Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Dossier : Bibliothèques et imagin...Littérature(s)Le Mémorial de Babel dans La Pass...

Dossier : Bibliothèques et imaginaire
Littérature(s)

Le Mémorial de Babel dans La Passe-miroir : représentations et fonctions d’une bibliothèque merveilleuse

Florie Maurin
p. 70-77

Texte intégral

1Dans La Passe-miroir, un cycle ultra-contemporain de fantasy jeunesse écrit par Christelle Dabos, une jeune femme dotée de pouvoirs surnaturels, Ophélie, se lance dans une quête identitaire et cherche à résoudre les mystères qui entourent son monde. Ce dernier est constitué d’arches – sortes d’îlots suspendus dans les airs – sur lesquelles règnent des figures tutélaires quasi divines, les esprits de famille. En arpentant différentes arches, l’héroïne permet au lectorat de découvrir une kyrielle de lieux merveilleux : villages pittoresques où l’inanimé prend vie, univers de cour constitué d’illusions, cité cosmopolite à l’architecture extraordinaire… Parmi ces espaces merveilleux se trouve un édifice singulier, qui constitue le cœur du monde de La Passe-miroir : le Mémorial de Babel.

  • 1 Christelle Dabos, La Passe-miroir, t. 3, La Mémoire de Babel, Paris, Gallimard Jeunesse, 2017, p.  (...)
  • 2 Christelle Dabos, La Passe-miroir, t. 4, La Tempête des échos, Paris, Gallimard Jeunesse, 2019, p. (...)

2Ouvrant ses portes à Ophélie à partir du troisième tome, le Mémorial est une prodigieuse bibliothèque prenant la forme d’une tour s’élevant dans les nuages et surplombant la cité, qui n’est pas sans rappeler la tour biblique par son nom, sa forme et son lien avec le divin. Elle est en effet le lieu où Dieu aurait créé les esprits de famille, les puissants gardiens des arches, en s’affranchissant des règles élémentaires du monde. Le Mémorial est une école où sont élevés ces sortes de golems, avant de devenir dans un second temps une bibliothèque qui renfermerait « toute la mémoire de l’humanité »1, selon la légende. Caractérisé par sa « folie architecturale »2, le Mémorial est un lieu de savoir prodigieux, semblant a priori idéal. Mais il est rapidement synonyme de mystère et devient un espace dangereux, voire délétère, où se produisent d’étranges accidents. Servant de décor à l’intrigue, la bibliothèque reflète également celle-ci : scindé en deux, l’édifice traduit par sa construction une thématique centrale des romans, celle du double. Comprendre l’histoire du Mémorial, le plus vieux bâtiment de Babel, permet à Ophélie de comprendre son monde présent, d’empêcher son effondrement et de dénouer les fils de l’intrigue.

Christelle Dabos, La Passe-miroir, tome III : La Mémoire de Babel (collection « Grand format littérature »).

Christelle Dabos, La Passe-miroir, tome III : La Mémoire de Babel (collection « Grand format littérature »).

© Gallimard Jeunesse. Illustration de Laurent Gapaillard

  • 3 Citons, entre autres, Matilda dans le roman de Roald Dahl, Belle dans le conte de Jeanne-Marie Lep (...)

3En étudiant les représentations et les fonctions symboliques de la bibliothèque, nous chercherons à mettre en lumière les spécificités de ce réinvestissement d’un lieu ayant été amplement fréquenté par des personnages littéraires3 et ce, par une autrice ayant elle-même suivi une formation de bibliothécaire. Quelle métamorphose Christelle Dabos impose-t-elle à cet espace emblématique, ici héritier de la tour biblique mythique ? Comment la bibliothèque antédiluvienne de Babel, à la fois lieu des commencements et des fins, s’érige-t-elle en pôle dans La Passe-miroir ?

« N’allez pas croire que le Mémorial est une sorte de vieille bibliothèque poussiéreuse »4 : une architecture fabuleuse

  • 4 Christelle Dabos, La Passe-miroir, t. 3, La Mémoire de Babel, op. cit., p. 64

4Lorsqu’on retrouve Ophélie au début du troisième tome, la jeune femme est assaillie de questions qui constituent le moteur de l’intrigue. Elle cherche à comprendre l’origine des arches, nées d’un événement lointain nommé « la Déchirure », mais elle tente aussi de percer à jour l’identité de Dieu et de l’Autre, deux entités qui pourraient causer la ruine du monde. En quête d’indices et de son mari disparu à l’issue du deuxième tome, Ophélie émigre vers Babel. Fraîchement arrivée sur la dixième arche, elle découvre le Mémorial :

  • 5 Ibid., p. 63

Entre l’infinité du ciel et la mer de nuages, une immense tour en spirale coiffée d’un dôme en verre se dressait sur un îlot flottant qui avait à peine la place de l’accueillir ; un versant entier de l’édifice débordait sur le vide, mais l’équilibre architectural était si parfait que l’ensemble tenait debout envers et contre tout5.

