Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Le dossier : La fabrique du livre...Conserver / faire vivre une tradi...Le Centre Gutenberg, un projet de...

Le dossier : La fabrique du livre, pérennité et mutations
Conserver / faire vivre une tradition

Le Centre Gutenberg, un projet de l’Espace Européen Gutenberg

Laurine Sandoval et Marielle de Vaulx
p. 8-17

Texte intégral

Au cœur d’un patrimoine rhénan exceptionnel

1Héritier de la pensée de Gutenberg et de l’humanisme rhénan, le projet de création d’un centre consacré au patrimoine de l’imprimerie et des arts graphiques a pour ambition de doter Strasbourg d’un lieu à la hauteur de son rôle novateur et fédérateur dans ces domaines. Au 15e siècle, la mise au point par Gutenberg d’une technique révolutionnaire, l’imprimerie à caractères mobiles, représente une ouverture essentielle sur des mondes en devenir, et fait de la ville un centre névralgique de production et de diffusion d’écrits et d’images durant les siècles qui suivent. Aujourd’hui encore, nous bénéficions de cette ingénierie et de cette production d’imprimés et de visuels qui ne cessent d’évoluer et de se réinventer depuis la fin du Moyen-Âge.

  • 1 Une ville libre d’Empire désigne sous le Saint Empire romain germanique une ville directement subo (...)
  • 2 Le développement de la lithographie à partir de 1796 représente une seconde révolution de l’imprim (...)
  • 3 Sur Johann Carolus et la Relation, voir Métamorphoses : un bâtiment, des collections / sous la dir (...)

2En effet, à cette époque, Strasbourg est un foyer intellectuel de premier plan où l’activité commerciale, spirituelle et intellectuelle est intense, d’une part parce que la ville est implantée sur le Rhin – principale voie commerciale européenne –, et aussi du fait de son statut de ville libre d’Empire (voir ill. ci-dessous)1. Cette émulation se retrouve dans l’ensemble de la région rhénane, où de nombreuses villes commercent activement. Le territoire peut ainsi se prévaloir d’une longue tradition graphique et technique dans le domaine de l’imprimerie, sur la base des expériences menées par Gutenberg, suivies par l’activité débordante des presses régionales (dès la fin du 15e siècle en effet, de nombreux ateliers se développent pour rapidement rayonner en Europe), en passant par l’invention et le développement de la lithographie2, sans oublier la création à Strasbourg, en 1605, du premier « journal », la Relation, à l’initiative de Johann Carolus3. L’imprimerie va se déployer sur tout le continent et favoriser une révolution culturelle, faisant de Strasbourg et du bassin rhénan l’un des pôles intellectuels d’Europe les plus actifs.

Représentation de Strasbourg

Représentation de Strasbourg

Dans le Buch der Croniken und Geschichten, couramment nommé « Chronique de Nuremberg », Nuremberg, Anton Koberger, 1493

Cliché Musées de Strasbourg, M. Bertola, Coll. Cabinet des estampes et des dessins de Strasbourg

3Dans ce contexte historique et territorial fort, le futur Centre Gutenberg porte un concept novateur et ambitieux, en plaçant la transmission et l’innovation au cœur de son développement. Il s’appuie sur des compétences d’excellence dans les métiers de l’imprimerie et des arts graphiques et sur la capacité à innover et à entreprendre présente sur le territoire, à l’instar des nombreuses personnalités natives ou en résidence dans la région, comme Johannes Mentelin – sélestadien – qui imprime la première Bible en allemand, Adolf Rusch, qui introduit les caractères romains, ou plus tard Gustave Doré – strasbourgeois –, graveur hors pair.

4C’est de cette diversité et de cette effervescence que le projet tire sa particularité et sa force. Celle-ci provient aussi de la nature même des personnes qui œuvrent à sa réalisation et représentent une mixité sociale, culturelle et professionnelle, créant différentes portes d’entrée, avec un objectif commun : proposer un dialogue entre patrimoine, savoir-faire artisanal, projets créatifs, projets entrepreneuriaux, techniques industrielles et nouvelles technologies autour de l’imprimé et des arts visuels.

