Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Dossier : Bibliothèques et imagin...Représentations artistiquesMatérialités des bibliothèques da...

Dossier : Bibliothèques et imaginaire
Représentations artistiques

Matérialités des bibliothèques dans l’art contemporain

Isabelle Le Pape
p. 28-41

Texte intégral

1Dès 1844, dans The Pencil of nature (voir ill. ci-dessous), le photographe anglais William Henry Fox Talbot réalisait un ouvrage dans lequel il proposait une vue de bibliothèque accompagnée d’un texte. Le lecteur découvrait des livres dont le dos était illisible, témoignant d’une vision de la bibliothèque comme lieu de silence et de mystère. Cette vue photographique, qui relève d’une approche documentaire, est la première d’une série de représentations liées à l’univers du livre en photographie et va inspirer de nombreuses démarches de recensement au cours du 20e siècle. Depuis les années 1960 et l’apogée de l’art conceptuel, les références aux notions de classement et d’archivage ont pris une valeur nouvelle pour de nombreux artistes. Qu’est-ce qui motive un artiste à s’emparer du motif de la bibliothèque ou à faire référence à l’environnement documentaire des bibliothèques dans son œuvre ? Pour quelles raisons les artistes s’emparent-ils des structures d’étagères comportant des livres ou vidées de leur contenu ?

William Henry Fox Talbot, The Pencil of Nature, 1844

William Henry Fox Talbot, The Pencil of Nature, 1844

Coll. Metropolitan Museum of Art. Gift of Jean Horblit, in memory of Harrison D. Horblit, 1994, The Met

2Une réflexion historique et critique sur ces dispositifs liés à l’imaginaire des bibliothèques apparaît nécessaire alors que l’on assiste à une fétichisation progressive des archives. Le public, parfois convié à consulter des ouvrages qui sont présentés dans des espaces d’une typologie nouvelle, éprouve-t-il une proximité soudaine avec l’œuvre ou appréhende-t-il ces installations avec la même familiarité qu’en fréquentant des bibliothèques de lecture publique ? Ces jeux de présentation de bibliothèques ont-ils pour but d’ouvrir l’espace de l’œuvre et celui de la galerie vers un environnement bibliothéconomique ? Si la relation des artistes au livre et à son univers est présente dès les premiers incunables, l’exploitation plastique de leur matérialité et du monde bibliothéconomique est relativement plus récente et mérite d’être explorée afin de saisir les enjeux qui se posent, pour les œuvres comme pour le public et les métiers du livre.

Les artistes et le livre

3La relation de nombreux artistes contemporains à l’archivage a récemment été questionnée1, mais il en va autrement du lien des artistes au monde des bibliothèques. Au-delà de la représentation de la bibliothèque en tant qu’objet et que lieu, c’est toute une culture du livre, de sa conservation et de sa médiation qui est convoquée. Peu d’études abordent encore cette relation, que les historiens envisagent généralement sous l’angle des bibliothèques d’artistes2. Qu’elles soient personnelles, publiques ou restées en mains privées, « accessibles ou disparues, inventoriées ou virtuelles, secrètes ou référencées »3, ces bibliothèques, élaborées par des artistes modernes ou contemporains, témoignent d’une affinité entre la gestation de l’œuvre et l’univers du livre. Dès la période cubiste, des artistes s’emparent de ce dernier comme matériau de leurs œuvres en incorporant des pages ou des fragments textuels sur leurs toiles, comme l’Allemand Kurt Schwitters qui en intègre dans son Merzbau, ou encore Picasso, Braque et Juan Gris, qui soulignent la banalité du livre et des bibliothèques dans leurs compositions et collages, rappelant l’environnement quotidien de l’atelier et témoignant de « la concomitance entre une pratique artistique et une pratique intellectuelle, qui se répondent en se regardant et s’associant »4.

Candida Höfer, Biblioteca dei Girolamini Napoli IV, 2009. C-print, 120 x 126 cm

Candida Höfer, Biblioteca dei Girolamini Napoli IV, 2009. C-print, 120 x 126 cm

© Candida Höfer/ VG Bild-Kunst, Bonn

  • 5 Op. cit., p. 20

4Comme le remarque Martine Poulain, « les artistes de la modernité […] n’ont cessé de mettre et de remettre en jeu la part du livre, livre-source ou livre-cible, idolâtré, instrumentalisé, réifié, disséminé »5. Lorsque les artistes s’emparent du livre pour en faire le support d’une réflexion sur l’acte de création, ils hésitent à incarner la figure de l’artiste-archiviste ou de l’artiste-bibliothécaire, qui est relativement récente et mérite d’être interrogée au prisme de l’histoire de la bibliothéconomie. Or l’univers des bibliothèques semble rarement exploré par les artistes du 20e siècle, comme si ce monde restait hermétique à celui de l’art. Il convient donc de revenir sur quelques démarches d’artistes qui ont joué avec la mise en scène de livres, préparant ainsi la voie à l’exploration des questions de stockage et de classification et à une réflexion sur les typologies de structures architecturales des bibliothèques.

