Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52Diderot et D'AlembertLettres inédites, problématiques ...

Diderot et D'Alembert

Lettres inédites, problématiques inédites ?

New letters, new questions?
Irène Passeron
p. 115-126

Résumés

D’Alembert correspondant de Voltaire, de Frédéric II, de Lagrange, de Madame Du Deffand, telle est l’image principale que renvoient ses lettres éditées au xixe siècle. S’y ajoutent, au fil du temps, de nombreuses pièces biographiques et scientifiques. Aujourd’hui, l’ensemble des lettres, identifiées, datées, et rassemblées dans un inventaire analytique, nous donne une autre vision de l’activité du savant encyclopédiste, grâce, en particulier, aux nombreuses lettres inédites que les recherches menées ont permis de localiser. C’est l’occasion de s’interroger sur la nature et l’histoire des lettres conservées, comme de celles retrouvées récemment. Nous examinerons ici, par l’intermédiaire de la dernière lettre retrouvée, en 2017, de D’Alembert à Madame de Crequÿ, et des questions soulevées par sa datation, comment mener l’analyse conjuguée des différentes facettes connues de l’auteur du Discours préliminaire de l’Encyclopédie.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Après la campagne de recherche et de description des lettres de, ou à, D’Alembert, menée de 1996 à (...)
  • 2 À ce jour, 436 correspondants ont été identifiés. Les correspondants de 45 lettres restent non iden (...)

1La singularité et la richesse de la correspondance de D’Alembert nous émerveillent : singularité d’un mathématicien philosophe et littéraire, singularité d’un enfant trouvé, vivant entre plusieurs mondes, depuis les canapés des salons où fusent les traits d’esprit, jusqu’aux fauteuils austères de la prestigieuse Académie royale des sciences et à ceux, plus convoités encore, de la « française », en passant par les bancs de la populaire rue Michel-le-comte ; richesse d’une correspondance de plus de 2 300 lettres1 couvrant les quarante années précédant la Révolution française, richesse de l’éventail social que l’on parcourt à travers ses interlocuteurs, souverains (Frédéric II, Catherine II), hommes et femmes de lettres (Voltaire, Hume, Mme Du Deffand, Mlle de Lespinasse), mathématiciens (Euler, Cramer, Lagrange), magistrats de province, médecins, hommes de cour, « pauvres diables » de tous crins, aspirants scientifiques ou poètes, soit plus de quatre cents personnes2 en correspondance avec l’ami de collège, l’ennemi idéologique, l’ami de cœur, le géomètre ou le secrétaire perpétuel de l’Académie française.

Diderot

  • 3 Voir les notices Condillac (p. xxiv), Diderot (p. xxxvi), et Rousseau (p. liv), ainsi que le § II.3 (...)
  • 4 Inventaire analytique, lettre 46.03, publiée intégralement et annotée dans Correspondance 1741-1752
  • 5 Si deux tiers des lettres conservées de la correspondance du très sédentaire D’Alembert sont échang (...)

2Et qu’en est-il de Diderot, l’infatigable et malicieux complice des débuts de l’Encyclopédie ? Même si sa présence affleure dans nombre de missives, l’absence complète d’échange manuscrit entre les deux co-éditeurs, jusqu’à la crise de 1759 et au refroidissement de leurs relations, ne laisse pas d’intriguer. Afin d’expliquer ce manque, on pourrait de prime abord penser que des amis de jeunesse qui se rencontraient régulièrement au Panier-Fleuri, à en croire Rousseau3, puis, dans les débuts mouvementés de l’Encyclopédie, autour des manuscrits reçus, des épreuves d’imprimerie et des ripostes aux journalistes de Trévoux, n’ont guère le temps ni la nécessité de s’écrire. Mais d’autres éléments militeraient plutôt pour une autre interprétation de cette lacune : Paris est grand et l’on s’y échange de très nombreux billets que la postérité ne conserve pas toujours, ce dont témoignent les échanges parisiens qui nous sont parvenus, visiblement fragmentaires et pour la plupart restant longtemps inédits, car disséminés, thématiquement comme géographiquement. Des correspondants souvent difficiles à identifier et inconnus de l’historiographie, des billets allusifs, non datés, nous permettent de mesurer la densité des échanges écrits dans une ville où il est plus aisé de faire porter une lettre par un domestique que de trouver porte close. Si D’Alembert prend la plume, nous allons le voir, pour prévenir son amie qu’il la verra le jour même à six heures du soir et lui raconter les nouvelles du jour, que ne devait-il avoir à apprendre ou à demander à Diderot, son « intime ami », dont il se plaint « qu’il demeure à présent au diable »4, c’est-à-dire au bas de la rue Mouffetard… L’intensité des échanges verbaux provoquerait plutôt l’inflation des échanges écrits5. Si la correspondance entre Diderot et D’Alembert manque donc complètement, comme celle entre D’Alembert et Condorcet, encore mieux attestée, c’est sans doute que l’une et l’autre ont existé, puis ont disparu. Non conservés, ou plus probablement, rassemblés et détruits, les échanges avec Diderot participaient peut-être du « discours postliminaire » de l’Encyclopédie que D’Alembert promettait à Maupertuis en 1752 :

  • 6 Lettre 52.07 (Correspondance générale 1741-1752, p. 386-391, p. 391 pour cet extrait).

