Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Le dossier : usagers des biblioth...Firmin Folieau. Journal d'un bibl...

Le dossier : usagers des bibliothèques, usages des bibliothèques

Firmin Folieau. Journal d'un bibliothécaire

Christian Jacob
p. 72-81

Notes de l’auteur

Ce texte a fait l’objet d’une première publication dans Traverses, 27-28, 1983, p. 168-177.

Texte intégral

1Firmin Folieau naquit à Aix-en-Provence en 1820. Il consacra la majeure partie de son existence à la philologie et à d’autres disciplines érudites. Bibliophile de vocation, il vécut parmi les reliures assombries par le temps, les manuscrits rares, les in-octavo et les in-quarto. Une bibliothèque portative, ajustée sous son grand manteau, lui permettait, dit-on, de se déplacer sans interrompre sa lecture : il allait de l’Institut à la Sorbonne sans lever les yeux d’une ancienne livraison du Journal des Savants, en poursuivant l’index des noms géographiques du De Bosporo Thracio (Lyon, 1661) de Pierre Gilles, le fameux naturaliste d’Albi, ou encore en feuilletant la dernière édition britannique de la Périégèse de la Terre habitée de Denys d’Alexandrie.

2Auteur d’une œuvre savante considérable et d’hypothèses philologiques dont les érudits contemporains reconnaissent l’audace prophétique, Folieau fut également bibliothécaire à la Bibliothèque impériale (actuellement Bibliothèque nationale de France) et jusqu’à sa mort (survenue le 30 juin 1869), il fut tout spécialement chargé de la conservation des collections de livres imprimés. Il rédigea à partir de 1854 un journal presque quotidien, relatant dans le détail ses multiples activités, des tâches les plus humbles (la restauration d’une reliure, le traitement d’un papier taché de moisissures, le catalogue, toujours incomplet, périmé dès lors qu’on l’achevait, condamné à ne jamais embrasser la totalité des collections qui sans cesse s’accroissaient) aux recherches les plus savantes : une traduction française du Mundus Subterraneus d’Athanase Kircher, d’après le texte de la seconde édition (Amsterdam, 1678), une histoire de la tradition imprimée des Géographes grecs mineurs, la collation de nombreux manuscrits parisiens pour des savants de Leipzig ou d’Oxford.

3Nous avons choisi d’extraire, parmi les nombreux cahiers de ce Journal encore inédit, quelques pages révélatrices de la personnalité de ce grand bibliothécaire, susceptibles aussi d’apporter quelque lumière sur les derniers mois de sa vie.

15 janvier 1868

  • 2 F. Folieau cite ici indirectement les pages 315-316 du Nouveau manuel complet du relieur en tous ge (...)
  • 3 Op. cit., p. 316

4Sébastien Lenormand a décidément raison : presque tous les acides enlèvent les taches d’encre sur le papier2. Mais il faut choisir les liqueurs les moins corrosives. Chlorhydrique, oxalique ou tartrique, l’acide efface l’encre bleue, noire, rouge et violette. La maladresse des lecteurs, l’encrier renversé sur une estampe, un mouvement intempestif de la plume, tout cela ne causera plus de dommages irréparables. Reste le problème de la graisse, de ces empreintes indélébiles qui rendent parfois le papier diaphane. J’ai signalé à mes collègues l’ingénieuse invention d’un bibliophile anglais. Le procédé est compliqué et il faut en suivre avec soin toutes les étapes, comme une recette de cuisine. Il exige de l’exécutant concentration et dextérité. Mais le mieux est de citer Lenormand3 :

« Après avoir légèrement chauffé le papier taché de graisse, de cire, d’huile, ou de tout autre corps gras, ôtez le plus que vous pourrez de cette graisse avec le papier brouillard ; trempez ensuite un pinceau dans l’huile de térébenthine presque bouillante (car froide elle n’agit que faiblement), et promenez-le doucement des deux côtés du papier, qu’il faut maintenir chaud : on doit répéter le procédé autant que la quantité de graisse ou l’épaisseur du papier l’exige. Lorsque la graisse a disparu, on a recours au procédé suivant, pour rendre au papier, en cet endroit, sa première blancheur. On trempe un autre pinceau dans l’esprit-de-vin- très-rectifié, et on le promène de même sur la tache, et surtout vers ses bords, pour enlever tout ce qui paraît encore. Si l’on emploie ces procédés avec adresse et précaution, la tache disparaîtra totalement, le papier reprendra sa première blancheur ; et si la partie du papier sur laquelle on a travaillé était écrite ou imprimée, les caractères n’en auront nullement souffert ».

