Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Le DossierBeaux-Arts et arts décoratifsUne ambiance Art nouveau : aspect...

Le Dossier
Beaux-Arts et arts décoratifs

Une ambiance Art nouveau : aspects du développement des arts décoratifs en Lettonie

Velta Raudzepa
Traduction de Hancock Hutton
p. 84-93
Traduction(s) :
Jūgendstila noskaņās: dekoratīvās mākslas attīstības aspekti Latvijā [lv]

Texte intégral

1Au tournant du 19e et du 20e siècle, la Lettonie fait encore partie de l’empire russe, mais le mouvement qui va s’avérer essentiel pour la formation de l’identité nationale et conduire à la création de l’État letton indépendant est déjà amorcé. L’Art nouveau dans les arts décoratifs n’est pas aussi manifeste que dans l’impressionnante architecture de la période à Riga. Il n’est donc pas aussi facile d’en discuter. Il convient plutôt de le traiter comme une mosaïque dont les pièces doivent être rassemblées.

2D’un point de vue historique, et c’est essentiel, cette période est marquée par les conditions politiques, économiques et sociales, les gouts du public et les traditions, l’influence internationale et locale, les opportunités éducatives, les situations culturelles et la formation de l’identité nationale. Tout ceci a eu une influence sur le développement artistique en Lettonie, comme l’ont du reste montré d’autres articles du présent dossier. Il faut également souligner qu’en raison du passé du pays, dont l’histoire est marquée par les occupations successives, les révolutions et les exils, un grand nombre d’œuvres de la période Art nouveau ont été détruites ou ont disparu. Cela rend la recherche difficile, tout en donnant l’envie de relever le défi.

  • 1 Eduards Kļaviņš, Silvija Grosa, Ināra Novadniece, Agrita Tipāne (Lettonie), ainsi que Jeremy Howard (...)

3Mentionnons encore que plusieurs historiens de l’art ont déjà travaillé sur ce sujet1. Mais malgré ces premiers travaux, il reste encore beaucoup à dire et à découvrir. Aussi mes recherches ne doivent-elles pas être considérées comme une étude entièrement terminée. Il s’agit plutôt d’une tentative de rassembler des sources différentes et de montrer quelle diversité existait dans le contexte qui a entouré la création de ces œuvres.

  • 2 Le Musée national d’art de Lettonie, le Musée des arts décoratifs et du design, le Musée national d (...)
  • 3 Musée Ģederts Eliass d’histoire et d’art de Jelgava, Musée Saldus J. Rozentāls d’histoire et d’art, (...)
  • 4 Archives nationales de Lettonie, Bibliothèque nationale de Lettonie, Bibliothèque universitaire de (...)

4Plusieurs questions portent sur certains aspects du développement stylistique. À quel point le style Art nouveau était-il populaire en Lettonie d’une manière générale, et parmi les artistes en particulier ? Est-il possible de trouver de nouveaux objets d’étude ou d’obtenir des informations complémentaires sur le sujet ? Comment l’intérêt pour les principes de ce nouveau style moderne et son impulsion internationale ont-ils pu cohabiter avec l’idée de développer professionnellement un art décoratif national spécifique ? On tentera de répondre à ces questions en envisageant différents domaines des arts décoratifs lettons. Je me baserai, pour mon étude, sur des œuvres appartenant aux collections des musées de Riga2 comme à celles de musées régionaux3, de fonds d’archives et de bibliothèques4, de l’Inspection d’État pour la protection du patrimoine, ou encore à des collections privées. Et pour montrer quels étaient les gouts de « la Lettonie de l’époque », je m’appuierai également sur certains exemples d’objets Art nouveau artisanaux et manufacturés.

  • 5 Saint-Pétersbourg était le principal centre d’éducation supérieure pour les Lettons, à cette époque
  • 6 Née Johanna Emīlija Lizete Rozenberga (Elza Rozenberga, 1865-1943).

5Pour aborder le domaine de l’art textile, évoquons tout d’abord le célèbre peintre letton Janis Rozentāls (1866-1917). Formé à l’Académie des beaux-arts de Saint-Pétersbourg5 et considéré comme un symbole de l’identité nationale lettone en peinture, il a également apporté sa contribution à l’art textile. Sa « tapisserie d’autel » (1910 ; voir ill. ci-dessous) pour l’église Saint-Jean de Riga, issue de la collection du Musée des arts décoratifs et du design (et brodée selon la technique du point de croix par des femmes de la paroisse), est la seule de ses œuvres textiles à avoir survécu. Les autres échantillons existants sont principalement des croquis. Dans la tapisserie d’autel, on peut distinguer son approche novatrice, consistant à placer le motif symbolique du pommier dans la partie centrale de la composition. Cet arbre revêt une signification particulière pour les Lettons : il est le symbole de l’art national populaire, des contes et des chansons folkloriques. Il apparaît d’ailleurs aussi sur le croquis d’un autre projet de tapisserie d’autel (vers 1910). L’artiste avait également utilisé d’autres motifs d’arbres, tels que le chêne ou le sorbier, pour la couverture du livre de contes populaires lettons Aizsolītais dēls (« Le fils promis ») vers 1907, deux arbres qui revêtent eux aussi une signification symbolique dans la culture lettone. Deux de ses croquis de tapisseries d’autel (vers 1910) sont réalisés d’une manière plus décorative (sans utiliser d’arbres symboliques). Dans la composition, on peut noter certaines similitudes avec l’œuvre de J. J. Vrieslander de Düsseldorf (Allemagne). Janis Rozentāls avait aussi dessiné plusieurs rideaux de scène, comme en 1909 pour la pièce Vaidelote d’Aspazija6, et œuvré la même année pour le bâtiment de la Société lettone de Riga dont la façade est ornée d’une composition figurative peinte dans les styles Art nouveau et symboliste.