Typologies de bibliothèques

5Si certains artistes fétichisent les conditions de conservation pour renforcer le caractère conceptuel de leurs dispositifs, il en va autrement pour la photographe allemande Candida Höfer, qui s’intéresse moins aux fonctions de conservation qu’aux éléments formels et architecturaux des bibliothèques qu’elle photographie à travers le monde. Dans plusieurs séries, la photographe donne à voir ces institutions avec distance, privilégiant des vues des bâtiments lorsqu’ils sont vidés de leurs lecteurs et de leurs personnels. La série Der Traum der Bibliothek (Le rêve de la bibliothèque ; voir ill. ci-dessus) dévoile non seulement une fascination pour les livres et les bibliothèques, mais souligne des différences d’organisation, qu’il s’agisse de bibliothèques patrimoniales européennes comme la Bibliothèque nationale de France dont la salle Labrouste présente une géométrie précise, privilégiant l’éclairage zénithal et une circulation fluide qui favorise l’accès aux livres, ou de bibliothèques de musées et d’institutions, comme à la Villas Médicis. Höfer s’intéresse également aux bibliothèques monastiques baroques, dont les intérieurs surchargés inspirent plus la contemplation que la lecture, et photographie également des bâtiments de style moderniste, comme les intérieurs fonctionnels des bibliothèques universitaires américaines. Chacun des bâtiments photographiés témoigne d’usages différents face aux collections et présente des lieux où les interactions sont plus ou moins favorisées avec le public, qui est parfois tenu à distance de superbes ouvrages conservés dans des édifices très variés. Influencée par la démarche des photographes issus de la Nouvelle objectivité Bernd et Hilla Becher, Höfer capture les moindres détails de l’intérieur de grandes bibliothèques en utilisant la technique de la chambre grand format.

Thibaud Poirier, Bibliothèque nationale de France, salle Ovale, série « Libraries », 2022

Thibaud Poirier, Bibliothèque nationale de France, salle Ovale, série « Libraries », 2022

© Thibaud Poirier

6Certains voient dans cette valorisation des bibliothèques une quête effrénée pour en faire l’archivage, en reprenant la démarche des Becher, qui recensaient le patrimoine industriel en ruine dans des régions au fort passé industriel, comme si Höfer craignait une disparition des bibliothèques face au développement du numérique. Cette approche, qui inspire d’autres photographes comme Thibaut Poirier (voir ill. ci-dessus), la conduit à interroger la relation du livre à la bibliothèque en donnant à voir des espaces évoquant la bibliotheca mundi comme l’a pensée Borges, une « bibliothèque qui comporte tous les mondes possibles »6. Chez Höfer, en effet, elle est le lieu d’une expérience particulière, celle où se produit une interférence de la vie et de la science, de la philosophie et du quotidien, le tout capturé avec une neutralité qui n’efface pas la grandeur des lieux. Il en va de même pour Andreas Gursky, photographe allemand issu lui aussi de la mouvance de la Nouvelle objectivité, dont les vues froides et distanciées de bibliothèques7 soulignent les détails architecturaux de ces grands espaces soigneusement documentés. Sa vue de la bibliothèque publique de Stockholm insiste sur une surface hémisphérique totalement remplie de livres de manière quasi irréelle, tant la retouche numérique ôte les détails véritables du lieu pour en faire une vision archétypale.

Classer, archiver, exposer

  • 8 Anne Mœglin-Delcroix, Esthétique du livre d’artiste, 1960-1980, Marseille, FRAC Provence-Alpes-Côt (...)
  • 9 Muriel Pic, Les désordres de la bibliothèque, Trézélan, Filigranes, 2010, p. 64
  • 10 Anne Mœglin-Delcroix, op. cit., p. 123

7En s’appropriant le livre comme objet, les artistes rompent avec la tradition des beaux-arts et nouent des liens inédits avec un autre medium et sa tradition propre8 pour ouvrir l’œuvre vers de nouveaux dispositifs. Durant les années 1960, Raymond Hains expose des valises comportant des livres, des boîtes de diapositives et des photographies, qui font office de bibliothèques de voyage. Il convoque ainsi le thème de la bibliothèque et son imaginaire, qui « s’étend entre les signes, de livre à livre »9. Ce dispositif portatif fait de matériaux composites juxtaposés permet à l’artiste d’intégrer et de présenter des notes, des citations, des reproductions de couvertures, des photographies et de montrer son environnement quotidien, lequel participe au processus de création. Comme le rappelle Anne Moeglin-Delcroix, « il est compréhensible que de proche en proche, du livre collectif à la boîte, on en arrive à la valise. Elle est fréquente chez les artistes Fluxus, qu’il s’agisse de présenter un travail collectif ou individuel »10. À travers la présentation de valises-bibliothèques, Hains propose un travail autour de la collecte d’objets et de documents en procédant à des activités qui fondent les principes de la pratique artistique : la collecte et l’archivage. Notons que ces activités sont également rattachées au monde bibliothéconomique. D’autres artistes vont plus loin en se rapprochant du monde des bibliothèques et de ses pratiques. Initiant une relation nouvelle aux modalités de classement des ouvrages, le groupe d’origine anglaise Art & Language organise une large part de sa production artistique, très formelle, autour de processus d’édition et de la conception de salles de consultation. Il expérimente ainsi des prototypes d’installations qui font écho aux structures de rangement propres aux archives et aux bibliothèques. Comme le rappelle Anne Bénichou :

  • 11 Anne Bénichou, Ouvrir le document : enjeux et pratiques de la documentation dans les arts visuels (...)

Une des orientations les plus radicales et les plus neuves de l’art depuis les années 1960 a consisté, on le sait, à développer des stratégies artistiques qui empruntent à la documentation ses méthodes d’inventaire, d’archivage et de conservation des données, en relation notamment, sinon exclusivement, avec les œuvres éphémères et/ou conceptuelles11.