« Mais je suis d’avis qu’afin de ne point nous détourner de notre ouvrage, nous renvoyions toutes les controverses au dernier volume. Je feray pour lors un discours postliminaire qui contiendra l’histoire de l’Encyclopedie, de ses traverses, de ses succez, de ce qu’il faudroit faire pour la perfectionner. Je voudrais d’avance etre au moment de faire ce discours : car il y aura de bonnes anecdotes et de bonnes choses »6.

3On sait que D’Alembert n’eut ni la patience ni la persévérance de Diderot qui mena l’ouvrage à bien, avec l’aide de Jaucourt, mais on ignore ce que sont devenues « les bonnes anecdotes » des premières années dont D’Alembert se délectait de faire son miel ultérieurement. Il est même frappant de voir, dans la courbe de progression des lettres conservées qui suit l’envol de la renommée de l’académicien, le trou que constitue l’année de crise, 1759.

  • 7 À eux seuls, les échanges avec Voltaire (527 lettres), avec Frédéric II (281 lettres) et avec Lagra (...)
  • 8 Il est possible, via l’interface citée n. 1, d’interroger les résumés, pour obtenir les lettres men (...)

4Sans doute faute de place, D’Alembert ne conservait pas toutes ses correspondances, mais au moins la plupart des lettres d’Euler, de Frédéric II, de Voltaire, de Lagrange7. Après le transfert de ses papiers à Condorcet, à sa mort en 1783, certaines parties ont pu se perdre ou ne pas être conservées. Ce sont tout de même une dizaine de milliers de folios manuscrits qui sont aujourd’hui conservés à la Bibliothèque de l’Institut, inventoriés par le Groupe D’Alembert, et progressivement édités. Cependant, presqu’aucun de ces papiers n’est relatif à l’Encyclopédie, ni même aux activités de D’Alembert antérieures à 1770. Cette correspondance disparue nous enseigne au moins une chose : à lire les lettres conservées à l’aune de l’économie épistolaire du temps. Les témoignages apportés par la correspondance, en particulier inédite, sur la première période de la bataille encyclopédique, sont donc essentiels8.

Une lettre inédite retrouvée en 2017 : « il vaut mieux tard que jamais… »

  • 9 Lettre 165, de Rousseau à Mme de Crequÿ, de Paris le 9 octobre 1751 : « Je me rendrai donc à vos or (...)

5Les lettres à Madame de Crequÿ nous sont précieuses à plus d’un titre : elles documentent une facette de D’Alembert bien connue de ses contemporains, son enjouement et ses plaisanteries, que ses textes imprimés ne révèlent pourtant presque jamais ; elles documentent plus généralement la vie d’un salon quasiment inconnu, où D’Alembert conversait avec Rousseau9 ; elles croisent enfin les fils de l’aventure encyclopédique dans ses nombreuses dimensions.

  • 10 Si la fin de sa vie est mieux connue, en particulier grâce à sa correspondance avec Sénac de Meilha (...)
  • 11 Les lettres de D’Alembert à la marquise de Crequÿ sont dispersées lors de leur vente à Paris, Hôtel (...)
  • 12 Fort utiles, les catalogues nous permettent d’identifier les lettres. À ce jour, les 20 lettres pas (...)
  • 13 Lettre 46.04a, de D’Alembert à Mme de Crequÿ, Correspondance 1741-1752, p. 23-24.
  • 14 Sur le salon de la veuve du chimiste Lemery et de sa fille, Magdeleine Catherine Lemery (1707-1768) (...)
  • 15 Les procès-verbaux de l’Académie royale des sciences portent mention de la présence de D’Alembert, (...)
  • 16 Lettres 54.15 et 55.01 (Inventaire analytique, p. 46 et 47).

