Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28L'objetUn cône funéraire du temps de Tho...

L'objet

Un cône funéraire du temps de Thoutmosis III

Cassandre Hartenstein
p. 96-99

Texte intégral

  • 1 Je remercie Gisela Bélot, conservatrice en chef responsable des collections antique et égyptologiq (...)

1Parmi les pièces égyptiennes de la collection archéologique de la BNU se trouve un objet de forme curieuse, d’un type que les égyptologues nomment les « cônes funéraires »1. Apparus à la 11e dynastie (22e-20e siècles avant notre ère) sous une forme anépigraphe, c’est à partir du Nouvel Empire (16e-11e siècles avant notre ère) que ces artefacts furent systématiquement tamponnés d’un texte hiéroglyphique, prisé des collectionneurs d’antiquités égyptiennes. De telles pièces ont été découvertes essentiellement dans la région thébaine, où se trouvaient la résidence royale et le centre administratif et culturel de l’Égypte à cette époque.

2Ces artefacts en terre cuite peuvent mesurer jusqu’à 50-60 centimètres de long lorsqu’ils sont complets. Fabriqués de façon personnalisée pour les propriétaires de tombes membres de l’élite administrative et sociale, ils étaient placés en frise en haut de la façade du tombeau ou bien insérés dans le pyramidion qui recouvrait la superstructure du monument funéraire. La partie pointue était imbriquée dans la maçonnerie, tandis que la section plate du cône était inscrite et tournée vers le visiteur accédant à la sépulture. Comme ces objets, une fois décision prise de les réaliser, pouvaient être produits en série, on a pu en dénombrer jusqu’à plus de trois cents pour la tombe d’un certain Sobekmose (Tombe thébaine n° 275). L’inscription, imprimée avec un tampon dans l’argile fraîche avant la cuisson, comprend généralement le nom et/ou le surnom du propriétaire, ainsi que ses titres et éventuellement le nom de ses parents et de son conjoint.

Cône funéraire

Cône funéraire

On peut y lire : « Le vénéré devant Osiris, porteur d’offrandes d’Amon dans le Hout-henket-ankh [« le temple qui apporte la vie » (au roi)], Houy, justifié devant le grand dieu »

Coll Bnu, numéro d’inventaire 2014.1.51, cliché JPR/Bnu, CC BY-NC-SA

3On ne sait toujours pas avec certitude quelle était la fonction de ces objets ni l’origine du choix de leur forme singulière. Certains voyaient dans la forme circulaire de la partie avant un pain symbolique offert au défunt, mais cette hypothèse a été abandonnée. Pour d’autres, il s’agirait d’une représentation du disque solaire. Le fait que le nom du défunt soit tamponné sur le cône lui permettrait de prendre part au cycle du soleil, et ainsi, d’obtenir la vie éternelle. Enfin, les cônes funéraires ont été interprétés d’un point de vue plus pratique, comme des marqueurs et pièces d’identification des tombes. Ce qui est certain, c’est que ces objets servaient de matériaux de construction et qu’ils participaient à l’ornementation de l’architecture. Leurs frises imitaient peut-être les rangées de poutres en bois visibles en haut de la façade dans les habitats de la campagne.

  • 2 Kento Zenihiro, The Complete Funerary Cones, [Tokyo] : [K. Zenihiro], 2009, n° 50

4Bien que l’on ne puisse pas retracer la provenance ni les conditions d’acquisition du cône n° 2014.1.51 dans les archives de la Bnu, il est clair qu’il provient de Thèbes (connue aujourd’hui sous le nom de Louxor) : en effet, deux autres cônes comportant un texte identique y ont été découverts, l’un en 1924 et l’autre en 1925, comme le montrent les archives de l’égyptologue anglais N. de Garis Davies, conservées à Oxford2. En tout, six cônes appartenant à la même tombe, en plus de celui de la Bnu, sont localisés dans différents musées à travers le monde (musée du Caire, Ashmolean Museum, musée archéologique de Florence, musée ethnographique d’Oslo et British Museum).

Cône funéraire

Cône funéraire

On observe que le cône était à l’origine recouvert d’un engobe blanc, aujourd’hui partiellement conservé. La présence de cet enduit était généralement préalable à l’apposition de peintures de couleur.

