Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Le DossierLes sociabilités : sociétés savan...Les maisons d’associations en Let...

Le Dossier
Les sociabilités : sociétés savantes et cercles culturels

Les maisons d’associations en Lettonie et le contexte de l’Art nouveau

Agate Eniņa
Traduction de Hancock Hutton
p. 118-125
Traduction(s) :
Biedrību nami Latvijā jūgendstila arhitektūras kontekstā [lv]

Texte intégral

  • 1 J. Juškēvičs, Kurzemes hercogi un viņu laikmets, Riga, Valters un Rapa, 1931, p. 41

1En 1794, Peter von Biron, dernier duc de Courlande, céda volontairement son duché à la Russie1. Au cours du siècle suivant, l’influence de l’aristocratie germanique sur le territoire letton déclina progressivement. Apres l’abolition du servage (1817) et dans la seconde moitié du 19e siècle, une couche de paysans plus aisés commença à faire son apparition au sein de la population lettonne, facilitant l’émergence d’une véritable communauté nationale plus prospère. À la suite de ces changements politiques et économiques, les sphères d’influence respectives de la noblesse allemande et de la Russie tsariste commencèrent à évoluer de façon distincte. Les communautés russe et allemande appuyèrent la construction d’institutions propres à leurs vies culturelles dans les plus grandes villes. La communauté allemande fit ainsi élever plusieurs théâtres à Riga, Libau (auj. Liepāja) et Mitau (auj. Jelgava). La communauté russe suivit son exemple et construisit son propre théâtre à Riga. Aux côtés d’un certain nombre d’architectes germano-baltes ayant travaillé dans cette ville, d’autres, de Saint-Pétersbourg et des plus grandes villes d’Europe, furent également invités à concevoir de nouveaux bâtiments.

  • 2 A. Vičs, Latviešu skolu vēsture (« Histoire des écoles lettonnes »). Tome IV : Pārkrievošanas laikm (...)

2L’importance de la culture et de l’éducation se développa considérablement au cours du 19e siècle. Les bâtiments abritant les centres artistiques devinrent également plus représentatifs. Dans le même temps, le gouvernement de l’empire russe s’efforçait de mettre en œuvre sa politique de russification à travers l’administration et le système éducatif. Le 3 janvier 1850, le tsar Nicolas 1er approuva la décision d’utiliser la langue russe dans toutes les institutions de la couronne ou du gouvernement2. Bien que le décret n’ait pratiquement pas été appliqué pendant plusieurs décennies, la noblesse allemande commença à perdre de son influence tandis que les Russes renforçaient leur pouvoir dans les États baltes.

  • 3 A. Celmiņš, Kuldīga, Rīga, Liesma, 1980, p. 52
  • 4 I. Rasa, Latviešu sabiedrības kultūraktivitātes (1800–1991) (« Les activités culturelles des Societ (...)

3Au milieu du 19e siècle, dans le contexte historique général des provinces baltiques, le mouvement des « Jeunes Lettons » est apparu, mu par un désir d’étudier et d’éliminer l’inégalité dont souffrait le pays. Dans les zones rurales, les activités des sociétés lettones nouvellement créées étaient étroitement liées à ce mouvement. À Ēdole, par exemple, Krišjānis Valdemārs, l’un des chefs de file des « Jeunes Lettons », organisa le premier rassemblement de l’intelligentsia rurale et, en 1847, créa la première bibliothèque rurale en Courlande3. En 1890, il existait déjà 710 sociétés différentes en Livonie4. Bien que les milieux dirigeants, en particulier à Riga, aient entravé l’établissement et le développement d’associations lettones, le nouveau mouvement était irrépressible. La création de ces cercles allait faciliter le développement de la culture, de l’art, du théâtre, de la musique, de la littérature et d’autres domaines liés à la culture, sur tout le territoire letton. Les premiers journaux publiés dans cette langue ont accéléré quant à eux les échanges d’informations entre ses locuteurs. Les journaux publiés au début du 20e siècle fournissaient ainsi des informations importantes sur les travaux de construction des maisons des communautés ; ils contiennent des renseignements sur des bâtiments dont les plans ont été détruits pendant les guerres successives.