5Le gigantisme de la construction, traduit en image par Laurent Gapaillard pour la couverture originale du troisième tome (voir ill. ci-dessus), tout comme son incroyable localisation sur une arche flottant dans le ciel, témoignent de l’appartenance de l’œuvre aux littératures de l’imaginaire. Cette bibliothèque qui défie les lois du temps et de l’espace n’a décidément rien de banal. Loin de détromper cette première impression, l’intérieur du bâtiment renforce encore davantage son caractère merveilleux :

  • 6 Ibid., p. 82

L’intérieur de la tour formait un atrium monumental autour duquel les étages s’enroulaient comme des anneaux parallèles […] Le silence était ici d’une telle densité qu’une page tournée produisait l’effet d’un coup de tonnerre. Ophélie fut prise de vertiges quand elle s’aperçut qu’il n’y avait ni escalier ni ascenseur : les visiteurs accédaient aux étages en empruntant de grands couloirs verticaux. Il y avait des salles de consultation aménagées jusque sur les plafonds6.

  • 7 Ibid., p. 64
  • 8 Anne-Marie Chaintreau, Renée Lemaître, Drôles de bibliothèques… Le thème de la bibliothèque dans l (...)

6Peuplé d’automates au service des lecteurs, le Mémorial est aussi parcouru de « transcendius » permettant de se déplacer à la verticale le long des parois, et jalonné de « salondenvers », des box de lecture installés au plafond. Ces éléments, qui semblent tenir de la magie ou d’une prouesse scientifique futuriste, confirment les propos d’Ambroise, qui guide Ophélie jusqu’à l’édifice et qui lui déclare : « N’allez pas croire que le Mémorial est une sorte de vieille bibliothèque poussiéreuse […] Il est à la pointe de la modernité »7. D’une part, celui-ci présente des motifs traditionnels des bibliothèques, comme le silence qui y règne, son aspect labyrinthique ou le personnage de Miss Silence, stéréotype de la bibliothécaire. Il s’agit là de « préfabriqués », pour reprendre le mot d’Anne-Marie Chaintreau et Renée Lemaître, c’est-à-dire d’un « ensemble de termes qui construit une bibliothèque fictive par automatisme de pensée »8. D’autre part, Christelle Dabos renouvelle cet espace par l’insertion d’éléments modernes ou magiques de son invention, faisant du Mémorial un édifice à la frontière de l’antique et de l’avant-gardisme, à l’image de la cité entière de Babel construite sur ces mêmes dualités.

La Tour de Babel, par Pieter Brueghel l’Ancien, vers 1568

La Tour de Babel, par Pieter Brueghel l’Ancien, vers 1568

Coll. et cliché Museum Boijmans van Beuningen, Rotterdam

  • 9 À ce sujet, voir Florie Maurin, « Habiter le ciel : les cités flottantes de la fantasy jeunesse », (...)
  • 10 Christelle Dabos, La Passe-miroir, t. 3, La Mémoire de Babel, op. cit., p. 220

7De la fantasy à la dystopie, il n’y a toutefois qu’un pas. Si la bibliothèque décrite est merveilleuse, elle est aussi régie par des règles strictes qui règnent à plus large échelle sur tout Babel (certains mots sont prohibés, les tenues sont réglementées, etc.9). Le service de censure logé à l’intérieur même du Mémorial est en cela révélateur. Des maîtres censeurs décrètent quelles œuvres « sont conformes à l’esprit de la cité et lesquelles ne le sont pas. Si l’une d’elles pose problème, il peut décider de la transférer à la réserve ou […] de procéder à sa destruction pure et simple »10. Celle-ci est accomplie par le feu, au moyen d’un incinérateur, et fait écho au mythe d’Alexandrie, comme à des romans dystopiques dans lesquels les livres sont brûlés, à commencer par le célèbre Fahrenheit 451 de Ray Bradbury. Bien qu’il soit un lieu de savoir, le Mémorial est le lieu d’un savoir contrôlé et d’une mémoire amputée.

