Navigation – Plan du site

AccueilNuméros5VariaInventer un patrimoine : entretie...

Varia

Inventer un patrimoine : entretien avec Marc Pessin

Marc Pessin et Christophe Didier
p. 96-103

Texte intégral

1L’artiste français Marc Pessin est né en 1933. Depuis 1965, il vit dans le village isérois de Saint-Laurent-du-Pont où il a aussi établi son atelier. Il y exerce depuis des activités artistiques traditionnelles, comme la sculpture, la gravure ou l’illustration de textes. Il est aussi éditeur et a fondé sa propre maison, Le verbe et l’empreinte. Mais sa démarche ne s’arrête pas là : il a peu à peu inventé une civilisation, celle des « Pessinois », naturellement née de sa seule imagination mais dont il s’évertue à créer les traces (traces écrites, culturelles, historiques qui voient le jour sous la forme d’ouvrages, d’objets et même de témoignages inventés par lui ou par des écrivains qui se sont pris à son jeu). Bien plus, il leur fait parcourir de façon accélérée l’aventure que vivent celles des civilisations réelles : il enterre ainsi des artefacts « pessinois » qu’il exhume, ou fait exhumer, quelques années plus tard au cours de campagnes de fouilles qui n’ont rien à envier aux opérations habituelles de ce type, mobilisant pour ce faire jusqu’aux institutions (DRAC, services régionaux d’archéologie...) et des équipes entières de fouilleurs.

2Ce faisant, il interroge naturellement la dimension mémorielle de notre société, son rapport au passé, à l’objet-témoin comme à la notion plus générale de civilisation. Ce n’est plus la mémoire d’une ville, d’un pays, d’une population qui survit en un lieu, c’est la création consciente d’un lieu où doit reposer une mémoire créée de toutes pièces, mais avec suffisamment d’ambiguïté pour semer le trouble et poser la question de sa légitimité. Ce lieu, c’est d’abord l’œuvre elle-même, qui s’auto-documente de façon à la fois fictive et réelle ; mais c’est aussi un endroit bien précis, la propre bibliothèque de l’auteur, à la fois réserve, entrepôt, musée archéologique – voire sanctuaire, construit sous terre et dont les dimensions se réfèrent explicitement au tombeau de Toutankhamon.

3Marc Pessin réalisera en mai 2013 une exposition sur la civilisation et l’écriture pessinoises au château de Sablé-sur-Sarthe, qui abrite le Centre technique de conservation Joël-le-Theule de la Bibliothèque nationale de France.

Campagne de fouilles à Voiron (Isère) avec le service archéologique de la ville de Lyon, 2011

Campagne de fouilles à Voiron (Isère) avec le service archéologique de la ville de Lyon, 2011

Cliché JPR-Bnu © Marc Pessin

Marc Pessin, vous avez inventé une civilisation imaginaire, pour laquelle vous ne cessez de créer des traces « réelles », sous la forme de vestiges-artefacts censés rendre compte de son existence ; en ce sens, votre création artistique s’apparente au rassemblement d’un « fonds documentaire » apte à renseigner sur cette civilisation. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

Il y a dans ce que je fais quelque chose de l’histoire des hommes et de moi-même. Mon histoire est de faire une œuvre à partir de ma vie. Je vais dans plusieurs directions, la botanique, l’entomologie, la paléontologie, l’archéologie, la sigillographie, la physique, etc. J’invente un nouveau personnage au fur et à mesure que je crée et que je raconte. Mon histoire est adaptable à mon mode de vie, et mon mode de vie à mon histoire. Je vis dans deux réalités, c’est pourquoi je confonds toujours la réalité avec la réalité.

Dans le domaine des Pessinois, si l’on considère que tout est suspect, que tout est envahi par la légende, par le mythe, cela prouve que l’histoire des Pessinois nous revient sous une forme symbolique qu’il convient d’interpréter, mais qu’il est finalement facile de comprendre. Les mythes devenus inconscients agissent bien davantage que les mythes conscients. Il ne faut pas banaliser le mythe. Un mythe primitif (comme le mythe pessinois) ne reste jamais isolé, d’autres mythes se greffent sur lui. Quand on pense le monde, le mythe est relatif à son propre langage et à son propre réseau de compréhension. Dans mon œuvre, il y a une action présente d’actes passés. C’est en quelque sorte une « réactualisation », c’est-à-dire le fait de faire coïncider le passé avec le présent. Le mythe des Pessinois doit être considéré comme une technique opératoire.