6Mais pour voir se dessiner le rôle de cette marquise elle-même assez mystérieuse10, encore faut-il pouvoir ne pas emmêler le fil chronologique de la vingtaine de lettres inédites qui apparaissent sur le marché des autographes en 194811. Tous ces « billets », sauf un, ne portent ni lieu ni date, et les contenus, même lorsque nous en connaissons le manuscrit, restent très allusifs. De surcroît, l’intégralité des textes n’est pas disponible, car la plupart des lettres n’étaient connues que par des extraits de catalogues de vente12. La publication par Ralph Leigh des lettres de Rousseau à la marquise permettait de supposer que toutes les lettres de D’Alembert étaient antérieures à 1755. Une dernière requête lancée auprès des bibliothèques avant la publication de l’Inventaire avait permis de localiser deux lettres acquises par le Musée Rousseau de Montmorency en 2007, dont l’existence était connue par les catalogues de vente, sans avoir pu être localisées jusque-là. Une de ces lettres, du « mercredy 8 », qui semble la première du lot par son ton plus formel, peut être datée précisément de juin 1746 par son contenu13. D’Alembert remerciait en effet la marquise d’avoir pris la plume à l’instant où elle apprenait par des amies communes, les dames Lemery, que les Réflexions sur la cause générale des vents étaient primées à Berlin. Plus exactement, écrivait-il seulement, « au sujet du prix de que je viens de remporter », et vérification faite, il s’avère que D’Alembert n’a jamais remporté qu’un seul prix, n’ayant plus voulu concourir nulle part après l’échec de 1752 à Berlin. On voit donc que l’on s’écrit souvent et rapidement à Paris, entre deux visites espacées de quelques jours à peine. Le prix a en effet été annoncé à l’Académie de Berlin lors de la séance du 2 juin 1746 et D’Alembert n’a pu le savoir avant le 7 juin, à supposer que la nouvelle lui soit adressée à la sortie de la séance et qu’elle prenne le chemin de poste le plus direct de Berlin à Paris. Il est donc possible que D’Alembert soit allé rendre visite aux dames Lemery14 le 7 juin au soir, ou le 8 dans la journée, profitant de la séance académique pour traverser la Seine15 et que celles-ci se soient empressées d’en informer leur voisine. Enfin, deux lettres faisaient des allusions claires à l’élection de D’Alembert à l’Académie française se placent entre la fin de 1754 et le début de 175516. Nous disposions donc d’un intervalle temporel pour situer les lettres à Madame de Crequÿ, entre 1746 et 1755.

Figure 1. Première page du manuscrit autographe de la lettre de D’Alembert à Mme de Crequÿ

Figure 1. Première page du manuscrit autographe de la lettre de D’Alembert à Mme de Crequÿ
  • 17 Je tiens à remercier Élisabeth Badinter et Jean-Daniel Candaux qui se sont prêtés au jeu de l’enquê (...)

7La datation et l’interprétation de ces lettres étaient donc délicates17 et sujettes à modification, ce qui ne manqua pas de se produire, lorsque le texte intégral de la lettre, initialement placée en 1753 (Inventaire analytique, lettre 53.07), vint à notre connaissance en 2017. Ce texte, qui se déploie sur trois pages, la quatrième portant l’adresse (voir la reproduction des f. lr° et 2v°), le voici, tel qu’il se donnait à lire à voix haute, en balbutiant sur les points de suspension :

[f. lr°] Mon projet, madame, etoit de vous voir de bonne heure aujourd’hui, mais puisque vous ne serés visible que tard, je n’iray donc chés vous que vers les six heures, & c’est bien le cas de dire qu’il vaut mieux tard que jamais. Je vous porteray mes deux Epitres, mais je vous prie que la seconde ne soit vüe que de Mr. l’ambassadeur, puisqu’elle n’est pas publique, & que peut etre elle ne le sera jamais. Je vis hier à l’opera l’abbé de Canaye, qui est enfin revenu de Maroc et d’Alger, je luy donnay mon Eloge, et je luy en dis meme par cœur la plus grande partie. Il m’en parut fort content. Je n’en diray pas autant de Rémond de St. Albine. Il me demanda, en presence de l’abbé, si un ouvrage qu’il avoit reçu le matin de votre part n’etoit pas de moy, je luy dis que non, qu’il etoit peut / [f. lv°] etre de vous, & que je venois de rencontrer l’abbé du Resnel qui m’avoit dit qu’il le soupconnoit d etre de l’abbé de Canaye. Rémond me répondit qu’effectivement il etoit en doute si cet ouvrage etoit de moy, parce qu’il n’y avoit pas reconnu ma maniéré ; ce n’est pas pourtant que cela . . . . ne soit . . . . tr . . . . tr . . . . très bien, mais c’est que . . . . je . . . . n’y . . . . ay . . . . pas vu . . . . au reste . . . . il y a . . beaucoup . . . . de bien . . . . a en dire . . . . Voila tout ce que j’en ay pu tirer, & notre conversation dura plus d’une heure, cela divertissoit beaucoup l’abbé qui se plaisoit à toutes ses ratures. Je voudrois pouvoir vous rendre aussi la conversation que l’abbé de Canaye eut hier à l’academie sur cet Eloge avec l’abbé du Resnel. Mais c’est une espece de Pantomime qui n’est pas / [f. 2r°] du ressort du papier. L’abbé de Canaye prétend que l’abbé du Resnel luy a dit la dessus en gestes, tout ce qu’on peut dire de plus précis. Si vous voyés Rémond, faites le accoucher, je vous prie. Il a grand besoin de sage femme, & il n’en scauroit rencontrer de meilleure. Vale . . . c’est a dire en francois, adieu.
P. S. Comme j’allois fermer ma lettre il m’est arrivé trois Pretres, qui ont resté une demi heure chés moy. Ils m’ont beaucoup parlé du livre de Buffon & de celuy du Pt. de Montesquieu, que la Sorbonne veut condamner. Il y a apparence que le Montesquieu aura bien de la peine a s’en tirer, quoy qu’il remüe ciel et terre pour cela.
/ [f. 2v°] A Madame
Madame la marquise de Crequi

