnis, tandis que près de 90 étaient conçus par Oskars Bārs, 83 par Eižens Laube, 71 par Aleksandrs Vanags et plus de 40 par Ernests Polis. Augusts Malvess et Mārtiņš Nukša ont conçu chacun environ 20 immeubles, 15 environ l’ayant été par Jānis Gailis.

  • 5 E. Laube, « Par būvniecības stilu », in Zalktis, 1908, no 4
  • 6 Ibid
  • 7 J. Asars, « Mākslas amatniecība », in Kopoti raksti, 1, vol. 1, 3, Riga, 1910

14En 1908, l’architecte Eižens Laube publia un manifeste consacré au style national : « Chaque nation a ses traditions qui reflètent son caractère et sa perception de la beauté, ainsi qu’une certaine collection de formes favorites qui s’est transmise progressivement de génération en génération. C’est aussi l’un des facteurs qui explique la particularité du style »5. Les Lettons devaient avoir un style letton et Laube proposait un modèle permettant de l’obtenir : « Grâce aux choses du passé que nous avons conservées, nous, Lettons, avons une opportunité de nous immerger dans l’esprit de nos ancêtres, et plus nous continuerons à le faire, plus l’ancien esprit revivra en nous et revigorera chacun de nous, nos vies et notre travail, comme jamais auparavant, d’une manière nouvelle et puissante. Alors nos bâtiments afficheront également un caractère qui sera individuel et letton »6. Des 1904, J. Asars écrivait, lui, que l’art devait évoluer en harmonie avec l’esprit de son temps et ses conditions de vie : « aussi quand notre art pourra librement se développer en respectant les besoins du style de vie letton et en les satisfaisant, il sera alors un art authentique et dans la mesure où il sera un art authentique, il sera letton dans son caractère, à travers sa nécessité naturelle »7.

15Les premiers bâtiments conçus dans le style romantique national sont apparus à Riga en 1905, et se trouvent au 4 Lāčplēša iela, au 26 Aleksandra Čaka iela et au 15-17 Tērbatas iela. Les projets de tous ces bâtiments ont été signés par K. Pēkšēns. Ses partenaires de l’époque pour la conception étaient A. Malvess et E. Laube. Ce dernier est devenu le principal idéologue et promoteur de cette tendance stylistique. La façade de l’immeuble de M. Klaviņš au 26 Aleksandra Čaka iela porte, quant à elle, l’inscription « Mans nams – mana pils », qui signifie « Ma maison est mon palais », ainsi que de modestes décorations rappelant des motifs ethnographiques. La composition artistique repose sur une disposition asymétrique de la façade, avec deux textures différentes de plâtre appliquées sur les murs. Les ouvertures décalées d’un demi-niveau dans la partie médiane de l’avant-corps légèrement en saillie montrent la structure spatiale du bâtiment et l’emplacement des paliers en demi-espace dans les escaliers.

16L’école située au 15-17 Tērbatas iela (voir ill. ci-dessous) est l’un des joyaux de l’architecture du début du 20e siècle à Riga. Elle a été bâtie par le poète, avocat et éducateur Atis Ķeniņš. La silhouette du bâtiment est impressionnante et sa finition architecturale fait appel à divers matériaux de construction naturels, utilisés dans des combinaisons différentes. Outre la brique rouge, le plâtre de textures différentes et les incrustations de carreaux de céramique verts, la finition de la façade utilise aussi le travertin qui provenait des environs de la falaise de Staburags, un lieu situé sur la rive gauche de la Daugava et associé à la légende d’une vierge en pleurs (depuis la construction d’une centrale hydroélectrique en 1970, la falaise est désormais immergée). Plusieurs détails structurels sont visibles sur la façade, par exemple les linteaux en acier de construction laminé à chaud, au-dessus des fenêtres du deuxième étage, dans la partie de la façade revêtue de brique rouge, ainsi que des corbeaux expressifs, au sommet, qui sont les extrémités des fermes couvrant la salle de classe. Ces structures étaient également visibles et agencées artistiquement à l’intérieur du bâtiment.

