Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Dossier : Bibliothèques et imagin...Littérature(s)« Le malheureux, elle a encore fr...

Dossier : Bibliothèques et imaginaire
Littérature(s)

« Le malheureux, elle a encore frappé ! » Portrait en action de la Bibliothèque dans La Belle Hortense de Jacques Roubaud

Fanny Van Exaerde
p. 52-59

Texte intégral

  • 1 Jacques Roubaud, La Belle Hortense, Paris, Seghers, 1990. Première édition chez Ramsay, 1985. Déso (...)
  • 2 Voir Elisabeth Lavault, Jacques Roubaud : contrainte et mémoire dans les romans d’Hortense, Dijon, (...)
  • 3 C. Reig, « Books-jacking : bibliothèques et livres dans le cycle d’Hortense de Jacques Roubaud », (...)
  • 4 C. Reig, Mimer, miner, rimer, op. cit., p. 58
  • 5 Ibid.
  • 6 Nous gardons dans notre article l’orthographe de Roubaud dans son roman, qui met systématiquement (...)

1Dans La Belle Hortense1 (1985), le poète et mathématicien oulipien Jacques Roubaud entremêle savamment plusieurs fils narratifs à l’aide d’une verve ludique, qui propose au lecteur de réfléchir avec lui aux enjeux et aux épaisseurs caractéristiques du genre romanesque. De fait, le cycle des romans d’Hortense, dont La Belle Hortense est le premier volet, est souvent étudié d’un point de vue formel, à propos des contraintes et notamment de la construction sur le modèle de la sextine2. Dans un article intitulé « Books-jacking », après avoir évoqué les contraintes d’écriture de Roubaud, dont certaines sont inspirées des listes de Perec où la part belle est faite aux livres, Christophe Reig affirme que le poète devenu romancier distille dans son écriture son érudition bibliophile : « Ainsi les romans d’Hortense sont-ils [sic] ceux d’un grand lecteur fréquentant les bibliothèques »3. Reig explique que, pour Roubaud, « le roman ne devient intéressant que lorsque par un mouvement centrifuge, il se porte à ses limites »4, puis il poursuit en évoquant les stratégies mises en place par l’auteur pour parvenir à ses fins : « Et pour pousser le roman hors des sentiers battus, on pourra s’appuyer sur des connivences avec le lecteur, sur des plus petits communs dénominateurs culturels »5. Aussi la Bibliothèque6 fonctionne-t-elle comme l’un de ces dénominateurs culturels communs, un carrefour où se rejoignent l’auteur, le lecteur, mais aussi les personnages du roman.

  • 7 C. Reig, Mimer, miner, rimer, op. cit., p. 143. Le chercheur consacre une sous-partie de sa monogr (...)

2Dans la première intrigue, l’héroïne éponyme prépare en effet une thèse de philosophie, pour laquelle elle se rend quotidiennement à la Bibliothèque. Reig fournit là encore de précieux éclairages biographiques et historiques, qui sous-tendent l’écriture du chapitre consacré à la Bibliothèque, précisant à quel point les chantiers et les bouleversements administratifs de la Bibliothèque nationale de France ont eu un impact remarquable sur Roubaud : « ce locus amoenus, ce “territoire” (Poésie :) fort apprécié d’Hortense, connaît des ratés qui correspondent aux insolubles difficultés de fonctionnement que connaît le quadrilatère de la rue Richelieu dans ces années de rédaction »7. La BnF de la fin des années 1980 se trouve ainsi portraiturée, ou plutôt caricaturée, dans la description en action qu’en livre le roman.

L’entrée de la Bibliothèque

L’entrée de la Bibliothèque

© Fanny Van Exaerde. Avec l’aimable autorisation de l’auteur

  • 8 C. Reig, Mimer, miner, rimer, op. cit., p. 438

3Bien qu’annoncé en amont, le chapitre consacré à la Bibliothèque est volontairement retardé, créant alors un effet d’attente considérable. C’est par le truchement d’Hortense que le lecteur découvre le lieu. Or l’étudiante en philosophie n’en est pas à sa première visite, ce qui permet d’établir un certain nombre de constats sur le fonctionnement de l’institution, constats qui entravent autant qu’ils éclairent le récit de cette journée spécifique en salle de lecture. La découverte de la Bibliothèque par le biais du point de vue d’Hortense fonctionne comme l’une de ces « procédures de connivences culturelles »8 évoquées par Reig : la narration complexe permet de présenter l’institution-lieu au lecteur, ainsi que de tisser avec lui une forme de complicité, qui puise dans sa propre expérience empirique de lecteur et d’usager de bibliothèque.

