Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Dossier : Bibliothèques et imagin...Littérature(s)La représentation de la bibliothè...

Dossier : Bibliothèques et imaginaire
Littérature(s)

La représentation de la bibliothèque dans la littérature de jeunesse : entre panthéon de la littérature et espace de jeu

Nadège Langbour
p. 60-69

Texte intégral

1Quand on réfléchit aux lieux que la littérature de jeunesse met en scène pour y inscrire les aventures de ses héros, la bibliothèque ne vient pas spontanément en tête de liste. Pourtant, il s’agit d’un espace omniprésent dans les romans pour adolescents, et ce quel que soit le genre auquel ceux-ci se rattachent. Qu’on pense par exemple à la fantastique bibliothèque de Poudlard avec sa section de livres interdits dans Harry Potter de J. K. Rowling, à la planète-bibliothèque dans La Guerre des livres d’Alain Grousset ou à « l’incroyable bibliothèque de M. Lemoncello » dans les romans de Chris Grabenstein. Plus qu’un motif, la bibliothèque est véritablement présentée comme un lieu d’aventures, de découvertes et de rencontres, comme un espace à part dont la singularité s’inscrit d’abord dans son architecture.

L’imaginaire architectural de la bibliothèque

2Écrin accueillant le patrimoine littéraire de l’humanité, la bibliothèque est elle aussi un espace patrimonial puisqu’elle est régulièrement installée dans un monument historique. Celle dans laquelle le jeune Victor se retrouve « prisonnier » suite à l’inadvertance de la bibliothécaire, qui a oublié de vérifier si tous les lecteurs étaient bien sortis, a investi les fondations d’un ancien château médiéval :

  • 1 Xavier Armange, Le Prisonnier de la bibliothèque, Le Château-d’Olonne, Éditions d’Orbestier, 2005, (...)

Ma bibliothèque est un monument historique. Mais pas n’importe quelle vieille ruine. Elle vient d’être entièrement restaurée et je dois reconnaître qu’elle est superbe. Elle a été aménagée sous l’hôtel de ville dans les caves d’un ancien château du XIIe siècle, revu et amélioré à la Renaissance1.

  • 2 Gudule, La Bibliothécaire, Paris, Hachette, 2001 [1ère édition 1995], p. 21
  • 3 Ibid., p. 47

3Si celle dans laquelle Guillaume, le héros de Gudule, suit la mystérieuse Ida, est plus récente, c’est néanmoins un « imposant bâtiment du début du siècle »2 dont la façade est agrémentée de « colonnades modern-style ornant le fronton du bâtiment »3. Il en est de même de la nouvelle bibliothèque d’Alexandriaville, entièrement subventionnée par l’excentrique milliardaire M. Lemoncello. Pour doter sa ville natale d’une bibliothèque, le mécène bibliophile a réhabilité les locaux d’une ancienne banque :

  • 4 Chris Grabenstein, Vingt-quatre heures dans l’incroyable bibliothèque de M. Lemoncello, trad. Anat (...)

Le bâtiment de la banque, qui constituait la carcasse de la nouvelle bibliothèque, avait été érigé en 1931. Avec des colonnes corinthiennes, une entrée en voûte, beaucoup de fioritures et un impressionnant dôme chatoyant, l’immeuble aurait été plus à sa place au milieu des monuments glorieux de Washington que dans ces petites rues pittoresques de l’Ohio […] Sur la façade de l’imposante forteresse rectangulaire, les murs sans fenêtres avaient été peints pour ressembler à un rayonnage d’ouvrages géants, entre de solides colonnes qui faisaient figure de serre-livres.
— On dirait un temple grec ! s’enthousiasma Miguel »4.

4Ce motif de la bibliothèque comme temple ou sanctuaire est directement emprunté aux stéréotypes livresques traditionnellement usités pour évoquer l’image de ce type d’établissement. La représentation de la bibliothèque dans les romans pour adolescents cristallise ainsi les clichés liés à l’antre du savoir, au caractère sacré du lieu et au silence religieux qui y règne.

