Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Le DossierBeaux-Arts et arts décoratifsLéon Elchinger, un céramiste alsa...

Le Dossier
Beaux-Arts et arts décoratifs

Léon Elchinger, un céramiste alsacien aux influences européennes

Julien Kiwior et Walter Kiwior
p. 94-101
Traduction(s) :
Leons Elšingers, elzasiešu keramiķis ar Eiropas ietekmēm [lv]

Texte intégral

1La céramique de Léon Elchinger (1871-1942) est indissociable du village alsacien de Soufflenheim, tant la marque de la tradition est visible dans sa production. Il a apporté à la céramique alsacienne un souffle de modernité par la maîtrise de techniques modernes, tout en ayant revisité les canons de la céramique vernaculaire. Les recherches menées depuis quelques années, grâce aux très nombreuses pièces identifiées, ont permis d’établir les grandes lignes de production de la poterie d’art Elchinger.

2Depuis au moins le 12e siècle, Soufflenheim abrite des potiers (« Schusseldreher ») et témoigne de la longue tradition de cet artisanat sur son territoire. La proximité de grandes forêts, comme celle de Haguenau, la présence d’un sol argileux et l’approvisionnement en eau ont permis à la poterie de Soufflenheim de connaître à la fois une existence précoce et une longévité remarquable, qui perdure de nos jours.

3La céramique vernaculaire de la région se distingue avant tout dans la fabrication d’ustensiles culinaires, notamment les marmites, plats, coupes, cruches et autres vases ; elle élabore aussi des matériaux de construction pour les toitures, les revêtements de sol et de mur, ou encore ceux du système de chauffage, comme les poêles en faïence typiques des régions du nord des Alpes. Les potiers réalisent des objets en terre cuite à partir de la technique de la table à tournage. Ceux-ci sont parfois décorés par un motif en relief, incisés directement ou à l’engobe (argile délayée), à l’aide de pinceaux ou de la technique du trempage avant l’émaillage. À Soufflenheim, la tradition vernaculaire s’est longtemps transmise sans connaître de grands bouleversements dans l’usage de la production de céramique et de son décor. En effet, l’essentiel de ce dernier est composé de végétaux et d’animaux emblématiques de la région, parfois accompagnés d’un proverbe ou d’une citation. Les couleurs dominantes de la couverte sont le brun foncé, l’ocre, le blanc, le noir, l’orange, le vert et le bleu-gris. Ces caractéristiques anciennes de la céramique vernaculaire se sont transportées jusqu’à la première moitié du 19e siècle, avant de connaître une modernisation brutale dans la technique de fabrication comme dans la stylistique.

4Durant la seconde moitié du 19e siècle, l’Alsace connaît en effet deux mutations profondes qui impactent son territoire. Tout d’abord, le fait industriel s’est développé très tôt et il est de plus en plus marquant. Il apporte à la fois bon nombre d’innovations, mais aussi la concentration de divers ateliers. En outre, la région est en proie à un bouleversement politique exceptionnel car elle intègre en 1871, suite au traité de Francfort, le jeune Empire allemand. C’est dans ce contexte que va naître la production de la poterie d’art Elchinger.

Petit cache-pot a décor de pampres de vigne. Terre cuite vernissée. Hauteur : 11,5 cm ; diamètre (max.) : 16 cm (ca. 1900-1919 ; coll. Neustadt Galerie, Strasbourg)

Petit cache-pot a décor de pampres de vigne. Terre cuite vernissée. Hauteur : 11,5 cm ; diamètre (max.) : 16 cm (ca. 1900-1919 ; coll. Neustadt Galerie, Strasbourg)

