Navigation – Plan du site
L'objet : un pinax en diptyque, ou le catalogue d'une bibliothèque des 15e et 16e siècles présenté sur des panneaux de bois

Un pinax en diptyque, ou le catalogue d’une bibliothèque des 15e et 16e siècles présenté sur des panneaux de bois

Daniel Bornemann
p. 84-87

Texte intégral

Un pinax en diptyque, ou le catalogue d’une bibliothèque des 15e et 16e siècles présenté sur des panneaux de bois

Un pinax en diptyque, ou le catalogue d’une bibliothèque des 15e et 16e siècles présenté sur des panneaux de bois

Cliché Jean-Pierre Rosenkranz

1L’objet qui nous occupe est le catalogue des livres légués à l’hôpital de Nördlingen par Johann Protzer, docteur en droit, au début du 16ème siècle. Il consiste en deux feuillets de papier, collés sur deux panneaux en bois. Les feuillets mesurent 570 x 390 mm. Le bâti de bois mesure 625 x 435 x 62 mm. C’est un des très rares exemples subsistants de ce qu’on appelle un catalogue sur « pinax ».

2Mais tout d’abord, qui est Johann Protzer ? Ce juriste et amateur de livres est né vers 1470, dans une famille de dignitaires municipaux de Nördlingen, en Bavière. Il étudia les sciences juridiques à Ingolstadt en 1487 et 1488, puis poursuivit ses études en Italie de 1490 à 1497. C’est au cours de ces études qu’il s’est procuré un grand nombre de livres. À nouveau en Allemagne dès 1500, il devint juriste à Nuremberg et fut membre du Grand Conseil de cette ville. Il mourut en 1528.

3Ce grand lecteur a accumulé les incunables de sa bibliothèque au cours de ses années d’études, notamment en Italie. Il a poursuivi jusqu’à sa mort ses achats de livres. Sur la plupart d’entre eux, il a noté les circonstances de l’achat et le prix de l’ouvrage. Ce fait en lui seul a retenu l’attention des historiens du livre, et constitue un ensemble d’indications précieuses sur le commerce du livre au 15ème siècle.

4Après sa mort, il fit don de sa collection à l’hôpital du Saint-Esprit de Nördlingen. Cet hospice municipal accueillait les pauvres et les malades et vivait de la munificence des bourgeois de la ville, soit en argent, soit en biens. Protzer lui léga donc sa bibliothèque. Les pauvres et les malades ont-ils pu profiter de son contenu ? Ce qu’on sait, c’est que cette collection a ensuite été partagée entre la « Ratsbibliothek » (ou bibliothèque communale) et la bibliothèque de la paroisse Saint-Georges. Au 19ème siècle, en 1859 plus précisément, la paroisse et la municipalité de Nördlingen mirent en vente les livres, ce qui aboutit à une dispersion considérable du fonds à travers le monde. On trouve des incunables et livres anciens ayant appartenu à J. Protzer jusqu’en Amérique, dans de grandes bibliothèques, mais quelques-uns sont restés tout de même à Nördlingen. Quoi qu’il en soit, l’histoire de la bibliothèque de la commune de Nördlingen commence par ce legs de Protzer, et ce catalogue sur panneaux est donc son premier catalogue. Dès 1532, un autre don augmenta la collection, suivi par d’autres encore. Le premier catalogue devint par conséquent assez vite obsolète ou incomplet, mais poursuivit sans doute son existence en tant que témoignage de la donation de Protzer.