Première de couverture du roman Virus L.I.V.3 de Christian Grenier, réalisée par Florence Magnin (Hachette, Paris, 2001)

Première de couverture du roman Virus L.I.V.3 de Christian Grenier, réalisée par Florence Magnin (Hachette, Paris, 2001)

© Droits réservés

  • 5 Christian Grenier, Virus L.I.V.3 ou la mort des livres, Paris, Hachette, 2001 [1ère édition 1998], (...)
  • 6 Danielle Martinigol et Alain Grousset, L’Enfant-Mémoire, Paris, Hachette, 2015 [1ère édition 1996] (...)
  • 7 Gudule, La Bibliothécaire, op. cit., p. 22
  • 8 Alain Grousset, La Guerre des livres, Paris, Hachette, 2013

5Ces clichés se retrouvent également dans les univers futuristes de Christian Grenier, d’Alain Grousset ou de Danielle Martinigol, où la représentation de la bibliothèque reste fortement stéréotypée : qu’il s’agisse de la TGB, la Très Grande Bibliothèque de Virus L.I.V.3 dont les quatre buildings se dressent au cœur de Paris, ou des planètes-bibliothèques de La Guerre des livres et de L’Enfant-mémoire, toutes ces bibliothèques arborent « dans [leurs] travées, [d]es rayonnages [...] couverts de livres jusqu’au plafond »5. L’illustration de couverture réalisée par Florence Magnin pour Virus L.I.V.3 de Christian Grenier (voir ill. ci-dessus) traduit d’ailleurs bien, visuellement, cette représentation de la bibliothèque. Structurée par des lignes verticales que soulignent les montants des étagères, cette première de couverture met en scène le gigantisme de la bibliothèque, grâce au lecteur représenté au centre de l’image, qui fournit une échelle pour mieux apprécier la hauteur des étagères, et grâce à la représentation tronquée de ces dernières dont on ne voit pas les extrémités. En s’étirant bien au-delà de l’espace représenté, les étagères donnent l’impression que la bibliothèque est une tour sans fin qui s’élève vertigineusement jusqu’au ciel, comme le laisse penser l’espace lumineux en haut à gauche, suggérant l’existence d’un puits de lumière vers lequel les livres en suspens semblent s’envoler. Vastes constructions qui s’élèvent vers le ciel et s’enfoncent dans le sol, ces bibliothèques futuristes se rattachent au mythe de Babel. « Le savoir de l’Humanité se trouve ici »6, s’exclame le conservateur de L’Enfant-mémoire, faisant ainsi écho à l’étonnement de Guillaume quand, dans le roman de Gudule, il réalise que « tout le savoir du monde est rassemblé ici »7. Nouvelles Babel, comme le suggère le toponyme « Libel » de la planète-bibliothèque d’Alain Grousset8 (formé bien évidemment par la réunion des mots « livre » et « Babel »), ces bibliothèques sont assimilées à la mémoire du monde et ont, en ce sens, un lien de parenté avec le musée.

  • 9 Ibid.
  • 10 Danielle Martinigol et Alain Grousset, L’Enfant-mémoire, op. cit.
  • 11 Gudule, La Bibliothécaire, op. cit., p. 22
  • 12 Christian Grenier, Virus L.I.V.3, op. cit., p. 105-106 et 175
  • 13 Chris Grabenstein, Vingt-quatre heures dans l’incroyable bibliothèque de M. Lemoncello, op. cit., (...)
  • 14 Ibid., p. 200

6Ce rapprochement du musée et des bibliothèques est d’abord suggéré par le titre professionnel de leurs gérants qui ne sont plus bibliothécaires, mais « maître-conservateur »9 ou « Conservateur de la Bibliothèque »10. Cette nature muséale des lieux tient au fait qu’elles réunissent en leur sein une multitude d’ouvrages qui permettent de retracer l’histoire du livre depuis son invention. « Couvertures de cuir, de tissu, de carton, aux tranches dorées ; parchemins roulés ; éditions rares et volumes populaires pleins de naïves illustrations »11, Codex Hammer de Léonard de Vinci protégé des ravages du temps et du virus graphophage par un coffre de plexiglas12, la bibliothèque de Gudule, comme celle de Christian Grenier, sont donc bien des sortes de musées. Même l’étrange bibliothèque de M. Lemoncello revêt par certains aspects ce caractère muséal, à ceci près toutefois que celui-ci est détourné avec humour. Ainsi, l’une des pièces de « l’incroyable bibliothèque » est surnommée « Lemoncellabilia : mini-musée de bricoles personnelles intéressantes et bizarres »13. L’usager des lieux qui y pénètre n’y trouve pas de livres, mais une série d’objets hétéroclites qui ont appartenu au mécène. Ailleurs, ce n’est pas dans une sorte de cabinet de curiosités que s’introduit le lecteur, mais dans « un muséum d’histoire naturelle miniature »14. Bien que réinvesti sur un ton décalé par Chris Grabenstein, le stéréotype de la bibliothèque-musée reste prégnant, revenant régulièrement dans les représentations que les auteurs pour la jeunesse donnent de ce lieu.

