Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7L'inéditUn essai de Wieland Wagner sur le...

L'inédit

Un essai de Wieland Wagner sur le théâtre adressé à Paul Boulet

Philippe Olivier
p. 64-73

Texte intégral

  • 1 Richard Wagner est né à Leipzig le 22 mai 1813.

1Alors qu’approche, à Bayreuth, la Tétralogie dite « du bicentenaire »1, dont la mise en scène sera confiée à l’Allemand Frank Castorf, le radical directeur de la Volksbühne de Berlin, les divergences opposant wagnériens conservateurs et amateurs progressistes d’art lyrique sont devenues un thème d’actualité récurrent, en tout cas dans des pays tels que la France et l’Italie. Ces conflits ne sont pas nouveaux. Ils existaient déjà lors de la saison inaugurale du Festival de Bayreuth en 1876, ont connu un pic un siècle après, lors du légendaire Ring signé Patrice Chéreau, et ont continué à défrayer la chronique quand Jürgen Flimm, Heiner Müller ou Christoph Schlingensief ont présenté leurs réalisations théâtrales sur la « verte colline ».

  • 2 Lettre d’Henri Sauguet à Paul Boulet du 17 janvier 1959 (fonds Boulet-Devraigne)

2Cette querelle entre conservateurs et novateurs atteignit aussi une dimension paroxystique au temps du « Neu-Bayreuth » : on désigne, par ce terme, la révolution esthétique qui s’y est produite entre 1951 et 1966, l’année du décès de Wieland Wagner. L’entrée du fonds Boulet-Devraigne à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg en porte témoignage. Une importante correspondance a en effet été échangée entre Paul Boulet et Wieland Wagner, ainsi qu’entre le wagnérien parisien et la redoutable Winifred, mère du même Wieland. Le haut fonctionnaire Paul Boulet, auquel une contribution de Mathieu Schneider est consacrée dans cette livraison, était tout sauf un inconnu parmi les milieux musicaux parisiens. Ainsi, le compositeur Henri Sauguet le classait parmi les zélateurs de Wagner « des plus purs et plus documentés »2. Il devait, entre autres, être parmi les initiateurs d’une émission de télévision diffusée le 12 mars 1961 et consacrée au centenaire de la création de la version parisienne de Tannhäuser.

  • 3 Lettre de Paul Boulet à Wieland Wagner du 26 août 1951 (fonds Boulet-Devraigne)
  • 4 Lettre de Paul Boulet à Winifred Wagner du 19 octobre 1966 (fonds Boulet-Devraigne)
  • 5 Lettre de Paul Boulet à Winifred Wagner du 16 septembre 1963 (fonds Boulet-Devraigne)

3Fréquentant le Festival de Bayreuth depuis 1937, Paul Boulet s’y était aussi précipité dès l’été de sa réouverture effectuée en 1951. Après s’être apparemment réjoui du style de mise en scène adopté par Wieland3, il devint l’un de ses ennemis les plus implacables, n’hésitant pas, cependant, à verser des larmes de crocodile à la suite de son décès : « Wieland était un homme très intelligent et un véritable artiste »4. Ces propos de rigueur au long d’une correspondance de condoléances n’empêchèrent pas auparavant Boulet de s’en prendre au « caractère prétentieux et surtout obstiné »5 du défunt. Il lui adressa régulièrement des extraits d’articles parus dans la presse française, dont le ton hostile était représentatif de la personnalité de leurs signataires. À l’exception d’Antoine Goléa et, dans une moindre mesure, de Claude Rostand, des commentateurs comme Bernard Gavoty ou Jacques Rozner – le rédacteur en chef du quotidien économique Les Échos – sont tout sauf des foudres de modernité. Ils incarnent des valeurs profondément anachroniques. Ils s’en prendraient aujourd’hui à Jonathan Meese, chargé de mettre en scène Parsifal à Bayreuth en 2015.

4Ainsi, la lettre adressée le 30 octobre 1963 par le Français au petit-fils du compositeur de Lohengrin constitue l’un des moments les plus ardents d’une confrontation d’arguments durant depuis une bonne décennie. Ayant renoncé à ses précédentes admonestations au ton paternaliste, Boulet menace Wieland de l’interpeller par voie de presse s’il ne répond pas à la question de savoir pourquoi il ne respecterait pas « les indications précises données par le Maître dans ses livrets pour la présentation scénique de ses œuvres lyriques ». À cet égard, le Français montre – comme à d’autres occasions – qu’il a parfaitement conscience du rôle déjà tenu par les médias dans la société d’alors. La réponse de Wieland, datée du 23 novembre de la même année, est cinglante : « Vous serez d’accord avec moi que notre correspondance concernant les détails de la présentation scénique des œuvres de Richard Wagner est très inféconde, car nous ne pourrons jamais nous accorder sur nos conceptions artistiques », écrit-il à Boulet. Rappelons que l’été précédent avait donné lieu à une polémique intense au sujet de sa seconde production des Maîtres chanteurs de Nuremberg. Certains avaient vu en elle une tentative insolente de gommer le substrat germanique de l’œuvre.

