Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Le DossierLes arts graphiquesLes affiches Art nouveau lettones...

Le Dossier
Les arts graphiques

Les affiches Art nouveau lettones, patrimoine rare et méconnu

Katrīna Teivāne-Korpa et Dmitrijs Zinovjevs
Traduction de Hancock Hutton
p. 101-109
Traduction(s) :
Latvijas jūgendstila plakāti: retais un nezināmais mantojums [lv]

Texte intégral

  • 1 Liepāja : ville côtière de Lettonie. Voir Ramona Umblija, « Plakāts Latvijā un blakusparādības », i (...)

1D’après les recherches menées par l’historienne de l’art Ramona Umblija sur l’histoire des affiches en Lettonie, « les affiches les plus anciennes répertoriées [...] en Lettonie datent de 1863, soit six ans après le début des travaux de démantèlement des remparts de Riga. À leur place, une zone à construire caractéristique d’une grande ville moderne se développe alors le long des boulevards et du canal, ainsi qu’autour des rues étroites du vieux Riga médiéval. Si l’on examine les rares sources ayant subsisté (photographies, cartes postales et journaux), on constate que les villes de Lettonie, à la fin du 19e siècle et au début du 20e, semblent échapper à l’engouement européen d’alors pour les affiches. L’information factuelle est le monopole des journaux. Les enseignes des entreprises sont peintes directement sur les façades. Les annonces publicitaires restent cantonnées aux vitrines des magasins. Seules quelques colonnes publicitaires apparaissent dans l’espace urbain de Riga (la seconde ville, en importance, de l’est de la Russie) et aux carrefours des principales rues de Liepāja »1.

2L’analyse des vues de Riga et des cartes postales de la fin du 19e et du début du 20e siècle le confirme : les rues de Riga paraissent bien sobres quand on les compare avec les boulevards des métropoles du monde entier. Si le paysage rigois se caractérise par un fier alignement de nouveaux bâtiments considérés aujourd’hui comme des œuvres majeures de l’architecture Art nouveau, on n’y voit guère d’affiches, hormis justement ces quelques colonnes publicitaires. Ainsi les affiches produites à Moscou, à Saint-Pétersbourg ou encore en Allemagne et diffusées dans le monde entier ne semblent justement pas présentes à Riga : il est presque impossible de retrouver leurs traces. Si l’Art nouveau triomphe dans le domaine des arts graphiques (livres, revues), ce n’est pas le cas dans celui des affiches, en raison sans doute d’un manque d’intérêt des artistes locaux (germano-baltes ou lettons) et des faibles débouchés. En témoignent les collections conservées dans les établissements lettons.

3Aujourd’hui, la Bibliothèque nationale de Lettonie abrite dans son département des Arts le fonds d’affiches le plus important du pays, soit 10 000 documents couvrant une période d’environ 150 ans et dont certains présentent une grande valeur artistique. Parmi les plus anciens conservés se trouvent une dédicace de G. Schütz pour le Ier Festival général de la chanson lettone de 1873, ainsi que l’affiche du IVe festival de 1895 a Jelgava (à l’occasion du centenaire de l’incorporation de la Courlande a l’empire russe), réalisée par le célèbre artiste letton Rihards Zariņš. Elles sont toutes deux influencées par l’historicisme.

4Néanmoins, les premiers chefs-d’œuvre de l’art de l’affiche letton, au sens moderne du terme, appartiennent à l’époque de l’Art nouveau, comme en témoignent notamment six exemples particulièrement significatifs conservés à la Bibliothèque nationale. La création de ces affiches s’inscrit dans une période très dynamique de l’histoire de la Lettonie et de sa production artistique. Au tournant des 19e et 20e siècles, l’influence de l’Art nouveau s’accentue en province. Les peintres d’origine lettone accèdent a la renommée. Par ailleurs, au même moment, l’éveil d’un sentiment national s’exprime également dans tous les domaines culturels. Cette prise de conscience, ainsi que les conflits politiques du début du 20e siècle, marquent un tournant dans l’histoire de la Lettonie avec la fondation d’un État indépendant le 18 novembre 1918. Les six affiches présentées ci-après témoignent indirectement de cette époque.