  • 15 Alberto Manguel, La Bibliothèque, la nuit, Arles, Actes Sud, 2007, p. 34
  • 16 Gudule, La Bibliothécaire, op. cit., p. 30
  • 17 Éric Sanvoisin, Le Buveur d’encre – La cité des buveurs d’encre, Paris, Nathan, 2012, p. 40-42

7Cette parenté entre le musée et la bibliothèque a été judicieusement mise en lumière par Alberto Manguel dans son essai La Bibliothèque, la nuit, lorsqu’il rappelle qu’étymologiquement, le musée désigne la demeure des Muses15. Dans la littérature de jeunesse, la bibliothèque devient elle aussi la demeure des inspiratrices antiques : nouvelle Hippocrène où se glissent Guillaume, Ida et Doudou pour trouver le grimoire « qu’il faut posséder pour devenir écrivain »16, elle abrite aussi les mânes de ces derniers, voire des écrivains-MUSiciens (avec Boris Vian) dans le roman de Xavier Armange, Le Prisonnier de la bibliothèque. Dans ce récit, Victor, enfermé par erreur dans la bibliothèque de sa ville, va découvrir que celle-ci est hantée par les auteurs défunts. Entre panthéon et mausolée, l’image de la bibliothèque devient alors aussi inquiétante que fascinante. Si elle donne accès à un monde fantastique, elle n’est pas sans danger car, en devenant le royaume des morts – les vampires buveurs d’encre d’Éric Sanvoisin installent d’ailleurs leur cimetière dans les sous-sols de la Bibliothèque du Monde17 –, la bibliothèque devient aussi un piège dont le lecteur n’est pas certain de ressortir. L’avenir de Victor, le héros de Xavier Armange, est d’ailleurs compromis par sa rencontre avec les fantômes des romanciers, car certains ne veulent pas le laisser partir.

  • 18 Gudule, La Bibliothécaire, op. cit., p. 21
  • 19 Danielle Martinigol et Alain Grousset, L’Enfant-mémoire, op. cit., p. 2
  • 20 Ibid., p. 31
  • 21 Alain Grousset, La Guerre des livres, op. cit., p. 39

8Cette attitude « minotauresque » des locataires clandestins de la bibliothèque renvoie à un autre stéréotype architectural traditionnellement utilisé pour décrire le lieu : le labyrinthe. Ce motif est récurrent dans les fictions pour adolescents : la bibliothèque imaginée par Gudule est « un labyrinthe de corridors [qui] s’enfonce dans l’obscurité »18, celle de Danielle Martinigol est « un véritable gruyère »19, « un dédale »20 comme celle d’Alain Grousset21 ; les méandres souterrains de la TGB de Christian Grenier et les oubliettes du château transformé en bibliothèque dans le roman de Xavier Armange soulignent également cette structure labyrinthique des lieux. Bien que plus accueillante et rassurante, la bibliothèque de M. Lemoncello n’échappe pas à cette règle, ce qui permet d’ailleurs à l’excentrique milliardaire de la transformer en terrain de jeu dont l’objectif, pour les participants, est de trouver une issue pour sortir de la bibliothèque dans laquelle ils sont enfermés.

Première de couverture du roman Le Prisonnier de la bibliothèque de Xavier Armange, production de l’Atelier d’Orbestier

Première de couverture du roman Le Prisonnier de la bibliothèque de Xavier Armange, production de l’Atelier d’Orbestier

© Éditions d’Orbestier, Le Château-d’Olonne, 2005

9Ainsi, même si certains romanciers pour la jeunesse comme Chris Grabenstein s’amusent avec les stéréotypes et se plaisent à les détourner, force est cependant de constater que la représentation de la bibliothèque dans la littérature de jeunesse repose avant tout sur le réinvestissement de clichés littéraires. Dans les romans de notre corpus, ces clichés concernent moins ceux qui y travaillent que le lieu lui-même. La bibliothèque est de prime abord une recombinaison de stéréotypes architecturaux. Aussi n’est-il pas surprenant que ce soit un élément architectural qui incarne métonymiquement la rencontre entre le jeune lecteur et l’univers des livres que symbolise la bibliothèque. Cet élément, c’est la porte. Espace seuil entre deux mondes, espace de franchissement, la porte incarne les découvertes, les rencontres, les aventures que propose la bibliothèque, et ce d’autant plus que ces portes sont souvent des portes dérobées.

