Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Éditorial

Éditorial

Alain Colas et Christophe Didier
p. 5

Texte intégral

1Quoique, comme le dit le philosophe, rien ne tombe quand tout tombe, on ne saurait nier que les établissements éducatifs, scientifiques et culturels vivent des moments compliqués. Nous avons pu déjà évoquer, au cours de ces éditoriaux, les mutations liées à l’irruption de l’informatique et du numérique qui ne sont rien moins qu’évidentes et ont des conséquences, du point de vue cognitif, qu’on ne mesurera sans doute qu’à l’aune d’une génération. Les bibliothèques sont là concernées au premier chef. Mais ce sont des mutations de long terme... Avec la pandémie qui s’étire toujours, puis la crise énergétique née de la guerre en Ukraine, c’est notre quotidien immédiat qui est frappé, et nous enjoint des réactions tout aussi immédiates – une chose que n’aiment guère des établissements habitués à raisonner sur le temps long, et dont c’est d’ailleurs la vocation.

2Entre fermetures annoncées ici et là, difficultés à maintenir des budgets constants et donc, à bâtir de vraies politiques, nous ne souhaitons cependant pas baisser les bras. Au moment où paraît ce numéro de La Revue consacré aux carnets d’artistes, nous nous rappelons que Strasbourg a été désignée, pour 2024, capitale mondiale du livre et que la Bnu, qui avait en son temps lancé cette idée, entend bien accompagner cette reconnaissance. Parmi les actions prévues figure la valorisation d’un achat récent, celui du fonds du graphiste, typographe et illustrateur Jean Alessandrini, reflet d’une vie de création au service du livre. L’accueil d’archives de créateurs (en entendant ici archives au sens large) s’inscrit de plus en plus dans notre politique documentaire et participe de cette diversité des matériaux d’étude qu’ont toujours revendiquée les bibliothèques. Avec les fonds témoignant des processus créatifs de musiciens (Paul Méfano), de dramaturges (André Pomarat) ou d’écrivains (avec le fonds des éditions Arfuyen) – pour ne parler que des acquisitions les plus récentes –, sommes-nous d’ailleurs si loin des carnets d’artistes ?

3Quand (pour parler comme Léo Ferré) « les temps sont difficiles », il importe de ne pas perdre sa boussole. Les récents développements autour de la collection Jacques Doucet sont là pour nous rappeler l’importance de nos établissements dans la préservation du patrimoine culturel. La fréquentation des bibliothèques, que ce soit dans les salles de lecture ou lors des événements des saisons culturelles, nous renvoie par ailleurs à nos responsabilités dans la diffusion d’une information vérifiée et présentée de façon objective. Tout comme l’équipe de chercheurs internationale réunie dans ce numéro a « fait parler » des carnets d’artistes, de la même façon, nous devons rendre intelligibles les documents que nous préservons, par leur bonne conservation et leur mise à disposition dans des locaux ouverts et adaptés. C’est notre défi à relever en temps de crise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Colas et Christophe Didier, « Éditorial »La Revue de la BNU, 26 | 2022, 5.

Référence électronique

Alain Colas et Christophe Didier, « Éditorial »La Revue de la BNU [En ligne], 26 | 2022, mis en ligne le 10 janvier 2023, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/rbnu/6069 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rbnu.6069

Haut de page

Auteurs

Alain Colas

Directeur de la Bnu

Articles du même auteur

Christophe Didier

Rédacteur en chef

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search