Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Le DossierLes sociabilités : sociétés savan...Le cercle de Saint-Léonard et l’a...

Le Dossier
Les sociabilités : sociétés savantes et cercles culturels

Le cercle de Saint-Léonard et l’animation de la scène artistique strasbourgeoise (1895-1910)

Nicolas Stoskopf
p. 126-133
Traduction(s) :
Senleonāras grupa un Strasbūras mākslas pasaules aktivizēšana (1895–1910) [lv]

Texte intégral

  • 1 Gustave Stoskopf, note manuscrite, 1932 (Archives Gustave Stoskopf, AGS)
  • 2 Anne-Doris Meyer, « Le marché de l’art à Strasbourg pendant le Reichsland (1870-1918) », in Revue d (...)

1Le cercle de Saint-Léonard a donné l’impulsion d’un « intense mouvement artistique »1, qui s’est déployé dans de nombreuses directions. Il est d’autant plus intense qu’il émerge sur un terrain quasi vierge : jusqu’aux années 1890, la vie artistique strasbourgeoise est, pour ainsi dire, « administrée » par deux associations rivales, la Société des amis des arts, francophile, et le Strassburger Kunstverein, germanophile. La première organise des expositions triennales dans lesquelles les artistes locaux servent de faire-valoir aux maîtres parisiens. La seconde est en perte de vitesse et disparaît en 19002. Les artistes, qui partent se former soit à Paris, soit à Munich et Berlin, n’ont pas d’avenir sur place. La réussite passe par l’exil, notamment à Paris, ou s’illustrent par exemple Schützenberger, Henner, Zuber et d’autres encore. Mais à partir de 1892-1893, un tournant se dessine : il est le fait d’une génération d’artistes nés pour la plupart dans la France des années 1860, devenus allemands dans leur enfance et alors à l’orée de leur carrière. Ils se rencontrent, s’organisent et prennent leur destin en main. Ils se retrouvent au sein du cercle de Saint-Léonard qui se forme et met en œuvre un véritable programme, avec un important volet consacré à l’organisation d’expositions.

Formation du cercle de Saint-Léonard et premières initiatives

2Saint-Léonard, c’est d’abord un lieu, une cour capitulaire près d’Obernai ou vivent Anselme Laugel, viticulteur, notable, peintre à ses heures et mécène, et Charles Spindler, peintre formé aux académies de Berlin, Düsseldorf et Munich. Celui-ci prend la première initiative : en collaboration avec l’Allemand Joseph Sattler, il publie de 1893 à 1896 les Elsasser Bilderbogen ou Images alsaciennes, dont les deux hommes sont dans un premier temps les principaux contributeurs. Sattler est un graveur hors pair qui illustre des épisodes, en général tragiques, de l’histoire d’Alsace ; Spindler est plutôt un aquarelliste partagé entre un gout pour l’imagerie médiévale et une véritable passion pour les costumes et les coutumes rurales de l’Alsace.

  • 3 AGS
  • 4 Charles Spindler, L’Âge d’or d’un artiste en Alsace. Mémoires inédits 1889-1914, Nancy, Éditions Pl (...)

3Dès la deuxième année, donc en 1894, Spindler annonce la participation d’autres artistes, Benoît Hartmann, Léon Hornecker et Gustave Stoskopf. Ce dernier a fait la connaissance de Sattler et du sculpteur Alfred Marzolff en 1892 : étudiant à Paris depuis novembre 1887, il les a conseillés avec succès pour exposer au Salon de 1893. Revenu à Strasbourg en 1894, c’est un habitué de la Mehlkischt, débit de vin de la rue des Bouchers ou se retrouvent artistes et étudiants et où chacun exerce ses talents de poète, de musicien ou de chansonnier. En 1895, dans un poème illustré a la manière de Wilhelm Busch, il raconte le voyage à Saint-Léonard de quatre artistes, deux peintres, Hornecker et lui-même, et deux musiciens, attirés surtout par la table et la cave de Laugel !3 Ces artistes ont le bonheur de trouver d’autres amphitryons, le fabricant de bougies Georges Haehl a la Robertsau ou le fabricant de foie gras Auguste Michel qui régale tous les mois à partir de 1896 ses amis, artistes, écrivains et intellectuels dans sa maison de Schiltigheim autour du « Kunschthafe », la « marmite des arts »4.

