Navigation – Plan du site

Colloques et événements

Séminaire Manufacture Encyclopédie : 2018

Organisé par : Marie Leca-Tsiomis (Cslf, U. Paris Ouest-Nanterre), Irène Passeron (Cnrs, Institut mathématique de Jussieu) et Alain Cernuschi (Université de Lausanne) avec le concours de la Société Diderot et du Comité D’Alembert de l’Académie des sciences.

Ce séminaire consacré à l’Encyclopédie et ouvert il y a cinq ans, est régulièrement suivi par un auditoire de chercheurs, d’enseignants-chercheurs, de doctorants de différentes nationalités et de différents horizons. L’Encyclopédie étant, par définition, multiple, elle appelle la réflexion collective menée au séminaire, les échanges suivis entre spécialistes, grâce à la régularité des rencontres et aux débats qui s’y mènent. Les membres du séminaire participent au projet ENCCRE (Edition numérique collaborative et critique de l’Encyclopédie, voir http://enccre.academie-sciences.fr/) qui concrétise et développe cette approche et répond à cette multiplicité. Ce projet est entré dans sa phase de réalisation et a été présenté au public le jeudi 19 octobre 2017. Il s’agit désormais de travailler sur les articles eux-mêmes, non seulement leur(s) auteur(s), mais aussi leur contenu, leur inscription dans les débats d’époque, leurs enjeux manifestes ou latents, leur inscription dans les polémiques, leur originalité, etc. Les séances de 2017-2018 présentent de nombreuses facettes du projet encyclopédique : polémique ou thématique (morale, jeu, musique, littérature, théologie, arts du livre, théâtre, hippiatrie, économie, médecine, balistique...), articulées à l’annotation critique d’un ou plusieurs articles.

Calendrier des séances du séminaire : La Manufacture de l'Encyclopédie

Les séances ont lieu à l’Université Pierre et Marie Curie, UPMC (métro Jussieu) à Paris, une fois par mois ou plus, le vendredi, de 10h30 à 17h30.

Prochaine séance : Voir le site : http://dalembert.academie-sciences.fr/

Une « Edition Numérique Collaborative et Critique de l’Encyclopédie » en libre accès

Grâce aux séminaires consacrés à l’Encyclopédie et ouverts il y a cinq ans, organisés par : Marie Leca-Tsiomis (Cslf, U. Paris Ouest-Nanterre), Irène Passeron (Cnrs, Institut mathématique de Jussieu) et Alain Cernuschi (Université de Lausanne) avec le concours de la Société Diderot et du Comité D’Alembert de l’Académie des sciences, le projet ENCCRE (Edition numérique collaborative et critique de l’Encyclopédie se concrétise et sa phase de réalisation a été présenté au public le jeudi 19 octobre 2017.

http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/ Librement accessible, l’Édition Numérique, Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie (ENCCRE) met pour la première fois à disposition de tous les connaissances des chercheurs d’hier et d’aujourd’hui sur l’Encyclopédie, en s’appuyant sur un exemplaire original et complet de l’ouvrage, conservé à la Bibliothèque Mazarine, intégralement numérisé pour l’occasion. L’interface numérique dont nous avons doté l’édition vous permettra à la fois d’admirer la beauté de cet exemplaire, de redécouvrir le spectacle de ses 2 579 planches, d’y naviguer de façon intuitive et innovante, et d’y effectuer les recherches les plus variées, comme les plus pointues.

Grâce aux dernières possibilités offertes par le numérique, et à une équipe internationale de 120 chercheurs de tous horizons, historiens des différents domaines de l’Encyclopédie, ingénieurs, étudiants et bénévoles, cette édition est conçue et construite pour être enrichie en permanence, de façon collaborative. Diderot lui-même, évoquant la nécessaire collaboration des savants « spécialistes » à l’Encyclopédie, écrivait :

Quand on vient à considérer la matière immense d’une Encyclopédie, la seule chose qu’on aperçoive distinctement, c’est qu’elle ne peut être l’ouvrage d’un seul homme [...]. Qui est-ce qui définira exactement le mot conjugué, si ce n’est un géomètre ? le mot conjugaison si ce n’est un grammairien ? le mot azimuth si ce n’est un astronome ? le mot épopée si ce n’est un littérateur ? (article ENCYCLOPÉDIE)

De la même façon, l’ENCCRE fait appel à l’historien des mathématiques pour annoter les articles de mathématiques, à l’historien de la grammaire, pour les articles de grammaire, etc. Elle s’appuie sur une plateforme en ligne partagée par l’équipe, qui permet d’envisager un processus d’édition dynamique, envisagé sur le long terme, où se croisent et se conjuguent des compétences multiples et complémentaires.

Image 10000000000004C9000002A58DAA235F.png

Pensée pour en démocratiser l’accès, l’ENCCRE veut ainsi constituer un lieu de rencontre, de partage et d’échange sur l’Encyclopédie, donner envie au plus grand nombre de la découvrir ou de la redécouvrir, et faire revivre l’un de ses plus beaux atours, sérieusement en danger aujourd’hui : son esprit critique. Allez sur le site : http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/

Mois de la Francophonie à Budapest : journée d’étude sur le XVIIIème siècle Français le 29 mars 2018

Soutenue par l’Institut Français de Budapest et la Société Diderot. Voir le fichier pdf du programme ci-dessous.

