Navigation – Plan du site

Colloques et événements

Séminaire Manufacture Encyclopédie : 2019-2020

Organisé par : Marie Leca-Tsiomis (Cslf, U. Paris Ouest-Nanterre), Irène Passeron (Cnrs, Institut mathématique de Jussieu) et Alain Cernuschi (Université de Lausanne) avec le concours de la Société Diderot et du Comité D’Alembert de l’Académie des sciences.

Ce séminaire consacré à l’Encyclopédie et ouvert il y a cinq ans, est régulièrement suivi par un auditoire de chercheurs, d’enseignants-chercheurs, de doctorants de différentes nationalités et de différents horizons. L’Encyclopédie étant, par définition, multiple, elle appelle la réflexion collective menée au séminaire, les échanges suivis entre spécialistes, grâce à la régularité des rencontres et aux débats qui s’y mènent. Les membres du séminaire participent au projet ENCCRE (Edition numérique collaborative et critique de l’Encyclopédie, voir http://enccre.academie-sciences.fr/) qui concrétise et développe cette approche et répond à cette multiplicité. Il s’agit désormais de travailler sur les articles eux-mêmes, non seulement leur(s) auteur(s), mais aussi leur contenu, leur inscription dans les débats d’époque, leurs enjeux manifestes ou latents, leur inscription dans les polémiques, leur originalité, etc.

Le séminaire 2018-2019, qui a vu la mise en ligne de l’interface de consultation d’ENCCRE, s’est achevé en juin. Nous nous tournons vers la nouvelle année qui connaît en 2019-2020 quelques évolutions. Nous vous tiendrons régulièrement informés des développements d’ENCCRE ainsi que des projets et réalisations qui, grâce à votre participation, en découlent. Vous trouverez en PJ l’avant-programme des séances du séminaire pour l’année à venir, précédé d’une présentation de son contenu. Nul doute que cette nouvelle saison soit l’occasion, comme les années précédentes, de riches échanges. Les séances sont en cours de finalisation et susceptibles de modifications.

Calendrier des séances du séminaire : La Manufacture de l'Encyclopédie

Les séances ont lieu à l’Université Pierre et Marie Curie, UPMC (métro Jussieu) à Paris. Vous pouvez suivre le calendrier sur la page dédiée au séminaire 2018-2019, qui sera actualisée régulièrement : https://dalembert.hypotheses.org/1011

Une « Edition Numérique Collaborative et Critique de l’Encyclopédie » en libre accès

Grâce aux séminaires consacrés à l’Encyclopédie et ouverts il y a cinq ans, organisés par : Marie Leca-Tsiomis (Cslf, U. Paris Ouest-Nanterre), Irène Passeron (Cnrs, Institut mathématique de Jussieu) et Alain Cernuschi (Université de Lausanne) avec le concours de la Société Diderot et du Comité D’Alembert de l’Académie des sciences, le projet ENCCRE (Edition numérique collaborative et critique de l’Encyclopédie se concrétise et sa phase de réalisation a été présenté au public le jeudi 19 octobre 2017.

http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/ Librement accessible, l’Édition Numérique, Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie (ENCCRE) met pour la première fois à disposition de tous les connaissances des chercheurs d’hier et d’aujourd’hui sur l’Encyclopédie, en s’appuyant sur un exemplaire original et complet de l’ouvrage, conservé à la Bibliothèque Mazarine, intégralement numérisé pour l’occasion. L’interface numérique dont nous avons doté l’édition vous permettra à la fois d’admirer la beauté de cet exemplaire, de redécouvrir le spectacle de ses 2 579 planches, d’y naviguer de façon intuitive et innovante, et d’y effectuer les recherches les plus variées, comme les plus pointues.

