Navigation – Plan du site
Nouvelles acquisitions patrimoniales

Trois ouvrages de Maxime Alexandre

Jean-Louis Elloy
p. 98-103

Texte intégral

Maxime Alexandre, Zeichen am Horizont, 1924

Maxime Alexandre, Zeichen am Horizont, 1924

Cliché Jean-Pierre Rosenkranz. © Droits réservés

1La BNU vient d’acquérir trois livres de l’écrivain Maxime Alexandre, d’une valeur aussi bien bibliophilique que littéraire.

2Il s’agit d’une part d’un exemplaire (dédicacé à Georges Mathis) de l’édition originale du recueil poétique Zeichen am Horizont. Numéroté 30 sur un ensemble de cent volumes dont les cinquante premiers ont été imprimés sur papier de Chine et les cinquante autres sur papier journal, il a été publié en 1924 chez L. Beresniak à Paris. D’autre part, ont été achetés deux volumes du texte autobiographique Secrets, les exemplaires numérotés 9 et 28, dont un (le premier) dédicacé par Maxime Alexandre, imprimés l’un sur Japon nacré blanc, l’autre sur vélin de Rives à la forme, en 1932 par Ducros et Colas, à Paris.

3Les œuvres de ce poète né à Wolfisheim en 1899 et mort à Stras- bourg en 1976 restent mal connues ; elles n’ont pas bénéficié, comme celles d’Yvan Goll par exemple, d’une édition complète et certains titres n’ayant connu au départ qu’une première diffusion limitée ne sont aujourd’hui que partiellement accessibles, en bibliothèque ou chez quelques rares bouquinistes.

4Alexandre pourtant a connu de son vivant un réel succès et son parcours personnel et intellectuel l’a conduit à côtoyer des mouvements majeurs, comme le surréalisme, et des figures littéraires de premier plan comme Aragon, Breton ou plus tard Claudel. Ce par- cours présente des caractéristiques communes avec ceux d’artistes et écrivains alsaciens qu’il a bien connus comme Hans Arp, Yvan Goll ou encore René Schickele. Comme eux, Alexandre est à la croisée des cultures allemande et française et se partage entre ces deux langues ; comme eux, il fréquente les cercles pacifistes au moment de la Grande Guerre ; comme eux, il tentera d’opposer aux nationalismes culturels une vision et un engagement transcendant les frontières politiques.

5Il naît sous le Reichsland ; sa langue maternelle est donc l’allemand, mais dès 1914, ses parents francophiles quittent l’Alsace pour Lausanne où il poursuit sa scolarité et ses études en français. Après la Première Guerre, il revient à Stras- bourg achever ses études de lettres et de philosophie.

6Souvent qualifié par la critique d’« artiste sans feu ni lieu », expression par laquelle Alexandre se définit lui-même dans ses écrits autobiographiques, il oscille tout au long de son existence entre divers endroits, dont Paris et plus ponctuellement Strasbourg et l’Alsace où il revient régulièrement et où il réside définitivement à partir de 1974. Ses activités professionnelles sont également diverses : professeur d’allemand ou de français, critique littéraire, employé au Conseil de l’Europe. La production littéraire qu’il conduit parallèlement consiste avant tout en des recueils poétiques, des textes autobiographiques, des pièces de théâtre, des traductions et des écrits éditoriaux et critiques.

7Les deux œuvres d’Alexandre dont la BNU vient d’acquérir des exemplaires datent du début de la carrière de l’écrivain. Le court recueil Zeichen am Horizont a été publié en 1924, à Paris. À cette date, Alexandre, âgé de vingt-cinq ans, n’a rien publié hormis, dans sa prime adolescence, un texte de théâtre et plus tard, quelques contributions pour des revues. Il est alors très introduit dans le cercle des surréalistes : dès 1920, il a fait la connaissance de Breton. Aragon, qu’il a rencontré en 1923 à Strasbourg, s’est lié d’affection avec lui, l’a emmené à Paris et, devenu son mentor poétique, l’a fait participer aux premières aventures fondatrices du mouvement.

