Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25L'inéditUne lettre autographe de Georges ...

L'inédit

Une lettre autographe de Georges Rouault de 1941

Georges Rouault
Édité par Claude Lorentz
p. 104-107

Notes de la rédaction

Avec la collaboration de : Claude Lorentz [annotateur], .

Texte intégral

Transcription par Christophe Didier et Claude Lorentz, avec le concours d’Anne-Marie Agulhon (Fondation Georges Rouault, Paris) à laquelle les éditeurs adressent leurs remerciements chaleureux.

1Au docteur Mariau en bon souvenir, mai 1941

  • 1 Nous retranscrivons ici le texte globalement sans modifications autres que d’éventuelles correctio (...)

2Heureux qu’une occasion fortuite me permette de nouveau de causer un instant avec vous, docteur1.

3Pour mon fils, je suis heureux de cette preuve d’amitié de votre part ; c’est un garçon bien trop discret dans une époque de conformisme et d’exhibitionnisme notoire ; j’ai été comme lui, pis que lui. Je l’ai payé un très fort prix. Je le suis encore par sursaut, trop discret, mais par réaction ensuite trop téméraire de l’avis de mes contemporains.

4Je ne sais si vous connaissez monsieur Henri Matisse ?... D’autre part, mais sachant l’opération qu’il allait subir, incidemment j’ai parlé de vous dans une correspondance et dit mon estime bien que je semble vous connaître seulement d’hier, je crus dès ma première entrevue vous connaître mieux par un mot ou un geste et pouvoir me permettre de vous avoir mis dans la mesure de mes moyens un peu plus dans la lumière, bien que passant pour peintre des ténèbres.

5Pour mon fils, il va être père en août ou vers cette époque. Il est maintenant à Cochin. Nous pourrons en parler prochainement car j’ai l’intention, dès [l’]analyse qui aurait dû être faite en mai, de passer vous revoir si vous le voulez bien et de vous demander rendez-vous courant de la semaine prochaine.

6La lettre en question ne presse pas, c’est un double de celle que je viens de recevoir de New York, crainte que la première ne m’arrive pas, en ces temps troublés.

7À cause de la lumière je serai heureux d’être fixé ici. Mais pour d’autres raisons plus intérieures et d’un autre ordre j’en suis loin. Ici c’est le désert – sous tous rapports… J’espère que cet hiver [les] nombreux enfants de votre famille n’ont pas été trop privés. Il y a dans les grandes villes quelque concurrence et ingéniosité des pâtissiers à ne pas fermer boutique en trouvant combinaison diverse de satisfaire le client quand il peut y mettre le prix.

Lettre autographe signée « G. Rouault »

Lettre autographe signée « G. Rouault »

Avec six poèmes, [Golfe Juan, 23] mai 1941, au docteur Philippe Mariau à Nice ; 7 pages in-4 à l’encre violette, enveloppe (cote MS.6.605,16).

8Le défaut capital de ce département, c’est de vivre des touristes, je dirais mieux « de se laisser vivre des touristes [ »]… sans trop d’efforts, et de prostituer le verbe un peu trop souvent en basse politique, surtout vers les grandes villes tentaculaires ; il m’est arrivé à la salle de géographie Bd St Germain à Paris et en d’autres circonstances d’être invité « à prendre la parole », ce qui était fort gênant me trouvant sur l’estrade… J’ai refusé – obstinément, il y a tant d’autres moyens de dire nettement sa pensée si elle en vaut la peine encore et puis, dois-je l’avouer, je me sentais, soit dit j’espère sans trop d’orgueil, « à un autre pôle » et le dire ou le laisser supposer eût semblé d’une telle prétention.

9Les événements m’ont hélas donné trop raison, j’eusse bien voulu avoir tort, croyez le bien, et j’eusse été conspué si j’avais dit le fond de ma pensée à ce moment-là, mais demain ne serais-je [sic] pas également conspué et dépassé par les conformistes toujours à la page ?

10Mais cependant, dans le charmant portrait que J. Maritain a bien voulu faire de moi, ne se serait-il pas trompé ? Car au cours de ma vie assez accidentée j’ai eu quelque accrochage avec la foule et aussi avec quelques puissants buffles – de la politique ou des Bozards officiels. Maritain me classait anti-social. Nous nous sommes rencontrés rue des Feuillantines, avant ou à peu près au moment où il connut Léon Bloy que je connaissais déjà, et ma foi si je n’avais crainte ici de palabrer indéfiniment je vous dirais les trois ou quatre aventures qui auraient pu très mal tourner pour moi, par une grâce du ciel le mécréant s’en tira fort bien. Pour un sédentaire habitué à ruminer dans son coin, je n’eus pas trop mauvaise presse, ceci dit sans trop chanter victoire ; d’autres peuvent naître et suivre en catastrophiques défaites. Car les masses et les foules sont vibrantes et versatiles, mouvantes ou mornes parfois, inconséquentes et injustes aussi bien. En attendant mieux, voici un petit souvenir de ma pauvre primaire [sic] passant bien à tort pour littéraire aux yeux de certains, et ayant horreur du genre « gendelettre », loin des débats et ébats [de] certains de ces messieurs – surtout en ce moment.