Cliché Walter Kiwior

5En 1834, Wendelin Elchinger (1809-1895) s’établit comme potier et ouvre un premier atelier. Il est lui-même issu d’une famille de potiers de la région. Sous l’impulsion de son fils Philippe Elchinger (1842-1906) qui lui succède, l’atelier va se transformer en une petite manufacture. Ainsi, ce dernier modernise l’outil de production en acquérant un moulin, en reliant la manufacture au chemin de fer et en disposant des matières premières locales : la terre argileuse et le bois de chauffe pour les fours. Avec l’aide de ses fils, Philippe Elchinger développe une fabrication de briques réfractaires, une tuilerie, mais aussi une fabrique de produits horticoles. Cette vaste production trouve un débouché sur le marché allemand, mais aussi à l’étranger. Le débouché est également alsacien, grâce au développement urbanistique de grandes métropoles, a l’instar de Strasbourg et de ses quartiers dits de la « Neustadt ». Philippe Elchinger entrevoit ainsi la création d’une poterie d’art, car son dernier fils Léon dispose de réelles facultés pour le dessin et la composition. À cette époque, la céramique d’art est en pleine effervescence en Europe. Un peu partout, des céramistes rivalisent d’ingéniosité, développent les techniques et font émerger des marchés nouveaux pour les arts décoratifs. Des figures illustres comme Théodore Deck (1823-1891), Clément Massier (1844-1917), Emile Muller (1823-1889) ou Vilmos Zsolnay (1828-1900) sont celles d’artistes a la renommée internationale, grâce à des productions céramiques innovantes et modernes. Théodore Deck devient célèbre pour la redécouverte du bleu turquoise, Ernest Chapelet pour la couleur rouge sang de bœuf. Les améliorations des techniques de cuisson et la découverte de grès, matériaux résistants à très haute température, ouvrent de nouveaux horizons.

6Léon Elchinger passe d’abord par un parcours digne du compagnonnage, dans lequel il effectue un véritable tour d’Europe avant de s’établir définitivement a Soufflenheim et de démarrer sa carrière artistique. Sa formation initiale débute dans l’atelier familial, au contact de ses parents et de ses frères. Mais il va pourtant s’initier à la céramique d’art selon la mode de son temps. De rares exemplaires de cette production de jeunesse nous montrent toute la dextérité et la science qu’il a développées.

Vase a décor de poissons dans l’eau. Terre cuite vernissée. Hauteur : 22 cm ; diamètre : 23 cm (ca. 1900 ; collection privée, Strasbourg)

Vase a décor de poissons dans l’eau. Terre cuite vernissée. Hauteur : 22 cm ; diamètre : 23 cm (ca. 1900 ; collection privée, Strasbourg)

Cliché Walter Kiwior

7En 1888, il effectue un passage dans la manufacture Villeroy et Boch de Mettlach (en Sarre). Là-bas, il s’initie aux décors historicisants très populaires alors dans l’Empire allemand (les styles de la « période des fondateurs » ou « Gründerzeit » : néo-gothique, néo-renaissance, néo-baroque, néo-romantique ou encore néo-classique). De rares exemples de cette production nous montrent ses préoccupations stylistiques et nous permettent d’admirer portraits, allégories, bouquets réalisés directement sur des assiettes, cruches ou chopes. Elchinger maîtrise très vite ces techniques délicates et montre de vraies facilités dans la réalisation de décors faits main. En 1889, il intègre la Fachhochschule (école technique) de Höhr-Grenzhausen, qui vient d’ouvrir ses portes pour apporter aux jeunes céramistes allemands les notions techniques modernes d’un art en plein renouveau. La découverte est féconde : Elchinger sera reçu premier de sa promotion.

8En 1890, il entre à l’École des beaux-arts de Nancy et dispose de l’enseignement de l’artiste local Ernest Bussiere. Dans cette école, il va apprendre le modelé et la sculpture. Cet enseignement sera déterminant pour la réalisation de sa production la plus importante, les pièces dites « de forme ». Il sera reçu deuxième de sa promotion avec une sculpture en terracotta intitulée « Céramique ».

9Entre 1890 et 1893, il étudie dans le nouvel établissement de l’École des arts décoratifs de Strasbourg sous la direction d’Anton Seder. Ce dernier, issu de l’école de Munich, enseigne des préceptes de l’étude de la nature d’après l’observation. Les élèves sont amenés à connaître l’histoire de l’art, mais aussi à s’entraîner au dessin et dans différents styles, afin d’être à l’aise avec la mode qui évolue. Le cursus se déroule en trois années et il s’achève par une présentation du travail des élèves, qui fait l’objet d’une exposition collective publique. Anton Seder propose à Elchinger de réaliser, d’après ses cartons, une fresque en céramique afin de décorer la façade extérieure de l’école. Celle-ci fait l’éloge des grandes disciplines qui influencent l’art (géométrie, architecture, archéologie et dessin), et qui, toutes, sont enseignées aux élèves.