Il n’y a pas de faits plus singuliers et plus déroutants à investir que ceux de cette tribu surgie de l’obscurité de siècles si lointains dans le temps primordial. Disparu le peuple pessinois ? Non. Les Pessinois ont par deux fois été éclipsés : d’abord par l’avènement du christianisme, qui a détruit presque tous leurs autels et jeté l’anathème sur les vieilles légendes « païennes » considérées comme diaboliques, puis par la Renaissance qui a fourni à l’Europe un répertoire de mythes grecs et romains qui a complètement (ou presque) oblitéré les mythes pessinois. On sait que les expéditions pessinoises à partir des pays du Nord (ceux des Slaves du Nord) aux 4e et 3e siècles avant notre ère ont un caractère fabuleux qui met en doute une interprétation à la lettre des historiens de l’Antiquité. Nous pensons qu’il y a superposition et synthèse entre l’Histoire et un de ces rêves fantastiques dus à l’imagination exaltée et créatrice des Pessinois pour qui tout semble se passer sur le plan idéographique.

Ils partent de Gamba Uppsala (Suède), se dirigent vers Stockholm, puis Kariskrona, Trelleborg, Skagen, Wilheims, Haven, Croningue, l’île de Wight, Hullgoat, Cadix, Entremont, Rome, Delphes, qu’ils pillent. Ils se heurtent aux Scythes, abandonnent leurs navires sur les côtes de l’Asie Mineure à Antalya et s’établissent en Phrygie orientale, c’est-à-dire dans la région du centre de l’Anatolie, entre Ankara près du fleuve Hahys à l’est et Sangarios à l’ouest, où ils fondent la ville de Pessinonte ou Pessinus en latin – aujourd’hui en ruines près de Bala Hissar, lieu où la déesse Cybèle était connue sous le nom d’Agdistes. C’est aussi le lieu ou aurait été enterré Attis, que Cybèle aima en vain et rendit fou de jalousie.

La célèbre lettre de l’apôtre Paul aux Galates s’adresse aux descendants de la tribu celte des Pessinois, qui à l’appel du roi Nicomède Ier de Bithynie passèrent en Asie Mineure. Cette lettre est simple, elle est adressée aux Pessinois de Galatie (aux Galates), peuple rude qui aurait difficilement pu suivre les raisonnements profonds, comme les Corinthiens ou les Romains.

L’art pessinois s’est adapté au monde moderne puisque... [à suivre...]

En 1965 déjà, vous organisiez une exposition à Berlin, sous le titre « Le livre des villes perdues » : y avait-il là déjà prémices de vos inventions futures ?

Oui, il y avait dans les œuvres exposées en 1965 au Centre culturel français de Berlin déjà les prémices de mon travail actuel. Dès 1957 en effet, j’ai commencé à accumuler mes archives imaginaires – dessins, gravures, encres, défets de livres manuscrits, articles de presse, photographies, etc. J’ai le goût pour la mémoire, pour les archives. Les archives, ça a peut-être une vie, les archives c’est quelque chose de vivant, ce n’est pas du tout fragmentaire ; c’est un ancrage dans la réalité. Édifier des archives, c’est maintenir l’œuvre de la vie, archiver, c’est inventer une nouvelle mémoire.

Le « faire savoir » aujourd’hui est presque plus important que le savoir-faire. On ne peut parler avec soin que de souvenirs. Le temps est étrange, il emporte des choses vers un lieu lointain auquel nous ne pouvons accéder, mais de là elles continuent à exercer leur effet magique sur nous.

Entre celui qui est et celui qui ne bouge pas, il n’y a pas de différence, c’est le savoir qui se déplace maintenant, très rapidement il vient au-devant des gens. Les mythes ne meurent pas, ils se métamorphosent et ne font que renaître. J’ai un rapport constant avec le passé, je suis porteur de mon passé ; oublier le passé, c’est se condamner à le revivre. Ma fascination pour le passé ralentit ma progression. Si je ne considérais que mon avenir, je serais plus léger, mais c’est peut-être ma fascination pour le passé qui fait que j’archive, que j’enterre et que j’exhume. Je poursuis la même œuvre depuis cinquante ans déjà, ce que je recherche m’a été donné dès le départ.

Votre fonds d’objets, de livres et de gravures « pessinois » est stocké chez vous, dans une bibliothèque souterraine dont on dit qu’elle a les dimensions de la chambre funéraire de Toutankhamon. Ce lien avec l’archéologie historique est-il important pour vous ?