  • 4 Les professionnels – qui intégreront le projet – doivent répondre à des problématiques de rentabil (...)

5L’objectif est ainsi de mettre en lumière le patrimoine matériel et immatériel du bassin rhénan. Or comment présenter un héritage de domaines qui se définissent avant tout par leur pratique ? Comment proposer un lieu vivant à la croisée de l’innovation et du patrimoine ? Car un tel lieu se doit d’être ancré dans le réel économique et de tenir compte de la nécessité pour les professionnels de vivre de leur métier4, d’être ancré aussi dans le réel social, afin de rendre accessible un patrimoine à des publics plus sensibles ou moins initiés.

Construire autour de ce qui nous rassemble

6Comprendre l’évolution des écritures, des images, de l’imprimé, des alphabets, des illustrations, des objets qui les véhiculent, c’est ouvrir une porte sur l’histoire de l’homme et son devenir, et c’est là toute la singularité et le trésor inestimable que renferment l’imprimerie et les arts graphiques. L’histoire, par opposition à la préhistoire, se définit par l’invention de l’écriture et au-delà des nombreux supports qu’offrent les imprimés passés et actuels (papier, textile, plastique, verre…), les images et écritures qu’ils diffusent sont les piliers et la mémoire de nombreuses civilisations (voir ill. ci-dessous).

7S’il est bien un support qui a traversé les siècles, c’est celui du papier, et notamment sous forme de livre après l’apparition du codex au 4e siècle. C’est un support essentiel à la transmission de cette mémoire, vecteur d’apports tant techniques que culturels, et qui permet également de réunir une multitude de métiers et de compétences. Le livre fédère, car il est connu de tous, offre tout type de contenu, de conception, d’impression et de finition et il permet à chacun d’accéder à des univers infinis. Garant de notre histoire et de notre ouverture sur le monde, il est ainsi apparu essentiel de le considérer en tant que pierre angulaire du futur centre.

Représentation d’un atelier d’imprimeur.

Représentation d’un atelier d’imprimeur.

Jan Van der Straet, Impressio librorum, [16e siècle], in [Recueil. Collection Michel Hennin. Estampes relatives à l’Histoire de France, tome 3, pièces 178-240, période : 1499-1521. Volume 1]

Coll. Bibliothèque nationale de France

Aux origines du projet

8Afin de saisir les enjeux de la création du centre, non seulement en termes de légitimité culturelle, mais également pour comprendre en quoi son développement a tout son sens dans notre société actuelle, il est nécessaire de questionner l’origine même du projet.

  • 5 Ce que confirme l’intitulé des JEMA (Journées européennes des métiers d’art) 2022 : « Nos mains à (...)

9C’est dans une société en pleine mutation, où nos repères sont profondément bouleversés, en termes de valeurs, de temporalité ou de géographie, que ce projet porté par l’association Espace Européen Gutenberg apparaît comme une évidence. Il se nourrit de la passion du métier pratiqué, de l’envie de partager des savoirs et des savoir-faire où l’intelligence du cœur et de la main agissent ensemble5, mais aussi de cette nécessité de créer un lien entre les anciennes et les nouvelles générations, et de la conscience de participer à l’enrichissement et à l’épanouissement du tissu social et économique de la ville de Strasbourg. Il permet de transmettre l’histoire et de participer à la construction de son futur.

La Fête des imprimeurs à Strasbourg (édition 2014)

La Fête des imprimeurs à Strasbourg (édition 2014)

Cliche Lena Tritscher

  • 6 On notera une dernière édition en 1992, ultime sursaut d’un monde où l’imprimerie voyait déjà les (...)