Janis Rozentāls, tapisserie d’autel, église Saint-Jean de Riga, 1910. Broderie de laine et de lin, 112x256 cm

Janis Rozentāls, tapisserie d’autel, église Saint-Jean de Riga, 1910. Broderie de laine et de lin, 112x256 cm

Cliché Musée national d’art de Lettonie

6L’intérêt de l’artiste pour l’Art nouveau et sa diversité créative s’illustre également à travers les arts graphiques, les vignettes et couvertures de livres. Sa manière y est encore plus dynamique, les lignes et les formes encore plus vivantes. Ceci est particulièrement évident dans certains de ses croquis pour des couvertures d’ouvrages tels que Fantaisies à propos des fleurs de Vilis Plūdonis (vers 1906), la revue artistique Zalktis (1907), les Contes populaires lettons et le calendrier Zemgaliešu (1904), ou même dans ses vignettes « Rubens » (de 1915). Janis Rozentāls a aussi conçu, au début du siècle, des meubles de style Art nouveau pour son appartement (meubles réalisés par son ami, le peintre Borchert).

  • 7 Le fondateur de l’Académie fut le baron Alexander von Stieglitz (1814-1884).
  • 8 L’Académie a été fondée en 1876 et a ouvert le 12 novembre 1879. Apres octobre 1917, l’école a été (...)
  • 9 Sbornik klassnyh rabot učenikov central’nogo učiliŝa tehničeskogo risovania barona Štiglica za 1896 (...)
  • 10 L’idée est même apparue de fonder en Lettonie un équivalent de l’Arts and Crafts Society.
  • 11 Dmitriy Severyuhin, Artistic Petersburg of the Times Past. Professional Market and the Means of art (...)

7Les diplômés de l’Académie centrale de dessin technique Stieglitz7 de Saint-Pétersbourg8, qui était devenue très populaire et permettait aux Lettons de l’époque d’accéder à un enseignement supérieur, ont apporté une contribution importante à tous les domaines des arts décoratifs. Ces artistes ont ensuite poursuivi leur carrière en Lettonie et contribué au développement et à la professionnalisation de l’art national letton dans les années 1920-1930. Les carnets de croquis de l’Académie Stieglitz, publiés chaque année, permettent de suivre le travail créatif des artistes au début du siècle. Plusieurs dessins de Jūlijs Straume, Rūdolfs Pērle, Kārlis Brencēns y ont ainsi été publiés en 1896, 1901, 1902, 1903, 1904, etc.9 Il s’agit principalement de motifs pour des textiles (textiles imprimés, courtepointes, nappes) ainsi que pour des papiers-peints ornés de motifs floraux. Malheureusement, ces carnets ne nous permettent d’en apprécier que la composition, puisqu’ils étaient imprimés en noir et blanc. Mais nous pouvons en imaginer la couleur à partir des œuvres originales figurant dans les collections et les archives des musées. L’école disposait d’une bonne bibliothèque ou les étudiants pouvaient lire des magazines tels que The Studio, Dekorative Kunst, Jugend, Pan et d’autres publications étrangères d’Allemagne, de France ou de Russie. Ils y découvraient le mouvement Arts and Crafts, en discutaient10, étudiaient la nature, suivaient les tendances internationales, et s’en inspiraient pour développer leur propre style. L’un des magazines les plus influents était The Studio, qui informait sur les salons artistiques internationaux (tels que l’Exposition universelle de Paris en 1900) et d’autres expositions, et où l’on évoquait la carrière d’artistes comme William Morris, Walter Crane ou Charles Voysey... La rubrique Studio talk du même magazine, dans laquelle plus d’un projet novateur fut publié, a été une indéniable source d’inspiration. Les magazines allemands sur les arts et métiers connurent également une popularité croissante. À la fin du 19e siècle, la ville de Saint-Pétersbourg elle-même était un haut lieu du développement de l’art moderne. Des expositions internationales y furent organisées, telles que l’exposition d’art japonais ou l’exposition d’art russe et finlandais (en 1898). En 1899, le musée Stieglitz a même abrité une exposition des bijoux de René Lalique (1860-1945) et des œuvres en verre de Louis Comfort Tiffany (1848-1933)11.

Jūlijs Straume, « Les paons », croquis pour création textile, 1906. Gouache sur papier, 121x90 cm

Jūlijs Straume, « Les paons », croquis pour création textile, 1906. Gouache sur papier, 121x90 cm

Cliché Musée national d’art de Lettonie

8Si les étudiants réussissaient dans leurs études à l’Académie Stieglitz, ils pouvaient recevoir une bourse leur permettant d’étudier à l’étranger pendant plusieurs années. Les étudiants lettons eurent tous cette chance. Ils se rendirent en France, en Italie, en Espagne, Paris étant toujours le premier point de chute. Plusieurs d’entre eux étudièrent avec des artistes réputés et furent également exposés à l’étranger (dans les salons parisiens entre autres). C’est à Paris que l’artiste Jūlijs Straume (1874-1970) a peint ses plus beaux motifs pour des textiles et pour des papiers peints (entre 1905 et 1906). Ses dessins sont très professionnels, tant du point de vue de la composition que de celui des couleurs. Dans les collections et les archives des musées de Riga, on trouve ses croquis représentant différents oiseaux (grues, mouettes, etc.), des araignées, des motifs de fleurs et de plantes ou encore des poissons (motif ou l’influence de l’art japonais, populaire à l’époque, est bien visible). Une de ses créations textiles les plus impressionnantes – « Les paons » (voir ill. ci-dessus) – se trouve dans la collection du Musée national d’art letton. Elle reprend le motif de paon très souvent utilisé, au cours de la période Art nouveau, par de nombreux artistes (on peut citer, par exemple, le « Peacock Garden Wallpaper » de Walter Crane en 1889, des motifs de textiles en Angleterre, des vitraux de Felix Gaudin en France…). Sur certaines de ses esquisses à petite échelle, l’artiste indiquait parfois la source de son inspiration.