Trace de cachet de cire rouge

Trace de cachet de cire rouge

8Le support matériel ou le contenu peuvent-ils nous aider à replacer cette lettre dans les activités de D’Alembert au début des années 1750, et, inversement, nous fournir des éléments pour une datation plus précise ?

  • 18 Renée Caroline de Froullay (1714-1803) avait épousé Louis Marie de Crequÿ en 1737 dont elle était v (...)
  • 19 Jusqu’à présent, peu d’importance avait été accordée à la description matérielle des lettres, en pa (...)

9Commençons par le support. Écrite, comme la plupart des lettres dont nous avons pu voir le manuscrit, sur les trois premières pages d’un bi-feuillet (de dimensions, ouvert, 33 cm sur 22 cm), elle permet, suivant le pliage classique sur elle-même, de la cacheter et d’écrire l’adresse sur la quatrième page. On obtient ainsi un pli de 9 cm sur 7 cm. L’adresse ne porte bien sûr pas de marque postale, puisqu’elle a été portée à la main. En revanche, la lettre a été cachetée et les traces de cire qui subsistent montrent clairement que le cachet était rouge. Sur les 13 lettres à la marquise dont nous connaissons le manuscrit, 2 n’ont ni adresse ni cachet, 10 ont été cachetées de rouge et une seule, 51.03, l’a été de noir. Le libellé de l’adresse varie, la variante la plus significative portant sur la graphie du nom de la marquise18, tantôt « Crequi », tantôt « Crequy ». Il semblerait que les adresses portent la graphie « Crequi » jusqu’à la mi-1751, mais toutes les dates ou presque étant sujet à caution et toutes les adresses n’étant pas connues, il est difficile d’inférer avec certitude que D’Alembert a changé sans retour sa façon de rédiger ses adresses. De même, une certaine incertitude plane sur son utilisation de la cire noire19. Deux lettres seulement portent un cachet noir jusqu’en 1766, celle, datée, du 15 juin 1751, adressée à Gabriel Cramer (51.07) et celle, dont nous restituons la date autour du 10 février 1751, adressée à Mme de Crequÿ (51.03). Avec beaucoup de prudence, nous pouvons donc dire que la connaissance de ces éléments matériels nous conduirait à une datation antérieure à celle de 51.03.

10La lettre elle-même ne semble par ailleurs pas avare d’informations, soit, dans l’ordre, les « deux Épitres » dont l’une ne sera peut-être jamais publique, le retour de l’abbé Canaye du « Maroc et d’Alger », l’« Éloge » que D’Alembert lui donne, dont Canaye est satisfait et qui est l’objet, pour Rémond de Sainte-Albine, d’un bafouillement cocasse, les ouvrages de Buffon et Montesquieu aux prises avec la Sorbonne.

  • 20 René Louis de Voyer de Paulmy, 2e marquis d’Argenson (1694-1757).

11Contrairement à l’allusion au prix dont il a été question plus haut, celle aux épitres est plus épineuse à élucider. Indépendamment des considérations sur l’adresse, on pouvait penser qu’il s’agissait, pour l’une, de l’épître dédicatoire à son Essai d’une nouvelle théorie de la résistance des fluides, dédié au marquis d’Argenson20, disgrâcié depuis 1747 et suffisamment proche de D’Alembert (qu’il appelait « son ami ») pour que celui-ci fasse de fréquents séjours dans son château de Segrez. L’autre aurait été la lettre d’accompagnement que D’Alembert adresse aumarquis le 13 ou 14 janvier 1752 (lettre 52.02). Il y a d’autres « épitres » possibles, mais ce tandem était suggéré par la lettre 52.03 adressée à Mme de Crequÿ (dont nous avons restitué la date avec une forte probabilité au 20 ou 21 janvier 1752), dans laquelle D’Alembert écrit : « Voicy mon Épitre à Mr. d’Argenson. Il n’en savoit rien, et a été fort surpris, comme vous pensez : j’y avois joint une lettre qui accompagnoit le livre. Mais la lettre n’est que pour vous, et pour Mr. votre oncle [le bailli Louis Gabriel de Froullay, ambassadeur de Malte] si vous voulez. », formulation proche de ce que l’on trouve dans notre lettre : « Je vous porteray mes deux Épitres, mais je vous prie que la seconde ne soit vüe que de Mr. l’ambassadeur ». En même temps, pourquoi les envoyer le 20 janvier s’il pensait déjà les apporter un peu plus tôt, et pourquoi appeler “épitre” une simple lettre. Par plaisanterie ? Aurait-il oublié ? C’est possible. Dans cette hypothèse, notre lettre devrait précéder de peu 52.03 et être datée de la mi-janvier 1752.