  • 5 Rīgas Latviešu biedrība savā 25 gadu darbā un gaitā, Jelgava, Draviņa-Dravnieka drukātava, 1893, p. (...)

4L’enseignement reçu à l’Université de Tartu, ainsi qu’à Saint-Pétersbourg, a contribué à accroître les rangs de l’intelligentsia lettonne. En 1868, la Société lettone de Riga5 fut fondée. En 1873, elle organisa dans la ville le premier Festival national de chants. À la fin du 19e siècle, l’industrialisation et le capitalisme commencèrent à se développer de plus en plus rapidement, ce qui contribua à l’essor de la photographie qui, au tournant du 20e siècle, devint un outil permettant d’enregistrer l’histoire de la construction des bâtiments. Aujourd’hui, ces documents sont devenus une source inestimable pour les recherches sur le sujet.

  • 6 J. Krastiņš, O. Treigūts, E. Upmanis, RPI Arhitektūras nodaļa (1869–1918). Latvijas arhitektūras me (...)
  • 7 L’inventaire du patrimoine culturel des bâtiments abritant des associations en Lettonie, dans le co (...)

5En 1869, une faculté d’architecture fut créée à Riga (voir aussi l’article d’Uģis Bratuškins, dans ce même numéro)6. Plusieurs bâtiments publics importants ont été construits selon les plans de Jānis Fridrihs Baumanis, le premier architecte à avoir fait ses études en Lettonie. On lui doit notamment le premier pavillon de la Société lettone (1869), situé sur le boulevard circulaire de Riga. Or les maisons des associations jouèrent un rôle important dans le développement urbain et la formation du paysage culturel rural pendant plus de cent cinquante ans. Elles constituent aujourd’hui un élément précieux du patrimoine culturel. Le but de cette étude est de déterminer les tendances générales, dans l’évolution de l’architecture, des bâtiments des sociétés lettones dans le contexte de l’Art nouveau, en les identifiant et en les inventoriant, avec leurs caractéristiques stylistiques et fonctionnelles7.

6Au milieu du 19e siècle, sous l’influence des processus économiques, politiques et sociaux déjà évoqués, le mouvement des « Jeunes Lettons » fut étroitement lié aux activités des sociétés lettones nouvellement créées. Au début du 20e siècle, l’intelligentsia de Lettonie ne souhaitait plus voir reproduire dans l’architecture des nouveaux bâtiments des formes identiques à celles utilisées au cours des siècles précédents. Les sociétés lettones ont activement participé à la construction de plusieurs nouveaux centres communautaires, comme par exemple le bâtiment de la Société lettone de Riga et celui de la Société lettone de Jelgava, situés dans les plus grands centres artistiques du pays.

  • 8 « Rīgas Latviešu biedrības jaunā nama iesvētīšana », in Jaunās Latviešu Avīzes, 1910, nos 104, p. 1 (...)
  • 9 « Rīgas Latviešu... », op. cit., 1910
  • 10 Dž. Hovards, Stils un pasūtītājs. Jūgendstils laiks un telpa, Rīga, Jumava, 1999, p. 25-40
  • 11 E. Kiritchenko, Russkaa arhitektura 1830-1910-h godov, Moskva, Iskusstvo, 1978, p. 399

7À l’époque, la construction de l’immeuble de la Société lettone de Riga fut un événement important, discuté avec force détails dans la presse8. En 1908, un concours fut organisé et la proposition des architectes lettons Laube et Pole fut retenue parmi les cinq projets en compétition. N’étant pas satisfait de l’extérieur du bâtiment, l’architecte Konstantīns Pēkšēns présenta ses propres croquis9 qui incitèrent les auteurs à retravailler leur projet en créant une façade aux lignes classiques. Des éléments néo-classiques furent également utilisés dans les frises décoratives10. Le bâtiment de la Société lettone de Riga est donc la première institution culturelle lettone à être construite dans ce style. Les caractéristiques de ce dernier se retrouvent fréquemment sur les immeubles communautaires de Saint-Pétersbourg, la capitale de l’empire russe, par exemple sur la façade de l’immeuble de la seconde Société de crédit mutuel11.