10À la sortie de son cursus scolaire, Léon Elchinger réintègre l’atelier familial et démarre une première série de production en terre vernissée et flammée. C’est une période marquée par des premiers essais de sa part pour établir un atelier de céramique d’art. Les premières poteries sortent d’atelier, mais surtout, les matériaux de construction et d’horticulture bénéficient du talent de l’artiste pour dresser un catalogue de produits dits modernes.

Grand vase a décor de chrysanthèmes sur fond vert nuancé. Terre cuite vernissée. Hauteur : 30 cm (ca. 1908-1919 ; collection privée, Alsace)

Grand vase a décor de chrysanthèmes sur fond vert nuancé. Terre cuite vernissée. Hauteur : 30 cm (ca. 1908-1919 ; collection privée, Alsace)

Cliché Walter Kiwior

11En 1895, la manufacture Elchinger participe à l’exposition d’industrie et d’artisanat de Strasbourg. Celle-ci est placée sous le patronage du Reichsland d’Alsace-Lorraine et des entreprises alsaciennes peuvent y présenter la production locale. La manufacture Elchinger présente une magnifique et sensationnelle fontaine composée d’allégories de la faune et de la flore marines. Le succès est au rendez-vous : la direction des musées de Berne décide d’acquérir la fontaine. Fort de ce succès, notre jeune artisan obtient une bourse d’étude de l’État, afin d’étudier la céramique et d’en réaliser en dehors des frontières de l’Empire allemand.

12En 1896, Elchinger part donc pour le Royaume-Uni, sous la recommandation d’August Schricker. Il visite alors plusieurs manufactures anglaises et travaille dans celle de Milton, et surtout à la manufacture Wedgwood ou il va découvrir la subtilité des décors antiques à l’anglaise. Son travail est apprécié et il se fait remarquer pour son talent de dessinateur et de modeleur. En 1897, il intègre pour plusieurs mois la fameuse manufacture de Zsolnay à Pécs en Hongrie. Il est reçu par Vilmos Zsolnay en personne et participe aux dernières créations modernes de l’atelier. Il va s’y former et apprend la technique de la céramique flammée et irisée à partir d’oxyde de fer. Ce séjour à Zsolnay sera déterminant et influencera profondément son art et sa technique. Apres ces formations en atelier, Elchinger fait un court séjour en Italie et notamment à Florence, ou il s’inspire des céramiques de Luca et Andrea della Robbia. Cette influence se retrouve ponctuellement dans sa production ultérieure, en particulier dans les pièces dites « de forme ».

13En 1898, il revient définitivement à Soufflenheim afin de mettre en route l’atelier de poterie d’art sous la dénomination « Philippe Elchinger und Söhne ». Comme à son habitude, il est, dans le registre de sa poterie d’art, toujours dans l’essai et le perfectionnement. Ainsi, chaque vase ou pièce de céramique est quasiment unique. Elchinger établit ce qu’il nomme un façonnier. Il s’agit d’un véritable catalogue de formes, allant de la cruche au vase, mais proposant également des modèles pour des coupelles, cache-pots, vide-poches, bougeoirs, etc. Ceux-ci ont comme point de départ des formes végétales comme la coloquinte, l’aubergine, la citrouille ou la courge. Bien évidemment, l’influence du japonisme est notoire dans son œuvre. Un parallèle peut être fait avec l’école de la Puisaye et avec Jean-Joseph Carries (1855-1894), tant sur la forme que pour la couverte de certaines pièces de céramique. Les formes sont stylisées et synthétisées afin de donner du relief, tout en conservant une harmonie par le biais d’épures adroites.