5Quelle cuisine… Les livres pour survivre ont moins besoin de bibliothécaires que d’alchimistes !

20 janvier 1868

6J’aime le papier des vieux livres, jauni par le temps, doré et empreint de poussière. Le gaz acide sulfureux détruit cette couleur et rend au papier antique sa blancheur première : on vient de m’en faire la démonstration. Mais le soufrage est un procédé barbare : il dissout la teinte du papier comme la patine d’un marbre grec ou d’un bronze romain. Et qui sait si, mal dosé, il n’irait attaquer les caractères imprimés, rendant le livre tout blanc ? Le papier est notre mémoire à nous, les gens du livre, les savants, les rêveurs. Si tout venait à s’effacer […].

25 mars 1868

7Je suis toujours plongé dans le Manuel du relieur. Malgré la science et les techniques, malgré l’application des dernières découvertes de la chimie à la conservation du papier, il m’arrive de songer, non sans mélancolie, à l’étendue de notre ignorance dans ce domaine : que savons-nous des livres ? Certes, nous les manions tous les jours, nous les ouvrons, les feuilletons, les rangeons. Mais je voudrais identifier les livres les yeux fermés, en respirant le papier, son parfum de poussière ; de l’odeur, je saurais déduire le mode de fabrication du papier – trituré ou pilé. Je voudrais reconnaître un livre en passant la main sur l’une de ses pages, au toucher de la feuille, à sa texture, son grain et ses fibres. Au froissement de la page que je tourne, à l’oreille et du bout des doigts, j’identifierais une édition d’Oxford ou de Leipzig, un livre de Jérôme Drouart ou de Robert Estienne… Et le premier coup d’œil confirmerait mon intuition [...].

10 septembre 1868

8Nous venons de recevoir la bibliothèque léguée par M... Une importante collection d’ouvrages de la Renaissance, un manuscrit du cosmographe André Thévet, d’innombrables récits de voyages et de beaux livres savants. En ouvrant ces volumes somptueusement reliés, transmis de génération en génération dans une famille qui vient de s’éteindre avec son dernier rejeton, je me sens coupable d’une perquisition indiscrète, du viol d’une intimité, d’une intrusion dans ce que la vie des êtres a de plus authentique et de plus intense : leur bibliothèque.

9Le papier des livres est un miroir qui nous renvoie l’image de ses lecteurs. Mille traces subsistent, mille signes infimes qui jalonnent la lecture d’un honnête homme du 16e siècle ou d’un bourgeois cultivé du 17e, le labeur d’un écolier ou l’éducation d’une jeune fille du monde.

10Sur ce livre, par exemple, à intervalles réguliers, toutes les vingt pages, il y a une croix dans la marge, à la hauteur d’un paragraphe naissant : assurément une marque pour reprendre la lecture peu après ou le lendemain… Ces signes perpétuent le rythme d’une lecture, sa respiration propre. Qui était ce lecteur si régulier, progressant dans son livre comme l’on se promène dans un jardin familier, comptant les pages comme l’on compte les pas ?

11Ce gros traité de théologie est annoté, souligné, raturé : le lecteur, d’une petite écriture noire et décidée qui se glisse entre les lignes, confronte ses connaissances et ses croyances à celles de l’auteur, le critique dans l’espace même de son livre, apportant objections, réfutations, rectifications et compléments, là où l’autre ne pouvait plus lui répondre… Quelques années plus tard ou au siècle suivant, un autre lecteur a pris le relais : l’écriture, la couleur de l’encre ne sont plus les mêmes.

12Sur les pages de ce volume de commentaires critiques à l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien, publié à Anvers en 1547 par Ferdinand Pintianus, un lecteur de peu postérieur à l’auteur a complété à la plume les exégèses du savant, corrigeant une conjecture, citant Aristote ou Pomponius Mela, renvoyant aux naturalistes de son temps. Le livre s’enrichit de toutes ses lectures et les notes marginales témoignent de la perfectibilité de tout savoir.