Les Renaissances : Biennale des Lumières, du 22 au 25 mai 2018 à Langres

Tous les 2 ans le Forum Diderot-Langres organise la Biennale des Lumières, temps fort qui convoque autour d’un thème des modes d’expression divers. En 2018, la ville de Langres programme une série de manifestations autour de la période Renaissance qui a fortement marqué notre cité. La Biennale 2018 se réfèrera à ce thème en l’élargissant sur l’idée « Les Renaissances ».

Voir le programme en fichier pdf ci-dessous

Colloque international »Diderot, la religion, le religieux », Université Paris-Diderot, 3-4 octobre 2019

Colloque organisé par la Société Diderot, l’Université Paris-Diderot (CERILAC-EA4410 et axe THELEME), l’Université de Lorraine (Écritures-EA3943) et l’Université de Picardie.

Appel à communications

Sous cet intitulé volontairement général et résolument monographique, le colloque souhaite éclairer les enjeux d’une question qui n’a jamais donné lieu à une exploration d’ensemble. Si l’on conçoit que son matérialisme athée ait empêché qu’il y ait pour Diderot des études comparables à la célèbre somme offerte par René Pomeau sur La Religion de Voltaire (Nizet, 1956), on peut néanmoins s’étonner que les rapports du philosophe langrois au religieux, à la religion et aux religions, aient suscité relativement peu de travaux.

On connaît la célèbre formule de la Promenade du sceptique (1747) : « Imposez-moi le silence sur la religion et le gouvernement et je n’aurai plus rien à dire. » Encore faut-il s’entendre : il ne s’agit pas tant de revenir sur les positions idéologiques de Diderot que de mesurer l’importance de la place de la religion dans sa trajectoire et dans son œuvre, sans minimiser la satire anticléricale, la critique du « code » religieux ni les ruses du discours hétérodoxe, mais sans non plus s’y limiter a priori. On examinera ainsi à nouveaux frais les attitudes diderotiennes à l’égard de la religion, du religieux et des régimes de la croyance.

Trois séries de questions pourraient notamment être envisagées :

1/ Quels sont les modes de présence de la religion dans le discours de Diderot, les formes de son hostilité, mais aussi de sa curiosité ? Comment celle-ci se manifeste-t-elle ? Comment prend-elle en compte la diversité et l’historicité des confessions, des rites, des dogmes, de la morale religieuse ? La fiction interroge-t-elle de manière spécifique la croyance et ses mécanismes ? Ces derniers ne sont-ils pas « genrés » ? On pourra également considérer les relations, complexes, de Diderot à la Bible.

2/ Quels sont les rapports de Diderot à la religion en tant qu’institution sociale ? Dans l’esprit du colloque Voltaire et ses combats, organisé et publié par Ulla Kölving et Christiane Mervaud (Voltaire Foundation, 2 vol., 1994), on pourra notamment éclairer ses démêlés avec l’église et la censure ecclésiastique, les antiphilosophes, les jésuites et les jansénistes, son attitude vis-à-vis des convulsionnaires et des miracles et, plus largement, son rapport à la tolérance et au fanatisme. On sait de quel potentiel poétique Diderot a chargé le phénomène religieux en tant que producteur d’états-limites. La « beauté convulsive » de La Religieuse (Jean Sgard) existerait-elle sans la puissante empreinte de la crise convulsionnaire sur les esprits du temps, et sur Diderot en particulier ?

3/ Plus largement, quelle est la sensibilité diderotienne au religieux ? Dans quelle mesure, par exemple, peut-on parler d’un idéal de croyance, investi dans la question de l’immortalité et de la postérité ?  « L’amour, l’amitié, la religion, sont à la tête des plus violents enthousiasmes de la vie » (Lettre à S. Volland, 24 juillet 1762). N’y a-t-il pas pour Diderot une religiosité qui s’étend à bien des domaines autres que la religion ? Et quel serait, ici, l’enjeu de stratégies s’attachant précisément, comme dans Le Neveu de Rameau ou Le Rêve de d’Alembert, à absenter la religion et la divinité du discours ?

Ces interrogations, qui ne prétendent pas à l’exhaustivité, n’excluront par ailleurs aucune approche disciplinaire ; on pourra prendre en charge une ou plusieurs œuvres de Diderot, s’y consacrer au commentaire de texte comme à la synthèse transversale, ou prendre appui sur la biographie. On aura toutefois soin de respecter le cadre monographique du colloque, consacré à Diderot et non aux Lumières en général.

Les propositions de communication (entre 2000 et 3000 signes) comportant le titre provisoire, la problématique et le corpus envisagé, sont à envoyer au comité d’organisation avant le 15 février 2019 à deux des adresses suivantes : Sylviane Albertan (sylviane.albertan-coppola@wanadoo.fr), Nicolas Brucker (nicolas.brucker@univ-lorraine.fr), Marc Buffat (mbuffat@orange.fr), Geneviève Di Rosa (gene9@wanadoo.fr), Florence Lotterie (florence.lotterie@univ-paris-diderot.fr), Yannick Séïté (yannick.seite@univ-paris-diderot.fr).

Documents annexes

Haut de page
  • Logo CNL
  • OpenEdition Journals