Ce sont surtout les fouilles effectuées à Mari et à Ebla en 1933 et 1934 par André Parrot, et la découverte des bibliothèques de ces sites, qui m’ont fasciné. C’est à Ebla, la métropole située à 55 kilomètres au sud d’Alep, au pied de l’acropole édifiée au troisième millénaire avant J.-C., que furent redécouverts le palais et la bibliothèque d’une dynastie qui a su adapter l’écriture sumérienne à la langue sémitique occidentale en se mettant à l’école des scribes de Mari. On y trouva quelque 17 000 textes complets, tablettes d’argile estampées. Dès 1955, je m’en suis inspiré pour fabriquer mes premières tablettes. J’ai fabriqué et cuit depuis cette date près de 3 000 tablettes en céramique dans mon four à Paris et à Saint-Martin d’Uriage, tablettes incrustées d’alphabet pessinois d’après les textes de M. Butor, M. A. Asturias, L. S. Senghor, E. Morin, J.-P. Spilmont, J.-P. Chambon, S. Fauchereau, J. Burgos, F. Cheng, M.-C. Bancquart, A. Salager, A. Chedid et bien d’autres encore...

Marc Pessin dans sa bibliothèque souterraine des Charbinières

Marc Pessin dans sa bibliothèque souterraine des Charbinières

Cliché JPR-Bnu © Marc Pessin

Je suis captivé par le site de Qumrân où furent découverts les manuscrits de la mer Morte. J’ai en outre réalisé de nombreuses tablettes de bronze. Le langage est le prolongement imaginaire du génome.

Quant à Toutankhamon, cet étrange souverain adolescent qui sera appelé par un étrange paradoxe à la plus grande célébrité posthume... Souvenons-nous que c’est ce règne bref et sans gloire qui sera promu, par les caprices de l’Histoire, au plus vif rayonnement puisque la tombe de Toutankhamon est la seule sépulture royale que les archéologues ont retrouvée intacte dans la vallée des Rois. La tombe de Toutankhamon occupe une place de 80,40 m², 100 m² si l’on y inclut le couloir d’accès. Ma bibliothèque des Charbinières occupe la même surface (100 m²), en effet.

Votre démarche d’« inventeur » (aux sens artistique et archéologique du terme) vous a poussé à faire, avec le plus grand sérieux, œuvre de faussaire (ou faut-il parler de canulars artistiques ?) : vous enfouissez des vestiges « pessinois » que vous exhumez, parfois des années après, suivant toutes les règles de l’art des fouilles archéologiques. Quel rapport au passé, à la mémoire souhaitez-vous mettre en évidence de ce fait ?

Mon œuvre sous ses diverses formes ne relève en rien d’un art conceptuel, quand chacune de mes démarches ne quitte guère le monde d’alentour et plus encore ses profondeurs cachées, tout cela de façon très concrète. Ce sont en effet autant de processus inscrits au sein de la matière que je tente de mille façons de faire ressurgir – pour dire le monde caché derrière le monde visible et donner à voir ce qu’on ne voyait pas d’abord, non pas en donner l’idée.

Mais je ne saurais davantage accepter la qualification de canular. Si bien évidemment les jeux divers qui président à la création de formes nouvelles (notamment dans mes gravures) comme aussi à l’enfouissement et à la remise au jour de pièces faisant témoignage d’une ancienne civilisation pessinoise ne relèvent point d’un sérieux académique, il ne s’agit pas là, à l’évidence, de plaisanteries gratuites, loin s’en faut. Il est une certaine gravité de la création qui lui donne son sens, fût-il symbolique, et cette gravité peut paraître légère et parfois faire sourire, mais elle est bien évidemment contraire à toute mystification.

Plus généralement, on a pu dire de votre démarche créatrice qu’elle donnait à réfléchir sur les relations quasi obsessionnelles que la société occidentale de la fin du 20e siècle entretenait avec son passé. Peut-on parler en ce sens de votre art comme d’un art conceptuel, malgré tout ?

Nous avons une relation quasi obsessionnelle avec les événements du passé, et les créateurs en témoignent dans leurs œuvres. Songeons par exemple aux reconstitutions de Christian Boltanski, il y a vingt ans déjà, se mettant lui-même en scène dans une approche fictive de son enfance, s’inventant des souvenirs, recréant des objets qui auraient pu lui appartenir. Je pense aussi aux « Chiens d’Ascalon » – voyage dans le monde d’un dieu inconnu, œuvre de Yi In-Hwa, né à Daegu en 1960.