5L’une des premières affiches artistiques réalisées en Lettonie est celle de l’artiste allemand Friedrich Moritz (1866-1947) pour une exposition au salon de la Société des arts de Riga (Rigascher Kunstverein, ci-après dénommée SAR) en 1899 (voir ill. ci-dessous). Né à Saint-Pétersbourg, Moritz y étudie à l’Académie des arts, puis à Düsseldorf, Munich et Vienne. De 1895 à 1905, l’artiste vit à Riga, ou il se consacre à l’enseignement, à la création de revues d’art ainsi qu’à la peinture. Il devient un membre actif de la SAR. Cette affiche représente une femme qui évoque la culture antique, dans un encadrement de style Art nouveau. Le salon de la SAR se tint de 1898 à 1904 dans un appartement situé au 9a du boulevard Basteja (aujourd’hui 4, boulevard Zigfrīda Annas Meierovica) et dynamisa le milieu artistique local. En organisant des expositions régulières et variées, il rendit l’art accessible et suscita l’intérêt du public. Il encouragea également des échanges plus larges dans le domaine artistique.

Friedrich Moritz, Affiche d’exposition de la Société d’art de Riga. Riga : F. Deutsch, 1899. Lithographie, 65x48 cm

Friedrich Moritz, Affiche d’exposition de la Société d’art de Riga. Riga : F. Deutsch, 1899. Lithographie, 65x48 cm

Cliché Bibliothèque nationale de Lettonie

6L’affiche de Moritz est visuellement concise, dans un décor minimal. L’artiste utilise les codes établis en matière d’illustration de livres, de magazines ou de publicités traditionnelles (affiches, enseignes), en combinant le sens symbolique de l’image avec le texte. La composition de l’affiche met en valeur le texte de manière vivante et démontre l’ingéniosité de Moritz dans le dessin de l’écriture ainsi que dans le choix harmonieux des couleurs. Les lignes courbes du cadre donnent au dessin un effet décoratif supplémentaire qui évoque le vitrail ou la broderie. Le style de l’affiche présente également une légère ressemblance avec les gravures sur bois japonaises, qui conquièrent l’Europe à la fin du 19e siècle et introduisent de nouvelles formes auprès des artistes.

7La Bibliothèque académique de l’Université de Lettonie (ci-après dénommée BAUL) conserve une affiche (probablement de Moritz) réalisée en 1901 pour une autre exposition de la SAR. Celle-ci représente une femme nue peignant un tableau devant un paysage du Sud. L’affiche est stylistiquement sophistiquée et structurée de manière plus complexe. L’artiste y reprend la figure allégorique de la muse de l’inspiration ou de l’art. La femme figurant sur l’affiche de 1899 peut également être interprétée comme une référence à la culture grecque antique. Elle s’inscrit dans une tradition mythique et reprend les canons artistiques qui ont nourri nos conceptions de la beauté et de l’art. Pourtant, dans l’affiche de 1901, la personnification de l’esprit créatif apparaît plus vivante, libre et expressive. La nudité et l’absence d’accessoires la libèrent des conventions artistiques. Le but des expositions de la SAR était de mettre en valeur un style local, mais aussi les tendances internationales qui sont clairement visibles dans cette affiche au niveau du paysage. Les rangées de cyprès, la lumière rouge du soleil ainsi que le motif floral au bas de la vignette reflètent l’inspiration de l’Art nouveau : l’abondance des formes et des lignes naturelles et leur portée symbolique.

  • 2 Eduards Kļaviņš, « Painting and Graphic Arts », in Art history of Latvia. vol. 4 : Period of Neo-Ro (...)