9Le sculpteur Gustavs Šķilters (1874-1954) a été lui aussi profondément influencé par le style Art nouveau. Diplômé de l’Académie Stieglitz en 1899, il étudia avec Auguste Rodin à Paris, ainsi que dans d’autres lieux (de 1900 à 1905). Ses merveilleux dessins représentant la nature (à partir d’une série de vingt-quatre « formes de la nature » – un travail imposé lors de ses études à l’Académie Stieglitz, en 1899) montrent de manière originale comment l’inspiration puisée dans la nature se transforme en art décoratif et en objets de design. On ne peut qu’admirer la virtuosité avec laquelle il crée des broches décoratives, des stylos, des miroirs ou des chandeliers à partir des feuilles ou des bourgeons d’un érable, d’un tremble, d’un tilleul (voir ill. ci-dessous). Il décline la plastique de l’Art nouveau dans des maquettes d’objets tels qu’une salière, une boîte aux lettres, un coffret à bijoux, un vase, un peigne ou une serrure. Ces objets de plâtre n’ont probablement jamais été réalisés dans un autre matériau, mais ils sont de bons témoins de l’époque et de la carrière de l’artiste. Son intérêt pour le style Art nouveau allait durer assez longtemps. Apres son retour de l’étranger, il est devenu chef du département de sculpture décorative à l’Académie Stieglitz (de 1905 à 1918).

Gustavs Šķilters, « Études des formes de la nature : l’érable », 1899. Papier, aquarelle, encre indienne, 26,5x35,2 cm

Gustavs Šķilters, « Études des formes de la nature : l’érable », 1899. Papier, aquarelle, encre indienne, 26,5x35,2 cm

Cliché Musée national d’art de Lettonie

  • 12 I. Novadniece, Jūlijs Madernieks, Rīga, Zinātne, 1982, p. 26, 32-33
  • 13 Tor Harald Hedberg (1862-1931), écrivain suédois. Le roman Judas fut publié pour la première fois e (...)

10Au début de sa carrière, Jūlijs Madernieks (1870-1955), un des maîtres incontestés des arts décoratifs en Lettonie dans les années 1920–1930, s’est principalement consacré aux ornements, au dessin de couvertures de livres et aux vignettes. C’est l’époque ou débutent la formation de son style et sa recherche d’une expression propre. On reconnaît une certaine influence des maîtres du mouvement Arts and Crafts (en particulier après son voyage d’étude à Londres en 1899), ainsi que des expressions du romantisme national en Finlande (surtout après l’Exposition universelle de Paris en 1900)12. L’influence de l’Art nouveau se fait sentir dans l’utilisation des courbes dans les motifs représentant des fleurs, mais aussi des serpents, sur des couvertures d’ouvrages tels que Poruka stāsti ou Judas de Tor Hedberg13 (vers 1906-1909). Son intérêt pour les motifs Art nouveau est également évident dans ses esquisses en noir et blanc, qui sont conservées dans les archives.

11Vers 1903-1904, l’artiste a réalisé plusieurs décors d’appartements privés dans le style Art nouveau. Le plus célèbre – bien que seules des photos aient survécu – est celui de l’appartement de l’avocat Fricis Albert, qui, si on le compare avec les travaux ultérieurs du créateur, pourrait être qualifié d’ornementation somptueuse. Vers 1906-1907, son art, principalement influencé par les styles décoratifs nationaux, se modifie et les courbes sinueuses se transforment en créations nettes et anguleuses. Ces dernières rendirent Madernieks populaire. On trouve des exemples de son nouveau style sur des couvertures du magazine mensuel Zalktis (1908) et sur une partie de la décoration intérieure réalisée en 1910 pour le hall du lycée Atis Ķēniņš.

  • 14 Par Jānis Jaunsudrabiņš, Gustavs Šķilters, etc.
  • 15 I. Novadniece, Jūlijs Madernieks, op. cit., p. 93. Deux des dessins de motifs de textiles de J. Mad (...)

12En 1913, Madernieks publia un recueil de dessins originaux (Ornements) à destination des créateurs, sévèrement critiqué par la presse14 qui jugeait ces dessins trop élaborés, mais qui fut cependant édité à l’étranger. Novateur, il avait imaginé des ornements géométriques à partir de fleurs, de plantes et d’animaux. Il avait aussi travaillé sur divers types d’expression géométrique, pour représenter les lettres de l’alphabet. La collection du Musée des arts décoratifs et du design montre que l’un de ses croquis pour le recueil Ornements (représentant des grenouilles, voir ill. ci-dessous) se retrouve sur une pièce de tissu. La particularité de ses créations textiles produites entre 1907 et 1914 réside dans l’utilisation de lignes verticales parallèles et d’ornements allongés15. Le maître a continué d’utiliser une expression Art nouveau dans ses textiles et dans ses meubles jusque dans les années 1920, ou il stylisait des motifs géométriques ainsi que divers animaux et plantes.

Jūlijs Madernieks, croquis pour le recueil Ornements, 1913

Jūlijs Madernieks, croquis pour le recueil Ornements, 1913

Cliché Musée national d’art de Lettonie

13La carrière de créateur de Jūlijs Madernieks est d’une grande richesse. Non content d’avoir produit un nombre important de motifs de textiles et d’avoir conçu des intérieurs et des meubles, il a également été critique d’art. À son retour à Riga, après avoir étudié à l’étranger, il ouvrit son propre atelier, le « Studio d’art Madernieks » (1904-1914) et travailla comme professeur dans plusieurs autres écoles d’art, devenant particulièrement influent dans le domaine de la composition, pour des générations de jeunes artistes.