  • 12 Kate Linker, « Le livre d’artiste comme espace alternatif. 1980 », in Nouvelle revue d’esthétique, (...)

8Ces emprunts récurrents de procédures liées à l’archivage et aux inventaires s’ajoutent aux différentes modalités d’appropriation du document par les artistes de la seconde moitié du 20e siècle. L’esthétique propre à l’art conceptuel repose sur des emprunts aux modalités de classement et de présentation de livres en bibliothèque, qu’il s’agisse d’étagères, de boîtes à livres, de rayonnages ou de salles de lecture, pour Sol LeWitt, Mel Bochner, Robert Morris et Dan Graham. Dès 1967, quand « le premier des livres de Sol LeWitt fut suivi des textes d’Art & Language en Angleterre, la situation du livre en tant qu’art et du livre en tant qu’exposition sembla claire »12, comme le rappelle Kate Linker. En 1968, le marchand Seth Siegelaub commença à organiser des expositions autour de travaux comportant des livres disposés dans l’espace de la galerie et édita un livre d’artiste, le Xerox Book, en 1970. Celui-ci contenait des travaux sériels d’artistes conceptuels, tels que Joseph Kosuth ou Sol LeWitt. Cette initiative fut suivie de l’exposition « Information » au Musée d’art moderne de New York en 1970, qui renforça le rôle du livre dans l’espace de l’exposition. À cette occasion, Joseph Kosuth proposa une salle de lecture installée dans le musée et rassembla une sélection d’ouvrages à consulter sur place. Intitulée Information Room (Special Investigation), cette installation permettait au public de s’installer et de lire des livres théoriques rassemblés par l’artiste dans cette salle de lecture temporaire. Cet espace immersif se voulait un lieu permettant d’accéder au processus de création de l’œuvre à travers une documentation ayant inspiré l’artiste, tout en reprenant les codes des usages liés aux bibliothèques et aux salles de consultation d’archives. En créant une bibliothèque temporaire d’ouvrages de référence, l’artiste commençait à investir l’idée d’une bibliothèque comme lieu de l’art, idée qui sera reprise par d’autres durant les années 1990.

9On le voit, les premières références à des bibliothèques dans l’art contemporain ont été introduites par les artistes du mouvement Fluxus ou issus du courant de l’art conceptuel, qui ont eu à cœur d’incorporer la pratique documentaire et le traitement de l’information aux processus de création. La bibliothèque ainsi mise en scène, ou reconstituée, avait pour but de dévoiler le matériau de réflexion, d’archiver le processus de création ou d’instaurer une nouvelle relation à l’espace d’exposition. Durant la seconde moitié du 20e siècle, la bibliothèque apparaît comme un médium propice à ces desseins, suffisamment souple pour pouvoir favoriser la combinaison de matériaux, de mots, d’images et de techniques, mais aussi et surtout pour suggérer des attitudes, comme en témoigne l’installation d’Art & Language Index 01, présentée à la documenta 5 de Kassel en 1972. Celle-ci proposait un ensemble de textes et de graphiques exposés dans des meubles de rangement remplis de textes de référence difficiles à appréhender par les spectateurs. Les principes de collecte et d’inventaire, qui sont au cœur des métiers de bibliothécaires et d’archivistes, vont être imités par de nombreux artistes entre les années 1960 et 1990, lesquels vont réutiliser des méthodes d’autres champs disciplinaires pour les incorporer à leurs pratiques et démarches artistiques. Ce jeu avec l’incorporation de techniques documentaires au cœur du processus de création va inaugurer d’autres expériences plastiques autour du livre, dans le but d’élargir les limites de l’œuvre pour sortir du cadre institutionnel.

Appropriations des usages bibliothéconomiques

  • 13 Vincent Bonin, « D’Image Bank à la Morris/Trasov Archive », in Ciel variable, n° 80, automne 2008/ (...)
  • 14 Gabriel Ferreira Zacarias, « Introduction : quel concept pour l’art des archives ? », in Marges, n (...)

10Avec les démarches qui visent à sortir de l’espace du musée et de la galerie pour investir de nouveaux lieux d’exposition, on assiste, durant la seconde moitié du 20e siècle, à des interventions au sein de bibliothèques. Certaines d’entre elles disposent par ailleurs de lieux d’exposition voués à l’art contemporain. Prenons l’exemple de l’artiste canadien Glenn Lewis qui, en 1973, présenta des objets collectés en collaboration avec des participants, qu’il réunit dans des boîtiers transparents afin de former une structure murale. Great Wall of 1984 fut installé dans la bibliothèque du Conseil national de recherches d’Ottawa13. Plus récemment, l’accrochage des collections permanentes du Centre Pompidou sous le titre « Une histoire : art, architecture, design, des années 1980 à nos jours » (2014-2016) proposait une rubrique autour de l’artiste comme documentariste et de l’artiste comme archiviste. On y découvrait exposées Les archives de Christian Boltanski, 1965-1988 (1989), une œuvre contenant des photographies et des documents de son atelier, rangés dans 646 boîtes à biscuit en fer blanc. Or le contenu restait inaccessible au public, comme fétichisé, figé dans un souvenir non communicable, tel un fonds clos auquel nul lecteur n’aurait accès. Avec la présentation de cette bibliothèque inaccessible, Boltanski reprenait l’attitude d’artistes contemporains ayant joué avec le dispositif de l’archivage comme l’Allemande Hanne Darboven, qui, dans Bücherei : ein Jahrhundert (1971-1975), concevait une bibliothèque contenant 402 classeurs, 42 livres et 19 chapitres, subdivisés en 42 parties. Les pages des livres étaient entièrement dactylographiées avec un système d’indexation personnel et témoignaient d’une réflexion sur les structures des textes littéraires que Darboven réécrivait de manière chiffrée. Cette œuvre fut réalisée et exposée à la galerie Konrad Fischer à Düsseldorf en 1971. Or, comme chez Boltanski, le contenu restait hermétique au public, contrairement à celui des ouvrages disposés dans les bibliothèques de lecture publique, qui ont vocation à être consultés par des lecteurs. Pour certains artistes, l’emprunt aux techniques documentaires bibliothéconomiques devient un moyen pour chiffrer l’œuvre et en souligner l’esthétique conceptuelle. Selon Gabriel Ferreira-Zacarias, on découvre un « tournant [qui] s’est opéré à la fin des années 1990 en ce qui concerne l’intérêt de l’art contemporain pour les archives »14.