8Rihards Zariņš (1869-1939) est l’un des graphistes et affichistes lettons les plus remarquables de son temps. Membre du groupe d’artistes « Rūķis » (le « Gnome »), il joua un rôle important dans l’histoire de l’art letton. D’après le critique d’art Eduards Kļaviņš, il fut l’un des promoteurs les plus actifs de l’identité nationale et un adepte de la branche conservatrice du « romantisme national » déjà évoqué dans les articles précédents. En tant qu’artiste, il excella dans le domaine des arts graphiques appliqués2. La collection de la Bibliothèque nationale de Lettonie comporte plusieurs œuvres de Zariņš, notamment 19 affiches, 26 ex-libris et bien d’autres encore. Parmi les premières se trouve une affiche de style typiquement Art nouveau (voir ill. ci-dessous), créée en 1900 pour une exposition de peintures organisée par la Société des expositions itinérantes (Verein zur Förderung des Kunstinteresses durch Wanderausstellungen, ci-après dénommée SEI ; voir aussi l’article d’Aija Brasliņa dans le présent numéro). La SEI a collaboré avec la SAR pour l’organisation des trois expositions mentionnées précédemment. Zariņš, quant à lui, réalise cette affiche après un séjour à l’étranger – à Berlin, Munich, Vienne et Paris – ou il rencontre des graphistes européens de premier plan, tels que Rudolf Seitz, Alexander Zick, Maximilian Dasio, William Unger, et où il découvre le style moderne. Comme sur l’affiche de Moritz de 1899, la jeune fille grecque représentée est une allégorie de l’Art. Cependant, l’environnement autour d’elle diffère : les silhouettes des arbres et la fleur de fougère scintillante font référence aux mythes et contes folkloriques lettons. L’artiste participe ainsi à l’émergence d’un nouvel art fondé sur les valeurs nationales. Comme la fleur étrange cueillie dans une forêt enchantée, l’art se libère de son cadre classique, ouvrant la voie à de nouvelles créations. Dans la mythologie lettone, la fleur de fougère est associée à la fertilité et à la sexualité, mais on peut également établir certains parallèles avec la culture dionysiaque et une perception du monde étroitement liée à la liberté de création. Les moyens d’expression utilisés et la forme de l’affiche sont relativement traditionnels. Cependant, Zariņš utilise les techniques stylistiques internationales privilégiées par l’Art nouveau, comme notamment le cadrage de l’image, la planéité, l’ornementation et l’asymétrie. La figure féminine y joue un rôle central. Les couleurs employées (vert foncé, rouge, brun foncé, blanc) sont expressives. Mais en même temps, Zariņš suit son propre chemin en donnant à l’affiche les traits marquants du romantisme local.

Rihards Zariņš, Exposition de peintures de la Société des expositions itinérantes. Riga : F. Deutsch, 1900. Lithographie, 112x92 cm

Rihards Zariņš, Exposition de peintures de la Société des expositions itinérantes. Riga : F. Deutsch, 1900. Lithographie, 112x92 cm

Cliché Bibliothèque nationale de Lettonie

  • 3 Kristiāna Ābele, « A Wealth of Publications and Critical Discussion », in Art history of Latvia. vo (...)

9Dans ce contexte, l’affiche créée par le même Zariņš pour la première exposition de l’Union des artistes de Lettonie (UAL) en 1910 peut être considérée, d’une certaine manière, comme une paraphrase de son travail de 1900 et un exemple expressif du romantisme national. Elle s’inspire d’un dessin créé précédemment pour la couverture de l’almanach Art letton en 1909. Ce dernier avait été conçu par le photographe Jānis Rieksts, mais il n’a jamais été publié3. Dans la conception de l’affiche, Zariņš n’utilise pas de vignettes Art nouveau. Il choisit une composition simple et efficace, avec une décoration sobre. Le dessin est particulièrement appliqué, comme en témoigne l’ombre de la forêt qui paraît plus animée et plus précise que sur l’affiche de l’exposition de la SEI. De plus, la figure féminine rappelle davantage les jeunes femmes lettones traditionnelles. Au niveau du style, l’affiche fait écho à la série d’illustrations de Zariņš intitulée Sifflements des forêts lettones, et réalisée de 1908 à 1911.