  • 16 Il travailla aussi dans le domaine de l’art du métal et du verre, le design de meubles, a créé des (...)

14Il est important également de mentionner l’artiste Eduards Vītols (1877-1954), lui aussi diplômé de l’académie Stieglitz et qui a contribué à l’art textile, même si seule une petite partie de ses réalisations, datant de la période qui nous intéresse, ont survécu16. Il a créé des modèles de motifs textiles principalement inspirés par la nature, les fleurs en particulier.

  • 17 Pirmdienas rīts (le lundi matin), Otrdienas rīts (le mardi matin), Trešdienas rīts (le mercredi mat (...)

15Enfin, une contribution importante a été apportée par Pēteris Viļumsons (1872-1939), constructeur de métiers à tisser et qui donnait également des cours de tissage. Au début du 20e siècle, il a inventé un nouveau modèle de métier à tisser en Lettonie, de type Jacquard avec des cartes perforées. Son invention reçut plusieurs grands prix dans l’empire russe et à l’étranger. Il organisait régulièrement des cours de tissage et a produit au moins quatre carnets de modèles pour les tisserands17, dans lesquels il tentait de moderniser certains motifs issus de l’art populaire – dans la mesure où il était possible d’adapter les motifs Art nouveau au tissage. Mais ce style était manifestement plus facile à appliquer à la broderie, au crochet, a la dentelle au fuseau, aux appliqués...

16Dans le domaine de l’art de la céramique, il convient de mentionner Jūlijs Jaunkalniņš (1866-1919) et son « Assiette décorative » de 1892, conservée dans la collection du Musée des arts décoratifs et du design et qui en constitue l’échantillon le plus ancien. Jaunkalniņš était une figure éminente de l’Académie Stieglitz, a la tête de la classe de composition textile. Malheureusement, aucun de ses croquis de motifs pour tissus n’a survécu. Un autre exemple très ancien de l’art de la céramique est le vase à forme arrondie créé par Jūlijs Straume en 1903 (publié dans le carnet de croquis de l’Académie Stieglitz), avec un décor de feuilles de châtaignier, un motif très populaire dans l’Art nouveau.

  • 18 Ce vase porte une signature en letton alors que deux autres sont signés en russe, ce qui signifie p (...)

17Parmi les dernières acquisitions du Musée des arts décoratifs et du design figurent plusieurs œuvres créées entre 1910 et 1912 par le sculpteur Augusts Julla-Jurla (1872-1958) : « Vase aux poissons » (voir ill. ci-dessous), « Vase à l’oiseau et à la sauterelle » et « Bol au crabe »18 (portant tous l’estampille de l’Académie Stieglitz), magnifiques échantillons de l’Art nouveau, avec des motifs typiques et un relief à l’expression sculpturale. L’idée première de l’artiste était de rechercher une nouvelle forme. Il l’a trouvée en combinant ses compétences de céramiste et son talent de sculpteur. Il a également innové en utilisant le glacis de lustre.

Augusts Julla-Jurla, vase aux poissons, 1910-1912. Argile, glacis de lustre, relief, 31x50 cm

Augusts Julla-Jurla, vase aux poissons, 1910-1912. Argile, glacis de lustre, relief, 31x50 cm

Cliché Musée national d’art de Lettonie

18Ansis Cīrulis (1883-1942) est un autre artiste qui mérite d’être cité. C’est une figure emblématique dans tous les domaines des arts décoratifs lettons des années 1920 et 1930. La période Art nouveau correspond au début de sa carrière, et son intérêt ne portait alors que sur la céramique. Apres avoir étudié quelques mois à l’Académie Stieglitz, il poursuivit ses études dans divers studios de Riga et de Lettonie et, pendant sept ans, se rendit également de temps à autre à Paris. Il organisa même des expositions dans certains salons. Son intention était de combiner, dans ses décorations, les motifs floraux et les motifs géométriques ethnographiques, ainsi que de rechercher de nouvelles formes, des éléments de structure décorative et une expression des couleurs rompant avec la tradition (voir ill. ci-dessous). Dans certaines de ses créations, une influence scandinave est perceptible.

Ansis Cīrulis, vase, ca. 1900. Argile, peinture sous glacis, 53x63x43 cm

Ansis Cīrulis, vase, ca. 1900. Argile, peinture sous glacis, 53x63x43 cm

Cliché Musée national d’art de Lettonie

  • 19 Rossijskij etnografičeskij muzej 1902-2002, Sankt-Peterburg, Sdaviâ, 2001, p. 118

19Deux artistes qui n’ont pas fait d’études professionnelles supérieures à Saint-Pétersbourg, mais dont la formation a principalement été locale et qui ont étudié dans différents ateliers méritent eux aussi notre attention. Il s’agit de Pēteris Šteinbergs (1874-1938) et de Jēkabs Dranda (1853-1915). Šteinbergs est considéré comme l’un des céramistes les plus talentueux de l’époque. Dans ses œuvres, il a développé toute la gamme des expressions de la forme et de la couleur (il s’est aussi intéressé à l’utilisation du vernis mat populaire). L’une de ses œuvres les plus belles et les plus typiques du style Art nouveau est le « Vase à l’iris » (début du 20e siècle, voir ill. ci-dessous). Il a mené ses recherches sur différentes formes de pichets et de vases et a utilisé une grande variété de motifs décoratifs (traits libres, pointillés, motifs en forme d’étoile, interprétation libre de motifs géométriques, etc.). Quant à Dranda, il a été le premier céramiste letton à recevoir une reconnaissance internationale. Ses dix-huit assiettes ont reçu la médaille d’argent de l’Exposition universelle de Milan en 1906. Il aimait styliser divers motifs de plantes et de fleurs locales. Professionnellement, il a été influencé par le célèbre graphiste letton Rihards Zariņš (1869-1939), qui a joué un rôle important dans la compilation de la collection d’objets d’art et d’artisanat lettons (1909-1911) pour le Musée ethnographie russe de Saint-Pétersbourg. Les assiettes de Jēkabs Dranda font partie de cette collection19.

