Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Le DossierBeaux-Arts et arts décoratifsDans le sillage de la modernité :...

Le Dossier
Beaux-Arts et arts décoratifs

Dans le sillage de la modernité : l’Art nouveau dans la peinture lettone au tournant du 20e siècle

Aija Brasliņa
Traduction de Laura Zeitler
p. 68-75
Traduction(s) :
Uz modernizācijas viļņa: Jūgendstils Latvijas glezniecībā 19. un 20. gadsimta mijā [lv]

Texte intégral

1Vers 1900, l’Art nouveau investit Riga, la métropole balte multiculturelle. Il s’y exprime tout particulièrement a la veille de la Première Guerre mondiale, dans les domaines de l’architecture, des arts décoratifs et des arts graphiques. La Lettonie se trouve alors dans une situation politique et sociale complexe, tandis que d’un point de vue économique, elle fait partie des régions les plus prospères de l’Empire russe. Ce mouvement artistique qui domine le continent européen, orienté vers la synthèse des arts, s’y développe après l’exposition du 700e anniversaire de Riga en 1901. On l’appelle notamment « modern style », « new style », « Sécession », jusqu’à l’adoption du terme allemand « Jugendstil », issu du titre de la revue d’art Jugend publiée à Munich. À cette époque, Riga est l’une des plus grandes villes de l’Empire russe, et le centre artistique principal des provinces baltes. Elle entretient en outre un lien étroit et traditionnel avec l’espace culturel germanique, et ce jusqu’à la Première Guerre mondiale.

2Autour de 1900 donc, le milieu artistique de Riga s’anime et entre dans une nouvelle phase de développement. L’organisation de la vie culturelle locale est principalement déterminée par ses contacts avec les foyers artistiques allemands, ainsi qu’avec ceux de Saint-Pétersbourg et de Moscou. En 1898, la Société d’art de Riga (Rigascher Kunstverein, fondée en 1870), tournée vers l’Allemagne, inaugure son Salon et y organise régulièrement des expositions d’artistes baltes, lettons et étrangers. Elle collabore avec des galeries prestigieuses de Berlin (les salons d’art de Fritz Gurlitt et de Keller & Reiner), des artistes de Munich, de Russie, de Finlande… C’est ensuite l’Association balte des expositions d’art itinérantes (Verein der Förderung des Kunstinteresses durch Wanderausstellungen) qui est fondée en 1900 dans une optique régionaliste. Enfin, sous l’impulsion du baron Gerhard von Rosen (1856-1927), l’Union des artistes baltes (Baltischer Künstlerbund) est créée en 1910. Dans ce contexte, l’Art nouveau se manifeste dans la promotion des activités de ces cercles culturels, à travers le graphisme des affiches d’expositions.

3Conçu par le célèbre architecte et historien de l’art Wilhelm Neumann (1849-1919), sur le modèle des musées d’art allemands du 19e siècle, le Musée d’art de la ville de Riga ouvre ses portes en 1905. Il joue un rôle important dans le développement culturel de la région balte. Son exposition inaugurale Ausstellung baltischer Kunstler (« Exposition des artistes baltes », voir ill. ci-dessous), ainsi que le design de son affiche et de son catalogue sont marqués par l’influence de l’Art nouveau. De même, la Société d’art de Riga poursuit la diffusion de l’art européen contemporain en présentant des expositions allemandes, russes, françaises et suédoises, auxquelles participent des célébrités internationales et des artistes plus confidentiels. Pourtant, l’activité du marché de l’art reste faible.

Exposition inaugurale du Musée d’art de la ville de Riga, 1905

Exposition inaugurale du Musée d’art de la ville de Riga, 1905

Photographie : auteur inconnu (collection privée, Riga), droits réservés

  • 1 Germano-Baltes ou Allemands des pays baltes : population minoritaire d’origine et de langue alleman (...)