10Comme on a pu déjà le dire, l’urbanisme de Riga se développe fiévreusement en ce début du 20e siècle. Durant cette période, la ville se dote d’un nouveau musée des beaux-arts, s’inscrivant dans les modèles européens de l’époque. Construit dans un style néobaroque mais ouvert aux influences de l’Art nouveau, le musée ouvre ses portes en 1905 avec une exposition consacrée à la peinture des provinces baltes. L’affiche, réalisée par l’artiste germano-balte Bernhard Borchert (1863-1945 ; voir ill. ci-dessous), présente une esthétique typiquement Art nouveau, à la fois au niveau de la représentation du thème allégorique, de la composition et de la performance graphique. Elle représente un garçon nu qui tient une palette de peinture et cueille une branche de laurier. Ce dernier est décoré de trois cartouches vides représentant un blason d’artiste (« Künstlerwappen ») stylisé. Comme les cartouches font référence aux trois provinces baltes (Courlande, Livonie, Estonie), l’affiche peut également symboliser un nouvel art local qui cherche à préserver le patrimoine culturel et historique, tout en offrant de nouveaux moyens d’expression. Elle se distingue par le raffinement de ses lignes, la prédominance de ses couleurs douces, ainsi que par la combinaison harmonieuse du texte, trilingue, avec l’image. Borchert se présente comme un coloriste sophistiqué, comme en témoignent l’unité des couleurs et l’harmonie tonale (gris perle, ocre doré, vert olive en combinaison avec le bleu) de l’affiche. L’effet artistique est obtenu grâce au contraste créé par l’opposition entre l’arrière-plan statique et la silhouette en mouvement du garçon, mise en évidence par l’ombre portée.

Bernhard Borchert, Exposition de peintures des artistes baltes. Riga : A. Grosset / F. Deutsch, 1905. Lithographie, 100x70 cm

Bernhard Borchert, Exposition de peintures des artistes baltes. Riga : A. Grosset / F. Deutsch, 1905. Lithographie, 100x70 cm

Cliché Bibliothèque nationale de Lettonie

  • 4 « Plakatentwurf B. Borchert », in Jahrbuch fur bildende Kunst in den Ostseeprovinzen, Architektenve (...)
  • 5 Eva Margarete Borchert, Mara : eine Malerin zwischen Riga, Paris, Moskau, Munchen und Berlin, Husum (...)

11La Bibliothèque nationale de Lettonie conserve une autre affiche de Borchert, créée pour son exposition et celle de son épouse, Eva Margarethe Borchert-Schweinfurth (1878-1964), en 1932 (voir ill. ci-dessous). Cette affiche à l’esthétique Art nouveau représente Viola Villany, une danseuse d’origine allemande, vêtue d’un costume exotique. Cette dernière se produisait régulièrement à Riga avant la Première Guerre mondiale. Néanmoins, l’affiche de l’exposition la représente davantage comme une muse. Le dessin original est réalisé au début du 20e siècle et publié, sous forme de lithographie, en 1907 dans Jahrbuch fur bildende Kunst in den Ostseeprovinzen4. Dans ses mémoires, Borchert-Schweinfurth affirme que l’artiste voulait y montrer la performance de la Beauté dansante5. Cette lithographie est actuellement conservée au musée de l’Art nouveau de Riga.

Exposition de peintures de Bernhard et Eva Borchert. Riga : A. Spotte, 1932. Lithographie, 100 x 70 cm (coll. Bibliothèque nationale de Lettonie)

Exposition de peintures de Bernhard et Eva Borchert. Riga : A. Spotte, 1932. Lithographie, 100 x 70 cm (coll. Bibliothèque nationale de Lettonie)

