Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21Le dossier : sauver, conserver, r...L'objetBlessés de guerre

Le dossier : sauver, conserver, reconstituer
L'objet

Blessés de guerre

Daniel Bornemann, Conservateur et Bnu
p. 104-107

Texte intégral

  • 1 Sur ces déménagements successifs, voir : De Strasbourg à Göttingen : retour sur une histoire oubli (...)

1La Seconde Guerre mondiale a été pour la Bnu une épreuve très difficile. L’institution a subi de plein fouet, tout comme sa région d’implantation, la violence de cette période, peut-être pas d’une manière aussi terrible que certaines autres régions du globe, sans destruction aussi massive et irrémédiable que dans d’autres cas, sans disparaître par fait de guerre, comme les bibliothèques de Strasbourg soixante-quatorze ans plus tôt, mais en gardant de graves blessures, des séquelles considérables et des traumatismes importants. Si ses collections avaient été mises à l’abri dès le déclenchement des hostilités, avec même une répétition générale en 1938, ces abris n’ont pas tous été une garantie de sécurité. L’optimisme démesuré de l’hitlérisme sur sa propre durée a abouti au redéploiement de la bibliothèque dans son bâtiment propre, quand on crut la guerre finie, en 19411. Le destin a rattrapé la collection, notamment lors du bombardement du 25 septembre 1944, et les combats qui ont eu lieu en Alsace n’ont pas épargné certains dépôts où avaient temporairement été stockés les fonds.

Hans von Gersdorff, Feldtbuch der Wundt Artzney, Francfort-sur-le-Main, Hermann Gülfferich, 1551

Hans von Gersdorff, Feldtbuch der Wundt Artzney, Francfort-sur-le-Main, Hermann Gülfferich, 1551

Coll Bnu, clichés JPR-Bnu. CC-BY-NC-SA

2Dans la petite ville de Barr, au piémont des Vosges, avaient été mises en sécurité les collections de livres de médecine de l’université de Strasbourg. Elles s’y trouvaient encore le 28 novembre 1944 lorsque le feu, causé par des combats terrestres entre Américains et Allemands, les y détruisit. Cette collection très développée, issue de la bibliothèque de l’Académie de Strasbourg, qui avait échappé à l’incendie de 1870, fut victime de l’incendie de son lieu de stockage. Une opération de récupération de volumes point trop endommagés a été menée par le personnel de la bibliothèque, et certains livres ont pu être sauvés. C’est le cas d’un livre du 16e siècle, une édition du Feldtbuch der Wundt Artzney (Manuel de terrain de médecine militaire) de H. von Gersdorff, édition de 15512 dont l’exemplaire encore conservé porte la trace du feu, la brûlure heureusement stoppée à temps, que nous montrons ici (voir ill. ci-dessus)3.

Le Journal des savants, année 1863. Volume atteint par un éclat

Le Journal des savants, année 1863. Volume atteint par un éclat

Coll Bnu, clichés JPR-Bnu. CC-BY-NC-SA

3Le 25 septembre 1944, un des bombardements de la ville de Strasbourg par les Alliés atteint l’aile nord du bâtiment principal de la Bnu, alors dénommée « Universitäts– und Landesbibliothek ». Les livres de plusieurs étages des magasins sont directement touchés par l’explosion, puis par l’écroulement des structures de stockage. Là, les traumatismes sont différents : le feu n’a pas pris mais les dégâts mécaniques, pour utiliser cet euphémisme, sont immenses. Il s’agissait de collections de thèses, de livres sur l’histoire de l’art et de revues scientifiques généralistes. Ces documents subsistent encore dans les collections de la Bnu. Certains, mais trop peu, ont été restaurés, d’autres non, d’autres encore remplacés depuis par des exemplaires intacts. On peut donc trouver dans certaines sections des magasins des volumes portant ces profondes blessures, qui évoquent toute la violence de l’éclatement d’un engin de guerre et les effets de la pénétration d’éclats dans le corps d’un livre. Nous montrons ici, par exemple, l’année 1863 du Journal des savants (voir ill. ci-dessus), frappé dans son corps d’ouvrage, et l’année 1925 de la Revue critique d’histoire et de littérature, atteinte sur sa tranche de gouttière et sur le plat inférieur de sa reliure (voir ill. ci-dessous).

Revue critique d’histoire et de littérature, année 1925

Revue critique d’histoire et de littérature, année 1925

Coll Bnu, clichés JPR-Bnu. CC-BY-NC-SA

4Pourtant le feu, peut-être celui de l’explosion elle-même, bref mais intense, a brûlé les dos de certains volumes d’histoire de l’art. Le cuir a ainsi rétréci en surface, se recroquevillant et déformant les dos des reliures (voir ill. ci-dessous). Plusieurs exemples de ce phénomène hantent les magasins de la Bnu, et ce sont souvent de grands volumes contenant des planches gravées ou des reproductions de diverses techniques, de beaux livres que leurs éditeurs avaient fait réaliser avec art. Ces ouvrages ne sont pas morts, ils sont gravement blessés ; ils peuvent être restaurés, mais le plus souvent leur reliure d’origine sera perdue.