13Les pages de ce recueil de maximes extraites des philosophes anciens portent parfois dans la marge, au ras du texte, un petit trait vertical, qui isole un mot, une phrase ou un paragraphe : coïncidence imprévisible de deux pensées, celle de l’auteur et celle du lecteur. En relevant les passages ainsi isolés, on pourrait reconnaître la logique d’une réflexion, la prégnance d’une obsession, l’éclectisme d’un choix de bons mots [...].

14Notre bibliothèque, de toute façon, nous survivra. Il faut respecter les reliures cassées par l’usage, les pages encore froissées par les doigts qui les ont tournées. Il ne faut pas effacer les marges des vieux livres.

5 novembre 1868

  • 4 F. Folieau a extrait cette recette du Manuel complet du marchand papetier et du régleur, par MM. Ju (...)

15Un lecteur qui prépare une encyclopédie sur le papier m’a demandé de lui indiquer quelques ouvrages techniques, notamment sur les modalités de sa fabrication. Il y a mille procédés. Les matériaux les plus humbles et les plus anodins, au terme d’une mystérieuse transsubstantiation, peuvent se transformer en belles pages de papier, des plus grossières, comme le papier brouillard fait de mauvais chiffons, aux plus raffinées. Le maître papetier est un alchimiste : il connaît l’art de métamorphoser en or blanc le chiffon, la paille de riz ou le suc de réglisse. M. Beretta révéla même, voici quelques années, le moyen de fabriquer du papier avec de la pulpe de pommes de terre4 :

« On fait bouillir les résidus des pommes de terre dans une chaudière construite sur les principes développés dans l’ouvrage sur la teinture, par M. Berthollet. Si l’on veut obtenir une bonne qualité de papier, on mêle à la pâte un tiers de chiffons triturés d’avance, et que l’on mélange bien pendant une demi-heure. Les autres opérations se font comme à l’ordinaire ».

16Mais peut-être préférez-vous le papier autographe allemand (4 onces de plâtre de vieux bustes en poudre très fine, 2 onces d’amidon, 36 grains de gomme gutte), le papier huilé, le papier verni, le papier gélatine, ou encore le papier de Chine, tiré de l’écorce du kou-chou ou du mûrier (Broussonetia papyrifera) ?

17Voulez-vous écrire sur un papier bleu azur ? Passez sur la feuille blanche une dissolution d’indigo dans l’acide sulfurique ou une solution dans l’eau d’hydroferrocyanate de potasse (plus simplement, du prussiate de potasse), et enfin une solution de persulfate de fer. Mais faites attention, le papier coloré à l’indigo est terriblement cher. Il est vrai qu’il est à l’épreuve des acides et des alcalis.

18Vous préférez le papier rouge ? Respectez à la lettre les proportions suivantes : 6 onces de bois de Brésil, en copeaux de préférence, une once et demie d’alun (en poudre), 12 onces de gomme arabique pulvérisée, 3 litres d’eau pure.

19Nos chimistes inventeront un jour un papier transparent comme le verre, lumineux comme le soleil, immatériel comme un nuage, coloré comme l’arc-en-ciel.

12 décembre 1868

20Je me perds parfois non sans plaisir dans le Manuel complet du marchand papetier et du régleur, dans la liste des noms dont les gens de métier désignent les différentes qualités de papier... Certes, ces termes techniques renvoient à des détails matériels et prosaïques, à la largeur, à la hauteur, au poids des feuilles, mais il me plaît d’imaginer qu’il en va autrement.