Pēteris Šteinbergs, vase à l’iris, ca. 1900. Argile, peinture sous glacis, h. 47,5 cm

Pēteris Šteinbergs, vase à l’iris, ca. 1900. Argile, peinture sous glacis, h. 47,5 cm

Cliché Musée national d’art de Lettonie

  • 20 Die Rigaer Jubilaums- Ausstellung 1901 in Bild und Wort, Riga, Verlag von Jonck & Poliewsky, 1902

20En dehors des créations des artistes lettons pour des céramiques produites dans des ateliers artisanaux, il convient d’évoquer la production manufacturée et son rôle important dans l’environnement social. Celle-ci fut grandement influencée par l’Art nouveau dans les modèles de formes ou les motifs utilisés. On peut obtenir des informations sur les usines et leur production dans le catalogue de l’exposition organisée pour le 700e anniversaire de Riga en 190120. Toutes les usines importantes de l’époque y étaient en effet représentées. Malheureusement, on ne peut plus trouver que quelques échantillons de leur production dans les collections des musées.

21Ainsi l’usine de porcelaine J. C. Jessen (fondée en 1886) a présenté une vaste collection lors de l’exposition. Heureusement, l’imposant « Vase » rouge avec des décorations dorées qui fut récompensé par le grand prix fait partie de la collection du Musée de la porcelaine de Riga. Quelques croquis de vaisselle en porcelaine (abondamment décorés de fleurs et produits entre 1886 et 1915) font partie quant à eux de la collection du Musée des arts décoratifs et du design. La production des usines était davantage influencée par l’expression allemande et française de l’Art nouveau.

  • 21 Il y avait également des usines de la compagnie Kuznetsov dans d’autres villes de l’empire russe, t (...)
  • 22 La dernière acquisition du Musée de la porcelaine de Riga, par exemple, est l’assiette du service d (...)

22Une autre usine importante à Riga était celle de porcelaine et de faïence de la société M. S. Kuznetzov21, fondée en 1843. Elle produisait beaucoup d’objets dans ces matières : services à thé et a café, porte-brosse a dents, soupières, assiettes et autres plats ornés de motifs Art nouveau populaires, y compris des motifs d’iris et d’autres fleurs (entre 1887 et 1915). On peut trouver certains échantillons de sa production dans plusieurs musées lettons. Quant à la Société J. Jaksch & Co. (fondée en 1841), bien qu’elle ait fait fabriquer certains objets à l’étranger22, elle invitait aussi des artistes à travailler dans son atelier de peinture de porcelaine et de faïence. Le Musée de l’Art nouveau de Riga possède six superbes tasses et soucoupes peintes produites par cette société.

23D’un point de vue historique, mais en particulier pendant la période qui nous intéresse, l’usine de craies et de carreaux Zelm & Boehm Gypsum a occupé une place importante. Outre des poêles, des cheminées et des carreaux, elle produisait aussi des objets décoratifs tels que des vases et des sous-vases, des cache-pots, etc. Certaines de ses créations sont représentées au Musée d’histoire et de la navigation et au Musée de l’Art nouveau de Riga. Parmi elles, un objet d’intérieur dans le style Art nouveau, une cheminée verte décorée de feuilles de châtaignier, mérite d’être mentionné.

  • 23 Marita Bērziņa, Kārlis Brencēns, Rīga, Neputns, 2008, p. 29

24Dans le domaine de l’art du verre, il convient d’accorder une attention particulière aux vitraux de Kārlis Brencēns (1879-1951). Diplômé de l’Académie Stieglitz, il a ensuite étudié à l’étranger avec de grands maîtres tels que Félix Gaudin, célèbre pour ses vitraux, le pionnier du design Art nouveau franco-suisse Eugène Grasset et le célèbre Antoni Gaudi23. Brencēns avait visité la France, la Hollande, l’Espagne, l’Allemagne et fut plus tard nommé chef du département du verre à l’Académie Stieglitz. L’une de ses œuvres les plus populaires, « Le coq dans la neige » (1904, Musée des arts décoratifs et du design), fut exposée à Paris au Salon du Champ de Mars, ce qui lui valut une certaine reconnaissance. Ses compositions (esquisses) pour des vitraux, produites en 1906 (voir ill. ci-dessous), sont très importantes, témoignant d’un grand professionnalisme et leurs couleurs, comme leur atmosphère, sont d’une grande beauté. Dans chacune d’elles, on peut voir l’influence du style Art nouveau.

Kārlis Brencēns, dessin pour vitrail, 1906. Papier, aquarelle, encre indienne, 37x57 cm

Kārlis Brencēns, dessin pour vitrail, 1906. Papier, aquarelle, encre indienne, 37x57 cm

Cliché Musée national d’art de Lettonie

25Lors de l’exposition de 1901 à Riga, le domaine de la joaillerie et de l’orfèvrerie était représenté par l’artiste Erik Bakstad, un Germano-Balte, l’un des plus fameux orfèvres de l’époque, et par son atelier « Erik Bakstad orfèvrerie » (fondé en 1878). Il avait également créé des souvenirs dans le style Art nouveau, vendus lors de l’exposition du 700e anniversaire. Deux de ses gobelets (d’un style proche de l’Art nouveau international) figuraient dans le catalogue de l’exposition. Sa carrière de créateur, ainsi que les créations d’autres orfèvres de l’époque, mériteraient des recherches plus approfondies.