  • 21 Sur Étienne de Canaye (1694-1782), voir la notice de la Correspondance 1741-1752, p. xxxii.

12On sait que D’Alembert et le jovial abbé de Canaye, qu’il appelait « mon abbé » se voyaient souvent, allaient à l’Opéra, conversaient philosophiquement et restèrent amis toute leur vie21. Un tel voyage au Maroc et à Alger aurait dû laisser des traces au ministère des Affaires étrangères, dont les archives restèrent cependant muettes… L’explication doit en effet se lire entre les lignes de ce délicieux passage de la lettre de D’Alembert à Mme Du Deffand du 14 avril 1753 :

« Je serois enchanté de vous mener l’abbé ; mais je doute qu’il puisse obtenir un congé de Thérèse Philosophe. Je lui disois, il y a quelque tems, que j’avois été le recommander aux religieux de la Merci pour la rédemption des captifs : il y en a à Maroc et à Tunis de moins esclaves que lui. Avec cela il est content, se moque de tout, est fou à lier, et a près de soixante ans. Je mourrois de passer un jour comme il passe l’année » (53.11).

  • 22 Élisabeth Marie de Carel de Vaux (c. 1707-1786), mariée en 1723 à Claude Charles Droullin, marquis (...)
  • 23 « Recevez, mon cher ami, ce fruit de nos conversations philosophiques, qui vous appartient autant q (...)

13« Thérèse », ce n’est autre que la nièce de l’abbé Canaye, Mme de Menilglaise22 avec laquelle il vivait, et qui le maintenait dans les fers de l’amour (comme le prêtre de Thérèse philosophe), si l’on en croit D’Alembert et Mme Du Deffand, qui avait déjà plaisanté sur ce thème dans sa lettre précédente (53.10). Cette proximité pourrait conduire à placer la lettre début 1753, mais la plaisanterie sur les esclaves de l’amour a bien pu durer deux ans au moins (l’abbé est mort à 88 ans, en 1782, toujours esclave). De plus, l’allusion à l’éloge donné à Canaye fait immédiatement penser à l’épître dédicatoire de l’Essai sur les gens de lettres, vibrant hommage à son ami23. Mais la suite peut nous faire envisager une autre hypothèse…

  • 24  Pierre Rémond de Sainte-Albine (1699-1778), rédacteur à la Gazette de France et au Mercure, ne bri (...)
  • 25 « Reflexions sur la personne & les ouvrages de M. l’abbé Terrasson », Mercure de France, janvier 17 (...)

14Car l’ouvrage envoyé par Mme de Crequÿ à Rémond de Sainte-Albine24 ne peut être qu’un ouvrage de D’Alembert publié de façon anonyme. Il n’y a donc pas d’autre candidat que son « Éloge de l’abbé Terrasson », d’abord publié de façon anonyme dans le Mercure de janvier 175125, et dont il disait à son ami genevois Gabriel Cramer : « à propos de mercure, vous trouverés dans celuy de janvier, qui va paroitre, un Eloge que j’ay fait de l’abbé Terrasson, et sur lequel je suis bien aise de garder quelque tems l’incognito, pour voir ce qu’on en dira » (51.02). D’Alembert tenait vraiment à savoir comment son « Éloge de l’abbé Terrasson », son premier essai littéraire (qui serait, dans cette hypothèse, l’éloge donné à l’abbé Canaye et quasiment récité), allait être reçu (il y fait souvent référence en janvier-février 1751) et c’est pour cela qu’il le donne à son grand ami l’abbé Canaye, afin qu’il lui donne son avis. La liaison avec la réaction de Rémond arrivant sur ces entrefaites se comprend alors bien mieux !

  • 26 Voir la chronologie dressée par Claude Lauriol dans le Dictionnaire Montesquieu en ligne.

15En revanche, il n’y a aucune ambiguïté sur l’ouvrage de Buffon, son Histoire naturelle, parue en septembre 1749 (pour les trois premiers volumes) et violemment attaquée par les intraitables Nouvelles ecclésiastiques jansénistes dès février 1750. Le 15 janvier 1751, la Sorbonne envoyait à Buffon la liste des propositions qu’elle jugeait répréhensibles, le 12 mars, Bulfon faisait amende honorable et la Sorbonne se déclarait satisfaite… Il ne semble pas qu’en 1752 et 1753, la Sorbonne se soit à nouveau penché sur son cas. Pas davantage d’incertitude sur l’ouvrage de Montesquieu, l’Esprit des lois, paru en novembre 1748, suscitant une querelle à plusieurs fronts qui court sur cinq ans, depuis avril 1749 jusqu’en 175426. En réponse aux attaques jansénistes, Montesquieu publiait sa Défense de l’Esprit des lois début février 1750. Le 17 août 1751, la Sorbonne votait la censure de 19 propositions de l’ouvrage, ayant commencé son examen le 1er août 1750 mais en ajournait la publication en septembre ; le 17 juin 1752, projet de censure en 13 points suivie le 1er août d’une censure sur 17 points qui ne sera finalement pas publiée ; mise à l’index effective en mars 1752.