4Nourrie et déformée par les frustrations causées par les livres non communiqués, la caricature s’amplifie jusqu’à devenir fantastique : la Bibliothèque n’est-elle pas dotée d’une volonté propre, qui la pousserait à faire de la rétention d’ouvrages et à compliquer la vie de ses usagers ?

Une ennemie invasive et « offensive »

  • 9 Et les suivants, puisqu’Hortense sort de la Bibliothèque aux pages 125-126, le roman ayant retardé (...)

5Nous allons tout d’abord montrer comment l’architecture romanesque répond à celle de la Bibliothèque. En effet, le but de l’arrivée retardée d’Hortense au sein des collections est de respecter une délimitation organisée et chiffrée de la structure narrative, inscrivant la Bibliothèque au cœur du roman – le chapitre est le dixième sur vingt-huit –, mais l’édifice se dérobe à cette contrainte et envahit les chapitres précédents9. Dans le neuvième, Hortense rencontre un nouveau personnage, qui donne son nom au chapitre, « le jeune homme de l’autobus T ». Hortense descend du bus pour se rendre à la Bibliothèque, et le chapitre insiste sur la répartition des éléments narratifs selon un schéma préétabli ; par cette prétérition, le narrateur consacre déjà trois pages à la Bibliothèque :

  • 10 BH, p. 90

Hortense se dirigea vers la salle de lecture de la Bibliothèque, où nous allons la suivre bien entendu, mais où ne pouvons pas pénétrer immédiatement ; il y a à cela deux raisons :
[…]
– La seconde est une raison plus romanesque, structurale, dirions-nous même. En effet, le titre du prochain chapitre, le dixième, est La Bibliothèque, et le titre du présent chapitre, qui n’est pas encore terminé, est Le jeune homme de l’autobus T. Or le jeune homme en question est resté dans l’autobus T, qui est parti avec lui. Nous nous retrouvons donc dans une sorte de no man’s land narratif, et nous ne pourrions pas […] pénétrer dans la salle de lecture de la Bibliothèque. Tout ce que nous pouvons faire, d’ici la fin du présent chapitre, c’est d’accompagner Hortense, qui vient de s’installer dans la file des lecteurs attendant l’ouverture des portes10.

6L’épanorthose qui vient corriger, ou plutôt mettre en équivalence, les adjectifs « romanesque » et « structurale » nous montre à quel point l’écriture du roman, pour Roubaud, se bâtit sur les contraintes, y compris formelles, qu’il s’impose. Le cahier des charges des contraintes transparaît, et l’on devine que Roubaud a assigné à chacun des chapitres un sujet, un lieu, un ou plusieurs personnages, quitte à transgresser les règles qu’il s’est lui-même fixées. En effet, le débordement de la Bibliothèque sur le chapitre précédent est significatif et permet à l’auteur d’instaurer en amont la tonalité martiale qui la caractérise désormais. La qualification de ce rebut de chapitre de « no man’s land narratif », ainsi que la double répétition niée du verbe « pénétrer », présentent déjà la Bibliothèque comme une enceinte fortifiée, mais aussi redoutée, un terrain hostile que l’héroïne est sommée de traverser (voir ill. ci-dessus).

  • 11 Un autre type de seuils, tels que les décrit Gérard Genette dans Seuils, Paris, Seuil, coll. « Poé (...)
  • 12 BH, p. 94

7Le « no man’s land narratif » agit comme un préambule, ou plutôt comme un seuil, et ce littéralement, puisque nous sommes invités à rejoindre, en tant que lecteurs, le narrateur dans le déplacement d’Hortense qui la mène au seuil de la Bibliothèque, jusqu’au seuil du chapitre11. Ce seuil est ensuite matérialisé par l’inscription « Chapitre 10 », renforcée par la première phrase de celui-ci : « Une fois franchi le sas d’entrée, protégé et défendu comme l’accès à une capsule d’astronaute […] »12. La Bibliothèque devient un lieu d’excellence, de haute technologie, une tourelle imprenable.