4Il résulte de ce processus de formation que l’expression « cercle de Saint-Léonard » désigne un groupe d’artistes dont les contours sont flous et variables, hormis un noyau dur, trop informel et diversifié pour bâtir une quelconque doctrine artistique. Ce n’est pas une école. Sa force, c’est le collectif, un collectif qui fonctionne, peut-être parce qu’il est bien alimenté, au sens propre du terme, par des nourritures terrestres et du bon vin !

Première réalisation collective du cercle de Saint-Léonard : Luschtig’s us’m Elsass (1896). Couverture de Sattler (coll. AGS)

Première réalisation collective du cercle de Saint-Léonard : Luschtig’s us’m Elsass (1896). Couverture de Sattler (coll. AGS)

© et cliché N. Stoskopf

  • 5 Braunagel, Hornecker, Laskowsky, Sattler, Schneider, Spindler et Stoskopf. Le volume connaît huit é (...)
  • 6 Blumer, Feuerstein, Haas, Hartmann, Koerttgé, Seebach.
  • 7 Anne-Doris Meyer, « Le premier Salon des peintres alsaciens : l’exposition « Strasbourg-Novembre », (...)
  • 8 René Metz, Les peintres alsaciens de 1870 à 1914, thèse de 3e cycle dactylographiée, USHS, 1971, fa (...)

5Il existe d’abord par ses initiatives et ses œuvres. Une des premières manifestations de son existence est la publication en 1896 par Stoskopf de ses monologues rimés, Luschtig’s us’m Elsass, avec une couverture de Sattler et des illustrations de plusieurs artistes (voir ill. ci-dessus et ci-dessous)5. L’année suivante, avec G’spass un Ernscht, le groupe s’élargit a d’autres illustrateurs6 et s’enrichit de deux musiciens, Erb et Lorentz. Mais c’est l’exposition « Strasbourg-Novembre », organisée du 1er au 30 novembre 1897 à l’hôtel de ville, qui en est la première manifestation d’envergure. Elle est considérée comme un « point de rupture dans l’histoire des expositions d’art contemporain à Strasbourg »7, un « jalon de l’histoire de la peinture en Alsace », un « manifeste culturel d’originalité »8. Mais en quoi est-ce un point de rupture ?

Première réalisation collective du cercle de Saint-Léonard : Luschtig’s us’m Elsass (1896). Prospectus avec des illustrations de Schneider et Stoskopf (coll.AGS)

Première réalisation collective du cercle de Saint-Léonard : Luschtig’s us’m Elsass (1896). Prospectus avec des illustrations de Schneider et Stoskopf (coll.AGS)

© et cliché N. Stoskopf

  • 9 Lettre écrite à la suite d’une rencontre entre Stoskopf et Laugel le 1er juillet au café Banzin, pl (...)

6Les artistes prennent d’abord en main leurs propres intérêts. Ils s’émancipent du magistère exercé jusque-là par la Société des amis des arts qui a pris l’initiative de l’exposition. Laugel, sollicité comme « plume » par Stoskopf, rédige une lettre dans laquelle il soumet l’accord des artistes à la condition que « nous restions aussi chargés exclusivement de son organisation et son installation, nous réservant de n’accepter que des œuvres d’art qui nous auront paru dignes d’attirer l’attention du public éclairé de Strasbourg. C’est pour cela que nous avons pensé qu’il vaudrait mieux nous adresser aux seuls artistes déjà admis aux salons de Paris, de Munich et de Berlin »9. Cette lettre, signée par Hornecker, Marzolff, Sattler et Stoskopf, est adressée à Alfred Ritleng, président des Amis des arts, qui accepte de laisser le champ libre aux artistes.

7Cette génération d’artistes prend d’emblée conscience de sa valeur et la proclame. Ils revendiquent logiquement leur alsacianité et une volonté d’autonomie vis-à-vis des pôles artistiques parisien et allemand. C’est la première de toutes les initiatives à venir du cercle de Saint-Léonard et donc, de ce point de vue aussi, un acte fondateur.

8Enfin, le troisième élément est la volonté de décloisonner les arts par l’ouverture aux arts décoratifs, mais aussi le souci de montrer « des œuvres disposées selon des principes modernes » dans un décor conçu pour la circonstance avec une ambition de séduire et d’attirer le public.