« Un phare destiné à éclairer le monde »11 : lieu de savoir, lieu de mystère

  • 11 Ibid., p. 79
  • 12 Christelle Dabos, La Passe-miroir, t. 4, La Tempête des échos, op. cit., p. 5
  • 13 Christelle Dabos, La Passe-miroir, t. 3, La Mémoire de Babel, op. cit., p. 91

8L’ambition du Mémorial est démesurée, elle semble même tenir de l’hybris : recenser « tous les livres et le savoir accumulés depuis la Déchirure du monde »12. Quant au Secretarium, une chambre secrète en forme de globe qui flotte dans les hauteurs de la bibliothèque, il ne renfermerait pas moins que « l’ultime vérité »13, selon la légende. Et que dire du projet des Généalogistes, pensant que le Mémorial dissimule un savoir qui leur permettrait de devenir les égaux de Dieu ? L’excès et l’orgueil imprègnent l’édifice. L’héritage mythique et biblique se perçoit dans ces caractéristiques puisque la tour de Babel (Gn 11, 1-9) est un symbole de la démesure humaine.

9De plus, la question des langues qui est au cœur de l’épisode biblique est prégnante dans La Passe-miroir : les langues se mélangent à Babel, une cité cosmopolite. Si l’autrice écrit en français, les personnages possèdent une parlure singulière selon leur origine. Celle des Babéliens est émaillée d’expressions anglaises, tandis que les personnages originaires de la Sérénissime emploient des termes italiens et que l’espagnol marque la langue des Arcadiens. C’est également à partir d’un langage, d’un code qu’elle inscrit sur des livres, qu’Eulalie Dilleux (Dieu) parvient à créer les esprits de famille dans un acte démiurgique. Au commencement était le Verbe, semblent réaffirmer les romans. Décrypter ce langage est tout l’enjeu des tomes 3 et 4 : les personnages sont nombreux à vouloir connaître ce secret pour se hisser à leur tour au rang de dieux. Les illustrateurs du cycle ont également contribué à rendre le Mémorial mythique en représentant la bibliothèque comme un édifice à mi-chemin entre la ziggourat et le Colisée, à l’image des peintures de Babel par Pieter Brueghel l’Ancien (voir deux ill. ci-dessus et ci-dessous). Ces dernières présentent des tours de forme ronde et semblent avoir quelque peu figé les représentations dans nos imaginaires ; l’influence du peintre flamand se devine dans de nombreuses tours de Babel qui lui sont postérieures, comme dans le film Metropolis (1927) de Fritz Lang.

La Tour de Babel, par Pieter Brueghel l’Ancien, vers 1563

La Tour de Babel, par Pieter Brueghel l’Ancien, vers 1563

Coll. Et cliché Kunsthistorisches Museum Wien

  • 14 Christelle Dabos, La Passe-miroir, t. 4, La Tempête des échos, op. cit., p. 44

10Si son architecture est peu commune, le Mémorial n’en demeure pas moins une bibliothèque. Cette association de la bibliothèque au mythe de Babel, comme l’idée d’une bibliothèque-univers totalisante qui rassemblerait tous les savoirs et tous les livres, ravive avec force dans nos mémoires le souvenir de la nouvelle borgésienne, La bibliothèque de Babel. L’illustration d’Aurélien Police (voir ill. ci-dessous) insiste d’ailleurs sur la symbolique du savoir, en représentant l’édifice sur une pile de livres. Au sens propre, le Mémorial se fonde sur des ouvrages. Bien sûr, ces livres peuvent également évoquer ceux des esprits de famille, où est inscrit le code qui leur donne vie, pouvoirs et immortalité, ce code que bien des personnages s’échinent à comprendre. Quoi qu’il en soit, la symbolique demeure : le Mémorial est bâti sur un savoir, celui des livres en général ou celui de Dilleux/Dieu. Ophélie, qui a rejoint celles et ceux qui travaillent en son sein, tente de comprendre ce savoir et, pour ce faire, est contrainte de « pass[er] des jours entre ses murs, des nuits parfois, à catalographier, expertiser, classifier, perforer »14. Cet environnement entre en résonance avec un de ses pouvoirs, puisqu’Ophélie est une liseuse et dispose de la capacité de lire le passé des objets en les touchant de ses doigts. Qu’une bibliothèque soit la clef de tout et prête son décor aux révélations finales n’a rien d’un hasard, au regard de cette caractéristique de l’héroïne.