10Créée en 2004, l’association Espace Européen Gutenberg se constitue autour de l’urgence liée à la sauvegarde de matériels issus d’imprimeries fermées. Dans un premier temps, elle se consacre à l’acquisition de fonds – principalement d’origine locale –, grâce notamment à l’AMUSS (Association de Culture et Muséographie Scientifiques de Strasbourg), puis développe des outils de médiation et mène des actions de sensibilisation aux métiers et techniques de l’imprimerie et des arts graphiques aux niveaux local et transfrontalier. C’est ainsi, par exemple, que la Fête des imprimeurs, tradition issue du monde de l’imprimerie qui était tombée dans l’oubli après la guerre de 1945, est réveillée en 2013 (voir illustrations ci-dessus et ci-dessous)6.

Mise en place d’une presse Stanhope place du Château

Mise en place d’une presse Stanhope place du Château

Lors du millénaire de la cathédrale de Strasbourg, Fête des imprimeurs, édition 2018

Clichés Bettina Muller

11Conscients de l’importance de la transmission d’un tel patrimoine, les membres imprimeurs, historiens, scientifiques, passionnés qui composaient le cœur de l’association, élaborent un projet de « Conservatoire et ateliers de l’imprimerie et des arts graphiques ». Sa mission est dès lors de sauvegarder et de mettre en valeur le patrimoine matériel et immatériel de l’imprimerie de Gutenberg à nos jours, en intégrant le domaine des arts graphiques, entendus comme l’ensemble des procédés techniques – écriture, dessin, peinture, gravure, sculpture et photographie – permettant la conception visuelle (voir ill. ci-dessous). En effet, si l’on étudie les innovations liées à l’imprimerie, il est nécessaire de les observer par le prisme des arts graphiques, qui n’ont eu de cesse d’utiliser et de questionner les outils à disposition pour l’expression artistique, intellectuelle, industrielle. Il est donc nécessaire d’appréhender ensemble ces disciplines, intrinsèquement liées.

  • 7 Ces nouvelles techniques d’impressions s’ouvrent à de nouveaux milieux, comme le milieu médical et (...)

12Au cours de ce travail de conservation et de valorisation, dans un contexte de transformation des modes de consommation et de communication durant les années 1990, se manifeste une prise de conscience de la nécessité de créer du lien, de transmettre les connaissances autrement, de provoquer une rencontre inédite d’activités et de profils différents au service du bien commun. Parallèlement à cette réflexion, d’anciens métiers ressurgissent sous de nouvelles modalités, dans de plus petites structures, plus disparates, mais toujours en flux constant. Les profondes mutations techniques et technologiques voient également apparaître de nouveaux métiers dans les domaines de l’imprimerie, liés aux nouvelles possibilités d’impression (impression 3D et bio-impression7).

13Les professionnels pratiquant aujourd’hui les métiers issus du domaine de l’imprimerie et des arts graphiques veulent désormais donner du sens à leur projet, en attachant d’une part une grande attention à leur impact écologique, mais aussi en investissant dans leur profession une volonté d’épanouissement personnel – un environnement bien différent de celui qu’avait connu l’association à sa création. Ces artisans et professionnels d’aujourd’hui sont également préoccupés par leur devenir, par la disparition des savoirs et savoir-faire, par la transmission des compétences d’excellence. Ils sont aussi portés par le désir de connaître l’histoire du territoire qu’ils occupent, et souhaitent inscrire leur action dans une vision pérenne et constructive, donnant davantage de sens à leur démarche.

14C’est ainsi que, portés par un intérêt commun pour la conservation et la transmission de leurs savoir-faire, plusieurs professionnels ont intégré l’association et apporté un nouveau souffle au projet. Nourris de problématiques de terrain, d’ambitions et de questionnements en lien et complémentaires de ceux déjà portés, ce nouvel éclairage et cette nouvelle énergie ont donné une consistance et une pertinence à cette idée de conservatoire pour en faire un projet de centre hybride.