  • 10 Catalogue de l’exposition d’art Strasbourg-Novembre, Strasbourg, 1897
  • 11 Journal d’Alsace, 5 septembre 1897

9Cette exposition, qui réunit environ vingt-cinq artistes, est un succès10. Pour le Journal d’Alsace, « c’est la première fois qu’une manifestation de cette nature se produit dans notre ville […] Il ne nous a jamais été donné de voir le groupement d’œuvres inédites nées dans notre pays ». Il est ensuite question de « réveil artistique », « d’association libre de talents divers » et plus loin, on relève : « Élèves de maîtres différents, français et allemands, ayant pour la plupart exposé à Paris, à Munich ou à Berlin, ils sont venus chercher dans leur patrie les suffrages et les encouragements de leurs concitoyens »11. En 1897 donc, les jalons sont posés pour la création d’un mouvement artistique qui reste à mettre en œuvre.

Un programme et sa mise en œuvre

  • 12 Discours du 24 juin 1938 lors du vernissage d’une rétrospective Spindler à la Maison d’art alsacien (...)

« Nos entretiens finirent par se concrétiser par un plan, un programme destiné à nous guider dans les réalisations que nous nous proposâmes », déclarait Stoskopf en juin 1938 dans un hommage à Spindler qui venait de disparaître. De fait, en quelques mois, les bases de ce plan sont jetées : création en 1898 du Théâtre alsacien de Strasbourg et de la Revue alsacienne illustrée (RAI). Il se poursuit en 1899 par celle du Salon d’art de la Revue alsacienne illustrée, préfiguration de la Maison d’art alsacienne, et en avril 1900 par l’annonce dans la RAI de la création d’un musée ethnographique alsacien. Stoskopf ajoute, toujours en 1938 : « Cette fondation [du Musée alsacien] décidée, Anselme Laugel rêva de réunir sous une même direction, afin de les soumettre à une même discipline et de les animer d’un même esprit, toutes ces différentes institutions qui devaient se prêter un mutuel appui. Malheureusement, ce magnifique projet ne put se réaliser pour des raisons financières »12.

  • 13 Comme dans la récente exposition « Strasbourg, laboratoire d’Europe (1880-1930) » au MAMCS.

10On remarque l’insistance revendicative dans les dénominations d’un ancrage alsacien. On a souvent voulu soit l’ignorer13, soit le mépriser comme un repli étriqué et un provincialisme, soit l’interpréter en termes de francophilie ou au contraire de germanité. Pourtant, il est assez aisé de comprendre qu’avant 1914, ces artistes, allemands de fait, sont pour la plupart francophiles sans être germanophobes. Bilingues, ils entretiennent des relations à 180° avec Paris, comme avec Berlin et Munich. Ils ne se reconnaissent pas dans les nationalismes et les militarismes qui se déchaînent déjà en France ou en Allemagne et veulent ignorer les frontières. Ils sont, comme le sont en général les artistes, pacifistes et internationalistes.

  • 14 Comme nous l’avons montré, Bernard Jacqué et moi-même, dans « Tradition et modernité dans les arts (...)

11Dans ce contexte, l’Alsace est une voie formidable à explorer et un carrefour entre deux cultures. C’est un « laboratoire d’Europe », si l’on peut se permettre cette suggestion… dans la mesure où elle permet de dépasser les affrontements nationaux. Cette dimension alsacienne passe nécessairement par un retour aux sources, aux traditions, c’est-à-dire au dialecte, aux coutumes et légendes, aux costumes, au folklore et au patrimoine rural ou urbain, donc à ce monde d’hier qui est en train de disparaître, selon une mode ethnographique qui n’est pas propre à l’Alsace en 1900. Mais elle se combine avec une sensibilité particulière aux courants artistiques contemporains, qu’ils viennent de France ou du monde germanique, la mobilisation de techniques modernes et de médias et un activisme collectif, une présence sur le terrain assez éloignée de l’académisme, de la solitude de l’artiste devant sa toile14.

12Quatre étapes principales jalonnent ce programme :

  • Le Théâtre alsacien est certes fondé en dehors du groupe de Saint-Léonard en février 1898, mais ses artistes l’investissent : Spindler dessine son programme et Stoskopf écrit d’emblée son chef-d’œuvre, D’r Herr Maire, dédié à Laugel et créé le 27 novembre 1898.