Les portes dérobées de la bibliothèque, ou l’accès à des espaces insoupçonnés

  • 22 Xavier Armange, Le Prisonnier de la bibliothèque, op. cit., p. 11
  • 23 Ibid., p. 17
  • 24 Christian Grenier, Virus L.I.V.3, op. cit., p. 25

10« Maudit soit ce jour où j’ai poussé la porte de la bibliothèque ! »22, s’exclame Victor dans Le Prisonnier de la bibliothèque. Loin d’être un simple élément fonctionnel permettant d’entrer et de sortir du bâtiment, la porte cristallise l’ensemble des enjeux fictionnels et métafictionnels des romans pour adolescents qui mettent la bibliothèque au cœur de leur diégèse. Élément déclencheur de l’histoire puisque c’est souvent en pénétrant dans une bibliothèque que l’aventure des personnages commence, elle fait aussi partie intégrante de l’élément de résolution, lorsque les protagonistes se retrouvent enfermés dans ce lieu insolite. Pour Victor, le héros de Xavier Armange, comme pour les collégiens du roman de Chris Grabenstein, l’objectif est le même : sortir de la bibliothèque, ouvrir ou trouver la porte qui leur permettra de quitter le bâtiment. Or l’entreprise s’avère bien difficile, ce que symbolisent matériellement les portes des bibliothèques qui ne sont jamais des portes ordinaires. En effet, celles-ci sont décrites comme des portes massives, inviolables et donc difficilement franchissables. Celle de la bibliothèque municipale dans laquelle Victor est prisonnier est un vestige de la forteresse du 12e siècle qui a été réhabilitée en espace de lecture et, comme le constate le jeune garçon, « une porte de château qui a résisté à sept siècles d’envahisseurs ne craint pas les coups d’un adolescent, même costaud comme [lui] »23. Bien que d’une autre facture et d’une autre époque, la porte de la TGB imaginée par Christian Grenier est elle aussi dissuasive pour les éventuels intrus, puisqu’il s’agit d’« une porte blindée »24. Elle est en cela similaire à celle de la nouvelle bibliothèque d’Alexandriaville, étant donné que, pour ce bâtiment dont il a entièrement financé la rénovation, M. Lemoncello a choisi d’installer une porte de coffre-fort récupérée dans l’ancienne banque de la ville. Les premier usagers des lieux s’étonnent d’ailleurs d’un tel choix :

  • 25 Chris Grabenstein, Vingt-quatre heures dans l’incroyable bibliothèque de M. Lemoncello, op. cit., (...)

— C’est quoi cette porte ? demanda Hallie Dally qui, bien évidemment, avait réussi à se mettre au premier rang. Vous l’avez volée dans le coffre-fort d’une banque ?
— C’est la porte de la chambre forte de l’ancienne Gold Leaf Bank, confirma la professeure Zinchenko. Elle pèse vingt tonnes […]
— Pourquoi la porte d’un coffre-fort ? demanda Kayla Corson […]
— Cette porte nous sert de rappel à tous : nos pensées sont à l’abri dans une bibliothèque, même un braquage de banque ne peut les perturber25.

  • 26 Xavier Armange, Le Prisonnier de la bibliothèque, op. cit.
  • 27 Gudule, La Bibliothécaire, op. cit.
  • 28 Fanny Chiarello, Holden, mon frère, Paris, L’école des loisirs, 2012
  • 29 Chris Grabenstein, Vingt-quatre heures dans l’incroyable bibliothèque de M. Lemoncello, op. cit., (...)
  • 30 Gudule, La Bibliothécaire, op. cit., p. 23
  • 31 Xavier Armange, Le Prisonnier de la bibliothèque, op. cit., p. 8-9