Poinçon typographique d’un G gothique

Poinçon typographique d’un G gothique

Réalisé par Nelly Gable pour la Fête des imprimeurs 2018

Clichés Bettina Muller

Faire naître, grandir et exister un lieu

15L’actuel projet de Centre Gutenberg s’appuie ainsi sur une structuration mixte, fondée sur une collaboration entre une association à but non lucratif et un regroupement d’entreprises issues du secteur de l’imprimerie et des arts graphiques, privilégiant la mutualisation et favorisant le partage de connaissances et de compétences. Il est conçu à l’échelle européenne, avant tout à travers la création de ponts et de coopérations avec les partenaires et homologues du bassin rhénan.

16Il est d’autre part pensé comme un lieu multifonctionnel, créatif et connecté, croisant des activités économiques, artistiques et culturelles, des compétences et des services. Cette convergence permettra aux artisans, enseignants, étudiants, artistes, entrepreneurs, professionnels de l’industrie culturelle et créative ainsi qu’à tout citoyen de se rencontrer en un même lieu, un véritable défi dans un monde où la cohésion est un enjeu social et économique. L’ambition du projet réside donc dans la volonté de réunir non seulement des acteurs du secteur des arts graphiques et de l’imprimé, mais aussi de l’industrie et de l’artisanat. Elle vise également à faire converger des ambitions nouvelles dans une structuration riche et innovante.

17Trois espaces ont ainsi été identifiés, dialoguant les uns avec les autres : un premier pôle constitué d’un espace muséal, puis un pôle de transmission, d’expérimentation et de production et enfin un troisième pôle, consacré aux nouvelles technologies.

L’espace muséal, un lieu vivant, pédagogique, novateur et immersif

18La révolution de l’imprimerie a joué dès sa création un rôle prépondérant dans la diffusion des idées, du savoir, et lancé les prémices de ce que nous pourrions appeler aujourd’hui la « démocratisation culturelle » : l’accès aux connaissances, permis entre autres par les apports de nouveaux outils. Dans cette perspective, l’espace muséal est imaginé comme un parcours rythmé par les innovations et les ruptures majeures de l’imprimerie. Le visiteur est invité à entrer dans l’univers de l’atelier de l’imprimeur, à comprendre et à appréhender ses tâches, contraintes, projets, qui ont pu le pousser à innover. Il pourra explorer les inventions prépondérantes de l’imprimerie et étudier les conditions de l’émergence de ces inventions.

19Le parcours questionnera le rapport à l’écrit et à sa diffusion, explorera l’aventure entrepreneuriale de Gutenberg et ses conséquences pour la typographie, le développement de la lithographie, la modernisation de la sérigraphie, la révolution de la photocomposition et celle du numérique.

20Cet espace sera présenté comme un lieu vivant, chargé de mémoire, favorable à l’échange intergénérationnel. Et parce que les métiers de l’imprimerie marient l’intelligence du corps et celle de l’esprit, l’expérimentation et la manipulation seront partie intégrante du parcours.

Le pôle « transmission, expérimentation et production »

21Lieu actif de création, de production et d’expérimentation, l’espace sera composé d’ateliers – typographie, lithographie, gravure, sérigraphie, pré-presse, finition et façonnage, impression 3D textiles, studio numérique... –, en lien étroit avec l’espace muséal, grâce à une scénographie singulière, qui permettra au visiteur d’observer les différentes techniques dans leur fonctionnement effectif. Les professionnels pourront y exercer leurs activités de conception, prototypage, réalisation, motion design… tout en partageant leurs pratiques et en permettant de faire continuellement vivre ces espaces. Certains ateliers, notamment ceux en lien avec l’imprimerie et l’espace muséal, permettront de proposer des activités d’initiation et de sensibilisation, mais aussi des formations à destination des artistes et des professionnels de la communication, de l’imprimerie, du textile…

22La mutualisation des besoins et des espaces ainsi que la gestion des coûts et des déchets est également une réponse aux besoins environnementaux pour lesquels il y a aujourd’hui une prise de conscience importante des impacts sur le devenir des générations futures. Permettre un regroupement économique dans le domaine du visuel et de l’imprimerie, où l’intelligence collective peut faire émerger des solutions durables, est une proposition qui prend tout son sens dans une ville où de plus en plus d’écoles et de professionnels de ces métiers s’installent et montent en puissance.