21Ainsi, le papier Grand-Monde paraît tout désigné pour inviter à une grande réception ou annoncer les noces d’une princesse. Grand seigneur, fier et hautain, vous utiliserez le Grand-Aigle pour écrire vos mémoires et survoler majestueusement l’Histoire. Vous voulez éblouir, troubler, faire pleurer ? On ne saura vous résister si vous écrivez vos billets doux sur papier Grand-Soleil… Nostalgiques, conspirateurs, militants et opportunistes, vous choisirez le Grande-Fleur-de-Lis ou l’Impérial. Dévots et mystiques, pieux et illuminés, vous recopierez vos prières sur le Grand-Chapelet ou le Grand-Jésus. Le papier Grande-Licorne à la Cloche, sorti d’une tapisserie ancienne, gambadera énigmatiquement sur votre bureau, dans un joyeux carillon. Pour régler une affaire d’honneur, vous aurez songé Au sabre ou, avec moins d’élégance, Au coutelas. Reconnaissance de dette ? Faillite ? Lettre pour faire patienter vos créanciers ? L’Écu très mince s’impose…

22J’aimerais couvrir de mon écriture le Petit-Nom-de-Jésus, caresser de ma plume la Romaine, raconter ma vie sur la Pigeonne, avant son envol vers un lecteur improbable. J’aimerais aussi recevoir les factures de mon tailleur sur papier Pantalon, mais je ne veux pas d’acte de naissance sur papier Bâtard ! J’écrirai un jour un roman dont les personnages porteront les noms de tous ces papiers… Le héros, voyons, pourrait être l’Espagnol, un Cavalier rêveur et mélancolique, errant par le monde : il voudrait, À la main, s’en prendre Au Soleil… Continuer Don Quichotte ?

8 janvier 1869

23J’ai de plus en plus mal aux yeux. En relisant ce que j’ai écrit, hier soir, j’ai ressenti à nouveau la même impression étrange : un imperceptible changement semblait avoir altéré le papier de mon cahier, modifiant mon écriture, les sillons de lettres, de pleins et de déliés, de courbes et de bâtonnets – j’écris comme un écolier appliqué, à mon âge ! Il y avait un soupçon de dissymétrie, une torsion subtile qui déformaient légèrement l’agencement régulier des mots, comme si le papier immuable était pris de convulsions, s’animait d’une vie lente et imprévisible ; comme si les fibres blanches vibraient, se croisaient, se superposaient.

24Tout vient peut-être de mon écriture : sans doute ma main tremblait, la lumière était trop faible. Là, assurément, je n’écrivais plus droit et la ligne monte, oblique, se confondre dans la ligne supérieure. Ici, tout paraît flou, comme si le papier brouillard effaçait les lettres…

12 janvier 1869

25J’ai effectué aujourd’hui plusieurs recherches dans les Opera de Jean Meursius, édition de 1745 (Florence). À nouveau le même malaise visuel. Etait-ce une hallucination passagère, le trouble d’un instant, il m’a semblé que le texte se diluait, les lettres se condensant sous mes yeux pour devenir des points imperceptibles. Le mouvement même de cette condensation m’était clairement sensible, comme si le papier, sans changer de forme ni de dimensions, voyait sa densité et sa composition modifiées. J’avais l’impression que le texte imprimé s’éloignait dans le lointain et le flou, alors que je conservais le livre devant les yeux [...] Mon collègue Ferdinand, lui, n’a aucun mal à lire les cinq premières lignes.

14 janvier 1869

26Un incident cocasse et dérisoire, survenu dans la Salle de lecture, m’a distrait aujourd’hui de mes pensées noires. On avait remarqué, depuis plusieurs mois, que des volumes de la collection Teubner faisaient l’objet d’actes de vandalisme : un lecteur arrachait le coin supérieur ou inférieur de pages apparemment prises au hasard. Le texte imprimé – les discours de Cicéron ou les tragédies d’Euripide, voire la Périégèse de la Grèce de Pausanias – n’avait pas à souffrir de cette mutilation. Un gardien, aujourd’hui, vient de prendre le maniaque en flagrant délit. Ce respectable homme de lettres déchire des morceaux de papier, toujours sur les marges des livres, les porte à sa bouche, les mâchonne et les avale. Interrogé par mes soins, il n’a su que répondre : « Les livres me donnent faim ». Apparemment, cette faim n’était pas seulement intellectuelle et platonique. Il a aussi déclaré que, lassé des livres imprimés, il voulait désormais consulter des manuscrits. J’en tremble rétrospectivement… On ne saurait pousser la bibliophilie plus loin [...].