5Au moment du don, prévoyant son décès, Johann Protzer a donc écrit de sa main le catalogue de sa bibliothèque, sur deux grands feuillets de papier qui furent collés sur deux panneaux de bois reliés par des charnières (dont subsiste l’une en métal, ancienne, alors que l’autre est un dispositif en cuir apparemment plus récent). Il forme un diptyque qui était, semble-t-il, destiné à être accroché à autre chose, puisqu’un anneau de suspension subsiste sur le haut d’un des volets. Nous pensons que ce catalogue a été conçu sous cette forme pour être accroché, en position ouverte ou fermée, à un mur ou à un support vertical. En effet, un second anneau de suspension a dû exister puisqu’il reste, dans l’épaisseur de la planche de gauche, le trou qu’une vis a laissé, juste en face de l’anneau qui subsiste sur le volet droit. L’usure du bois est importante et on remarque que le coin inférieur droit est plus « lustré » que le reste, signe que c’est par là qu’on ouvrait et fermait ce boîtier. Il y avait une étiquette sur le panneau de gauche, aujourd’hui absente, ce qui donne une indication quant à la position fermée du diptyque. Les baguettes d’encadrement et la teinte sombre du bois sur cette face attestent que le catalogue était présenté fermé, et qu’on pouvait l’ouvrir lorsqu’on en avait besoin. Ce boîtier avait certainement pour fonction première de protéger la liste manuscrite des ouvrages composant le legs, protection contre la lumière du soleil, contre la suie, la poussière. Les feuillets ont tout de même bien souffert de diverses avanies, comme on peut le voir.

6Ce document d’un genre particulier, un des rares exemples de ce type de dispositif étant parvenu jusqu’à nous, a été publié par Ernest Wickersheimer dès 1921 dans la Revue des bibliothèques. La transcription du catalogue et quelques précisions quant aux auteurs sont proposées dans l’article. Wickersheimer signale aussi les ouvrages qui ont été reliés ensemble, pour former ce que l’on appelle des « recueils factices ». C’est là un aspect intéressant de plus : quels ouvrages reliait-on volontiers ensemble sous une même couverture ? En l’occurrence, les recueils factices sont au nombre de 26. L’identification d’un exemplaire et de sa provenance peut être facilitée par le fait qu’il est ici « relié avec » tel autre ouvrage, et signalé comme tel dans une liste ou un catalogue. Celui qui nous occupe ne donne pas de cotes pour les livres. Ceux-ci étaient-ils disposés sur les étagères, en suivant l’ordre de la liste ? Avaient-ils des étiquettes visibles sur les dos, les plats ; les tranches indiquaient-elles les titres et les auteurs ? Autant de questions qui appelleraient une étude plus approfondie des exemplaires subsistants, dispersés, comme on l’a vu, dans le monde entier.

7Il est aussi remarquable que le donateur ait songé à mettre sa liste sous forme de diptyque. En effet, ce dernier a souvent été utilisé dans le contexte de donations. Ainsi, parfois, un des volets représentait le donateur et l’autre le destinataire symbolique (par exemple un saint ou une sainte). Dans l’Antiquité, les tablettes de cire sur lesquelles on écrivait étaient des diptyques, et par dérivation des décrets étaient, dans certaines occasions, présentés sous cette forme bipartite. Le dictionnaire Quillet, à l’article « diptyque », mentionne bien l’usage médiéval d’inscrire sur ce type de dispositif les listes des martyrs, des confesseurs, les noms des protecteurs et des bienfaiteurs, par exemple d’une église. Il cite également, sans être très précis, l’usage de ce mot pour désigner « toute espèce de catalogues » dans les milieux ecclésiastiques. Nous en avons ici trouvé un exemple concret.

8Un autre concept nous permet d’appréhender cette présentation particulière d’un catalogue : celui de « pinax ». Ce terme désigne de manière assez générale un plateau, une planche, planchette, plaque, panneau ou encore un tableau (d’où le terme « pinacothèque », par exemple). Or on sait que le catalogue de l’antique bibliothèque d’Alexandrie a été dressé par Callimaque sur des « pinakes », et que ce terme désignait le catalogue lui-même. Comment se présentaient ces « pinakes » ? Quelle taille avaient-ils ? On en sait très peu de chose. Mais l’idée est bien la même que celle qui a conduit à l’élaboration de la liste dressée par le collectionneur allemand.