8Le retard du chapitre semble donc être perpétré par la Bibliothèque elle-même, comme une technique tirée de son arsenal défensif contre les usagers, visant à protéger ses livres précieux des requêtes intempestives, ainsi que le synthétise Reig :

  • 13 C. Reig, « Bookjacking », art. cit., p. 265

Les redoutables stratégies à la fois stochastiques et systématiques (dont le narrateur esquisse une brillante taxinomie) déployées pour ne pas communiquer les ouvrages, ne laissent pas d’enchanter la verve burlesque de Roubaud13.

  • 14 BH, p. 94
  • 15 BH, p. 94

9La première de ces redoutables stratégies consiste à exiger une carte de lecteur pour entrer en son sein. Au début du chapitre, Hortense accède ainsi à la « capsule d’astronaute », « grâce à la présentation de sa carte, munie d’un rectangle orange en plastique épais et translucide indiquant le numéro de sa place (c’était sa place habituelle), ayant déposé le tout (carte et rectangle) à un comptoir où LA Bibliothèque les gardait en otage »14. La typographie insiste avec humour sur la fierté vaniteuse de l’institution : les usagers doivent se plier à ce protocole rigoureux et tacite pour prétendre entrer en salle de lecture. Une autre parenthèse nous précise, plus loin, que la possession de cette carte résulte déjà d’un exploit administratif admirable : « une carte (obtenue, non sans mal, après une longue enquête de sécurité et le remplissement d’un insidieux questionnaire qui permettait d’en éliminer plus d’un »15. L’emploi de l’adjectif « insidieux » signale à quel point la Bibliothèque anticipe ses coups et met toutes les chances de son côté pour protéger son catalogue. La menace n’est pas à prendre à la légère car, étant donnée la tonalité belliqueuse du chapitre, le verbe « éliminer » pourrait tout à fait être compris au sens littéral : le but de la Bibliothèque est bien de se débarrasser de ses usagers (voir ill. ci-dessous).

La carte lecteur

La carte lecteur

© Fanny Van Exaerde. Avec l’aimable autorisation de l’auteur

10La dernière arme dont celle-ci dispose est une usagère spécifique, qui redouble l’agressivité du lieu. Le chapitre fournit de nombreux détails sur le « modus operandi » de cette voisine terrible :

  • 16 BH, p. 100-102

En un an de fréquentation, Hortense était devenue une vieille routière dans l’art de déjouer les pièges de la Bibliothèque […] Mais elle avait comme les autres lecteurs un deuxième problème grave à résoudre, c’était celui des voisins. Il y avait les voisins qui s’endormaient et ronflaient […] Hortense, bien sûr, avait mis au point des stratégies adaptées à chacune de ces situations, disons, normales, mais il restait deux cas particulièrement redoutables […]
L’autre voisinage redoutable était celui de la Dame au Visage de Mortadelle […] Sa vue, certes, n’était pas spécialement agréable, mais ce n’était pas ce détail qui rendait son voisinage devant être impérativement évité (l’emploi du gérondif est là pour souligner le caractère absolu de la recommandation). La Dame au Visage de Mortadelle, en effet, avait l’habitude de s’installer à sa table qu’elle encombrait d’un nombre considérable de livres (des dictionnaires le plus souvent très volumineux). Elle les disposait en une sorte de forteresse sur trois côtés du territoire qui lui était règlementairement réservé, mais elle laissait dans ces murs des interstices, semblables à des mâchicoulis de château fort médiéval, à travers lesquels elle déversait sur ses vis-à-vis et voisins le plomb fondu et l’huile bouillante de regards d’une telle malévolence que peu parvenaient à y résister ; et s’ils ne fuyaient pas rapidement, elle faisait tomber sur leur table des messages calligraphiés soigneusement, contenant sur leur apparence physique, leurs mœurs, leur parentèle et leur avenir, des insultes d’une telle grossièreté obscène que l’on avait vu l’auteur d’un dictionnaire d’argot soumis à ce traitement rougir comme une collégienne d’une école anglaise au temps de la reine Victoria16.