11[Suivent six poèmes :

  1. « La route monte à l’horizon... »
  2. « Pas à droite fugitif / un peu plus à gauche / et plus loin encore… »
  3. « La porte s’ouvrait / Sans crier sur ses gonds… » IV « Si je chante ce matin / en rumeur… »
  4. « Pour du Laurier revenu de guerre / gueule de travers… »
  5. Prière (long poème occupant près de trois pages) : « Dès la première minute où j'ai peint / J’ai compris mon infime ignorance... »]

12Sans me donner trop d’importance, je vous suis reconnaissant d’avance de garder la plupart de ces petits machins, « en un coin », peut-être d’ici un an (et j’ai promis de n’en pas parler).

13Malgré la difficulté actuelle de faire quelque chose, vont-ils encadrer un « Miserere de guerre inédit », car si la vie est combat, l’art bien aimé pour certains ne l’est-il point ?

  • 2 La phrase est peu claire, avec un passage barré et illisible qui rattachait peut-être la fin au dé (...)

14Je suis un affreux primaire et bien qu’ils disent, [j’espère ?] vous vous en apercevrez le rudiment – grammatical2. J’ai désiré ici vous envoyer un inédit écrit au plateau de Mille vaches quand tout me faisait défaut, sinon un peu d’encre de Chine et un pinceau unique. Heureusement quelques feuilles de papier et impossible de peindre, ce qui était pour moi un martyr... Aussi bien j’écrivis au pinceau ces poèmes au-dessus de la boutique d’un ferblantier... très à la page, qui pouvait parler avec une prudence paysanne de Courbet et de Delacroix pas trop mal, pas plus mal que certains spécialistes à thèse, à deux pas d’un conducteur d’autos qui en ce vrai désert se demandait s’il garderait « son Utrillo »... pour la dot de sa fille et si « ça remonterait encore ou redescendrait ? [ »]... à la Bourse de la peinture... Triste histoire... n’ayant rien de commun avec l’art.

15Je vous quitte – crainte de lâcher la bonde… et d’accentuer la pente dangereuse d’un lyrisme vagabond – sans jamais trouver « la finale ». À bientôt, j’espère.

16G. Rouault

Commentaire

Georges Rouault (1871-1958) occupe une place singulière parmi les peintres français du vingtième siècle. Élève de Gustave Moreau (1826-1898), contemporain du cubisme, de l’expressionnisme et du fauvisme, il n’a jamais revendiqué l’appartenance à l’un de ces mouvements. Il figure parmi les artistes les plus inclassables de son tempsa.

Cette longue lettre autographe, acquise par la Bnu en 2021, est datée du 23 mai 1941 et adressée au docteur Mariau à Niceb. Elle est envoyée de Golfe-Juan où le peintre vit replié depuis l’été 1940, au 23 boulevard de la Plage. Au moment de la déclaration de guerre en septembre 1939, Georges Rouault s’était d’abord installé dans sa maison de campagne à Beaumont-sur-Sarthe, où il avait transféré certaines de ses œuvres à achever. En juin 1940, l’invasion des troupes allemandes le contraignit à prolonger l’exode vers le sud de la France, accompagné de ses filles Geneviève et Agnès. Après un passage par Peyrelevade et le plateau de Millevachesc, évoqué dans le dernier feuillet de la lettre, la famille se retrouve à Grasse, puis s’établit à Golfe-Juan. Georges Rouault y demeurera jusqu’à son retour à Beaumont-sur Sarthe en 1944, où il découvrira le saccage et le pillage de ses œuvres réalisé par les troupes allemandesd.

Après quelques considérations familiales et une référence à son ami Henri Matisse (1869-1954) et à la maladie qui l’affectee, Rouault fait référence dans le premier feuillet à une lettre qu’il vient de recevoir de New York. On peut supposer qu’elle est en lien avec l’exposition qui vient de lui être consacrée en cette ville, de novembre 1940 à mars 1941, à la galerie Marie Harrimanf.

Le peintre évoque ensuite avec désappointement son séjour sur la Côte d’Azur, heureux d’y être fixé, « à cause de la lumière », mais agacé par l’ambiance et l’esprit des lieux. Apparaît ensuite un long développement à propos d’événements survenus à Paris durant l’entre-deux-guerres, témoignant de son caractère ombrageux et non conformiste, « peintre des ténèbres » comme il se définit lui-même dans la lettre.