Jared Bark, Book of Stacks, Stacks of Books

Jared Bark, Book of Stacks, Stacks of Books

© Marseille, Choses communes, 2022

  • 15 Michel Gauthier, Art conceptuel, Paris, Centre Pompidou, 2013, p. 82
  • 16 Anne Bénichou, Un imaginaire institutionnel : musées, collections et archives d’artistes, Paris, L (...)

11Il suffit d’observer les différentes expositions ayant eu pour thème l’archivage à la fin du 20e siècle (citons par exemple « Deep Storage. Collecting, Storing and Archiving in Art », qui fut présentée à la Haus der Kunst de Munich et au PS1 Contemporary Art Center de New York entre 1997 et 1998, ou encore « Archive Fever : Uses of the Document in Contemporary Art » dont le commissaire était Okwui Enwezor, au Centre international de photographie de New York en 2008) pour comprendre que les archives ont pris une nouvelle place dans l’histoire récente de l’art comme dans le discours critique. En 2003, Nicolas Bourriaud soulignait ce renouvellement de la scène artistique et culturelle avec l’utilisation d’archives photographiques dans des projets qui visent à rendre celles-ci accessibles à un plus grand nombre. Selon Michel Gauthier, Car File (1962) de Robert Morris, qui consiste en un tiroir de fichier redressé à la verticale et comportant quarante-huit fiches rangées alphabétiquement, lesquelles décrivent le processus d’élaboration de l’œuvre15, serait l’une des premières formes d’exposition d’archives. Ce meuble de rangement rappelle également l’univers des bibliothèques et leurs fiches constituant le catalogue des collections, avant l’apparition des ordinateurs. Les artistes reprennent ici des techniques bibliothéconomiques ou archivistiques et en font des gestes artistiques, jouant avec les aspects formels et architecturaux des contenants et du mobilier qu’ils conçoivent. Comme le formule Anne Bénichou, « leur démarche consiste dès lors à sélectionner, prélever, inventorier, enregistrer, classer, documenter, interpréter, exhiber des matériaux déjà constitués »16. Cette notion de collection, que l’on retrouve dans l’univers bibliothéconomique, ouvre considérablement les perspectives pour les artistes, qui inscrivent leurs œuvres dans une anthropologie de la collection. Les photographies de l’Allemand Thomas Demand explorent les environnements quotidiens en lien avec des faits historiques à travers les médias. Dans Archive (1995), une photographie d’une maquette réalisée à l’échelle 1/1 montrant des piles impeccablement alignées de boîtes en carton gris, l’artiste se réfère aux archives filmiques de Leni Riefenstahl, qu’il recompose dans leur matérialité brute. Or qu’est-ce qui prime ici, dans cette image ? Peut-on voir les fantômes de l’Histoire contenus dans ces boîtes ? La sérialité rigoureuse et minimaliste ne met-elle pas plutôt l’accent sur la question de la conservation, alors que l’Allemagne a été confrontée à un héritage complexe et que la tentation était de faire table rase ? La question posée par cette œuvre met donc en évidence non seulement le besoin de conserver, mais aussi la valeur des documents qui sont collectés et conservés, de même que l’éthique liée à cette conservation d’un patrimoine douloureux pour la mémoire collective, des questions auxquelles peuvent être confrontés les professionnels des archives et des bibliothèques.

La bibliothèque comme laboratoire

  • 17 Patrick Joly, « Derniers usages de la littérature II », in 02, Revue d’art contemporain trimestrie (...)
  • 18 Jared Bark, Book of Stacks, Stacks of Books, Marseille, Choses communes, 2022

12Au-delà des dispositifs liés aux opérations d’indexation, de classement, d’archivage et de rangement propres aux bibliothèques, qui intéressent les artistes contemporains en lien avec un questionnement sur le livre et le document, les installations se donnant à voir comme d’insolites bibliothèques renouvellent le lien des artistes aux livres. Comme l’affirme Patrick Joly, « la bibliothèque est un objet complexe qui se situe au beau milieu de pratiques artistiques nouvelles »17. Lorsque l’artiste américain Jared Bark se met à empiler des livres dans les champs et les bois autour de sa ferme vers 2012, il a en tête l’image d’une colonne de livres dressée au bord d’un champ entouré d’arbres (voir ill. ci-dessus). Travaillant en intérieur comme en extérieur en formant des piles de livres comme des étagères verticales, Jared Bark travaille sur la matérialité de ces derniers, qui sont colorés, abîmés par les intempéries, voire brûlés… Ces « bûches-colonnes » verticales faites de livres rassemblés rappellent les étagères de livres comme on en trouve dans des bibliothèques privées ou publiques, ainsi qu’il en témoigne : « J’ai grandi dans une maison remplie de livres […] Sur le campus où je résidais, je passais beaucoup de temps à la bibliothèque, immergé dans les livres et leur odeur si particulière »18.