  • 12 « Jaunais Jelgavas Latviešu biedrības nams », in Dzimtenes Vēstnesis, 1910, n° 24, p. 3
  • 13 « Jelgavas Latviešu biedrības nama iesvētīšana », in Dzimtenes Vēstnesis, 1910, n° 25, p. 1 ; « Jel (...)

8La Société lettone de Jelgava lança également la construction de son nouveau siège. Celui-ci fut conçu par l’architecte Pauls Eplē12 et inauguré le 31 janvier 1910 (voir ill. ci-dessous)13. Malheureusement, l’immeuble a depuis été détruit. On trouve des images de ce bâtiment impressionnant dans des documents d’archives et sur des cartes postales du début du 20e siècle. Il s’agit-là du premier immeuble communautaire construit en Lettonie dans le style Art nouveau et reflétant les caractéristiques artistiques du « romantisme national ». La taille et le volume relativement imposants du bâtiment témoignent de la richesse de la société qu’il abritait. C’était un immeuble communautaire typique de l’époque, sa pièce principale consistant en une salle de bal avec une scène et les pièces auxiliaires nécessaires. Le hall d’entrée principal, une buvette et un vestiaire étaient regroupés tout autour. Dans une aile séparée du bâtiment, des locaux à louer étaient occupés par des boutiques, des coopératives de crédit et d’autres commerces. Les étages supérieurs abritaient plusieurs salles de réunion aux proportions plus modestes, celles des services administratifs de la Société, ainsi qu’une salle de billard, une bibliothèque avec une salle de lecture et quelques appartements.

Dessin de la façade du bâtiment de la Société lettonne de Jelgava, 1909. Architecte Pauls Eplē (coll. Archives historiques de l’État de Lettonie, f. 6343, d. 8, c. 86)

Dessin de la façade du bâtiment de la Société lettonne de Jelgava, 1909. Architecte Pauls Eplē (coll. Archives historiques de l’État de Lettonie, f. 6343, d. 8, c. 86)

Cliché Archives historiques de l’État de Lettonie

  • 14 O. Grosbergs, « August Dombrowsky, ein lettischer Volksmann », in Rigasche Rundschau, 1927, n° 258  (...)
  • 15 « No Vecmīlgrāvja », in Jūrnieks, 1910, n° 14, p. 4 ; « Ziemeļblāzmas Jaunā nama iesvētīšana », in (...)
  • 16 J. Krastiņš, Latvijas un Rīgas arhitektūra latviskā kultūrskatījumā (« Panorama culturel de l’archi (...)

9La construction de l’immeuble de la Ligue de tempérance « Ziemeļblāzma » à Riga est un cas intéressant (voir ill. ci-dessous)14. Celle-ci fut fondée et administrée par la même personne, un philanthrope nommé Augusts Dombrovskis, également propriétaire d’une scierie15. L’architecte Jānis Krastiņš a souligné la similitude évidente de ce bâtiment avec l’immeuble de la société « Endla » à Parnu16, qui a été détruit pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le bâtiment de la Ligue de tempérance « Ziemeļblāzma » à Riga, 1910–1913

Le bâtiment de la Ligue de tempérance « Ziemeļblāzma » à Riga, 1910–1913

© Droits réservés

  • 17 Voir les archives du cabinet d’architectes « Virtu ».
  • 18 G. Elsiņš, Biedrības. Ventspils 700. Toronto : Ventspils 700 gadu jubilejas atzīmēšanas iniciatoru (...)
  • 19 I. Štrumfa, « Ventspils pilsētas vēstures hronika », in Ventspils muzeja raksti, vol. 1, Rīga, Vent (...)

10Au début du 20e siècle, de nouveaux édifices furent construits dans les plus grandes villes, afin de permettre aux intellectuels de s’y retrouver. En 2009, l’immeuble de la Société lettone de Ventspils a été restauré17. La Société de l’Amicale lettone avait été fondée dans cette ville en 188118. Le 10 novembre 1912, la pièce de théâtre « Indra », écrite par Rūdolfs Blaumanis, fut jouée lors de l’inauguration de son siège19. Les éléments verticaux qui composent sa façade spectaculaire sont mis en valeur par trois baies vitrées latérales fortement articulées. La surface de la façade est également animée d’enduits de différentes textures et d’ornements Art nouveau (voir ill. ci-dessous).