Coupelle a décor d'éléphant. Terre cuite vernissée. Hauteur : 4 cm ; diamètre (max.) : 17 cm (ca. 1900-1919 ; collection privée, Strasbourg)

Coupelle a décor d'éléphant. Terre cuite vernissée. Hauteur : 4 cm ; diamètre (max.) : 17 cm (ca. 1900-1919 ; collection privée, Strasbourg)

Cliché Walter Kiwior

14La production de céramique de la poterie d’art Elchinger s’est développée autour de trois axes : les terres vernissées, les céramiques flammées et les pièces de forme. Avec le même soin formel, Elchinger établit son décor traditionnel à l’engobe avec un motif végétal prédominant, mais aussi, plus rarement, animalier. Les végétaux les plus courants sont la pomme de pin, le pampre de vigne, la marguerite, l’iris ou encore le tournesol. Pour les motifs animaliers, on trouve la libellule, le scarabée, le poisson, le criquet ou la cigogne. L’ensemble de ces motifs est typique de la période du Jugendstil ou Art nouveau, un mouvement qui bat son plein en cette fin de siècle. Si la technique reste traditionnelle, notamment avec l’usage de l’engobe, Elchinger renouvelle la tradition en introduisant des volutes propres au Jugendstil, avec une qualité d’exécution qui rappelle a bien des égards le mouvement des Arts & Crafts anglais, par le souci de réaliser une production artisanale, accessible et de qualité.

15Les céramiques dites en terre vernissée ont des motifs plus modestes à base d’engobe et représentent une grande part de la production de la poterie d’art Elchinger. Comme nous l’avons évoqué plus haut, il est rare de disposer d’une pièce identique dans la production, tant dans les formes que dans les motifs. Ces derniers ont été mélangés et montrent bien que la production de la poterie d’art s’inscrit dans une dimension artisanale. Cette particularité explique la patine de chaque pièce de céramique, les imperfections voulues. Elchinger était à la recherche d’authenticité. Celle-ci prime sur la qualité plastique et l’uniformisation industrielle. Les terres vernissées existent dans toutes les formes et répondent à une constante expérimentation, une préoccupation de l’artiste. Toutefois, d’après l’étude quantitative de la production, certains motifs ont connu un succès plus retentissant. Il s’agit notamment du décor de la pomme de pin ou de celui du pampre de vigne ; ces motifs correspondent sans doute mieux aux exigences de la clientèle classique de l’époque et trouvent un meilleur débouché.

Chat. Grès flammé a nuances vertes. Hauteur : 16 cm ; longueur : 24 cm ; largeur : 16 cm (ca. 1898-1919 ; collection privée, Alsace)

Chat. Grès flammé a nuances vertes. Hauteur : 16 cm ; longueur : 24 cm ; largeur : 16 cm (ca. 1898-1919 ; collection privée, Alsace)

Cliché Walter Kiwior

16Parallèlement a cette céramique dite vernaculaire ou en terre vernissée, Elchinger va développer une spécialité connue sous le terme de céramique « flammée », soit lustrée, soit mate, colorée à base d’oxyde de fer. Les pigments d’oxyde de fer comme le cobalt, le bromure d’argent ou le manganèse produisent une couverte moderne pour l’époque. La fabrication des céramiques flammées a probablement débuté au retour du séjour à la manufacture Zsolnay. Même si une datation est très difficile à envisager en l’état des recherches sur la production de la poterie d’art Elchinger, les plus anciennes doivent dater de 1898. Elchinger a acquis le savoir et la technique afin de produire une des céramiques flammées les plus délicates que l’on puisse trouver sur le continent européen au début du 20e siècle. En effet, il maîtrise parfaitement la technique du lustré, du flammé mais aussi de l’irisé. La production de céramique flammée est riche par sa diversité des formes et des motifs à base d’oxyde de fer. Les couleurs or, bleu, violet, rouge, vert et brun alternent dans des compositions aux dégradés très élaborés. Ce type de céramique demande beaucoup de connaissances et de dextérité, tant dans la maîtrise de la cuisson que dans les effets produits par les oxydes de fer. La gamme des couleurs est riche et toujours différente d’une pièce à l’autre. La coloration varie en fonction de la recherche esthétique. Les céramiques dites « sages » sont mates, proche du gout de l’école de Carries en Puisaye, et l’influence du japonisme y est prépondérante. Toutefois, cette série reste relativement faible dans sa production. Une autre, appelée cette fois « rocaille », s’illustre par une création en relief et des motifs abstraits ou en arabesque. Cette production est principalement reproduite dans la Revue alsacienne illustrée de Charles Spindler et figure dans les salons d’exposition de l’époque. Il s’agit de la plus luxueuse et de la plus couteuse, notamment du fait de l’usage important d’oxyde de fer.