Vue de l’exposition « Anselm Kiefer, l’alchimie du livre » à la Bibliothèque nationale de France, 2016

Vue de l’exposition « Anselm Kiefer, l’alchimie du livre » à la Bibliothèque nationale de France, 2016

©Anselm Kiefer. Clichés David Carr

  • 19 Martine Poulain, « Livres et lecture dans la peinture au XXe siècle, entre propos esthétique et va (...)
  • 20 Anselm Kiefer, in Anselm Kiefer au Grand Palais : Sternenfall = Chute d’étoiles, Paris, Regard, 20 (...)

13D’autres artistes incorporent des livres dans leurs sculptures et installations, comme l’Espagnol Miquel Barceló, dont les tableaux « sont noyés de livres, ses personnages en sont inondés, véritables navires en perdition, bateaux ivres »19. Pour Anselm Kiefer, artiste né en Allemagne et qui vit et travaille en France depuis 1993, les livres occupent une place fondamentale dans sa création dès 1968 : « Le livre représente 60 % de mon travail », déclare Kiefer. « Je réalise beaucoup de livres, mais ce sont des exemplaires uniques, non des publications. En tant que manifestation du temps, le livre m’a toujours attiré, avec ses différentes temporalités : d’abord, le temps nécessaire pour celui qui écrit, page après page ; un autre ensuite pour le public, qui tourne les pages, qui est dans le temps du livre »20. Lors de l’exposition Anselm Kiefer, l’alchimie du livre, qui eut lieu du 20 octobre 2015 au 7 février 2016 à la Bibliothèque nationale de France (voir deux ill. ci-dessus et ci-dessous), les livres ouvraient sur une dimension imaginaire, littéraire et historique, engloutis sous des couches de terre, de cendre, de sable ou de vernis (Sable de la Marche, 1976-1977). Durant les années 1990, avec l’utilisation du plomb, Kiefer a changé le format de ses réalisations et ce changement d’échelle a abouti à la conception de Zweistromland (1989), une bibliothèque de deux cents livres de plomb, dont la surface est partiellement oxydée. S’inscrivant dans la tradition alchimique, Kiefer évoque un processus d’élévation et de purification, qu’il associe à la tradition ésotérique du judaïsme et aux correspondances spirituelles et sacrées liées à la Kabbale, qui continuent de l’influencer aujourd’hui. Appartenant au registre du monumental, la bibliothèque de plomb ouvre l’œuvre sur un gigantisme assumé.

Vue de l’exposition « Anselm Kiefer, l’alchimie du livre » à la Bibliothèque nationale de France, 2016

Vue de l’exposition « Anselm Kiefer, l’alchimie du livre » à la Bibliothèque nationale de France, 2016

©Anselm Kiefer. Clichés David Carr

  • 21 Daniel Arasse, Anselm Kiefer, Paris, Éditions du Regard, 2012, p. 157-158
  • 22 Op. cit., p. 166

14Tels qu’ils sont présentés, exposés individuellement ou disposés sur les rayons de la bibliothèque, les livres s’offrent désormais à la contemplation plus qu’à la lecture. Leurs lecteurs potentiels sont désormais les spectateurs d’un type d’objets nouveaux, des livres-sculptures21 : « Leurs dimensions en font des livres gigantesques, des livres à la mesure des géants auxquels ils semblent destinés et qui auraient seuls la force de les soulever, de les déplacer, de les manier »22. La bibliothèque conçue par Kiefer rappelle à la fois les volumes conservés dans les bibliothèques du Moyen-Âge et remonte également, par son caractère monumental, à une mémoire des temps anciens, en Mésopotamie. Kiefer fait de la bibliothèque plus qu’un motif artistique ; il s’agit pour lui d’un laboratoire qui cristallise la transmission des connaissances. Solitaire et immobile, elle potentialise le pouvoir du livre comme utopie et accès au passé le plus reculé. Nul doute que la volonté de Kiefer est de susciter le respect, de créer une distance en imposant le poids et la matérialité de la bibliothèque aux spectateurs.

Bibliothèques et dispositifs de consultation

  • 23 Marie-Odile André et Sylvie Ducas (dir.), Écrire la bibliothèque aujourd’hui, Paris, Éditions du C (...)
  • 24 Henry Pisciotta, « The Library in Art’s Crosshairs », in Art Documentation : Journal of the Art Li (...)