Coll Bnu, numéro d’inventaire 2014.1.51, cliché JPR/Bnu, CC BY-NC-SA

5Le cône de la Bnu, cassé dans sa longueur, a conservé sa face inscrite. Malgré l’érosion de la surface, le texte est en partie lisible et par comparaison avec les deux exemplaires trouvés par N. de G. Davies, il est possible d’identifier son propriétaire. Il s’agit d’un certain Houy, dont le nom est probablement un hypocoristique pour Amenhotep. Le texte, minimaliste, nous apprend seulement que Houy était porteur des offrandes du dieu Amon au temple funéraire du roi Thoutmosis III situé à Thèbes. Ce souverain fut le sixième pharaon de la 18e dynastie (ses dates de règne se situent entre le début et le milieu du 15e siècle avant notre ère). Le temple funéraire, nommé sur le cône Hout-henket-ankh [« le temple qui apporte la vie » (au roi)], avait pour fonction d’assurer le culte mortuaire du roi, afin qu’il ne manque de rien dans l’au-delà. Houy, en tant que porteur des offrandes du dieu Amon, devait participer à ces rituels.

  • 3 Lise Manniche, Lost Tombs. A study in Certain Eighteenth Dynasty Monuments in the Theban Necropoli (...)

6Les sept cônes au nom de Houy démontrent que cet homme possédait une tombe à Thèbes, qui jusqu’à aujourd’hui n’a jamais été découverte. Ce monument perdu fait partie de ce que les égyptologues appellent des « lost tombs », d’après le titre d’un ouvrage de référence répertoriant les fragments de décor conservés dans les musées du monde3. Il est possible qu’elle ait été détruite, et ce dès l’Antiquité, lors de réaménagements de la nécropole.

Frise informelle de cônes funéraires

Frise informelle de cônes funéraires

Les cônes sont ici réemployés dans un muret de construction de la chaussée menant au temple de Thoutmosis III, découverte lors de la campagne de fouilles 2021.

Cliché Frédéric Colin. © Université de Strasbourg

7Des fouilles récentes entreprises par l’université de Strasbourg montrent que ce genre de perturbations et d’expropriations devait être un phénomène fréquent. En effet, des fragments de parois de tombes décorées et des cônes funéraires anépigraphes ont été découverts dans les structures de construction d’une chaussée menant à un autre temple de Thoutmosis III, situé au fond du cirque de Deir el-Bahari, dans une vallée voisine du site où se trouvait le Hout-henket-ankh évoqué sur le cône de Houy (voir ill. ci-dessus). Ces trouvailles montrent que les travaux d’aménagement de la chaussée ont détruit des tombes installées sur son trajet. Cependant, on notera le soin tout particulier avec lequel les ouvriers de Thoutmosis III ont composé une frise de ces cônes dans un des murets de soutènement de la chaussée, imitant ainsi la position dans laquelle ils se trouvaient à l’origine.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Gisela Bélot, conservatrice en chef responsable des collections antique et égyptologique, de m’avoir permis de publier cette pièce et Jean-Pierre Rosenkranz, photographe, pour avoir réalisé les clichés du cône. Ma reconnaissance va également à Frédéric Colin pour sa relecture.

2 Kento Zenihiro, The Complete Funerary Cones, [Tokyo] : [K. Zenihiro], 2009, n° 50

3 Lise Manniche, Lost Tombs. A study in Certain Eighteenth Dynasty Monuments in the Theban Necropolis, London, KPI, 1988

Haut de page

Table des illustrations

Titre Cône funéraire
Légende On peut y lire : « Le vénéré devant Osiris, porteur d’offrandes d’Amon dans le Hout-henket-ankh [« le temple qui apporte la vie » (au roi)], Houy, justifié devant le grand dieu »
Crédits Coll Bnu, numéro d’inventaire 2014.1.51, cliché JPR/Bnu, CC BY-NC-SA
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/6771/img-1.jpeg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Cône funéraire
Légende On observe que le cône était à l’origine recouvert d’un engobe blanc, aujourd’hui partiellement conservé. La présence de cet enduit était généralement préalable à l’apposition de peintures de couleur.
Crédits Coll Bnu, numéro d’inventaire 2014.1.51, cliché JPR/Bnu, CC BY-NC-SA
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/6771/img-2.png
Fichier image/png, 7,4M
Titre Frise informelle de cônes funéraires
Légende Les cônes sont ici réemployés dans un muret de construction de la chaussée menant au temple de Thoutmosis III, découverte lors de la campagne de fouilles 2021.
Crédits Cliché Frédéric Colin. © Université de Strasbourg
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/6771/img-3.JPG
Fichier image/jpeg, 2,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cassandre Hartenstein, « Un cône funéraire du temps de Thoutmosis III »La Revue de la BNU, 28 | 2023, 96-99.

Référence électronique

Cassandre Hartenstein, « Un cône funéraire du temps de Thoutmosis III »La Revue de la BNU [En ligne], 28 | 2023, mis en ligne le 14 novembre 2023, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/rbnu/6771 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rbnu.6771

Haut de page

Auteur

Cassandre Hartenstein

Doctorante et assistante de recherche, laboratoire mixte Unistra/CNRS Archimède (UMR 7044), Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search