  • 6 Richard Wagner und das neue Bayreuth / herausgegeben von Wieland Wagner. - München : List, 1962

5Wieland joint à sa lettre une traduction française d’un de ses textes fameux, intitulé Wagner, monument historique ?, et qui constitue sa véritable réponse esthétique à Boulet. Ce texte, à notre connaissance, est jusqu’à aujourd’hui resté inédit en français. A l’époque de la correspondance entre les deux hommes, il venait de paraître dans un recueil d’articles consacrés au compositeur6, et que Wieland avait dirigé à la demande de l’éditeur List. Il comprenait entre autres des textes de Hans Mayer, Theodor Adorno, Curt von Westernhagen et donc ce Denkmalsschutz für Wagner ?, où Wieland expose largement sa conception de la réception des classiques après leur mort.

  • 7 Il s’agit de La mise en scène du drame wagnérien.
  • 8 Le même reproche avait été formulé, dès 1876, à Richard Wagner lui-même !
  • 9 Lettre de Paul Boulet à Winifred Wagner du 8 janvier 1965 (fonds Boulet-Devraigne)
  • 10 Ces personnages de L’Or du Rhin sont mus par une rivalité sans limites pour s’emparer du pouvoir de (...)

6Le caractère talmudique et répétitif des observations de Boulet, son obstination à reprendre les théories formulées en 1895 par Adolphe Appia dans l’un de ses essais7, sa désapprobation des éclairages intentionnellement parcimonieux et fort efficaces employés par Wieland8 l’amènent alors à comploter contre lui en échangeant des courriers avec sa propre mère… Winifred, la Lady Macbeth de Bayreuth. Non seulement ils s’adressent réciproquement des vœux au début de chaque année nouvelle, mais Boulet transmet, de surcroît, à Winifred la copie des courriers qu’il envoie à Wieland ! Leur objectif commun est de pulvériser le « Neu-Bayreuth ». La veuve de Siegfried aurait connu Paul Boulet depuis 1937. Ils gravitent tous deux dans un cercle de relations ayant profité de leur proximité avec les maîtres du Troisième Reich – quand bien même elles n’ont pas approuvé les horreurs perpétrées en son nom. Y figurent la cantatrice Germaine Lubin, dont la naïveté s’avérera fatale pour elle, le pianiste Alfred Cortot, travaillé par des ambitions politiques effarantes, l’historien de la musique Gustave Samazeuilh, suspecté – à juste titre – d’intelligence avec l’occupant à partir de 1940 et le chef d’orchestre Hans Knappertsbusch, l’un des loups hurlant contre Thomas Mann au début de 1933. L’auteur de La Montagne magique s’était alors inquiété de la collusion à venir entre l’œuvre de Wagner et le nazisme. Le même Knappertsbusch sera au nombre des bêtes noires de Wieland Wagner, se heurtant régulièrement à lui quand ils seront contraints de collaborer au Festival de Bayreuth. Quant à sa mère Winifred, elle fait état de l’aversion de l’aîné de ses fils à l’égard du célèbre Kapellmeister dans sa lettre du 10 septembre 1963 à Paul Boulet. On imagine l’ancienne amie intime d’Hitler, une cigarette aux lèvres, dactylographier elle-même cette correspondance destinée à un Français maîtrisant manifestement la langue allemande et nostalgique – comme elle – du statu quo ante. L’attitude de Boulet à l’égard de Winifred n’est plus, alors, teintée de distance respectueuse. Il s’implique dans les querelles familiales se déroulant à Wahnfried9. Lui rendant visite en août 1965, le Français lui fait remettre – au préalable – un bouquet de fleurs et un carré de soie Hermès. Paul Boulet compare désormais Wieland à Fafner et Wolfgang à Fasolt10. Il le fait avec l’approbation de leur mère, celle-ci soulignant – le 18 août 1964 – que seul Wolfgang est capable de bien mettre en scène la Tétralogie. Depuis, l’Histoire aura opposé un cinglant démenti aux affirmations de Winifred !