Notre patrimoine associé à notre culture est parfois négligé, voire oublié ou insuffisamment protégé, mais on porte de plus en plus un nouveau regard sur l’environnement auquel nous tenons. Tout actuellement s’inscrit dans une politique de « protection », nous avons le souci de protéger ce qui doit rester vivant de notre passé. Tout est patrimoine, rien ne l’est... Je ne pense pas qu’il y ait une approche du patrimoine sans référence à notre système de valeurs : où sont les « objets » à protéger ? Cela me fait penser à un inventaire à la Prévert. Une boulangerie, deux viaducs, un moulin, trois bateaux, deux monuments aux morts, un lieu de plaisir... On ne peut en ce sens, je le répète, parler de mon art comme d’un art conceptuel.

Photographie de céramiques pessinoises

Photographie de céramiques pessinoises

Cliché JPR-Bnu © Marc Pessin

Une de vos campagnes de fouilles vous a conduit en Lorraine, sur le site historique des briquetages de la Seille à Marsal. Quelle importance particulière ce lieu avait-il pour vous ?

Mes fouilles menées en août 2002 sur le site des briquetages de la Seille et sur les tumulus proto-historiques de la périphérie de la vallée de la Haute-Seille révèlent la présence d’une concentration de sépultures et céramiques pessinoises du premier âge du fer, manifestement des tombes de haut rang social. Le briquetage de la Seille se situe dans la phase ancienne du premier âge du fer, autour des 8e et 7e siècles avant J.-C. C’est dans l’accumulation de déchets de fabrication, dans une fosse faisant deux mètres et demi sur deux et deux mètres de haut, que nous avons découvert de nombreux vestiges pessinois composés de céramiques recouvertes de signes gravés, ainsi que quelques petits coffrets entourés de tissu enrobé de graisse, pareil à du goudron, contenant des pièces de monnaie, des fibules, de petits rouleaux incrustés de signes pessinois et également des ossements gravés.

Dans cette fosse, nous avons exhumé un ensemble de 62 céramiques, sceaux et rouleaux gravés et un ensemble de près de 400 petites pièces, gravées également et disposées dans une fosse circulaire séparée de la grande fosse. J’ai mené mes fouilles avec Laurent Olivier, conservateur spécialiste de l’âge du fer au Musée des antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye et son équipe, ainsi que Bernard Cathelin, spécialiste de la civilisation pessinoise.

Planche extraite de l’ouvrage Marc Pessin : archives pessinoises

Planche extraite de l’ouvrage Marc Pessin : archives pessinoises

Publié à l’occasion de l’exposition éponyme au Musée départemental Saint-Antoine l’Abbaye (Isère) en 1999, empreintes et sceaux pessinois y sont expliqués par l’auteur

Cliché JPR-Bnu © Marc Pessin

Quand on découvre votre œuvre, on est frappé de la récurrence de deux thèmes – peut-être faudraitil davantage parler de deux univers : celui de la topographie et celui de l’écriture. Pour ce qui est de la topographie, on a déjà évoqué la thématique des fouilles ; mais même votre création artistique en porte les traces : vous avez par exemple intitulé certaines de vos œuvres « Plan d’occupation des sols ». Qu’entendiez-vous par là ?

Parlons tout d’abord de l’écriture. Je suis un copiste, je ne suis pas un écrivain. Mon écriture est le sismographe de ce que je suis. Le manuscrit autographe est un document, un monument. Calligraphier me permet de garder le mouvement d’une pensée et d’une trace de ma main. Écrire est un acte corporel. J’apprécie que l’on identifie mon écriture comme venant de moi, au sens propre du terme. Mes écrits manuscrits, je les accompagne de graphisme, tampons, cachets, sceaux ; l’ensemble devient alors presque un objet, il donne à lire et à voir. La calligraphie est une maîtrise du temps et de l’espace et en même temps une maîtrise de soi qui permet l’unité entre le corps et l’esprit.

Estampage de Marc Pessin pour illustrer La bibliothèque de Babel de Borges, 1984

Estampage de Marc Pessin pour illustrer La bibliothèque de Babel de Borges, 1984

Cliché JPR-Bnu © Marc Pessin

Les « plans d’occupation des sols » m’ont été inspirés par mon séjour au Canada, à Montréal, en 1967, lors de l’exposition universelle à laquelle je participais. J’avais pu consulter, avant leur implantation, les plans des sols qui avaient reçu les bâtiments de toutes les nations exposantes. J’ai alors conçu des sculptures en acier gravé et ajouré pour les fixer sur des plans et des relevés de terrain, des territoires de plus ou moins grande surface. Mon exposition de 2009 au Musée d’art moderne de Grenoble présentait un ensemble de ces « plans d’occupation des sols ».