Détail de la façade du bâtiment de la Société lettonne de Ventspils, ca. 1910. Architecte Ernests Bauls

Détail de la façade du bâtiment de la Société lettonne de Ventspils, ca. 1910. Architecte Ernests Bauls

© Droits réservés

  • 20 « Kā izbūvējams latviešu biedrības nams, lai tas apmierinātu Ventspils sabiedriskās dzīves vajadzīb (...)
  • 21 Ibid.

11À la fin des années 1930, stimulée par l’atmosphère d’optimisme économique général, la Société souhaitait agrandir ses locaux. Le 18 mars 1938, l’architecte Oskar Krause notait : « Le projet d’agrandissement du bâtiment uniquement en direction du site situé à l’arrière de l’immeuble, direction dans laquelle toutes les conceptions antérieures ont été développées, doit être modifié »20. Dans le nouveau siège de la Société, il était prévu de réaménager la salle de spectacle en rehaussant son plafond, de mettre à la disposition des hommes et des femmes de l’Organisation paramilitaire lettonne des chambres séparées, de construire un gymnase avec des douches et des vestiaires, et de construire une extension du restaurant avec une entrée séparée sur la rue. Comme dans d’autres immeubles d’associations, il était également prévu d’inclure un hôtel. Il était évident que les caractéristiques architecturales de l’Art nouveau, désormais passées de mode, n’étaient plus à l’honneur : « Il convient également d’accorder une attention particulière à l’extérieur du bâtiment, afin qu’il soit impressionnant du point de vue architectural »21.

12L’avant-corps central était surmonté de deux tours octogonales qui ont probablement disparu pendant la guerre. De nos jours, seules quelques traces de ces structures ont été retrouvées sur le toit du bâtiment et les architectes du bureau d’architecture « Virtu » les ont redessinées. Initialement, dans l’aile ouest, il y avait un hall de communication avec d’imposantes portes en panneaux de bois. Celui-ci fut muré à la fin des années 1930, créant dans le mur la même fenêtre que dans l’avant-corps de l’autre aile du bâtiment. Cette solution perturbe quelque peu la composition asymétrique de la façade, caractéristique de l’Art nouveau. La vision romantique de ce style, inspirée par la nature, nous permet d’admirer encore aujourd’hui le moyen d’expression parfois fruste et naïf qui ressort du langage architectural.

  • 22 LVVA (= Archives nationales historiques de Lettonie), 634/7/2537
  • 23 « Krustām šķērsām pa Raunu », in Cēsu Vēstis, 1933, n° 8, p. 33

13Certains immeubles d’associations de Livonie, par exemple ceux de la Société agricole de Smiltene et de la Société fermière de Rauna, se distinguent aussi par une architecture Art nouveau riche et impressionnante. La construction de l’immeuble de la Société agricole de Smiltene a été achevée en 191022. Structurellement comme fonctionnellement, le bâtiment est divisé en deux parties. L’une des ailes renfermait une grande salle de 733 places assises et une scène. Deux escaliers en colimaçon montaient de part et d’autre de cette dernière. Au rez-de-chaussée de la deuxième aile, il y avait un hall d’entrée avec des vestiaires, une salle à manger, une buvette et des toilettes, alors qu’au premier étage se trouvaient un balcon donnant sur le grand hall, un petit hall et une salle de billard. D’une manière générale, la disposition du bâtiment était équilibrée et bien conçue. Malheureusement, il fut détruit après la Seconde Guerre mondiale. En 1919, de leur côté, les membres de la Société fermière de Rauna firent construire un nouveau bâtiment23. L’architecte Augusts Malvess, qui le conçut, fit appel aux mêmes principes, pour sa composition et pour sa finition, que ceux appliqués a Smiltene (voir ill. ci-dessous).