Cliché Bibliothèque nationale de Lettonie

12La collection de la Bibliothèque nationale de Lettonie comporte un autre exemple particulièrement intéressant de l’art graphique du début du 20e siècle. Il s’agit d’une affiche créée en 1907 par l’artiste letton Aleksandrs Romans (1878-1911) pour une exposition de la SAR (voir ill. ci-dessous). Elle présente une combinaison entre la technique de l’Art nouveau et celle d’un travail classique de chevalet. L’affiche étonne par sa monumentalité et l’aspect sculptural des formes. En phase avec son époque, Romans se tourne vers les nouveaux symboles et métaphores qu’il libère des conventions. Le centre de la composition est occupé par un amateur ou un collectionneur d’art de la Renaissance, regardant attentivement une figurine antique qu’il tient entre ses mains. On peut à nouveau l’interpréter comme une mise en valeur des canons de l’art classique, voire comme une métaphore de l’actualisation des nouvelles tendances. À l’aide de moyens d’expression choisis, Romans montre l’affiche comme un objet de perception visuelle, en révélant une interconnexion concrète et généralisée, en donnant de la spiritualité au monde matériel, en reliant les contrastes du changement à une constance inébranlable, l’immédiateté au mystère. L’artiste accorde beaucoup d’importance au texte, qui semble presque gravé sur l’image.

Aleksandrs Romans, Exposition d’art de la Société d’art de Riga. Riga : W. Häcker, 1907. Lithographie, 101x64 cm

Aleksandrs Romans, Exposition d’art de la Société d’art de Riga. Riga : W. Häcker, 1907. Lithographie, 101x64 cm

Cliché Bibliothèque nationale de Lettonie

  • 6 « Plakate aus dem Wettbewerb des Rigaschen Kunstvereins 1907 », in Jahrbuch fur bildende Kunst in d (...)
  • 7 Erich Freiherr von Campenhausen, « Plakat », in Jahrbuch fur bildende Kunst in den Ostseeprovinzen, (...)

13Le choix des couleurs et la gamme chromatique réduite au maximum accentuent l’atmosphère spirituelle de l’affiche, qui fut reproduite dans le Jahrbuch fur bildende Kunst in den Ostseeprovinzen de 1908. On y apprend qu’elle a obtenu le premier prix au concours d’affiches à l’exposition de la SAR en 1907. L’œuvre ayant remporté le troisième prix y est aussi représentée. Il s’agit d’une affiche de l’artiste letton Alfrēds Purics (écrit aussi Purītis, 1878-1936) montrant une femme nue, tète inclinée devant un sphinx6. La composition fait clairement référence au symbolisme et rappelle l’affiche de Romans par sa monumentalité et son organisation. L’esthétique de l’Art nouveau s’exprime particulièrement au niveau de la figure du sphinx et dans l’écriture utilisée. Néanmoins, de manière générale, l’ornementation reste excessive. Dans le même numéro, on trouve également d’autres exemples, comme une affiche de 1908 réalisée par l’artiste balte d’origine allemande Erich von Campenhausen (1872-1926) pour l’exposition d’art de la SAR. Celle-ci s’inspire de la mythologie nordique, au niveau des formes et du style robuste local, avec des couleurs aux tons vifs et pastel7. Elle montre sur le côté droit un chevalier sur son cheval blanc, qui semble vouloir défendre l’autel (artistique) situé au bout d’une allée. L’utilisation de couleurs claires, en particulier le blanc, ainsi que le symbolisme du chevalier et de l’autel suggèrent la sacralité du mystère de l’art et le ministère de l’artiste. Cette édition du Jahrbuch, ainsi que celle de 1910, reproduisent également plusieurs affiches d’un artiste allemand né à Riga, Alexander Baranowsky (1874-1941), réalisées pour diverses manifestations culturelles à Dresde.

14Le Ve Festival général de la chanson lettone fut une fête très importante. Il se déroula en 1910 après quinze ans d’interruption due au contexte historique (la révolution de 1905). Il proposait pour la première fois un programme entièrement en langue lettone. Il marquait aussi les 200 ans du rattachement de la Livonie et de Riga à la Russie. Pourtant, cet événement solennel fut le dernier festival de la chanson organisé dans le cadre de l’empire russe. Un des faits artistiques marquants du festival fut la proposition de Jūlijs Madernieks (1870-1955) de moderniser les costumes folkloriques en y ajoutant des éléments Art nouveau : elle provoqua cependant une controverse.

