Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7Éditorial

Éditorial

Albert Poirot et Christophe Didier
p. 5

Texte intégral

1Paris-Berlin : au-delà des tensions liées à la gestion de la dette souveraine, on ne peut qu'être saisi par la place de la réconciliation franco-allemande dans la construction européenne et par la valeur accordée par les pays de l'Union européenne au maintien de la paix, ici et dans le monde. Le prix Nobel qui lui a été accordé en 2012, et à travers elle à tout citoyen européen de bonne volonté, est là pour en attester – comme en attestent les célébrations des cinquante ans du Traité de l’Élysée et les manifestations culturelles qui leur sont associées. Il n'y aurait pas de réussite pour cette politique européenne fondée sur l'axe franco-allemand sans un enracinement du sentiment de réconciliation dans nos sociétés, à travers mille actions : jumelages, rencontres de jeunes, échanges Erasmus, voyages de vétérans, expositions, publications...

2Pourtant, on n'ignore pas que depuis une vingtaine d'années, la réunification allemande a changé la donne et que le désir de l'autre peut parfois s'être émoussé. Des Cassandre se mettent à le dénoncer régulièrement et en appellent aux pouvoirs publics pour remettre la question franco-allemande au cœur des préoccupations de chacun des deux gouvernements. La question de l'apprentissage de la langue du voisin s'invite ainsi dans maints débats, y compris dans le secteur de l'économie qui semble découvrir que l'anglais ne remplit pas toutes ses promesses, quand il s'agit de gérer la proximité et de donner du travail aux nouvelles générations.

3Strasbourg et l'Alsace, qui ont tant souffert des conflits armés des siècles passés, sont en première ligne pour se faire l'écho de l'urgence proclamée par les pères fondateurs de l'Europe moderne. Régulièrement, à son niveau, avec ses fidèles partenaires, la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg se fait l'artisan d'une amitié franco-allemande fondée sur les échanges culturels et scientifiques. Et de façon emblématique, notre établissement qui a subi les tempêtes des 19e et 20e siècles est devenu en France le pôle de référence documentaire pour l'aire culturelle germanique.

4Paris-Strasbourg-Bayreuth-Berlin : dans ce contexte, la BNU est heureuse de célébrer en 2013 le bicentenaire de la naissance de Richard Wagner à travers la valorisation du riche fonds Boulet-Devraigne, qu’elle vient d’acquérir auprès de la famille d'un collectionneur parisien, et qui nourrit la présente publication. L'illustre compositeur est à sa place dans une ville qu’il visita et dont il apprécia la vie culturelle – une ville qui, en retour, sut l’honorer et le faire connaître avant bon nombre de capitales européennes. Cette valorisation se manifestera par une exposition qui sera inaugurée à Bayreuth même en juillet prochain, avant d'être présentée à l’Ambassade de France à Berlin, puis à Strasbourg, où elle sera accueillie à la Médiathèque André Malraux à l'automne.

5Que tous ceux qui, à un titre ou à un autre, ont favorisé l'acquisition et la valorisation de ce fonds, ont œuvré à la réalisation et au montage de l'exposition, ou encore ont contribué à ce septième numéro de La Revue de la BNU, soient ici grandement remerciés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Albert Poirot et Christophe Didier, « Éditorial »La Revue de la BNU, 7 | 2013, 5.

Référence électronique

Albert Poirot et Christophe Didier, « Éditorial »La Revue de la BNU [En ligne], 7 | 2013, mis en ligne le 01 mai 2013, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rbnu/2293 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rbnu.2293

Haut de page

Auteurs

Albert Poirot

Administrateur de la BNU (2006-2015)

Articles du même auteur

Christophe Didier

Rédacteur en chef

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search