9On reconnaît la belle culture humaniste d’un Johann Protzer dans cette volonté qu’il eut de présenter sa donation sous cette forme particulière, qui a ses racines dans l’Antiquité et dans la tradition médiévale. Qu’en est-il du classement des livres sur ce diptyque ? Protzer divise sa collection en cinq catégories : théologie, arts et médecine, droit canonique, droit civil (appelé droit impérial) et humanités. Le nombre total des volumes ou des titres restera un mystère puisque dans une note écrite de sa main, mais après avoir dressé le catalogue, Protzer écrit qu’en plus de cela (en théologie), il a ajouté tel et tel livre, mais aussi plusieurs autres opus- cules de Luther et de ses émules. À lire la liste des ouvrages qui nous est parvenue, on est impressionné par cette belle bibliothèque d’incunables et de livres du tout début du 16ème siècle, en particulier par l’imposante série littéraire qui embrasse l’Antiquité, mais aussi l’humanisme contemporain du collectionneur, et même les « best-sellers » de l’époque : la Nef des fous et les œuvres d’Erasme.

Un pinax en diptyque, ou le catalogue d’une bibliothèque des 15e et 16e siècles présenté sur des panneaux de bois

Un pinax en diptyque, ou le catalogue d’une bibliothèque des 15e et 16e siècles présenté sur des panneaux de bois

Cliché Jean-Pierre Rosenkranz.

Haut de page

Bibliographie

Wickersheimer, Ernest, « Catalogue des livres légués par Jean Protzer, docteur de l’un et l’autre droit, à l’Hôpital du Saint-Esprit de Noerdlin- gen (1528) », in Revue des bibliothèques, n° 31/31, 1920-1921, p. 165-173. Visible à l’adresse http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k920615d/f191.higres

Amelung, Peter, « Nochmals zur Bibliothek des Johannes Protzer aus Nördlingen : ein ergänzender Beitrag zur Kenntnis spätmittelalterlicher Büchersammlungen », in Gutenberg-Jahrbuch, 1981, p. 277-283

Hobson, Anthony, « A German Student in Italy: His Books and Bindings », in Mélanges d’histoire de la reliure offerts à Georges Colin, dir. Claude Sorgeloos, Bruxelles, 1998, p. 87-99

Voges, Dietmar-Henning, « Nördlingen », in Handbuch der historischen Buchbestände in Deutschland: Bayern I-R, dir. E. Dünninger, I. Holtmeier, Hildesheim, 1996, p. 97-104

Wagner, Bettina, « Nürnberger Büchersammler um 1500. Inkunabeln aus dem Besitz von Christoph Scheurl und einigen seiner Zeitgenossen in Oxforder Bibliotheken », in Mitteilungen des Vereins für Geschichte der Stadt Nürnberg, 82 (1995), p. 69-87

Dane, Joseph A., « Additional Incunables of Johannes Protzer in the Huntington Library », in The Papers of the Bibliographical Society of America, 95, n° 3 (septembre 2001), p. 349-353

Rhodes, Dennis E., « A fifteenth-century German book collector in Italy: Johannes Protzer », in Forty-three studies in bibliography presented to Prof. Dr. Wytze Hellinga, Amsterdam, Nico Israel, 1980, p. 435-440

Bezzel, Irmgard, article « Protzer, Johannes », in Lexikon des gesamten Buchwesens, vol. VI, p. 118

Le catalogue de la bibliothèque de Johann Protzer porte la cote MS.3.668.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Un pinax en diptyque, ou le catalogue d’une bibliothèque des 15e et 16e siècles présenté sur des panneaux de bois
Crédits Cliché Jean-Pierre Rosenkranz
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/629/img-1.png
Fichier image/, 774k
Titre Un pinax en diptyque, ou le catalogue d’une bibliothèque des 15e et 16e siècles présenté sur des panneaux de bois
Crédits Cliché Jean-Pierre Rosenkranz.
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/629/img-2.png
Fichier image/, 630k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Bornemann, « Un pinax en diptyque, ou le catalogue d’une bibliothèque des 15e et 16e siècles présenté sur des panneaux de bois », La Revue de la BNU, 18 | 2018, 84-87.

Référence électronique

Daniel Bornemann, « Un pinax en diptyque, ou le catalogue d’une bibliothèque des 15e et 16e siècles présenté sur des panneaux de bois », La Revue de la BNU [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rbnu/629

Haut de page

Auteur

Daniel Bornemann

Conservateur, BNU. Direction de la conservation et du patrimoine

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg
  • OpenEdition Journals