Un pôle « nouvelles technologies »

23Lieu d’échange et de partage, destiné prioritairement aux professionnels du design, de l’industrie et de la recherche, ce pôle accueillera des rencontres, des tables rondes, des conférences, des formations. Il permettra en outre aux professionnels de faire des démonstrations et/ou de tester les dernières avancées technologiques, mais également de centraliser et de diffuser les informations liées aux différents métiers de l’imprimerie et des arts graphiques.

24Un showroom, s’adressant avant tout aux professionnels, étudiants et chercheurs, permettra de mettre en lumière une production imprimée choisie, de présenter les innovations techniques et technologiques du secteur, d’exposer les nouvelles collections dans les domaines du papier, des encres, des supports d’impression, des logiciels, mais aussi de valoriser des innovations en matière de respect de l’environnement. Par ce réseau de professionnels des industries, des nouvelles technologies, du design et de l’artisanat, le centre vise à faire converger et se rencontrer les acteurs des différents secteurs, ainsi que les technologies et innovations de demain – un potentiel à exploiter aux niveaux local comme international.

L’action de l’association Espace Européen Gutenberg

25La création du Centre Gutenberg est portée par l’association Espace Européen Gutenberg, dont les missions sont, comme on l’a vu, la sauvegarde et la restauration du matériel d’impression, ainsi que la préservation de la mémoire des imprimeurs ; le partage, la création et la diffusion autour de l’imprimé et des arts graphiques ; la transmission des savoir-faire auxquels l’association propose de pouvoir s’initier, se former, se perfectionner. Elle a également pour but la promotion des métiers liés à l’imprimerie et aux arts graphiques, pour lesquels il s’agit de questionner les pratiques traditionnelles et d’en expérimenter de nouvelles. Enfin, l’association souhaite construire des liens pérennes dans l’espace transfrontalier et européen autour de Gutenberg. Dans ce cadre, son ambition principale est de développer le projet du Centre, autour duquel se concentrent plusieurs enjeux majeurs.

  • 8 Le pôle « transmission, expérimentation et production » proposera en effet des espaces d’ateliers (...)

26Le premier est celui de la recherche d’un lieu d’implantation stratégique et adapté. La structuration hybride du Centre Gutenberg sur trois pôles, dans une articulation à asseoir entre les activités de transmission et de valorisation du patrimoine, les activités de formation et de location8 et celles liées à la production, nécessite la recherche d’un espace conséquent d’implantation, de 2 000 m2 environ répartis entre les ateliers, le pôle muséal et les autres espaces – bureaux administratifs, espace de convivialité, showroom, salle de réunion. Cette recherche est accompagnée par la Ville et l’Eurométropole de Strasbourg, ainsi que par des partenaires privés des industries graphiques, en adéquation avec les contraintes techniques imposées par son contenu et ses activités.

Mise en situation : application « Sur la route des imprimeurs »

Mise en situation : application « Sur la route des imprimeurs »

Cliché Brave New Media

27Un autre volet majeur et tout aussi important est celui de l’écriture du « Projet scientifique et culturel », qui permet de définir les grandes orientations et les stratégies du centre. En effet, il ne s’agit pas uniquement de gérer des collections et d’accueillir du public, mais également de s’interroger sur l’évolution de son fonds, de son rôle dans la cité, de sa place aux niveaux local, national et international.