26En ce qui concerne le style créatif reflétant le caractère national, il nous faut mentionner Burkards Dzenis (1879-1966), sculpteur, designer et directeur par la suite du Musée d’art d’État de Lettonie (1920-1944), pour les broches qu’il a créées. La broche « Sakta » est un type de bijou qui était et qui est encore utilisé dans le costume national. Au début du 20e siècle, entre 1906 et 1919, il a dessiné et présenté dans diverses expositions un grand nombre de broches (voir ill. ci-dessous) influencées par des éléments du style Art nouveau (principalement pour les membres de l’intelligentsia lettone, mais également pour d’autres clients). Par exemple, il a combiné la forme arrondie typique des broches nationales avec le symbole du serpent, très populaire dans l’Art nouveau. Il a également créé d’autres formes d’éléments décoratifs. Diplômé de l’Académie Stieglitz, l’artiste avait également étudié à Paris auprès d’Auguste Rodin (en 1906).

Burkards Dzenis, dessins pour broches, 1916. Papier, crayon, 11x15 ; 9,6x16,5 cm

Burkards Dzenis, dessins pour broches, 1916. Papier, crayon, 11x15 ; 9,6x16,5 cm

Cliché Musée national d’art de Lettonie

27L’Art nouveau a également influencé les objets religieux présents dans les églises lettones. Deux habits de cérémonie ornés de motifs dans ce style méritent particulièrement d’être mentionnés. L’un se trouve aujourd’hui dans l’église d’Alsunga ; il fut commandé en 1910 à Munich pour l’église catholique de Jūrkalne, et fabriqué dans l’atelier J. G. Schreibmayr à Vienne. Un autre, conçu au début du 20e siècle, vient de l’église de Rekava. On trouve également des candélabres (de Krāslava) et des gobelets en argent décorés dans le style Art nouveau. Ces objets sont toujours conservés dans des églises et sont répertoriés par l’Inspection d’État pour la protection du patrimoine. Une autre pièce très précieuse est la Bible aux mille images -Die Heilige Schrift en deux parties (collection privée), dont la couverture est magnifiquement décorée de lys, imprimée à Riga en 1899 par l’imprimerie d’Emil Hermann.

  • 24 Publié dans le magazine Austrums (supplément 1), 1904
  • 25 Rihards Zariņš, etc.

28Comment peut-on caractériser la mode de l’époque et le gout de la société dans son environnement quotidien ? Pour évoquer brièvement ce sujet, j’ai été inspirée par les créations de Jūlijs Madernieks – des esquisses de 190424 – sur la façon de moderniser les costumes nationaux lettons (destinées à un concours précédant le Ve Festival national de la chanson). Celles-ci correspondent exactement au style Art nouveau. À l’époque, ses créations ont semblé trop modernes et furent critiquées par une grande partie de la presse. Même certains artistes25 ne comprenaient pas ces intentions trop en avance sur leur temps. Nous ne savons pas combien de ses projets ont été réalisés mais dans les journaux, on trouvait des publicités permettant de commander ces « nouveaux costumes folkloriques » auprès de l’atelier d’Helena Frey.

  • 26 Collection de la Bibliothèque nationale de Lettonie
  • 27 Jānis Krišjānis Pliekšāns (1865-1929), poète, dramaturge, traducteur et homme politique letton.
  • 28 Publiée dans le magazine Domas, n° 3, 1913, p. 254. En 1912, Aspazija était en Suisse. Photo prise (...)
  • 29 Musée Ģederts Eliass d’histoire et d’art de Jelgava

29Il convient de préciser qu’en 1900, le magazine de mode Modes Vēstnesis était publié à Jelgava. Les magazines ne se contentaient pas d’informer le public sur les tendances modernes de la mode dans le monde (en particulier à Paris), mais rendaient compte des expositions internationales importantes, des publicités pour des ateliers, des cours, etc. Des modèles pour les femmes artisans (pour différentes techniques de travail textile) et pour les sculpteurs sur bois étaient également publiés dans leurs pages. Modes Vēstnesis n’a été publié que pendant un an (il ferma pour des raisons économiques), mais on peut considérer qu’il a joué un rôle important dans la vie culturelle lettonne. Étant donné qu’il est rare de voir de vraies robes de cette époque, on peut obtenir des informations grâce aux photographies ou aux croquis de certains artistes. À cet égard, deux photos de la poétesse et dramaturge lettonne Aspazija sont précieuses. L’une est prise dans la maison de vacances, décorée dans le style Art nouveau26, qu’elle et son mari Rainis27possédaient à Jaundubulti (un quartier de Jūrmala) en 1905. Une autre, de 1912, montre Aspazija dans une robe de style Art nouveau28. Sur deux autres clichés (aujourd’hui dans une collection privée) figure Maria Sviksting, une femme proche de l’aristocratie germano-balte. Elle est représentée dans une robe qu’elle avait dessinée elle-même et avec une coiffure typique de l’époque (qui rappelle certaines des illustrations du magazine Modes Vēstnesis). De même, les croquis des artistes Aleksandrs Strekaviņš (1889-1971) dans son journal, représentant la mode à la fin du 19e et au début du 20e siècle29, et Kārlis Brencēn ne doivent pas être considérés uniquement comme des œuvres d’art, mais également comme une source d’information illustrant bien les courants de l’époque en matière de mode. Ils sont représentatifs de ce qu’était la Lettonie à cette époque.