15 janvier 1869

27Mes hallucinations ont cessé. Tant mieux. Elles m’inquiétaient. Je sais bien que le papier est une matière inerte, un tissu figé pour toujours, jusqu’à ce que le temps le réduise en poussière. Le papier ne vit pas. Il ne peut absorber l’écriture pour s’en nourrir. Quelle idée ridicule ! Je sais aussi que ma vue est toujours aussi bonne, que mes yeux ne sont pas malades et que je pourrai encore lire longtemps.

20 janvier 1869

28Les bibliothécaires et le papier : avez-vous songé à ce que représente le papier dans une bibliothèque ? Il ne cesse de grandir, de s’étendre, d’envahir les moindres recoins. Il emplit les caves, fait crouler les étagères, laisse dans l’air surchauffé des réserves l’empreinte d’un parfum indéfinissable, qui vous saisit à la gorge et vous étouffe. Mais ce n’est pas là ce qui me fascine le plus. Le papier fait naître le papier : pour maîtriser les milliers de livres de la bibliothèque, il faut écrire d’autres livres, des catalogues qu’il faudra un jour cataloguer. Le premier, Nicolas Rigault a entamé ce cycle qui se perpétue aujourd’hui. Il a répertorié 2 069 ouvrages dans un volume in-folio de 358 pages : 358 pages manuscrites. C’était en 1622. Une vingtaine d’années plus tard, on refait le catalogue. Pierre et Jacques Dupuy composent à nouveau un lourd volume, la mémoire de la bibliothèque. Depuis Rigault, les livres ont évolué, ils voient leurs titres modifiés, retrouvent parfois leur langue originelle : Bartolus super prima Digesti veteris, imprimé, le n° 151 de Rigault, devient Bartolus super prima Digesti veteris. Imprimé l’an 1476. Fol. (n° 15 de Dupuy). Les Sept journées de la géographie de Francesco Berlingeri, en vers italiens, avec cartes peintes ; vieille édition redevient Sette giornate della geographia di Francesco Berlingheri, Fiorentino, Versibus cum Tabula geographica, Vetus Editio Fol. Nombre de ces livres ont disparu. Nous ne possédons plus que leur mention dans le catalogue : des traces, des empreintes à l’image des fossiles qui perpétuent les plantes des âges oubliés.

29Le papier fait naître le papier. Un de mes collègues, un bibliothécaire discret et érudit, un grand homme du livre, nous a légué sa collection d’ouvrages anciens : chacun d’eux renfermait, contre la page de titre, deux, trois petits morceaux de papier, parfois davantage encore : « J’ai reçu ce livre le 15 mars 1850 de M. X, bibliothécaire à Londres » ; « J’ai répondu à M. X le 17 mars 1850 : Cher et estimé confrère, je vous remercie infiniment de votre envoi très précieux pour moi : je ne connaissais pas cet ouvrage de Grotius et il me sera très utile dans les recherches que je poursuis actuellement. Votre très dévoué [...] ». Chaque livre portait ainsi les marques de son histoire, de sa carrière. La bibliographie se confond ici avec la biographie… Que faire de tous ces morceaux de papier ?

4 février 1869

  • 5 Op. cit., p. 314-321

30La conservation des manuscrits nous contraint à bien connaître les propriétés des différentes espèces d’encre. J’ai attiré l’attention de mes collègues sur l’exposé déjà ancien, mais nullement périmé, de MM. Julia de Fontenelle et P. Poisson5. Les encres de sympathie posent un problème particulier. Elles permettent de tracer des écritures invisibles, qui deviennent visibles par l’action de la chaleur, l’immersion dans l’eau, parfois le seul contact de la lumière. Ainsi, si vous écrivez avec une solution parfaitement transparente de sulfate de fer, si vous arrosez ensuite cette écriture avec de l’infusion de noix de galle et la laissez à l’air ambiant, elle ne tardera pas à prendre une couleur noire. Mais le produit révélateur doit toujours être adapté à la nature spécifique de l’encre sympathique utilisée. Imaginez que, parmi nos manuscrits, dans les autographes de de Chateaubriand ou de Jean-Jacques Rousseau, dans les archives de nos ministres et de nos députés, dans la correspondance des diplomates et sur les marges des livres, il y ait des textes cachés et invisibles, des dénonciations, des accusations, des révélations scandaleuses, des confidences de la dernière heure… Imaginez aussi des poèmes sublimes, des ébauches géniales, des pensées fulgurantes, écrites là où nous ne pouvons plus les lire […] Dévoiler ces textes oubliés à la manière des palimpsestes de nos manuscrits… Toutes les bibliothèques du monde devraient confier à quelques chimistes d’exception la recherche de ces œuvres secrètes, écrites au nitrate de cobalt, au nitrate de cuivre, à l’hydrochlorate de titane, au nitro-muriate d’or ou, plus simplement, avec le suc d’un citron, d’un oignon ou d’une cerise...

