Navigation – Plan du site

Présentation

La Revue de la BNU a été créée en 2010 et paraît deux fois par an, en langue française, au printemps et à l’automne. Sa direction scientifique revient à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (BNU), laquelle a institué pour ce faire un comité scientifique, composé de personnalités du monde de l’université et de la culture. De 2010 à 2017, il a été présidé par Christian Jacob (CNRS – EHESS). Depuis 2018, le président en est Jean-François Bert (Université de Lausanne). Elle possède également un comité de rédaction, interne à la BNU. Le rédacteur en chef est Christophe Didier, conservateur général des bibliothèques, délégué à l’action scientifique et aux relations internationales à la BNU.

Revue émanant d’une bibliothèque, elle a naturellement l’ambition de mettre en valeur l’exceptionnel patrimoine de l’établissement, deuxième bibliothèque de France par l’importance et la diversité de ses collections, et largement marquée, de par son histoire franco-allemande, par une dimension européenne. Mais au-delà, elle veut être un point de rencontre scientifique et culturel sur des sujets qui excèdent largement le seul monde du livre. Elle s’intéresse certes aux collections pour elles-mêmes, mais surtout en ce que celles-ci permettent d’aborder des thématiques plus larges ; il s’agit là, en somme, de faire parler autrement les bibliothèques. En faisant dialoguer ceux qui font la culture d’aujourd’hui – artistes, historiens, écrivains, responsables d’institutions culturelles ou chercheurs – et posent ainsi les bases du patrimoine de demain, La Revue de la BNU se distingue des publications traditionnelles des bibliothèques.

Largement ouverte à l’international, tant par le spectre de ses contributeurs que par les sujets traités, elle propose des réflexions et des études qui sont autant d’échos des activités intellectuelles d’autres pays où bibliothèques et cultures, patrimoines et savoirs se conjuguent. La Revue est ainsi un instrument de valorisation des partenariats institutionnels de la BNU avec d’autres établissements en Europe, mais acte aussi de l’évidence que la recherche sur des questions scientifiques et culturelles est par nature internationale. Revue de réflexion, d’analyse, revue artistique et littéraire aussi, elle s’ouvre par ailleurs largement aux arts visuels et est toujours richement illustrée : il s’agit là autant de valoriser le document du point de vue esthétique que d’affirmer le principe de la force didactique de l’image, à côté du texte qui reste le principal support en ce domaine. La Revue est enfin une plate-forme de valorisation de la recherche universitaire, s’appuyant pour ce faire sur le riche vivier rhénan et s’efforçant de conjuguer cet apport avec les attentes qui peuvent être celles du grand public cultivé.

Il s’agit donc là d’un projet qui excède le cadre des missions traditionnellement dévolues à une bibliothèque, mais acte une évolution de plus en plus prégnante pour la plupart des établissements patrimoniaux, que ceux-ci conservent des livres, un patrimoine technique ou des objets d’art : la nécessité de considérer la dimension de la valorisation, auprès du public le plus large possible, comme partie intégrante des activités ordinaires, et de pouvoir la rendre opérante par le biais d’une véritable politique scientifique et culturelle. Donnant à voir le patrimoine écrit, le faisant parler et dialoguer avec d’autres sphères intellectuelles, La Revue de la BNU entend créer un point de rencontre entre travail des bibliothécaires et travail des chercheurs, entre professionnels des bibliothèques, des archives, des musées et de bien d’autres institutions scientifiques et culturelles. Ce faisant, elle entend pérenniser une démarche originale qui engage la BNU sur une forme nouvelle de valorisation de son patrimoine.

Quoiqu’une certaine souplesse dans l’organisation interne des numéros soit assumée, La Revue s’articule généralement autour d’un dossier central, suscité soit par un fonds de la bibliothèque, soit par une thématique en cours d’étude pouvant intéresser les partenaires potentiels énumérés plus haut. À l’image des collections de la BNU, tous les domaines des sciences humaines et sociales (ainsi que ceux relevant de l’histoire des sciences) sont potentiellement amenés à faire l’objet d’un dossier : ont été ainsi traités des thèmes aussi divers que l’égyptologie et l’égyptomanie, Wagner et le wagnérisme, les femmes et les livres, l’ésotérisme et la littérature, la mémoire des lieux et les lieux de mémoire, les documents codés et/ou indéchiffrables, ou encore les cultures du Nord. À côté du dossier, des rubriques régulières (dont la publication systématique de textes inédits, anciens comme contemporains) cherchent à rappeler à la fois la variété typologique des documents conservés par les bibliothèques et la diversité des matériaux qu’elles peuvent offrir aussi bien à la recherche qu’à la curiosité. Des numéros thématiques exceptionnels rompent parfois avec l’organisation par dossiers, comme dernièrement pour commémorer les 60 ans du traité de Rome ou les 550 ans de la mort de Gutenberg. La Revue témoigne ainsi du rôle des bibliothèques dans la valorisation des matériaux du patrimoine écrit, compris dans un sens très large et reflétant la diversité des partenariats qu’il est à même de susciter.

  • Logo Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg
  • OpenEdition Journals