    • 15 Lettre à Gustave Stoskopf, 10 mars 1898 (AGS)
    • 16 L’Age d’or…, op. cit., p. 93
    • 17 Ibid., p. 97-101 et 183-203

    La Revue alsacienne illustrée prend en 1899 la succession des Images alsaciennes. Elle est conçue, des mars 1898, par Spindler comme « l’organe officiel de notre corporation de peintres […] ou chacun de nous trouve à placer une chose qui lui paraisse bien – soit tableau, soit poésie – sans avoir besoin d’avoir égard au gout de rédacteurs qui n’entendent rien aux choses de l’art » (voir ill. ci-dessous)15. C’est donc une revue faite par des artistes pour des artistes. Spindler, Laugel et Stoskopf forment le comité de rédaction16. Rapidement cependant, Spindler en cède la direction technique a Pierre Bucher, puis la direction tout court en 1903, avec comme conséquence une évolution pro-française et antiallemande que Spindler souligne lui-même et regrette dans ses Mémoires17.

    • 18 « Un musée ethnologique alsacien », in « Chronique d’Alsace-Lorraine (AL) », RAI, avril 1900, p. 53 (...)

    Le projet de « musée ethnographique alsacien » est annoncé dans la RAI en avril 190018 en ces termes : « Il serait temps d’arrêter cette rage de destruction et de conserver aux générations futures les témoins d’un passé qui ne fut pas sans grandeur ». Ce futur musée est d’abord conçu comme un conservatoire du costume, avec une volonté pédagogique de sensibiliser le public a la valeur patrimoniale d’objets du quotidien peu à peu délaissés comme démodés. C’est dans cet esprit que Julius Greber et Stoskopf écrivent D’Heimet, une pièce en dialecte jouée en 1901, et que Spindler et Laugel publient en 1902 Costumes et coutumes d’Alsace. Mais le groupe fondateur se divise au moment de passer à l’acte, notamment sur la question du financement : Bucher, partisan d’un financement totalement privé, l’emporte et joue un rôle dominant dans la Société du musée alsacien fondée en décembre 1902.

  • Quant au quatrième volet du programme, l’organisation d’expositions, c’est évidemment le plus important pour l’animation de la scène artistique strasbourgeoise.

Carte postale publicitaire pour la Revue alsacienne illustrée (dessin de Paul Braunagel ; coll. AGS)

Carte postale publicitaire pour la Revue alsacienne illustrée (dessin de Paul Braunagel ; coll. AGS)

© et cliché N. Stoskopf

Exposer les artistes strasbourgeois

  • 19 RAI, « Chronique d’AL », 1899-1900, p. 1
  • 20 Lettre à Marc Lenossos, 28 avril 1938 (AGS)
  • 21 Dernière mention d’une exposition dans RAI, « Chronique d’AL », janvier 1904, p. 10

13Le nerf de la guerre pour des artistes est en effet de pouvoir montrer leurs œuvres et éventuellement de les vendre. Apres le coup d’éclat de l’exposition « Strasbourg-Novembre » de 1897, un processus se met en marche qui n’aboutit qu’en 1905, avec la création de la Maison d’art alsacienne. C’est à la fin de 1899 que Stoskopf fonde le Salon d’art de la RAI chez le marchand de Spindler, Bader-Nottin, rue de la Nuée-Bleue, créant ainsi un lieu d’exposition permanent pour les artistes alsaciens (voir ill. ci-dessous)19. « On prédisait », témoigne Stoskopf en 1938, « une courte durée a cette salle d’exposition, en prétendant qu’il n’y aurait pas assez d’éléments pour y faire succéder assez rapidement des expositions. J’ai prouvé le contraire. J’ai visité des ateliers de jeunes artistes que le public ignorait jusqu’alors et j’ai exposé pour la première fois des œuvres de Loux, Schnug, Hansi, Ebel, puis de plusieurs peintres de moindre envergure. Plus tard, ce fut le tour de Beecke et, ce qui est essentiel, des artistes de l’École des arts décoratifs qui s’étaient tenus jusqu’à présent à l’écart »20. Cette expérience se poursuit jusqu’au début de 190421.

Carton d’invitation pour une exposition du Salon d’art de la Revue alsacienne illustrée (coll. AGS)

Carton d’invitation pour une exposition du Salon d’art de la Revue alsacienne illustrée (coll. AGS)

© et cliché N. Stoskopf

  • 22 Protokoll uber die Zusammenkunfte der Strassburger Kunstler, Sitzung vom 6sten Oktober 1902, Archiv (...)
  • 23 Voir le catalogue Kunstausstellung Strassburg, 1903, et le compte rendu sous le pseudonyme de Jean (...)