  • 30 Musée national d’art de Lettonie

30La mode va de pair avec le cadre de vie et le gout de la décoration. Les objets artisanaux faits main pour les personnes vivant dans la Lettonie d’alors étaient très populaires. L’œuvre d’Alfrēds Plīte-Pleita (1888- 1921) intitulée « Herta en train de lire » (1913)30 en est un bon exemple. L’artiste y représente sa sœur, assise à une table recouverte d’une nappe brodée dans le style Art nouveau. Les gens s’efforçaient en effet de suivre les tendances contemporaines et chaque maison ou appartement de l’époque avait des nappes, des taies d’oreiller, des serviettes ou d’autres textiles d’intérieur réalisés selon différentes techniques artisanales et décorés de motifs et d’ornements Art nouveau. Les motifs les plus populaires étaient les fleurs (orchidées, lys, iris, tulipes, violettes, chrysanthèmes…) et les oiseaux (cygnes, paons, pigeons, grues...). Quant aux techniques, cela concernait surtout la broderie et le crochet. On trouve des exemples de ces objets dans plusieurs musées lettons, mais très peu portent le nom de l’artisan. Malheureusement, les œuvres de nos artistes qui étaient exposées et qui figurent dans les catalogues (1910-1916) n’ont pas survécu, même sous forme de photographies.

31Au tournant du siècle, la diversité régnait dans l’intelligentsia balte, composée de nombreuses nationalités. Au cours de la période Art nouveau, des contributions importantes ont été apportées par des artistes, architectes et artisans germano-baltes ainsi que par les représentants d’autres nationalités. La plupart d’entre eux avaient étudié en Allemagne ou ailleurs et leurs créations étaient plus proches des tendances internationales. Malheureusement, faute de documents, ce thème ne peut être traité que de façon superficielle. Les quelques images de leurs œuvres ou de leurs décorations d’intérieurs, publiées dans le catalogue de l’exposition du 700e anniversaire de Riga en 1901 ou dans des numéros du Jahrbuch fur bildende Kunst in den Ostseeprovinzen (1908, 1913, etc.), ne sont pas suffisantes pour en tirer des conclusions. Ce sujet nécessiterait des recherches plus approfondies. À cet égard, il est important de mentionner les artistes peintres Elise Jung-Stilling qui, en 1879, ouvrit sa propre école de dessin et de peinture à Riga (école qui fut représentée à l’exposition du 700e anniversaire), ou encore Martha Hellmann, qui a étudié avec le très célèbre peintre allemand Max Liebermann et qui participait régulièrement à des expositions. Certaines de ses tapisseries ont été publiées dans le Jahrbuch fur bildende Kunst in den Ostseeprovinzen de 1908. Parmi les artistes qui participèrent a des expositions, on trouve également des noms tels que celui des peintres Eva Margarethe Borchert-Schweinfurth (en 1903) et Susa Walter (en 1912), ainsi que ceux d’Helena Frey ou d’Alexandre Baranowski, lesquels n’épuisent pas la liste des artistes qui mériteraient encore d’être cités ici.

32Les résultats de la recherche montrent donc qu’en dépit de la rareté des œuvres d’art originales ayant survécu, l’impact de l’Art nouveau a été particulièrement remarquable en Lettonie, aussi bien dans le mode de vie que dans les créations des artistes-décorateurs professionnels. Il a indubitablement couvert tous les domaines des arts décoratifs (y compris le mobilier et les arts du cuir, lesquels nécessitent des recherches à part entière). La période ou les caractéristiques stylistiques de l’Art nouveau se retrouvent dans l’art letton va de la fin des années 1890 jusqu’en 1913-1914 – moment où la Première Guerre mondiale interrompit le travail des artistes. Mais pour plus d’un d’entre eux, on peut aisément montrer que l’influence de ce style a continué à marquer leur carrière ultérieure.

Haut de page

Notes

1 Eduards Kļaviņš, Silvija Grosa, Ināra Novadniece, Agrita Tipāne (Lettonie), ainsi que Jeremy Howards (UK), entre autres. Plusieurs chercheurs lettons ont également abordé cette période tout en étudiant les carrières individuelles d’artistes dans leurs monographies.

2 Le Musée national d’art de Lettonie, le Musée des arts décoratifs et du design, le Musée national d’histoire de Lettonie, le Musée d’histoire et de la navigation de Riga, le Musée de l’Art Nouveau de Riga, le Musée de la porcelaine de Riga, le Musée Janis Rozentāls et Rūdolfs Blaumanis, les collections du Musée de la littérature et de la musique.

3 Musée Ģederts Eliass d’histoire et d’art de Jelgava, Musée Saldus J. Rozentāls d’histoire et d’art, Musée d’histoire et d’art d’Ogre.

4 Archives nationales de Lettonie, Bibliothèque nationale de Lettonie, Bibliothèque universitaire de l’Université de Lettonie.