Le bâtiment de la Société fermière de Rauna, 1909. Architecte Augusts Malvess

Le bâtiment de la Société fermière de Rauna, 1909. Architecte Augusts Malvess

© Droits réservés

  • 24 LVVA, 6343/7/58
  • 25 P. Kampe, Aleksandrs Vanags 1873–1919 kā cilvēks un kā celtnieks, Rīga, J. Pētersons un biedri, 192 (...)
  • 26 « Kuldīgas sadraudzīgās biedrības nams », in Dzimtenes Vēstnesis, 1909, n° 206, p. 2
  • 27 LVVA, 6343/7/59

14Quant aux immeubles abritant la Société de l’Amicale de Talsi et la Société de Kuldīga, ils étaient légèrement plus sobres d’un point de vue architectural, mais aucunement au plan social24. Depuis la seconde moitié du 19e siècle, la vie sociale et culturelle prospérait à Kuldīga. Différentes associations se donnaient pour but d’organiser des manifestations culturelles et des représentations théâtrales. L’Amicale de Kuldīga fit donc construire un grand bâtiment pour répondre à ses besoins. En 1908, l’architecte Aleksandrs Vanags développa le projet d’immeuble destiné à la Société25. Le croquis publié en 190926 révèle que le bâtiment aurait dû avoir une volumétrie très articulée, bien différente de celle finalement réalisée. Par ailleurs, au début du 20e siècle, dans les locaux de nombreuses associations lettones, des soirées cinématographiques étaient organisées. Dans la grande salle de l’Amicale de Kuldīga, une cabine de projection fut construite selon les plans de l’ingénieur civil Jānis Šmūdze, la disposition du reste du bâtiment restant inchangée27.

  • 28 P. Kampe, « Īss pārskats par profesora Dr. arch. h. c. Eižena Laubes būvniecības darbību līdz pasau (...)

15Les commentaires de l’architecte Pauls Kampe sur les bâtiments construits au 20e siècle s’appliquent également aux immeubles évoqués ici : « Généralement, le manque de moyens financiers ne permettait pas de prêter trop d’attention à l’architecture intérieure, ce qui n’était par contre pas le cas pour la décoration des escaliers, car ils reflétaient l’essence même de l’ensemble du bâtiment »28. Par ailleurs, les salles de réunion des immeubles communautaires construits en ville bénéficiaient en général d’un effort décoratif particulier.

  • 29 LVVA, 6343/10/26 ; « No Doles », in Dzimtenes Vēstnesis, 1909, n° 206, p. 1
  • 30 « Balsis no publikas – Pateicība », in Dzimtenes Vēstnesis, 1913, n° 283, p. 9

16Plusieurs sièges d’associations ont été construits en convertissant des bars existants, comme par exemple à Dole ou le siège de la Société de Dole a été dessiné par l’architecte Aleksandrs Vanags29. Un escalier se détache du bâtiment simple et rectangulaire, du côté de la cour, tandis que les façades latérales sont percées de petites baies vitrées. Les ouvertures des fenêtres sont étroites et, lorsqu’on regarde la façade, il est impossible d’y discerner l’emplacement de la grande salle. La conception de la toiture est dynamique, alors que les façades sont austères, ce qui apparente l’architecture du bâtiment à l’Art nouveau. Des techniques similaires ont été utilisées dans la construction du siège de l’Association caritative de Skrīveri30. L’architecte Pēkšēns, qui a conçu le bâtiment, a utilisé des pignons de différentes tailles et d’autres structures pour animer le toit. À Skrīveri, à la différence de Dole, la grande salle se trouve dans une aile séparée.

  • 31 LVVA, 6343/7/185

17Contrairement aux villes de province ou les sièges des associations se trouvaient dans un périmètre restreint et accordaient plus d’attention aux éléments décoratifs qu’à la composition spatiale, dans les zones rurales la plupart des bâtiments, à la construction dynamique ou sobre selon les cas, sont presque toujours isolés. Le siège de la Société de Plātere en est un exemple31. Ce bâtiment d’un étage avait un toit massif à quatre côtés, les murs et la forme du toit reproduisant peu ou prou les proportions des hangars de battage lettons typiques. Sur la façade principale, simple mais élégante, la taille de la grande salle d’audience est clairement visible. Les dessins des ouvertures des fenêtres sont un bon exemple du style romantique national (voir ill. ci-dessous).

