Navigation – Plan du site

AccueilNuméros5Nouvelles acquisitions patrimoniales

Nouvelles acquisitions patrimoniales

p. 104-109

Thomas Kling – la mobilisation de wolkenstein

Thomas Kling. – wolkenstein mobilisierun’. – Münster : Kleinheinrich, 1997

« Un poème peut refléter l’imbrication du présent et de la tradition ainsi que celle du passé. Il doit le faire. Sans tradition, le poème contemporain est foutu ». Thomas Kling s’exprimait alors à l’occasion de la parution de son recueil de poèmes Sondages (Sondagen) en 2002. Il s’agissait de son avant-dernier livre. En 2005, Thomas Kling est mort à quarante-huit ans après une longue maladie. Ces quelques phrases citées en exergue constituent un véritable programme poétologique pour l’ensemble de l’œuvre de ce « poeta doctus » qui a longuement étudié la tradition lyrique et la poésie antique et a réalisé la plus importante anthologie de poésie allemande de ces dernières années (Thomas Kling. – Sprachspeicher, Köln, DuMont, 2001). À ses débuts, Kling était surtout connu en tant qu’orateur, interprète génial de ses propres vers, eux-même écrits, pour ses premières œuvres, dans une langue largement phonétique. Rapidement, les poèmes de ses autres recueils se sont faits plus vastes, plus complexes, nourris de réflexions dialogiques, du passé littéraire et de l’histoire de l’art. Il écrivit sur Rudolf Borchardt et Stefan George, sur Grünewald et le retable d’Issenheim, traduisit Catulle et de nombreux textes du vieil et du moyen haut allemand et parmi eux justement Wolkenstein.

À côté de ses neuf recueils de poèmes « ordinaires », aujourd’hui réunis au sein d’une imposante édition complète, Kling publia également cinq éditions bibliophiles illustrées par Ute Langanky, au tirage limité, parues chez l’éditeur Kleinheinrich, une des premières adresses de la bibliophilie de collection en Allemagne. Depuis les années 1980, le galeriste Josef Kleinheinrich est surtout connu pour ses publications des poètes scandinaves comme Paal-Helge Haugen, Inger Christensen ou encore pour une édition complète en sept volumes du grand poète suédois Gunnar Ekelöf, traduit pour la première fois en allemand par Nelly Sachs dans les années soixante. Il publie cependant également des écrivains et des artistes allemands et de nombreuses éditions épuisées de cet éditeur sont aujourd’hui très recherchées sur le marché des livres anciens.

wolkenstein mobilisierun’ est la plus intéressante et la plus élaborée de toutes les éditions de Thomas Kling parues chez Kleinheinrich. Il s’agit de feuilles hautes de 40 cm et larges de 31 cm qui présentent sur une double page un poème et une linogravure d’Ute Langanky en regard. Les feuilles sont insérées dans un étui de bois. Chaque exemplaire est signé de Thomas Kling et d’Ute Langanky et le tirage limité à 100 exemplaires est numéroté. L’artiste Ute Langanky, qui travaille habituellement avec des techniques photographiques et des aquarelles aux couleurs vives a créé, pour cette édition, des illustrations à connotation presque héraldique qui dialoguent avec les textes de Wolkenstein, issus du moyen-âge tardif.

Thomas Kling – la mobilisation de wolkenstein

Image 1000000000000568000003B69DB3CAA9C448D339.jpg

© Kleinheinrich Verlag GmbH – Droits réservés

Kling a mêlé à sa traduction du moyen haut allemand ses propres poèmes dont le locuteur est également le poète Oswald von Wolkenstein (il n’est donc pas étonnant qu’il existe une version radiophonique de ce texte). Ces poèmes sont appelés à être dits, déclamés et Thomas Kling les a lui-même plusieurs fois récités à l’occasion d’expositions des linogravures d’Ute Langanky. Lorsqu’on les « écoute » pour la première fois, les vers originaux de Wolkenstein ne sont pas faciles à dissocier de ceux de Kling. Dans ses traductions, Kling a mis en évidence l’élément non conventionnel et tout à fait personnel de la poésie du minnesänger. Originaire du Tyrol du Sud, Oswald von Wolkenstein est aujourd’hui, avec Hartmann von Aue, Walther von der Vogelweide, Gottfried von Strassburg et Wolfram von Eschenbach, l’un des écrivains médiévaux allemands non seulement les plus connus mais encore les plus lus. Son œuvre est, écrit Thomas Kling, « vouée à un réalisme nettement rythmique ». La BNU, bibliothèque d’excellence pour les langues, littératures et civilisation germaniques, possède différentes éditions de Wolkenstein ainsi que l’œuvre complète de Thomas Kling qui peuvent y être consultées et étudiées.