11Porteuse de connotations hautement symboliques, la porte de la bibliothèque renvoie donc aux usages intrinsèquement associés à ce lieu : espace de réflexion où le silence est roi, la bibliothèque est un endroit à part, coupé du monde extérieur. Mais ce motif de la porte blindée n’est pas sans nourrir une certaine ambiguïté quant à l’accessibilité des lieux, car si elle protège le lecteur des distractions extérieures et les livres des vandales, elle rend aussi plus difficile l’entrée dans la bibliothèque. Pour des adolescents peu habitués des lieux comme Victor26, Guillaume27 ou Kévin28, ces portes peuvent s’apparenter à des obstacles retardant le moment où ils franchissent le pas pour y entrer. Elles reflètent en cela le caractère intimidant qui enveloppe parfois la bibliothèque, au point que certaines personnes renoncent à y pénétrer, craignant de ne pas posséder le mot de passe – ou du moins les codes – pour y être acceptées. Ces portes blindées des bibliothèques traduisent de fait les difficiles rapports des adolescents avec le livre. C’est là un point que la plupart des héros ont en commun : « Kevin n’était pas un très grand lecteur »29 et « il n’existe pas de plus mauvais lecteur que Guillaume : à part la BD, tout ce qui est inscrit sur du papier lui donne des boutons ! »30 Quant à Victor, le narrateur homodiégétique du Prisonnier de la bibliothèque, il l’avoue sans complexes : « La lecture ce n’est pas mon truc ; j’en ai pris mon parti […] Les livres ne me passionnent pas et je ne suis pas seul à penser qu’aller à la bibliothèque, c’est to-ta-le-ment i-nu-ti-le ! »31 Aussi n’est-il pas surprenant que ces petits lecteurs (ou ces lecteurs qui s’ignorent) n’empruntent pas aisément la porte principale pour entrer dans la bibliothèque : ils lui préfèrent de petites portes dérobées, plus intimistes et moins intimidantes.

  • 32 Gudule, La Bibliothécaire, op. cit., p. 21
  • 33 Christian Grenier, Virus L.I.V.3, op. cit., p. 61
  • 34 Chris Grabenstein, Vingt-quatre heures dans l’incroyable bibliothèque de M. Lemoncello, op. cit., (...)

12C’est en effet par « une insignifiante petite porte, dans le flanc de la bibliothèque »32 que Guillaume s’introduit, de nuit, dans la bibliothèque municipale, ne tentant même pas d’utiliser l’entrée principale. Parallèlement, Alice, l’héroïne de Virus L.I.V.3 de Christian Grenier, emprunte le même type de chemin pour sortir, « quitt[ant] la TGB par une entrée de service »33. Si ces issues secondaires sont des alternatives possibles aux intimidantes portes d’entrée, elles ne sont pas les seules que l’usager des lieux peut utiliser. Comme l’explique M. Lemoncello lors de l’inauguration de la bibliothèque d’Alexandriaville, les enfants sélectionnés doivent relever un défi insolite : sortir de la bibliothèque dans laquelle ils sont enfermés en en découvrant « la sortie top-secret »34.

13Il existe donc, dans les bibliothèques, des portes cachées que le lecteur est invité à franchir. Ces portes renvoient à l’imaginaire des châteaux et des vieilles demeures dont les bibliothèques masquent parfois des passages secrets. D’ailleurs, celle dans laquelle Victor passe deux nuits et qui est installée dans les fondations d’un ancien château, possède ce type de passages. L’adolescent les découvre en explorant son insolite prison :

  • 35 Xavier Armange, Le Prisonnier de la bibliothèque, op. cit., p. 32-33

Avec mille précautions, j’ai tourné la poignée de la troisième porte où il était écrit le mot “privé” […] Dans la pénombre je tâtais les murs vétustes, construits en grosses pierres mal équarries. C’est alors que j’ai découvert, sous un morceau de moquette posé sur le sol, un large carré de pierre. Un gros anneau de bronze était scellé en son centre. Sans trop savoir ce que je faisais, je me suis arc-bouté et, tirant de toutes mes forces, j’ai senti la trappe se soulever lentement. La pierre s’est décollée. Je l’ai poussée sur le côté et un carré d’obscurité profonde s’est ouvert entre mes jambes35.

