Navigation – Plan du site

AccueilNuméros5L'objetUne tête sumérienne en albâtre

L'objet

Une tête sumérienne en albâtre

Daniel Bornemann
p. 78-81

Texte intégral

1La BNU conserve dans ses fonds antiques une collection de documents cunéiformes, consistant en 476 tablettes porteuses d’écritures, dont la variété typologique et la distribution chronologique font un ensemble représentatif de toutes les périodes très différenciées de la civilisation mésopotamienne, ainsi que de la plupart des natures d’écrits de ces sociétés. En marge de cette collection existent aussi quelques objets d’une autre nature, non plus porteurs de textes, mais appartenant soit aux arts plastiques, soit à la sigillographie, sculptés ou gravés dans la pierre dure. Il s’agit d’un bel ensemble de quinze sceaux cylindriques accompagnés de leurs empreintes, et aussi d’une toute petite tête d’albâtre, qui affirme discrètement la présence de l’humain dans ce monde d’écritures abstraites, et qui rappelle les hommes qui furent les auteurs de ces textes et les inventeurs de l’écriture.

2Cette petite tête a été décrite par Carl Frank dans l’ouvrage Strassburger Keilschrifttexte in sumerischer und babylonischer Sprache (Berlin : De Gruyter, 1928, p. 36). Elle ne mesure pas plus de trois centimètres de haut (28 mm exactement pour une largeur maximale de 25 mm), en somme une espèce de caillou sculpté.

Tête sumérienne en albâtre

Tête sumérienne en albâtre

Cliché JPR-Bnu CC-BY-NC-SA

3Il s’agit d’une tête de femme, d’une Sumérienne, car un collier discrètement présent semble ne laisser aucun doute aux spécialistes. Sa tête est voilée et ce voile a un bord replié. Sur sa nuque, les spécialistes ont aussi décelé deux toutes petites pointes de nattes. Le visage de cette femme est finement représenté : la bouche est menue et les yeux sont très grands. Des pierres de couleur brune devaient à l’origine remplir les orbites aujourd’hui vides. Généralement, sur ce genre de sculptures, des sourcils très allongés occupent une partie du front, mais ici ils sont absents. La forme des joues est inhabituelle, et il semble que la pierre ait été taillée de manière à créer une zone plate peut-être destinée à recevoir une application d’une autre matière ou couleur, qui manque aujourd’hui totalement.

4La datation proposée par Frank pour cette œuvre d’art est la période qui suit le règne de Goudea (ou Gudea ; après 2 122 avant J.-C.), c’est-à-dire la période néo-sumérienne. Au Musée du Louvre se trouve une statue de femme portant un voile, qui n’est pas sans une certaine proximité avec cette œuvre. La cité-État de Lagash, que gouvernait Goudea, se trouvait dans le sud de la Mésopotamie.

5Carl Frank fut un chercheur allemand fécond entre 1906, date de sa dissertation inaugurale à Leipzig, et 1941, date de sa dernière publication. Il s’est intéressé aux écrits et aux symboles religieux mésopotamiens (essentiellement assyriens et babyloniens). Le monde des Hittites et particulièrement leur écriture, ainsi que l’Élam, l’ont également intéressé. C’est dans le cadre des études sémitiques de Leipzig et de l’Académie impériale et prussienne des sciences de Berlin (classe de philologie et d’histoire) qu’il développa son œuvre de chercheur. Mais il publia aussi un de ses ouvrages à Strasbourg (Studien zur babylogischen Religion, chez Schlesier & Schweickhardt en 1911) et après la Première Guerre mondiale, en 1928, il fit paraître son étude sur la collection strasbourgeoise dans la collection des Etudes (Studien) de la « Strassburger wissenschaftlische Gesellschaft » à Heidelberg.

Tête sumérienne en albâtre numérisée sous différents angles

Tête sumérienne en albâtre numérisée sous différents angles

Cliché JPR-Bnu CC-BY-NC-SA

6L’opération de numérisation des tablettes cunéiformes de la BNU, menée à bien en 2010 et 2011, fait partie d'un projet d’envergure internationale, qui vise à la création d’une « bibliothèque cunéiforme numérique mondiale » appelée CDLI (Cuneiform Digital Library Initiative). Celle-ci rassemble tous les documents écrits par ces brillantes civilisations, conservés jusqu’à nos jours dans les grandes bibliothèques et les grands musées. Elle a également pris en compte nos quinze sceaux cylindriques ainsi que quelques objets non porteurs d’écriture, dont cette tête de statuette. Cependant, comme ce projet porte sur les tablettes cunéiformes, ces objets qui n’en sont pas n’ont pas été mis en ligne sur la base. Mais c’est la totalité des tablettes cunéiformes conservées à la BNU qui est visible en ligne sur le site http://cdli.ucla.edu, où il est possible de les feuilleter en totalité et de se rendre compte par soi-même de leur beauté et de leur extraordinaire variété.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tête sumérienne en albâtre
Crédits Cliché JPR-Bnu CC-BY-NC-SA
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2868/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Titre Tête sumérienne en albâtre numérisée sous différents angles
Crédits Cliché JPR-Bnu CC-BY-NC-SA
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2868/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Bornemann, « Une tête sumérienne en albâtre »La Revue de la BNU, 5 | 2012, 78-81.

Référence électronique

Daniel Bornemann, « Une tête sumérienne en albâtre »La Revue de la BNU [En ligne], 5 | 2012, mis en ligne le 01 mai 2012, consulté le 20 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/rbnu/2868 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rbnu.2868

Haut de page

Auteur

Daniel Bornemann

Conservateur, responsable de la Réserve de la BNU

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search