Grâce aux dernières possibilités offertes par le numérique, et à une équipe internationale de 120 chercheurs de tous horizons, historiens des différents domaines de l’Encyclopédie, ingénieurs, étudiants et bénévoles, cette édition est conçue et construite pour être enrichie en permanence, de façon collaborative. Diderot lui-même, évoquant la nécessaire collaboration des savants « spécialistes » à l’Encyclopédie, écrivait :

Quand on vient à considérer la matière immense d’une Encyclopédie, la seule chose qu’on aperçoive distinctement, c’est qu’elle ne peut être l’ouvrage d’un seul homme [...]. Qui est-ce qui définira exactement le mot conjugué, si ce n’est un géomètre ? le mot conjugaison si ce n’est un grammairien ? le mot azimuth si ce n’est un astronome ? le mot épopée si ce n’est un littérateur ? (article ENCYCLOPÉDIE)

De la même façon, l’ENCCRE fait appel à l’historien des mathématiques pour annoter les articles de mathématiques, à l’historien de la grammaire, pour les articles de grammaire, etc. Elle s’appuie sur une plateforme en ligne partagée par l’équipe, qui permet d’envisager un processus d’édition dynamique, envisagé sur le long terme, où se croisent et se conjuguent des compétences multiples et complémentaires.

Image 10000000000004C9000002A55B07842BF5C475D1.png

Pensée pour en démocratiser l’accès, l’ENCCRE veut ainsi constituer un lieu de rencontre, de partage et d’échange sur l’Encyclopédie, donner envie au plus grand nombre de la découvrir ou de la redécouvrir, et faire revivre l’un de ses plus beaux atours, sérieusement en danger aujourd’hui : son esprit critique. Allez sur le site : http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/

Colloque international « Diderot, la religion, le religieux », Université Paris-Diderot, 3-4 octobre 2019

Colloque organisé par la Société Diderot, l’Université Paris-Diderot (CERILAC-EA4410 et axe THELEME), l’Université de Lorraine (Écritures-EA3943) et l’Université de Picardie.

Appel à communications

Sous cet intitulé volontairement général et résolument monographique, le colloque souhaite éclairer les enjeux d’une question qui n’a jamais donné lieu à une exploration d’ensemble. Si l’on conçoit que son matérialisme athée ait empêché qu’il y ait pour Diderot des études comparables à la célèbre somme offerte par René Pomeau sur La Religion de Voltaire (Nizet, 1956), on peut néanmoins s’étonner que les rapports du philosophe langrois au religieux, à la religion et aux religions, aient suscité relativement peu de travaux.

On connaît la célèbre formule de la Promenade du sceptique (1747) : « Imposez-moi le silence sur la religion et le gouvernement et je n’aurai plus rien à dire. » Encore faut-il s’entendre : il ne s’agit pas tant de revenir sur les positions idéologiques de Diderot que de mesurer l’importance de la place de la religion dans sa trajectoire et dans son œuvre, sans minimiser la satire anticléricale, la critique du « code » religieux ni les ruses du discours hétérodoxe, mais sans non plus s’y limiter a priori. On examinera ainsi à nouveaux frais les attitudes diderotiennes à l’égard de la religion, du religieux et des régimes de la croyance.

Trois séries de questions pourraient notamment être envisagées :

1/ Quels sont les modes de présence de la religion dans le discours de Diderot, les formes de son hostilité, mais aussi de sa curiosité ? Comment celle-ci se manifeste-t-elle ? Comment prend-elle en compte la diversité et l’historicité des confessions, des rites, des dogmes, de la morale religieuse ? La fiction interroge-t-elle de manière spécifique la croyance et ses mécanismes ? Ces derniers ne sont-ils pas « genrés » ? On pourra également considérer les relations, complexes, de Diderot à la Bible.

2/ Quels sont les rapports de Diderot à la religion en tant qu’institution sociale ? Dans l’esprit du colloque Voltaire et ses combats, organisé et publié par Ulla Kölving et Christiane Mervaud (Voltaire Foundation, 2 vol., 1994), on pourra notamment éclairer ses démêlés avec l’église et la censure ecclésiastique, les antiphilosophes, les jésuites et les jansénistes, son attitude vis-à-vis des convulsionnaires et des miracles et, plus largement, son rapport à la tolérance et au fanatisme. On sait de quel potentiel poétique Diderot a chargé le phénomène religieux en tant que producteur d’états-limites. La « beauté convulsive » de La Religieuse (Jean Sgard) existerait-elle sans la puissante empreinte de la crise convulsionnaire sur les esprits du temps, et sur Diderot en particulier ?