  • 8 Ā ris Puriņš, Ķeizariskās majestātes pēdējie latviešu Dziesmu svētki, Jūrmala, 1990, Nr. 26, 12. jū (...)

15L’affiche du festival (voir ill. ci-dessous) est, aujourd’hui, attribuée à Janis Rozentāls (1866-1916), une figure majeure de l’art national, et a un certain M. Grīnfelds. À l’origine, douze dessins sont envoyés au concours d’affiche du festival. Si d’après les membres du jury, Rozentāls, Madernieks et Grosets, aucun ne mérite le premier prix, le dessin du gagnant, M. Grīnfelds, sert malgré tout de base à la création de l’affiche qui orna ensuite vitrines et colonnes publicitaires8. Aujourd’hui, il est difficile d’identifier clairement la contribution de Rozentāls et celle de Grīnfelds, hormis le dessin de la figure féminine (du visage en particulier) qui correspond au style du premier. La composition de l’affiche est divisée en deux parties autonomes (texte et image). Le texte existe indépendamment de l’image, considérée comme un complément ou une illustration. La couleur blanche solennelle y est dominante, associée avec des tons dorés, jaune et ocre, ainsi qu’avec des couleurs bleue et écarlate. La forme de l’affiche correspond parfaitement à l’organisation du contenu. Le langage plastique est clair et simple. Enfin, le personnage féminin représente le symbole de la Lettonie, la jeune fille avec le « kokle », l’instrument de musique national letton. Les affichistes ont continué d’exploiter ce symbole dans les années 1920-30, et jusque dans les années 1950. Il est également intéressant de remarquer que la jeune fille se tient devant une évocation de l’édifice du festival de la chanson, mais l’architecture représentée est très différente de celle conçue pour l’événement par l’architecte Ernests Pole.

Janis Rozentāls, M. Grīnfelds, Ve Festival général de la chanson lettone. Riga : A. Grosset, 1910. Lithographie, 68x56 cm

Janis Rozentāls, M. Grīnfelds, Ve Festival général de la chanson lettone. Riga : A. Grosset, 1910. Lithographie, 68x56 cm

Cliché Bibliothèque nationale de Lettonie

16Malgré tout, une question demeure : qui est ce mystérieux M. Grīnfelds ? D’après une version non officielle évoquée au sein de la communauté scientifique, il pourrait s’agir de l’artiste Milda Grīnfelde (1881-1966), qui est passée par l’atelier de Janis Rozentāls en 1906. On sait aussi que Rozentāls apportait souvent des corrections aux travaux de ses élèves. Cependant, l’absence d’informations complémentaires sur les activités de Grīnfelds dans le domaine des arts graphiques contredit cette hypothèse. La collection de la Bibliothèque nationale de Lettonie contient une autre affiche également attribuée à M. Grīnfelds, créée en l’honneur de la deuxième olympiade russe qui s’est tenue à Riga du 6 au 20 juillet 1914. Cette œuvre montre certes une bonne maîtrise des arts graphiques, mais ne correspond pas au style artistique de Grīnfelds. Cette question nécessiterait une étude plus approfondie.

17La Bibliothèque nationale de Lettonie fut fondée en 1919, devenant la nouvelle gardienne des trésors nationaux. Il était donc naturel que l’histoire et le développement de l’affiche depuis cette époque soient reflétés dans ses collections aussi complètement que possible. Ces dernières montrent que les caractéristiques de l’Art nouveau apparaissent encore largement dans les œuvres des années 1920. Des réminiscences et des citations de l’affichisme allemand du début du siècle sont ainsi visibles dans de nombreuses œuvres. Les affiches Art nouveau constituent en tout cas l’une des collections les plus précieuses de la Bibliothèque nationale de Lettonie, en raison de leur rareté, de leur authenticité et de leur signification symbolique dans l’histoire de la culture lettone. La collection s’inscrit parfaitement dans l’histoire de l’art letton, en démontrant clairement l’influence des traditions allemandes, puis l’impact de l’identité nationale dans le domaine artistique.