À la suite des poèmes et des illustrations, Kling a écrit une postface dans laquelle il décrit sa fascination pour son illustre prédécesseur : « pendant ce temps OvW [Oswald von Wolkestein] s’entretient avec un paysan, un évêque, son roi, avec une servante de quinze ans qui conserve encore, sans artifices […] la nuit dans les yeux. Je veux sentir les secrétions de ces poèmes de Wolkenstein, je m’y introduis ; premières idées vers 1985, ensuite le nœud doit éclater, à un moment sprint final d’écriture, le trésor Wolkenstein s’ouvre avec une clef magique alors que je tombe entre autres sur de l’alémanique à l’intérieur de son dialecte tyrolien, quelle richesse dans ce nouvel haut allemand ! » Voilà ce qui explique la mobilisation du titre, mobilisation du poète, de ses paysages et de son itinéraire. Écrit de manière phonétique dans le titre, c’est-à-dire sans le « g » muet, Thomas Kling mobilise la langue de Wolkenstein non seulement pour sa propre création poétique ou comme une source d’inspiration, mais comme une invitation à s’approcher du « poète expérimenté, borgne à la vue perçante » et à faire l’expérience de la joie profonde de la lecture d’un langage poétique étonnamment riche. L’édition présentée ici réitère cette invitation à la lecture, portée par les qualités esthétiques du livre.

Un daguerréotype de Charles Winter

En 1848, quand Charles Winter (1821-1904) ouvre son atelier de photographie, qui deviendra le plus productif de Strasbourg, le daguerréotype va bientôt céder la place à des techniques plus simples, moins dangereuses. Du fonds d’images donné par sa fille dans les années 1920 aux musées de Strasbourg, seulement douze daguerréotypes réalisés par Winter nous étaient connus. Le treizième vient d’entrer dans les collections de la BNU.

Dès son arrivée dans la capitale alsacienne en octobre 1839, le procédé inventé par Daguerre avait créé la sensation. Il s’agissait, fait révolutionnaire, d’une photographie sur métal : une plaque de cuivre recouverte d’une couche d’argent polie, de fines particules en surface constituant l’image. La réalisation nécessitait l’usage de divers composants chimiques à la manipulation risquée. L’image est, par principe, unique : pour la multiplier, il fallait soit refaire la prise de vue, soit photographier le daguerréotype lui-même. Par ailleurs, le temps de pose, d’abord très long (de 15 à 20 minutes en 1839 à quelques dizaines de secondes après 1845), s’il semblait un handicap pour le portrait, se révélait pleinement adapté à la prise de vues d’architectures. Certains lithographes purent ainsi utiliser le nouveau procédé de prises de vues, et la précision que lui seul pouvait apporter, pour travailler des détails de monuments. Frédéric-Émile Simon photographia en 1842 la cathédrale de Strasbourg pour une gravure réalisée sur pierre par J.-G. Bach et publiée par les éditeurs locaux Schmidt et Grucker. Daguerre en loua le principe. Cette estampe est présente dans les fonds iconographiques de la BNU sous la cote STRG.CC.913.

Le daguerréotype de la cathédrale

Image 1000000000000569000006DF8CDC9DFE3378EDAD.jpg

Cliché JPR-Bnu CC-BY-NC-SA

Le daguerréotype de Winter, daté sans doute des années 1850, en dévoile un premier état. On y voit un couple au premier plan qui disparaît de la version définitive, et la masse nuageuse est sensiblement différente. Ce document – le premier daguerréotype à entrer dans les collections de la BNU – a été acquis auprès d’un collectionneur particulier pour la somme de 10 000 €. On pourra aussi consulter à ce sujet :

  • Charles Winter photographe, un pionnier strasbourgeois, 1821-1904, Musées de Strasbourg, 1985

  • Sylvain Morand et Christian Kempf, Le temps suspendu, le daguerréotype en Alsace au XIXe siècle, éditions Oberlin, 1989

Un petit livret d’astrologie écrit par un grand astronome

Creutzer, Peter (qui se fera nommer plus tard Peter Creutzinger) Weissagung, Wasserlei Glücks, Art, Natur und Neygung ein ieder Mensch, man oder weibs Person, sein werde... [Strasbourg : Christian Egenolff l'Ancien, vers 1530]
In-4° ; ill. ; 12 f. non chiffrés ; 20 cm Références bibliographiques : VD 16, C 5812 ; Index Aureliensis 146.986 ; Benzing, Strasbourg 430 ; Zinner 1404 ; Hohenemser 62. La date et le lieu d’impression sont déduits de la biographie de Christian Egenolff et de l’analyse des caractères d’imprimerie utilisés, d’après Reske, p. 882. La reliure cartonnée est couverte d’un feuillet d’antiphonaire du 17e ou 18e siècle.