  • 27 Marc Pierre de Voyer de Paulmy, comte d’Argenson (1696-1764), frère cadet du marquis précédemment c (...)

16En conjuguant et évaluant ces différents éléments, leur cohérence et leur taux d’incertitude, il semble raisonnable de s’arrêter finalement sur l’hypothèse suivante : cette lettre à Mme de Crequÿ date de fin janvier ou de début février 1751. En ce cas, l’une des deux épîtres apportées pourrait rester celle au marquis d’Argenson, préparée un an à l’avance. Une autre candidate est l’épître de l’Encyclopédie, dédiée au comte Marc Pierre d’Argenson27 (celui qui avait envoyé Diderot à Vincennes en 1749), signée des deux éditeurs, ce qui n’empêche pas que D’Alembert en fasse bénéficier Mme de Crequÿ en primeur. Voilà pour celles qui ne sont pas encore publiées. L’épître déjà publiée pourrait être celle au marquis Lomellini, à qui sont dédiées les Recherches sur la précession des équinoxes, parues en 1749. Ce qui rend cette hypothèse probable est que D’Alembert reproduira cette dédicace dans l’Essai sur les gens de lettres (note d), en 1753, signe qu’elle avait été appréciée et que l’auteur y était attaché : « Les plus grands génies de l’Antiquité mettoient le nom de leurs amis à la tête de leurs ouvrages, parce qu’un ami leur étoit plus cher d’un protecteur ». Voilà une phrase qu’il était peut-être doux de faire parvenir à son amie, qui ne devait pas avoir la Précession des équinoxes sur sa cheminée…

17C’est donc toute une stratégie de reconnaissance éditoriale qui se lit dans cette lettre, portée par l’enthousiasme et la gaité d’un éditeur qui va, dans les mois du printemps 1751 mois, rédiger le Discours préliminaire qui fera du géomètre un philosophe.

Haut de page

Notes

1 Après la campagne de recherche et de description des lettres de, ou à, D’Alembert, menée de 1996 à 2008, grâce à l’énergie et l’esprit méthodique d’Anne-Marie Chouillet et de Jean-Daniel Candaux, sur la base des travaux menés par Marta Rezler et John Pappas (400 lettres ont pu être retrouvées depuis leurs premières listes), nous avons fait paraître l’Inventaire analytique de la correspondance. 1741-1783, vol. V/l, Œuvres complètes de D’Alembert, Paris, CNRS Éditions, 2009 (Inventaire analytique dans ce qui suit). La définition même d’une lettre constituant un élément critique de notre description, il convenait de lister globalement toute forme d’échange, plus ou moins public, afin de pouvoir tracer une ligne de partage cohérente bien que mobile entre les 2287 lettres « privées » recensées à ce jour et la centaine de textes publiés, pour des raisons diverses, sous forme de « lettres » (voir l’introduction de l’Inventaire analytique et la liste des lettres ostensibles publiée en annexe). La numérotation de cet Inventaire analytique sert de référence à la publication de toute la série V de Correspondance : les deux premiers chiffres donnent l’année, les deux suivants l’ordre dans l’année. Lorsqu’une lettre nouvelle fait son apparition, ou qu’une modification de datation est nécessaire, une lettre est ajoutée à ce numéro. L’inventaire complet, à jour et interrogeable, ainsi qu’un certain nombre de transcriptions et de manuscrits, a été mis en ligne par A. Guilbaud et continuera à être enrichi sur le site D’Alembert en toutes lettres : http://dalembert.academie-sciences.fr/Correspondance/.

2 À ce jour, 436 correspondants ont été identifiés. Les correspondants de 45 lettres restent non identifiés.

3 Voir les notices Condillac (p. xxiv), Diderot (p. xxxvi), et Rousseau (p. liv), ainsi que le § II.3 « Amitiés et relations de jeunesse » (p. lxiii, ainsi que la p. xv) de l’introduction de la Correspondance générale 1741-1752, vol. V/2, Œuvres complètes de D’Alembert, Paris, CNRS Éditions, 2015 (Correspondance 1741-1752 dans ce qui suit).