École au 15-17 Tērbatas iela (1905, Konstantīns Pēkšēns et Eižens Laube)

École au 15-17 Tērbatas iela (1905, Konstantīns Pēkšēns et Eižens Laube)

Cliché Jānis Krastiņš

  • 8 Jahrbuch fur bildende Kunst in den Ostseeprovinzen, Architektenverein zu Riga, 1907, vol. 56

17Mais le plus productif des architectes romantiques nationaux a été Aleksandrs Vanags. Il a conçu un grand nombre de bâtiments en collaboration avec Pauls Kampe. L’architecte Augusts Malvess, pour sa part, a utilisé des formes différentes et inhabituelles, et joué sur les contrastes de textures et de couleurs. Plusieurs architectes allemands de la Baltique exerçant à Riga, tels que Wilhelm Bockslaff, Wilhelm Roessler et d’autres encore, ont également apporté leur contribution au romantisme national letton en produisant des œuvres qui utilisent cette approche stylistique. L’église de la Croix (ou église Sainte-Croix), qui se trouve au 120 Ropažu iela à Riga, est ainsi un emblème du romantisme national. Sa conception est l’œuvre de W. Bockslaff et Edgar Friesendorff. En 1907, les deux architectes avaient dessiné pour cette église des croquis dans un style néobaroque8, mais l’œuvre finalement réalisée montre que l’esprit novateur de l’époque a fini par triompher. Pour des raisons de commodité, les allées sont très étroites, tandis que la nef est asymétrique. La tour jouxte l’aile la plus longue du transept. Cette église est l’un des joyaux produits par la fusion des cultures lettone et allemande.

18On trouve un groupe imposant de bâtiments du style romantique national sur Brīvības iela, entre les rues Ģertrūdes et Lāčplēša. Les immeubles d’habitation des numéros 67, 69, 71 et 73 de Krišjāņa Valdemāra iela (voir ill. ci-dessous) forment l’ensemble le plus grand et l’un des plus impressionnants de cette tendance à Riga. L’immeuble du 67 Krišjāņa Valdemāra iela (1909, E. Laube) possède une imposante tour d’angle et des reliefs décoratifs reprenant d’élégants motifs ethnographiques stylisés. Les motifs, pareillement ethnographiques, figurant sur les façades des autres bâtiments (1909–1910, A. Vanags et P. Kampe) ne sont plus stylisés mais reproduits selon leur modèle d’origine. Le pilier en granit du portail d’entrée du 69 Krišjāņa Valdemāra iela rappelle les poteaux de bois utilisés dans l’architecture vernaculaire.

Immeubles d’habitation avec commerces aux numéros 67, 69, 71 et 73 Krišjāņa Valdemāra iela (1909-1910, Eižens Laube, Aleksandrs Vanags, Pauls Kampe)

Immeubles d’habitation avec commerces aux numéros 67, 69, 71 et 73 Krišjāņa Valdemāra iela (1909-1910, Eižens Laube, Aleksandrs Vanags, Pauls Kampe)

Cliché Jānis Krastiņš

19Par ailleurs, Reinhold Schmaeling, alors architecte de la ville de Riga, a conçu au tournant du 20e siècle un certain nombre de bâtiments qui représentent une autre variante formelle distinctive de l’Art nouveau. Sur les façades de ses bâtiments, les surfaces de briques rouges alternent avec des zones de plâtre claires. Plus d’une douzaine d’écoles, un complexe abritant le second hôpital de la ville de Riga, un marché couvert, une caserne de pompiers et d’autres bâtiments ont été construits à la manière des projets réalisés par R. Schmaeling.

20Puis, vers 1910, on a eu tendance à favoriser l’expression classique en architecture. C’est ainsi que le néoclassicisme a émergé pour contrebalancer l’utilisation excessive d’éléments décoratifs dans l’Art nouveau. Paradoxalement, l’immeuble abritant la Société lettone de Riga au 13 Merķeļa iela est l’exemple le plus ancien du néoclassicisme à Riga (1909, architectes E. Laube et E. Polis). Mais après 1910, la plupart des immeubles de banque construits dans la ville ont reflété la nouvelle tendance architecturale, employant un vocabulaire classique.

21Entre autres exemples remarquables du style Art nouveau, on peut citer pour finir plusieurs bâtiments industriels conçus par des architectes de renommée internationale. Le bâtiment de production de l’usine électrotechnique AEG au 214 Brīvības gatve a été ainsi construit selon les plans de Peter Behrens (1912), tandis que l’immeuble de la société franco-russe de caoutchouc, gutta-percha et télégraphe « Provodnik », au 31 Ganību dambis, suit les plans de Robert Maillard (1913).