  • 15 Ibid., p. 365
  • 16 Christelle Dabos, La Passe-miroir, t. 3, La Mémoire de Babel, op. cit., p. 135
  • 17 Ibid., p. 265
  • 18 Ibid., p. 79

11Ophélie n’est cependant pas la seule à vouloir percer les secrets de la bibliothèque, l’endroit où Eulalie Dilleux « s’était transformée en Dieu […] Il était rageant de ne toujours pas savoir comment »15. Toutefois, celles et ceux qui s’approchent de trop près de ses mystères font l’objet d’étranges accidents, parfois mortels. C’est tout d’abord un maître censeur, Miss Silence, qui est retrouvée morte peu de temps après l’arrivée d’Ophélie au Mémorial et qui serait « tombée d’une échelle de bibliothèque »16 (ce type d’accident constituant un poncif des malheureuses bibliothécaires de fiction). Peu de temps après, le personnage de Mediana est retrouvé tétanisé et terrorisé dans la bibliothèque, tandis que le professeur Wolf, un ancien habitué du Mémorial, a quant à lui chuté d’un escalier et demeure traumatisé par ce qu’il a découvert là-bas. Pour la pragmatique Ophélie, aucun doute n’est permis au sujet de cette succession d’accidents : « ce n’était définitivement pas une coïncidence. C’était un crime. Trois crimes »17. La fonction d’enquêtrice d’Ophélie s’accentue ainsi au fil des tomes : elle qui cherche à résoudre bien des énigmes est amenée à enquêter non seulement sur Dieu et sur le Mémorial, mais aussi sur les crimes qui s’y produisent, les uns étant liés aux autres. Le lieu de savoir qu’est la bibliothèque, ce « phare destiné à éclairer le monde »18 sur le plan intellectuel, mais qui laisse pourtant dans l’ombre bien des secrets, est également, irrémédiablement, un lieu de mystère et de potentiel danger.

« C’était là que tout allait se jouer »19 : où tout commence et où tout finit

  • 19 Christelle Dabos, La Passe-miroir, t. 4, La Tempête des échos, op. cit., p. 538

12S’il est un motif qui apparaît incessamment, et de façon croissante, au sein de La Passe-miroir, c’est bien celui du double. Il se lit dès le titre du cycle – qui traduit le pouvoir d’Ophélie consistant à plonger dans son reflet pour voyager d’un miroir à l’autre – et se propage jusqu’à Babel et son architecture insolite :

  • 20 Christelle Dabos, La Passe-miroir, t. 3, La Mémoire de Babel, op. cit., p. 83

— La moitié du Mémorial est consacrée au patrimoine de Babel et l’autre moitié au patrimoine des autres arches. Chez nous, tous les édifices publics sont jumeaux. Ambroise désigna la gouttière en cuivre qui traçait une ligne de démarcation au sol sur l’ensemble du diamètre de la tour. Ce trait soulignait la différence temporelle entre la partie originelle du bâtiment, toute en vieilles pierres, et celle qui avait été reconstruite après l’effondrement lié à la Déchirure20.

13La gémellité qu’évoque Ambroise a pour origine le Mémorial, le plus vieux bâtiment de Babel, et se dissémine à partir de ce point aux autres édifices de l’arche. Ce sont également des couples qui exercent leur pouvoir sur la cité : les esprits de famille de Babel sont des jumeaux, Hélène et Pollux, tandis que les Généalogistes forment une dyade si étroite qu’elle tend vers l’unité.

Christelle Dabos, La Passe-miroir, tome III : La Mémoire de Babel (collection « Folio »).

Christelle Dabos, La Passe-miroir, tome III : La Mémoire de Babel (collection « Folio »).

© Gallimard. Illustration d’Aurélien Police

  • 21 Ibid., p. 91
  • 22 Ibid., p. 270 et 248
  • 23 Marie-Odile André, Sylvie Ducas (dir.), Écrire la bibliothèque aujourd’hui, Paris, Éditions du Cer (...)