C’est l’occasion pour lui d’évoquer les figures du philosophe Jacques Maritain (1882-1973)g et de l’écrivain Léon Bloy (1846-1917). À propos du second, redoutable pamphlétaire catholique, « pèlerin de l’Absolu », lui aussi « en rupture avec toute expression de la conformité »h, il évoque sa relation tumultueuse. L’écrivain et le peintre se sont rencontrés en mars 1904. Partageant une intense foi catholique, ils restent liés d’amitié jusqu’à la mort de Bloy le 11 juin 1917, malgré les critiques acerbes de l’écrivain quant à la manière de peindre de son ami, notamment depuis sa nouvelle orientation prise à partir de 1904-1905 et son affranchissement de l’influence de son maître Gustave Moreau.

À propos de Jacques Maritain, il évoque la rencontre « avant ou à peu près au moment où il connut Léon Bloy ». Georges Rouault et Jacques Maritain se sont rencontrés chez Bloy en juin 1905, un peu plus d’un an donc après la rencontre Bloy-Rouault. Une amitié sincère et indéfectible unit les deux hommes jusqu’à la mort du peintre en 1958, amitié longuement évoquée dans le livre de souvenirs que Raïssa Maritain publie à New York en 1941, Les Grandes amitiési.

Au-delà de cette amitié, Rouault fut aussi à l’origine de la réflexion philosophique de Maritain sur l’art. Le philosophe lui consacre plusieurs textes. Le premier, en 1910, signé du pseudonyme Jacques Favelle, est la préface au catalogue de l’exposition de la galerie Druet à Paris (21 février-5 mars 1910) ; c’est aussi le premier texte de Maritain sur l’art. D’autres suivent, comme en 1924 un article dans la Revue universelle du 15 mai à l’occasion d’une exposition rétrospective parisienne, toujours à la galerie Druet (22 avril-2 mai 1924) ; il est repris de façon abrégée en 1926 en préface à l’ouvrage Georges Rouault : peintre et lithographej, et intégralement en 1935 dans Frontières de la poésiek. C’est à ce texte que fait très vraisemblablement référence Rouault dans la lettre de 1941 lorsqu’il évoque le « charmant portrait que J. Maritain a bien voulu faire de [lui] ».

C’est en songeant à Rouault et à son œuvre que Maritain écrit son premier essai philosophique paru en 1920, Art et scolastique, et son œuvre majeure qui synthétise sa pensée sur l’art, Creative intuition in art and poetry parue en 1953 aux États-Unis avant d’être traduite en français en 1966 sous le titre L’intuition créatrice dans l’art et dans la poésiel. Il consacre un dernier texte à son ami peintre peu après la mort de celui-ci en 1958m.

La lettre autographe comprend également, sur trois feuillets et demi, six poèmes, « petits machins » qu’il suggère à son médecin de garder « en un coin » avant d’émettre l’hypothèse de les faire figurer dans un « Miserere de guerre inédit »n. Ces poèmes, alors partiellement inédits, seront publiés sous des formes reprises et corrigées en 1944 par Claude Roulet, admirateur et ami suisse de Rouault depuis 1936, dans Soliloqueso.