Le bâtiment de l’association « Austrums » à Plātere, 1910

Le bâtiment de l’association « Austrums » à Plātere, 1910

© Droits réservés

18Parallèlement à ce style qui connut un essor rapide, on peut identifier d’autres tendances de l’Art nouveau dans l’architecture des bâtiments d’associations. On trouve par exemple des éléments verticaux dans l’architecture du siège de la Société mutuelle d’assistance des agriculteurs de la province de Vidzeme à Riga et dans celle du Manoir de Bauska. On y trouve également des éléments du style néo-classique.

  • 32 Rīgas pilsētas būvvaldes arhīvs (= Archives de l’Office de construction de la ville de Riga). Dossi (...)
  • 33 LVVA, 6343/8/2

19La combinaison d’éléments de l’Art nouveau perpendiculaire et du néo-classicisme est également évidente dans l’aspect extérieur de la Maison de la Société juive située au 6 Skolas iela. En 1913, le premier dessin en fut conçu par l’architecte E. von Trompovskis32, qui proposait un immeuble de quatre étages avec plusieurs grandes salles, un vaste hall d’entrée et des pièces pour un Cercle juif de Riga. La même année, l’architecte Paul Mandelstamm apporta quelques modifications à ce plan, conservant la structure spatiale interne de l’immeuble communautaire, mais en en transformant de façon significative les façades et en changeant la configuration de la toiture. La construction du siège de la Société juive ne fut pas achevée avant la Première Guerre mondiale33. Les murs, fluides et aux couleurs intenses, ainsi que les apprêts des plafonds, dominent l’intérieur. Dans ce bâtiment, les thèmes floraux expressifs et pleins de vie utilisés dans les années 1920 se sont mêlés tout naturellement aux ajouts successifs apportés après la Seconde Guerre mondiale, par exemple les symboles de la propagande soviétique, pour présenter un récit unique du passé architectural de la grande salle, qui révèle les utilisations diverses du bâtiment au fil des années (voir ill. ci-dessous).

La grande salle du bâtiment de la Maison de la Société juive à Riga, 1913–1925. Architectes Edmund von Trompovskis, Paul Mandelstamm et H. Rosenberg

La grande salle du bâtiment de la Maison de la Société juive à Riga, 1913–1925. Architectes Edmund von Trompovskis, Paul Mandelstamm et H. Rosenberg

© Droits réservés

  • 34 P. Kampe, Aleksandrs Vanags 1873–1919 kā cilvēks un kā celtnieks, op. cit.

20Toutes les constructions faisant appel aux éléments néo-classiques ne comprenaient pas forcément de grandes salles. Par exemple, des bâtiments relativement petits ont été construits pour la Société caritative de Liezere (1908, architecte Aleksandrs Vanags)34 et la Société de Jaunjelgava (1912). Dans les deux cas, des éléments du style éclectique ont été utilisés, avec des fenêtres espacées de manière égale, ainsi que des éléments décoratifs classiques. Leur architecture est donc plus éclectique que néo-classique.

  • 35 LVVA, 6343/6/4
  • 36 « Bērsmuižas lauksaimniecības biedrības ‘Druva’ nama iesvētīšana », in Latvis, 1923, n° 636, p. 2

21Les immeubles abritant la Société de Rūjiena35 et la Société agricole de Bērze36 n’ont été achevés qu’après la Première Guerre mondiale. Dans leur architecture, on retrouve de nombreux éléments du style éclectique. Les plans d’Aleksandrs Vanags ont été utilisés pour construire toute une série d’immeubles de communautés en Lettonie. Au début du 20e siècle, le romantisme national était la tendance stylistique de l’Art nouveau qui était la plus répandue, et celle que privilégiait cet architecte. Toutefois, après 1910, il se tourna vers le néo-classicisme.