17En dernier lieu, il nous faut évoquer ce qui représente la plus haute qualité de la production de céramique d’art Elchinger, à travers ce que l’on appelle les « pièces de forme » et qu’il développe très tôt, à côté des céramiques en terre vernissée et flammée. L’intégration de sculptures et de modelages montre toute l’étendue de son talent. Bien dans l’esprit de son temps et sous l’influence de l’Art nouveau, le céramiste va en effet élaborer des pièces agrémentées d’éléments modelés. Il ajoute ainsi des moulages sur des vide-poches, des vases, des encriers ou encore sur des presse-livres. Sans surprise, ceux-ci représentent principalement des figures propres a l’Art nouveau : éléphant, singe, dauphin, ours, grenouille, crapaud, scorpion, serpent, dragon, lionne, etc. Parfois des visages féminins apparaissent : la pièce de forme la plus célèbre, et qui semble avoir longtemps été produite, est le vase aux quatre masques. À partir d’un gabarit en plâtre, Elchinger produit ses motifs qui sont ensuite disposés sur les supports en céramique. Notons également qu’il a prêté son atelier afin de mettre ses nombreuses connaissances et son savoir-faire au service d’autres artistes. Il a ainsi collaboré avec les sculpteurs Alfred Marzolff et Jean-Désiré Ringel d’Illzach, mais aussi avec les céramistes Alfred Kusche, Max Laeuger ou August Herborth.

Vase au serpent. Terre cuite vernissée. Hauteur : 27,5 cm (ca. 1898-1900 ; collection privée, Strasbourg)

Vase au serpent. Terre cuite vernissée. Hauteur : 27,5 cm (ca. 1898-1900 ; collection privée, Strasbourg)

Cliché Walter Kiwior

18Les différentes influences qu’Elchinger a subies sont européennes. Parmi les artistes qui en ont eu le plus sur son œuvre, citons Anton Seder, Vilmos Zsolnay, Ernest Bussiere, mais aussi, dans une moindre mesure, Alfred Kusche, Max Laeuger, Jean-Joseph Carries, Théodore Deck ou encore Ernest Chapelet. Son remarquable talent a en outre très rapidement été repéré par un artiste contemporain, Charles Spindler, qui l’invite à rejoindre le mouvement de Saint-Léonard. Elchinger intègre alors la vie artistique strasbourgeoise qui, en ce temps-là, est foisonnante. Spindler rassemble une pléiade d’artistes et d’artisans autour de son atelier de marqueterie. Il élabore des ensembles mobiliers et la céramique de Léon Elchinger trouve à s’associer parfaitement avec ces derniers. Des vases, mais aussi du carrelage ou des poêles sont inclus dans le travail. Elchinger s’accorde à cette production particulièrement influencée par les Arts & Crafts anglais. En effet, le mouvement de Saint-Léonard trouve de nombreux points d’ancrage dans l’esprit des précurseurs de l’Art nouveau outre-Manche. Le souci de l’ouvrage bien fait, celui de lutter contre l’uniformisation industrielle et la volonté de conserver les traditions et les usages sont les valeurs prédominantes du mouvement. Les auteurs de la biographie de Léon Elchinger, Marc Elchinger, Sophie-Elisabeth et Rainer Syring décrivent synthétiquement l’esprit de la production de sa poterie d’art :

« [Ses] inspiration[s] personnelle[s] sont tantôt symbolistes tantôt naturalistes, ou jouent simplement sur l’adéquation de la forme et des émaux dans le gout de Carries, mais préférant souvent aux émaux mats de ce dernier des émaux brillants, parfois lustrés. Comme beaucoup de créateurs artistiques de l’époque, il est influencé par le mouvement ‘Arts & Crafts’ qui s’est donné comme objectif de mettre à la disposition du plus grand nombre des objets de qualité et de bonne facture esthétique, a un prix abordable ».