11Le grotesque de l’allure de la lectrice n’a d’égal que sa perfidie à toute épreuve, soulignée par les allitérations uvulaires (en « r ») et dentales (en « t »). La Dame au Visage de Mortadelle est en effet une voisine terrible, hargneuse, vindicative. Usant de tous les outils grammaticaux dont il dispose (la prosodie, les formes verbales, les parenthèses), le narrateur prend soin de nous mettre en garde à son encontre. La Dame s’octroie de nombreux ouvrages pour se reclure dans un « château fort », une citadelle faite de livres au cœur d’une autre citadelle faite de livres. Dragon dans un donjon, elle emploie les livres comme remparts et l’écriture comme arme de choix, pour atteindre les autres lecteurs dans leur intégrité. Le passage a ainsi tout d’une mise en abyme de la Bibliothèque elle-même, dont la Dame serait l’incarnation anthropomorphique.

12Du seuil à la duplication maléfique, la structure romanesque nous propose une incursion initiatique dans l’enceinte de la Bibliothèque.

La Bibliothèque, à la fois temple et gardienne du temple

13Le chapitre n’offre ainsi pas tant une description du bâtiment qu’une présentation ludique, voire absurde, du fonctionnement de la consultation des ouvrages. Nous allons maintenant nous interroger sur les modalités de la personnification de la Bibliothèque.

14À deux reprises, le point de vue de cette dernière se substitue à celui d’Hortense, grâce au discours indirect libre, subtilement glissé dans le chapitre. Ces passages inversent les rôles, la Bibliothèque étant vue sous une lumière glorieuse, tandis que le lecteur devient l’ennemi à abattre :

  • 17 BH, p. 94-95

La stratégie défensive de la Bibliothèque, en effet, obligée par la loi et la coutume de permettre aux lecteurs autorisés par la possession d’une carte […] la consultation des ouvrages qui lui appartiennent en propre, qui sont sa gloire, son douaire et son trésor, et qu’elle ne cesse de caresser, de contempler et d’adorer dans le silence sombre de ses magasins, consistait à retarder le plus possible le moment où elle aurait à les sortir et à les soumettre au regard salissant de ces ignares, dont elle soupçonnait d’ailleurs que l’intention secrète était de les barbouiller, de les lacérer, de les griffonner, de les détériorer, ou tout simplement, de les voler.
Il s’agissait pour elle d’atteindre le moment béni de l’après-midi où une cloche (tocsin pour les lecteurs, mais carillon de liesse pour elle) annonçait la fin des communications d’ouvrages pour la journée, en ayant livré le moins possible de livres à la convoitise des barbares »17.

15La Bibliothèque s’érige alors en opposition absolue aux lecteurs qu’elle décrie, les présentant par des qualificatifs péjoratifs (« ces ignares », « des barbares »), et dont les manières sont forcément délétères, sinon délinquantes. Complexe, la syntaxe retranscrit l’inaccessibilité stratégiquement orchestrée par la Bibliothèque personnifiée, à la fois ville fortifiée et général des armées, bâtisse et déesse.

16À la fin du chapitre 9, Hortense patiente avec les usagers connus sous le nom de « Sextuor des Vieillards ». Cette tirade conclusive, dont la chute est signalée par la cadence mineure, comprend ce contraste si caractéristique du lieu, entre danger et solennité :

  • 18 BH, p. 92-93

[I]ls l’avaient en quelque sorte adoptée, dès qu’ils avaient été certains qu’elle n’avait aucune visée sur leurs places, et ils lui fournissaient des conseils, extraits de leur vaste expérience, sur la manière dont il fallait s’y prendre pour franchir les terribles obstacles que la Bibliothèque opposait à ceux qui avaient l’incroyable prétention d’aspirer à consulter les innombrables ouvrages qu’elle recelait en ses augustes flancs18.

17Tout est mis en œuvre pour protéger les ouvrages qu’elle adore et qu’elle conserve – dans tous les sens du terme. Les livres sont ses précieuses reliques, qu’elle doit protéger des pillards. L’opposition entre la Bibliothèque et les usagers est reproduite dans la perception contrastée du son de la cloche, illustrant la dichotomie qui la définit dans ce texte, en tension entre l’ardeur martiale et le discernement d’un être mythique et vénérable.