4 Inventaire analytique, lettre 46.03, publiée intégralement et annotée dans Correspondance 1741-1752.

5 Si deux tiers des lettres conservées de la correspondance du très sédentaire D’Alembert sont échangées avec des correspondants hors de France, quasiment toutes prennent leur source ou leur essor lors des discussions de vive voix. Par ailleurs, bien que les « billets » parisiens soient moins l’objet d’une conservation et que les lieux d’expédition ou de destination ne soient pas toujours connus, 305 échanges intra-muros avec D’Alembert ont pu être recensés.

6 Lettre 52.07 (Correspondance générale 1741-1752, p. 386-391, p. 391 pour cet extrait).

7 À eux seuls, les échanges avec Voltaire (527 lettres), avec Frédéric II (281 lettres) et avec Lagrange (172 lettres) représentent donc 43 % des lettres « privées » et ont été, pour l’essentiel, publiés en 1785 (436 lettres publiées dans l’édition de Kehl des Œuvres de Voltaire), 1788 (260 lettres publiées dans l’édition des Œuvres posthumes de Frédéric II), et un siècle plus tard, en 1882 pour la correspondance avec Lagrange (172 lettres dans l’édition de ses Œuvres faite par L. Lalanne).

8 Il est possible, via l’interface citée n. 1, d’interroger les résumés, pour obtenir les lettres mentionnant Diderot ou l’Enc., par exemple.

9 Lettre 165, de Rousseau à Mme de Crequÿ, de Paris le 9 octobre 1751 : « Je me rendrai donc à vos ordres, Madame, le jour qu’il vous plaira de me prescrire. Je sais que M. d’Alembert a l’honneur de vous faire sa Cour ; sa présence ne me chassera point ; mais ne trouvez pas mauvais, je vous supplie, que tout autre tiers me fasse disparoitre ». (R. A. Leigh, Correspondance complète de Jean Jacques Rousseau, t. II, p. 169, Institut et Musée Voltaire, Les Délices Genève, 1965).

10 Si la fin de sa vie est mieux connue, en particulier grâce à sa correspondance avec Sénac de Meilhan et si la structure et les archives d’une famille de bonne noblesse ne présentent pas les mêmes pans obscurs que l’ascendance de l’enfant trouvé D’Alembert, les sources primaires pour la période qui nous intéresse ne sont pas légion. Un témoin tardif, Charles Pougens, ami de D’Alembert dans ses dernières années, alors que le savant ne fréquente plus Mme de Crequÿ devenue dévote depuis 1755 semble-t-il, a rédigé un petit livre qui fournit de nombreuses anecdotes vraisemblables sur l’amitié qui a uni D’Alembert et la marquise pendant une dizaine d’années (Lettres philosophiques à Mme *** sur divers sujets de morale et de littérature, Paris, François Louis, libraire-éditeur, 1826). Paul Tisseau a écrit le seul ouvrage documenté à partir de lettres et manuscrits aujourd’hui dispersés (La Marquise de Créqui, Paris, Emile-Paul frères, 1927), aucune crédibilité historique ne pouvant être accordée à l’ouvrage mystificateur de Maurice de Courchamps, fallacieusement intitulé Souvenirs de la marquise de Crequÿ qui est dénoncé dès sa parution en 1842 comme une imposture, mais que l’on retrouve malheureusement régulièrement utilisé.

11 Les lettres de D’Alembert à la marquise de Crequÿ sont dispersées lors de leur vente à Paris, Hôtel Drouot, 20-21 avril 1948, où elles sont décrites très succinctement en un lot : « 2 L.A.S, d’Alembert et 18 L.A. à la marquise de Créqui, l’une est datée du 11 juillet 1749, les autres sans lieu ni date ; en tout, 37 p. in-4° et in-8°, adresses, cachets ». Sans doute étaient-elles restées groupées jusque là dans des archives familiales. En retour, aucune lettre de la marquise n’est répertoriée, ni dans les papiers. D’Alembert, ni ailleurs. En revanche, les lettres de Jean-Jacques Rousseau à Madame de Crequÿ sont publiées dès 1820 et des manuscrits en passent encore en vente publique.

12 Fort utiles, les catalogues nous permettent d’identifier les lettres. À ce jour, les 20 lettres passées en vente en 1948 ont pu être identifiées et il ne nous manque plus le texte intégral que pour 6 d’entres elles.

13 Lettre 46.04a, de D’Alembert à Mme de Crequÿ, Correspondance 1741-1752, p. 23-24.

14 Sur le salon de la veuve du chimiste Lemery et de sa fille, Magdeleine Catherine Lemery (1707-1768), qui logeaient à deux pas de l’appartement parisien de Mme de Crequÿ, dans l’enceinte du collège Mazarin, au Pavillon des Quatre-Nations quai Conti, voir sa notice et la seule lettre de D’Alembert connue (Correspondance 1741-1752, Introduction p. 1. et et p. 61-62). Sur ce point comme sur d’autres, les informations recueillies dans les archives par Françoise Launay ont été précieuses pour reconstituer les puzzles sociaux.