14En fouinant, Victor découvre donc le passage secret qui mène aux souterrains de la bibliothèque et au caveau dans lequel les fantômes des écrivains ont élu domicile. Ce motif du franchissement par le lecteur des portes secrètes des bibliothèques est ingénieusement mis en scène dans l’illustration de couverture du roman de Xavier Armange (voir ill. ci-dessus). Si le premier plan est occupé par des personnages – un jeune garçon qui ne peut être que le héros et trois fantômes parmi lesquels on reconnaît Victor Hugo à gauche et Georges Simenon à droite –, le second plan et l’arrière-plan mettent en exergue les éléments du décor : d’une part la bibliothèque avec les rayonnages accueillant des livres, et d’autre part une concaténation de portes ou de lieux de transition entre deux espaces. Après une première voûte de pierre dans les tons verts qui marque l’entrée du caveau des écrivains, se dressent des grilles de couleur rouille derrière lesquelles on aperçoit une autre voûte et l’ombre de la porte donnant accès aux escaliers souterrains. Cet enchaînement de portes, loin de simplement renvoyer à la diégèse et au moment où Victor trouve l’entrée des souterrains et les explore, traduit visuellement la représentation de la bibliothèque que propose Xavier Armange dans sa fiction : elle est elle-même une porte, que le lecteur est invité à ouvrir pour rencontrer les écrivains.

Première de couverture du roman Vingt-quatre heures dans l’incroyable bibliothèque de M. Lemoncello de Chris Grabenstein, réalisée par Golden Cosmos

Première de couverture du roman Vingt-quatre heures dans l’incroyable bibliothèque de M. Lemoncello de Chris Grabenstein, réalisée par Golden Cosmos

© éditions Milan, Toulouse, 2017

  • 36 Chris Grabenstein, Vingt-quatre heures dans l’incroyable bibliothèque de M. Lemoncello, op. cit., (...)
  • 37 Ibid., p. 138-139
  • 38 Ibid., p. 195
  • 39 Chris Grabenstein, Une semaine dans l’incroyable bibliothèque de M. Lemoncello, trad. Anath Riveli (...)
  • 40 Chris Grabenstein, Vingt-quatre heures dans l’incroyable bibliothèque de M. Lemoncello, op. cit., (...)
  • 41 Ibid., p. 143
  • 42 Ibid., p. 79
  • 43 Ibid., p. 79

15Cette dialectique métonymique entre les portes de la bibliothèque et la bibliothèque-porte vers les univers livresques n’a de cesse d’être réinvestie dans Vingt-quatre heures dans l’incroyable bibliothèque de M. Lemoncello de Chris Grabenstein. Outre le passage secret que les lecteurs-joueurs doivent découvrir pour remporter la compétition initiée par le milliardaire, la bibliothèque d’Alexandriaville regorge de trappes dissimulées dans le sol36, de « raccourcis »37, de « panneaux secrets » encastrés dans les murs38 et derrière les rayonnages de livres39. À ces portes cachées s’ajoutent des « portes-cachettes », parfaitement visibles et accessibles pour l’usager de la bibliothèque, mais qui ouvrent sur des espaces insolites comme « la Chambre des enfants »40, « l’Antre des ados »41, « le Coin café cool »42 ou « la salle des Arts et objets rares »43. Grâce à la multiplication de portes et d’espaces cachés, non seulement la bibliothèque de M. Lemoncello transforme le motif anxiogène de la bibliothèque-labyrinthe en motif ludique, mais elle incarne aussi, dans ses murs, l’esprit de curiosité et la soif de découverte qui doivent animer le lecteur. En définitive, les portes de la bibliothèque de M. Lemoncello symbolisent les livres.

  • 44 On peut noter que, près de vingt ans avant la publication du roman de Chris Grabenstein illustré p (...)

16Cette double connotation de la porte comme élément architectural et comme métaphore du livre est réinvestie par Golden Cosmos qui signe l’illustration de couverture du roman (voir ill. ci-dessus). Au centre de l’image apparaît la porte du coffre-fort qui est suffisamment entrouverte pour laisser passer un lecteur. Elle se détache sur un mur rouge qui évoque d’abord les briques du bâtiment, mais aussi les livres visibles sur les rayonnages et dont les tranches sont majoritairement rouges et orangées. Par ce jeu de couleurs, la porte et le livre sont rapprochés, ce que confirment encore les déplacements des figures au sein de l’image. Organisée comme une planche de bande dessinée avec un découpage en cases, l’illustration met en scène des espaces distincts. À l’instar des usagers de la bibliothèque, les figures passent d’un espace à l’autre en franchissant les seuils marqués par les contours noirs des cases. On voit ainsi à gauche une adolescente montant à l’échelle, tandis qu’à droite une figure vêtue d’un scaphandre traverse un sas. Or ce sas, qui est matériellement une porte, symbolise aussi les livres de Jules Verne puisque la figure semble passer du « voyage extraordinaire » de Vingt mille lieues sous les mers à celui de De la Terre à la lune44. D’ailleurs, la couleur orangée du sas est en tout point identique à celle du livre en apesanteur au-dessus du lecteur casqué.