31Il faut suspecter chaque page blanche, chaque recoin échappant à l’emprise de l’écriture.

10 février 1869

32Ma vision se brouille à nouveau. Mais les symptômes sont différents, plus effrayants que lors de la crise de janvier. J’étais en train de lire Heineccius, dans la Sylloge opusculorum variorum (1735). Au verso de la page 172, une large tache blanche m’a ébloui, dérobant brusquement à ma vue le texte que je m’apprêtais à recopier. Les mots, les lettres se sont évanouis. Seul reste le papier blanc. Le texte a disparu, dissous, absorbé, évaporé dans la blancheur éblouissante. J’ai refermé le livre.

13 février 1869

33« Un glaucome avancé, une complication très rare… C’est un miracle que vous ayez pu lire jusqu’à présent… l’évolution reste imprévisible… ». Les mots du médecin hantent mon esprit. Je suis en train de perdre la vue, c’est un voile qui me recouvre peu à peu les yeux. Malgré les lunettes, malgré la loupe, un filtre opaque se déploie entre les livres et moi. Les lettres dansent, imprécises, je ne peux plus les fixer sur le papier.

14 février 1869

34Quel cauchemar éprouvant... J’ai rêvé que le papier des livres laissait s’échapper tous les signes imprimés, qu’il ne retenait plus rien et qu’il avait lâché tous les liens qui maintiennent en un lieu précis et immuable, sur la page, les lettres, les mots, les phrases. Imaginez une feuille de papier, une page de livre recouverte d’eau. Tout est calme, limpide et transparent : le texte est parfaitement lisible, légèrement grossi, même, comme sous l’effet d’une loupe. Les mots sont nets et distincts. Et voici qu’un souffle imperceptible ride la surface de l’eau. Le papier semble onduler, lui aussi, et les lettres suivent l’agitation de l’eau, frémissantes, subitement déformées et illisibles.

35Les lettres deviennent des hiéroglyphes, signes monstrueux et chiffres mystérieux. Voyelles et consonnes, aux formes si familières que nous ne leur prêtons plus attention, sont à présent méconnaissables, anormalement distendues, obèses, ramassées sur elles-mêmes. On dirait des organismes vivants, des vers agités d’une vie convulsive. Toute une faune miniaturisée, sortie d’un manuel de tératologie, se déployait en tous sens sur la page. Il me semblait que l’eau, tel un acide subtil ou un scalpel invisible, dissolvait le liant des phrases et décollait tous les signes typographiques, les laissant fourmiller à l’aventure. Illisible, mouvant et insaisissable, le texte n’existait plus.

15 février 1869

36(illisible).

16 février 1869

37(illisible).

17 février 1869

38(illisible) [...] et d’une précision obsédante. La décomposition du papier se poursuit, les lettres, les mots, les phrases glissent et s’enchevêtrent. Les pages aux lignes droites deviennent labyrinthiques, entrelacs d’axes obliques, de courbes et de signes confus. Le papier laisse échapper l’écriture et celle-ci, prise de folie, s’en va et se dissout. Dans mon rêve, au même moment, tous les livres de la Bibliothèque…

20 février 1869

39Mes yeux me font terriblement souffrir. Je ne peux plus lire que de mémoire, des textes mille fois parcourus, dont je connais tous les mots par cœur. Je lis des livres que je ne peux plus voir. Je sais que je deviens aveugle, que mes yeux sont brûlés par des pages trop nombreuses, par les ouvrages obscurs, les lignes de grec mal imprimé. Je suis dans la plus grande bibliothèque de France, et il y a autour de nous des millions de livres. Mais pour moi seul désormais et pour toujours, ces millions de livres n’ont que des pages blanches, irrémédiablement blanches, blanches à jamais...