28Par ailleurs, l’enjeu est de développer un réseau, d’entrer en dialogue avec le territoire en s’immisçant dans la programmation locale tout en développant ses propres actions. L’association s’inscrit ainsi dans une dynamique de rayonnement à l’international et de développement des partenariats et soutiens des professionnels de l’imprimerie et des arts graphiques. Cette prospection de clients et de mécènes amène la structure à être présente sur les salons professionnels du secteur de l’imprimerie, occasion pour l’Espace Européen Gutenberg de présenter aux professionnels les services qui seront proposés par le centre (formation, location d’espace, showroom) et d’initier la prise de contacts en vue d’une levée de fonds (développement d’une base de données de mécènes potentiels).

29Enfin, il est nécessaire de se positionner comme acteur culturel sur le territoire. Il s’agit d’entamer des actions d’élargissement du public-cible par la participation à la vie culturelle. En effet, si le hors les murs peut se révéler nécessaire afin de maintenir une visibilité auprès des publics, il s’agit ici de s’en servir comme d’un levier pour constituer une communauté, créer une audience et une envie de découverte du futur centre. Le travail consiste à faire appel à la participation des gens et à penser les rapports entre les habitants, les artisans, les artistes et les acteurs publics et privés. Dans ce contexte, l’association met en place différentes actions tout au long de l’année, dont voici quelques exemples :

Les ateliers culturels

30L’Espace Européen Gutenberg développe un programme d’actions culturelles et des outils de médiation dont l’objectif est de faire découvrir et d’expérimenter différentes techniques d’impression, de saisir leurs enjeux et spécificités, de travailler autour de la recherche de composition texte-image. Ces ateliers peuvent être proposés à différentes structures partenaires, soit afin de diversifier les publics, soit pour aller à la rencontre des publics éloignés ou empêchés. Ces actions permettent à l’association de créer et de tester les propositions culturelles et pédagogiques que le centre pourra offrir à son ouverture et de fédérer de nouveaux membres ou ateliers dans le domaine.

L’application de réalité augmentée Sur la route des imprimeurs

31Ce projet mené en partenariat avec Brave New Media consiste à faire dialoguer deux mondes riches de savoir : patrimoine et nouvelles technologies. Il porte sur la création d’un outil de contenus historiques, outil de médiation permettant de faire revivre, en images 3D interactives à échelle réelle et en réalité augmentée, un patrimoine inaccessible ou disparu, et ce de manière ludique (voir ill. ci-dessus). Les impacts attendus sont la valorisation des œuvres, des monuments et des techniques grâce au numérique. Il s’agit de démontrer l’intérêt de créer des ponts entre patrimoine et nouvelles technologies par la création d’un outil déployable et réplicable, un outil attractif favorisant l’utilisation des nouvelles technologies par les acteurs de la région, créant ainsi des opportunités de développement créatif et de mise en valeur du patrimoine.

La résidence artistique

  • 9 La formule de la résidence permet à l’artiste de s’immerger dans la structure sur un temps long, e (...)

32Dans une volonté de questionner les pratiques par l’expérience artistique et de valoriser les savoir-faire et l’histoire de l’imprimerie et des arts graphiques, l’Espace Européen Gutenberg souhaite accueillir de manière régulière un artiste en résidence – un champ de liberté vecteur de liens sur le territoire. En effet, l’artiste présent dans un espace spécifique et un temps long9 crée une dynamique d’échanges porteuse et bénéfique au sein de la structure. À travers cette expérience, en interaction avec le public, il s’agit de créer un contexte de rencontre entre une démarche artistique, une pratique et son histoire.

  • 10 L’artiste The Blind développe depuis plusieurs années un concept novateur qu’est le graffiti pour (...)
  • 11 L’atelier d’impression typographique nůn est une structure polymorphe réunissant un studio de desi (...)
  • 12 L’association Tôt ou T’Art se donne pour mission d’animer un réseau constitué de structures social (...)