14L’épicentre de ce phénomène de dédoublement se trouve au cœur de la bibliothèque, dans le Secretarium, et plus particulièrement dans un miroir suspendu de la chambre secrète. Le Secretarium, ce globe flottant qui représente la planète Terre, est un monde en lui-même. L’atteindre devient une véritable obsession pour Ophélie, persuadée qu’il renferme les réponses à ses questions, conformément à la légende selon laquelle il contiendrait « l’ultime vérité »21. En pénétrant dans le globe du Secretarium, l’héroïne découvre une « réplique miniature du Mémorial », le site entier étant pensé « comme une poupée gigogne »22. Le Mémorial est un parfait exemple de bibliothèque moins le monde, pour reprendre la formule de Marie-Odile André et Sylvie Ducas qui distinguent les fictions où la bibliothèque imaginée est détruite (le monde moins la bibliothèque) de celles, héritières de Borges, où la bibliothèque est représentée comme « proliférante et infinie [, s’étendant] à l’échelle du monde et englob[ant] le monde », comme une « bibliothèque superlative aussi dans laquelle le monde comme dehors se trouve aboli »23. Dans La Passe-miroir, la bibliothèque englobe un monde (le Secretarium) au sens propre du terme.

15Par ailleurs, un élément hautement symbolique fait office de pôle, de point central, dans cette bibliothèque à l’intérieur de la bibliothèque : un miroir. De façon bien plus étendue, cet objet constitue le pôle de Babel et du nouveau monde dans son ensemble, né de la Déchirure. Ophélie dévoile l’histoire de ce miroir :

  • 24 Ibid., p. 395

[Il] appartenait à l’un des derniers étages du bâtiment d’origine. Il se tenait à l’endroit précis où l’autre moitié de l’édifice s’était effondrée au moment de la Déchirure. Pour une raison ou une autre, il n’était pas tombé dans le vide avec le reste. Il était resté ancré en l’air, absurdement. Quelqu’un avait fait construire le globe autour de cette aberration pour la cacher. Était-ce là l’œuvre de Dieu ? Combien de personnes connaissaient aujourd’hui l’existence de ce miroir suspendu ?24

  • 25 Christelle Dabos, La Passe-miroir, t. 4, La Tempête des échos, op. cit., p. 365 et 538

16Relique de l’ancien monde, le miroir joue un rôle de seuil. C’est à partir de lui qu’Eulalie Dilleux/Dieu provoque la Déchirure, cet événement durant lequel le monde semble se briser et les arches naître. Le lieu où est érigé le Mémorial détient une fonction fondamentale ; en témoignent ces deux citations qui paraissent se répondre en écho : « C’était là que l’ancien monde s’était achevé et que le nouveau avait commencé » ; « C’était là que tout allait se jouer »25.

  • 26 Marie-Odile André, Sylvie Ducas (dir.), Écrire la bibliothèque aujourd’hui, op. cit., p. 24

17À grande échelle, le Mémorial – d’abord orphelinat militaire, puis école dans l’ancien monde, avant de devenir bibliothèque dans le nouveau – est le lieu des débuts et des fins. Il est aussi le lieu qui divise, comme celui qui réunit, ne cessant d’osciller entre ces deux aspects. À partir de lui, le monde semble se briser en morceaux, avant que ceux-ci ne soient finalement réunis au terme du dernier tome. Il est le lieu où le couple que forment Ophélie et Thorn se déchire tragiquement, mais aussi celui qui rassemble les esprits de famille. Comme son nom le laisse deviner, il est aussi, et peut-être avant tout, un lieu de souvenir. La bibliothèque conserve non seulement la mémoire du monde, à travers ses ouvrages, mais elle est l’espace même où se crée cette mémoire, où se construit la légende dans son sens étymologique de « ce qui doit être lu » (« legenda »). On entrevoit dès lors le potentiel métalittéraire du texte. Marie-Odile André et Sylvie Ducas relèvent d’ailleurs, au sujet des imaginaires de la bibliothèque, ce « jeu de mise en abyme qui est aussi un espace de réflexivité »26. Au Mémorial de Babel, des événements de première importance surviennent, de ceux qui sont dignes de s’inscrire dans les légendes et de figurer dans les livres. Ils y figurent d’ailleurs bien, à travers le livre-objet qu’est La Passe-Miroir et que tiennent entre leurs mains lecteurs et lectrices.

Haut de page

Bibliographie

André, Marie-Odile, Ducas, Sylvie (dir.), Écrire la bibliothèque aujourd’hui, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2007

Bazin, Laurent, « Le sens de Babel : le paradigme de la tour dans la littérature de jeunesse », in Jean-Marc Vercruysse (dir.), La tour de Babel (coll. Graphè, n° 21), Artois Presses Université, 2012, p. 177-187

Chaintreau, Anne-Marie, Lemaître, Renée, Drôles de bibliothèques… Le thème de la bibliothèque dans la littérature et le cinéma, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1993

Samoyault, Tiphaine, « Dans la bibliothèque en ruines », in Valérie-Angélique Deshoulières, Pascal Vacher (éd.), La mémoire en ruines. Le modèle archéologique dans l’imaginaire moderne et contemporain, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2000, p. 221-229