3/ Plus largement, quelle est la sensibilité diderotienne au religieux ? Dans quelle mesure, par exemple, peut-on parler d’un idéal de croyance, investi dans la question de l’immortalité et de la postérité ?  « L’amour, l’amitié, la religion, sont à la tête des plus violents enthousiasmes de la vie » (Lettre à S. Volland, 24 juillet 1762). N’y a-t-il pas pour Diderot une religiosité qui s’étend à bien des domaines autres que la religion ? Et quel serait, ici, l’enjeu de stratégies s’attachant précisément, comme dans Le Neveu de Rameau ou Le Rêve de d’Alembert, à absenter la religion et la divinité du discours ?

Ces interrogations, qui ne prétendent pas à l’exhaustivité, n’excluront par ailleurs aucune approche disciplinaire ; on pourra prendre en charge une ou plusieurs œuvres de Diderot, s’y consacrer au commentaire de texte comme à la synthèse transversale, ou prendre appui sur la biographie. On aura toutefois soin de respecter le cadre monographique du colloque, consacré à Diderot et non aux Lumières en général.

Les propositions de communication (entre 2000 et 3000 signes) comportant le titre provisoire, la problématique et le corpus envisagé, sont à envoyer au comité d’organisation avant le 15 février 2019 à deux des adresses suivantes : Sylviane Albertan (sylviane.albertan-coppola@wanadoo.fr), Nicolas Brucker (nicolas.brucker@univ-lorraine.fr), Marc Buffat (mbuffat@orange.fr), Geneviève Di Rosa (gene9@wanadoo.fr), Florence Lotterie (florence.lotterie@univ-paris-diderot.fr), Yannick Séïté (yannick.seite@univ-paris-diderot.fr).

Voir le programme définitif et les instructions dans le fichier pdf ci-dessous.

Colloque de Cerisy-la-Salle, du 11 au 18 août 2020

La Société Diderot a soutenu en 2019 un colloque consacré à « Diderot, la religion, le religieux ». Toujours sous son égide, nous souhaitons en 2020 explorer cette fois les implications morales de la philosophie diderotienne. Fondée sur un athéisme vertueux, celle-ci n’a cessé d’interroger, sous une forme à la fois discursive, poétique et romanesque, les apories et les embûches de l’intransigeance morale au regard des vicissitudes du réel. Après un état des lieux de la pensée morale de l’écrivain et du philosophe, et une mise en perspective de ses positions réformatrices, révolutionnaires ou sceptiques, nous aimerions évoquer la pertinence de ses propositions face à la construction d’une éthique contemporaine confrontée à de nouveaux défis sociaux, juridiques, médicaux et politiques.

Voir le programme et les instructions pour les communications dans le fichier pdf ci-dessous.

Journée d’étude « Réception de Diderot et de l’Encyclopédie » les 28-29 mai 2020, à l’Université de Limoges, FLSH, salle D005

Pourquoi avoir choisi Diderot plutôt que Montesquieu, Rousseau ou Voltaire ? Il y a à cela bien des raisons dont la première serait sans doute liée au statut du philosophe encyclopédiste. En effet, l’Encyclopédie constitue le symbole des Lumières ; elle y apparaît souvent comme la quintessence et Diderot comme son principal artisan. Par ailleurs, s’il existe de très nombreux essais sur la réception de Voltaire et de Rousseau, on en trouve beaucoup moins sur Diderot. C’est que Diderot est d’abord perçu comme un encyclopédiste et que son statut d’écrivain ne s’est imposé qu’après sa mort. Tout d’abord pendant la Révolution. Cette nouvelle entreprise s’inscrit dans la continuation de recherches effectuées par Jacques Proust dans ses Lectures de Diderot, publié en 1974 puis par Raymond Troussson sur les Images de Diderot en France, paru en 1997.