4Cette vague de modernisation touche les artistes de manière différente selon leurs origines et permet notamment aux femmes de faire leur entrée dans le domaine des arts. Les innovations contemporaines, qui ne sont pas exclusivement associées à l’Art nouveau, se retrouvent ainsi dans les œuvres des trois principaux artistes lettons de l’époque, Vilhelms Purvītis (1872-1945), Janis Rozentāls (1866-1916) et Johann Walter (1869-1932), ainsi que dans celles des Germano-Baltes1 tels que Bernhard Borchert (1862- 1945) ou Eva Margarethe Borchert-Schweinfurth (1878- 1964). Vers 1900, les artistes lettons s’installent à Riga et participent au renouveau culturel de la région. Ils parviennent ainsi à élever rapidement la peinture lettone au niveau de celle des principaux centres européens. De plus, ils introduisent dans les arts visuels des références à l’identité nationale. L’Exposition ethnographique lettonne (1896) en témoigne, avec la présence de l’Association patriotique et moderne des étudiants lettons des écoles d’art de Saint-Pétersbourg, « Rūķis » (« Gnome », fondée en 1891), dans la section « Art ». À la recherche de leur propre émancipation sociale et nationale, les artistes lettons collaborent avec le milieu culturel germano-balte. Apres la révolution de 1905, le « romantisme national » se manifeste dans l’architecture et les arts visuels. De même, l’organisation indépendante d’expositions, la création des premiers salons d’art letton et la fondation assez tardive de la Société de promotion de l’art letton (1911) témoignent de cette prise de conscience nationale.

5D’importantes publications locales popularisent les tendances artistiques de l’époque : en letton, les nouvelles revues culturelles Mājas Viesa Mēnešraksts (« Le Magazine de l’hôte du foyer », 1895-1905), Vērotājs (« L’Observateur », 1903-1905), Zalktis (« La Couleuvre », 1906-1910), les revues décadentes éphémères Kāvi (« Lumières arctiques », 1906), Dzelme (« L’Abime », 1906-1907), Pret Sauli (« Au soleil », 1906), Stari (« Rayons », 1906-1908) ; en allemand, l’Annuaire de l’art balte (Jahrbuch fur bildende Kunst in den Ostseeprovinzen, 1907-1913), publié par la Société des architectes de Riga. L’actualité culturelle internationale se diffuse en Lettonie grâce aux périodiques d’art occidentaux et russes, comme par exemple Jugend, Die Kunst fur Alle, Pan, Ver Sacrum, The Studio, Kunst und Kunstler, ou encore Mir iskusstva et Apollon. L’art pour l’art, la liberté artistique subjective et l’esthétisme ont marqué les artistes locaux qui s’imprègnent des courants « fin de siècle » – le symbolisme et l’Art nouveau –, principalement par le biais des revues allemandes.

  • 2 Eduards Kļaviņš (éd.), Art History of Latvia. vol. 4 : Period of Neo-Romanticist Modernism, 1890–19 (...)

6Les dernières recherches menées sur l’histoire de l’art en Lettonie présentent le « modernisme néoromantique » comme le mouvement artistique principal au tournant du siècle2. L’Art nouveau n’est alors qu’un aspect de cette modernité. Dans le domaine de la peinture, il se mêle à d’autres influences artistiques. Ainsi, de nombreuses peintures réalisées en Lettonie entre la fin des années 1890 et le début de la Première Guerre mondiale montrent une influence de ce mouvement : des lignes courbes fluides et asymétriques, de longs coups de pinceaux linéaires, des formes et contours biomorphiques, une stylisation décorative et ornementale et une tendance au raffinement chromatique. Cette influence se manifeste aussi bien dans de vastes compositions que dans les détails des œuvres. Mais l’Art nouveau, dans sa pureté stylistique, semble davantage s’épanouir dans les arts graphiques et les arts décoratifs.