La salle de lecture

La salle de lecture

© Fanny Van Exaerde. Avec l’aimable autorisation de l’auteur

18Ses pouvoirs sont nombreux ; sa créativité tactique est remarquable. Dans le second passage au discours indirect libre en effet, l’écoulement du temps est manipulé comme une technique de défense :

  • 19 BH, p. 99

Aussi, pour des lecteurs un tant soit peu aguerris, les procédés de dissuasion courante, dont nous venons de donner quelque échantillon, étaient-ils insuffisamment efficaces. C’est pourquoi la Bibliothèque inventait sans cesse de nouvelles stratégies : alerte à l’incendie, retard de l’horloge dans le hall d’entrée permettant de garder une bonne demi-heure à l’ouverture des portes (l’heure véritable était ensuite rétablie dans la journée, avancée même, ce qui permettait aussi un gain à la sortie)19.

19La personnification de la Bibliothèque est totale : elle semble capable d’agir elle-même sur le réglage des horloges, sans que d’ailleurs les bibliothécaires soient impliqués dans ses manigances créatives. Les employés n’apparaissent que peu et semblent désarmés face à la cruauté de leur maîtresse (voir ill. ci-dessus).

  • 20 Voir Alain Schaffner, « Le romanesque dans la trilogie d’Hortense de Jacques Roubaud », in temps z (...)

20Ironique, le narrateur insiste sur la capacité fantastique de la Bibliothèque à plier le temps à sa volonté autant que le narrateur plie le temps romanesque20 selon les progrès de son intrigue :

  • 21 BH, p. 96

Admettons que vous ayez réussi, par miracle, à trouver la cote du livre que vous cherchiez, […] la Bibliothèque, bien qu’ayant perdu la première escarmouche, n’était pas vaincue pour autant. Car alors commençait une longue attente, pendant laquelle, pensiez-vous naïvement, on s’affairait, toutes affaires cessantes, à la recherche de vos ouvrages, afin de vous les apporter. Vous attendiez. Une demi-heure passait, une heure, rien. Vous aviez terminé votre courrier, levé plusieurs fois les yeux vers l’immense coupole vitrée21.

21Le rythme des phrases permet au narrateur d’insister sur la dilatation temporelle, caractéristique de l’écriture romanesque, tout en soulignant le travail de sape mené par la Bibliothèque à l’encontre de ses usagers. Le livre est bien l’objet de tous les désirs, une possession que la Bibliothèque renâcle à concéder. Les lexiques livresque et militaire s’entremêlent dans cette étrange démonstration de force, dans laquelle nous sommes entraînés, presque contre notre gré, réactivant nos propres expériences d’usagers de bibliothèques.

La prise en otage du lecteur

22Il est temps maintenant d’aborder les enjeux de cette personnification, notamment sur les conséquences que ce portrait en action de la Bibliothèque a sur le lecteur devenu personnage.

23Obtenir un livre requiert force astuce et persévérance. Le chapitre 10 propose un mode d’emploi de la consultation, qui en travestit le lexique traditionnel pour caricaturer le fonctionnement protocolaire du système des communications :

  • 22 BH, p. 95-96. On remarquera l’emploi adjectival de « bibliothécaire », dans un geste quasi histori (...)

La difficulté première consistait à découvrir la cote de l’ouvrage, soigneusement dissimulée. Il n’y avait pas, en effet, comme on aurait pu s’y attendre, par exemple, une suite de volumes indiquant, pour chaque auteur, selon sa place alphabétique, les ouvrages disponibles, non ; si Hortense avait envie de lire Pierrot mon ami de Raymond Queneau, par exemple, elle devait savoir à quel moment le livre avait été acquis, pas celui (cela aurait été trop simple) de la parution […] Il fallait le repérer, chercher l’auteur, chercher l’ouvrage, noter la cote, et ensuite déterminer dans quel autre volume se trouvait la cote réelle, car la cote première était une cote ancienne qui avait été abandonnée au profit d’une autre, plus moderne, lors d’un quelconque changement de règle à l’intérieur de l’empire bibliothécaire22.

24Roubaud transforme sa propre expérience de lecteur frustré ou agacé et, par l’hyperbole, l’exagère et propose d’y voir la « malévolence » de la Bibliothèque à l’œuvre. Le roman joue sur la matérialité du livre et sur l’ambivalence des rapports qu’entretient tout lecteur avec cet objet : dans le cadre d’une consultation en bibliothèque, le livre est soumis à des règles et à un habillage spécifique (la cote), qui sont ici autant d’épreuves imposées à la patience du lecteur.