Il faut signaler également l’important travail entrepris par Roland Mortier sur la place de Diderot en Allemagne et plus largement les études fournies par la revue Recherches sur Diderot et l’Encyclopédie et la société Diderot qui a organisé le beau colloque Les ennemis de Diderot en octobre 1991 dont les actes ont été publiés en 1993. La thèse soutenue par Pascale Pellerin en 1998 portait sur les Lectures et images de Diderot de 1750 à la fin de la Révolution, soutenue en 1998. Cette enquête s’est appuyée sur des documents qui n’avaient, pour la plupart d’entre eux, jamais été consultés, particulièrement les brochures révolutionnaires. Un grand nombre de journaux avait été répertorié et reproduit par De Booy et Freer dans un article publié en 1965 dans les Studies on Voltaire portant sur Jacques le Fataliste et la Religieuse devant la critique révolutionnaire.

Le choix de Diderot oblige à repenser la notion d’auteur à partir des pratiques de l’époque, pratiques d’auteurs et pratiques de lecteurs : écriture collective, alliances teintées de conflits latents entre Lumières institutionnelles et Lumières prohibées qui se croisent bien souvent, fausses attributions, constitutions de réseaux et de communautés intellectuels. Cette enquête a mis en évidence à la fois l’hétérogénéité profonde des Lumières et une certaine réalité de l’écrivain Diderot pour penser l’impossibilité de le disjoindre des collectifs dans lesquels son écriture s’inscrit. Elle a tenu à prendre aussi en compte le poids du lecteur dans la construction de l’œuvre elle-même. La publication de son œuvre a été connectée, pendant une grande partie du dix-neuvième siècle avec l’événement révolutionnaire.

Pourtant, certains auteurs du dix-neuvième siècle, Stendhal et Balzac, ne cachent pas leur fascination pour Diderot. L’historien Michelet lui rendra hommage. La publication des œuvres complètes par Jules Assézat et Maurice Tourneux de 1875 à 1877, quelques années avant la célébration de la mort de l’encyclopédiste change un peu la donne mais ne fait pas taire la voix des adversaires. Il faut attendre la deuxième moitié du vingtième siècle et la publication d’importants travaux sur le philosophe, ceux de Jacques Chouillet et de Jacques Proust, entre autres, pour que soit relancé l’intérêt pour Diderot, avec la création de revues qui lui sont entièrement consacrées. Des enquêtes ont été menées sur les manuels scolaires, les encyclopédies, la presse, etc. Auteur du Supplément au voyage de Bougainville et de nombreux passages de l’Histoire des deux Indes, Diderot est dénoncé durant la guerre d’Algérie par les journaux d’extrême-droite comme le fossoyeur de l’empire colonial et l’amorceur du déclin français. L’indépendance de l’Algérie, c’est la faute à Rousseau, c’est la faute à Diderot. S’il existe de nombreuses monographies sur la réception des écrivains des Lumières et sur Diderot, il n’y a eu aucune étude approfondie sur les images de l’écrivain en lien avec la question coloniale, plus particulièrement sur la conquête et la colonisation de l’Algérie de 1830 à 1962. Il s’agit dans cette optique de relever toutes les éditions de Diderot durant cette période, les essais le concernant et de dépouiller les journaux correspondant aux dates de publication, y compris les journaux publiés en Algérie.

On pourra interroger la place de Diderot dans différents courants philosophiques ou littéraires, le romantisme, le positivisme ou le marxisme, à différentes époques, Restauration, Second Empire, Troisième république, deuxième guerre mondiale, etc… La célébration du tricentenaire de la naissance du philosophe a t-elle apporté de nouveaux éléments ? Cette enquête, à l’image de l’encyclopédiste dénoncé parfois comme un philosophe touche-à- tout, s’annonce nécessairement interdisciplinaire. Elle fait appel aux critiques littéraires, aux spécialistes du théâtre, de la peinture, mais aussi aux philosophes, aux historiens, aux scientifiques. L’histoire des images de Diderot ne peut se restreindre à l’espace français. Les travaux entrepris sur la place du philosophe en Italie, en Hongrie, en Russie ou en Chine doivent se poursuivre dans d’autres espaces culturels.

Cette journée d’étude constitue la première étape vers un projet de « Dictionnaire critique de la réception de Diderot et de l’Encyclopédie » qui sera publié sous forme électronique. La journée d’étude se tiendra les 28 et 29 mai 2020 à l’université de Limoges.

Voir l’affiche et le programme des journées en pdf ci-dessous.

Documents annexes

Haut de page
  • Logo CNL
  • OpenEdition Journals