Vilhelms Purvītis (1872–1945), Hiver, ca. 1910. Huile sur carton. 71,3 x 101,8 cm (coll. Musée national d’art de Lettonie, Riga)

Vilhelms Purvītis (1872–1945), Hiver, ca. 1910. Huile sur carton. 71,3 x 101,8 cm (coll. Musée national d’art de Lettonie, Riga)

Cliché Musée national d’art de Lettonie

  • 3 Voir Robert Schmutzler, Art nouveau, Stuttgart, Hatje, 1962

7Dans la peinture, la stylisation de l’Art nouveau fusionne avec d’autres mouvements européens modernes tels que l’impressionnisme, le symbolisme, le romantisme national et le postimpressionnisme. Elle est également liée au réalisme tardif ou à l’académisme, puis au néo-classicisme qui se développe dans l’art letton vers 1910 en réaction à l’impressionnisme. Par ailleurs, les motifs et la charge émotionnelle des œuvres d’art sont influencés par ce qu’on appelle le « romantisme biologique »3, qui s’exprime par la fascination et la glorification de la nature et de l’Homme, ainsi que du mystère de la vie et de la mort, tandis que l’Art nouveau se tourne vers la philosophie symboliste.

8À la fin du 19e siècle et au début du 20e, les innovations stylistiques et les motifs présents dans la peinture lettone s’inspirent des productions artistiques allemandes, russes, écossaises (« Glasgow boys »), françaises, scandinaves et finnoises du « new art » de l’époque. En effet, les artistes ont accès aux œuvres originales à Saint-Pétersbourg, à Riga ou lors de voyages dans les centres artistiques occidentaux et nord-européens. Dans la capitale de l’Empire russe, l’impulsion est lancée par le cercle artistique Mir iskusstva (Monde de l’art), qui organise des expositions d’art étranger. Il faut préciser que les membres de la première génération du groupe Rūķis, Vilhelms Purvītis et Johann Walter, ont collaboré avec les artistes de ce cercle.

  • 4 Les artistes lettons ont étudié History of 19th Century Painting de l’historien d’art allemand Rich (...)

9Dès le printemps 1898, Purvītis, Rozentāls et Walter ont l’opportunité de voyager ensemble à travers l’Europe occidentale (Berlin, Dresde, Cologne, Munich, Strasbourg, Vienne, l’Italie du Nord et Paris), avec le professeur de l’Académie impériale des arts de Saint-Pétersbourg, Arkhip Kuindzhi. À cette occasion, ils rencontrent les impressionnistes français, les sécessionnistes allemands, le divisionniste Giovanni Segantini et les représentants d’autres mouvements modernes, dont les influences respectives sont difficiles à identifier. Apres avoir bénéficié d’une formation artistique supérieure à Saint-Pétersbourg, Purvītis, Rozentāls et Walter rentrent à Riga. Des lors, l’influence occidentale domine la peinture lettone : en témoigne leur début de carrière ou se mélangent des influences impressionnistes, symbolistes et Art nouveau. Au même moment, à la fin des années 1890, s’ajoute l’influence de James Abbott McNeill Whistler4. Ainsi, dans les œuvres de cette période, le linéarise de l’Art nouveau fusionne souvent avec les procédés impressionnistes, les effets de plein air, l’asymétrie et la fragmentation de la composition. Puis, au début du 20e siècle, la stylisation décorative abstraite s’accentue, l’espace de la peinture s’aplanit, le rythme s’intensifie et les effets de couleurs se diversifient.

