Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1Éditorial

Éditorial

Albert Poirot et Christophe Didier
p. 5

Texte intégral

1Après déjà cent quarante années d’existence, la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg se dote aujourd’hui enfin d’une revue. Il nous semble important qu’un établissement à l’envergure patrimoniale si marquée, et dont les murs ont abrité des générations d’étudiants, de chercheurs et de curieux, puisse profiter d’un instrument de rayonnement susceptible de présenter autrement les bibliothèques.

2La Revue émane d’un établissement qui prête et conserve des livres - imprimés et manuscrits - et des journaux de tous pays et de toutes époques, mais veille aussi sur des collections de médailles, de papyrus, de manuscrits musicaux, de documents sonores, de gravures et d’affiches. La variété de ces fonds engage notre regard à l’ouverture, nous pousse naturellement à un dialogue avec l’extérieur. Et c’est précisément à cette exigence d’ouverture que nous souhaitons répondre au fil des numéros.

3Parler de nos collections, oui, mais en ce qu’elles nous obligent à voir au-delà de nos murs. Montrer nos richesses, bien entendu, mais parce qu’elles évoquent d’autres richesses similaires, conservées et mises en valeur dans autant d’établissements avec lesquels elles nous engagent à dialoguer, à apprendre, à informer autant qu’à s’informer. Si les collections de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg sont appelées à rester le filigrane de tous les numéros, c’est comme une invitation au voyage vers d’autres lieux, d’autres horizons linguistiques et culturels, d’autres thématiques. Ce numéro un en est l’illustration, par le dialogue qu’il suscite entre architectes et designers, entre bibliothécaires et artistes, entre mémoire du livre et mémoire des lieux.

4Le dossier choisi pour ce numéro d’ouverture n’est pas anodin. À l’aube d’un chantier de rénovation comme elle n’en a plus connu depuis soixante ans, la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg se prépare à entrer véritablement dans le XXIe siècle, en rénovant en fait bien plus que des bâtiments : ce qui est en jeu au cours des trois années que dureront les travaux, c’est, au travers de l’évolution des services, l’appropriation par le public d’un établissement culturel plus en phase avec les usages de son époque. C’est aussi, par-delà l’évolution d’une image, une question d’identité.

5Quelle meilleure occasion, en tout cas, de s’interroger sur l’identité visuelle des bibliothèques ? Elles ont connu au cours du XXe siècle bien des mutations, et leur place au sein de la société et des pratiques culturelles est encore loin d’être définie avec certitude. La Revue, en s’interrogeant sur l’image qu’elles ont donnée, et continuent à donner d’elles-mêmes, entend contribuer à ces débats où l’on parle toujours d’érudition, mais aussi, et plus généralement, d’éducation, de culture et de société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Albert Poirot et Christophe Didier, « Éditorial »La Revue de la BNU, 1 | 2010, 5.

Référence électronique

Albert Poirot et Christophe Didier, « Éditorial »La Revue de la BNU [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rbnu/3078 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rbnu.3078

Haut de page

Auteurs

Albert Poirot

Administrateur de la BNU

Articles du même auteur

Christophe Didier

Rédacteur en chef

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search