33La première résidence porte sur un projet intitulé « La face cachée de la lune », né de la rencontre entre l’artiste The Blind10 et l’atelier d’impression typographique nůn11, et de leur volonté de créer un ouvrage poétique et technique qui questionne le braille. L’Espace Européen Gutenberg et l’association Tôt ou T’art12, en association avec nůn et The Blind, ont entamé un travail collaboratif intégrant des personnes déficientes visuelles ou gérant des structures pour déficients visuels. Cette résidence au sein de l’association offre une ouverture sur l’écrit et le dialogue, et se positionne comme un vecteur d’accès à la culture.

Les ambitions du Centre Gutenberg

34La structuration hybride du Centre Gutenberg implique un modèle économique ambitieux, avec de nombreux partenaires et une articulation inédite à asseoir entre les activités de transmission et de valorisation du patrimoine, les activités de formation et de location et celles de production.

  • 13 L’objectif est de pouvoir constituer un fonds représentatif de toute l’étendue de l’imprimerie et (...)
  • 14 Dans ce contexte, l’association s’implique dans la candidature portée par la Ville de Strasbourg a (...)

35L’ambition est de décloisonner les pratiques en les rendant perméables, de favoriser le partage des connaissances et des compétences, la rencontre de publics variés, mais aussi de renforcer une dynamique locale entre les compétences et les entreprises présentes sur le territoire, avec un lieu identifiable et identifié dans ses domaines de prédilection. C’est pourquoi l’espace intégrera un centre de ressources, constitué d’un fonds de matière graphique13 et doté d’une bibliothèque spécialisée, qui sera accessible pour alimenter les projets et les recherches dans ces domaines ; cette dernière serait intégrée au réseau des bibliothèques de l’Eurométropole de Strasbourg ainsi qu’à des réseaux spécialisés dans les arts graphiques, afin d’être accessible au plus grand nombre : grand public, étudiants, chercheurs, professionnels14.

36On l’aura compris, il s’agit donc de construire un lieu autour de l’imprimerie et des arts graphiques qui propose de nouvelles modalités sociales et entrepreneuriales pour comprendre hier et construire demain.

37www.espace-gutenberg.fr

38@espaceeuropeengutenberg (Instagram)

Haut de page

Notes

1 Une ville libre d’Empire désigne sous le Saint Empire romain germanique une ville directement subordonnée à l’empereur et non à un État membre, grâce à l’immédiateté impériale. Ces villes libres constituaient ainsi de véritables républiques.

2 Le développement de la lithographie à partir de 1796 représente une seconde révolution de l’imprimerie, car elle permet la diffusion large des images, puis des photographies ; c’est elle qui amènera l’évolution offset.

3 Sur Johann Carolus et la Relation, voir Métamorphoses : un bâtiment, des collections / sous la direction de Christophe Didier et Madeleine Zeller, Strasbourg, BNU, 2015, p. 272.

4 Les professionnels – qui intégreront le projet – doivent répondre à des problématiques de rentabilité et de productivité liées à l’existence de leur entreprise, alors même qu’ils feront partie d’une structure dont les réalités économiques ne sont pas les mêmes, le Centre bénéficiant de financements pluriels : fonds propres, privés et publics.

5 Ce que confirme l’intitulé des JEMA (Journées européennes des métiers d’art) 2022 : « Nos mains à l’unisson ».

6 On notera une dernière édition en 1992, ultime sursaut d’un monde où l’imprimerie voyait déjà les technologies du numérique arriver à grands pas.

7 Ces nouvelles techniques d’impressions s’ouvrent à de nouveaux milieux, comme le milieu médical et la technique de bio-impression – application biomédicale des procédés de fabrication additive permettant de produire artificiellement des tissus biologiques. C’est une innovation récente qui positionne simultanément des cellules vivantes et des biomatériaux couche par couche pour fabriquer des tissus vivants.