14Entre-temps, l’exposition de mai 1903 au château des Rohan a connu un grand succès. Initialement programmée par la direction des musées en 1902, elle a été finalement repoussée à cause d’une fronde des artistes strasbourgeois. En effet, les musées avaient invité tous les artistes figurant dans l’annuaire (Adressbuch). Stoskopf réunit ses amis le 6 octobre 1902 et les convainc de se syndiquer pour éviter un rassemblement hétéroclite qui risquerait d’avoir un effet déplorable sur l’image des artistes22. Ils adoptent une motion, demandant de différer l’exposition et de céder la direction à un jury composé des artistes les plus connus. Daubner, Hornecker et Stoskopf rencontrent le maire Otto Back qui accepte cette proposition. Le jury, présidé par Spindler et Daubner, rassemble également Hornecker, Koerttgé, Krafft, Marzolff, Muschweck, Schneider et Stoskopf. L’exposition est au demeurant peu sélective puisqu’elle réunit quarante-huit artistes. Elle fait cependant l’effet d’une révélation auprès d’un public qui dépasse les 10 000 visiteurs23.

  • 24 AVES 213 Z 4
  • 25 D’où la proposition, en octobre 1907, d’une association pour la conservation du vieux Strasbourg qu (...)
  • 26 RAI, VI, « Chronique d’AL », 1904, p. 40

15Cette expérience « syndicale » est suffisamment convaincante pour aboutir à la création, le 19 avril 1905, de l’Association des artistes strasbourgeois (Verband Strassburger Künstler) : vingt-deux membres fondateurs approuvent les statuts préparés par Stoskopf. Spindler est élu président, Daubner, vice-président, tandis que Stoskopf assure le secrétariat. Cette association, dont les procès-verbaux sont conservés jusqu’au 31 mai 191324, organise le Bal des artistes, prend position le 6 novembre 1905 contre un projet de destruction du Bain-aux-Plantes25, désigne des jurys pour les expositions strasbourgeoises, s’occupe des relations avec l’Association des amis des arts dans les pays du Rhin (Verband der Kunstfreunde in den Ländern am Rhein), etc. Cette dernière, fondée en 1904 par Wilhelm Schäfer26, organise une première exposition, à laquelle participent des artistes alsaciens, à Darmstadt en décembre 1904, suivie rapidement d’une autre au château des Rohan le 19 mars 1905. Son agencement est confié à Daubner, Sattler, Schneider et Stoskopf. Sans qu’on puisse ici approfondir son rôle, notons simplement que cette association permet aux artistes alsaciens de se faire connaître outre-Rhin.

  • 27 AVES 213 Z 3
  • 28 Les archives de Me Bär n’ont pas été versées aux Archives départementales.
  • 29 Son buste, placé après sa mort par la Ville de Strasbourg sur la façade de la Maison d’art, rue Bru (...)

16Enfin, le projet d’une Maison d’art alsacienne est décrit par Stoskopf lors d’une rencontre préparatoire, le 6 juin 1905, qui réunit Laugel et Spindler, mais aussi des notables susceptibles d’apporter des financements27. Le 15 novembre 1905 est créée devant notaire28 la Société pour le développement des beaux-arts et des arts industriels en Alsace-Lorraine, au capital de 20 000 marks. Son conseil de surveillance, présidé par Laugel, se compose de Schwarzmann, vice-président, Grunelius, Fritz Meyer, et de deux artistes, Daubner et Spindler. Dirigée par Stoskopf29 et Théodore Knorr, la Maison d’art ouvre ses portes, 6 rue Brulée à Strasbourg, le 10 décembre 1905 en présence du Statthalter (voir ill. ci-dessous).

Carte d’invitation de la Maison d’art alsacienne. Portrait signé Léon Hornecker (coll. AGS)

Carte d’invitation de la Maison d’art alsacienne. Portrait signé Léon Hornecker (coll. AGS)

© et cliché N. Stoskopf

  • 30 RAI, VIII, janvier 1906, p. 28-35
  • 31 Journal des Débats, 22 octobre 1905
  • 32 Charles Spindler, L’Âge d’or…, op. cit., p. 219-220, ce que confirme Stoskopf en 1938 (AGS)
  • 33 Voir revue de presse et procès-verbaux de la Maison d’art, AVES 213 Z 3