40Ainsi s’achève le dernier cahier du Journal manuscrit de Firmin Folieau. Après ces derniers mots, il y avait encore une vingtaine de feuillets. Blancs…

Haut de page

Annexe

La page de couverture du Nouveau manuel complet du relieur…de Lenormand, édition de 1879

La page de couverture du Nouveau manuel complet du relieur…de Lenormand, édition de 1879

Coll. BNU

La recette de fabrication du papier avec de la pulpe de pommes de terre, dans l’édition allemande du Manuel complet du marchand papetier… de Fontenelle et Poisson, édition d’Ulm, Ebner, 1831

La recette de fabrication du papier avec de la pulpe de pommes de terre, dans l’édition allemande du Manuel complet du marchand papetier… de Fontenelle et Poisson, édition d’Ulm, Ebner, 1831

Cet ouvrage fait partie de la collection Soennecken consacrée à la calligraphie et à l’art de l’écriture (voir La Revue de la BNU, n° 3, p. 100)

Coll. BNU

La page 172 de l’Opusculorum variorum Sylloge d’Heineccius (édition de Halle/Saale, Orphanotropheum, 1735, au cours de la lecture de laquelle Folieau ressent sa seconde crise

La page 172 de l’Opusculorum variorum Sylloge d’Heineccius (édition de Halle/Saale, Orphanotropheum, 1735, au cours de la lecture de laquelle Folieau ressent sa seconde crise

Coll. BNU

Le frontispice des Opera de Meursius (édition de Florence, Tartini et Franchi, 1741, oeuvre témoin du premier malaise visuel de Folieau

Le frontispice des Opera de Meursius (édition de Florence, Tartini et Franchi, 1741, oeuvre témoin du premier malaise visuel de Folieau

Coll. BNU

Haut de page

Notes

2 F. Folieau cite ici indirectement les pages 315-316 du Nouveau manuel complet du relieur en tous genres, par S. Lenormand et M. R., relieur amateur, Paris, Librairie encyclopédique de Roret, 1867.

3 Op. cit., p. 316

4 F. Folieau a extrait cette recette du Manuel complet du marchand papetier et du régleur, par MM. Julia de Fontenelle et P. Poisson, Paris, 1828, p. 26. Il utilise largement cet ouvrage dans son Journal pendant les mois de novembre et de décembre 1868.

5 Op. cit., p. 314-321

Haut de page

Table des illustrations

Titre La page de couverture du Nouveau manuel complet du relieur…de Lenormand, édition de 1879
Crédits Coll. BNU
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/302/img-1.png
Fichier image/png, 4,5M
Titre La recette de fabrication du papier avec de la pulpe de pommes de terre, dans l’édition allemande du Manuel complet du marchand papetier… de Fontenelle et Poisson, édition d’Ulm, Ebner, 1831
Légende Cet ouvrage fait partie de la collection Soennecken consacrée à la calligraphie et à l’art de l’écriture (voir La Revue de la BNU, n° 3, p. 100)
Crédits Coll. BNU
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/302/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre La page 172 de l’Opusculorum variorum Sylloge d’Heineccius (édition de Halle/Saale, Orphanotropheum, 1735, au cours de la lecture de laquelle Folieau ressent sa seconde crise
Crédits Coll. BNU
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/302/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Le frontispice des Opera de Meursius (édition de Florence, Tartini et Franchi, 1741, oeuvre témoin du premier malaise visuel de Folieau
Crédits Coll. BNU
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/302/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Jacob, « Firmin Folieau. Journal d'un bibliothécaire »La Revue de la BNU, 17 | 2018, 72-81.

Référence électronique

Christian Jacob, « Firmin Folieau. Journal d'un bibliothécaire »La Revue de la BNU [En ligne], 17 | 2018, mis en ligne le 05 septembre 2018, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rbnu/302 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rbnu.302

Haut de page

Auteur

Christian Jacob

Directeur de recherche au CNRS, directeur d’études à l’EHESS

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search