La Réserve de la BNU a pu s’enrichir d’un intéressant livret d’astrologie, rédigé par un astronome de renom et dont la troisième édition a été réalisée par un imprimeur strasbourgeois, peu avant son départ vers un autre centre important d’édition et d’imprimerie : Francfort-sur-le-Main.

La première édition de ce texte a été donnée à Cologne en 1517. La troisième, dont il s’agit ici, contient des informations sur les signes du zodiaque, qui forment la première partie de ce qui deviendra ensuite le Planetenbüchlein, le Petit livre des planètes, ouvrage plus développé du même auteur. Ce petit livre des planètes est un des ouvrages d’astrologie les plus diffusés de toute la période moderne, dont les rééditions se sont succédé jusqu’en 1880.

Weissagung, Wasserlei Glücks, Art, Natur

Image 100000000000051D000006CB1F9FE66BF795BEAF.jpg

Cliché JPR-Bnu CC-BY-NC-SA

On sait peu de chose sur l’auteur, qui se déclare sur la page de titre « un des disciples du très connu Johann Lichtenberger ». Peter Creutzer vécut à Bad Kreuznach (en Rhénanie-Palatinat) et est resté célèbre dans l’histoire de l’astronomie comme étant le premier observateur d’une aurore boréale, le 11 octobre 1527, qu’il considéra d’ailleurs comme étant une comète.

Sur la page de titre de notre édition figure une gravure sur bois qui représente une sphère armillaire, accompagnée d’explications écrites en caractères gravés ; c’est ce qu’on appelle de la xylographie. Quant à l’imprimeur, Christian Egenolff l’Ancien (1502-1555), il est attesté à Strasbourg dès 1528 par un de ses imprimés. En 1530, il part s’installer à Francfort-sur-le-Main, et Jacques Cammerlander rachète son atelier strasbourgeois et tout son matériel. Durant ces quelques années de présence dans notre cité, Christian Egenolff l’Ancien a produit en tout 37 éditions différentes. Il fit parler de lui à l’occasion d’un conflit qui l’opposa à l’un des éditeurs du Kräuterbuch latin (Eicones...) de Brunfels (sans doute l’éditeur Schott).

L’attribution de cet ouvrage à l’imprimeur Christian Egenolff l’Ancien repose sur l’examen du matériel d’imprimerie utilisé. Il fit créer sa marque d’imprimeur par Hans Weiditz l’aîné, qui fit aussi pour lui des bois d’illustration, notamment pour la Wundartznei de Lanfranc.

Itinéraire des grandes routes et principales communications de la province d’Alsace...

Charpentier, directeur adjoint des Ponts et Chaussées d’Alsace. Daté d’environ 1781. Le manuscrit compte 17 feuillets calligraphiés et une carte dépliante coloriée, soigneusement entoilée (feuillet 18,310 x 930 mm). La reliure est en maroquin rouge avec un décor et un titre à chaud. Le dos est également orné de fers à chaud.

La BNU possède une importante collection de documents cartographiques manuscrits (environ 550 pièces) portant non seulement sur l’Alsace mais sur divers lieux d’Europe, voire au-delà. Nous avons pu acquérir un très intéressant document inédit, inconnu des spécialistes, qui plus est un manuscrit qui est resté dans un excellent état et qui vient s’ajouter à ce très riche ensemble. Ce document a une origine institutionnelle, car il émane d’une direction de l’administration royale, ce qui est gage de qualité et de fiabilité. Il est susceptible d’intéresser toute l’Alsace érudite, car la carte manuscrite originale qu’il contient couvre bien toute notre « province ».

Itinéraire

Image 100000000000056A000001D74CD37CD45063D0DC.jpg

Cliché JPR-Bnu CC-BY-NC-SA

Son analyse historique permettra de révéler des informations concernant les aspects réglementaires des Ponts et Chaussées, dans leur évolution et leur histoire alsacienne, différente de celle des autres parties du royaume de France car n’ayant pas été concernée par l’entreprise de Trudaine entre 1745 et 1780. De nombreuses acquisitions cartographiques sont pratiquées d’année en année et témoignent de l’effort de la BNU en direction de la mise en valeur de sa documentation cartographique régionale, tant manuscrite qu’imprimée. Cette pièce remarquable en est désormais l’un des fleurons.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search