8Ce recueil, malgré sa modestie – il comprend seize poèmes, précédés d’une profession de foi liminaire et suivis d’une courte postface – est déjà révélateur de l’écriture et de la personnalité littéraire d’Alexandre. On peut le lire comme l’œuvre d’un jeune poète en quête de soi, qui s’affirme et qui doute à la fois. En témoigne le choix de la langue alle- mande, signe de l’affirmation d’une culture chère à Alexandre et dans le même temps expression d’un doute, comme l’écrivain l’a confié dans son journal, en ses capacités à maîtriser le français. Mais la matière elle-même du livre est traversée de contradictions livrées à vif. En termes très rimbaldiens, habités par le souvenir d’Une saison en enfer qu’Alexandre avait traduit en allemand dès 1915, la préface proclame, dans une surenchère exclamative, comme surjouée, une confiance en soi démentie par le texte final et ses interrogations angoissées sur l’art poétique. L’irrésolution se lit plus encore dans les choix d’écriture : l’héritage romantique de la culture allemande y côtoie l’essai surréaliste, la confidence lyrique, l’écriture onirique. Les dédicaces même exposent une volonté d’hétérogénéité : elles mentionnent Rimbaud pour l’ensemble du recueil, Aragon, Péret, Denise et Georges (Lévy) grâce à qui Alexandre a fait la connaissance d’Aragon, aussi bien que le panthéon secret des femmes aimées, Jacqueline, Margot, Lotte... L’intime autobiographique se juxtapose ainsi à la réécriture exaltée de langues poétiques neuves et an- ciennes, germaniques et françaises, créant tous ces « signes » qui dessinent l’« horizon » d’Alexandre, pour ce recueil comme pour son œuvre à venir.

Maxime Alexandre, Secrets, 1932

Maxime Alexandre, Secrets, 1932

Clichés Jean-Pierre Rosenkranz.

9Le second texte, Secrets, dont deux rares exemplaires entrent dans les collections de la BNU, a été publiée en 1932, soit huit ans après Zeichen am Horizont. Les rapports d’Alexandre avec le groupe surréaliste et surtout avec Breton sont alors en pleine crise. Peut-être est-ce à ces difficultés et à l’isolement qui va s’ensuivre qu’Alexandre fait allusion dans la dédicace manuscrite à son ami Henri Redelsperger, figurant sur un des volumes achetés par la BNU (voir ill. ci-dessus). Le projet littéraire de Secrets est résolument autobiographique. Alexandre y expose les secrets de sa vie amoureuse, de l’éveil de ses premiers désirs jusqu’à la maturité de ses dernières liaisons en date. L’influence de Freud et de la psychanalyse y est très sensible dans l’importance accordée à la sexualité, notamment infantile. Alexandre se montre très libre de ton, de précision et d’humour également dans cette biographie sexuelle où la masturbation et les plaisirs du « bordel » ont toute leur place. Le plus étonnant cependant reste ce caractère kaléidoscopique de l’écriture bien plus développé que dans Zeichen am Horizont, et cette fois pleinement assumé. Le texte abonde en sauts stylistiques nourris de références littéraires. Un épisode de fessées érotiques nous conduit du côté de chez Rousseau, des moments de célébration onirique où la voix du poète s’adresse à une figure féminine idéalisée retrouvent la veine surréaliste. Un autre moment narratif nous transporte dans l’univers du Sturm und Drang : Alexandre y raconte sa passion pour Lotte, déjà mention- née dans Zeichen am Horizont ; et il semble que le nom aimé l’ait invité à pasticher l’écriture du Goethe des Souffrances du jeune Werther, tant dans le style que dans les motifs en écho (tentation du suicide, revolver, lecture partagée et pâmoisée, non de Klopstock comme dans Werther, mais de Tristan et Iseut), pour ne mentionner que quelques-unes de ces allusions et références. Secrets offre ainsi au lecteur le plaisir d’un jeu littéraire qui s’amuse de ses propres artifices sans rien perdre de sa singularité autobiographique.

10Et paradoxalement, la confrontation des deux textes Zeichen am Horizont et Secrets permet aussi d’apprécier la cohérence que produit cette écriture éclatée. Ils sont parcourus par quelques-uns des thèmes essentiels de l’œuvre ultérieure d’Alexandre : la quête de l’enfance, l’exploration du rêve, l’exaltation amoureuse.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Maxime Alexandre, Zeichen am Horizont, 1924
Crédits Cliché Jean-Pierre Rosenkranz. © Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/735/img-1.png
Fichier image/png, 548k
Titre Maxime Alexandre, Secrets, 1932
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/735/img-2.png
Fichier image/png, 48k
Crédits Clichés Jean-Pierre Rosenkranz.
URL http://journals.openedition.org/rbnu/docannexe/image/735/img-3.png
Fichier image/png, 105k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Elloy, « Trois ouvrages de Maxime Alexandre », La Revue de la BNU, 18 | 2018, 98-103.

Référence électronique

Jean-Louis Elloy, « Trois ouvrages de Maxime Alexandre », La Revue de la BNU [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rbnu/735

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Elloy

Professeur de Lettres classiques

Haut de page
  • Logo Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg
  • OpenEdition Journals