  • 45 Catherine Tauveron, « L’aventure littéraire : un genre en émergence dans la littérature de jeuness (...)
  • 46 Gudule, La Bibliothécaire, op. cit., p. 83-84
  • 47 Claude Ponti, Mille secrets de poussins, Paris, L’école des loisirs, 2005, p. 4-5

17Ce rapprochement du livre et de la porte stimule l’imagination des auteurs pour la jeunesse, au point que certains en viennent à prendre la métaphore au pied de la lettre. C’est notamment le cas dans les fictions relevant du genre de « l’aventure littéraire », théorisé par Catherine Tauveron45, où les héros pénètrent dans les univers livresques et peuvent interagir avec des personnages. Or, pour ces lecteurs voyageurs que sont par exemple les protagonistes de La Bibliothécaire de Gudule ou ceux atteints par le virus L.I.V.3 dans le roman de Christian Grenier, les livres deviennent réellement des portes : « Les couvertures des livres sont des portes qui donnent, non sur des textes arides comme on le croit souvent, mais sur de fabuleux univers »46. Comme ses homologues, Claude Ponti (voir ill. ci-dessous) met en scène ce motif du livre-porte qui permet au lecteur de visiter d’autres mondes. Certains sont grand ouverts et rappellent en cela l’entrée principale des bibliothèques, à la fois majestueuse et impressionnante ; d’autres ne comportent que de petites portes dérobées qu’empruntent les lecteurs timides (comme le poussin de Wouallalatavu) ou les lecteurs braconniers et malicieux (comme Blaise, le poussin masqué, qui sort de Max et les Maximonstres)47.

Claude Ponti, Mille secrets de poussins, p. 4-5

Claude Ponti, Mille secrets de poussins, p. 4-5

© 2005, L’école des loisirs, Paris

18Ainsi, en réinvestissement les stéréotypes architecturaux associés à la bibliothèque, les auteurs pour la jeunesse font acte de pédagogie : non seulement, en faisant l’éloge de la lecture, ils invitent le jeune lecteur à pousser les portes de sa propre bibliothèque municipale, mais en plus, ils contribuent à édifier la bibliothèque intérieure de l’enfant dont parle Umberto Eco dans Lector in fabula, en lui transmettant les représentations culturelles, littéraires et patrimoniales que véhiculent ces lieux.

Haut de page

Notes

1 Xavier Armange, Le Prisonnier de la bibliothèque, Le Château-d’Olonne, Éditions d’Orbestier, 2005, p. 13

2 Gudule, La Bibliothécaire, Paris, Hachette, 2001 [1ère édition 1995], p. 21

3 Ibid., p. 47

4 Chris Grabenstein, Vingt-quatre heures dans l’incroyable bibliothèque de M. Lemoncello, trad. Anath Riveline, Toulouse, Milan, 2017 [1ère édition 2013], p. 16 et 65

5 Christian Grenier, Virus L.I.V.3 ou la mort des livres, Paris, Hachette, 2001 [1ère édition 1998], p. 56

6 Danielle Martinigol et Alain Grousset, L’Enfant-Mémoire, Paris, Hachette, 2015 [1ère édition 1996], p. 32

7 Gudule, La Bibliothécaire, op. cit., p. 22

8 Alain Grousset, La Guerre des livres, Paris, Hachette, 2013

9 Ibid.

10 Danielle Martinigol et Alain Grousset, L’Enfant-mémoire, op. cit.

11 Gudule, La Bibliothécaire, op. cit., p. 22

12 Christian Grenier, Virus L.I.V.3, op. cit., p. 105-106 et 175

13 Chris Grabenstein, Vingt-quatre heures dans l’incroyable bibliothèque de M. Lemoncello, op. cit., p. 130

14 Ibid., p. 200

15 Alberto Manguel, La Bibliothèque, la nuit, Arles, Actes Sud, 2007, p. 34

16 Gudule, La Bibliothécaire, op. cit., p. 30

17 Éric Sanvoisin, Le Buveur d’encre – La cité des buveurs d’encre, Paris, Nathan, 2012, p. 40-42