Johann Walter (1869–1932), Canards, ca. 1898. Huile sur toile. 103 x 111 cm (coll. Musée national d’art de Lettonie, Riga)

Johann Walter (1869–1932), Canards, ca. 1898. Huile sur toile. 103 x 111 cm (coll. Musée national d’art de Lettonie, Riga)

Cliché Musée national d’art de Lettonie

10Ces évolutions s’illustrent dans le paysage (voir ill. ci-dessus et plus haut), le genre dominant de l’époque, mais aussi dans des portraits et des compositions figuratives. Ainsi, le motif du paysage nordique révèle une perception poétique de la nature et une forme artistique très esthétisée. Dans ces paysages d’ambiance symboliste, les dynamiques de la surface de l’eau, des vagues, des reflets, des courbes des berges, des troncs d’arbres et du feuillage ou encore des nuages, sont particulièrement adaptées au langage formel de l’Art nouveau, tandis que les effets de la lumière du Nord et la brume déterminent les variations de couleurs. De même, la représentation des modèles et de l’environnement dans la peinture de portrait ou dans les scènes de genre révèle des techniques d’expression Art nouveau (voir ill. ci-dessous). Toutefois, les peintres utilisent plus régulièrement la stylisation linéaire propre à ce mouvement dans les arts graphiques.

Janis Rozentāls (1866–1916), Portrait de la femme de l’artiste, Elli Rozentāle, 1906. Pastel sur carton. 88 x 59 cm (coll. Musée national d’art de Lettonie, Riga)

Janis Rozentāls (1866–1916), Portrait de la femme de l’artiste, Elli Rozentāle, 1906. Pastel sur carton. 88 x 59 cm (coll. Musée national d’art de Lettonie, Riga)

Cliché Musée national d’art de Lettonie

11Le mariage du symbolisme et de l’Art nouveau se manifeste clairement dans les œuvres figuratives de Janis Rozentāls, tant dans le choix du sujet que dans celui du style. Dès la fin des années 1890, l’artiste est attiré par la fantaisie symboliste, les figures allégoriques et mythologiques, qui s’accordent au langage formel de l’Art nouveau. Par ailleurs, l’amitié de Bernhard Borchert et de sa femme Eva-Margarethe Borchert-Schweinfurth rapproche Rozentāls des modèles de la Sécession allemande et de la scène artistique parisienne. Il s’installe à Riga en 1901 et vit sous le toit du couple pendant plusieurs années. À cette époque, Rozentāls est déjà captivé par les symbolistes comme Arnold Böcklin, Max Klinger, Franz von Stuck, Ludwig von Hoffmann ou encore Edmond Aman-Jean. Les artistes germano-baltes les plus modernes suivent l’actualité des principaux centres artistiques d’Allemagne, Munich et Berlin. Ainsi, Borchert et Rozentāls s’intéressent à la création symboliste fantastique, avec des scènes arcadiennes qui s’éloignent de leurs motifs habituels et des personnages représentés dans une unité néoromantique avec la nature. Dans ces deux cas, les observateurs contemporains relèvent des similitudes avec les scènes bucoliques de Ludwig von Hoffmann, dont l’œuvre est régulièrement présentée à Riga dans des expositions collectives et individuelles (en particulier en 1901).

12Dans ce contexte fin de siècle, Rozentāls se nourrit simultanément de sujets issus du symbolisme international et du romantisme national. En utilisant le langage formel de l’Art nouveau et la plasticité impressionniste des nus féminins, cet adepte de la « religion de la beauté » crée à la fois des figures de femme fatale démoniaque et de femme douce et fragile. Dans son interprétation, la jeunesse féminine, privilégiée dans le symbolisme et l’Art nouveau, est idéalisée pour se conformer à l’idéal classique. Ainsi, dans sa grande composition Arcadia (ca. 1910, conservée au Musée national d’art de Lettonie a Riga ; voir ill. ci-dessous) d’influence Art nouveau, Rozentāls présente une vision contemporaine du monde moderne, qu’il mêle librement a des références classiques, tout en intégrant, dans sa représentation de l’harmonie entre l’homme et la nature, la légèreté impressionniste et l’ambiance onirique propres aux symbolistes. Les influences du romantisme national finnois et en particulier d’Akseli Gallen-Kallela, qui était très estimé par l’artiste letton, s’expliquent par les contacts de Rozentāls avec la Finlande. Ces liens se renforcent encore par son mariage en 1903 avec la chanteuse finlandaise Elli Forssell. Dans le panorama général de l’art balte, les compositions symboliques et bucoliques de Rozentāls – telles que Filles du soleil (1912, Musée national d’art de Lettonie, Riga) et Femmes-cygnes (ca. 1910, ibidem) – témoignent de la volonté des artistes d’origine lettone de chercher l’inspiration dans les sources nationales de la mythologie et du folklore.