15 Les procès-verbaux de l’Académie royale des sciences portent mention de la présence de D’Alembert, associé géomètre, à la séance du mercredi 8 juin 1746, trace indispensable de la régularité de ses membres (Registre manuscrit, 1746, p. 140). Il n’y est pas fait mention de son prix, aussi bien n’est-il pas d’usage que les procès-verbaux enregistrent ce type d’information. En revanche, ce jour là, l’Académie lui donne à examiner une énième quadrature du cercle. A l’occasion de cette séance (de trois heures à cinq heures de l’après-midi), D’Alembert a néanmoins dû transmettre la nouvelle de son succès, rapidement ébruité, sans peut-être même qu’il se donne lui-même la peine de franchir le pont-neuf pour passer du Louvre au quai Conti, ainsi qu’il l’avait fait quotidiennement lors de sa scolarité au collège Mazarin.

16 Lettres 54.15 et 55.01 (Inventaire analytique, p. 46 et 47).

17 Je tiens à remercier Élisabeth Badinter et Jean-Daniel Candaux qui se sont prêtés au jeu de l’enquête et l’ont éclairée de leurs lumières tout au long des dix dernières années, ainsi que Thierry Bodin, pour les informations indispensables sur la circulation des manuscrits qu’il nous a apportées.

18 Renée Caroline de Froullay (1714-1803) avait épousé Louis Marie de Crequÿ en 1737 dont elle était veuve depuis 1741 (les références et les informations biographiques précises ont été établies par Françoise Launay et sont rassemblées dans l’index de la Correspondance 1741-1752, p. 519). Elle signait « Crequÿ de Froullay » (voir par exemple sa signature sur l’acte du 5 juin 1761, Archives nationales, MC/ET/LXIV/371), graphie que nous avons adoptée.

19 Jusqu’à présent, peu d’importance avait été accordée à la description matérielle des lettres, en particulier à la couleur des cachets ou de leurs traces. Une première étude, sommaire, sur la correspondance de D’Alembert, montre la prépondérance des cachets de cire rouge (226 pour 30 noirs). Au xviiie siècle, contrairement au xixe siècle, le cachet de cire noire ne signifie pas toujours un deuil. La seule corrélation claire entre l’utilisation de la cire noire et un deuil, dans la correspondance de D’Alembert (comme dans celle de Condorcet), apparaît 20 ans plus tard, à l’occasion de la mort de Louis XV, le 10 mai 1774, et alors que D’Alembert est secrétaire perpétuel de l’Académie française. Jusqu’à la fin de l’année 1774, les 9 lettres pour lesquelles nous avons cette information sont cachetées de noir.

20 René Louis de Voyer de Paulmy, 2e marquis d’Argenson (1694-1757).

21 Sur Étienne de Canaye (1694-1782), voir la notice de la Correspondance 1741-1752, p. xxxii.

22 Élisabeth Marie de Carel de Vaux (c. 1707-1786), mariée en 1723 à Claude Charles Droullin, marquis de Menilglaise, mort en 1769.

23 « Recevez, mon cher ami, ce fruit de nos conversations philosophiques, qui vous appartient autant qu’à moi. Je ne puis mieux l’adresser qu’à vous, dont l’exemple prouve si bien qu’on peut vivre heureux sans les Grands, & dont le commerce fait sentir combien il est facile de s’en passer […] » Essai sur la société des gens de lettres et des grands, sur la réputation, sur les Mécènes, et sur les récompenses littéraires, publié dans les Mélanges qui paraissent en janvier 1753, sans que le dédicataire, l’abbé Canaye, ne soit nommé. Il ne le sera qu’à partir de la deuxième édition, en 1759.

24  Pierre Rémond de Sainte-Albine (1699-1778), rédacteur à la Gazette de France et au Mercure, ne brillait manifestement pas par son éloquence et sa vivacité : « Boindin disait de lui que c’était un homme qui avait de l’esprit quand on lui en donnait le temps », Dictionnaire des journalistes, notice 674, en ligne.

25 « Reflexions sur la personne & les ouvrages de M. l’abbé Terrasson », Mercure de France, janvier 1751, p. 29-44.

26 Voir la chronologie dressée par Claude Lauriol dans le Dictionnaire Montesquieu en ligne.

27 Marc Pierre de Voyer de Paulmy, comte d’Argenson (1696-1764), frère cadet du marquis précédemment cité.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Première page du manuscrit autographe de la lettre de D’Alembert à Mme de Crequÿ
URL http://journals.openedition.org/rde/docannexe/image/5501/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Trace de cachet de cire rouge
URL http://journals.openedition.org/rde/docannexe/image/5501/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 477k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irène Passeron, « Lettres inédites, problématiques inédites ? »Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 52 | 2017, 115-126.

Référence électronique

Irène Passeron, « Lettres inédites, problématiques inédites ? »Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 52 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rde/5501 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rde.5501

Haut de page

Auteur

Irène Passeron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search