Ouvrage d’histoire de l’art : le cuir du dos s’est rétracté

Ouvrage d’histoire de l’art : le cuir du dos s’est rétracté

Coll Bnu, clichés JPR-Bnu. CC-BY-NC-SA

  • 4 Voir Claude Lorentz, « Le second après-guerre : relèvement et restructurations (1945-1960) », in B (...)

5Le bilan des destructions de 1944 est, en fin de compte, quantitativement aussi important que celui d’août 1870 : 309 000 volumes d’après l’estimation la plus précise4. Ce ne sont ni des incunables, ni des manuscrits, ce ne sont en général pas des livres très anciens ni très précieux qui ont péri ou ont été abîmés, car ces trésors avaient bénéficié de lieux de mise en sécurité moins exposés. Il s’en faut de très peu cependant pour qu’un livre soit classé dans telle ou telle série (en l’occurrence dans les réserves de livres précieux ou dans le fonds général). Le Feldtbuch de Gersdorff existe en cinq exemplaires d’éditions strasbourgeoises du 16e siècle dans les réserves de la Bnu. Celui qui n’avait pas été édité à Strasbourg, mais à Francfort-sur-le-Main (1551), était resté dans le fonds général et a subi le sort des collections courantes de médecine. Il est à présent conservé sous une cote de réserve au Service des bibliothèques de l’Université de Strasbourg.

6Il n’y a pas eu de victimes parmi le personnel de la Bnu, si l’on ne parle que de pertes en vies humaines. Des blessures morales, des atteintes psychiques, c’est autre chose. Le spécialiste de l’histoire de la médecine Ernest Wickersheimer, administrateur de la Bnu avant et après 1945, a dû souffrir en voyant le désastre de Barr et pour tout bibliothécaire, retrouver ces immenses collections atteintes d’une telle façon engendre sans doute de très sombres pensées. Reconstituer après le désastre l’œuvre des générations précédentes permet peut-être à l’esprit et à l’âme de surmonter par le travail les séquelles et les traumatismes de ces blessures de guerre.

Haut de page

Notes

1 Sur ces déménagements successifs, voir : De Strasbourg à Göttingen : retour sur une histoire oubliée = Von Strassburg nach Göttingen : eine fast vergessene Geschichte / sous la dir. de Christophe Didier, Strasbourg, Éd. de la Bnu, 2013

2 https://www.numistral.fr/fr/tresors/feldtbuch-der-wund-artzney-de-hans-von-gersdorff ou https://docnum.unistra.fr/digital/collection/coll8/id/1597/rec/1

3 Sa cote est JR.12.238. Voir sur ces destructions : Henri Dubled, Histoire de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, Strasbourg, Bulletin de la Société académique du Bas-Rhin, 1973 (2e éd.), p. 42-43 ; Métamorphoses : un bâtiment, des collections, Christophe Didier et Madeleine Zeller (dir.), Strasbourg, Éd. de la Bnu, 2015, p. 109-114 ; Bibliothèques Strasbourg origines-XXIe siècle, Frédéric Barbier (dir.), Strasbourg, Éd. de la Bnu, Paris, Éd. des Cendres, 2015, p. 291-333. Ces deux derniers ouvrages comportent une importante iconographie sur le sujet.

4 Voir Claude Lorentz, « Le second après-guerre : relèvement et restructurations (1945-1960) », in Bibliothèques Strasbourg origines-XXIe siècle, op. cit., p. 309-339, où sont donnés les chiffres précis par séries de cotes, avec la mention des quantités de volumes « réparables ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Hans von Gersdorff, Feldtbuch der Wundt Artzney, Francfort-sur-le-Main, Hermann Gülfferich, 1551
Crédits Coll Bnu, clichés JPR-Bnu. CC-BY-NC-SA
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/5434/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 983k
Titre Le Journal des savants, année 1863. Volume atteint par un éclat
Crédits Coll Bnu, clichés JPR-Bnu. CC-BY-NC-SA
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/5434/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 991k
Titre Revue critique d’histoire et de littérature, année 1925
Crédits Coll Bnu, clichés JPR-Bnu. CC-BY-NC-SA
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/5434/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Ouvrage d’histoire de l’art : le cuir du dos s’est rétracté
Crédits Coll Bnu, clichés JPR-Bnu. CC-BY-NC-SA
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/5434/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 906k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Bornemann, Conservateur et Bnu, « Blessés de guerre »La Revue de la BNU, 21 | 2020, 104-107.

Référence électronique

Daniel Bornemann, Conservateur et Bnu, « Blessés de guerre »La Revue de la BNU [En ligne], 21 | 2020, mis en ligne le 01 mai 2020, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/rbnu/5434 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rbnu.5434

Haut de page

Auteurs

Daniel Bornemann

Articles du même auteur

Conservateur

Bnu

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search