Janis Rozentāls (1866–1916), Arcadia, ca. 1910. Huile sur toile. 137 x 230 cm (coll. Musée national d’art de Lettonie, Riga)

Janis Rozentāls (1866–1916), Arcadia, ca. 1910. Huile sur toile. 137 x 230 cm (coll. Musée national d’art de Lettonie, Riga)

Cliché Musée national d’art de Lettonie

  • 5 Voir par exemple Mary Illyne, « A Russian painter, W. Pourwit », in The Studio, 33, no 142 (1905), (...)

13Alors que les artistes germano-baltes dominent la scène artistique de Riga, l’œuvre de Purvītis est reconnue au niveau national et international vers 19055. Rozentāls n’accède a cette renommée qu’en 1913, lors de l’exposition de la Sécession au Palais de verre (Glaspalast) de Munich. À cette occasion, il présente le tableau Princesse avec un singe (1913, Musée national d’art de Lettonie, Riga ; voir ill. ci-dessous), qui occupe une place fondamentale dans l’histoire de l’art letton. Cette œuvre est l’une des expressions les plus célèbres du symbolisme et de l’Art nouveau locaux. Son message est interprété par les contemporains comme une parabole allégorique de la dépendance de l’artiste à l’égard de la société ou de l’art.

Janis Rozentāls (1866–1916), Princesse avec un singe, 1913. Huile sur toile. 147,5 x 71 cm (coll. Musée national d’art de Lettonie, Riga)

Janis Rozentāls (1866–1916), Princesse avec un singe, 1913. Huile sur toile. 147,5 x 71 cm (coll. Musée national d’art de Lettonie, Riga)

Cliché Musée national d’art de Lettonie

14Enfin, l’Art nouveau se manifeste également dans les œuvres les plus marquantes de la peinture monumentale lettone. En témoignent les décors de Purvītis représentant des paysages baltes au niveau des lunettes du Musée d’art de la ville de Riga (1907-1908, actuel Musée national d’art de Lettonie), ou encore les compositions allégoriques de Rozentāls, mêlant romantisme national et tradition classique, pour la façade du bâtiment de la Société lettone de Riga (1910).

15L’appropriation des innovations de l’Art nouveau et l’intégration des préceptes de « l’art pour l’art » jettent les bases du développement de l’art moderne letton au 20e siècle. La modernité s’exprime alors par la fusion ou la cohabitation de plusieurs tendances. La présence de l’Art nouveau démontre, quant à elle, le lien entre les peintres lettons et la vie artistique de la capitale de l’Empire russe, mais également l’influence progressive des modèles venus d’Europe occidentale et nordique. Mais si la peinture lettone a fait l’objet de nombreuses études, l’activité artistique des Germano-Baltes est moins connue, en raison d’un héritage dispersé et insuffisamment interprété. Mal exploré, ce champ demeure ouvert à la recherche.