Jean-Pierre Chambon, dans un recueil d’Ethnologie de la France consacré aux « imaginaires archéologiques », a dit que votre univers créatif pouvait être rattaché à celui de certains représentants de l’art brut – citant notamment Wölfli. On peut trouver en effet des similitudes tant conceptuelles que purement graphiques – à commencer par l’utilisation de l’écriture. Etes-vous d’accord avec ce rapprochement ?

Chez Adolf Wölfli, l’étude des dessins et livres illustrés rendent bien plus palpables encore l’imagination et l’intelligence créative de ce poète conteur. Wölfli note ses chansons à l’aide de phonèmes inspirés du solfège, sans recours à une notation musicale traditionnelle, au crayon de couleur. En conteur, Wölfli s’approprie le contenu et les graphismes des images qu’il emploie, il les puise dans des revues illustrées, des magazines, des journaux.

Je me sens assez proche de lui, comme le souligne J.-P. Chambon, mais je me sens beaucoup plus proche de Robert Walser, suisse comme lui. Walser est un véritable copiste, il pratique une écriture méticuleusement régulière et lisible, il répond déjà à ce dilemme de la modernité. Les 526 microgrammes parvenus jusqu’à nous « sont d’une beauté étrange à fleur de papier. C’est parce que nous pouvons à peine les déchiffrer que leur présentation nous fascine », comme le dit Peter Utz (in Robert Walser, l’écriture miniature, aux éditions Zoé).

Autre commentaire, lu cette fois-ci sous la plume de Bernard Chouvier dans les Cahiers de la Villa Gillet : « Marcel Duchamp […] n’aurait pas renié un tel disciple ». Et l’on revient à la question de l’art conceptuel... Vous reconnaissez-vous dans l’héritage duchampien ?

Non, je ne me sens pas dans l’héritage de Marcel Duchamp. Si j’ai une certaine proximité avec son œuvre, c’est une proximité lointaine. Il investissait beaucoup de son temps dans l’installation d’appartements. Marcel Duchamp n’a jamais enterré ses œuvres. Les logements qu’il leur trouvait, c’étaient des appartements, des galeries. Il avait le génie du bricolage.

Je ne bricole pas, je suis graveur, et peintre, et copiste. C’est l’outil qui dicte mon langage. J’aime ce qui est clair et définitif. M. Duchamp disait : « J’aime mieux vivre que travailler – je ne considère pas que le travail que j’ai fait puisse avoir une importance quelconque du point de vue social dans l’avenir – donc si vous voulez, mon art serait de vivre : chaque seconde, chaque respiration est une œuvre qui n’est inscrite nulle part, qui n’est ni visuelle ni cérébrale. C’est une sorte d’euphorie constante ».

Pour ma part, j’ai pratiqué mon art bien souvent au détriment de ma vie (sauf lorsque je réalise les campagnes de fouilles). Je ne dis pas que j’ai vécu dans l’enfermement mais j’ai écrit et gravé des années durant, cela m’a transformé de l’intérieur. Je n’aime pas utiliser ce qui est déjà fait (ready-made). Il me faut faire, fabriquer, c’est faire qui modifie ma pensée. Tout ce que j’enterre, je le fabrique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Campagne de fouilles à Voiron (Isère) avec le service archéologique de la ville de Lyon, 2011
Crédits Cliché JPR-Bnu © Marc Pessin
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2898/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 853k
Titre Marc Pessin dans sa bibliothèque souterraine des Charbinières
Crédits Cliché JPR-Bnu © Marc Pessin
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2898/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Photographie de céramiques pessinoises
Crédits Cliché JPR-Bnu © Marc Pessin
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2898/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Titre Planche extraite de l’ouvrage Marc Pessin : archives pessinoises
Légende Publié à l’occasion de l’exposition éponyme au Musée départemental Saint-Antoine l’Abbaye (Isère) en 1999, empreintes et sceaux pessinois y sont expliqués par l’auteur
Crédits Cliché JPR-Bnu © Marc Pessin
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2898/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 963k
Titre Estampage de Marc Pessin pour illustrer La bibliothèque de Babel de Borges, 1984
Crédits Cliché JPR-Bnu © Marc Pessin
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/2898/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Pessin et Christophe Didier, « Inventer un patrimoine : entretien avec Marc Pessin »La Revue de la BNU, 5 | 2012, 96-103.

Référence électronique

Marc Pessin et Christophe Didier, « Inventer un patrimoine : entretien avec Marc Pessin »La Revue de la BNU [En ligne], 5 | 2012, mis en ligne le 01 mai 2012, consulté le 02 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rbnu/2898 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rbnu.2898

Haut de page

Auteurs

Marc Pessin

Artiste

Christophe Didier

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search