17Son manifeste (anonyme), publié dans la RAI, montre à quel point l’objectif est de décloisonner la production artistique, de la faire descendre de son piédestal en la mettant – commercialement – a la disposition du public, riche ou moins fortuné. On veut faire entrer l’art dans les intérieurs domestiques, réaliser l’unité de tous les arts, art industriel ou appliqué et « art pur », organiser des expositions, mais aussi proposer des services pour la construction de maisons et la décoration intérieure30. Le modèle s’inspire des « Vereinigte Werkstätte » (Ateliers réunis) de Munich, créés en 1898. De fait, comme l’annonce à l’avance le Journal des Débats du 22 octobre, la première exposition donnera le ton, avec « les divers produits de l’art industriel indigène […], des marqueteries de M. Ch. Spindler, des vitraux de MM. Braunagel et Cammissar, des céramiques des frères Elchinger et de M. Bastian, des travaux de serrurerie d’art de Zschock, etc. »31. Un petit catalogue, publié en 1907, reprend ces idées et détaille le contenu de l’offre : meubles, céramiques, faïences, verreries, vitraux, reliures et autres objets en cuir, bijoux, statuettes, gravures et portefeuilles d’artistes. Cette ouverture vers les arts décoratifs et les objets bon marché n’empêche pas la Maison d’art de fonctionner comme une galerie classique qui voit se succéder les expositions individuelles ou collectives. Comme l’atteste la presse, le succès artistique est au rendez-vous, mais pas la rentabilité commerciale : la Maison d’art ne tient que grâce aux ventes des marqueteries de Spindler32 et ne peut réaliser toutes ses ambitions33.

Première page du catalogue de la Maison d’art alsacienne (1907 ; coll. AGS)

Première page du catalogue de la Maison d’art alsacienne (1907 ; coll. AGS)

© et cliché N. Stoskopf

  • 34 Le Musée alsacien, le Théâtre alsacien de Strasbourg, l’Association des artistes indépendants d’Als (...)

18Le bilan n’en est pas moins largement positif, même s’il va de soi que la « scène artistique strasbourgeoise » de ce début de siècle ne se limite pas aux initiatives du cercle de Saint-Léonard. Mais ce groupe d’artistes a remarquablement occupé le terrain. Ils sont descendus dans l’arène et se sont frottés aux réalités politiques, administratives, financières, loin du confort (relatif…) des ateliers, parfois au détriment de leur propre œuvre (comme c’est le cas pour Stoskopf en tant que peintre à cette époque). Ils ont innové en créant des institutions durables34. Enfin, ils ont exploré une voie alsacienne, qui peut paraître aujourd’hui étriquée, provinciale, folklorique, mais qui avait du sens dans l’Alsace allemande d’avant 1914, un sens transnational, permettant de maintenir les contacts avec France et Allemagne tout en échappant à l’emprise des nationalismes.

Haut de page

Notes

1 Gustave Stoskopf, note manuscrite, 1932 (Archives Gustave Stoskopf, AGS)

2 Anne-Doris Meyer, « Le marché de l’art à Strasbourg pendant le Reichsland (1870-1918) », in Revue d’Alsace, 138, 2012, p. 157-173

3 AGS

4 Charles Spindler, L’Âge d’or d’un artiste en Alsace. Mémoires inédits 1889-1914, Nancy, Éditions Place Stanislas, 2009, p. 77-87 ; Julien et Walter Kiwior, Le Kunschthaafe. Art, histoire et gastronomie en Alsace, [Strasbourg], Association A.R.S. Alsatiae, 2010

5 Braunagel, Hornecker, Laskowsky, Sattler, Schneider, Spindler et Stoskopf. Le volume connaît huit éditions jusqu’en 1914.

6 Blumer, Feuerstein, Haas, Hartmann, Koerttgé, Seebach.

7 Anne-Doris Meyer, « Le premier Salon des peintres alsaciens : l’exposition « Strasbourg-Novembre », in Cahiers d’art, d’archéologie et d’histoire d’Alsace, 2010, p. 151-161