  • 23 BH, p. 95

25Or la deuxième personne du pluriel est omniprésente dans le chapitre et oblige le lecteur à se sentir concerné, comme projeté dans la diégèse tantôt aux côtés d’Hortense, tantôt se substituant à elle. En effet, si le chapitre adopte bien le point de vue de l’héroïne (« si Hortense avait envie de lire Pierrot mon ami […] »23), les longs paragraphes à visée didactique font vite l’économie de sa présence pour lui préférer le lecteur (rendu) complice :

  • 24 BH, p. 96

Admettons que vous ayez réussi, par miracle, à trouver la cote du livre que vous cherchiez […] [Celui qui vous arrive est un autre], mais que faire ? Attendre encore une heure ? Le livre qui vous arrivera, s’il n’est pas Pierrot mon ami, sera peut-être encore moins intéressant [que celui qu’on vous a apporté dans les faits]. Résigné, vous regagnez votre place et commencez l’étude de la théorie des quanta24.

  • 25 Voir C. Reig, Mimer, miner, rimer, op. cit., pour une analyse approfondie des influences littérair (...)

26Le glissement subtil d’Hortense au lecteur se fait par le truchement de l’exemple du roman de Queneau, proposé comme clef de lecture de l’œuvre de Roubaud et auquel celui-ci rend hommage. Cependant, le style quelque peu ampoulé, l’exemplification à outrance, les interpellations au lecteur tirent ces pages vers un autre genre littéraire : les livres dont vous êtes le héros. Le lecteur est alors inséré à son insu dans le labyrinthe des rayons de livres25, tenu de se prendre au jeu :

  • 26 BH, p. 98

Il va sans dire que vous appreniez, si vous ne vous découragiez pas définitivement et ne preniez pas immédiatement l’avion pour Londres afin de vous consoler au British Museum, vous appreniez, à l’usage, à déjouer certains de ces pièges26.

  • 27 C. Reig, « Books-jacking », art. cit., p. 266
  • 28 Daniela Tononi, « Autofiction oulipienne : l’écriture au miroir », in Dalhousie French Studies, 20 (...)

27La mention de la bibliothèque londonienne rappelle à quel point Roubaud dissimule, derrière le jeu, des piques à l’encontre de la « Nationale » telle qu’il la fréquentait à cette époque : « la chronique oblique des aléas et péripéties de la BnF essaime ainsi dans les textes de récurrents et véritables marqueurs de connivence pour les lecteurs d’hier et d’aujourd’hui »27. Qu’elle soit gagnée par l’humour ou forcée par les prouesses stylistiques, la complicité du lecteur est fondamentale pour percevoir les multiples facettes de ce portrait de la Bibliothèque. Dans son article « Autofiction oulipienne : l’écriture au miroir », Daniela Tononi analyse combien Roubaud, en tant qu’auteur oulipien, profite de ses propres contraintes pour mettre en scène (textuellement) l’acte d’écrire. L’autofiction est alors, selon elle, un moteur possible, une contrainte féconde de l’écriture. À sa suite, on pourrait envisager qu’ici Roubaud met en scène l’acte de lecture. Par le miroir déformant de l’écriture romanesque, le chapitre que nous avons étudié devient une illustration de l’acte de lire28 – de vouloir lire en salle de lecture, dans cette bibliothèque spécifique.

Conclusion

28Roubaud nous invite alors à envisager (presque au sens propre) la Bibliothèque dans toute la complexité de nos représentations. Enluminée d’une majuscule qui prolonge la personnification, la Bibliothèque s’érige ainsi autant en institution exigeant une vénération dévote qu’en un sanctuaire d’œuvres, qu’elle conserve et défend. Se met alors en place un jeu de mises en abyme intriqué. La Bibliothèque est visitée parce qu’elle est une réserve (un magasin) de livres, mais les usagers s’y rendent pour les volumes eux-mêmes, supports des histoires et des connaissances qu’ils désirent consulter.