8 Le pôle « transmission, expérimentation et production » proposera en effet des espaces d’ateliers en location aux artisans qui souhaitent participer au projet.

9 La formule de la résidence permet à l’artiste de s’immerger dans la structure sur un temps long, et ainsi de s’approprier le projet pour entamer un processus de création plus complet que ce que pourrait apporter une intervention plus ponctuelle.

10 L’artiste The Blind développe depuis plusieurs années un concept novateur qu’est le graffiti pour aveugle, en investissant la ville à l’échelle des murs. Son travail est né de l’envie de rendre visible et lisible le graffiti au plus grand nombre. Il développe ainsi une vision sociale de l’art, où voyant et non voyant ont mutuellement besoin l’un de l’autre, pour pouvoir accéder à l’œuvre et la comprendre.

11 L’atelier d’impression typographique nůn est une structure polymorphe réunissant un studio de design graphique, un atelier artisanal de fabrication de produits imprimés, un éditeur de contenus pédagogiques liés au design ainsi qu’une boutique de carterie et papeterie contemporaine.

12 L’association Tôt ou T’Art se donne pour mission d’animer un réseau constitué de structures sociales et culturelles afin de contribuer à faire des pratiques culturelles et artistiques un vecteur d’insertion des personnes accompagnées par les structures sociales adhérentes. Elle agit comme un pôle de ressources qui favorise la connaissance mutuelle des acteurs de ce réseau et la mise en œuvre de projets culturels communs dans le respect des missions de chacun.

13 L’objectif est de pouvoir constituer un fonds représentatif de toute l’étendue de l’imprimerie et des arts graphiques pour donner à voir et à toucher.

14 Dans ce contexte, l’association s’implique dans la candidature portée par la Ville de Strasbourg au label Capitale mondiale du livre de l’UNESCO, qui a pour but de reconnaître l’engagement des villes pour la promotion de la filière du livre et pour l’incitation à la lecture auprès de tous les citoyens.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Représentation de Strasbourg
Légende Dans le Buch der Croniken und Geschichten, couramment nommé « Chronique de Nuremberg », Nuremberg, Anton Koberger, 1493
Crédits Cliché Musées de Strasbourg, M. Bertola, Coll. Cabinet des estampes et des dessins de Strasbourg
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/3903/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 834k
Titre Représentation d’un atelier d’imprimeur.
Légende Jan Van der Straet, Impressio librorum, [16e siècle], in [Recueil. Collection Michel Hennin. Estampes relatives à l’Histoire de France, tome 3, pièces 178-240, période : 1499-1521. Volume 1]
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/3903/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 911k
Titre La Fête des imprimeurs à Strasbourg (édition 2014)
Crédits Cliche Lena Tritscher
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/3903/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Mise en place d’une presse Stanhope place du Château
Légende Lors du millénaire de la cathédrale de Strasbourg, Fête des imprimeurs, édition 2018
Crédits Clichés Bettina Muller
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/3903/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Poinçon typographique d’un G gothique
Légende Réalisé par Nelly Gable pour la Fête des imprimeurs 2018
Crédits Clichés Bettina Muller
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/3903/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 737k
Titre Mise en situation : application « Sur la route des imprimeurs »
Crédits Cliché Brave New Media
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/3903/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurine Sandoval et Marielle de Vaulx, « Le Centre Gutenberg, un projet de l’Espace Européen Gutenberg »La Revue de la BNU, 25 | 2022, 8-17.

Référence électronique

Laurine Sandoval et Marielle de Vaulx, « Le Centre Gutenberg, un projet de l’Espace Européen Gutenberg »La Revue de la BNU [En ligne], 25 | 2022, mis en ligne le 10 mai 2022, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/rbnu/3903 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rbnu.3903

Haut de page

Auteurs

Laurine Sandoval

Chargée de développement et de coordination, Espace Européen Gutenberg

Marielle de Vaulx

Vice-présidente, Espace Européen Gutenberg

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search