15Tandis que des artistes s’emparent de la matérialité des livres et des bibliothèques, d’autres s’intéressent davantage aux modalités de communication des documents, ainsi qu’aux usages propres aux bibliothèques, afin d’inclure le public dans l’œuvre d’une manière nouvelle, comme dans l’installation The columns held us up, présentée à Istanbul en 2009 dans le cadre d’une exposition collective. La bibliothèque faite de carton par Céline Condorelli s’appuyait sur une référence au portrait de Saint Jérôme dans son étude d’Antonello de Messine et proposait un système d’étagères pour accueillir des livres pouvant y être donnés ou déposés (voir ill. ci-dessous). Comme le résument bien Marie-Odile André et Sylvie Ducas, « contrairement à l’idée reçue selon laquelle rien n’a lieu dans cet espace assigné à une immobilité et un silence indissociables de la lecture, la bibliothèque se construit bien comme un lieu possible de l’action »23. C’est bien dans cette perspective que s’inscrit l’œuvre de l’Américaine Martha Rosler, avec son projet intitulé Martha Rosler Library, une bibliothèque itinérante ouverte au public, qui offre la possibilité aux professionnels du livre et de la lecture d’imaginer un nouveau modèle de bibliothèque. La Martha Rosler Library permet aux lecteurs, sur place, comme en ligne par le biais de son catalogue numérique, d’imaginer de multiples traversées des rayonnages. Rosler fait de sa bibliothèque numérique, comme des installations de celle-ci dans divers lieux, une œuvre à part entière. C’est en réalisant que sa bibliothèque personnelle devenait trop encombrante qu’a germé l’idée de cette bibliothèque itinérante. La décision de la mettre à disposition du public prit forme dans une salle de lecture située à New York. L’artiste inscrivait sa démarche dans une réflexion sur les bibliothèques d’artistes, qui ont souvent constitué une part de documentation importante et nécessaire à la gestation des œuvres, tout en rappelant une des premières formes d’exposition de bibliothèque d’artiste par l’Américain Buzz Spector24 qui, en 1995, présentait la sienne (Unpacking My Library) à la San Diego State University Art Gallery. La spécificité de la Martha Rosler Library est qu’elle est itinérante et a circulé dans diverses villes européennes (Francfort, Anvers, Berlin, Edimbourg, Liverpool, Institut national d’histoire de l’art de Paris).

Céline Condorelli, The column held us up, Artists Space, 2009

Céline Condorelli, The column held us up, Artists Space, 2009

© Céline Condorelli. Cliché Adam Reich

16Envisagée à la fois comme source d’inspiration et de confrontation à des écrits théoriques, à l’histoire de l’art et aux courants esthétiques, mais aussi comme outil, la Martha Rosler Library propose environ 7 600 ouvrages, dont des catalogues d’artistes, des ouvrages de poésie, des récits de voyage, des livres de science-fiction, des cartes postales, des magazines et des plans. En donnant accès au public à sa bibliothèque personnelle, Martha Rosler tend à effacer délibérément les frontières entre sphère privée et sphère publique. Souhaite-t-elle ainsi renouer un contact plus fort avec le public et le rendre acteur de l’histoire de l’art ? D’autres artistes ont proposé des formes inédites de bibliothèques, comme Michael Clegg et Martin Guttmann, dont le projet Open Public Library, débuté en 1991, consistait en la création de boîtes à livres pour les habitants de Graz en Autriche. Leur propos tourné vers une forme de sculpture sociale n’est pas sans évoquer l’installation de Thomas Hirschhorn à Kassel pour la documenta 11 (Bataille Monument, en 2002), dans laquelle il compose, à partir de matériaux de récupération en bois et en plastique, une bibliothèque contenant 700 livres, accompagnée d’une exposition consacrée à Bataille, d’un studio TV et d’un lieu pour ateliers dans un quartier défavorisé de la ville. Lorsque ces artistes empruntent aux univers des bibliothèques leur mode de fonctionnement et leur esthétique documentaire, ils évoquent une porosité, une perméabilité des pratiques.

Exposer dans les bibliothèques

17Les artistes qui interviennent dans les bibliothèques découvrent des espaces en lien avec un public qui n’est pas forcément celui des galeries et des musées. Ces invitations qui leur sont données d’exposer en bibliothèque sont donc des outils pour toucher de nouveaux publics. C’est dans cette optique que Bruno Racine, qui fut directeur de la Bibliothèque nationale de France de 2007 à 2016, invita des artistes contemporains dans une institution qui dispose d’espaces d’exposition, mais aussi pour intervenir dans les salles de lecture ou d’autres lieux inhabituels.

  • 25 Propos de Bruno Racine recueillis par l’auteur, janvier 2020.

Ma préoccupation, confiait-il, en lançant un programme d’expositions consacrées à des artistes contemporains, était multiple. Il s’agissait de combattre l’image souvent austère des expositions de bibliothèque en montrant la BnF comme source d’inspiration pour des artistes. D’où le choix de trois noms importants – Richard Prince [voir ill. ci-dessous], Matthew Barney et Anselm Kiefer [voir ill. plus haut] –, qui ont chacun un rapport original avec le monde du livre et du papier. Richard Prince est lui-même collectionneur, Matthew Barney a fait une sélection dans les collections de la BnF, Anselm Kiefer était dans les collections de la Réserve des livres rares […] Pour lancer la série, j’avais saisi l’occasion de présenter dans la salle Labrouste, avant qu’elle ne ferme, l’installation « Prenez soin de vous » conçue par Sophie Calle pour la Biennale de Venise et qui, avec la collaboration de Daniel Buren, a pris à Paris une ampleur bien plus spectaculaire, déployée dans l’espace vide de la salle emblématique de Richelieu25.