18 Gudule, La Bibliothécaire, op. cit., p. 21

19 Danielle Martinigol et Alain Grousset, L’Enfant-mémoire, op. cit., p. 2

20 Ibid., p. 31

21 Alain Grousset, La Guerre des livres, op. cit., p. 39

22 Xavier Armange, Le Prisonnier de la bibliothèque, op. cit., p. 11

23 Ibid., p. 17

24 Christian Grenier, Virus L.I.V.3, op. cit., p. 25

25 Chris Grabenstein, Vingt-quatre heures dans l’incroyable bibliothèque de M. Lemoncello, op. cit., p. 66

26 Xavier Armange, Le Prisonnier de la bibliothèque, op. cit.

27 Gudule, La Bibliothécaire, op. cit.

28 Fanny Chiarello, Holden, mon frère, Paris, L’école des loisirs, 2012

29 Chris Grabenstein, Vingt-quatre heures dans l’incroyable bibliothèque de M. Lemoncello, op. cit., p. 21

30 Gudule, La Bibliothécaire, op. cit., p. 23

31 Xavier Armange, Le Prisonnier de la bibliothèque, op. cit., p. 8-9

32 Gudule, La Bibliothécaire, op. cit., p. 21

33 Christian Grenier, Virus L.I.V.3, op. cit., p. 61

34 Chris Grabenstein, Vingt-quatre heures dans l’incroyable bibliothèque de M. Lemoncello, op. cit., p. 90-91

35 Xavier Armange, Le Prisonnier de la bibliothèque, op. cit., p. 32-33

36 Chris Grabenstein, Vingt-quatre heures dans l’incroyable bibliothèque de M. Lemoncello, op. cit., p. 125

37 Ibid., p. 138-139

38 Ibid., p. 195

39 Chris Grabenstein, Une semaine dans l’incroyable bibliothèque de M. Lemoncello, trad. Anath Riveline, Toulouse, Milan, 2018 [1ère édition 2016], p. 36

40 Chris Grabenstein, Vingt-quatre heures dans l’incroyable bibliothèque de M. Lemoncello, op. cit., p. 17

41 Ibid., p. 143

42 Ibid., p. 79

43 Ibid., p. 79

44 On peut noter que, près de vingt ans avant la publication du roman de Chris Grabenstein illustré par Golden Cosmos, Christian Grenier développait déjà une fiction faisant dialoguer ces deux romans de Jules Verne autour du motif du scaphandre/combinaison de cosmonaute. Voir Christian Grenier, « Voyages extraordinaires », in Virtuel : attention, danger !, Poitiers, Milan, 1994.

45 Catherine Tauveron, « L’aventure littéraire : un genre en émergence dans la littérature de jeunesse », in L’aventure littéraire dans la littérature de jeunesse, sous la direction de Catherine Tauveron, Grenoble, CNDP, 2002, p. 87-102

46 Gudule, La Bibliothécaire, op. cit., p. 83-84

47 Claude Ponti, Mille secrets de poussins, Paris, L’école des loisirs, 2005, p. 4-5

Haut de page

Table des illustrations

Titre Première de couverture du roman Virus L.I.V.3 de Christian Grenier, réalisée par Florence Magnin (Hachette, Paris, 2001)
Crédits © Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/6746/img-1.JPG
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Première de couverture du roman Le Prisonnier de la bibliothèque de Xavier Armange, production de l’Atelier d’Orbestier
Crédits © Éditions d’Orbestier, Le Château-d’Olonne, 2005
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/6746/img-2.JPG
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Première de couverture du roman Vingt-quatre heures dans l’incroyable bibliothèque de M. Lemoncello de Chris Grabenstein, réalisée par Golden Cosmos
Crédits © éditions Milan, Toulouse, 2017
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/6746/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Titre Claude Ponti, Mille secrets de poussins, p. 4-5
Crédits © 2005, L’école des loisirs, Paris
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/6746/img-4.JPG
Fichier image/jpeg, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadège Langbour, « La représentation de la bibliothèque dans la littérature de jeunesse : entre panthéon de la littérature et espace de jeu »La Revue de la BNU, 28 | 2023, 60-69.

Référence électronique

Nadège Langbour, « La représentation de la bibliothèque dans la littérature de jeunesse : entre panthéon de la littérature et espace de jeu »La Revue de la BNU [En ligne], 28 | 2023, mis en ligne le 14 novembre 2023, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/rbnu/6746 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rbnu.6746

Haut de page

Auteur

Nadège Langbour

Professeur de lettres modernes, membre associé du C.E.R.E.d.I. (Université de Rouen) et du laboratoire 3L.AM (Université du Mans)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search