a. La bibliographie le concernant est abondante. Citons comme repères essentiels les ouvrages publiés par Fabrice Hergott ou sous sa direction : Rouault, Paris, Albin Michel, 1991 ; Rouault. Première période 1903-1920, catalogue de l’exposition présentée au Musée national d’art moderne-Centre Georges Pompidou, du 27 février au 4 mai 1992, Paris, Éditions du Centre Pompidou, 1992 ; Georges Rouault, « Forme, couleur, harmonie », catalogue de l’exposition présentée au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg du 10 novembre 2006 au 18 mars 2007, Strasbourg, Éditions des Musées de Strasbourg, 2006. À noter que la Fondation Georges Rouault annonce la publication en 2022 aux Éditions de l’Atelier contemporain d’un ouvrage consacré aux écrits du peintre.
b. La graphie du chiffre 1 de 1941 sur le manuscrit prête à confusion, mais l’enveloppe porte le cachet postal du 23 mai 1941.
c. Voir Geneviève Nouaille-Rouault, Georges Rouault, mon père, Paris, Éditions Le léopard d’or, 1998, p. 92-100.
d. Il réside et travaille dans cette localité jusqu’à la libération de Paris le 25 août 1944.
e. En 1941, Henri Matisse est hospitalisé à Lyon pour un cancer qu’on vient de lui diagnostiquer.
f. Nancy H. Yeide, « The Marie Harriman Gallery (1930-1942), in Archives of American Art Journal, 1999, vol. 39, n° 1/2 (1999), p. 2-11
g. La littérature consacrée à Maritain et à son œuvre est très abondante. On se référera à l’ouvrage de référence de Michel Fourcade : Feu la modernité ? Maritain et les maritainismes, 3 vol. , éditions Arbre bleu, 2021, qui propose une bibliographie actualisée (2020). La Bnu de Strasbourg conserve la bibliothèque et les archives privées du couple Maritain, dont la correspondance reçue de Georges Rouault et de Léon Bloy. Sur les relations entre Jacques Maritain, Léon Bloy et Georges Rouault, voir entre autres : Claude Lorentz, Florian Michel, Michel Fourcade (dir.), Maritain et les artistes. Rouault, Cocteau, Chagall…, Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, 2016.
h. Pierre Glaude : https://francearchives.fr/​fr/​commemo/​ recueil-2017/26288152. Page consultée le 8 février 2022.
i. Jacques et Raïssa Maritain vivent exilés à New York entre janvier 1940 et avril 1945, où ils prennent une part active à la résistance intellectuelle. Jacques Maritain est notamment un membre fondateur, le vice-président puis le président de l’École libre des hautes études qui réunit une grande partie de l’intelligentsia française repliée à New York. Voir Michel Fourcade, « Jacques Maritain inspirateur de la résistance », in Cahiers Jacques Maritain, n° 32, 1996, p. 14-57 et n° 64, 2012, p. 21-45 ; Emmanuelle Loyer, Paris à New York : intellectuels et artistes français en exil, 1940-1947, Paris, Grasset, 2005. Les Grandes amitiés paraissent une première fois à New York en 1941, aux Éditions de la Maison de France, puis à Paris, en 1949, chez Desclée de Brouwer. L’ouvrage est réédité à de nombreuses reprises et en plusieurs langues. Il figure dans : Jacques et Raïssa Maritain, Œuvres complètes, vol. XIV, Éditions universitaires Fribourg, Suisse / Éditions Saint-Paul, Paris, 1993, p. 618-808.
j. Paris, Galerie des peintres graveurs E. Frapier, 1926
k. Jacques Maritain, Frontières de la poésie et autres essais, Paris, L. Rouart et Fils, 1935. Également dans Jacques et Raïssa Maritain, Œuvres complètes, op. cit., vol. V, 1982, p. 759-765.
l. New York, Pantheon Books, 1953 pour la première édition américaine ; Paris, Desclée de Brouwer, 1966 pour la première édition française. Également dans Jacques et Raïssa Maritain, Œuvres complètes, op. cit., vol. X, 1985, p. 100-601.
m. Françoise Künzi le cite partiellement dans « Rouault et les Maritain, le cercle des philosophes », in Georges Rouault. Les chefs-d’œuvre de la collection Idemitsu, catalogue de l’exposition présentée à la Pinacothèque de Paris, 17 septembre 2008 – 18 janvier 2009, Paris, Éditions Pinacothèque de Paris, 2008, p. 145-147. Également dans : Jacques Maritain, « Hommage à Rouault », in Recherches et débats, 25 décembre 1958.
n. Rouault débute en 1917 une série de gravures sur cuivre destinées à une vaste fresque de la condition humaine en deux parties, Miserere et Guerre. Elle sortira en 1948 sous le seul titre de Miserere, formant un ensemble de 58 planches gravées et légendées par l’artiste, imprimées en grand format.
o. Georges Rouault, Soliloques, Neuchâtel, Ides et calendes, 1944

Haut de page

Notes

1 Nous retranscrivons ici le texte globalement sans modifications autres que d’éventuelles corrections orthographiques ; les modifications imposées par le sens sont signalées par des []. De même, on a ici ou là rajouté un signe de ponctuation (G. Rouault en utilisant très peu), afin de faciliter la lecture (note de l’éditeur).

2 La phrase est peu claire, avec un passage barré et illisible qui rattachait peut-être la fin au début, mais Rouault ou ne s’est pas relu, ou n’a pas pris la peine de se corriger (note de l’éditeur).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lettre autographe signée « G. Rouault »
Légende Avec six poèmes, [Golfe Juan, 23] mai 1941, au docteur Philippe Mariau à Nice ; 7 pages in-4 à l’encre violette, enveloppe (cote MS.6.605,16).
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/4068/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Rouault, « Une lettre autographe de Georges Rouault de 1941 »La Revue de la BNU, 25 | 2022, 104-107.

Référence électronique

Georges Rouault, « Une lettre autographe de Georges Rouault de 1941 »La Revue de la BNU [En ligne], 25 | 2022, mis en ligne le 10 mai 2022, consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/rbnu/4068 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rbnu.4068

Haut de page

Éditeur scientifique

Claude Lorentz

Conservateur, Bnu

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-SA 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search