Haut de page

Notes

1 Liepāja : ville côtière de Lettonie. Voir Ramona Umblija, « Plakāts Latvijā un blakusparādības », in Plakāts Latvijā = Posters in Latvia = Плакат в Латвии, Rīga, Fronda, 2008, p. 9

2 Eduards Kļaviņš, « Painting and Graphic Arts », in Art history of Latvia. vol. 4 : Period of Neo-Romanticist Modernism 1890-1915, Rīga, Institute of Art History of the Latvian Academy of Art, Art History Research Support Foundation, 2014, p. 329

3 Kristiāna Ābele, « A Wealth of Publications and Critical Discussion », in Art history of Latvia. vol. 4 : Period of Neo-Romanticist Modernism 1890-1915, op. cit., p. 166

4 « Plakatentwurf B. Borchert », in Jahrbuch fur bildende Kunst in den Ostseeprovinzen, Architektenverein zu Riga, 1907, p. 144

5 Eva Margarete Borchert, Mara : eine Malerin zwischen Riga, Paris, Moskau, Munchen und Berlin, Husum, Husum Druck und Verlagsgesellschaft, 2010, p. 123–124

6 « Plakate aus dem Wettbewerb des Rigaschen Kunstvereins 1907 », in Jahrbuch fur bildende Kunst in den Ostseeprovinzen, Architektenverein zu Riga, 1908, p. 83

7 Erich Freiherr von Campenhausen, « Plakat », in Jahrbuch fur bildende Kunst in den Ostseeprovinzen, 1908

8 Ā ris Puriņš, Ķeizariskās majestātes pēdējie latviešu Dziesmu svētki, Jūrmala, 1990, Nr. 26, 12. jūl., p. 8

Haut de page

Table des illustrations

Titre Friedrich Moritz, Affiche d’exposition de la Société d’art de Riga. Riga : F. Deutsch, 1899. Lithographie, 65x48 cm
Crédits Cliché Bibliothèque nationale de Lettonie
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2222/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Rihards Zariņš, Exposition de peintures de la Société des expositions itinérantes. Riga : F. Deutsch, 1900. Lithographie, 112x92 cm
Crédits Cliché Bibliothèque nationale de Lettonie
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2222/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Bernhard Borchert, Exposition de peintures des artistes baltes. Riga : A. Grosset / F. Deutsch, 1905. Lithographie, 100x70 cm
Crédits Cliché Bibliothèque nationale de Lettonie
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2222/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Exposition de peintures de Bernhard et Eva Borchert. Riga : A. Spotte, 1932. Lithographie, 100 x 70 cm (coll. Bibliothèque nationale de Lettonie)
Crédits Cliché Bibliothèque nationale de Lettonie
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2222/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Aleksandrs Romans, Exposition d’art de la Société d’art de Riga. Riga : W. Häcker, 1907. Lithographie, 101x64 cm
Crédits Cliché Bibliothèque nationale de Lettonie
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2222/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Janis Rozentāls, M. Grīnfelds, Ve Festival général de la chanson lettone. Riga : A. Grosset, 1910. Lithographie, 68x56 cm
Crédits Cliché Bibliothèque nationale de Lettonie
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2222/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katrīna Teivāne-Korpa et Dmitrijs Zinovjevs, « Les affiches Art nouveau lettones, patrimoine rare et méconnu »La Revue de la BNU, 19 | 2019, 101-109.

Référence électronique

Katrīna Teivāne-Korpa et Dmitrijs Zinovjevs, « Les affiches Art nouveau lettones, patrimoine rare et méconnu »La Revue de la BNU [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 09 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rbnu/2222 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rbnu.2222

Haut de page

Auteurs

Katrīna Teivāne-Korpa

Docteure en histoire de l’art, responsable de la Salle de lecture d’art Konrāds Ubāns, Bibliotheque nationale de Lettonie

Dmitrijs Zinovjevs

Conservateur, Salle de lecture d’art Konrāds Ubāns, Bibliotheque nationale de Lettonie

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search