18L’intervention la plus récente fut celle proposée par Miquel Barcelò à l’occasion de son exposition d’estampes, avec une vaste composition éphémère formée d’argile placardée sur les vitres du bâtiment sur près de 100 mètres, le long de l’allée Julien Cain. Contrairement à des bibliothèques qui organisent ponctuellement des expositions sur le travail d’illustrateurs ou d’auteurs pour la jeunesse, la Bibliothèque nationale de France s’est tournée vers l’art contemporain afin de s’inscrire dans un réseau nouveau. D’autres initiatives ont pu être menées sur le territoire, notamment à la Bibliothèque Mériadeck26 et dans le réseau des bibliothèques de Bordeaux, ou encore à la Bibliothèque municipale de Lyon à travers des résidences d’artistes27. Ces expérimentations témoignent de volontés d’exposer l’art contemporain dans les bibliothèques, mais c’est historiquement dans les artothèques, comme à la MLIS (Maison du livre, de l’image et du son28) de Villeurbanne29, qu’ont été proposées au public les premières expositions consacrées à des artistes contemporains en France. En effet, comme le rappelle Céline Meyer30, les bibliothèques peuvent avoir un rôle à jouer dans la diffusion de l’art contemporain, au même titre que les musées et les galeries d’art ; or celles-ci ne sont pas forcément identifiées par le public ni par les artistes comme appartenant au monde de l’art.

Vue de l’exposition « Richard Prince, American Prayer » à la Bibliothèque nationale de France, 2011

Vue de l’exposition « Richard Prince, American Prayer » à la Bibliothèque nationale de France, 2011

Crédits Artwork © Richard Prince. Cliché Todd Eberle

19Néanmoins, des initiatives permettent d’imaginer des possibilités nouvelles d’interventions et de croisements des mondes bibliothéconomiques et artistiques. Au Canada, Kiah Butcher, artiste vidéaste et commissaire, a imaginé des expositions dans des bibliothèques en lien avec le Boulder museum space et les bibliothèques d’Adams, d’Arapahoe et du comté de Jefferson : « For years, we have been doing art education in libraries, and the museum decided to expand on the outreach education programs in libraries with dynamic exhibitions that spark curiosity »31. D’autres expérimentations ont eu lieu à l’occasion de la dernière documenta32 et proposaient au public de naviguer dans des bibliothèques en ligne, consacrées à des activités de réinterprétations de l’Histoire, comme autour du projet Keleketla ! Library, qui questionnait le pouvoir de transformation des bibliothèques dans le champ du colonialisme33.

Conclusion

20En jouant avec les postures insolites du lecteur en bibliothèque, comme Ian Breckwell dans Episode in a Small Town Library34 (1970), ou en concevant une bibliothèque personnelle à partir d’archives, de livres et de photographies comme Serena Korda35 (The Library of Secrets, 2007-2009), les artistes contemporains témoignent d’un réel engouement pour les bibliothèques. Certains vont jusqu’à questionner l’impact de ces dernières sur les questions liées au climat, comme Ruth Beale (The Library of Future Societies, 2015)36. Comme le résume Clare Qualmann, les artistes s’emparent du monde complexe des bibliothèques et de leur esthétique singulière : « Artists offer complex insights into how libraries work, why they are important and what their particular aesthetics are »37. Tout indique, chez eux, un désir de créer des connexions entre les lieux habituels de l’art et les bibliothèques, de concevoir des projets qui permettent de mieux inclure l’univers bibliothéconomique dans les pratiques culturelles et de toucher des publics différents. En disposant des bibliothèques dans des lieux consacrés à l’art ou dans des foires artistiques, il s’agit parfois, pour ces artistes, de se rappeler que celles-ci constituent des environnements spécifiques, qui nécessitent, surtout à l’ère du numérique et des usages associés au numérique, d’être questionnés et approfondis.

Haut de page

Notes

1 Voir le numéro de la revue Marges consacré aux archives : https://journals.openedition.org/marges/1304

2 Voir https://journals.openedition.org/perspective/6872

3 Françoise Levaillant, « Les bibliothèques d’artistes et la culture de l’imprimé », in Françoise Levaillant, Dario Gamboni, Jean-Roch Bouiller (dir.), Les bibliothèques d’artistes (XXe-XXIe siècles), Paris, PUPS, 2010, p. 9

4 Martine Poulain, « Livres et lecture dans la peinture au XXe siècle, entre propos esthétique et valeurs sociales », in Les bibliothèques d’artistes (XXe-XXIe siècles), op. cit., p. 29

5 Op. cit., p. 20

6 Leszek Brogowski, « Bibliothèque d’œuvres », in Nouvelle revue d’esthétique, vol. 2, n° 2, 2008, p. 37-49

7 https://www.andreasgursky.com/en/works/1999/bibliothek

8 Anne Mœglin-Delcroix, Esthétique du livre d’artiste, 1960-1980, Marseille, FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur, 2013, p. 398

9 Muriel Pic, Les désordres de la bibliothèque, Trézélan, Filigranes, 2010, p. 64

10 Anne Mœglin-Delcroix, op. cit., p. 123

11 Anne Bénichou, Ouvrir le document : enjeux et pratiques de la documentation dans les arts visuels contemporains, Dijon, Presses du réel, 2010, p. 25

12 Kate Linker, « Le livre d’artiste comme espace alternatif. 1980 », in Nouvelle revue d’esthétique, vol. 2, n° 2, 2008, p. 13-17

13 Vincent Bonin, « D’Image Bank à la Morris/Trasov Archive », in Ciel variable, n° 80, automne 2008/hiver 2009, p. 42-46

14 Gabriel Ferreira Zacarias, « Introduction : quel concept pour l’art des archives ? », in Marges, n° 25, 2017 (http://journals.openedition.org/marges/1308)