Haut de page

Bibliographie

Aija Brasliņa et Laima Slava (éd.), Janis Rozentāls, Riga, Neputns, 2017

Silvija Grosa (éd.), Jūgendstils. Laiks un telpa : Baltijas jūras valstis 19.–20. gs. mijā = Art Nouveau. Time and Space : The Baltic Sea Countries at the Turn of the 20th Century, Riga, Jumava, 1999

Jeremy Howard, Art Nouveau. International and National Styles in Europe, Manchester, New York, Manchester University Press, 1996

Eduards Kļaviņš (éd.), Art History of Latvia. vol. 4 : Period of Neo-Romanticist Modernism, 1890–1915 (avec les contributions d’Eduards Kļaviņš, Kristiāna Ābele, Silvija Grosa et Valdis Villerušs), Riga, Institut d’histoire de l’art de l’Académie des arts de Lettonie ; Fondation de soutien à la recherche en histoire de l’art, 2014

Rodolphe Rapetti (dir.), Ames sauvages. Le symbolisme dans les pays baltes, Paris, Musée d’Orsay/RMN, 2018

Haut de page

Notes

1 Germano-Baltes ou Allemands des pays baltes : population minoritaire d’origine et de langue allemandes installée notamment en Lettonie et en Estonie, du 12e siècle a 1940 (n. de la trad.).

2 Eduards Kļaviņš (éd.), Art History of Latvia. vol. 4 : Period of Neo-Romanticist Modernism, 1890–1915 (cf. Orientations bibliographiques)

3 Voir Robert Schmutzler, Art nouveau, Stuttgart, Hatje, 1962

4 Les artistes lettons ont étudié History of 19th Century Painting de l’historien d’art allemand Richard Muther (Muther, Richard, Geschichte der Malerei im 19. Jahrhundert, München, Hirth, 1893–1894). Les sources d’information et d’inspiration venaient aussi des périodiques d’art de l’époque mentionnés auparavant.

5 Voir par exemple Mary Illyne, « A Russian painter, W. Pourwit », in The Studio, 33, no 142 (1905), p. 285-290 ; voir aussi les reproductions des peintures de Purvītis dans des revues d’art étrangères : Die Kunst fur Alle, 17, no 3 (1901/1902), p. 60 ; Ver Sacrum, 5, no 2 (1902), p. 30, 44, etc.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Exposition inaugurale du Musée d’art de la ville de Riga, 1905
Crédits Photographie : auteur inconnu (collection privée, Riga), droits réservés
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2177/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Vilhelms Purvītis (1872–1945), Hiver, ca. 1910. Huile sur carton. 71,3 x 101,8 cm (coll. Musée national d’art de Lettonie, Riga)
Crédits Cliché Musée national d’art de Lettonie
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2177/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Johann Walter (1869–1932), Canards, ca. 1898. Huile sur toile. 103 x 111 cm (coll. Musée national d’art de Lettonie, Riga)
Crédits Cliché Musée national d’art de Lettonie
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2177/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Janis Rozentāls (1866–1916), Portrait de la femme de l’artiste, Elli Rozentāle, 1906. Pastel sur carton. 88 x 59 cm (coll. Musée national d’art de Lettonie, Riga)
Crédits Cliché Musée national d’art de Lettonie
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2177/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Janis Rozentāls (1866–1916), Arcadia, ca. 1910. Huile sur toile. 137 x 230 cm (coll. Musée national d’art de Lettonie, Riga)
Crédits Cliché Musée national d’art de Lettonie
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2177/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Janis Rozentāls (1866–1916), Princesse avec un singe, 1913. Huile sur toile. 147,5 x 71 cm (coll. Musée national d’art de Lettonie, Riga)
Crédits Cliché Musée national d’art de Lettonie
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2177/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aija Brasliņa, « Dans le sillage de la modernité : l’Art nouveau dans la peinture lettone au tournant du 20e siècle »La Revue de la BNU, 19 | 2019, 68-75.

Référence électronique

Aija Brasliņa, « Dans le sillage de la modernité : l’Art nouveau dans la peinture lettone au tournant du 20e siècle »La Revue de la BNU [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 08 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rbnu/2177 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rbnu.2177

Haut de page

Auteur

Aija Brasliņa

Directrice des collections et de la recherche (1700-1950), Musée national d’art de Lettonie

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search