29Les métaphores guerrières rendent compte de l’état d’esprit d’un Roubaud habitué des bibliothèques, qui se plaît à exagérer les traits de cette idole belliqueuse et revêche. À l’instar d’Hortense qui laisse en otage sa carte de lecteur au guichet pour pénétrer en salle de lecture, le lecteur est pris à parti au fur et à mesure des explications des stratégies déployées par la Bibliothèque pour ne pas communiquer ses ouvrages.

Haut de page

Notes

1 Jacques Roubaud, La Belle Hortense, Paris, Seghers, 1990. Première édition chez Ramsay, 1985. Désormais dans les notes : BH.

2 Voir Elisabeth Lavault, Jacques Roubaud : contrainte et mémoire dans les romans d’Hortense, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, collection « Écritures », 2004 ; Christophe Reig, Mimer, miner, rimer : le cycle romanesque de Jacques Roubaud, Amsterdam, Rodopi, 2006.

3 C. Reig, « Books-jacking : bibliothèques et livres dans le cycle d’Hortense de Jacques Roubaud », in Versants, 2007, n° 53-54, p. 261-278, ici p. 268

4 C. Reig, Mimer, miner, rimer, op. cit., p. 58

5 Ibid.

6 Nous gardons dans notre article l’orthographe de Roubaud dans son roman, qui met systématiquement une majuscule au personnage que représente, pour lui, la bibliothèque.

7 C. Reig, Mimer, miner, rimer, op. cit., p. 143. Le chercheur consacre une sous-partie de sa monographie à expliciter les bouleversements structurels que connaît la BnF dans les années 1987-1989, p. 142-148.

8 C. Reig, Mimer, miner, rimer, op. cit., p. 438

9 Et les suivants, puisqu’Hortense sort de la Bibliothèque aux pages 125-126, le roman ayant retardé la fin du récit de sa visite autant qu’il avait retardé son entrée dans le bâtiment.

10 BH, p. 90

11 Un autre type de seuils, tels que les décrit Gérard Genette dans Seuils, Paris, Seuil, coll. « Poétique », 1987.

12 BH, p. 94

13 C. Reig, « Bookjacking », art. cit., p. 265

14 BH, p. 94

15 BH, p. 94

16 BH, p. 100-102

17 BH, p. 94-95

18 BH, p. 92-93

19 BH, p. 99

20 Voir Alain Schaffner, « Le romanesque dans la trilogie d’Hortense de Jacques Roubaud », in temps zéro, 2014, n° 8 [en ligne]. URL : http://tempszero.contemporain.info/document1204

21 BH, p. 96

22 BH, p. 95-96. On remarquera l’emploi adjectival de « bibliothécaire », dans un geste quasi historiographe de l’institution, invisibilisant ou déplaçant dans les marges les employés bibliothécaires.

23 BH, p. 95

24 BH, p. 96

25 Voir C. Reig, Mimer, miner, rimer, op. cit., pour une analyse approfondie des influences littéraires et réseaux intertextuels que Roubaud tisse dans son roman.

26 BH, p. 98

27 C. Reig, « Books-jacking », art. cit., p. 266

28 Daniela Tononi, « Autofiction oulipienne : l’écriture au miroir », in Dalhousie French Studies, 2010, n° 91, p. 79-87

Haut de page

Table des illustrations

Titre L’entrée de la Bibliothèque
Crédits © Fanny Van Exaerde. Avec l’aimable autorisation de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/6741/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre La carte lecteur
Crédits © Fanny Van Exaerde. Avec l’aimable autorisation de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/6741/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 694k
Titre La salle de lecture
Crédits © Fanny Van Exaerde. Avec l’aimable autorisation de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/6741/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Van Exaerde, « « Le malheureux, elle a encore frappé ! » Portrait en action de la Bibliothèque dans La Belle Hortense de Jacques Roubaud »La Revue de la BNU, 28 | 2023, 52-59.

Référence électronique

Fanny Van Exaerde, « « Le malheureux, elle a encore frappé ! » Portrait en action de la Bibliothèque dans La Belle Hortense de Jacques Roubaud »La Revue de la BNU [En ligne], 28 | 2023, mis en ligne le 14 novembre 2023, consulté le 12 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/rbnu/6741 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rbnu.6741

Haut de page

Auteur

Fanny Van Exaerde

Docteur en littérature française, membre associé du laboratoire Alithila, Université de Lille

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search