Timonier, Amelha, « Aléthiomètre et mains d’animiste : lectrices atypiques dans À la croisée des mondes et La Passe-miroir », in Justine Breton (dir.), Ces petites filles qui lisent (Cahiers Robinson, n° 51), Artois Presses Université, 2022, p. 43-55

Haut de page

Notes

1 Christelle Dabos, La Passe-miroir, t. 3, La Mémoire de Babel, Paris, Gallimard Jeunesse, 2017, p. 63

2 Christelle Dabos, La Passe-miroir, t. 4, La Tempête des échos, Paris, Gallimard Jeunesse, 2019, p. 44

3 Citons, entre autres, Matilda dans le roman de Roald Dahl, Belle dans le conte de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, le bibliothécaire du Livre de sable de Jorge Luis Borges…

4 Christelle Dabos, La Passe-miroir, t. 3, La Mémoire de Babel, op. cit., p. 64

5 Ibid., p. 63

6 Ibid., p. 82

7 Ibid., p. 64

8 Anne-Marie Chaintreau, Renée Lemaître, Drôles de bibliothèques… Le thème de la bibliothèque dans la littérature et le cinéma, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1993, p. 34

9 À ce sujet, voir Florie Maurin, « Habiter le ciel : les cités flottantes de la fantasy jeunesse », in Maude Deschênes-Pradet, Christophe Duret (dir.), Habiter les espaces autres de la fiction contemporaine : utopies, dystopies, hétérotopies, Sherbrooke, Éditions de l’Inframince, 2022, p. 123-146.

10 Christelle Dabos, La Passe-miroir, t. 3, La Mémoire de Babel, op. cit., p. 220

11 Ibid., p. 79

12 Christelle Dabos, La Passe-miroir, t. 4, La Tempête des échos, op. cit., p. 5

13 Christelle Dabos, La Passe-miroir, t. 3, La Mémoire de Babel, op. cit., p. 91

14 Christelle Dabos, La Passe-miroir, t. 4, La Tempête des échos, op. cit., p. 44

15 Ibid., p. 365

16 Christelle Dabos, La Passe-miroir, t. 3, La Mémoire de Babel, op. cit., p. 135

17 Ibid., p. 265

18 Ibid., p. 79

19 Christelle Dabos, La Passe-miroir, t. 4, La Tempête des échos, op. cit., p. 538

20 Christelle Dabos, La Passe-miroir, t. 3, La Mémoire de Babel, op. cit., p. 83

21 Ibid., p. 91

22 Ibid., p. 270 et 248

23 Marie-Odile André, Sylvie Ducas (dir.), Écrire la bibliothèque aujourd’hui, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2007, p. 24

24 Ibid., p. 395

25 Christelle Dabos, La Passe-miroir, t. 4, La Tempête des échos, op. cit., p. 365 et 538

26 Marie-Odile André, Sylvie Ducas (dir.), Écrire la bibliothèque aujourd’hui, op. cit., p. 24

Haut de page

Table des illustrations

Titre Christelle Dabos, La Passe-miroir, tome III : La Mémoire de Babel (collection « Grand format littérature »).
Crédits © Gallimard Jeunesse. Illustration de Laurent Gapaillard
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/6751/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre La Tour de Babel, par Pieter Brueghel l’Ancien, vers 1568
Crédits Coll. et cliché Museum Boijmans van Beuningen, Rotterdam
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/6751/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre La Tour de Babel, par Pieter Brueghel l’Ancien, vers 1563
Crédits Coll. Et cliché Kunsthistorisches Museum Wien
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/6751/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Titre Christelle Dabos, La Passe-miroir, tome III : La Mémoire de Babel (collection « Folio »).
Crédits © Gallimard. Illustration d’Aurélien Police
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/6751/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florie Maurin, « Le Mémorial de Babel dans La Passe-miroir : représentations et fonctions d’une bibliothèque merveilleuse »La Revue de la BNU, 28 | 2023, 70-77.

Référence électronique

Florie Maurin, « Le Mémorial de Babel dans La Passe-miroir : représentations et fonctions d’une bibliothèque merveilleuse »La Revue de la BNU [En ligne], 28 | 2023, mis en ligne le 14 novembre 2023, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/rbnu/6751 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rbnu.6751

Haut de page

Auteur

Florie Maurin

Docteur en langue et littérature françaises, Université Clermont Auvergne

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search