22Les immeubles d’associations construits au début du 20e siècle furent les précurseurs des immeubles socio-culturels contemporains. De nos jours, ils sont encore utilisés pour abriter les activités des mêmes associations. Dans la plupart des cas, les immeubles de ce type, aux 19e et 20e siècles, sont des monuments remarquables dans le paysage culturel de la province. Ils ont également démontré le potentiel des organisations publiques comme maîtres d’ouvrage. Dans le contexte de l’Art nouveau, ils ont marqué une transformation des gouts et des moyens d’expression des architectes, qui ont découvert la diversité de ce nouveau style et ont modifié leur conscience esthétique. Pour ce type d’architecture, la tendance stylistique la plus répandue de l’Art nouveau a été le romantisme national. Il recouvrait toute une gamme d’expressions différentes, mais on le retrouve dans les réalisations de nombreux architectes. Outre le romantisme national, l’architecture des immeubles d’associations lettones emprunte également certains éléments typiques de l’Art nouveau perpendiculaire et du néo-classicisme. Elle se caractérise enfin par des influences internationales mêlées à des caractéristiques traditionnelles.

Haut de page

Notes

1 J. Juškēvičs, Kurzemes hercogi un viņu laikmets, Riga, Valters un Rapa, 1931, p. 41

2 A. Vičs, Latviešu skolu vēsture (« Histoire des écoles lettonnes »). Tome IV : Pārkrievošanas laikmets no 1885.–1905. gadam (« L’époque de la russification »), Riga, R.L.B. Derīgu grāmatu nodaļa, 1939, p. 599

3 A. Celmiņš, Kuldīga, Rīga, Liesma, 1980, p. 52

4 I. Rasa, Latviešu sabiedrības kultūraktivitātes (1800–1991) (« Les activités culturelles des Societes lettones »), Rīga, Raka, 2008, p. 32-50

5 Rīgas Latviešu biedrība savā 25 gadu darbā un gaitā, Jelgava, Draviņa-Dravnieka drukātava, 1893, p. 188

6 J. Krastiņš, O. Treigūts, E. Upmanis, RPI Arhitektūras nodaļa (1869–1918). Latvijas arhitektūras meistari (« Les maitres de l’architecture de Riga »), Riga, Zvaigzne ABC, 1995, p. 3-13

7 L’inventaire du patrimoine culturel des bâtiments abritant des associations en Lettonie, dans le contexte de l’Art nouveau, a été réalisé à partir de l’étude de documents d’archives et de publications, ainsi que de celle des bâtiments eux-mêmes.

8 « Rīgas Latviešu biedrības jaunā nama iesvētīšana », in Jaunās Latviešu Avīzes, 1910, nos 104, p. 1 et 102, p. 1 ; « Biedrību dzīve », in Dzimtenes Vēstnesis, 1909, n° 4, p. 3, et 1908, n° 198, p. 2

9 « Rīgas Latviešu... », op. cit., 1910

10 Dž. Hovards, Stils un pasūtītājs. Jūgendstils laiks un telpa, Rīga, Jumava, 1999, p. 25-40

11 E. Kiritchenko, Russkaa arhitektura 1830-1910-h godov, Moskva, Iskusstvo, 1978, p. 399

12 « Jaunais Jelgavas Latviešu biedrības nams », in Dzimtenes Vēstnesis, 1910, n° 24, p. 3

13 « Jelgavas Latviešu biedrības nama iesvētīšana », in Dzimtenes Vēstnesis, 1910, n° 25, p. 1 ; « Jelgavas Latviešu biedrības nama iesvētīšana », in Jūrnieks, 1910, n° 6, p. 2

14 O. Grosbergs, « August Dombrowsky, ein lettischer Volksmann », in Rigasche Rundschau, 1927, n° 258 ; V. Banga, « Ziemeļblāzma, Vecmīlgrāvja Akropole », in Latvijas Arhitektūra, 2007, n° 3 (71), p. 92-96

15 « No Vecmīlgrāvja », in Jūrnieks, 1910, n° 14, p. 4 ; « Ziemeļblāzmas Jaunā nama iesvētīšana », in Druva, 1913, n° 10, p. 111