22Quant à l’immeuble d’habitation et de boutiques du 5 Miera iela, construit en 1912 selon les plans d’Alexander Schmaeling, d’Edgar Hartmann et de Viktor Unverhau, c’est un joyau architectural unique de l’époque Art nouveau. La volumétrie du bâtiment avec son fenêtrage en forme de ruban ressemble de très près a des exemples typiques du Mouvement moderne, qui n’est apparu que dans les années 1920-1930. C’est une preuve évidente du fait que toute l’architecture moderne découle en réalité de l’Art nouveau.

Haut de page

Notes

1 Max Scherwinsky (éd.), Die Rigaer Jubilaums-Ausstellung 1901 in Bild und Wort: ein Erinnerungsbuch, Riga, Jonck & Poliewsky, 1902

2 Iela : rue en letton

3 Pour cet exemple et les suivants, les détails de l’historique de construction des bâtiments sont indiqués en fonction des données disponibles dans les archives du Conseil de la construction de la ville de Riga (Archives historiques de la Lettonie, fonds 2761, description 3).

4 G. Brodersen, Arhitekturnye fasady v novom stile, Sankpeterburg, 1902, p. 14

5 E. Laube, « Par būvniecības stilu », in Zalktis, 1908, no 4

6 Ibid

7 J. Asars, « Mākslas amatniecība », in Kopoti raksti, 1, vol. 1, 3, Riga, 1910

8 Jahrbuch fur bildende Kunst in den Ostseeprovinzen, Architektenverein zu Riga, 1907, vol. 56

Haut de page

Table des illustrations

Titre Bâtiments Art nouveau dans le centre de Riga
Crédits Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2117/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Immeuble d’habitation au 7 Audēju iela (1899, Alfred Aschenkampff et Max Scherwinsky), dessin du projet
Crédits Cliché Jānis Krastiņš
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2117/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Immeuble d’habitation au 7 Audēju iela (1899, Alfred Aschenkampff et Max Scherwinsky), vue extérieure
Crédits Cliché Jānis Krastiņš
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2117/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Immeuble d’habitation avec boutiques, situé au 55 Brīvības iela (1900, Wilhelm Neumann)
Crédits Cliché Jānis Krastiņš
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2117/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Immeuble d’habitation situé au 12 Alberta iela (1903, Konstantīns Pēkšēns et Eižens Laube), vue extérieure
Crédits Cliché Jānis Krastiņš
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2117/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Titre Immeuble d’habitation situé au 12 Alberta iela (1903, Konstantīns Pēkšēns et Eižens Laube), croquis en perspective d’Eižens Laube
Crédits Cliché Musée d’Art Nouveau de Riga
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2117/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Titre Immeuble situé au 10b Elizabetes iela (1903, Mikhail Eisenstein)
Crédits Cliché Jānis Krastiņš
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2117/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Immeuble d’habitation au 19 Stabu iela (1908, Jānis Alksnis)
Crédits Cliché Jānis Krastiņš
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2117/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Immeuble de banque situé au 14 Tērbatas iela (1909, Konstantīns Pēkšēns, Arthur Moedlinger), vue extérieure
Crédits Cliché Jānis Krastiņš
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2117/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Immeuble de banque situé au 14 Tērbatas iela (1909, Konstantīns Pēkšēns, Arthur Moedlinger), vitrail de Kārlis Brencēns dans l’escalier
Crédits Cliché Jānis Krastiņš
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2117/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Immeuble de bureaux situé aux 22 et 24 Kaļķu iela (1912-1917, Herbert Tiemer, Max Deubner et Paul Mandelstam)
Crédits Cliché Jānis Krastiņš
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2117/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre École au 15-17 Tērbatas iela (1905, Konstantīns Pēkšēns et Eižens Laube)
Crédits Cliché Jānis Krastiņš
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2117/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Immeubles d’habitation avec commerces aux numéros 67, 69, 71 et 73 Krišjāņa Valdemāra iela (1909-1910, Eižens Laube, Aleksandrs Vanags, Pauls Kampe)
Crédits Cliché Jānis Krastiņš
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2117/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jānis Krastiņš, « Riga, métropole art nouveau »La Revue de la BNU, 19 | 2019, 18-27.

Référence électronique

Jānis Krastiņš, « Riga, métropole art nouveau »La Revue de la BNU [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 17 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rbnu/2117 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rbnu.2117

Haut de page

Auteur

Jānis Krastiņš

Professeur à la Faculté d’architecture, Université technologique de Riga

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search