15 Michel Gauthier, Art conceptuel, Paris, Centre Pompidou, 2013, p. 82

16 Anne Bénichou, Un imaginaire institutionnel : musées, collections et archives d’artistes, Paris, L’Harmattan, 2013, p. 13

17 Patrick Joly, « Derniers usages de la littérature II », in 02, Revue d’art contemporain trimestrielle et gratuite, n° 69, 2014, p. 16

18 Jared Bark, Book of Stacks, Stacks of Books, Marseille, Choses communes, 2022

19 Martine Poulain, « Livres et lecture dans la peinture au XXe siècle, entre propos esthétique et valeurs sociales », op. cit., p. 39

20 Anselm Kiefer, in Anselm Kiefer au Grand Palais : Sternenfall = Chute d’étoiles, Paris, Regard, 2007, p. 95

21 Daniel Arasse, Anselm Kiefer, Paris, Éditions du Regard, 2012, p. 157-158

22 Op. cit., p. 166

23 Marie-Odile André et Sylvie Ducas (dir.), Écrire la bibliothèque aujourd’hui, Paris, Éditions du Cercle de la librairie, 2007, p. 31-32

24 Henry Pisciotta, « The Library in Art’s Crosshairs », in Art Documentation : Journal of the Art Libraries Society of North America, vol. 35, n° 1, 2016, p. 2-26 (ici p. 3) (https://www.jstor.org/stable/26557038. Accessed 7 May 2023)

25 Propos de Bruno Racine recueillis par l’auteur, janvier 2020.

26 https://bordeauxartcontemporain.com/evenement/mondes-affranchis/

27 https://www.bm-lyon.fr/expositions-en-ligne/jacqueline-salmon-a-la-bibliotheque/exposition/3-ans-de-residence-a-la-bibliotheque-municipale-de-lyon/

28 https://mediatheques.villeurbanne.fr/2016/05/maison-du-livre-de-limage-et-du-son/

29 https://mediatheques.villeurbanne.fr/2022/12/retour-sur-les-ptits-plats-dans-les-grands/

30 Céline Meyer, « L’art contemporain a-t-il sa place en bibliothèque publique ? », in Bulletin des bibliothèques de France, 2010, n° 3, p. 67-70 (https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2010-03-0067-012)

31 https://scfd.org/contemporary-art-and-libraries-a-perfectly-unexpected-match/. « Pendant des années, nous avons mené des actions d’éducation artistique dans les bibliothèques, et le musée a décidé de développer les programmes sociaux d’éducation dans les bibliothèques au moyen d’expositions dynamiques, aptes à susciter la curiosité ».

32 https://documenta-fifteen.de/lumbung-member-kuenstlerinnen/keleketla-library/

33 https://contemporaryand.com/exhibition/libraries-as-correctives/

34 https://jimleftwichtextimagepoem.blogspot.com/2017/05/ian-breakwell-episode-in-small-town.html

35 https://www.serenakorda.com/the-library-of-secrets

36 https://ruthbeale.net/work/the-library-of-future-societies/

37 Clare Qualmann, « The Artist in the Library », in Performance research. A Journal of the Performing Arts, vol. 22, 2017, p. 12-24 (https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/13528165.2017.1285557). « Les artistes proposent des aperçus complexes sur la façon dont on travaille dans les bibliothèques, sur les raisons de leur importance et l’esthétique particulière qui est la leur ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre William Henry Fox Talbot, The Pencil of Nature, 1844
Crédits Coll. Metropolitan Museum of Art. Gift of Jean Horblit, in memory of Harrison D. Horblit, 1994, The Met
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/6726/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Candida Höfer, Biblioteca dei Girolamini Napoli IV, 2009. C-print, 120 x 126 cm
Crédits © Candida Höfer/ VG Bild-Kunst, Bonn
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/6726/img-2.png
Fichier image/png, 7,7M
Titre Thibaud Poirier, Bibliothèque nationale de France, salle Ovale, série « Libraries », 2022
Crédits © Thibaud Poirier
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/6726/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 750k
Titre Jared Bark, Book of Stacks, Stacks of Books
Crédits © Marseille, Choses communes, 2022
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/6726/img-4.png
Fichier image/png, 7,0M
Titre Vue de l’exposition « Anselm Kiefer, l’alchimie du livre » à la Bibliothèque nationale de France, 2016
Crédits ©Anselm Kiefer. Clichés David Carr
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/6726/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Vue de l’exposition « Anselm Kiefer, l’alchimie du livre » à la Bibliothèque nationale de France, 2016
Crédits ©Anselm Kiefer. Clichés David Carr
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/6726/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Céline Condorelli, The column held us up, Artists Space, 2009
Crédits © Céline Condorelli. Cliché Adam Reich
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/6726/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Vue de l’exposition « Richard Prince, American Prayer » à la Bibliothèque nationale de France, 2011
Crédits Crédits Artwork © Richard Prince. Cliché Todd Eberle
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/6726/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Le Pape, « Matérialités des bibliothèques dans l’art contemporain »La Revue de la BNU, 28 | 2023, 28-41.

Référence électronique

Isabelle Le Pape, « Matérialités des bibliothèques dans l’art contemporain »La Revue de la BNU [En ligne], 28 | 2023, mis en ligne le 14 novembre 2023, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/rbnu/6726 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rbnu.6726

Haut de page

Auteur

Isabelle Le Pape

Conservatrice des bibliothèques, cheffe du service Art, Département littérature et art, BnF

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search