16 J. Krastiņš, Latvijas un Rīgas arhitektūra latviskā kultūrskatījumā (« Panorama culturel de l’architecture à caractère national letton de la Lettonie et de Riga »), in Latvieši un Latvija. Tome IV de Jānis Stradiņš (éd.), Latvijas kultūra, izglītība, zinātne, Riga, Zinātņu akadēmija, 2013, p. 562

17 Voir les archives du cabinet d’architectes « Virtu ».

18 G. Elsiņš, Biedrības. Ventspils 700. Toronto : Ventspils 700 gadu jubilejas atzīmēšanas iniciatoru grupa, 1990, p. 71-73

19 I. Štrumfa, « Ventspils pilsētas vēstures hronika », in Ventspils muzeja raksti, vol. 1, Rīga, Ventspils muzejs, 2001, p. 339-365 ; J. Brance, « Teātra sākumi Ventspilī », in Ventspils 700, op. cit., p. 69-70

20 « Kā izbūvējams latviešu biedrības nams, lai tas apmierinātu Ventspils sabiedriskās dzīves vajadzības », in Ventas Balss, 19 mars 1938

21 Ibid.

22 LVVA (= Archives nationales historiques de Lettonie), 634/7/2537

23 « Krustām šķērsām pa Raunu », in Cēsu Vēstis, 1933, n° 8, p. 33

24 LVVA, 6343/7/58

25 P. Kampe, Aleksandrs Vanags 1873–1919 kā cilvēks un kā celtnieks, Rīga, J. Pētersons un biedri, 1929, p. 19

26 « Kuldīgas sadraudzīgās biedrības nams », in Dzimtenes Vēstnesis, 1909, n° 206, p. 2

27 LVVA, 6343/7/59

28 P. Kampe, « Īss pārskats par profesora Dr. arch. h. c. Eižena Laubes būvniecības darbību līdz pasaules kara sākumam », in Latvijas Arhitektūra, 1940, n° 4, p. 107

29 LVVA, 6343/10/26 ; « No Doles », in Dzimtenes Vēstnesis, 1909, n° 206, p. 1

30 « Balsis no publikas – Pateicība », in Dzimtenes Vēstnesis, 1913, n° 283, p. 9

31 LVVA, 6343/7/185

32 Rīgas pilsētas būvvaldes arhīvs (= Archives de l’Office de construction de la ville de Riga). Dossier 2244

33 LVVA, 6343/8/2

34 P. Kampe, Aleksandrs Vanags 1873–1919 kā cilvēks un kā celtnieks, op. cit.

35 LVVA, 6343/6/4

36 « Bērsmuižas lauksaimniecības biedrības ‘Druva’ nama iesvētīšana », in Latvis, 1923, n° 636, p. 2

Haut de page

Table des illustrations

Titre Dessin de la façade du bâtiment de la Société lettonne de Jelgava, 1909. Architecte Pauls Eplē (coll. Archives historiques de l’État de Lettonie, f. 6343, d. 8, c. 86)
Crédits Cliché Archives historiques de l’État de Lettonie
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2246/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Le bâtiment de la Ligue de tempérance « Ziemeļblāzma » à Riga, 1910–1913
Crédits © Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2246/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Détail de la façade du bâtiment de la Société lettonne de Ventspils, ca. 1910. Architecte Ernests Bauls
Crédits © Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2246/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Le bâtiment de la Société fermière de Rauna, 1909. Architecte Augusts Malvess
Crédits © Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2246/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Le bâtiment de l’association « Austrums » à Plātere, 1910
Crédits © Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2246/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre La grande salle du bâtiment de la Maison de la Société juive à Riga, 1913–1925. Architectes Edmund von Trompovskis, Paul Mandelstamm et H. Rosenberg
Crédits © Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2246/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agate Eniņa, « Les maisons d’associations en Lettonie et le contexte de l’Art nouveau »La Revue de la BNU, 19 | 2019, 118-125.

Référence électronique

Agate Eniņa, « Les maisons d’associations en Lettonie et le contexte de l’Art nouveau »La Revue de la BNU [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 07 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rbnu/2246 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rbnu.2246

Haut de page

Auteur

Agate Eniņa

Docteure en architecture, Université technologique de Riga

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search