7Les énervements de l’été 1963, suscités, on l’a vu, par la nouvelle mise en scène de Wieland pour Les Maîtres chanteurs de Nuremberg, seront l’occasion pour Boulet de prédire la fin de Bayreuth. Sous ce rapport, sa lettre du 7 septembre de la même année à Winifred prouve que, vus à l’aune du monde actuel, ces propos n’ont rien de nouveau. Ils montrent toujours la distinction existant entre la façon dont des amateurs passionnés d’art lyrique imaginent la représentation concrète des ouvrages de leurs compositeurs-fétiches et le travail des metteurs en scène. Pourtant, un art qui ne se renouvelle pas est condamné à péricliter. Paul Boulet voulait-il garder les trésors wagnériens pour lui ? La question reste ouverte. Quoi qu’il en soit, il n’était en tout cas ni le premier ni le dernier à camper sur de telles positions…

8Le texte de Wieland, dont nous reproduisons ici le tapuscrit, était accompagné d’un mot signé par J. Taut, probablement sa secrétaire, qui signifiait à Boulet son envoi joint à la lettre citée plus haut. Le traducteur de cette version française n’y est par contre pas mentionné, et est resté inconnu.

Page 1

Page 1

Cliché JPR-Bnu © Bayreuther Festspiele – Droits réservés

Page 2

Page 2

Cliché JPR-Bnu © Bayreuther Festspiele – Droits réservés

Page 3

Page 3

Cliché JPR-Bnu © Bayreuther Festspiele – Droits réservés

Page 4

Page 4

Cliché JPR-Bnu © Bayreuther Festspiele – Droits réservés

Page 5

Page 5

Cliché JPR-Bnu © Bayreuther Festspiele – Droits réservés

Page 6

Page 6

Cliché JPR-Bnu © Bayreuther Festspiele – Droits réservés

Page 7

Page 7

Cliché JPR-Bnu © Bayreuther Festspiele – Droits réservés

Haut de page

Notes

1 Richard Wagner est né à Leipzig le 22 mai 1813.

2 Lettre d’Henri Sauguet à Paul Boulet du 17 janvier 1959 (fonds Boulet-Devraigne)

3 Lettre de Paul Boulet à Wieland Wagner du 26 août 1951 (fonds Boulet-Devraigne)

4 Lettre de Paul Boulet à Winifred Wagner du 19 octobre 1966 (fonds Boulet-Devraigne)

5 Lettre de Paul Boulet à Winifred Wagner du 16 septembre 1963 (fonds Boulet-Devraigne)

6 Richard Wagner und das neue Bayreuth / herausgegeben von Wieland Wagner. - München : List, 1962

7 Il s’agit de La mise en scène du drame wagnérien.

8 Le même reproche avait été formulé, dès 1876, à Richard Wagner lui-même !

9 Lettre de Paul Boulet à Winifred Wagner du 8 janvier 1965 (fonds Boulet-Devraigne)

10 Ces personnages de L’Or du Rhin sont mus par une rivalité sans limites pour s’emparer du pouvoir des dieux sur l’humanité. Au cours du même ouvrage, Fafner assassine son frère Fasolt. Une pareille référence est utilisée par Paul Boulet dans sa lettre à Winifred du 12 avril 1964. Ce courrier est également conservé à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Page 1
Crédits Cliché JPR-Bnu © Bayreuther Festspiele – Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2352/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Page 2
Crédits Cliché JPR-Bnu © Bayreuther Festspiele – Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2352/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 966k
Titre Page 3
Crédits Cliché JPR-Bnu © Bayreuther Festspiele – Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2352/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 990k
Titre Page 4
Crédits Cliché JPR-Bnu © Bayreuther Festspiele – Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2352/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Page 5
Crédits Cliché JPR-Bnu © Bayreuther Festspiele – Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2352/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 978k
Titre Page 6
Crédits Cliché JPR-Bnu © Bayreuther Festspiele – Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2352/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 981k
Titre Page 7
Crédits Cliché JPR-Bnu © Bayreuther Festspiele – Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2352/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 999k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Olivier, « Un essai de Wieland Wagner sur le théâtre adressé à Paul Boulet »La Revue de la BNU, 7 | 2013, 64-73.

Référence électronique

Philippe Olivier, « Un essai de Wieland Wagner sur le théâtre adressé à Paul Boulet »La Revue de la BNU [En ligne], 7 | 2013, mis en ligne le 01 mai 2013, consulté le 27 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rbnu/2352 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rbnu.2352

Haut de page

Auteur

Philippe Olivier

Secrétaire général du Richard-Wagner-Verband International e. V.

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search