8 René Metz, Les peintres alsaciens de 1870 à 1914, thèse de 3e cycle dactylographiée, USHS, 1971, fascicule 1, p. 85

9 Lettre écrite à la suite d’une rencontre entre Stoskopf et Laugel le 1er juillet au café Banzin, place Broglie (AGS).

10 Catalogue de l’exposition d’art Strasbourg-Novembre, Strasbourg, 1897

11 Journal d’Alsace, 5 septembre 1897

12 Discours du 24 juin 1938 lors du vernissage d’une rétrospective Spindler à la Maison d’art alsacienne (AGS).

13 Comme dans la récente exposition « Strasbourg, laboratoire d’Europe (1880-1930) » au MAMCS.

14 Comme nous l’avons montré, Bernard Jacqué et moi-même, dans « Tradition et modernité dans les arts décoratifs en Alsace autour de 1900 », in Aziza Gril-Mariotte (dir.), L’artiste et l’objet. La création dans les arts décoratifs (XVIIIe-XIXe siècles), Rennes, PUR, 2018, p. 173-183

15 Lettre à Gustave Stoskopf, 10 mars 1898 (AGS)

16 L’Age d’or…, op. cit., p. 93

17 Ibid., p. 97-101 et 183-203

18 « Un musée ethnologique alsacien », in « Chronique d’Alsace-Lorraine (AL) », RAI, avril 1900, p. 53-54

19 RAI, « Chronique d’AL », 1899-1900, p. 1

20 Lettre à Marc Lenossos, 28 avril 1938 (AGS)

21 Dernière mention d’une exposition dans RAI, « Chronique d’AL », janvier 1904, p. 10

22 Protokoll uber die Zusammenkunfte der Strassburger Kunstler, Sitzung vom 6sten Oktober 1902, Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES), Fonds G. Stoskopf, 213 Z 4

23 Voir le catalogue Kunstausstellung Strassburg, 1903, et le compte rendu sous le pseudonyme de Jean Rapin, RAI, V, 1903, p. 97-104

24 AVES 213 Z 4

25 D’où la proposition, en octobre 1907, d’une association pour la conservation du vieux Strasbourg qui verra le jour en avril 1910.

26 RAI, VI, « Chronique d’AL », 1904, p. 40

27 AVES 213 Z 3

28 Les archives de Me Bär n’ont pas été versées aux Archives départementales.

29 Son buste, placé après sa mort par la Ville de Strasbourg sur la façade de la Maison d’art, rue Brulée, à l’arrière de l’hôtel de ville, rend hommage à son rôle de fondateur et de directeur de cette galerie.

30 RAI, VIII, janvier 1906, p. 28-35

31 Journal des Débats, 22 octobre 1905

32 Charles Spindler, L’Âge d’or…, op. cit., p. 219-220, ce que confirme Stoskopf en 1938 (AGS)

33 Voir revue de presse et procès-verbaux de la Maison d’art, AVES 213 Z 3

34 Le Musée alsacien, le Théâtre alsacien de Strasbourg, l’Association des artistes indépendants d’Alsace (AIDA) et sa galerie d’exposition sont les héritiers directs des initiatives du cercle de Saint-Léonard.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Première réalisation collective du cercle de Saint-Léonard : Luschtig’s us’m Elsass (1896). Couverture de Sattler (coll. AGS)
Crédits © et cliché N. Stoskopf
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2252/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Première réalisation collective du cercle de Saint-Léonard : Luschtig’s us’m Elsass (1896). Prospectus avec des illustrations de Schneider et Stoskopf (coll.AGS)
Crédits © et cliché N. Stoskopf
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2252/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Carte postale publicitaire pour la Revue alsacienne illustrée (dessin de Paul Braunagel ; coll. AGS)
Crédits © et cliché N. Stoskopf
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2252/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Carton d’invitation pour une exposition du Salon d’art de la Revue alsacienne illustrée (coll. AGS)
Crédits © et cliché N. Stoskopf
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2252/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 667k
Titre Carte d’invitation de la Maison d’art alsacienne. Portrait signé Léon Hornecker (coll. AGS)
Crédits © et cliché N. Stoskopf
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2252/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Titre Première page du catalogue de la Maison d’art alsacienne (1907 ; coll. AGS)
Crédits © et cliché N. Stoskopf
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2252/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Stoskopf, « Le cercle de Saint-Léonard et l’animation de la scène artistique strasbourgeoise (1895-1910) »La Revue de la BNU, 19 | 2019, 126-133.

Référence électronique

Nicolas Stoskopf, « Le cercle de Saint-Léonard et l’animation de la scène artistique strasbourgeoise (1895-1910) »La Revue de la BNU [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 07 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rbnu/2252 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rbnu.2252

Haut de page

Auteur

Nicolas Stoskopf

Professeur émérite d’histoire contemporaine, UHA

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search