5 Saint-Pétersbourg était le principal centre d’éducation supérieure pour les Lettons, à cette époque.

6 Née Johanna Emīlija Lizete Rozenberga (Elza Rozenberga, 1865-1943).

7 Le fondateur de l’Académie fut le baron Alexander von Stieglitz (1814-1884).

8 L’Académie a été fondée en 1876 et a ouvert le 12 novembre 1879. Apres octobre 1917, l’école a été transformée plusieurs fois et a fermé en 1924. Voir http://www.encspb.ru/object/2804028810?lc=en

9 Sbornik klassnyh rabot učenikov central’nogo učiliŝa tehničeskogo risovania barona Štiglica za 1896 (publié en 1898), 1901 (publié en 1904), 1902 (publié en 1905), 1903 (publié en 1906), 1904 (publié en 1911), Sankt-Peterburg, Tipografiâ Glavnogo upravleniâ Udelov

10 L’idée est même apparue de fonder en Lettonie un équivalent de l’Arts and Crafts Society.

11 Dmitriy Severyuhin, Artistic Petersburg of the Times Past. Professional Market and the Means of artists’ Self-promotion (the 1700s-1932), Saint-Pétersbourg, Izdatelskiy Dom Mir, 2008, p. 198

12 I. Novadniece, Jūlijs Madernieks, Rīga, Zinātne, 1982, p. 26, 32-33

13 Tor Harald Hedberg (1862-1931), écrivain suédois. Le roman Judas fut publié pour la première fois en 1886.

14 Par Jānis Jaunsudrabiņš, Gustavs Šķilters, etc.

15 I. Novadniece, Jūlijs Madernieks, op. cit., p. 93. Deux des dessins de motifs de textiles de J. Madernieks de cette époque ont été publiés dans Ilustrēts žurnāls, 1921, numéro 1, p. 12.

16 Il travailla aussi dans le domaine de l’art du métal et du verre, le design de meubles, a créé des projets de céramiques (son service à café a reçu le 2e prix du concours de la manufacture de porcelaine de Saint-Pétersbourg). Voir Eduards Vītol’s creative biography, Musée national d’art de Lettonie, archives du musée, MP-74.

17 Pirmdienas rīts (le lundi matin), Otrdienas rīts (le mardi matin), Trešdienas rīts (le mercredi matin), Ceturtdienas rīts (le jeudi matin).

18 Ce vase porte une signature en letton alors que deux autres sont signés en russe, ce qui signifie probablement que « Le bol au crabe » a été fabriqué plus tard.

19 Rossijskij etnografičeskij muzej 1902-2002, Sankt-Peterburg, Sdaviâ, 2001, p. 118

20 Die Rigaer Jubilaums- Ausstellung 1901 in Bild und Wort, Riga, Verlag von Jonck & Poliewsky, 1902

21 Il y avait également des usines de la compagnie Kuznetsov dans d’autres villes de l’empire russe, telles que Dulevo par exemple. Selon les informations communiquées par l’expert et spécialiste de la porcelaine Zigurds Konstants, elles avaient toutes des formes similaires de plats à leur disposition.

22 La dernière acquisition du Musée de la porcelaine de Riga, par exemple, est l’assiette du service de table dont l’auteur du design décoratif « Chantrey » est Charles Hinley (UK). Ce service de table a été produit par Brown-Westhead, Moore & Co. (Stradfordshire, UK) pour la compagnie Jaksch & Co. sur commande (1891-1905).

23 Marita Bērziņa, Kārlis Brencēns, Rīga, Neputns, 2008, p. 29

24 Publié dans le magazine Austrums (supplément 1), 1904

25 Rihards Zariņš, etc.

26 Collection de la Bibliothèque nationale de Lettonie

27 Jānis Krišjānis Pliekšāns (1865-1929), poète, dramaturge, traducteur et homme politique letton.

28 Publiée dans le magazine Domas, n° 3, 1913, p. 254. En 1912, Aspazija était en Suisse. Photo prise en mars 1912 par l’éditeur Burtnieks, Riga.

29 Musée Ģederts Eliass d’histoire et d’art de Jelgava

30 Musée national d’art de Lettonie

Haut de page

Table des illustrations

Titre Janis Rozentāls, tapisserie d’autel, église Saint-Jean de Riga, 1910. Broderie de laine et de lin, 112x256 cm
Crédits Cliché Musée national d’art de Lettonie
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2198/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre Jūlijs Straume, « Les paons », croquis pour création textile, 1906. Gouache sur papier, 121x90 cm
Crédits Cliché Musée national d’art de Lettonie
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2198/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Gustavs Šķilters, « Études des formes de la nature : l’érable », 1899. Papier, aquarelle, encre indienne, 26,5x35,2 cm
Crédits Cliché Musée national d’art de Lettonie
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2198/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 9,0k
Titre Jūlijs Madernieks, croquis pour le recueil Ornements, 1913
Crédits Cliché Musée national d’art de Lettonie
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2198/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Augusts Julla-Jurla, vase aux poissons, 1910-1912. Argile, glacis de lustre, relief, 31x50 cm
Crédits Cliché Musée national d’art de Lettonie
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2198/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 9,9k
Titre Ansis Cīrulis, vase, ca. 1900. Argile, peinture sous glacis, 53x63x43 cm
Crédits Cliché Musée national d’art de Lettonie
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2198/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Pēteris Šteinbergs, vase à l’iris, ca. 1900. Argile, peinture sous glacis, h. 47,5 cm
Crédits Cliché Musée national d’art de Lettonie
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2198/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 9,3k
Titre Kārlis Brencēns, dessin pour vitrail, 1906. Papier, aquarelle, encre indienne, 37x57 cm
Crédits Cliché Musée national d’art de Lettonie
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2198/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Burkards Dzenis, dessins pour broches, 1916. Papier, crayon, 11x15 ; 9,6x16,5 cm
Crédits Cliché Musée national d’art de Lettonie
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2198/img-9.png
Fichier image/png, 93k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Velta Raudzepa, « Une ambiance Art nouveau : aspects du développement des arts décoratifs en Lettonie »La Revue de la BNU, 19 | 2019, 84-93.

Référence électronique

Velta Raudzepa, « Une ambiance Art nouveau : aspects du développement des arts décoratifs en Lettonie »La Revue de la BNU [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 08 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rbnu/2198 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rbnu.2198

Haut de page

Auteur

Velta Raudzepa

Directrice des collections, Musée des arts décoratifs et du design, Riga

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search