19Ainsi les décors de Saint-Léonard, sous l’égide de Spindler, vont voyager à travers le monde : Paris, Turin, Saint-Louis (États-Unis), Dresde, etc. La notoriété de la poterie d’art Elchinger est rapidement établie auprès d’un public averti. L’artiste participe personnellement à diverses expositions et assure la pérennité de la poterie d’art à Soufflenheim.

20Peu avant la Première Guerre mondiale, Léon Elchinger est accaparé par des fonctions administratives nouvelles, qui l’éloignent un temps de son activité artistique, laquelle est littéralement inexistante durant la guerre. Apres 1919, la poterie d’art Elchinger sera réactivée et une nouvelle ligne Art déco habille la production. À côté de cela, il continue de développer la sculpture de céramique à travers des réalisations à thème religieux ou des monuments aux morts. Il devient un spécialiste de l’art chrétien et se rend célèbre avec son chemin de croix du mont Sainte-Odile. Il s’éteint dans l’anonymat en 1942, durant la Seconde Guerre mondiale, sans éloge ni consécration publique dans ce contexte de conflit. Pourtant, Léon Elchinger a édifié une production de céramique de premier ordre, mise en relief par les recherches récentes faites sur le foyer Art nouveau alsacien et strasbourgeois.

Haut de page

Bibliographie

Marc Elchinger, Sophie-Elisabeth et Rainer Syring, Elchinger céramistes 1890-1960, Éditions des musées de Sarreguemines, 2016

L’Art nouveau dans le Rhin supérieur. Créer et vivre sans frontières, catalogue d’exposition Badisches Landesmuseum Karlsruhe, Karlsruhe, Braun, 2009

« Céramiques Elchinger (1834-1994), une passionnante saga familiale », in Objectif Alsace, 1994, n° 98

Haut de page

Table des illustrations

Titre Petit cache-pot a décor de pampres de vigne. Terre cuite vernissée. Hauteur : 11,5 cm ; diamètre (max.) : 16 cm (ca. 1900-1919 ; coll. Neustadt Galerie, Strasbourg)
Crédits Cliché Walter Kiwior
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2208/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Vase a décor de poissons dans l’eau. Terre cuite vernissée. Hauteur : 22 cm ; diamètre : 23 cm (ca. 1900 ; collection privée, Strasbourg)
Crédits Cliché Walter Kiwior
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2208/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Grand vase a décor de chrysanthèmes sur fond vert nuancé. Terre cuite vernissée. Hauteur : 30 cm (ca. 1908-1919 ; collection privée, Alsace)
Crédits Cliché Walter Kiwior
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2208/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Coupelle a décor d'éléphant. Terre cuite vernissée. Hauteur : 4 cm ; diamètre (max.) : 17 cm (ca. 1900-1919 ; collection privée, Strasbourg)
Crédits Cliché Walter Kiwior
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2208/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Chat. Grès flammé a nuances vertes. Hauteur : 16 cm ; longueur : 24 cm ; largeur : 16 cm (ca. 1898-1919 ; collection privée, Alsace)
Crédits Cliché Walter Kiwior
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2208/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Vase au serpent. Terre cuite vernissée. Hauteur : 27,5 cm (ca. 1898-1900 ; collection privée, Strasbourg)
Crédits Cliché Walter Kiwior
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2208/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Kiwior et Walter Kiwior, « Léon Elchinger, un céramiste alsacien aux influences européennes »La Revue de la BNU, 19 | 2019, 94-101.

Référence électronique

Julien Kiwior et Walter Kiwior, « Léon Elchinger, un céramiste alsacien aux influences européennes »La Revue de la BNU [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 07 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rbnu/2208 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rbnu.2208

Haut de page

Auteurs

Julien Kiwior

Galeriste

Walter Kiwior

Galeriste

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search